Partagez | 
 

 EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Pnj
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Ven 31 Mar - 13:12

EVENT
run rabbit run

Mise en situation
Les foules ont ce don bien particulier d'attirer les curieux et vous n'êtes pas en reste en ce début de journée. Les horloges affichent tout juste 7h du matin et pourtant ce n'est pas la cafétéria qui peut se vanter d'attirer l'attention. Les voix s'élèvent doucement dans la cage d'escaliers. Un doux murmure d'incompréhension. Quelques mots plus précis parviennent à votre oreille au fil de vos pas se rapprochant peu à peu de la source de tout ce remue ménage.

« Comment est-ce qu'il a pu arriver ici? »

Fronçant les sourcils, vous forcez le pas pour vous rapprocher du petit cercle formé près d'un coin de jardin. Vous essayez tant bien que mal de vous frayer un petit chemin dans la masse pour arriver à poser votre regard sur ce qui occasionne tant d'expressions incertaines dans les visages de vos confrères. Puis, vous le voyez. Petite masse poilue d'un blanc crasseux gisant visiblement sans vie dans la terre. Un lapin. L'un d'entre vous se penche malgré la réticence des autres pour lui toucher le cou par réflexe.

« Il est mort... mais il a une bosse dans le cou. »

Plissant les yeux, dégoûté, il porte ses doigts à son cou pour l'enserrer et presser doucement pour faire sortir ce qui semble y être coincé. La réponse ne tarde pas à se présenter à vos regards médusés. Un petit oeuf.

« Bordel... »

Lointaine exclamation de désespoir qu'on aurait pu croire être liée à la découverte d'une forme de vie autre qu'humanoïde au sein de la Ruche, ce n'était néanmoins pas le cas. Si le lapin a su attirer l'attention de quelques curieux, d'autres firent une bien plus macabre découverte à quelques pas du jardin. Le bras mécanique et son habituel ponctualité laissait présager une simple infraction en s'engouffrant comme tant de fois déjà dans les méandres de l'installation avec un corps visiblement inerte. Corps que vous auriez été bien en peine d'identifier avant de le voir disparaître comme tant d'autres par cette trape au plafond se refermant derrière lui. Ce n'est pas ce qui choqua. Ce n'est pas ce qui vous fit imaginer le pire et avait engendré le 'bordel' de l'un de vos confrères. C'est cette imposante flaque de sang que de petits aspirateurs s'acharnaient à nettoyer près de ce couteau de plastique souillé de ce même carmin ornant le sol. Y avait-t-il un tueur parmi vous?




Revenir en haut Aller en bas
Invité



Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Ven 31 Mar - 21:15

Cette nuit avait été longue. Calme. Sans sommeil. Sempiternelle. J’étais la depuis quelques jours à peine, et j’avais du mal a prendre mes marques. J’avais trouvé mon logement, ainsi que ma colocataire. J’essaie doucement de me repérer, reconnaître certains résidents, noter les nouvelles têtes… C’était compliqué. À vrai dire, cette ruche était encore un labyrinthe à mes yeux. J’avais toujours sur moi les papiers du premier jour, avec les explications respectives de chaque niveau, ainsi que les règles. Je ne voulais pas vraiment me faire repérer au bout de quelques jours seulement… J’avais passé une partie de la nuit assis en tailleur sur mon lit. C’était venu instinctivement. J’avais fermé les yeux, relaxé mon corps, des pieds à la tête : j’avais médité une bonne partie de la nuit. Par habitude probablement ? Évidemment, aucun souvenir n’avait fait surface depuis mon arrivée. Je décidai finalementde bouger. Mes jambes était engourdies, et mon estomac criait famine. Arrivé devant la cafétéria, je remarquai qu’il n’était pas encore 7h. Fermée. J’allais devoir passer un peu le temps. Attiré par un murmure dans les escaliers, je décidai de me diriger vers l’espace vert.

Descendre des escaliers immaculés. Niveau 4. Pousser une porte. L’espace vert. Enfin. C’était une des seule chose de la Ruche qui m’extirpait de la torpeur de mes pensées. Le vert, bien que controlé et enfermé, changeait l’atmosphère de la pièce entière. J’allai m’assoir aux tables en face de moi, mais je remarquai un attroupement près du jardin. Tout le monde se levait toujours aussi tot ici ? Après tout, il n’y avait pas vraiment grand-chose à faire… Ma curiosité ayant été piquée, je m’avançai, discrètement. Qu’est ce qui pouvait bien être si intéressant dans un jardin, à 7h du matin ? Je ne voyais pas grand-chose. N’étant pas très grand, je dus jouer des coudes mais également tendre l’oreille pour comprendre la situation.
Au centre du cercle, un objet blanc. Inerte. Sans forme. Difficile de comprendre la situation. Mais les badauds déjà présent semblaient saisir un détail qui m’échappait.


    « Comment est-ce qu'il a pu arriver ici? »

Il ? De quoi parlaient ils ? En observant avec un peu plus d’attention, je remarquai que ce petit objet était en fait… Un lapin. C’était la première fois que je voyais un être vivant autre que les résidents de la Ruche. Sauf qu’apparemment… Il était mort. Pourquoi un lapin ? Pourquoi ce matin ? Qui l’avait apporté ? Je m’appretai à demander à un de mes voisins, quand un homme, visiblement plus courageux que nous, appuya sur le cadavre du rongeur. Un œuf sembla sortir d’une plaie… Bon. J’avais perdu la mémoire. Nous avions tous perdu nos souvenirs… Mais tout de même : un lapin, ça ne pond pas d’oeuf. Quelque chose se tramait. À nouveau.

Un bruit attira mon attention dans ma vision périphérique. Le bras mécanique, similaire à celui qui m’avait accueilli, semblait s’agiter près de la paroi. J’eu tout juste le temps de percevoir un mouvement vers le plafond, mais je ne vis que la trappe se refermer. Désormais, une tache dénotait avec la pureté du sol. Mais pas n’importe quel tache. Rouge vif. Carmin. Liquide. Du sang avait coulé sur le sol. Tout près, un couteau. Les mêmes que ceux de la cafétéria.
Très vite, beaucoup d’agitation dans mon esprit. Est ce normal ? Commun ici ? Qui a fait ça ? Le corps qui a été emporté par le bras ? La victime ? Y’a t’il vraiment un cadavre ? Suis je endormi ? Mon souffle s’accélérait. J’essayai de me redresser, de reprendre mes esprits. Je devais me rappeler : ne pas attirer l’attention, et comprendre le plus de chose dans cet endroit. Je décidai de tenter quelque chose. Je calmait une dernière fois mon esprit, puis tapotai sur l’épaule de l’individu à ma droite.


    « Excuse moi, je viens d’arriver… Il s’est passé quelque chose ? Enfin, je veux dire, tu as vu ce qu’il s’est passé ? »


Je ne savais même pas si l’individu en question allait me répondre, se moquer ou partir en m’ignorant. J’essayai de ne pas montrer la nervosité évidente qui raisonnait dans ma tête.

Revenir en haut Aller en bas
Invité



Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Ven 31 Mar - 23:56



EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN
Si à son habitude, la ruche était un endroit dénué de vie aux heures matinales, quarante-quatre était surprise de voir que ce n’était pas le cas, aujourd’hui. Quand elle s’était réveillées aux aurores et qu’elle s’était glissée en dehors de sa chambre, elle avait remarqué que la cafétéria était plus vite qu’à l’accoutumée. Même si elle était parfois seule ici, elle avait une étrange impression. En tendant l’oreille, elle cru entendre des bruits de pas dans les escaliers qui semblaient mener à un endroit commun. Elle haussa un sourcil, sa curiosité piquée au vif. De nature curieuse, elle ne pu s’empêcher de laisser son repas à moitié entamé et de se diriger vers la sortie de la cafétéria. Elle emprunta les escaliers, suivant les bruits de pas et les chuchotements trop nombreux qui résonnaient contre les murs blancs. Son cœur commença à battre plus rapidement à cette idée. Réaction logique face à une situation inconnue. Elle ne savait pas ce qu’il s’était passé pour que tout le monde ne se décide à se rejoindre au même endroit, mais elle avait l’intention de combler cette ignorance. Se frayant un chemin parmi les gens qui s’étaient entassées dans l’espace vert – d’accoutumé vide, elle remarqua une petite chose blanche sur le sol. Il ne bougeait pas. Qu’est-ce que c’était ? Elle fronça les sourcils, avant de reconnaître les formes d’un lapin. Un lapin ?! Comment était-ce possible ? Était-elle en train de rêver ? Elle n’avait jamais rien vu de tel, depuis qu’elle était là. C’était la première fois qu’une chose de l’extérieure faisait son apparition et c’était vraiment… signe d’un effondrement de la ruche peut-être. Si cette petite créature inerte avait pu échapper à leur sécurité, c’était sans doute que ça commençait à s’effondrer ici. Néanmoins, ce mince espoir vint vite se faire remplacer par une mine écœurée. Une sorte de petite boule lui avait été extirpé du coup et elle grimaça, visiblement peu ravie de constater une chose aussi déplorable. Pauvre petite bête. Déjà qu’elle avait perdu la vie, on s’était amusé à quoi ? A lui mettre un œuf sous la peau ? C’était tellement cruel.

Un bruit mécanique sorti la brune de ses pensées. Il avait attiré un corps à travers la trappe dans le mur, si furtivement qu’elle n’avait pas vu de quoi s’agissait-il vraiment. Son cœur manqua presque un battement quand elle constata une grosse flaque de sang qui jonchait sur le sol, dans un coin reculé de l’espace vert. Trop excitée par l’arrivée d’un animal dans la ruche, elle n’avait pas fait attention à ce détail et la vue de tout ce sang lui donna le tournis. Elle avait envie de vomir ses tripes, tant ça la prenait dans l’estomac. « Oh mon dieu, c’est quoi ça… » elle porta sa main à sa bouche, comme si elle se retenait de déverser son petit-déjeuner par terre. Par terre, le sang avait l’air si… vrai. Il y avait même un couteau en plastique recouvert de sang tout près. Un couteau de la cafétéria. C’était quoi ce bordel ? C’était une blague, c’est ça ? Il fallait être foutrement tordu pour faire une blague pareille. Elle agrippa le bras de la personne qui venait d’arriver à ses côtés, comme pour s’empêcher de défaillir. C’était un type aussi perdu qu’elle. Elle le regardait furtivement, tandis qu’elle secoua la tête. « Je suis arrivée et j’ai vu… quelque chose être transporté dans la trappe du plafond. Et puis j’ai vu ça par terre. J’avais pas même pas remarqué… » De la panique se faisait entendre dans le timbre de sa voix. Elle avait peur. Une sensation qu’elle n’avait pas ressentie depuis qu’elle s’était retrouvée dans la toute première pièce blanche. « Et si c’était l’un de nous ? Et si tout le monde n’était pas aussi innocent que ça ? » Elle avait des folles théories qui lui passaient par la tête. « Quelqu’un a vu le corps ? » Sa voix était légèrement tremblotante, mais elle avait parlé assez fort pour se faire entendre de tous.

Revenir en haut Aller en bas
Invité



Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Sam 1 Avr - 8:34

« Bordel. »

Les premiers mots de ta journée sont teintés de cuivre et de sang. Etait-ce donc à toi de faire les découvertes macabres ? Embrassée par le feu et l’écarlate. Mouchetée d’hémoglobine. Marquée par la violence jusque dans ton code génétique, cette mission devait-elle forcément t’échoir ? Serais-tu leur oiseau de mauvais augure ?

Ton inconscient répond par l’affirmative. Tu avais toujours su. Cela te revenait. Tous ces gens. Tu avais toujours su où les chercher. Où les trouver. Tu avais toujours su arriver jusqu’à eux comme un foutu limier infernal. Remonter la piste et te baigner dans la marée putrescente de leur dernier souffle. Tu étais présente lors de leur mort.

Un éclair. Pas le temps d’analyser.  Le bras mécanique vient d’agripper sa proie et tu recules comme un cabot défiant. Elle t’a trop abîmée pour que tu ne te méfies pas. Tu te souviens des coups comme l’aurait fait l’enfant maltraité et tes lèvres murmurent de vagues malédictions sur son passage. Quant à l’ombre emportée, elle gît,  tête tournée vers le mur, bras ballant, membres abandonnées entre ses griffes avant de disparaître dans le plafond.

En silence, la trappe se referme. Tu respires enfin. Un jour, tu es persuadée qu’elle s’ouvrira pour toi et que ce sera ta fin. Voilà la raison de tes insomnies. Ne pas fermer l’œil de peur de ne jamais le rouvrir. Veiller jusqu’à l’épuisement, en prenant pour couvert les silhouettes familières de quelques prisonniers de confiance. Se réveiller en sursaut. Recommencer un cycle.

Ton regard tombe sur l’herbe grasse et vermeille. Tu devines encore la pesanteur du corps couché là quelques instants auparavant. Les brins courbés et denses formaient un réceptacle parfait. Un val moussant de verts rayons. Un havre pour un repos éternel.

Tu entends à peine la rumeur qui monte. Tu ne vois pas les visages qui se sont tournés vers toi lorsqu’à genoux tu t’es mise à chasser les Nettoyeurs avec véhémence. Et chaque fois, ils revenaient à la charge.

Certains auraient pu interpréter ton geste comme un acte vain permettant de préserver la scène du premier meurtre de la Ruche. Mais tes intentions étaient plus primaires. Tu te refusais à voir la souillure disparaître. Quelqu'un était parti. La trace devait rester. On trouverait son identité. On lui offrirait des funérailles. Pas comme les disparus qui retournaient au néant.

Tu en as coincé un entre tes cuisses alors que tu en maîtrises deux autres. Impuissante, tu jettes un regard à l’assemblée avant de gronder :

« Bougez-vous et venez m’aider ! Vous ne voyez pas qu’ils vont tout faire disparaître ! »

Dans la lutte, tu t’es maculée de sang et de terre et tu as l’air définitivement d’une folle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Sam 1 Avr - 11:25

Planté sur mes deux jambes, j’attendais la réponse de la jeune fille. Elle semblait aussi perturbée que moi. Je m’étais avancé à sa droite, et j’avais vue sur son visage. Elle m’expliqua qu’elle n’en savait pas vraiment plus que moi. Tout de même, un meurtre ne sort pas de nulle part bon sang ! Elle était arrivée et la situation était déjà ainsi apparemment. Elle se posait des questions sur la Ruche et ses résidents. C’est d’ailleurs à toute la ruche qu’elle sembla s’adresser lorsqu’elle demanda si un meurtrier était parmi nous. Bonne question. De toutes façon, je doute qu’il lève doucement la main et attende son châtiment…

Je prenais conscience de l’importance de la situation. Ce n’était pas un meurtre comme les autres. Bien entendu tous les meurtres étaient des événement grave et possiblement dangereux, mais c’était différent. Nous étions dans un endroit clos, enfermés dans un batiment aseptisé, coincé dans nos esprit vides ou presque de tous souvenirs. N’importe qui pouvait prétendre n’avoir aucun souvenir, mais personne n’en aurait jamais vraiment la preuve. Je m’appretais à répondre quelque chose, lorsqu’une femme se jeta au sol, près des Nettoyeurs : avec acharnement, elle tentait de retenir les moindres mouvement des bras mécanisés, qui voulait faire oublier le crime ayant eu lieu quelques secondes plus tot. Il fallait réfléchir rapidement.
Qui était-ce ? Pourquoi s’acharner sur ces robots qui auraient probablement raison d’elle ? Ne prenait elle pas le risque d’enfreindre les règles ? Evidemment, mais visiblement, elle s’en fichait, si bien qu’elle en appela à l’attroupement


    « Bougez-vous et venez m’aider ! Vous ne voyez pas qu’ils vont tout faire disparaître ! »


Ce n’était pas une question. Elle voulait de l’aide et ne la demandait pas. Elle l’exigeait. Ce qui voulait dire qu’elle ne devait pas être nouvelle ici… Ou alors elle ne manquait pas de courage. Il était temps de faire quelque chose. Après tout, si j’enfreignait les règles, j’en apprendrai plus sur la Ruche, il fallait voir les bons cotés des choses.
Je me précipitai près de la tache écarlate, et repoussai d’un coup de pied le couteau, pour l’éloigner de la future emprise des bras mécanique. Dans ce mouvement, je tombai à genou. Je posai la main sur le second nettoyeur, et tentai de la repousser. Chaque aller retour percutait ma paume. Je n’avais visiblement pas une bonne méthode, mais j’essayai d’aider la rouquine.


    « Y’a pas des pelles dans les serres ? Bloquer le mouvement des bras serait plus utiles que de tenter de les repousser ! »


Le Nettoyeur ne semblait pas sentir mes mouvements. Mes actions semblait vaines, mais je faisais de mon mieux pour défendre cette cause qui était maintenant commune. J’essayais d’observer le bras en même temps. Comment était t’il sorti de la trappe ? Y’avait-il moyen de s’y engouffrer ? Comment se mouvait-il ? Trop de question, et je n’étais pas en capacité ni d’y réfléchir, ni d’y répondre. Du nerf.

Revenir en haut Aller en bas
Invité



Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Sam 1 Avr - 14:21

La définition de la folie en ces lieux : aller se coucher toutes les nuits en espérant que le lendemain sera différent, que cette routine irritante, éreintante prendra fin tout en sachant intérieurement que ce n’était pas près d’arriver. Parce qu’elle allait finir  par me rendre dingue cette routine, le peu de jours que j’avais passé dans cet endroit immaculé avaient suffi à exacerber chez moi ce sentiment d’oppression. Tous ces vêtements blancs, ces voix artificielles, cette bouffe fade et ces visages de déprimés dépressifs … putain j’allais finir par me pendre. J’avais été naïve de penser que le sommeil aurait été un moment d’évasion, que mes yeux pourraient voir les couleurs de mon passé, que mon cerveau sans doute déjà rendu malade par cet endroit arriverait à s’échapper de sa prison amnésique et sans couleur. Il n’en était rien, mes rêves étaient fait de trou noir ou de ces murs blancs ou se glissaient parfois des visions cauchemardesques. D’ailleurs je n’étais même plus certaine de dormir, ou d’être éveillée, j’étais dans un demi-sommeil constant, à douter de la réalité jusqu’à tanguer entre folie curieuse et lâcher prise.

Je n’avais pas faim ce matin-là, l’idée de devoir déglutir ce truc sans saveur qu’ils nous refilaient suffisait à retourner mon estomac. Je poussai un soupire las en me levant et désireuse de contempler autre chose que ce blanc plus qu’angoissant, je me dirigeais vers le jardin … qui paraissait bien animé. Super … en plus  ils étaient du genre lève tôt et bavards puisque j’entendais un brouhaha depuis l’escalier. Descendant celui-ci à un rythme plus qu’apathique, mon regard se dirigea vers la petite foule qui visiblement avait jeté son dévolu sur un lapin. Fronçant les sourcils, la curiosité piquée,  j’observais la scène de loin. Ils étaient complètement frappés ici ... utiliser un œuf pour étouffer un lapin, bordel fallait que je trouve un moyen pour me barrer de cet endroit. Un bruit mécanique et une exclamation pour le moins spontanée me fit tourner la tête juste à temps pour apercevoir ce qui ressemblait à … un corps ? Se faire tirer dans une trappe par une de ces engeances mécaniques. Je restai interdite, mes deux neurones qui n’avaient pas encore été grillés par cet endroit tentaient visiblement d’assimiler vainement ce qui venait de se passer. Est-ce que j’étais en train de rêver ? Mes traits s’étaient comme figés, sur mon visage se dessinait les lignes de l’angoisse. Ce n’était pas ce qui s’était passé ? Ce n’était pas ce que je venais de voir ? Bordel je voulais retourner dans ma routine gerbante …

Mes yeux firent le chemin téméraire jusqu’à l’imposante flaque de sang qui diminuait à mesure que les nettoyeurs s’affairaient pour effacer la scène de crime. Je déglutis d’horreur.

« Sainte Marie … »


J’articulai, la voix à demi éteinte alors qu’instinctivement mes doigts cherchaient à saisir un objet inexistant à mon cou. Je tournai la tête vers celle qui prenait les devants, cherchant à empêcher les nettoyeurs de tout effacer. Hein ? L’aider à retenir ces trucs ? Mon cœur tambourinait dans ma poitrine, j’avais l’impression d’être imprégné de l’odeur ferreuse du sang alors je pris quelques instants avant d’intégrer ce qu’elle racontait, mon regard se détournant alors vers le couteau en plastique maculé de sang que mon colocataire avait repoussé.

« Oh bordel … ils s’amusent à qui égorgera le premier maintenant … » Sarcasme quand tu nous tiens, le tout suivi d'un rire nerveux, comme un rire d'enfant stupide qui avait été prit en flag.

Le ton étonnement calme, le choc parlant à ma place, comme si j’essayais de me persuader que cette situation était bien réelle. Cependant quelque chose m’intriguait et je murmurai à peine un  « il est en plastique … » le couteau, était en plastique, comment pouvait on tuer avec un couteau en plastique ? Et si le pauvre type qui s’était fait entrainé s’était en fait défendu avec le seul truc qu’il avait pu trouver.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F02-021
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Sam 1 Avr - 16:45


F02-021 & lots of people

Run Rabbit, Run


Une journée comme une autre pour la brune qui virevoltait au sein de la Ruche, de ce pas parfois lourd, parfois assuré, et d'autres fois précipité ou furtif. Elle ne s'attendait pas à ce qu'un nouveau souvenir ou bribe de sa vie passée ne survienne dans son esprit quelque peu abîmé. Non, 021 n'attendait plus rien de cet endroit, ni de ces gens. Encore un peu embrumée, elle s'était levée, bien décidée à se rendre à la cafétéria et ignorer les regards qui se posaient sur elle désormais. Ce n'était pas comme si elle commençait à se faire reconnaître comme celle qui pétait des câbles à tout va. Elle croisait encore les bras quand quelque chose avait capté son regard, la forçant à dévier son chemin. Elle n'avait pas été la seule dans ce cas-là, et bientôt tout autour d'elle un attroupement s'était formé. Enfin autour d'elle, non, plutôt autour de... ce lapin ? En fronçant les sourcils, Tasha - fallait qu'elle commence à s'habituer à ce prénom qui revenait sans cesse dans sa tête - avait cessé de croiser ses bras pour se pencher légèrement en avant, l'air concentrée.

« Comment est-ce qu'il a pu arriver ici ? » avait-elle lâché d'une voix circonspecte. Mais à ses côtés, personne pour lui répondre, trop ébahis qu'ils étaient tous à constater la présence d'un animal dans la Ruche. D'aussi loin qu'elle se souvienne, jamais 021 n'avait vu de quelconque animal ici, et elle était certaine que les plus anciens confirmeraient ses dires. Tasha continue son inspection, plus intriguée que jamais, osant tendre le bras pour tâter la pauvre bête. « Il est mort... mais il a une bosse dans le cou. » C'est avec un petit son étranglé qu'elle ajoute cette dernière phrase, pas certaine de savoir à quoi correspond cette bosse. Elle arrête son inspection, s'agenouille cette fois-ci en tâchant de comprendre ce qui était en train de se passer. Un curieux qui l'avait suivi jusque là se manifeste à ses côtés et elle lui lance un regard, aussi interrogateur qu'intéressé. Elle hoche la tête alors qu'elle le voit s'approcher à son tour du petit cadavre et elle l'observe presser le cou de la bête dans une grimace de dégoût qu'elle partage amplement. Mais son dégoût est très vite remplacé par une moue soucieuse et presque extasiée en se rendant compte que l'inconcevable se passait sous ses yeux. « Bordel. » qu'elle lâche, en coeur avec celui qui avait osé presser le cou du lapin. Elle croise à nouveau son regard, et elle reste bêtement ainsi, cherchant une justification à ce qu'il venait de se passer.


Elle était si obnubilée par leur découverte qu'elle ne saisit qu'après coup ce qu'il se passait autre-part. Se redressant avec lenteur, elle jeta un triste regard au corps du lapin avant de rejoindre la foule qui se formait non loin de là. Tasha observait une nouvelle scène, n'ayant pas le temps de réagir que des exclamations fusaient de toute part et qu'une femme hurle une sorte d'ordre qui la dépassait. Tasha commence à tracer son chemin au sein des curieux du jour et elle capte les mots d'une demoiselle en un éclair. Elle ricane doucement, amusée par ses pensées et elle hoche la tête en sa direction. « On dirait bien. Entre ça et l'oeuf dans le lapin, y en a qui s'amusent vraiment parmi nous. » Elle finit par soupirer, ou plutôt souffler d'exaspération, laissant les gens se démener à arrêter les nettoyeurs. « Autant les nettoyeurs effacent les indices, autant vous les souillez. » Ce fut plus fort qu'elle, et 021 mis du temps à comprendre qu'elle venait de parler à l'encontre de ceux qui interagissait avec la scène de crime. Elle sursauta, surprise par ses propres propos et se rembrunit en croisant de nouveau les bras. Se raclant la gorge, elle se tourna vers celle qui l'avait déjà fait réagir une première fois (F03-129) : « En plastique... Quelqu'un aurait donc pris ça depuis la cafétéria... »
AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Is this a big bad joke ?

by Wiise


Badges du Swagg:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Sam 1 Avr - 16:48


Du sang. Un lapin. Mais un lapin ça saigne pas tant. Le sang il est pas au lapin. Il est au mec qui a été buté. Le sang, il est en train de se faire nettoyer. Tout propre, tout clean. On jette ce mort et on l'oublie. On l'oublie alors on nettoie, on nettoie pour l'oublier. Parce que si le rouge ne tâche plus nos yeux, on oubliera plus vite qu'il a tâché nos cœurs. 46 se gratte nerveusement le pouce. Les bras mécaniques ne semblent pas faire grand cas de la demoiselle qui se débat pour les arrêter. Cette dernière est d'ailleurs maculée de ce sang qui ne lui appartient pas.

Le gens autour se pressaient, entre cris, sursauts et silences choqués, chacun y allait de sa réaction. L'opinion générale tendait à empêcher ces bras de désinfecter la scène. Sans doute l'horreur de constater que c'est ainsi qu'ils pourraient finir, dans une trappe, dans le silence et l'oubli, les avait poussé à réagir de la sorte. Car si vous n'étiez pas au courant, l'homme est une drôle de créature qui ne réagit que à ce à quoi elle peut s'identifier. Ce cadavre, ce n'était pas un individu, ce cadavre, en tant que tel, ils s'en fichaient bien tous, seulement, ce cadavre, justement, était leur miroir : Ils se voyaient en lui, et dans la crainte de connaitre le même sort, réagissaient comme ils auraient voulu qu'on réagisse si ç'avait été eux, la victime.

46, recula de quelques pas, se soustrayant à la masse qui de plus en plus s'agitait. Silencieuse, elle se dirigea d'un pas décidé, comme guidée par une intuition quelconque, vers le cadavre du rongeur à qui (désolée bébé) le mort Humain avait piqué toute l'attention. Ok. Un œuf. Un lapin, ça pond pas des œufs. Alors si il s'est retrouvé avec ça dans le cou, soit les espèces ont évoluées vachement vite et Darwin serait vraiment chaud d'apprendre ça autour d'un verre de vodka, soit cet œuf, il était là pour une raison. Brutalement, elle se saisit de l’œuf, se releva, et sans réfléchir, l'éclata d'un grand coup au sol...Bam. 46 observe ce qui vient de découler de cette coquille brisée. Rien. Bon, ben ma vieille, t'auras eu le mérite d'essayer.

Reste à savoir d'où vient cette bestiole. Si elle vient du dehors par ses propres moyens, il y a fort à supposer qu'il soit possible d'emprunter un chemin similaire pour sortir.

" Ok..." Elle jette un œil compatissant au pauvre rongeur "..Désolée mon pépère, je crois qu'on va faire un peu de dissection." La brunette saisit les restes de l’œuf, qu'elle enfouit dans sa poche, puis se saisit du corps du lapin qu'elle garde dans ses bras. Manquerait plus que ces hystériques les écrasent.  
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Pnj
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Sam 1 Avr - 18:33

EVENT
run rabbit run

Vous ne sauriez dire si vos efforts ont porté fruit ou si vous devez vous compter chanceux, mais dans un cas ou dans l'autre après quelques minutes vous avez le bonheur de voir les aspirateurs se diriger plus loin pour poursuivre leur travail sans broncher. Après tout, ils restent de vulgaires morceaux de métal vrombissant pour accomplir la tâche leur étant demandé. Surpris? Pas autant qu'à cet instant où l'oeuf s'est ouvert sous vos yeux pour dévoiler... rien du tout. Vide. Une coquille totalement vide. Voilà ce qui a étouffé ce pauvre animal.




Revenir en haut Aller en bas
Invité



Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Dim 2 Avr - 15:33



EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN
Des chuchotements s’élevaient dans la foulée avec des théories quant à ce qu’il se passait en ce moment. Tous semblaient être aussi choqué qu’elle sauf une rousse qui avait prit les devants et qui commençait à leur crier dessus, essayant d’attirer l’attention d’un maximum de personnes. Cette dernière s’était ruée vers la grosse flaque de sang qui restait, tandis qu’elle, trop tétanisée, la regardait faire, accompagné du type aux tatouages qu’elle avait agrippé la seconde juste avant pour se retenir de vomir. La scène, au loin, semblait vraiment venir tout droit d’un film. Couverts de sang, ils tentaient de chasser les petits appareils qui essuyaient le sang. La rousse était déterminée dans ses gestes, ne voulant pas faire disparaître les traces du corps qu’ils avaient emmenés. Elle comprenait parfaitement cela, mais elle ne voyait pas trop à quoi cela servirait de laisser tout ce sang par terre. Y avait rien de plus à en tirer. Ils avaient déjà l’arme du crime et ce n’était pas avec su sang qu’ils allaient avoir plus d’informations sur les événements. Il n’y avait pas de laboratoire, ici. Enfin, pas qu’elle sache, du moins. Il fallait donc se concentrer sur ce qu’ils avaient. L’arme du crime, un lapin mort et leurs esprits échauffés. Une fille aux allures de garçon manqué prévenait tout le monde que c’était un couteau en plastique, après avoir lancé une phrase presque désespérée sur la prochaine victime de ce massacre. 044 l’écoutait parler et une autre fille vint exposer des théories. Elle avait l’air d’être d’un tempérament de feu, vu la façon dont elle gérait les choses. Elle n’avait pas entièrement tort, sur les preuves du sang. Elle non plus, elle ne voyait pas trop l’intérêt d’aller sa baigner dedans pour rien. « le plus étonnant dans l’histoire, c’est jusqu’où la règle de la-non violence s’applique. On peut s’en sortir tranquille après avoir tué quelqu’un c’est ça ? Y a des caméras ici, c’est pas comme si ils ne savaient pas qui était le tueur, sérieux ! » Le ton de sa voix était accusateur. Agacé. Elle ne comprenait pas pourquoi on faisait tout ce cirque, alors qu’ils ne suffisaient qu’aux IA de choper l’assassin, parce qu’ils voyaient tout ce qu’il se passait ici.

Ses pensées furent interrompues quand une jolie brune aux cheveux courts fit une découverte en jetant l’œuf coincé dans le cou du lapin par terre. Il n’y avait absolument rien. C’était vide et c’était foutrement bizarre. Comment est-ce que ça avait pu se retrouver dedans et ne contenir que du néant ? Ce n’était pas du tout logique. Mais le pire, ce n’était pas ça. c’était la proposition de la fille qui détenait le lapin dans ses bras. Elle voulait le disséquer. « T’es sérieuse ? Et tu comptes l’ouvrir avec quoi ? Avec tes dents ? » C’était vraiment dégueulasse, le fait d’imaginer cette pauvre créature les tripes à l’air. 044 ne voyait même pas pourquoi elle pensait à faire ça. Elle espérait quoi ? Une surprise cachée ? C’était totalement débile. Et en plus, elle n’avait pas envie d’assister à cette scène. Y avait déjà assez de sang comme ça. « Y a pas suffisamment de dégâts comme ça ? je vois pas ce que ça peut apporter de fouiller ses tripes, le pauvre… » Une moue attristée fit son apparition sur les traits de son visage, alors qu’elle regardait ladite créature. Un soupir vint s’échapper de ses lèvres, tandis qu’elle détourna les yeux vers l’horrible scène ensanglantée dans le fond de la pièce. « alors ? vous voyez quelque chose d’autre dans tout ce sang ? »


Revenir en haut Aller en bas
Invité



Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Dim 2 Avr - 17:39

Mais, c'était qui cette grande conne condescendante ? Elle ne l'avait pas vue arriver vers elle, pensant que toute l'attention avait été dédiée à la nana qui se battait contre les nettoyeurs. Rien. Elle n'avait rien demandé. Ni à elle, ni aux autre. 46 n'avait certainement pas proposé une activité dissection comme on propose un club lecture. Alors bon. La brunette dévisagea perplexe la demoiselle qui lui avait fait les remarques précédentes. Fallait-il vraiment expliquer ? 46 ne se sentait pas concernée par le manque de logique de ses camarades, ainsi avait elle été tentée par l'ignorance. Toute fois, le ton employé lui avait déplu. Il était mort, le lapin. Pas de "le pauvre" qui tienne. 46 soupira.

" Oh ben j'sais pas. C'est vrai que c'est tellement courant un lapin ici. Si c'est quelqu'un qui l'a amené là, je suppose que c'est pas pour nous en faire un animal de compagnie. Donc, ça coûte rien d'aller vérifier si y a quelque chose caché dedans. "  46 regarda au loin. Les robots s'étaient retirés, ils avaient perdu la pseudo guerre contre la fille qui criait. " T'inquiète pas, miss propreté, je t'ai jamais demandé d'aller y foutre tes mains, pour ce qui est de mes dents ça me regarde et tu seras bien contente si jamais on y trouve un truc. Si il a pu avaler un œuf, on a très bien pu lui faire gober un message, une clé, ou une puce."

Voilà, dans le pire des cas, 46 se serait un peu dégueulassé les doigts pour rien. Restait qu'elle ne comptait pas passer sa vie ici. Elle n'y croyait pas trop, mais si quelqu'un tentait de communiquer et n'avait trouvé que cet animal pour le faire, elle se devait de tenter le coup, ne serait-ce que pour ne pas vivre avec ce doute après avoir jeté le lapin. Elle remettait toutefois l'ouverture de la bête à plus tard, quand elle serait plus tranquille, ou bien entourée de personnes un minimum compréhensives. La créature toujours dans ses bras, elle jeta un regard distant vers les autres, attendant la suite des événements. Elle n'avait pas pour habitude de parler beaucoup, et cette semi altercation l'avait contrariée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Lun 3 Avr - 15:01

Run Rabbit Run

Je parvenais à dormir de mieux en mieux. L’épuisement surement. Il faut dire que je mettais un point d’honneur à être actif dans la journée afin de m’éviter des nuits d’insomnies. J’en avais enchainé plusieurs lors de mes premiers jours et j’avais conscience que ce n’était pas bon pour ma santé mentale. Passer ses nuits à ressasser les mêmes questions, les mêmes peurs, en étant de toute façon trop fatigué pour analyser quoi que ce soit … ça n’était ni constructif, ni utile, ni apaisant. C’est l’un ou l’autre de mes colocataires qui m’avaient réveillé, pour une fois. J’avais le sommeil léger. Avais-je toujours eu le sommeil léger ? Peut-être était-ce uniquement dû à la situation. J’étais constamment sur mes gardes, persuadé que quelque chose allait bien finir par nous tomber dessus.

Je m’étais donc levé de bonne heure, mais je me sentais reposé et prêt à attaquer une nouvelle journée identique à toutes les autres. J’avais décidé de passer par les escaliers pour rejoindre la cafétéria. J’étais presque arrivé quand j’entendis une certaine agitation au niveau quatre. Je ne savais pas de quoi il s’agissait, et peut-être n’y avait-il rien d’intéressant, cependant, je ne laissais jamais rien au hasard, ici. Je ne voulais pas manquer la moindre information, le moindre évènement. Alors, sans plus réfléchir, je suivis l’origine du bruit. Je remarquai rapidement qu’un attroupement s’était formé dans le jardin. Les commentaires des uns et des autres me parvenaient, sans liens, sans suite, mais je réussi à comprendre que quelque chose d’anormal, de probablement choquant et inquiétant s’était produit ici. Je me tournai vers la personne la plus proche de moi, qui observait, un peu en retrait, et lui demandait des explications sur la situation. Un lapin mort, étouffé par une coquille d’œuf vide et, plus inquiétant encore, un corps retrouvé inerte, baignant dans une flaque de sang avant d’être enlevé par l’un des bras mécanique connu de tous. Mon sang ne fit qu’un tour et je sentis une décharge d’adrénaline me secouer. Je me frayai un chemin, tentant de rejoindre le lieu où le corps de notre confrère avait été retrouvé. J’avais aperçu la flaque de sang quand une voix me fit faire volte-face :

« T’es sérieuse ? Et tu comptes l’ouvrir avec quoi ? Avec tes dents ? »

C’était ma colocataire qui s’insurgeait ainsi. Je décidai de changer de direction pour la rejoindre. Elle était en train de discuter avec une autre jeune femme, sur un ton qui laissait présager une dispute imminente. Je compris sans difficulté le débat. La femme que je ne connaissais pas souhaitais ouvrir le lapin pour chercher un éventuel indice … idée qui semblait dégouter parfaitement 44. Je m’approchais donc de ma colocataire, posant une main sur son épaule pour l’inciter au calme.

« Calme-toi, C. »

J’attendis qu’elle se retourne vers moi pour l’observer. Elle semblait paniquée, totalement dépassée par la situation. C’était compréhensible. Comment deux choses aussi improbables avaient-elles pu se produire ? Et comment avaient-elles pu se produire en même temps ? Cette situation soulevait bien trop de questions … encore des questions. Nous étions fatigués des questions qui se multipliaient sans cesse et de ces réponses qui ne venaient jamais.

« Ca va ? Tu n’as rien ? Demandais-je en scrutant son visage. »

Je ne pouvais m’en empêcher. Je m’inquiétais constamment pour elle. Je ne savais pas pourquoi, mais j’étais persuadé que c’était lié à mon passé.

« Ce n’est pas complètement idiot, à vrai dire. »

Je n’aimai pas vraiment l’idée d’aller contre C., mais je devais avouer que ce lapin était une énigme qu’il était nécessaire de résoudre. Du moins devions nous envisager toutes les possibilités, toutes les hypothèses et ne rien laisser passer.

« Tu n’es pas obligée de rester dans le coin, C., mais je suis d’accord. S’il y a la plus petite chance qu’on trouve quelque chose, on doit essayer. Et puis de toute façon … il est déjà mort. »

Je relevai la tête vers l’autre femme, que je ne connaissais pas.

« Je veux bien t’aider. Je ne sais pas ce qu’on peut utiliser en revanche … Il n’y a aucun objet coupant ici. Il n’y a que les aiguilles à l’infirmerie qui pourraient nous permettre de percer la peau … »


Revenir en haut Aller en bas
Invité



Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Mar 4 Avr - 7:18

Un homme qui semblait connaitre la fille avec qui 46 se prenait la tête vint pour la calmer. Initiative que la brunette apprécia et salua, puisqu'elle ne comptait pas aller plus loin dans ce débat. Ouais non. Ça l'aurait même profondément embêté. Fait chier, même. Elle comprenait tout à fait que la découverte d'un cadavre, ainsi que la condition globale de la ruche poussaient les esprits à s'échauffer plus qu'ils ne l'auraient fait d'ordinaire. Même elle, doutait qu'elle aurait réagi comme ça en temps normal. Elle laissait donc à cette fille le bénéfice de ne pas la juger trop rapidement. De toute façon, elle aurait déjà oublié sa tête dans 4 ou 5 heures. 46 n'était pas rancunière, en tout cas pas au sujet de l'ouverture d'un lapin.

L'homme qui s'était interposé, lui, avait l'air plus cool. Du moins, il semblait plus fan de dissection que sa pote. Il proposa son aide, chose que 46 accepta. Malgré l'air qu'elle paraissait renvoyer, croyez le ou non, elle ne se faisait pas une joie d'aller foutre ses mains dans une boule de poils sanguinolente. Mais ça ne la dégouttait pas non plus. Enfin, bref, elle trouvait ce mec plein de bon sens, ainsi il gagna sa sympathie.

" Tu sais on va faire avec ce qu'on a...Autrement dit ce sera pas un travail tout propre, on va s'y prendre un peu à la barbare. J'avais pensé à la lame d'une pelle, pour une première entaille..je t'accorde qu'il faudra bourriner un peu. Après pour ce qui est plus "délicat", à voir si les couvertes en plastoc et les aiguilles peuvent nous servir. "

Ce n'était pas de la grande science qu'elle proposait là, ni même un fin travail de biologiste, mais elle estimait qu'il ne fallait pas avoir bac +10 pour fouiller le cadavre d'un rongeur. 46 jeta un regard par dessus l'épaule du mec.

" Comment ils s'en sortent là bas ? "
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Mar 4 Avr - 8:08

L’espace de quelques secondes, mon cœur avait repris ses battements erratiques, mes yeux s’évertuaient à scruter chaque recoin de la pièce, mon instinct de survie semblait reprendre le dessus et mon calme apparent cachait en réalité un ouragan intérieur. J’allais finir par exploser, je ne savais pas quand, ni comment, mais pour sur … mes plombs allaient péter. Pendant ces quelques secondes d’absence, j’avais cette impression de me retrouver sous l’eau, les voix autour de moi se faisaient plus lointaines et la scène irréaliste ou je faisais office de figurante, semblait s’éloigner de plus en plus jusqu’à … jusqu’à ce qu’une voix féminine (F02-021) me sorte de ma torpeur. De quoi est ce qu’elle parlait ? Pourquoi elle me parlait ? Oh … oui le couteau en plastique comme arme du crime.
Je tournai la tête vers elle « ouais, certainement … le truc c’est que … » je passai ma main dans mes cheveux en grimaçant légèrement, essayant de remettre mes idées en place « je ne suis pas une pro de l’égorgement hein … ou peut être que si, qui sait ? »  Faisant alors allusion à ma perte de mémoire. Je m’arrêtai deux secondes de parler, me rendant alors compte que le contexte actuel n’était pas vraiment propice à ce genre de vannes, avant de me racler la gorge, quelque peu embarrassé « enfin bref, c’est qu’il me semble compliqué de buter quelqu’un avec un couteau en plastique » Je m’accroupis devant le dit couteau et le regardai « je pense que ce couteau a servi à autre chose, enfin … qu’il n’est pas responsable de la mare de sang qu’on voit là » ou peut être que je me plantais totalement, ou que je délirais et qu’en fait cette scène n’était absolument pas réel. Je poussai un soupire fatigué en me redressant avant de regarder mon interlocutrice «entre ça et le lapin, il y a certainement quelque chose qu’on ne capte pas, on devrait fouiller l’endroit, voir s’il y a des traces de sang autre part, ou un objet qui devrait pas y être … ou j’sais pas  » ajoutai je en passant ma main sur mon visage, complètement consterné. Je n’étais pour ainsi dire pas rassurée en sachant qu’on venait de nous cacher un macchabée  et puis, je n’avais aucune envie d’être la prochaine à me faire trainer dans une trappe. Je jetai un coup d’œil vers l’autre groupe qui allait visiblement passer à la dissection du lapin, je murmurai un « bordel » me disant que je ne pourrais jamais me faire à cet endroit. Je regardai la brune à coté moi du coin de l’œil « ils t’ont appelé comment quand t’as atterrit ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité



Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Mer 5 Avr - 17:53


Ces tas de ferrailles étaient persévérants, c’était certain. Ils faisaient bien leur travail, aussi, ils n’avaient pas ralenti une seule seconde. Je voyais les autres individus s’agiter autour de moi : la jeune femme qui m’avait convaincu était toujours dans la même situation. Elle semblait animée d’une ferveur qui commençait à me manquer. Une colère contre ce système peut être, une rancoeur, une haine pour un lieu qu’elle connaissait depuis surement plus longtemps que moi. Petit à petit, je perdais foi en ce que je faisais. Mes gestes étaient moins assurés, ma force se faisait discrète… Si bien que j’eut un mouvement de recul. Agenouillé sur ce sol blanc, je contemplait les dernières traces de sang disparaitre. Je n’avais pas été très utile. Un mélange de colère et d’incompréhension m’avait envahi petit à petit, et je ne savais pas trop quoi en penser. Dans l’action, j’avais reçu quelques éclaboussures de sang. Rien de bien surprenant à vrai dire, mais au moins, je n’étais pas devant écarlate.

Reprenant mes esprit, je prenais le temps d’observer le petit groupe qui s’était formé autour de la scène. Tout le monde y allait de sa petite théorie : le couteau était un moyen de défense, le lapin venait de l’extérieur, c’était une expérience… Personne ne savait vraiment ce qu’il se passait. La bosse dans le cou de la pauvre bête était un oeuf, aussi étrange que cela puisse paraitre. Une fille ‘lavait cassé, et il s’était révélé être vide. Une jeune fille à la coupe garçonne voulait le disséquer, afin d’en apprendre plus sur ce lapin. J’avais du mal a imaginer comment elle comptait faire, mais mes interrogations furent apaisées quelques secondes plus tard : un jeune homme avait rejoint la partie et semblait partant pour ouvrir ce lapin. Bon. Je me redressai, et la fille a la coupe garçonne se tourna vers nous,nous demandant ou nous en étions. On avait pas fait grand chose en fait…

« Moi j’abandonne. »

Le petit groupe semblait se diviser en plusieurs petit éléments. Ceux qui regardaient et qui ne disait rien. Ceux qui était bien là, et qui voulait ouvrir le lapin, et ceux qui voulait fouiller la pièce. En effet, deux filles avaient récupéré le couteau que j’avais éloigné des Nettoyeurs, et se demandaient s’il était possible qu’ont trouve une sorte de preuve ou d’indice dans la pièce. J’étais un peu perdu au milieu de tout ça. Je voulais comprendre la situation, mais je doutais des deux possibilités de recherches. Il fallait bien faire un choix.

« On part donc sur une entaille a la pelle ? »

Je m’adressai aux deux individus qui semblaient déterminés à charcuter ce rongeur. Je ne savais pas vraiment ou cela nous mènerait, mais il fallait faire quelque chose. J’espérait simplement qu’on aurait la décence de l’enterrer convenablement. AU fond de moi, j’imaginais le corps du cadavre qui venait d’être arraché à la pièce. Une goutte de sueur glissa dans ma nuque.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F02-021
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Jeu 6 Avr - 16:46


F02-021 & lots of people

Run Rabbit, Run


Les esprits s'échauffaient, la tension montait, et 021 restait là, un brin amusée par la situation. Non pas que découvrir qu'une personne s'était fait buter avait de quoi faire rire, mais Tasha était étrangement à son aise, presque dans son élément alors que tout le monde affichait un visage paniqué ou anxieux.  Entre les filles qui tergiversaient sur la moralité à disséquer un lapin et une petite bande qui trempait dans une grosse marre de sang, fallait quand même reconnaître que la situation était quelque peu absurde. N'y avait-il donc que elle qui était intéressée par les indices que pouvaient possiblement contenir cette pièce ? Ou tout le monde était trop occupé à se plonger dans une folie ambiante, alors qu'un résident venait passablement de crever sans que personne ne le sache ? Heureusement pour elle, la brune fut tirée par les réflexions précédentes d'une autre fille, celle plutôt inquiétée du sort du lapin en priorité, et permis à Tasha de se pencher sur la question en se couvrant d'un air sérieux mais quelque peu moqueur, alors qu'elle levait les yeux à la recherche de caméra. « Je suppose qu'il y avait une raison s'il existait une règle interdisant les agressions... maintenant, c'est comme un revers de médaille. On a fait en sorte qu'elle n'existe plus, et on s'en mord les doigts. » Bon, elle n'allait pas vraiment se plaindre que cette règle n'était plus. Sinon elle pourrirait encore dans cette pièce digne d'une prison d'un blanc effarant, à se péter les phalanges contre un mur. « Quant aux caméras... » ajouta t-elle d'un air énigmatique. « Je doute qu'on puisse compter sur qui que ce soit derrière tout ça. Après tout,
on est livré à nous-mêmes depuis le début, ce n'est pas un crime qui va changer ça. On peut compter que sur nous.
»

Ouais, bon, Tasha était pas connue pour être la femme la plus rassurante qui soit. Mais elle était réfléchie et directe, et surtout sincère. Elle ne masquait pas ses pensées, crime ou pas crime, caméra ou pas caméra, présence hostile ou non. Les choses étaient dites et elle ne voyait pas pourquoi elle devrait garder ça dans sa tête, alors que désormais les curieux se faisaient plus nombreux et se retrouvaient mêlés à ce crime malgré eux. Son attention tournée vers la jeune femme qui avait déjà capté son intérêt en parlant du couteau en plastique, 021 ne put s'empêcher de lâcher un petit rire, malgré le glauque de la situation. « Le simple fait que tu te poses la question peut déjà mettre en doute cette idée. » Elle lança ça à celle qui s'interrogeait sur sa capacité à égorger quelqu'un, et Tasha se rendit compte qu'elle y croyait un peu, à moitié dirons-nous. Bien sûr, certains se posaient la question de leurs erreurs passées. Mais d'autres ne prenaient pas cette peine, ce pourquoi elle avait tendance à penser que rien que le fait de s'interroger pouvait remettre tout en cause, d'un point de vue assez philosophique. « Cela dit, il faut de tout pour peupler un monde » ajouta t-elle dans un murmure, pragmatique. A croire qu'elle ne connaissait que le côté sombre des gens.


Laissant un groupe nouvellement formé décidé à disséquer la pauvre bête, Tasha n'y accorda que peu d'intérêt, ne voyant pas pourquoi elle s'opposerait. Tout indice était bon à prendre après tout. S'ils trouvaient quelque chose, nul doute qu'ils feraient part de leur découverte à grand coup d'exclamation. Alors se concentrant sur son interlocutrice du jour, 021 s'agenouilla à distance, observant la marre de sang, les gens plantés comme des crétins les genoux couverts de cette couleur rougeâtre, et essaya de visualiser comment un couteau en plastique aurait pu permettre un tel carnage. « A moins que les dents du couteau en plastique ait été taillées, je ne vois pas trop comment un truc pareil a pu se passer aussi. Ou bien la personne était décidée à vraiment faire un massacre avec son petit couteau, d'où la quantité de sang perdu. Malheureusement, sans le corps, difficile d'en être certain. » reconnu t-elle légèrement à contre-cœur. Elle se releva, s'époussetant les genoux et laissa entendre une phrase quelque peu désagréable : « C'est quand même un sacré travail de dégueulasse. Pour laisser un tel résultat, il a du se passer quelque chose entre l'agresseur et la victime. » Les mots, quelque peu précis, sortaient naturellement de la bouche de Tasha alors qu'elle faisait le tour de la scène, zieutant chaque millimètre carré de cette marre de sang en espérant trouver un indice. Ses yeux furent alertés en voyant une nouvelle silhouette se joindre à son petit groupe, et elle sourit en reconnaissant le visage habituellement blasé du Mutin. Elle lui accorda un signe de tête, attendant sans peine ses réflexions qui allaient venir. Puis, fixant son regard sur la jeune femme, elle approuva d'un signe de tête. « C'est une bonne idée. En espérant que les nettoyeurs n'aient pas fait le tour avant nous, on peut fouiller la pièce et les alentours à la recherche de quelque chose. » Elle failli ajouter que ce serait bien aussi si les désespérés de la vie pouvaient arrêter de tout salir l'endroit, mais elle haussa les épaules en décidant que de toute façon, le mal était déjà fait. Finalement, alors qu'elle tournait le dos parée à détailler le reste du lieu, une question l'interpella et elle sourit. « F02-021. Mais si j'en crois mes souvenirs, tu peux m'appeler Tasha. Et toi ? »
AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Is this a big bad joke ?

by Wiise


Badges du Swagg:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H02-27
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Sam 8 Avr - 11:00

L’espace vert. Apparemment, il se passe un truc vaguement intéressant là-bas ce matin. Je suis à peine passé devant la porte qu’il m’a semblé entendre des cris et autres conneries de ce genre. Quoi, y’en a un qui admire un peu la couleur ? Encore des nouveaux qui s’extasie devant les plantes vertes, je suis sûr. J’entre à mon tour et me dirige vers l’attroupement. Je fronce les sourcils. Vu la gueule que tirent les gens, c’est un peu plus grave que ce que je pensais. Il y a deux groupes distincts, mais instinctivement j’approche de celui où résonne la voix caractéristique de 021. Un air blasé accroché à mon visage, je finis par apercevoir la raison de tout ce brouhaha. Il y a une immense mare de sang sur le sol et certaines des personnes présentes en ont plein les mains et plein la gueule. Sacrément appétissant au réveil. De ce que je comprends de ce que raconte la Poulette, quelqu’un est mort. Et je peux pas m’empêcher de l’ouvrir en entendant la donzelle.

“- Sérieux ? En une pâle imitation de sa voix, je rétorque, certains qu’elle ne le prendra pas trop mal. “ Pour laisser un tel résultat il a dû se passer quelque chose entre la victime et l’agresseur. “ ? J’éclate de rire. Ouai, t’as vu juste. Y’en a un qui a buté l’autre.

Je lui souris, avant d’observer la grosse flaque de sang. Ca ne me fait ni chaud, ni froid. J’regrette juste un peu de pas avoir pu voir le cadavre. Si ça se trouve, je le connaissais et on aurait pu l’examiner un peu. Si je devais décrire mon sentiment, alors que tout le monde ou presque a l’air un peu choqué, moi c’est plutôt l’excitation qui prime. Il se passe quelque chose et je trouve ça génial.

“- Par contre t’as pas tort, le mec aurait être plus prévenant quand même. C’est vraiment un boulot dégueulasse.

Boulot ? Comme si c’était un travail de tuer quelqu’un. Peut-être, tiens… Je secoue la tête et finit par remarquer le couteau en plastique. D’autres ont les yeux rivés dessus. Ils doivent se demander si c’est l’arme du crime. Pour une raison qui m’échappe, j’ai aucun doute quant au fait qu’on puisse buter quelqu’un avec un ustensile pareil, et en plus ça laisserait des traces bien dégueulasses. Mais y’a quand même un truc qui colle pas des masses avec le tableau. Enfin, plusieurs, même. Je m’approche de l’ustensile et me penche en plongeant mes doigts dans la sang pour le récupérer. J’ai eu un réflexe de recul au moment de l’attraper, mais une pensée me vient. Personne peut analyser les empreintes, ici, alors c’est pas grave. J’attrape mon t-shirt et commence à le foutre en l’air en enlevant le gros de l’hémoglobine qui le macule. Avant de me redresser en le fixant toujours. Je le montre aux autres. Et plus particulièrement à 021, parce qu’elle a l’air de prendre les choses un peu en main et de savoir ce qu’elle dit. Elle s’est présentée à une autre jeune femme avec son prénom et je remarque que je le connaissais pas.

“- Tasha ? J’préfère Poulette.

Secouant la tête pour éviter les digressions, je reviens sur le couteau.

“- Ca peut pas être l’arme du crime. Non pas qu’on puisse pas buter quelqu’un avec un truc pareil, hein. Surtout que si t’essaies de trancher un mec avec ça, ça doit laisser de sacrées traces, comme celles qu’on a là. Mais le mec aurait hurlé à la mort et ça en aurait probablement réveillé certains. Sauf si l’agresseur l’a assommé au préalable, mais même comme ça, la douleur aurait fini par le réveiller avant qu’il crève.

Je finis par lancer le couteau à la personne la plus proche. ( Choisissez qui le reçoit, ceux qui se trouvent proche de 27 :3 ) Je le désigne d’un signe de tête.

“- Par contre, ça reste un pauvre couteau en plastique. En admettant que quelqu’un ait eu la force, le temps et tout pour buter un autre résident avec… Y’a pas un truc qui vous fait réfléchir ? Ce couteau… Il est comme neuf, à part le sang. J’ai déjà du mal, personnellement, à bouffer la totalité de mon assiette sans en péter un, alors buter un type avec et laisser le plastique en parfait état… Ca, c’est impossible.

Je finis par reculer un peu. Non pas que le sang me plaise pas, mais Tasha a bien résumé le truc. Du coup, sans faire grand cas du reste, du sang sur mes fringues et sur mes doigts, je leur montre la salle.

“- On est dans l’espace vert. A mon avis, on aura plus de chances de trouver l’arme du crime dans les outils de jardinage. M’enfin, après moi, ce que j’en dis…

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Revenir en haut Aller en bas

avatar
F02-222
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Lun 10 Avr - 7:47

Run rabbit, run
F02-222 ✧  &cie
Y’a des cris. Ça jacasse. Et du coup, ça t’interpelle. Qu’est-ce qui se passe, au juste, à l’espace vert ? T’étais tranquillement en train de feuilleter un livre racontant les pensées d’un des autres prisonniers de cet enfer quand t’as entendu des éclats de voix. T’as pas très bien compris. Si ce n’est « meurtre », « beaucoup de sang », « lapin mort ». Trois mots qui ont eu de quoi te faire tiquer. Au début, t’as cru à une blague. Sauf qu’ils avaient pas l’air de plaisanter. Quoi, il se passe donc sérieusement quelque chose d’intéressant dans cette Ruche ?! Ni une, ni deux, t’as balancé le livre que t’avais dans les mains, tu t’es levée, et t’as fait comme tout le monde : t’as foncé vers l’espace vert.

Ils avaient raison. Du sang, y’en avait beaucoup. Tu fronces les sourcils en observant une femme couverte de sang en train d’essayer de faire fuir les aspirateurs. Sérieusement ? Tu changes rapidement de centre d’attention quand tu entends parler du lapin. Est-ce qu’il est vivant ? Tu te rapproches du groupe qui en parle, jusqu’à entendre parler de l’ouvrir avec des dents. Tu poses ton regard vers une jeune fille à la coupe garçonne. C’est elle qui propose de l’autopsier. Pourquoi pas. Apparemment il avait un œuf coincé dans la gorge. Un œuf qui ne contient rien à l’intérieur. Sympa. Si ça c’est pas mystérieux tout ça… Tu restes dans ton coin. Proche des autres, mais pas trop. Juste assez pour les écouter, sans pour autant qu’ils ne te remarquent. T’en apprends un peu plus sur le déroulé de l’histoire. Un couteau en plastique retrouvé à côté d’une marre de sang tandis qu’un pseudo corps était enlevé par des bras robotiques. Et puis en parallèle ce cadavre de lapin avec un œuf dans le gosier.

Ça te parait farfelu. Grotesque. Théâtrale. Les autres parlent d’un meurtre, mais pour toi, y’a autre chose qui te vient à l’esprit. Alors tandis que t’attrapes par réflexe le couteau que 27 vient de te lancer sans vraiment visiblement avoir fait attention à toi, tu prends la parole. « Poulette, donzelle, décidemment… » Ta voix reste taquine, comme à chaque fois que tu le croises. C’est plus fort que toi. Tu reportes ensuite ton attention vers le couteau. « Et si c’était pas un vrai meurtre ? Et si c’était qu’une mise en scène ? Vous trouvez pas bizarre vous qu’on ait un meurtre et un lapin mort en même temps alors que d’habitude il ne se passe jamais rien ? » Pour toi ça peut pas être une coïncidence, y’a forcément un lien entre ces deux trucs complètement improbables. Et ça peut pas être l’œuvre de quelqu’un de la Ruche. Déjà car comme plusieurs l’ont souligné, ce couteau est en plastique et il ferait pas un bain de sang, et ensuite parce qu’avec le lapin mort à côté, ça fait trop gros pour être vrai.
© Starseed

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Courir. Courir toujours. Sans s'arrêter. Fuir. Fuir ce putain de passé qui nous colle à la peau, nous pourri notre journée, notre avenir, tout ce qu'on pourrait envisager d'être, de devenir, nous empêche de changer. Sombres. Sombres Pensées. Sombres Cœurs. Sombres Passés.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F02-021
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Sam 22 Avr - 18:45


F02-021 & lots of people

Run Rabbit, Run


Evidemment. Tasha aurait du se douter que si Le Mutin se ramènerait, il allait ouvrir sa gueule pour rebondir sur ses propos. D'un autre côté ça l'arrange bien, car plus personne ne semble réagir face à l'absurdité de la scène. Les gens qui tentaient d'empêcher les robots nettoyeurs se retrouvent les bras ballants, un peu con parce qu'ils ont pas pu empêcher grand chose au final et que...ben... Y a rien de spécial à faire. Si ce n'est se bouger le fion pour trouver quelque chose peut-être ? Et les autres... eh ben les autres débattent toujours sur le lapin faut croire. La brune ne s'y intéresse même plus, amusée de voir 27 se retrouver dans ses pattes. Dis donc, c'est que ça en deviendrait presque une habitude entre ces deux-là de se croiser quand il se passe quelque chose dans cette foutue Ruche. « Sans dec' Sherlock ? T'as compris ça en regardant le dernier épisode de "C'est pas Sorcier" ? » La phrase lui échappe, et elle pince un peu les lèvres. Pour un peu elle serait vexée, mais elle commence à se faire au phénomène. Elle ne répond pas de suite aux réflexions qui suit, les deux résidents étant d'accord dans l'ensemble. Quand elle l'entend réagir sur son nom, elle s'apprête à l'ouvrir en réponse, mais quelqu'un d'autre prend la parole. Tasha sursaute presque, et la voix féminine qui résonne dans ses oreilles déclenche quelque chose... quelque chose de nouveau, quelque chose qui la complète.

« Ecoute, je viens pas en amie là, ni en rien d'autre même. Je [...] ant  Rodriguez là, tu comprends ? » Sur le seuil de la porte, Tasha attendait, les bras croisés, l'air plus sévère que jamais. Le bonheur était enfouie depuis longtemps désormais, alors qu'elle se tuait à la tâche pour le retrouver... les retrouver, tous, autant qu'ils étaient. Elle leur ferait payer le prix fort, et peu importait qu'elle reniait ses principes pour arriver à ses fins. Une voix faisait écho à ses pensées, alors que son regard captait ceux concernés de ses compagnons du jour. Secouant la tête, un peu perdue sur le moment, Tasha dut se reprendre quelques minutes avant de se souvenir ce qu'il se passait, où elle se trouvait et ce qu'elle était en train de faire. Encore ébahie, elle lâche, un peu niaisement comme si elle venait de se réveiller : « Que... quoi ? » Ah oui, ça y est, elle y revenait. Meurtre, Ruche, couteau en plastique, sang, indices, blablabla. Tout le toutim qui ne lui était pas inconnu, mais qui restait encore vague à ses yeux. Après quelques phrases répétées, sa mine hasardeuse disparaît pour laisser transparaître un air plus sérieux et plus fermé aussi. « Mise en scène ? La Ruche serait aussi tordue pour prendre un malin plaisir à couler du sang à l'espace vert ? Ben les gens qui conduisent le projet doivent vraiment s'emmerde s'ils seraient capable de faire ça... » Elle sait pas trop quoi dire d'autres, Tasha, parce que y a pas grand chose de plus à préciser.

Un soupir et un haussement d'épaules. Et finalement, Tasha Rodriguez approuve encore une fois les paroles du Mutin. Il est intelligent ce mec, mais elle sait pas pourquoi, elle se doute que son intelligence ne lui a pas servi qu'à faire le bien autour de lui. Sauf que c'est pas son problème, alors 021 commence à s'éloigner de quelques pas pour mener la barque. « Le Mutin dit pas que des conneries. Mise en scène ou pas, on perd rien à fouiller l'endroit. Pis... j'ai que du temps à tuer, pas vous ? » Elle retrouve un peu son sourire moqueur, Tasha, alors qu'elle s’attelle à la tâche, plus concentrée. Et enfin, elle se penche, enfin son oeil, et pas que le sien, tombe sur quelque chose. Là, juste là. Comment ça avait pu lui passer sous le nez ?
AVENGEDINCHAINS


Précisions Lancé de Dé:
 

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Is this a big bad joke ?

by Wiise


Badges du Swagg:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Pnj
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN   Sam 29 Avr - 22:23

FIN DE L'EVENT
précisions

EN JEU
En observant plus attentivement le sol, vous constatez la présence d'une trace de chaussure. À première vue elle ne semble en rien inhabituelle, pourtant en comparant cette dernière avec les vôtres vous remarquez bien vite qu'elle est grande. Bien plus grande que le pied de Tasha se trouvant tout près. Votre hypothèse? Sans doute appartient-elle à un homme...

Vous fouillez encore un peu les environs, mais rien de plus ne semble attirer votre regard. Était-ce un événement isolé ou est-ce le début de votre cauchemar? La réponse se présentera bien vite à vous.

HORS JEU
Comme pour tous les events du forum, le sujet de ce dernier se clôt avec la fin du mois d'avril. Rien ne vous empêche cependant d'y faire référence dans tout autre rp réalisé sur le forum. Il s'agit d'un événement, d'une mise en situation, s'étant déroulée et la chose est donc entièrement utilisable. N'hésitez pas à nous contacter si vous avez la moindre question.




Revenir en haut Aller en bas
 
EVENT D'AVRIL - RUN RABBIT RUN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loto-beauté/8 avril
» Loto Loulou -13 avril
» Little Rabbit
» Grand Festival d'accordéon le 23 avril 2012 à Caen
» Je serais absente du 6 avril au 11 avril 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Archives :: Events-
Sauter vers: