Partagez | 
 

 Jurassic Hive || H03-909

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
H01-9
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Jurassic Hive || H03-909   Sam 29 Avr - 10:21

Comme tout de cet endroit, tu as découvert le niveau à force de mots. À entendre les gens commencer à en parler. Expliquer de quoi est faite la nouvelle distraction de la ruche. Comme si c'était normal désormais de voir des trucs étranges se profiler. Au point d'en devenir votre routine que vous le vouliez ou non. Ce n'est pas comme si on vous laissait réellement le choix après tout. Tout de cet endroit n'est que principes et fonctionnements enfoncés de force au fond de votre crâne. Tu as même pour la première fois en tu ne sais combien de temps vu ce qui arrive à ceux qui transgressent les règles. Ce bras qui sort du plafond. La personne faisant face ne devenant rien de plus qu'un pantin de chiffon dans sa grippe. La chose te file encore des frissons. Te fait te réveiller paniquer la nuit malgré la présence de Caïn tout près de toi. Ça semble sans doute anodin et pourtant... Toi qui était si calme à l'origine, tu sens désormais la panique te gagner. Chaque nouveau changement t'effrayant un peu plus même si tu tâches de sourire. Chaque nouveau niveau te faisant imaginer le pire. Chaque nouvelle étape d'évolution complètement irrationnelle de cet endroit te donnant cette impression de te rapprocher de la fin. La fin de quoi tu ne le sais pas. De cet endroit. De vous. De cet état végétatif engendré par l'absence de mémoire. Alors tu te fais de plus en plus hésitant. Hésitant à tout explorer. À vouloir comprendre cet endroit. Hésitant à te laisser prendre au jeu. À complètement entrer dans les rangs pour faire précisément ce que cet endroit semble attendre de vous. Une obéissance démesurée. Une folie que tu commence à palper bien malgré toi. Folie que tu ne sens visiblement pas encore suffisamment à son apogée pour avoir décidé de t'aventurer ici. Sur ce nouveau niveau qui te semble si... improbable.

Pourtant tu le constates de tes yeux lorsque tu descends l'escalier et te stoppe au niveau. Un bien trop long couloir. Une infinité de portes cachant tu ne sais quoi. Tu te dis que si l'une d'elle avait été la sortie le mot se serait passé. Que ça ne peut qu'être une nouvelle façon de jouer avec vos têtes comme cet endroit se plait tant à le faire. Alors tu laisses ton regard glisser sur ce même blanc maladif qui n'en finit plus. Sur les portes que tu viens effleurer des doigts en quête de quelque chose. N'importe quoi. Une réponse à tout ça même si tu n'as pas espoir de la voir si facilement tomber du ciel. Rien dans cette saleté d'endroit n'est simple. Même cette ébauche de bonheur que tu as avec Caïn depuis quelques temps. Cette façon qu'il a d'être avec toi. De te protéger comme si tu n'arrivais pas à le faire toi-même. De s'imposer de son apparent stricte que tu arrives par tu ne sais quel miracle à apaiser. Ça en reste le plus simple à l'instant. Plus simple que ta relation tendue avec la Boss pour quelque chose dont tu n'as pas réellement le détail. Pour des présomptions parce qu'elle croit savoir que tu l'as trahi. Que tu lui as fait du mal. Plus simple aussi que ta relation avec Trois que tu as repoussé pour son bien à lui. Parce que tu as vu dans le regard de Caïn que oui il serait capable de le tuer comme il l'a mentionné et ça... Ça tu ne le supporterais pas.

Alors peut-être qu'au fond ce n'est pas que la folie qui t'a conduit dans ce couloir. Qui te fait observer les portes comme si tu cherchais laquelle ouvrir. Peut-être qu'il y a un peu de ce besoin de s'évader un instant. Ne concentrer ton esprit sur rien de plus que le questionnement poussant à savoir ce que cachent les portes mystères. Avoir l'impression de pouvoir occuper ton esprit autrement que par le beau bordel de ta vie qui commence à t'écraser. Juste faire comme tout le monde le ferait ici et te laisser porter par la curiosité. Tu t'es donc finalement stoppé devant l'une des portes. Sans raison précise. Parce qu'il fallait faire un choix à un moment à un autre. Tu as posé ta main sur la poignée, mais le mouvement n'a pas eu de suite. Tu hésites. Tes tripes te brûlent. Ton corps frissonne. La voilà. La trouille que tu ne veux pas admettre. Elle est là. Elle veut gagner. Elle veut te figer et t'empêcher d'avancer. Tu inspires...

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Will I always be define by my mistakes?


BADGES:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Jurassic Hive || H03-909   Lun 1 Mai - 22:57

Jurassic Hive Je l’avais suivi. Bon, je savais, ça ne se faisait pas de suivre quelqu’un, surtout une personne qu’on ne connaissait pas, mais c’était plus fort que moi. Et puis, ce n’était pas tout à fait un inconnu. Bon, d’accord, ce n’était que le gars qui m’avait vu me faire embarquer, mais quand même. Son visage m’était un peu familier, et quand je l’avais croisé dans les couloirs j’avais voulu… m’excuser. Je ne savais pas comment il avait supporté la chose, si ça lui avait fait quelque chose même, mais il fallait que je lui parle. Sauf que depuis que je l’avais croisé, je ne cessais de me poser la question « et pour dire quoi ? » C’est vrai, qu’est-ce que je pouvais bien lui dire qui pourrait lui faire quelque chose ? C’était pour ça que je l’avais suivi jusqu’ici. Je ne connaissais pas ce niveau, je savais qu’il y avait un nouveau niveau dans la Ruche, tout le monde était au courant pratiquement depuis son apparition, mais je n’avais pas osé y aller jusqu’à présent. J’étais curieux. Et lui aussi visiblement puisqu’il marchait d’un pas décidé, du moins, il l’était jusqu’à ce que la porte du niveau soit franchie. Ici, tout était blanc encore, mais il y avait des portes à perte de vue. Des portes qui menaient vers où ? Est-ce que l’une d’entre elle nous faisait sortir ? Est-ce qu’elle nous amenait quelque part dans le monde ? Est-ce que c’étaient des chambres tout ce qu’il y a de plus normal dans cette Ruche ? J’avais un peu perdu à l’esprit ce pourquoi j’étais ici pour m’interroger sur ce nouvel endroit et ces portes étranges, mais rapidement, dans cette immense ligne blanche, je me rappelais de la présence du jeune homme que j’avais suivis qui s’était arrêté devant une porte, sûrement choisie au hasard puisqu’elles se ressemblaient toutes, et la regardait, semblant hésité. Bon, et maintenant ? Je le regardais faire et entrer au risque de ne plus pouvoir le suivre arriver ici ? Je l’en empêchais au risque de me faire envoyer bouler et de le voir partir sans pouvoir le suivre ? Quoi que j’élabore comme stratégie, c’était idiot. Lui dire la vérité, que je le suivais, ne ferait que me faire passer pour un type bizarre, bien que je doute que ce soit rare dans la Ruche, et je ne voulais justement pas ça. Je lui dirais la vérité, mais pas tout de suite. J’étais de toute façon trop curieux de découvrir ce qu’il y avait derrière ces portes. Surtout qu’il y avait aussi la possibilité qu’il ne se souvenait absolument pas de moi, et dans ce cas de figure, lui dire que je le suivais parce qu’il m’avait vu une fois faire le lapin et me faire emporter par un grand bras robotique était encore plus inutile.

Je me décidais finalement alors qu’il avait posé la main sur la poignée de la porte, je m’approchais de lui en lui faisant entendre mes pas pour ne pas lui faire peur alors que jusqu’à présent j’avais essayé d’être le plus furtif possible. En même temps, en entrant dans ce niveau, j’étais resté devant la porte de l’ascenseur, restant à bonne distance ainsi de lui. Je me raclais donc la gorge avant qu’il n’appuie sur la poignée et lui fit un léger sourire ainsi qu’un signe de la main pour le saluer et lui indiquer ma présence, amicale cela va de soit.

« Hé, salut. Tu… tu vas entrer là dedans tout seul ? Est-ce que… je peux venir avec toi ? Je suis curieux de voir ce qui se passe là-dedans. »

Et bah voilà, pourquoi est-ce que je me prenais la tête tout seul, moi ? Pas besoin de sortir les grandes justifications et les excuses, et tout le tralala. Je pouvais parfaitement me présenter simplement, et après on verra bien ce qui arrivera. Sans me défaire de mon sourire, je m’appuyais contre le mur juste à côté de la porte devant laquelle il s’était arrêté et regardais cette dernière comme pour essayer de deviner ce qu’elle cachait, ce qui pouvait bien se passer derrière.

« On s’est déjà vu je crois, j’étais un lapin. Enfin, je faisais un lapin. Juste pour m’amuser. »

Maintenant je devais encore plus passer pour un taré, tant pis. J’étais le plus décontracté possible et le plus nonchalant, comme si ce n’était rien, d’ailleurs, ce n’était rien, même si ça m’avait coûté la prison de croquer dans une carotte et lui désignais la porte d’un mouvement de tête.

« Alors, on y va ? Qu’est-ce qu’on attend pour se jeter dans la gueule du loup ? »

C’était lui qui avait la main sur la poignée, je n’allais pas la lui enlever pour ouvrir la porte moi-même, mais je trépignais d’impatience de plus en plus à l’idée d’entrer, et ce même s’il ne m’avait pas donné son accord. Allez, il n’allait pas refuser un peu de compagnie dans cette aventure palpitante qu’était de découvrir le secret de ce niveau, n’est-ce pas ? Ou c’était moi qui débloquais complètement ?
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.

      (c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas

avatar
H01-9
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Jurassic Hive || H03-909   Lun 8 Mai - 22:00

… tu expires. La main toujours contre la poignée de la porte. Le corps figé tout comme ton esprit une trop longue seconde où tu hésites toujours. Te demande ce que tu vas faire. Ce que tu fiches ici. Combler ton apparent besoin de te convaincre que tu n'as pas besoin de Caïn pour protéger tes fesses? Te convaincre que tu peux encore faire des choses de ton propre chef malgré le dénouement de votre situation. Malgré ton envie sans doute trop désespérante de le laisser créer cette coquille autour de toi. Le laisser te faire oublier tout le reste le temps que ça pourra durer. Parce que tout te semble si éphémère dans cet endroit que même ça tu ne sais pas combien de temps tu pourras en profiter. Tu ne sais pas combien de temps tu pourras tâter de cette trop minime dose de ce que tu peux peut-être qualifier de bonheur avant que cet endroit vienne te l'arracher comme tout le reste. Comme ta mémoire, ta vie, ta Boss, Trois... Comme tu as simplement tout perdu en un battement de cil sans pouvoir y faire quoi que ce soit parce que tu as le sentiment de n'avoir de contrôle sur rien du tout. Rien de plus que ton choix de décider d'ouvrir cette porte ou non et là encore le choix tu ne l'as pas vraiment. Tu ne l'as plus dès que tu entends des bruits de pas te faisant frisonner avant que tu ne te retournes pour voir leur provenance. Une visage te semblant étrangement familier, mais que tu n'arrives pas à cerner sur le coup. « Hé, salut. Tu… tu vas entrer là dedans tout seul ? Est-ce que… je peux venir avec toi ? Je suis curieux de voir ce qui se passe là-dedans. » Tu entrouvres les lèvres en cherchant quoi lui répondre. Oui, sans doute. Pourquoi lui dire non? Parce que tu ne le connais pas et n'a pas de chance avec les inconnus. Ça pourrait être une raison valable. Du moins ça aurait pu l'être jusqu'à ce qu'il ouvre de nouveau la bouche et que tu te souviennes où tu l'as vu. « On s’est déjà vu je crois, j’étais un lapin. Enfin, je faisais un lapin. Juste pour m’amuser. » C'est lui... C'est le mec qui s'est fait aspirer dans le plafond par cette saleté de bras mécanique. Tu ne te souvenais pas même qu'il avait fait le lapin, comme il le dit. C'est dire comme il y a quelque chose qui t'a bien davantage marqué ce jour-là.

Tout comme tu en oublies la poignée de porte au profit d'une curiosité exacerbée concernant le traitement qu'ils lui ont réservé pour avoir enfreint il ne sait quelle règle. Il semble juste si... identique. Il faut croire que tu t'attendais à le revoir dans un état tout autre que celui-là. Que tu as imaginé le pire bien malgré toi parce que c'est ce que cet endroit force dans l'esprit. Imaginer le pire en toute situation. Comme en ce moment. De l'autre côté de cette porte toujours fermée. « Alors, on y va ? Qu’est-ce qu’on attend pour se jeter dans la gueule du loup ? » Tu secoues brièvement la tête avant de t'efforcer de sourire à l'inconnu. « Oui... pardon... Je veux bien d'un peu de compagnie. On sait jamais ici sur quoi on va tomber... » Tu te retiens bien de poser des question sur ce qui te triture l'esprit. Te disant que ce n'est probablement pas un moment de son existence dont il souhaite se rappeler. Peut importe ce qui s'est produit à ce moment-là. Tes poumons s'emplissent donc d'une nouvelle inspiration avant que tu ne lui fasses signe d'approcher et que tu tournes la poignée pour entrer dans la pièce...

***

Tu te frottes la tête en essayant d'ouvrir les yeux. Bordel qu'est-ce qui vient de se passer? Pourquoi faut-il toujours que tu termines dans les pommes au sol. Ça en devient une habitude malsaine qui n'augure jamais rien de bon. Tout comme en cet instant où tu ouvres de grand yeux ronds en voyant de la végétation autour de toi. Autour de vous. L'homme lapin est tout près de toi dans toute cette verdure qui te fait espérer l'espace d'un instant avoir trouvé la porte de sortir. Si seulement c'était le cas. L'air frais. L'odeur de terre te prenant au narine de façon bien plus agréable que dans l'espace vert. Le grognement... grognement? Tes yeux ballaient l'endroit pour trouver la source du bruit que tu ne trouves pas au premier coup d'oeil malgré son évidence. Sa trop grande évidence... Cet énorme œil jaune qui vous fixe. Cette narine proéminente soufflant rapidement. C'est... Tes lèvres articules silencieusement un joli 'putain de merde' alors que tu retiens un cri de panique devant la bête. Tu t'efforces plutôt de secouer vigoureusement l'épaule de ton compagnon pour ne pas simplement le laisser là. C'est quoi ce putain de bordel!? C'est quoi ce putain de truc? Tout de même pas un... C'est pas possible... Pourvu que l'autre hurle pas...

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Will I always be define by my mistakes?


BADGES:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Staff
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?

MessageSujet: Re: Jurassic Hive || H03-909   Mer 10 Mai - 10:10

ERREUR SYSTEME
Erreur système

Erreur système

La transition est compliquée, le réveil est lourd et le bruit inquiétant. Si l'herbe et la terre n'ont absolument rien à voir avec votre environnement habituel, c'est bien ce grand œil jaune qui inquiète et si 9 commence à paniquer, l'attention de la créature préhistorique est déjà portée sur la proie facile, encore entrain d'émerger.
La queue du dinosaure repousse violemment 9 qui percute un arbre avant de tomber lourdement au sol, sonné. Il ne peut qu'observer la mâchoire acérée du monstre se refermer sur le bras de 909 dans un claquement dérangeant, la douleur fulgurante le tirant de sa semi-inconscience.
Le sang se répand immédiatement à un rythme pourtant plus lent qu'on l'aurait cru. Un coup de chance peut être? Toujours est-il que de sa main à son coude compris, il ne reste rien, le membre est déjà dévoré par le dinosaure qui s'apprête à revenir à la charge pour poursuivre son repas.




Revenir en haut Aller en bas

avatar
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Jurassic Hive || H03-909   Mer 10 Mai - 17:05

Jurassic HiveJamais je n’aurais cru que ça en arriverait là. En allant dans ce couloir, je ne sais pas à quoi est-ce que je m’étais attendu, sûrement pas à ça c’était sûr, j’étais loin de penser que ça pouvait arriver aussi loin. Je me souvenais à peine ce qu’on s’était dit lui et moi avant de rentrer dans la pièce, ni même comment est-ce que tout s’était déclenché. Je sentais de l’herbe sous moi, une odeur de terre, des bruits étranges qui n’étaient en rien ceux qu’on pouvait entendre dans l’espace vert, mais je sentais aussi et surtout mon compagnon d’aventure qui me secouait dans tous les sens. Enfin, je supposais puisque je n’avais pas encore rouvert les yeux, et en même temps, ça ne pouvait être que lui, on était rentré ensemble dans cette pièce. Un bruit se fit entendre, une bruit sourd et violent, comme un choc avant que les choses ne s’emballent et aillent aussi vite que l’éclair. Une douleur horrible au niveau du bras gauche, atroce… indescriptible en fait. Mais elle eut le mérite de me sortir de l’inconscience pour me faire ouvrir les yeux, yeux que je posais sur mon bras. Enfin, mon absence de bras. J’étais sectionné au-dessus du coude, le reste était… plus là. La panique s’empara de moi, je ne comprenais absolument rien de ce qui se passait, mon bras avait été arraché, je saignais, même si ça ne coulait pas à flot. Et quand je relevais les yeux pour essayer de comprendre ce qui venait de se passer, ma panique monta encore plus, sauf qu’au final, j’oubliais complètement la douleur et le sang qui coulait. Un énorme œil jaune. Une créature énorme. Des dents acérées, une gueule immense. Un putain de dinosaure. Un Tyrannosaure. Bordel, bordel.

Il est prêt à m’attaquer de nouveau, parce qu’à moins que mon compagnon d’aventure soit un cannibale avec une force exceptionnel, ce n’était pas lui qui avait fait ça,  la… bestiole avait sans doute envie d’égaliser un peu, mais, armé de je ne sais quel courage, je parvins à me lever malgré mes jambes tremblantes. Comment est-ce que je parvenais à me tenir debout, c’était bien un mystère d’ailleurs. Cependant, je tendis mes… mon bras vers lui, le gauche étant de toute façon impossible à lever sans compter ma peur de voir une douleur des plus fulgurantes et déchirantes suivre, très lentement, essayant de contenir ma peur. Mon regard était rivé sur son énorme œil jaune, contrôlant au maximum mon souffle, tentant de bouger le moins possible. Qui sait, peut-être que ça marcherait ? Je tentais de reculer, ou tout du moins de bouger mon pied, de le faire glisser en arrière pour mettre plus de distance entre nous, ce qui était complètement idiot et qu’il comblerait le vide en moins d’une seconde, c’était toujours ça. Le Tyrannosaure sembla s’arrêter sur le moment alors que sa tête s’était dangereusement rapprochée de moi, mon cœur s’était plus qu’emballé et mes jambes tremblaient complètement. Et là, je crus que mon sphincter allait lâcher. Le dinosaure s’arrêta vraiment, même si son regard restait posé sur moi, prêt à me sauter dessus. Bon, super, et maintenant, je fais quoi ? Le sang continue de couler le long de mon moignon, je sens que je perds le contrôle de mes jambes, je commence à fléchir lentement et mon compagnon d’aventure à l’air complètement sonné. Ah oui, et un dinosaure m’a bouffé le bras.

Mes forces étaient en train de m’abandonner, je tombais à genoux dans les herbes même si je tentais de garder cette tension dans le haut de mon corps, peut-être que ça jouait, mais j’étais quand même en train de me dire que j’allais mourir ici et que je regrettais tellement d’avoir franchit cette porte quand je vis la grosse bêbête changer tourner la tête complètement à notre opposé. Un autre dinosaure. Plus petit celui-là. Aucune idée du genre que c’était par contre, j’avais pas vraiment de souvenirs du nom de ces choses, à part celui le dévoreur de bras tatoué. Sans que j’ai eu le temps de comprendre ce qui se passait, le Tyrannosaure se jeta sur le nouveau venu et le reste… je me contentais du bruit ignoble de la chair qui s’arrache et des crocs sur les os, j’avais rapidement détourné la tête. Mais je m’étais détendu, autant que possible en  tout cas en levant les yeux vers mon compagnon d’aventure. J’étais toujours aussi terrifié par ce qui venait de se passer et de ce qui allait nous arriver, et là pour le coup… j’avais du mal à relativiser. Enfin au moins il m’avait attaqué moi et pas lui. Au moins lui il avait des chances de s’en sortir.

« Hé… tu vas bien… ? T’as rien de casser ? »

J’étais absolument con de m’inquiéter pour lui vu mon état, mais après tout, c’était comme ça, j’étais comme ça. Avant d’avoir pût sa réponse, je vis le gros dinosaure revenir vers nous, le cadavre de l’autre dans la gueule et la laisser tomber près de nous pour continuer de bouffer. De temps à autre, il relevait ses yeux jaunes sur moi, me faisant déglutir et frissonner de dégoût, j’allais y passer… C’était moi le prochain dans le menu…
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.

      (c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas

avatar
H01-9
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Jurassic Hive || H03-909   Dim 21 Mai - 20:34

Aller réveille-toi putain! C'est ce que ta tête te hurle entre deux souffles de panique expulsés de tes poumons douloureux. Tes poumons qui s'efforcent de se contenir sans réellement y arriver. Tout comme ton cœur qui n'a fait qu'un bond dans ton torse alors que chaque nerf de ton corps s'est tendu. Ton corps rapidement douloureux de la peur chronique s'éprennant de chaque parcelle de ton être plus que motivé à éveiller ton compagnon d'aventure. Une aventure totalement irréaliste que tu ne sais pas même comment qualifier. Il y a un putain de dinosaure qui vous fixe! Tu ne saurais pas même expliquer la situation. Est-ce que vous avez trouvé la porte de sortie? Est-ce que la ruche vous protège de ça ou est-ce que c'est encore un sale coup de cet endroit tordu? Tout te semble si réel. La sensation de l'air contre ta peau. L'odeur de la nature. Le souffle chaud de la bête que tu as le sentiment de sentir s'échouer contre ton visage. La douleur... La douleur qui est bien réelle et c'est assurément ce qui fait douter ton cerveau concernant la véracité de tout ceci. Bien plus que tout le reste. La douleur que tu ressens en sentant la queue de la bête te repousser violemment comme une vulgaire poupée de chiffon sans que tu puisses y faire quoi que ce soit. Celle s'éprenant de ton corps que tu sens simplement percuter un arbre. Ton souffle se couper net alors que tu tombes lourdement sur le sol en geignant sous la douleur raisonnant en toi. Une douleur se propageant dans ton dos à t'en faire serrer les dents. T'en donner les larmes aux yeux. Tu as du mal à te mouvoir. À retrouver tes esprits. Complètement sonné par le choc. Ce qui n'empêcha malheureusement pas ton regard de capter l'horrifiant spectacle et la douleur que tu ne veux pas même imaginer. La gueule s'ouvrant pour dévorer d'une seule bouchée le bras de ton compagnon. Le haut le cœur remontant dans ta gorge en voyant le sang s'écouler bien trop doucement de la plaie, mais surtout à la vue de... rien. Plus rien. Plus de bras. Et tu croyais avoir mal...

Tu l'observes pourtant se lever. Complètement médusé alors que tu peines à te redresser. Ce mec a de supers pouvoirs... Comment expliquer autrement qu'il arrive à faire ça? Ne pas hurler de panique devant ce qui te donne envie de vomir. Ne pas hurler de douleur alors qu'il vient de se faire bouffer un bras à froid comme ça. L'adrénaline? Tu serres les dents en essayant toujours de te redresser et faire fit de la douleur te sciant le dos. En observant toujours le spectacle qui se dessine devant ton regard. Tu as envie de lui hurler d'aller se cacher tu ne sais trop où, mais te retient pour ne pas détourner son attention alors que ce truc le fixe toujours. Tu ne t'empêches tout de même pas de le trouver horriblement stupide ou bien trop courageux pour son bien de le voir agir de la sorte. Paniquant en le voyant fléchir lentement. C'est la fin? C'est comment ça que tu vas crever? Que vous allez crever? Parce que tu ne doutes pas une seule seconde que lorsque le dinosaure en aura terminé de lui il viendra assurément prendre son dessert. Il viendra te dévorer comme il s'apprête à en terminer de lui. Tu vas terminer cette saleté d'existence dans le ventre de ce truc en laissant derrière-toi un passé dont tu ne te souviens pas. es relations tendues, des gens qui ne te pleureront pas au vu de l'état actuel des choses. L'homme que tu aimes... Pathétique du début jusqu'à la fin... La bonne idée que tu as eu de vouloir franchir cette porte comme un imbécile sans savoir ce que tu trouverais de l'autre côté. Chose que tu ne doutes pas ton compagnon également penser. Les beaux imbéciles que vous faites à l'instant... Jusqu'au miracle.

Tu entends bien davantage que tu vois ce que tu supposes être un autre dinosaure. Plus petit à en juger par le bruit qu'il émet. Ça aurait pu ajouter à votre misère. Terminer vos existences de façon un peu plus précipiter, mais jamais tu n'aurais cru pouvoir dire que ça les as plutôt sauvées. Tu as vu l'énorme T-Rex se détourner de ton compagnon avant d'entendre ce bruit dégoûtant te filant un nouveau haut le cœur. Ton compagnon que tu vois se diriger vers toi. « Hé… tu vas bien… ? T’as rien de casser ? » Il est pas bien celui-là! C'est lui qui s'est fait bouffer un bras et il te demande à toi si tu vas bien? Inhumain. Tu allais d'ailleurs le lui dire lorsque tu as vu la bête revenir dans votre direction. La gueule en sang et comblée par votre sauveur. Bordel... Il faut que vous partiez d'ici au plus vite pour vous cacher. Tu t'efforces de te redresser en douceur même si tu sens ton dos prêt à te lâcher. Cherchant du regard un endroit sûr pour vous abriter. C'est à ce moment que tu vois ce qui te semble être l'entrée d'une petite grotte, mais tu ne peux assurément pas affirmer que vous allez arriver à vous y rendre sans encombres. Essayer et avoir une chance de ne pas mourir dévorer par cette chose ou ne pas essayer et mourir dévorer par cette chose. Le choix est plutôt simple. « Ça va aller... mais on ne peut pas en dire autant de toi. » Tu murmures pour ne pas trop attirer l'attention du grand mangeur près de vous. « Il y a une grotte je crois là-bas... Tu te sens capable d'y aller? » Toi? Tu le suivras ou l'y poussera s'il ne s'en sent pas capable, mais tu ne resteras assurément pas ici. Pas plus que tu ne l'abandonneras derrière. « Si tu te sens d'y aller... je te suis. Qu'on soit équitables sur la perte de morceaux s'il doit nous coincer avant qu'on y soit... »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Will I always be define by my mistakes?


BADGES:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Jurassic Hive || H03-909   Jeu 25 Mai - 0:06

Jurassic HiveJe me sentais complètement à bout de force. La douleur était toujours présente, je le savais, mais quelque part, je n’en avais plus vraiment conscience. J’avais posé la main sur ce qui restait de mon bras, pour au moins ralentir le flot, déjà pas rapide, de sang qui sortait de la plaie, même si j’avais du mal à appuyer pour que ça fasse réellement quelque chose, et ce pour deux raisons. Parce que comme je l’avais dit, je commençais à ne plus avoir de force, mais que ce que j’avais sous les doigts et dans la main me donnait des hauts le cœur. Difficile de décrire la sensation que c’est de sentir ce qui est à l’intérieur de soi et que normalement justement on ne sent pas. Le plus frappant et le moins… écœurant étant sans doute la chaleur et la moiteur du sang qui coulait entre mes doigts. D’un côté j’avais tout le corps lourd, mais de l’autre je sentais ma tête toute légère, et au milieu, il y avait ma conscience qui n’oubliait pas le danger, le danger qui se trouvait à quelque mètres de nous, qui faisait craquer des os et déchirait de la chair en levant ses yeux jaunes sur nous. Et bizarrement avec tout ça, j’avais le souffle relativement calme. La seule constante dans tout ce bordel qui n’allait faire qu’empirer quoi que nous fassions. Mais au moins, mon compagnon d’aventure allait bien. Enfin, il avait l’air entier, et j’espérais qu’il allait pouvoir survivre lui. J’avais cru comprendre au bruit tout à l’heure qu’il avait été projeté ou cogné contre quelque chose, où est-ce qu’il avait mal ? Quand il me répondit, j’eus un petit rire, très rapide, et très jaune. J’aurais bien placé une petite blague, mais… j’étais pris de court, et j’avais plutôt du mal à aligner des pensées correctement sans penser au pire. On verra plus tard pour l’humour. S’il y avait un plus tard. Mais quand l’autre jeune homme reprit la parole pour m’annoncer qu’il y avait une grotte, je sentis un élan d’espoir m’atteindre.

La grosse bête n’avait pas relevé la tête vers nous, elle ne nous avait pas entendus parler visiblement, et ce n’était pas moi qui allais m’en plaindre. Son repas l’avait finalement plus intéressait que nous pour le moment. J’en profitais donc pour tourner lentement la tête derrière nous vers la fameuse grotte. Elle n’avait pas l’air d’être si loin que cela, mais ça impliquait quand même que je me lève et que je cours jusque là-bas. Est-ce que j’en étais capable, il me le demanda lui-même, et j’étais rassuré d’apprendre qu’il n’avait pas l’intention de me laisser tout seul, ou du moins qu’il ne voulait pas me laisser partir tout seul. Il avait donc conscience que c’était risqué. En fait, j’étais même très soulagé qu’il ne soit pas parti tout seul de son côté alors qu’il aurait très bien pût le faire et… je ne lui en aurais pas voulu, quelque part. Je ne l’aurais pas fait à sa place, parce que je pensais toujours aux autres, mais je comprenais qu’on le fasse. Là non. Et toujours avec un peu d’humour aussi. Lentement, je me tournais, toujours à genoux, en direction de la grotte, mais toujours en prenant garde de ne pas faire de mouvements brusques.

« Je sais pas si j’en suis capable… Mais quitte à essayer… autant que ce soit le plus en un seul morceau possible…

Pas super ma blague, mais on fait ce qu’on peut et j’avais des circonstances atténuantes. Bon. Le tout était de savoir si j’étais capable de tenir sur mes jambes. Et là par contre… c’était carrément autre chose. Lâchant ce qui me restait de bras, la main tremblante, je la posais dans les herbes et essayais de me mettre debout, à appuyer tout mon corps sur ces deux trucs faiblards qui n’avaient pas arrêté de trembler même une fois à genoux. Mais je n’avais vraiment plus aucune force. Mon corps refusait totalement de m’obéir, il semblait décidé à rester ici et à se faire réduire en charpie, ou à visiter l’estomac d’un Tyrannosaure. Sauf que le reste ne l’était pas. Je ne voulais pas mourir ici. Pas sans m’être battu. Je ne voulais pas attendre patiemment de me faire bouffer, c’était hors de question. Me laissant retomber sur le côté après avoir tenté de me relever, je m’appuyé sur le coude droit et je me mis à ramper en direction de cette grotte. A ce rythme, c’était sans doute perdu d’avance, mais il fallait essayer. Je devais essayer. Je n’allais pas abandonné, je ne lâcherais pas. Je rampais vers mon camarade, et à la réflexion, ma lenteur était un bon point, je n’allais pas attirer l’attention de la bête sur nous, voulant me rapprocher au maximum de lui.

« Je vais avoir besoin de ton aide pour aller jusque là-bas… Pas que tu me portes… mais que tu me soutiennes… »

Sans problème, j’étais arrivé jusqu’au jeune homme et passais mon bras autour de son cou pour pouvoir m’appuyer et me lever grâce à lui. Bordel, j’arrivais à rester debout. Super. Il y avait vraiment de l’espoir. Mais alors que nous étions debout, je ne pût m’empêcher de jeter un œil au dinosaure pour voir où il en était. Avec dégoût et anxiété, je constatais qu’il avait bientôt fini avec son entrée, mon bras ayant servi d’apéritif, et nous serions le plat principal. Et sans doute le dessert. C’était une question de vitesse à présent. Prenant une profonde inspiration, j’échangeais un regard avec mon compagnon d’aventure pour savoir s’il était prêt et nous nous sommes élancés. Je ne saurais dire comment, ni combien de temps ça a duré. Je savais que je luttais pour rester sur mes pieds et ne pas tomber et l’entraîner dans ma chute. Les pas étaient difficiles à enchaîner, surtout que la peur me dévorait. Est-ce que le Tyrannosaure nous poursuivait ? Le sol tremblait. Il nous avait vu. Sauf qu’alors qu’on arrivait à la grotte, un horrible cri ou rugissement se fit entendre. Nous nous sommes retournés pour voir ce qui se passait, et la grosse bestiole aussi, elle avait redressé la tête. Qu’est-ce que c’était ? Il y en avait d’autre ? Le cœur battant à tout rompre, je me jetais dans la grotte, me foutant de tomber par terre et de me faire mal. Au point où j’en étais. J’attendais que le jeune homme me rejoigne et ramenais mes jambes contre mon torse. Nous n’eûmes pas le temps de souffler, la bête était revenue vers nous, mais vu la taille de la grotte, elle ne pouvait pas nous atteindre, son énorme gueule ne passait pas. Je tournais la tête vers lui, transpirant et tremblant, mes nerfs complètement en vrac.

« Les animaux du coin sont pas commodes… C’est les dernières vacances que je passe ici. »
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.

      (c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas

avatar
H01-9
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Jurassic Hive || H03-909   Dim 4 Juin - 22:27

« Je sais pas si j’en suis capable… Mais quitte à essayer… autant que ce soit le plus en un seul morceau possible… » C'est l'idéal auquel tu as désespérément envie de t'accrocher. Parce que tu n'as pas envie de crever là. Encore moins de perdre un morceau dont tu devras admirer l'absence jusqu'à la fin de tes jours. Tu n'as pas envie de devenir un estropié de la vie s’apitoyant sur son sort et encore moins le devenir en ayant rien fait pour l'éviter. Des ennuis tu en as déjà suffisamment dans cette saleté d'existence qui ne cesse d'exploser autour de toi. Alors cette créature et ses grandes dents tu vas la fuir et tu vas le faire avec ton compagnon d'aventure. Même si tu as ce sentiment que vous deux ensemble ça ne peux pas bien tourner. Ton regard se pose sur lui alors qu'il amorce visiblement un mouvement pour se lever. Tes yeux détaillant bien malgré toi ce qui subsiste de son bras et ses doigts souillés de son sang. Ça ne peut assurément pas être bon pour repousser le grand carnivore qui aura tôt fait de vouloir terminer ce qu'il a commencé. Tout autant que ce n'est en rien bon pour ton estomac que tu sens se retourner alors que tu détournes brièvement le regard. Il faut que tu respires un bon coup malgré la douleur lancinante à ton dos qui te fait serrer les dents au moindre mouvement. Il faut surtout que tu te concentres sur celui qui est avec toi pour l'aider parce que tu ne peux que remarquer comme il aura sans doute besoin d'aide. Les jambes tremblantes et peu assurées. L'adrénaline qui a peut-être atteint son point de saturation. Son corps tentant par tous les moyens possible de lui faire comprendre qu'il ne pourra pas jouer au superhéro aussi longtemps qu'il aurait pu le souhaiter. Le forçant finalement à ramper dans ta direction alors que ton regard ne quitte pas la bête de peur qu'elle remarque le mouvement bien que lent. « Je vais avoir besoin de ton aide pour aller jusque là-bas… Pas que tu me portes… mais que tu me soutiennes… » Tu déglutis en acquiesçant de la tête. Après tout est-ce que tu as vraiment le choix? À ne pas vouloir le laisser ici pas réellement non.

Tu prends donc une grande inspiration avant de le voir passer son bras autour de ton cou. Le bas de ton dos protestant plus que vivement face au poids supplémentaire lui étant ajouté. Tu sais pourtant que tu dois tenir le coup. Au moins jusqu'à cette grotte où tu espères ensuite pouvoir arriver à te reposer un minimum. Surtout essayer de trouver de quoi empêcher ton compagnon de se vider de son sang avant que vous trouviez comment sortir d'ici. Son regard croise d'ailleurs le tient après un bref coup d'oeil commun en direction de la bête. Peut-être le dernier regard que tu croiseras de ta vie tout dépendant de l'issue de la situation. Tu fais simplement un nouveau mouvement de la tête pour lui signifier que tu es près à essayer à défaut d'arriver à ouvrir la bouche. Sans doute trop effrayé d'échapper le fatidique adieu ne laissant présager que le pire alors qu'il ne faut pas. Tu dois y croire un minimum pour ne pas simplement baisser les bras d'emblée. Pour te motiver à commencer à avancer avant qu'il ne soit trop tard. D'un mouvement lent, autant pour lui que pour toi, tu as donc effectué un premier pas vers l'avant. Espérant ne pas trop attirer l'attention du dinosaure que tu entends mastiquer bien trop près de vous. Te soutirant un frisson de dégoût au passage en imaginant la chaire et les os broyés sous ses dents.

Le cheminement est difficile au fil de vos pas clopinants et en rien assurés en direction de la grotte. Des pas menaçant de vous faire tomber à tout instant même si tu t'évertues à tenter de le soutenir au mieux de tes capacités. Jusqu'à ce que tu sentes le sol trembler sous vos pieds et que tu te figes un instant avant de recommencer à avancer. Difficilement plus rapidement, mais visiblement suffisamment vite pour arriver à atteindre la grotte avant de sentir des dents claquer dans vos dos. Entendre ce cri à t'en faire trembler de terreur. Aidant ton compagnon à se poser au sol avant de te retourner pour en voir la provenance. Chose que l'énorme dinosaure a également fait une fraction de seconde avant de chercher son repas de ses grands yeux jaunes. De sa gueule béante que tu fus plus qu'heureux de voir bien trop grande pour cette petite grotte. « Les animaux du coin sont pas commodes… C’est les dernières vacances que je passe ici. » Tu soupires en venant t'asseoir près de lui. Prenant le temps de respirer un moment pour te calmer un minimum même si au vu des circonstances tu ne comprenais pas comment tu allais arriver à faire ça. « Comment t'arrives à rigoler... putain ce truc t'a bouffé un bras... Faut qu'on fasse quelque chose pour ça. » Pas que pour lui. Égoïstement pour toi aussi qui ne voulait pas resté coincé là avec un cadavre sur les bras. Tu t'évertues à réfléchir et la seule chose te venant à l'esprit est de serrer son bras pour essayer de limiter la chute de sang. De là à espérer que ça fonctionnera... Tu retires donc ton haut et t'approche de son bras pour l'y enrouler avant de lever les yeux vers lui. « Je suis désolé. » Puis tu serres. Le plus fort que tu arrives à le faire avec la douleur te sciant toujours le dos. Jusqu'à ce que tu arrives à faire un semblant de nœud pour tenir le tout en place. « Je sais pas si ça le fera... »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Will I always be define by my mistakes?


BADGES:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Jurassic Hive || H03-909   Jeu 8 Juin - 14:33

Jurassic HiveCette grotte nous assurait un minimum de sécurité, un abri contre la grosse bête qui n’avait qu’une envie : nous bouffer. Mais elle nous accordait aussi un peu de répit, de quoi souffler avant de trouver une solution pour sortir d’ici. Nous étions arrivés par une porte, il devait bien y avoir une porte quelque part qui allait nous permettre de sortir… non ? Enfin, cette logique était probablement erronée puisqu’en toute logique, une porte n’aurait pas pût nous mener dans l’ère des Dinosaures… Mais il devait bien y avoir une certaine logique dans tout ça, non ? Soupirant, je tentais de raisonner, de trouver un espoir dans cette situation, malgré ma petite pointe d’humour, qui ne fit même pas rire mon compagnon d’aventure. Et c’était bien dommage, parce que même avec un bras en moins, je trouvais ça drôle…

« Faut bien rire une dernière fois… Enfin… surtout en ce qui me concerne… »

Ou peut-être que c’était parce que j’étais en train de me vider de mon sang et de délirer. Ce à quoi il tenta de remédier à la chose sans que j’ai le temps de le réaliser. Le jeune homme retirait son haut pour s’approcher de mon moignon et de me faire un garrot comme il le pût. Dès l’instant où il commença à serrer, la douleur me fit une piqûre de rappel, puisqu’autant le reconnaître, je l’avais vraiment oublié pour le moment, ce n’était pas ce qui me tracassait le plus. Et même s’il se confondait en excuse, je lâchais un cri aigu, essayant un peu de me dégager avant que mon esprit reprenne le pas et que je me rappelle que c’était dans un but totalement noble et la meilleure des choses à faire. Quand il eut terminé, je soupirais encore en collant ma tête contre la paroi de la grotte, portant mes doigt vers le reste de mon bras, mes doigts qui étaient poisseux de sang, mon sang, collants. Bordel… comment est-ce que j’allais faire pour m’habituer à ça ? Est-ce que c’était réellement possible de comme si de rien était quand on s’est fait bouffer un bras par un T-Rex ? Je reposais les yeux sur mon compagnon d’aventure, cette fois trop étourdi par la douleur pour faire de l’humour.

« Merci… Je pense que tu peux serrer un peu plus au besoin… C’est pas comme si j’allais retrouver l’usage de mon bras ou qu’il fallait laisser le sang circuler vers la main… »

Au fur et à mesure que je parlais j’avais dû devenir complètement livide parce qu’en prononçant ces mots, je réalisais pleinement ce qui venait de se passer. Que je n’avais plus de bras, et qu’il y avait aussi peu de chance qu’il repousse que de voir une licorne passer. Et j’eus une soudaine envie de vomir qui remonta jusqu’à ma gorge, bien qu’elle refuse d’aller plus loin. Je regrettais vraiment d’être venu ici et de ne pas lui avoir parlé plus tôt dans les couloirs de notre enfer blanc plutôt que de l’avoir suivit jusqu’ici. La curiosité est vraiment un vilain défaut…

« Au fait… Moi c’est H03-909… Autant que tu saches mon matricule… avant que je sois incapable de le dire ou de m’en souvenir… »

Et malgré la situation, je ne parvenais pas à me dire que je pouvais y rester, j’avais quand même perdu beaucoup de sang, une grosse bestiole était après nous, et il avait des copains, voire des frères et sœurs. Et d’ailleurs, en parlant de la grosse bestiole, si jusqu’à présent elle était restée devant l’entrée de la grotte, à essayer de passer sa grosse gueule par l’ouverture, ce fut avec un grand soulagement que je la vis quitter mon champ de vision, voyant bientôt sa queue à la place, et des pas faisant trembler le sol qui s’éloignèrent. Cette fois, je lâchais un rire nerveux et de soulagement. Il venait de partir. Il nous laissait. Il était décidé de nous foutre la paix et de se trouver un autre repas. Voilà qui était une très bonne nouvelle. Si j’en avais la force, j’aurais sauté sur place de le voir s’en aller. Au moins un danger d’écarté, c’était plutôt pas mal. Même si on n’était pas non plus sûr de ne pas finir dans l’estomac d’une grosse bête, au moins je savais que ça ne serait pas tout de suite, et que je ne rejoindrai pas mon bras. Quand je tournais la tête vers le jeune homme pour partager mon soulagement avec lui, mon sourire s’effaça pour laisser place à une expression d’effroi totale. Là, tout de suite, maintenant, je ne savais pas ce que je préférais. Cette grotte que nous avions vu tous les deux comme un endroit sûr où nous reposer venait de se changer en traquenard. Même si je n’avais pas vraiment de souvenirs d’être un connaisseur chez les dinosaures, je savais que ce qu’il y avait ici avec nous était tout aussi dangereux que le T-Rex. Peut-être même plus. Déjà parce qu’ils étaient deux. Un chacun. Et il était plus vieux, plus intelligent. Et qu’ils ne nous boufferaient pas un seul coup de mâchoire.

Des Vélociraptors. Même s’ils étaient plus petits, plus petits que nous, ils n’en restaient pas moins dangereux. Leurs yeux n’étaient pas aussi effrayants que les énormes jaunes de l’autre, mais ils étaient bel et bien fixés sur nous. Depuis combien de temps est-ce qu’ils nous observaient ? Depuis combien de temps est-ce qu’ils attendaient pour nous sauter dessus ? Est-ce qu’ils venaient du fond de la grotte et avaient surgis en nous entendant ? Est-ce qu’ils étaient là depuis le début mais que nous n’y avions pas fait attention ? Terrorisé, je me reculais, aussi lentement qu’avec l’autre bestiole, perdant complètement la voix, le courage et la force que j’avais eu un peu plus tôt. J’avais trop poussé mon corps jusque là. Mon corps battait à nouveau à un rythme fou, j’avais la sensation qu’il cherchait à sortir de mon torse. Alors c’était comme ça que ça allait finir ? Déchiqueter plutôt que croquer en une seule bouchée ?
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.

      (c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas

avatar
H01-9
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Jurassic Hive || H03-909   Dim 25 Juin - 15:10

« Faut bien rire une dernière fois… Enfin… surtout en ce qui me concerne… » Une dernière fois... Il prononce la chose comme un homme convaincu qu'il n'y a pas de sortie. Que cet endroit aura votre mort d'une façon ou d'une autre. Si ce n'est pas parce qu'il se vide de son sang même s'il coule à un rythme anormalement lent ce sera parce qu'un truc arrivera à vous bouffer. Comment pouvez-vous faire compétition à ce qui semble être un dinosaure étant en mesure de vous dévorer en une seule bouchée? Un truc si énorme qu'il arrive à faire trembler le sol sous vos pieds. Vous ne le pouvez pas. Elle est là la réponse même si vous vous êtes démenés à trouver refuge dans cette grotte. Même si tu essaies du mieux que tu peux le faire de serrer ton haut contre son moignon en espérant arriver à faire quelque chose qui aidera un peu. Après tout tu n'es pas médecin. Peut-être que tu vas aggraver les chose ou que ça ne sert tout simplement à rien de t'acharner sur ce pauvre restant de bras. Puis tout ce sang... Ce sang qui te semble bien trop familier. Qui te donne envie de vomir autant qu'il te file un mal de crâne à repenser à cette image que tu as eu la première fois que tu as rencontré la Boss. Les mains couvertes de sang que tu as cru être les tiennes. La sensation d'avoir fait quelque chose que tu regretterais jusqu'à la fin de tes jours sans savoir quoi. Tu essaies tout de même de rester concentrer. De serrer comme tu le peux malgré le cri qu'il lâche avec raison. Tu ne voudrais assurément pas être à sa place en cet instant même si tu es piégé avec lui. Si tu t'es contraint de rester avec lui pour ne pas crever seul si la fin en vient à arriver. Dans ta trop grande lâcheté.

Ton regard se pose sur ses doigts trouvant l'extrémité de son absence de bras. Un haut le cœur te gagnant au passage. « Merci… Je pense que tu peux serrer un peu plus au besoin… C’est pas comme si j’allais retrouver l’usage de mon bras ou qu’il fallait laisser le sang circuler vers la main… » Tu serres les dents. « Je... pourrais pas dire s'il y a besoin de plus. J'ai juste cru que ça aiderait, mais en fait je sais pas... Je sais juste pas quoi faire... » Tu glisses les mains dans tes cheveux en soupirant. Te souciant à peine du sang poisseux te couvrant les doigts. Déglutissant, ton regard se pose de nouveau sur lui et son visage semblant perdre de son éclat au fil des secondes. « Au fait… Moi c’est H03-909… Autant que tu saches mon matricule… avant que je sois incapable de le dire ou de m’en souvenir… » « H01-9... » Un rire nerveux t'échappe alors que tu hausses les épaules. Parce que tu ne vois pas de solutions à ce soudain problème. Tu ne vois que deux amas de viande fraîche dans un enclôt à carnivores. Deux hommes complètement paumés dans un endroit dont ils ne savent pas même comment sortir. Vous vous êtes simplement éveillés là, en plein centre de cette jungle ridicule après avoir passé une putain de porte. Ça te rend dingue. Ça te donne envie de hurler. Tout de cette saleté d'endroit te donne envie de hurler toujours plus fort et peut-être que tu l'aurais fait pour cette raison. Peut-être que tu aurais hurlé simplement pour te soulager un peu les tripes même en voyant le T-Rex faire demi tour pour aller voir s'il y a tu ne sais quoi plus loin.

Sans doute l'aurais-tu fait pour cette raison si le regard de ton compagnon ne t'avais pas fait tourner la tête. Voir les formats réduits du grand format venant tout juste de vous laisser tranquille. Pas de soulagement pour vous. Juste la fatalité qui vous rattrape alors que vous êtes complètement morts de trouille et couverts de sang face à ces choses voulant assurément vous dévorer. Ton corps paralysé. Ton cœur qui se débat dans ton torse et tes yeux qui se ferment le plus fortement que tu arrives à le faire en les entendant gronder. Sentant une gueule s'approprier ta chaire alors que tu en viens finalement à hurler. C'est loin de te soulager... Même lorsque tout s'est arrêté. Lorsque tu t'es difficilement redressé du sol sur lequel tu étais couché en ouvrant les yeux pour voir cette petite pièce blanche. Ton compagnon couché près de toi en entier. Le souvenir pourtant bien frais de votre aventure et de la douleur des dents acérées te dévorant la chaire et les os. Tout ça c'est trop. Bien trop pour toi. Tu te lèves en vitesse. Chancelant sur tes pieds en passant le pas de la porte pour aller tu ne sais où. N'importe où. Loin de ce putain d'endroit que tu veux quitter maintenant plus que jamais.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Will I always be define by my mistakes?


BADGES:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Jurassic Hive || H03-909
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jurassic Park :: RPG et Forum -- [ok]
» Jurassic Park (SNES)
» Court métrage Jurassic Park
» HIVE ⬡ Perte de mémoire - Lieu unique - Pouvoir au joueur
» erreur manque fichier SECURITY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Archives :: Rp-
Sauter vers: