Partagez | 
 

 And now I'm covered in the colors [H03-909]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
F03-086
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: And now I'm covered in the colors [H03-909]   Mer 29 Mar - 20:37

Quatre-vingt-six ouvre le robinet, passe sa main sous le jet pour en vérifier la température puis se tourne vers son camarade. L’Artiste est avec elle dans sa salle de bain. Du coin de l’oeil elle l’épie cherchant encore à comprendre les raisons qui l’ont poussé à la suivre. Son corps est une oeuvre vivante, ses tatouages s’animent à chacun de ses mouvements. Même lorsqu’il ne la regarde pas il l’observe de ses multiples yeux qui s’attachent à sa peau. Dès le départ ils ont attiré son attention, les formes l’ont fasciné et il lui a fallu toute sa volonté pour se retenir d’en dessiner les contours. Là encore elle les fixe avec attention cherchant à les mémoriser. Après tout peut-être va t’elle se découvrir un talent en peinture, ça lui sera alors bien utile d’avoir une idée de ce qu’elle veut dessiner. A contre-coeur elle détourne le regard consciente de le dévisager depuis bien trop longtemps. La baignoire est remplie à mi-hauteur, il est temps de se décider. “Tu as une préférence ?” questionne t’elle en désignant du menton les différentes boites de teinture.

Plus tôt dans la journée elle a pris sa décision, elle ne pouvait plus supporter cette abondance de blanc. Elle s’est donc rendue à l’air de jeu à la recherche de peinture et pinceau. Malgré la peur qui lui retournait l’estomac elle s’était décidée à enfreindre le règlement : les murs de sa chambre allaient prendre vie. Les rumeurs qu’elle avait entendu ne l’en laissait pas moins craintive. On parlait d’abeille qui disparaissait sans raison, de bras robotique venant cueillir les rebelles et d’une prison. Rien de bien réjouissant. Pourtant ça en vallait le coup, elle en était convaincue. Elle avait besoin de s’approprier sa chambre, d’y apposer sa marque et cette règle ridicule ne l’en empêcherait pas plus longtemps. Une bonne partie de la matinée s’était écoulée tandis qu’elle fouillait le moindre recoin de ce niveau mais les trouvailles qu’elle fit changèrent ses plans : des boîtes de pigment et des feutres pour textiles. C’était encore mieux que tout ce qu’elle avait pu espérer. Enfin elle allait pouvoir porter autre chose que ce maudit blanc. Certe elle attirerait l’attention au milieu des autres mais au moins elle aurait le contrôle sur ce qu’elle porterait. Pour ce qui est des coupes de vêtements elle pourrait toujours utiliser la lame de rasoir pour donner différentes formes à ses habits. A partir de cet instant le sourire n’avait plus quitté ses lèvres. Elle reprenait le contrôle, enfin. Une pile s’était rapidement formée, elle entassait toutes les boîtes de teinture qu’elle trouvait dans deux de ses pulls, transformés en sac à main avec la seule aide d’une lame de rasoir. Une fois les étagères dévalisées elle avait ajouté quelques pinceaux et tubes de peinture au cas où elle vienne à trouver le courage de passer à l’acte. C’est sur le chemin du retour qu’elle l’avait croisé, il l’avait intercepté alors qu’elle était dans le couloir du niveau dix. Il faut reconnaître qu’elle pouvait difficilement passer inaperçu : les boîtes de teintures s'empilaient jusque sous son menton. Après avoir répondu à ses questions, non sans hésitation, il lui avait demandé s’il pouvait se joindre à elle. Elle avait accepté satisfaite d’avoir un peu de compagnie. Elle était rentrée dans son logement tandis qu’il retournait au sien chercher ses vêtements. Quatre-vingt-six avait profité de ce temps pour sortir de son sac une boite de chaque couleur qu’elle avait déposé sur le sol de la salle de bain. Celles qui lui restaient avait terminé avec les sacs sous son lit, une cachette bien prévisible mais ça suffirait jusqu’à ce qu’elle trouve mieux. Elle se demandait encore ce qui lui était passé par la tête. Pourquoi en prendre autant ? Sans doute la crainte d’être privé de ces couleurs qui la rassurait tant. Un trésor qu’elle comptait bien protéger. Elle n’était pas là depuis assez longtemps pour savoir si tous les objets à leur disposition était renouvelé. Autant assurer ses arrières en détenant le stock de pigment, elle ne se voyait pas y renoncer alors qu’elle venait tout juste d’en découvrir l’existence. Par contre partager ne la dérangeait pas aussi accueillit-elle avec un sourire le jeune homme lorsqu’il franchit la porte. Ses colocataires semblaient être sortis à moins qu'ils ne soient enfermés dans leur chambre. Quoi qu'il en soit, ils ne seraient pas dérangés.

Après avoir fermé le robinet, elle reporta son regard sur lui. “Prêt ?” demanda t’elle alors que son visage s’éclairait d’un sourire impatient. Elle se décala pour lui laisser la place de mettre le produit. De son côté elle regroupait le linge prête à le mettre dans l’eau, un habit après l’autre. Pour patienter le temps de la coloration elle avait déjà tout prévu. Quelques cahiers et tubes de peinture patientaient dans un coin de la pièce. Elle avait déjà une bonne idée de ce qu’elle allait tenter de peintre, son regard dévia vers son acolyte dont elle examina une énième fois les tatouages : "Tu voudras bien me laisser peindre tes tatouages ?"

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Revenir en haut Aller en bas

avatar
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: And now I'm covered in the colors [H03-909]   Mer 5 Avr - 15:29

And now I'm covered in the colors F03-086 & H03-909 Entourloupe. Qu’est-ce que c’était que ce mot ? Pourquoi est-ce qu’il m’était venu à l’esprit en voyant cette fille, les bras chargés de peinture, de feutres et d’un tas de bazar qui semblait venir de l’aire de jeux ? Bref, quand je l’avais vu avec tout ça dans les couloirs, je sortais de mon appartement, j’allais pour prendre l’ascenseur et aller dans le jardin pour voir autre chose que ce blanc omniprésent, on s’était arrêté tous les deux, elle devait probablement s’attende à ce que je l’arrête ou peut-être que je la dénonce, moi je restais là, essayant de comprendre ce qu’elle faisait avec ça. Et puis rapidement j’avais vu les couleurs, les pinceaux, dans ce qui semblait être des sacs avec des hauts déchirés, est-ce qu’elle avait dans l’idée de dégrader les lieux ? Est-ce qu’elle volait juste des couleurs pour se rassurer, ce que je ne trouvais pas autant bizarre que cela sonnait ? Quoi qu’il en soit, je n’allais sûrement pas la dénoncé. Non, à présent je me trouvais à ses côtés, dans sa salle de bain, avec une pile de vêtements propres dans les bras, prêt à les jeter dans la baignoire en même temps que la teinture qu’elle allait y mettre. En à peines quelques questions, j’avais fini par la suivre, totalement séduit par l’idée de pouvoir échapper un peu au blanc. C’était très séduisant, bien que dangereux, du moins, je me doutais qu’on risquait quelques problèmes, et étant donné qu’elle m’avait rapidement expliqué qu’elle voulait mettre un peu de couleur sur les murs. Ça, je me doutais bien que ce serait un gros souci, ça, c’était considéré comme une dégradation des locaux. Sauf que je n’avais pas peur. Enfin, ça me faisait peur, mais rester dans le blanc était bien plus terrifiant que le reste. Je finis donc par jeter mes vêtements dans la baignoire et regardais les boîtes de teinture avec un peu plus d’attention, essayant d’évaluer avec quelles couleurs je voulais me balader sur le dos. Lorsque je me tournais vers ma partenaire de coloriage, j’avais un large sourire sur les lèvres.

« Et si on les mettait toutes ? Ça peut faire un truc chouette, je suis sûr. Et puis, au moins, même si d’autres auront eu cette idée avant nous, on est sûr que personne n’aura notre look. »

Honnêtement, je m’en foutais du look que je pouvais avoir, ce qui me plaisait surtout c’était d’avoir plein de couleur sur le dos, surtout qu’avec le mélange des couleurs, avec ce blanc, ça pouvait rendre un truc plutôt artistique. Je ne savais pas trop pourquoi ça m’intéressait ce mélange, depuis que j’étais arrivé et que j’avais découvert l’existence de l’aire de jeux et que quelqu’un se mettait à peindre ou à dessiner, je ne pouvais m’empêcher de les observer, discrètement aussi, parce que je pouvais passer pour un psychopathe. C’était étrange, peut-être un relent de ma vie, ou une nouvelle passion qui était en train de naître dans cet endroit confiné. Quoi qu’il en soit, je pris les mains de 086 les boîtes de teindre et les ouvrit toutes pour les verser dans la baignoire, essayant de bien les étendre sur tout le linge. Je la laissais mettre le sien lentement, l’un après l’autre, ne pouvant m’empêcher de sourire à cette différence, moi qui jette tout en même temps et elle qui prend le temps de bien mettre chaque vêtement son tour dans l’eau. Est-ce que c’était une différence commune chez les hommes et les femmes ? En tout cas, ça m’amuser. Puis, à sa question, je retournais la tête vers elle, haussant un sourcil de surprise. En partie parce que j’avais un peu tendance à oublier que les autres pouvaient aussi voir mes tatouages, qu’ils n’étaient pas le fruit de mon imagination et qu’ils étaient bien réels, mais aussi parce qu’elle me demandait mon autorisation.

« Ouais, bien sûr, ne te gêne pas. Tu peux dessiner ce que tu veux. Si jamais tu veux que j’enlève le pull, dis le moi. »

J’étais en train de découvrir que je n’avais pas vraiment la notion de la pudeur. Alors que d’autres seraient gêné d’avoir des regards sur eux, de se mettre torse nu devant des inconnues, ça n’était absolument pas mon cas. Et vraiment. Il pouvait me demander de me mettre complètement à poil pour me dessiner, je n’en rougirais même pas, je n’en serais même pas ému. Je devais vraiment avoir un truc qui ne tournait pas rond. Bref, je m’asseyais sur le bord de la baignoire en observant notre mixture avec une moue sur le bord des lèvres.

« Il nous faudrait quelque chose pour touiller un peu, tu crois pas ? Ou alors touiller ferait un gros mélange vraiment moche… Non, faut peut-être laisser comme ça… »

J’avais parlé pour moi-même en réalité, les yeux rivés sur les teintures qui flottaient à la surface de l’eau et des vêtements qui faisaient de même, ne noyant bientôt dans ce liquide étrange, mais que je trouvais superbe. A tel point que j’avais envie de plonger les mains dedans pour toucher les textures, pour voir ce que ça faisait sur la peau, tout en sachant que c’était dangereux pour la peau. A la place, je finis par m’éloigner de la baignoire et me rapprocher de 086 pour m’asseoir sur le sol et attraper un des cahiers qu’elle avait laissé pour nous. Autant ça m’intéressait de voir les gens dessiner et peindre, autant je n’étais pas plus emballé que ça moi-même de le faire. Je préférais finalement posé le cahier sur mes cuisses pour reporter toute mon attention sur elle.

« Et sinon, tu dessines souvent ? Tu sens que tu as la fibre artistique ? »
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

May I help you sir ? Don't be afraid, even if I look useless, I'm sure I can help you in many ways. You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.

      (c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas
 
And now I'm covered in the colors [H03-909]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zeste d'amitié of colors
» Colors of spring(Psp)
» MY- Colors

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LA RUCHE :: Niveaux 6 à 10 :: Niveau 10-
Sauter vers: