Partagez | 
 

 now, I know what a ghost is (F02-222)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
F04-738
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: now, I know what a ghost is (F02-222)   Mar 9 Mai - 15:36

now, i know what a ghost is
F04-738 & F02-222

Naturellement, tu n'étais pas du genre fouineuse, à écouter les conversations des autres, à porter attention aux rumeurs et à croire tout ce que tu entendais ... Mais il y avait une chose, dans les derniers jours qui avait su retenir ton attention et qui ne quittait plus ton esprit depuis. Le niveau 13. Ce niveau, d'après ce que tu avais entendu, avait fait son apparition dans la Ruche à peu près en même temps que toi et depuis, plusieurs choses étranges semblaient si être déroulées. Tu avais d'ailleurs entendu des histoires plus farfelues les unes que les autres à son sujet. Pourtant, malgré l'apparente folie qui semblait s'être emparé des personnes ayant mis les pieds sur ce niveau, tu avais envie d'aller voir toi-même de quoi il en retournait. Quitte à perdre un peu la tête. Tu étais bien trop intriguée pour passer à côté de ça et malgré les propos douteux que tu avais entendus, tu avais l'impression qu'il y avait un fond de vérité dans les histoires qu'on racontait.

Tu connaissais peu de gens encore dans la Ruche, ne t'étant lié d'amitié avec personne ne particulier et préférant parler à des gens par-ci, par-là de temps en temps. C'est pourquoi tu choisis, en premier lieu, de te rendre sur le niveau 13, seule. En théorie, il ne devrait y avoir aucun danger, personne n'y était resté selon ce que tu savais, mais tu avais quand même quelques appréhensions. Tu partis de ton logement, tôt le matin, pensant ne croiser personne, et tu choisis d'utiliser les escaliers plutôt que l'ascenseur ... Tu n'aimais pas ce genre d'engin, aucune possibilité de sortie en cas de problèmes. Très peu pour toi ... Bon, le problème était le même dans un endroit comme la Ruche, mais sur une plus grande surface, c'était moins angoissant. Après avoir descendu quelques étages, la tête pleine de supposition sur ce que tu allais bien pouvoir découvrir sur cet étrange niveau, tu te retrouvas bien vite aux côtés d'une demoiselle, visiblement aussi lève-tôt que toi. Vous vous trouviez entre le niveau 10 et 11 et alors que tu la rejoignais une idée farfelue te traversa l'esprit. Un esprit très certainement malade et qui, lui, n'avait pas envie de perdre la tête seule sur un niveau mystère. Ne sachant pas où elle se dirigeait, et cela important peu en vérité, tu passes en coup de vent à côté d'elle et tu t'empares de sa main, baragouinant quelques mots au passage. Quelque chose ressemblant à : « Allez suis-moi. »

Tu l'entraînes à ta suite, gravissant les deux étages restant bien plus rapidement que tous les autres étages précédents, maintenant, on dirait que tu as envie d'y être. Réellement. Tu ne t'intéresses pas nécessairement au propos que pourrait prononcer la demoiselle, surtout s'il s'agit de protestation, tu t'assures simplement que sa main est toujours dans la tienne et qu'elle te suit avant de finalement stopper ta course devant l'une des premières portes de cet énorme couloir sans fin. Une drôle de sensation s'empare de toi, tu n'es pas certaine d'aimer l'endroit, mais tu ne resteras pas longtemps, non, juste assez, histoire de savoir de quoi il en retourne. Tu colles ton oreille sur la porte face à toi, pour voir si tu entends quelque chose, mais rien, niet. Tu grimaces un peu, te demandant finalement si, en fin de compte, il n'y a rien d'intéressant ici. Tu fronces les sourcils et tu jettes, finalement, un coup d'oeil à la belle blonde qui ''t'accompagne''. Tu lui souris. « T'as envie de jeter un coup d'oeil ? » Tu tends ta main vers la poignée de porte, espérant que celle-ci n'est pas verrouillée, sans quitter l'étrangère des yeux, attendant son approbation.
Made by Neon Demon

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

who are you sweetheart ?
Nothing can last forever. There isn't any memory, no matter how intense, that doesn't fade out at last. ▬
Juan Rulfo.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
F02-222
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: now, I know what a ghost is (F02-222)   Ven 12 Mai - 6:20

now, I know what a ghost is
F02-222 ✧ F04-738
T’as pas réussi à dormir bien longtemps cette nuit. Pour pas changer. Déjà parce que t’as psychoté toute la nuit qu’un des bras des Intelligences Artificielles vienne te choper pour t’emmener Dieu sait où. Et puis aussi parce que depuis que t’as visité le niveau 13, il est pas rare que tu fasses des cauchemars où t’es enfermée dans cette même pièce avec le plafond remplie de pics qui descend inlassablement alors que toi, t’es prisonnière de ton corps et que tu ne peux pas bouger. T’as assez mal vécu cette expérience, comme la plupart des autres personnes qui l’ont tenté. Mais tu fais avec. Tu sais à présent que ce ne sont que des illusions. Tu comprends pas trop comment elles  font pour que ce soit partagé avec une autre personne, mais en tout cas, c’est pas réel. C’est ce qui fait le charme du niveau 13, diront certains qui aiment le danger et l’adrénaline. Toi, tu sais pas trop comment te positionner. Si t’es prête à y retourner ou pas. En tout cas, pour le moment, tu fuis ce niveau comme la peste. Peut-être que tu y reviendras un jour. Mais pas aujourd’hui. Ni demain. Bref.

Ça fait plusieurs heures maintenant que tu fixes le plafond sombre de ta chambre, attendant que le temps passe. Mais tu t’ennuis, et t’es lasse d’attendre. Alors tu décides de te lever. Tu vas prendre une longue douche, puis tu t’habilles. Y’a plus le couvre-feu. Ça n’aura finalement duré qu’une journée. Juste histoire de te faire avoir la peur de ta vie. Tu restes quand même méfiante, et tu fais en sorte de te trouver près de ta chambre aux alentours de 22 heures. Juste au cas il y ait encore un bug… Simple précaution. Tu t’es faite avoir une fois, mais ça ne se reproduira pas. Tu sors ensuite de ton logement, après, comme d’habitude, avoir vérifié discrètement que ta colocataire était bien toujours dedans. T’en as vu tellement disparaitre, de colocataires, qu’à présent tu la surveilles. Juste au cas où. Est-ce que c’est parce que tu l’apprécies ? Que tu te prends un peu pour une mère poule protectrice envers cette nouvelle petite protégée ? Ou est-ce que tu es plutôt habitée par des pulsions égoïstes qui te poussent à vérifier que ce soit elle et pas toi cette fois disparaisse ? Difficile à dire. T’y réfléchiras un autre jour.

Tu te diriges vers la piscine. Parce qu’à cette heure t’es quasiment persuadée qu’il n’y aura personne et que tu auras le bassin pour toi toute seule. Mais alors que tu commences à descendre les marches, tu te fais happer par une rouquine flamboyante. Sans crier gare, elle t’agrippe la main et t’entraine à sa suite. Tu comprends pas très bien ce qui se passe. Ce qui lui prend. Et ce qui te prend. Parce que tu la suis. Y’a quelque chose en elle, tu saurais pas l’expliquer. Elle t’inspire quelque chose. Tu sens que y’a un souvenir ancré en toi qui ne demande qu’à refaire surface. Un souvenir qui vous concerne, elle et toi. Donc c’est pour ça que tu te stoppes pas et que tu ne la rembarres pas. Que tu descends les marches avec elle et que tu te laisses transporter. Parce que t’es curieuse. Et parce que ça fait bien longtemps que t’avais pas ressenti cet étrange sentiment de déjà-vu. Depuis 010, en fait. Depuis votre soirée dans cette salle commune. Depuis que vous avez jouer ce morceau au piano tous les deux, main dans la main. Le souvenir est douloureux, du coup tu le chasses d’un battement de cils. Ne pas penser à 010. Il a disparu. T’auras jamais la réponse face à votre complicité apparente. C’est comme ça et faut que tu te fasses une raison.

Tu reportes ton attention sur la rouquine tandis qu’elle t’emmène au niveau 13. Le fameux. T’as un frisson qui t’hérisse l’échine, tandis que des souvenirs t’assaillent. « T’es sûre de ce que tu fais ? » Tu préfères quand même lui demander, même si vu son regard pétillant et son air enjoué t’es déjà persuadée de la réponse. Tu fais quelques pas jusqu’à elle, tandis qu’elle tente d’entendre quelque chose à travers la porte. « T’y es déjà allée ? Parce que moi oui. Et on peut pas dire que ce soit une expérience très joyeuse. Bien au contraire. » T’entres pas plus dans les détails, parce que t’as pas vraiment envie de te rappeler. Tu alternes simplement ton regard entre la rousse et la poignet de porte, qu’elle est prête à attraper. Tu pousses un profond soupir, tandis que tu te mords la lèvre inférieure. « Y’en a qui disent que peut-être parmi toutes ces portes il y en a une qui mène à la sortie. C’est un pari risqué étant donné toutes les horreurs qu’on peut trouver dans les autres. Mais si après tout ça t’es quand même prête à continuer, alors je te suis. » Et tu la suivras toujours. Quelque soit ses choix. Maintenant et à jamais. Tu saurais pas dire pourquoi, après tout tu la connais même pas, mais c’est ce qu’elle t’inspire. Étrange.  
© Starseed

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Courir. Courir toujours. Sans s'arrêter. Fuir. Fuir ce putain de passé qui nous colle à la peau, nous pourri notre journée, notre avenir, tout ce qu'on pourrait envisager d'être, de devenir, nous empêche de changer. Sombres. Sombres Pensées. Sombres Cœurs. Sombres Passés.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F04-738
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: now, I know what a ghost is (F02-222)   Mar 16 Mai - 17:03

now, i know what a ghost is
F04-738 & F02-222

Tu la crois. Tu ne sais pas pourquoi, mais tu la crois lorsqu'elle te parle vaguement de son expérience. Pourtant, ta curiosité est plus forte que ta confiance en la jolie blonde et t'as envie d'aller voir ce qui se cache derrière ses portes, malgré son avertissement.« Une porte de sortie ... C'est intéressant. » Tu hausses les épaules. Tu poses finalement ta main sur la poignée de la porte et après quelques secondes, tu entends un déclic. Instinctivement, au même moment, tu prends doucement la main de l'inconnue, comme pour la rassurer, tout en la traînant avec toi à l'intérieur de la pièce.

Hmmm ... Tu ne découvres à l'intérieur qu'une pièce blanche. Vide. Donc, il ne s'agit pas d'une sortie, c'est évident, mais il n'y a rien non plus de bien effrayant par ici. Tu y pénètres, en gardant toujours un contact avec la blonde que tu entraînes à ta suite. Tu lui jettes un regard, incertaine.« Quelle sorte de chose pas jolie tu as pu voir ici ? » Tu hausses un sourcil. Tu la crois toujours, elle avait l'air sincère lorsqu'elle t'a parlé du niveau 13 ... Mais tu ne comprends toujours pas sur quoi elle a pu tomber. Une simple pièce blanche, ne peut pas avoir un tel effet sur quelqu'un.

Tu laisses finalement tomber la main de l'inconnue, pour faire quelques pas dans la pièce, histoire de voir si tu ne trouvais pas quelque chose de dissimulé à la vue ... Un truc que tu n'aurais pas remarqué au premier abord, mais rien. Tu ne vois rien n'y ne trouve rien. Tu te retournes vers la blonde et dans un haussement d'épaules, tu ajoutes simplement : « Au fait, moi, c'est 738 ... Mais appelle moi comme tu veux, ce numéro, j'le trouve plutôt moche. » Et c'est la dernière chose que tu entends, tes propres paroles, avant de sombrer dans le néant. Tout devient rapidement noir et tu ne t'en rends pas compte, mais ton corps vient durement cogner le sol froid de la pièce dans laquelle vous vous trouvez. Alors que la porte, que vous avez laissée ouverte, se ferme et se verrouille.

Tu te réveilles, dans un environnement tout aussi noir que celui qui t'a envahi il y a quelques instants ... Mais il y a quelque chose de différent. Ta vision s'adapte, tu commences à discerner quelques silhouettes et finalement, il y a une source de lumière. Tu lèves les yeux au ciel, pour apercevoir une lune et quelques étoiles, qui t'éclairent. C'est étrange. Tu baisses le regard, histoire de voir ou tu peux bien te retrouver et une fois que ta vision s'est adaptée, tu te retrouves face à quelques tombes inconnues ... Trop nombreuse pour n'être qu'une coïncidence. Tu frisonnes. Tu sembles ne pas être fan de ce genre d'endroit. Eh puis, tu te souviens que tu n'es pas seule. Tu cherches des yeux la belle blonde qui t'accompagnait ... Commençant à comprendre, tranquillement ce qu'elle voulait dire. Tu aurais dû l'écouter et réfreiner ta curiosité. « Je suis désolé. » Que tu souffles dans un murmure alors que tu l'aperçois, à quelques pas.
Made by Neon Demon

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

who are you sweetheart ?
Nothing can last forever. There isn't any memory, no matter how intense, that doesn't fade out at last. ▬
Juan Rulfo.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
F02-222
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: now, I know what a ghost is (F02-222)   Ven 26 Mai - 18:02

now, I know what a ghost is
F02-222 ✧ F04-738
Oui, une porte de sortie, c’est intéressant. Qu’est-ce que vous ne feriez pas pour avoir ne serait-ce qu’une maigre chance de trouver une sortie à cet enfer aseptisé… Mais est-ce qu’il y en a seulement une, de porte ? Ça parait trop beau pour être vrai. Un appât du gain pour inciter les pauvres petites abeilles à venir dans ce couloir rempli de cauchemars plus terrifiants les uns que les autres. Tu réfrènes un frisson, tandis que tu entends la porte se déverrouiller. C’est parti, que tu te dis. Tu fermes les yeux, agrippant avec un certain soulagement la main de la demoiselle qui t’accompagne. Histoire de se dire que t’es pas toute seule dans ce merdier et qu’à deux vous serez probablement plus fortes. Tu t’attends à ce que ça fasse comme la dernière. Qu’il y ait une lumière aveuglante qui te fasse perdre connaissance et que tu te réveilles dans une pièce où milles et une péripéties t’attendent. Mais il ne passe rien. Absolument rien. Ce qui te fait froncer les sourcils. Pourquoi est-ce que ça serait différent de la fois précédente ? Est-ce qu’il est possible qu’il y ait plusieurs moyens de rentrer dans ces cauchemars ? Ou est-ce que par le plus grand et le plus heureux des hasards vous êtes tombées sur la seule porte qui ne fassent pas marcher l’illusion ?

Tu gardes toutes tes interrogations pour toi, tandis que tu te sens tirer à l’intérieur. Ainsi donc, votre sort est scellé. Si, bien évidemment, ton intuition que vous n’êtes pas sorties de l’auberge est bonne… Y’a une petite partie de toi qui aimerait que tu ais tort. Que ce soit belle et bien une porte spéciale et qu’elle ne vous emmène pas dans un des nombreux scénarios horrifiants qui existe. Mais y’a ton instinct qui prend le dessus, comme toujours. Et qui te fait présager le pire. La rouquine ne semble pas non plus comprendre ce qu’il se passe, car elle te demande ce que tu as pu vivre dans cette pièce. Tu hausses les épaules, prenant une voix faussement désinvolte. « Oh, rien de bien traumatisant. Juste un plafond couvert de pics qui m’a embroché alors que je ne pouvais pas bouger. » T’es mesquine, quand bien même tu ne devrais pas. Parce qu’elle n’a pas posé cette question exprès parce qu’elle remettait en doute tes paroles. « Désolée. Comme tu t’en doutes, c’est un mauvais souvenir. » Parce que tu souhaites pas qu’elle prenne mal tes paroles. Faut dire pour ta défense que t’es ressortie pas mal amochée psychologiquement de ce cauchemar, et à choisir tu souhaites pas qu’il se reproduise. Donc qu’elle ne vienne pas remettre en question ce que tu as vécu, car quand bien même ce n’était pas réel, sur le coup, t’aurais parié que si.

Elle se nomme 738 et sa tirade te fait sourire. Parce qu’elle n’aime pas qu’on l’appelle par son numéro. Parce qu’elle trouve ça moche. Une similitude que vous avez en commun. Bien que tu soupçonnes, au fond, qu’il y en ait bien d’autres. Tu t’apprêtes à répliquer que toi tu trouves que ça fait très bovin, mais à vrai dire t’as pas le temps de répliquer. Parce qu’il y a ce flash, cette lumière aveuglante. Et puis le néant. Tu t’écroules à ton tour au sol, tes doigts toujours entremêlés aux siens. Quand tu rouvres les yeux, tu remarques l’obscurité. Ce qui change de la lumière trop blanche de la Ruche. Tu mets du temps à t’acclimater, mais une fois que c’est fait, tu lèves tes yeux vers le ciel. Une lune et des étoiles. Putain que ça fait du bien de voir le ciel. Tu sens une brise fraiche contre ta nuque. T’as un sourire qui se dessine sur tes lèvres, tandis que tu profites de cet échantillon de liberté. Y’a l’odeur de la terre qui emplit tes narines, ainsi que de l’herbe. Tu baisses ton regard vers le sol, et là ton sourire s’estompe. Une tombe. Plusieurs tombes. Un cimetière. Oh putain. Est-ce que y’a des chances pour que vous soyez vraiment sorties ? L’atmosphère que tu trouvais jusqu’à présent paisible se mue en glauque. Tu frissonnes devant le vent qui hérisse tes poils. « Rouquine ? » Ouais, le surnom est pas très original, mais il est toujours mieux que 738. Tu mets pas longtemps à la discerner. Elle est à quelques mètres de toi. Tu la rejoins rapidement, sur tes gardes, tandis qu’elle murmure qu’elle est désolée. Bienvenue en enfer. « C’est pas grave. T’auras tenté ta chance. » T’essais d’avoir un sourire réconfortant, mais c’est quelque peu loupé avec cette ambiance de film d’horreur. « Bon, à quelle sauce on va être mangées ? » Un peu d’humour n’a jamais fait de mal. Quoi que dans cette situation, c’est surement un peu beaucoup déplacé. Mais c’est ton moyen à toi de faire face et de pas perdre tes moyens.
© Starseed

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Courir. Courir toujours. Sans s'arrêter. Fuir. Fuir ce putain de passé qui nous colle à la peau, nous pourri notre journée, notre avenir, tout ce qu'on pourrait envisager d'être, de devenir, nous empêche de changer. Sombres. Sombres Pensées. Sombres Cœurs. Sombres Passés.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F04-738
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: now, I know what a ghost is (F02-222)   Dim 4 Juin - 19:24

now, i know what a ghost is
F04-738 & F02-222

T'as bien compris que sa précédente visite en ce lieu ne lui avait pas plu, t'as même grimacé lorsqu'elle t'a mentionné un plafond couvert de pics prêt à l'embrocher vivante. Décidément, c'était pas toujours joyeux par ici et toi, tu avais foncé tête première sans réellement en mesurer les conséquences. Tu avais écouté, sans vraiment porter attention aux paroles de la jolie blonde, paroles qui faisaient également office d'avertissement. Décidément, la logique, la réflexion et la sagesse, c'était pas ton truc. Tu devais plutôt être comme un éléphant dans une boutique de porcelaine. Tu fonces dans le tas sans te soucier des conséquences. Une tête brûlée ? Possiblement. Cette envie d'aventure t'en disait déjà un peu plus sur ta personnalité, mais il te manquait encore beaucoup de pièces pour compléter le puzzle.

Au moment où tu aperçois la blondinette, cette dernière t'appelle, alors que tu marmonnes des excuses à son égard. Elle te rejoint rapidement et sa présence, à proximité, te soulage légèrement. En temps normal, tu serais plutôt heureuse d'être confronté à un ciel étoilé, surtout après autant de temps en captivité, mais le lieu dans lequel tu te trouvais refroidissait légèrement ton envie de te réjouir et puis, tu doutais fort que cela fût réel, même si ce n'était pas impossible ... Elle tente de te faire sentir mieux la demoiselle, moins coupable, mais ça ne change pas vraiment grand chose ... Tu l'as entraîné ici avec toi et t'aurais pas dû. Tu te mords la lèvre inférieure, mal à l'aise ... Hésitant à rigoler à la blague qu'elle vient de prononcer. Tu sursautes, alors que t'entend un craquement non loin ... T'arrives pas à déterminer la provenance du bruit et cela te dérange ... « T'as l'impression qu'on va se faire bouffer par des zombies ? » Tu grimaces à nouveau. « Si c'est ça, dis-moi le parce que je vais m'armer en conséquence. » Tu scrutes la noirceur alentour, t'attendant à voir quelqu'un débarquer de derrière une tombe à tout moment. T'as pas l'impression d'être une froussarde en général, mais il y a quelque chose dans cet endroit qui te fait froid dans le dos et t'arrives pas à mettre le doigt dessus.

Tu tournes sur toi-même, nerveusement, te rapprochant instinctivement de la demoiselle sans t'en rendre compte, jusqu'à ce que tu la heurtes. « Désolé. » Tu t'éloignes de quelques pas. « J'ai un mauvais pressentiment ... » Elle va te prendre pour une folle, surtout que tu te sens dans l'incapacité d'expliquer en quoi consiste ce mauvais pressentiment. Alors que tu observes la blonde, histoire de te rassurer, de te convaincre de sa présence, ton regard glisse imperceptiblement le long de son bras pour se poser sur un tatouage qu'elle porte au poignet. Tu figes, incapable de détacher ton regard de ce petit ''A'' avec une calligraphie particulière. Tu ne fais pas immédiatement le rapprochement avec ton propre tatouage ... Car ton attention est bien vite détournée par un grognement, non loin de vous.
Made by Neon Demon

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

who are you sweetheart ?
Nothing can last forever. There isn't any memory, no matter how intense, that doesn't fade out at last. ▬
Juan Rulfo.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
F02-222
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: now, I know what a ghost is (F02-222)   Sam 24 Juin - 17:28

now, I know what a ghost is
F02-222 ✧ F04-738
Un putain de cimetière. Au niveau du glauque y’a difficilement pire. Le film d’horreur par excellence. T’as des images de bras sortants du sol qui te reviennent en mémoire, tandis que tu observes les tombes autour de toi. T’en as vu, des films d’horreur. Tu sais pas trop si t’aimais ça ou pas. Mais en tout cas, de le vivre, c’est clair que t’apprécies pas. Bien au contraire. Un putain de cauchemar. Tu regrettes d’avoir suivi la rouquine. Pourtant c’est pas faute de l’avoir prévenu sur les tenants et les aboutissants de ce fameux niveau treize. T’as envie de lui balancer un « je te l’avais bien dit ». Mais tu lis la peur dans son regard, et au final tu te dis que ça nous avancerait pas si tu lui envoyais des pics. Le tout maintenant, c’est de survivre. Et de trouver un moyen pour revenir en un seul morceau dans la Ruche. Elle te manque, ta prison aseptisée. Pour une fois. Elle te demande si vous allez vous faire manger par des zombies. Visiblement vous avez les mêmes références en matière de cinématographie. Tu hausses les épaules avec une grimace. « On va vite le découvrir… » Parce que tu le sens, ce regard posé sur vous. Cette désagréable sensation d’être épié, sans pour autant en trouver la source. Faut dire que malgré le clair de lune, il fait plutôt sombre, ici. Enfin bref. Elle ajoute que si c’est bien une attaque de zombie, elle s’armera en conséquence. Tu notes cette note de bravoure dans ta tête. Parce que ça pourrait bien vous servir tôt ou tard.

Elle se rapproche de toi nerveusement. Jusqu’à à moitié te rentrer dedans parce qu’elle regarde tout autour d’elle. « Essaie de te calmer. » Oui, bien sûr, plus facile à dire qu’à faire. Mais ce n’est pas en perdant complètement ses moyens que vous allez arriver à quelque chose. Bien au contraire. C’est parce que ton ancienne partenaire a complètement paniqué que la dernière fois tu t’es faite embrochée. Si seulement tu avais été capable de bouger et de te mobiliser et que c’était elle la paralysée… Les conséquences auraient pu être bien différentes. Parce que le fait que même si le cimetière c’est glauque et que t’en as la chair de poule, et bien tu restes maitre de tes émotions. Tu gardes un certain calme. Apparent, certes, mais quand même. Tu ne bouges pas, scrutant la noirceur des alentours. Sur tes gardes. Elle souffle qu’elle a un mauvais pressentiment. Ce que tu partages allégrement et ce à juste titre. « Et tu as bien raison. Parce que c’est pas une licorne qui va débarquer, crois-moi. Ça serait trop beau. Et trop facile. » À moins que ce ne soit une licorne tueuse et assoiffée de sang qui chercherait à les embrocher avec sa corne magique. Là, à la limite, ça serait possible. Et avec ce niveau treize, autant s’attendre à tout.

Un craquement de branche te fait incliner le regard sur le gauche. Instinctivement, te voilà qui serres tes poings et qui bandent tes muscles. Y’a ta mâchoire qui se contracte à mesure que tes yeux parcourent la nuit et qu’ils cherchent la source de ce bruit. Parce qu’il y a quelqu’un. Ou quelque chose. T’en es persuadée. Cette impression d’être épiée, cette branche qui se craque… C’est pas une coïncidence. Soudain, tu poses ton regard sur une ombre. Lointaine. Filiforme. De quoi te faire tressaillir. « On est pas seules. » Comme vous pouviez vous y attendre. Alors y’a pas trente six solutions, la décision est vite prise. « Cours ! » que tu lui intimes, tandis qu’après lui avoir attrapé la main tu te mets à détaler. Les minutes filent, les tombes passent devant vous. Et toujours cette impression d’être suivie. À plusieurs reprises tu regardes derrière toi. Sans jamais revoir cette ombre. Mais tu sais qu’elle est là, et qu’elle ne vous quittera pas aussi facilement. Le cimetière semble infini, car même après votre course effrénée, vous n’en voyez pas le bout. Alors tu préfères t’arrêter, les mains sur les hanches et le souffle court. « Bon pour la fuite c’est raté. Il ne nous reste donc qu’une option : se battre. Histoire qu’on lui rende pas la tâche trop facile à cet enfoiré. » Mais avec quoi ? Vos simples poings ? Tu doutes que ça suffise.
© Starseed

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Courir. Courir toujours. Sans s'arrêter. Fuir. Fuir ce putain de passé qui nous colle à la peau, nous pourri notre journée, notre avenir, tout ce qu'on pourrait envisager d'être, de devenir, nous empêche de changer. Sombres. Sombres Pensées. Sombres Cœurs. Sombres Passés.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F04-738
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: now, I know what a ghost is (F02-222)   Lun 7 Aoû - 18:18

now, i know what a ghost is
F04-738 & F02-222

Tu sais pas trop pourquoi t'as le sentiment d'être prise au piège et pourquoi t'es aussi nerveuse ... T'as pas l'impression d'être une froussarde en règle générale, mais cette ambiance de film d'horreur te fait un drôle d'effet et tu sais pertinemment que tout peut arriver dans cet endroit, tu redoutes donc la suite des choses. Tu tentes néanmoins de te calmer, suivant le conseil de 222, en prenant de grandes respirations, espérant que cela fonctionne. Tu doutes de ta technique, mais ça ne coûte rien d'essayer. Tu jettes tout de même des regards nerveux autour de toi, cherchant des yeux un mouvement suspect, une ombre, quelque chose. Les tentatives d'humour de la blonde n'arrivent pas à détendre l'atmosphère, ni à te détendre toi. Tu es toujours aussi tendu qu'un ressort, prête à bondir au moindre signe de danger, tu n'oses même plus parler de peur de déclencher un truc. Quoi tu n'en sais rien, mais tu préfères ne pas le découvrir. Décidément, tu n'aimes pas les cimetières et ce n'est pas près de s'arranger.

Un bruit, un craquement, non loin, te fait tourner la tête au même moment que 222. Cette dernière énonce, un fait, ce n'est pas une question. Vous n'êtes pas seules et c'est maintenant valider. Toi aussi, tu as vu, au loin, cette ombre menaçante. Ta mâchoire se contracte. Tu as à peine le temps de réagir que la demoiselle te prend la main et détale comme un lapin, tu te cales rapidement sur la même vitesse qu'elle, histoire de ne pas être le poids mort qu'elle traîne derrière elle. « On pourra pas fuir comme ça longtemps ! » Tu penses principalement au fait que vous avez pénétré dans une pièce aux dimensions plutôt modestes quelques instants plus tôt et pourtant ... On dirait qu'il n'y a pas de fin à ce cimetière. Vous stoppez rapidement votre course, alors que plus rien ne semble vous poursuivre, pourtant, cette chose, quelle qu'elle soit, ne doit pas être bien loin. Tu tentes de reprendre ton souffle en acquiescement aux propos de la demoiselle. Elle a pas tort.

Tu serres les dents ... « J'suis même pas certaine que cet ''enfoiré'' soit humain, mais je suis d'accord avec toi. » Qu'est-ce qui te fait dire ça ? La drôle d'allure de l'ombre que vous avez aperçue, et comme tu y songeais plus tôt, tout est possible dans cet endroit. « J'dis pas non à une bonne bagarre, mais comme on sait pas à quoi on a à faire, j'ai des doutes ... On dirait pas qu'il y a des armes à proximité et utiliser des cailloux, c'est pas ce qui va nous sauver. » et tu doutes d'être en mesure de soulever une pierre tombale et de la balancer sur quelqu'un par la suite ... Après, vous êtes deux, vous avez toujours l'avantage du nombre sur votre poursuivant. En parlant du loup ... Ce dernier refait rapidement surface de derrière un arbre et il semble toujours seul. « On peut toujours lui sauter dessus et tenter de le maîtriser ... À deux, on a une chance ... Je suppose. » Tu campes tes pieds au sol, prête à tenir la position alors que l'ombre se rapproche de plus en plus, tu ne distingues toujours pas son visage cependant.
Made by Neon Demon

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

who are you sweetheart ?
Nothing can last forever. There isn't any memory, no matter how intense, that doesn't fade out at last. ▬
Juan Rulfo.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
F02-222
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: now, I know what a ghost is (F02-222)   Dim 13 Aoû - 8:50

now, I know what a ghost is
F02-222 ✧ F04-738
Ton regard se porte vers le sol. Tu cherches quelque chose. N’importe quoi qui pourrait vous servir d’arme. Forcément tu t’attends pas à trouver un pistolet chargé. Ni même un sabre, ou des couteaux. Mais une pelle, ça serait plausible, non ? Vous êtes dans un cimetière, alors faut bien quelque chose pour creuser les tombes ? Tu passes au peigne fin les alentours, mais ne trouves rien de satisfaisant. « Fais chier. » que tu grinces entre tes dents. Y’a rien qui pourrait vous aider. Forcément. Visiblement, ceux qui ont créé ce scénario ne semblent pas vouloir vous donner un coup de main pour faire en sorte que vous vous en sortiez. Un peu comme la dernière fois où t’étais paralysée et où le plafond couvert de pics te tombait inlassablement dessus… Des scénarios sans échappatoire et sans victoire possible. Comment positiver après ça et recommencer ? N’importe quoi. Il va donc falloir se battre avec vos poings. Non pas que cela te fasse peur, mais tu redoutes un peu de te retrouver au corps à corps avec cette créature. Parce qu’avec un peu de (mal)chance, elle, elle sera armée. Histoire d’augmenter encore plus les probabilités pour que vous vous en preniez plein la gueule.

T’es d’accord avec la Rouquine lorsqu’elle te dit que la créature n’est surement pas humaine. Vu l’ombre que vous avez vu quelques minutes plus tôt, en effet, y’a des chances pour que ce soit un truc monstrueux et diabolique qui vous file des cauchemars pour pas mal de vos nuits à venir. Tu serres à nouveau ta mâchoire lorsqu’elle constate comme toi qu’il n’y a aucune arme à proximité. Le côté positif c’est qu’elle est pas réfractaire à l’idée de se battre au corps à corps et que visiblement elle semble sûre d’elle en matière d’utiliser ses poings. Elle ne sera donc pas un boulet et probablement qu’elle pourra t’aider dans votre lutte pour votre survie.

En parlant du loup, voilà la créature qui refait surface. Comme par magie. Elle ne semble pas essoufflée et est sortie de derrière cet arbre sans crier gare. Bah voyons. Tu sens ton corps se crisper et tu refreines avec difficulté un élan de panique. Non, il faut que tu restes calme. Si tu perds tes moyens, t’es foutue. Alors respire un bon coup. Au pire, tu vas crever, et alors ? Ça sera juste la deuxième fois. C’est qu’une putain d’illusion, alors autant donner le meilleur de toi. Comme si c’était qu’un jeu. « On va lui faire sa fête, tu vas voir. » T’as l’air déterminée à t’entendre. Et t’as le regard qui brille d’une pulsion meurtrière et vengeresse. Il va pas s’en tirer aussi facilement. Et il va pas vous bouffer sans que vous ayez tout tenté. Vous n’êtes pas des mauviettes, et vous allez le lui prouver. Qu’ils profitent bien, tous ces spectateurs qui doivent vous regarder, parce que vous allez leur donner du spectacle. « T’es prête ? » Tu remontes les manches de ton pull au niveau du coude, prête à en découdre.

Au moment où vous vous apprêtez à bondir, le monstre pousse un cri terrifiant qui te déstabilise. Bras écartés et regard porté vers le ciel, tu remarques un éclair qui jaillit à travers le ciel et qui vient percuter une pierre tombale. Deux autres éclairs suivent. « Bordel… » Qu’est-ce que c’est que ça ? C’est un maitre des éléments ? Les éclairs ne vous ont pas touché, mais l’air électrisant te fait frissonner. « Tu crois qu’il a fait exprès de nous louper ? » Parce que vous n’avez pas bougé d’un pouce, donc difficile de ne pas vous prendre pour cible. Tu sens le stress t’envahir tandis que les secondes s’égrainent sans que vous ne sachiez quoi faire. Et bien subitement, une main sort de chaque pierre tombale touchée. « Ah bah les voilà nos zombies… » Le cynisme perce dans ta voix tandis que tu observes les trois revenants sortirent difficilement de leurs tombes. En titubant, ils se déplacent vers votre position. « C’est parti ! » que tu vocifères dans la nuit, bondissant en avant pour assener le premier coup au premier zombie qui arrive dans ta direction. Le coup de poing fait mouche et fait tomber ce dernier sur le côté, lui déplaçant l’os de la mâchoire par la même occasion.
© Starseed

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Courir. Courir toujours. Sans s'arrêter. Fuir. Fuir ce putain de passé qui nous colle à la peau, nous pourri notre journée, notre avenir, tout ce qu'on pourrait envisager d'être, de devenir, nous empêche de changer. Sombres. Sombres Pensées. Sombres Cœurs. Sombres Passés.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F04-738
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: now, I know what a ghost is (F02-222)   Lun 14 Aoû - 13:42

now, i know what a ghost is
F04-738 & F02-222

Tu hoches la tête à l'intention de la blonde, histoire de lui confirmer que tu es bien prête à affronter cet être difforme. Tu espères que lui aussi est prêt, car tu n'as guère l'intention de le laisser gagner la bataille, t'es déterminée à lui donner une bonne raclée, même si, au fond, t'as un peu la frousse. Tu essaies de te convaincre que tout ceci n'est pas réel, mais tu n'y parviens pas totalement. Le monstre s'immobilise totalement, alors qu'il fonçait sur vous quelques instants plus tôt, le cri qu'il pousse te fait tressaillir, ta position perdant de son assurance. Tu jettes un coup d'oeil à 222 qui semble aussi déstabiliser et tu reportes rapidement ton attention sur la créature. Sa position ne te semble pas commune et ... Avec raison. Il semble être l'instigateur des éclairs qui s'abattent non loin de vous sur quelques pierres tombales. « Je pense qu'il a fait exprès ... Oui. » Pour quoi sinon, alors qu'il maîtrise une telle force, il se contenterait de viser des bouts de pierres inertes ... Ça cache forcément quelque chose.

Tu serres les poings, car vous ne tardez pas à recevoir une réponse à vos interrogations. À proximité, une main surgit de terre, là ou la foudre à frappé quelques instants plutôt. La remarque de 222 te fait grincer des dents ... Tu aurais préféré ne pas avoir à faire à de telles entités, mais qu'y peut tu maintenant ? Il semblerait que votre cible à changer et tu vas devoir t'adapter. Tu n'as plus le temps de réfléchir, la demoiselle à tes côtés s'élance sur l'une de vos cibles, alors qu'une deuxième sort de terre à quelques mètres de toi. « Quand faut y aller, faut y aller. » Tu prends une bonne inspiration avant de te lancer sur l'abomination que tu dois éliminer, espérant pouvoir la remettre dans son trou avant qu'elle n'en sorte complètement.

Tu arrives cependant à sa hauteur, alors qu'elle est complètement sortie de terre. Ce qui ne t'empêche pas de lui décocher un coup de pied dans la poitrine qui l'envoie valser contre la pierre tombal dos à elle. Un craquement sonore résonne, craquement qui te fait grimacer, c'est horrible ce truc. Alors que la créature tente de se relever, son corps mou presque incrusté dans la pierre, tu lui décoches un coup de pied supplémentaire sur le crâne, qui se retrouve à quelques pieds plus loin ... Ce truc ne sera plus une menace et ce n'est décidément pas un combattant hors pair. Tu fronces les sourcils alors que tu remarques un liquide gluant sur ton soulier ... Ok, c'est plutôt dégoûtant ce truc. Alors que, du coin de l'oeil, tu vois 222 achever son charmant zombie, un troisième fait surface. Il y a un petit arbre derrière toi, tu réfléchis rapidement, tu ne peux pas te cacher, non, tu vas aussi devoir l'affronter. Une branche cassée doit bien pouvoir servir d'arme contre ces trucs ? Tu t'empares de la branche que tu brandis devant toi telle une épée de fortune. La créature se dirige vers toi à grande vitesse, inconsciemment. À la dernière seconde, tu lèves le bras pour aller planter le morceau de bois dans le crâne du monstre qui s'effondre sur le sol, inerte.

« J'crois bien qu'on pourrait survivre à l'apocalypse. » Le morceau de branche que tu tenais, c'est cassé au moment de l'impact, tu relâches donc, au sol, le morceau que tu tiens toujours. Non, loin, l'affreux maître des éléments se remet en mouvement ... Mais il se contente de fuir dans la direction opposée. Tu n'oses pas espérer qu'il se sauve tout simplement, en vous laissant là ... Sans rien tenter de plus ? Tu fronces les sourcils. « Qu'est-ce qu'on fait avec l'affreux ? ... On se contente de le laisser fuir comme ça ? » Tu te demandes s'il ne prépare pas une nouvelle attaque, préférant vous envoyer une armée plutôt que de rester ainsi exposer. Tu détesterais avoir raison.
Made by Neon Demon

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

who are you sweetheart ?
Nothing can last forever. There isn't any memory, no matter how intense, that doesn't fade out at last. ▬
Juan Rulfo.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
F02-222
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: now, I know what a ghost is (F02-222)   Hier à 16:34

now, I know what a ghost is
F02-222 ✧ F04-738
Le mort-vivant qui te fait face ne fait pas feu longtemps. Déjà ton premier coup au niveau de sa mâchoire le fait tressaillir. Il perd l’équilibre et part en arrière. Tu profites de cette faiblesse pour lui décocher un coup de pied retourné dans la poitrine, histoire de l’envoyer à terre bien comme il faut. Le zombie tombe lourdement au sol dans un grognement. Tu ne lui laisses pas vraiment le temps de se relever, car te voilà déjà qui lui saute dessus et lui sectionnes le bras. Le problème avec les morts-vivants, c’est qu’ils ne craignent pas la douleur et qu’ils se relèvent toujours. Même avec un bras en moins. Résultat ? Il faut que tu lui brises le crane. T’as pas d’autres solutions qui te viennent. Y’a un pot de fleurs en terre cuite qui jonche le sol devant une pierre tombale. Les fleurs à l’intérieur sont mortes depuis longtemps et il parait plus vieux que toi. Mais ça suffira surement. Tu l’attrapes et le soulèves au-dessus de la tête du zombie qui est en train de se relever. Avant qu’il ait pu comprendre ce qu’il lui arrive, tu catapultes le pot sur son crane qui explose en plusieurs fragments. « Dans ta gueule, connard. » que tu siffles entre tes dents, bien consciente que c’est ridicule. Mais ça te fait du bien de l’insulter. Les jurons, c’est un peu ta spécialité.

Ton ennemi enfin neutralisé, tu décales ton regard vers la Rouquine. Forcer de constater qu’elle se débrouille très bien toute seule car tu remarques qu’elle est en train de zigouiller le troisième mort vivant avec une branche. Le second, elle n’en a fait qu’une bouchée. Pas mal, la petite. Elle a de la ressource. Tu la rejoins à grandes enjambée, prête à en découvre avec l’autre affreux. Sauf que quand vous portez vos regards dans sa direction, ce dernier décide de vous tourner le dos et de s’enfuir. « Sérieusement ? » Il s’en va, comme ça ? Toi qui t’attendais à un grand combat… À la moindre difficulté il recule et laisse tomber ? « Hors de question qu’il s’en tire comme ça. » Non mais il va pas vous foutre trois zombies de merde et se barrer quand même ? Il est à votre merci. Ou alors c’est ce qu’il semble vouloir vous faire croire. Tu te diriges vers le premier cadavre de zombie que tu croises et tu lui arraches sans sourciller un de ses bras. Il a les os apparents, c’est parfait. La tache en sera moins dégueulasse. T’attrapes l’humérus et le déboite du reste du membre avant de le faire craquer d’un coup sec sur ta jambe. L’os se casse en deux, laissant apparaitre un côté tranchant aux deux extrémités. Tu tends l’une des deux moitiés à la Rouquine. « Va falloir se débrouiller avec ça. » Et ni oui, ni deux, d’un commun accord, vous vous lancez en direction de la créature.

T’es la première à arriver devant lui. Il semble surpris de vous voir aussi téméraire, mais n’en parait pas moins dangereux. Avec ses griffes longues comme ta main, il te fait tressaillir. Mais tu gardes tes réflexes de chat. Son premier coup, tu l’évites sans problème. Tu trouves même une faille dans sa défense. Avec agilité et précision, te voilà qui enfonces ton morceau d’os dans son cœur. Ou du moins là où il devrait être.  Mais visiblement, ce n’est pas le cas. Car la créature ne bronche pas, et pire, elle fonce à nouveau sur toi. Le fait de ne pas la voir s’effondrer te déconcentre, ce qui fait que tu n’es pas assez rapide pour éviter le coup. Et voilà ses griffes qui éraflent ton torse, perçant tes vêtements et déchirant tes chairs. Tu pousses un cri de douleur, reculant de quelques pas tandis que Rouquine se jette à ton secours dans la bataille et distraie l’affreux monsieur. Tu poses tes mains sur ta poitrine, découvrant sans réelle surprise tes doigts maculés de sang. « Et merde. » que tu grognes, sentant la peur irradier dans chaque parcelle de ton corps. Heureusement, ça ne semble que superficiel. Plus que peur que de mal, pour le moment du moins. Comment vous allez en venir à bout, de cette créature visiblement pas aussi mortelle que vous ? Est-ce seulement possible, d’ailleurs ?  
© Starseed

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Courir. Courir toujours. Sans s'arrêter. Fuir. Fuir ce putain de passé qui nous colle à la peau, nous pourri notre journée, notre avenir, tout ce qu'on pourrait envisager d'être, de devenir, nous empêche de changer. Sombres. Sombres Pensées. Sombres Cœurs. Sombres Passés.
Revenir en haut Aller en bas
 
now, I know what a ghost is (F02-222)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Windriver Ghost
» [Résolu] norton ghost
» [31/03/2017] Ghost in the Shell
» delai d'attente dépassé
» bonjour à tous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LA RUCHE :: Niveaux 11 à 15 :: Couloir de l'infini-
Sauter vers: