Partagez | 
 

 Do you wanna play with me ? [with H05-703]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
H03-14
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Do you wanna play with me ? [with H05-703]   Jeu 11 Mai - 19:07



Do you wanna play with me ?

H05-703 & H03-14


Réveil plus ou moins en douceur ce matin pour Quatorze. Il avait fait ses habituels cauchemars horribles, mais finissait par s’y faire. Du moins c’était l’impression qu’il en avait. Son sommeil était toujours autant agité, mais il était devenu plus réparateur.

Le fait qu’il se mette enfin à manger régulièrement devait aussi y être pour quelque chose. Il fallait dire qu’entre les remontrances de Douze et Trois… Il n’avait pas franchement intérêt à émettre l’idée de sauter un repas et ce même si le repas de la cafétéria était immangeable. Il les écoutait donc, d’autant plus que l’idée de se retrouver aussi affaibli qu’à sa sortie de prison… lui était insupportable. La Ruche avait assez joué avec lui et il en avait un peu marre, même s’il continuait d’avoir peur par moment que quelque chose n’arrive.

Il était passé sous la douche, profitant que ses colocataires ne la squattent pas comme à leurs habitudes et s’était dirigé vers la cafétéria pour un déjeuner très rapide. L’avantage d’y aller tôt c’était de pouvoir éviter l’affluence de résidents. Dès qu’il ne se sentait plus à l’aise, entouré de trop de monde, il filait à l’anglaise hors de la salle.

Ce qu’il venait de faire après passé bien vingt minutes assit tranquillement. Mais un dilemme s’était imposé finalement à lui alors qu’il était arrivé dans l’ascenseur, devant les chiffres des étages. Qu’allait-il bien pouvoir faire aujourd’hui ? Il ne savait pas trop… Il pouvait bien allait embêter les quelques personnes qu’il avait rencontré jusqu’ici… Mais il passait déjà beaucoup de temps à trainer dans leurs pattes. Surtout ces derniers temps où il ne lui était arrivé que des tuiles.

La salle de sport ? Non. Plus le soir pour se fatiguer et s’endormir plus facilement. La salle de jeux ? Non plus. Il ne se sentait pas doué en art et il ne savait pas jouer des instruments là-bas puisqu’il n’y avait pas de piano. Mais oui ! C’était ça. Le piano.

L’envie de jouer revint instantanément. Il fallait qu’il aille jouer avec les touches noires et blanches. Il savait jouer une musique déjà, ça il en était sûr. Mais est-ce qu’il se souviendrait de d’autres mélodies ? Autant aller vérifier tout ça !

Il appuya donc sur le niveau 2 de la salle commune qui contenait l’instrument, avant de se diriger directement vers le coin de la pièce où se trouvait le dit piano. Le brun s’installa sur le petit banc qui pouvait accueillir deux personnes et posa ses mains sur les touches, délicatement, sans appuyer dessus.

Il dégluti un instant, peu sûr de lui. Puis il abaissa certains de ses doigts pour faire ressortir des sons. Des notes. Il mit quelques secondes avant de finalement commencer à les enchainer. Il ne savait pas trop d’où cela lui venait, mais le tout était plutôt harmonieux. Un sourire s’installa sur ses lèvres et il continuait de jouer doucement, profitant que la salle commune soit vide. La plupart des résidents étant encore agglutinaient à la cafétéria pour le petit déjeuné.
Codage par Libella sur Graphiorum

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

The pianist man, i know him.
I don't remember my past. Just that I suffered a lot. I was tortured. He destroyed me ... But then I met him. I don't remember everything, but I know. I know I need him. I know he can help me. He can fix me
 
© sweet peach

Revenir en haut Aller en bas

avatar
H05-703
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Do you wanna play with me ? [with H05-703]   Ven 12 Mai - 23:03

       
Le corps et l'esprit égarés

H03-14 & H05-703

       


Un tour, deux tours, trois tours...
Le corps complètement crispé et courbaturé, je n'arrive pas à trouver le sommeil. Je me retourne sans cesse, je soupire bruyamment, je transpire. J'ai extrêmement chaud, ma température doit probablement avoir atteint 50°, pire qu'un sauna. Je me positionne sur le ventre et enfonce mon visage dans l'oreiller, inutile, mais sait on jamais, peut-être qu'en forçant Morphée aura pitié et viendra me chercher. Exaspéré et ne trouvant aucun réconfort dans les tréfonds de mon esprit, je m'assois sur le bord de mon lit. Quelle heure était-il ? Aucune idée, je n'en ai aucune notion du temps et j'ai décidé de ne plus m'en inquiéter pour l'instant, je brasse clairement du vent. Je me lève, passe une main dans mes cheveux et m'étire.

Direction la douche. J'entre dans la cabine de douche et enclenche l'eau tiède. C'est ce moment que je choisis pour fermer les yeux et laisser l'eau ruisseler sur mon visage. Je laisse échapper un soupire assez lourd de sens. Je me sens mal, comme prisonnier et cette sensation ne risque pas de s'accrocher à ma peau telle une sangsue d'ici un long moment. Je souffle plusieurs secondes comme pour évacuer la pression et laisse tomber mes bras, mes épaules se relâcher car trop alourdies par le poids du stress. Une fois le temps de méditation improvisé terminé, j'enfile ma combinaison de cosmonaute et j'empreinte le couloir, désert. Comme à chaque fois que je sors, je ne croise que rarement d'autres personnes. C'est pas comme si ça me dérangeais, mais ça devenait plutôt étrange. J'approche de l'ascenseur, mon vieil ami. J'enclenche le bouton pour l'appeler mais il semble déjà là puisque les portes s'ouvrent aussitôt. J'ai pris le temps de regarder à nouveau le plan hier soir, seule lecture que j'ai de toute façon.

Niveau 2, la salle commune. Il y aurait probablement de la vie, là-bas. Je presse le chiffre concerné et patiente jusqu'à l'arrivée. La pièce n'est pas si peuplée que je l'aurais cru. Il n'y avait qu'une âme errante, vers le piano. J'entre dans la pièce et un sentiment d'invasion et d'indifférence se mélange. Je le dérangeais probablement, mais les notes qu'il compose m'interpelle. J'ai envie d'écouter. N'ayant aucun souvenir, dès qu'un sentiment, une sensation ou autre se déclenche, je m'y accroche bêtement. Je me fais discret et naturel, il ne faudrait pas non plus qu'on me prenne pour un psychopathe en quête d'une proie. Je m'assois sur un fauteuil non loin de l'artiste. Je bouge doucement la tête au rythme de ses doigts qui filent sur les touches. C'est agréable, c'est envoutant. J'aime la musique, au moins, ça, je le sais. Je dois sûrement avoir l'air niais à balancer ma tête lentement sur sa mélodie mais, ça me distrait. J'en ai besoin. Je me demande depuis combien de temps il joue de cet instrument, mais surtout depuis combien de temps il est là. Je l'examine de dos. Ce n'est pas comme s'il y avait des indices de folie à l'observer ainsi mais j'essaye de m'intéresser aux autres, je suis plutôt méfiant depuis mon arrivée. Je ne sais pas s'il a remarqué ma présence à vrai dire... Il semble concentré, dans son monde.

Je me lève et m'approche d'un pas léger, les mains dans le dos. Une fois à son niveau, près du piano, je m'attache à étudier ses gestes. Il sait ce qu'il fait. Ou du moins, il semble vraiment le savoir. C'est instinctif, il enchaîne les notes et les mouvements de gauche à droite de l'instrument. Cette mélodie ne me parle pas spécialement, mais j'y vois bien quelques sons en plus. Je me racle la gorge tout doucement et tente d'approcher mes doigts du clavier. Je frôle les touches, pendant qu'il joue encore et attend le moment opportun pour presser la touche que j'ai choisi. Puis une autre, puis une autre. Ma présence semble s'accorder à son jeu de touches. Je prends place à côté de lui et continue de sélectionner quelques touches adaptées pour l'accompagner. J'aime plutôt bien ce que cela donne. Enfin une présence qui ne me semble pas nocive, il dégage un air sympathique. Mais comme mentionné, c'est un "air" sympathique. Nos regards ne se sont toujours pas croisés, mais un sourire complice et amical me monte aux lèvres. La musique est donc bien universelle. Pas besoin de mots, les sons suffisent.

Bien sûûûûûr que nooooon! Vous n'avez quand même pas cru que j'allais être tout mielleux ? Et bien sûr, avec ma personnalité de bêta, j'ai envie de pouffer de rire soudainement en lâchant un cri idiot. Mais je me retiens, je me retiens... Reprenons, la vérité. Je m'approche les mains dans le dos et me glisse derrière lui avant de le saisir par les épaules et de le surprendre pour le faire sursauter.

"Eho!"

Je me penche vers lui, avec beaucoup de maladresse. Je lui souris, en espérant qu'il n'allait pas me retourner une droite. J'ai l'air d'un pauvre candide mais ce n'est pas grave. J'attend une réaction de sa part pour savoir si je venais de me faire un ennemi ou plutôt un ami. En même temps, quelle superbe approche n'est-ce pas ? Y'a pas plus doux et poli que moi !

       
codage by Wiise

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


WHO AM I, AGAIN ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H03-14
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Do you wanna play with me ? [with H05-703]   Mar 16 Mai - 0:43



Do you wanna play with me ?

H05-703 & H03-14


Concentré sur les touches du piano, Quatorze ne s’était pas rendu compte que quelqu’un d’autre était rentré dans la pièce de la salle commune. Et dans le fond, il était tellement concentré, tellement dans sa bulle, ce n’était même pas sûr qu’il ait levé la tête, même en s’en apercevant.

Il se souvenait encore de la première fois qu’il avait joué du piano, peut de temps après son arrivée dans la Ruche. Il avait tout bêtement entendu une mélodie jouée par un autre et il s’était approché, complètement captivé par cette dernière. Il avait eu l’impression de connaître cette chanson. Et dans le fond il n’avait pas eu tord. Quand il avait fait connaissance avec celui qui l’avait joué, Douze, il lui avait proposé d’essayer à son tour de jouer du piano. Et par surprise, il avait réussit à reproduire la mélodie à l’identique. Tout était revenu, par pur automatisme.

Ca avait été étrange. Mais ça avait été aussi un des plus beau moment qu’il avait vécu jusqu’ici dans la Ruche. Depuis, il revenait souvent jouer du piano, jouant il ne savait trop quoi à chaque fois, les souvenirs exacts des titres et compositeur lui échappant souvent. Par moment il s’en souvenait, mais tout rester encore un peu flou. Mais il s’en fichait, il savait jouer du piano et il ne comptait pas lâcher cette part de son passé. Comme il ne comptait pas lâcher Douze non plus, avec qui il s’était lié d’amitié et pour qui il avait des sentiments étranges qu’il n’arrivait pas à qualifier… Tout ce qu’il savait, c’est qu’ils avaient fait la guerre ensemble et qu’ils étaient étroitement liés par le passé. Restés à découvrir le pourquoi du comment.

Repenser à tout ça fit sourire Quatorze. Il se sentait bien, apaisé et calme. Dans sa petite bulle avec personne pour le déranger. Enfin personne… Le calme fut de courte durée. Alors qu’il allait entamer la deuxième moitié de la mélodie qu’il était en train de jouer, son corps se raidit, comme pour le prévenir que quelque chose n’allait pas. Ses instincts s’étaient réveillés quelques instants avant qu’il ne comprennent pourquoi.

Deux mains venaient s’abattre sur ses épaules, brusquement et sans crier guar. Le brun n’avait rien entendu, vu ou sentit venir et tout son corps se tendit. Nom d’un chien… son sang ne fit qu’un tour, ses pulsions décuplées par la surprise soudaine et la peur que la Ruche s’en prenne encore à lui. Trop, c’était trop. Quatorze en avait marre de s’en arrêt passer pour la victime dans ce trou.

Il réagit aussitôt alors qu’il avait encore deux mains en contact avec son corps et un visage qui commençait à se pencher pour le regarder. Il bondit rapidement sur ses jambes, se retournant alors qu’il faisait basculer le malheureux qui avait cru marrant de lui faire une peur pareille. Il le plaqua au sol, une main plaquée contre sa gorge, un poing en l’air, près à frapper.

La peur, mais aussi le ras le bol pouvait se lire dans ses yeux alors que sa respiration était saccadée, à la fois par l’effort mais aussi par la frayeur qu’il venait d’avoir.

Ce n’est qu’au bout d’une vingtaines de secondes qu’il revint à lui, observant le visage de celui qui était venu dans son dos. Il avait un visage relativement angélique et sympathique, il semblait d’ailleurs afficher un sourire, ou un rire, il ne savait pas trop. Il ne lui semblait pas totalement serein pour autant. Peut-être parce que sa poigne était un peu trop forte sur sa gorge.

Quatorze ouvrit les yeux un peu plus grand, se rendant compte qu’il venait littéralement de retourner ce gars au sol, à cheval sur lui, près à l’étouffer et le cogner en même temps. Super. Visiblement, tout ce qu’il avait prit dans les dents ces derniers temps avaient réveillé ses instincts et certaines aptitudes de son passé. Il n’avait pas tout perdu de la guerre apparemment…

Il relâcha finalement sa poigne et baissa son bras avant de passer ses mains sur son visage en grognant légèrement. Il n’aurait peut être pas du réagir aussi violemment. Peut-être. Après tout le brun devant lui l’avait un peu cherché… Il était complètement inconscient ou quoi ? Il aurait pu tomber sur bien moins conciliant que Quatorze !

Il finit par le regarder, le regard sévère, croisant ses bras autour de son torse, sans changer de position pour autant. Il le surplombait et le regarder de sa hauteur, comme s’il était complètement fou.

« T’es complètement malade toi, ma parole ! Je dis pas que j’aurais pu te tuer, mais j’aurais pu salement t’amocher ! »

Oh oui, il aurait pu. Mais heureusement pour lui, il était revenu à lui avant d’abattre son poing sur son nez, ou avant qu’il ne compresse complètement sa trachée. Dans un sens, ce gars avait eu du bol. Quatorze fini par souffler de soulagement. Au moins il n’avait pas cassé la figure de quelqu’un, il se doutait bien qu’un jour ça arriverait, mais il n’était pas spécialement pressé. Beaucoup de personnes étaient plus ou moins liées à d’autres ici. Frapper quelqu’un, revenait forcément à s’attirer les foudres d’un autre résident, il en était persuadé.

« Laisse moi deviné… T’es nouveau ? Les nouveaux ont toujours des pulsions complètement suicidaires. »
Codage par Libella sur Graphiorum

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

The pianist man, i know him.
I don't remember my past. Just that I suffered a lot. I was tortured. He destroyed me ... But then I met him. I don't remember everything, but I know. I know I need him. I know he can help me. He can fix me
 
© sweet peach

Revenir en haut Aller en bas

avatar
H05-703
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Do you wanna play with me ? [with H05-703]   Lun 5 Juin - 19:00

       
Le corps et l'esprit égarés

H03-14 & H05-703

       


La réaction du jeune est assez inattendue. Ou pas. En même temps, je viens de le surprendre, bêtement. J’aurai mieux fait de m’en tenir à laisser les gens venir vers moi, comme avec l’autre blond de la salle de jeux. Leçon numéro je ne sais combien : ne pas faire chier les gens.

Il me plaque au sol, poing suspendu au dessus de mon visage prêt à me faire un ravalement de façade, mérité. Faut bien l’avouer. Par contre, il en met du temps pour m’en foutre une… C’est long, vas-y cogne un coup ou alors laisse moi m’tirer ! Je le fixe, en souriant. J’ai envie de rire, parce que c’est la première fois que je fais ce genre de rencontre par ici. Je me retiens en serrant les lèvres. Monsieur fini par me lâcher et se frotter le visage. Il ne semble pas très ravi, ni très en forme. C’est quelques secondes après que le jeune homme fini par lâcher quelques mots, le regard sévère et les bras croisés. Je suis toujours au sol, les bras légèrement relevés, paumes de mains face à mon interlocuteur pour montrer signe de paix.

« T’es complètement malade toi, ma parole ! Je dis pas que j’aurais pu te tuer, mais j’aurais pu salement t’amocher ! »

Je me redresse sur mes coudes, le regard toujours plongé dans celui de ma victime. Ou était-ce finalement moi la victime maintenant sachant qu’il m’avait quand même foutu au sol hein ! L'arroseur arrosé, comme on dit. Je soupire très lentement et pose une main sur mon cœur en souriant.

« Et bien, je te remercie de m’avoir épargné alors. J’avoue que j’ai déjà du mal à m’faire des potes ici, alors si tu m’casses la tronche je pourrais même plus draguer non plus. »

Je me redresse et essuie mon pantalon blanc. Déjà que cet accoutrement est naze alors si en plus il est crade ! Le gars semblait un peu plus calme, bien qu’il avait été à deux doigts de m’exploser le visage ou de m’étrangler. Les deux se valent après tout. Je me tiens debout face à lui.

« Laisse moi deviné… T’es nouveau ? Les nouveaux ont toujours des pulsions complètement suicidaires. »

Quel accueil ! Les nouveaux : suicidaires. C’est rassurant. Bon, il avait quand même légèrement raison. Pour deux motifs : ma première approche était pas la plus subtile et aussi parce que j’avoue m’être posé la question en arrivant ici.

« Ca se voit tant que ça ? » Je marque une pause. « H05-703, enchanté. »

Je lui tends la main pour qu’il la serre. Il allait probablement refuser mais sait-on jamais. Je jette un œil autour de nous. La pièce était toujours aussi déserte. Tant mieux, personne n’avait pu me voir me ramasser au final. Je secoue la tête en souriant.

« Désolé mon gars, j’suis un peu perturbé. J’suis arrivé récemment et on va dire que j’ai pas bien réussis à me familiariser avec les lieux ou les gens. Bon, tu m’diras, approcher les gens comme ça, c’est pas la meilleure méthode mais voilà, j’sais pas y faire quand c’est à moi de venir causer. »


Tu me diras, j’avais pas à venir causer. Le gars était concentré sur son piano à la base. Arf, 703, quel boulet. Ca a l’air de faire partie de moi, finalement, cette maladresse.

« Tu jouais quoi ? »

C’était le moment d’être normal. Enfin, comme je peux. Je me redirige vers le siège sur lequel j’étais tout à l’heure et m’y assois à nouveau. J’ai une bonne vue sur le piano et ce que jouais le monsieur dangereux était plutôt agréable. Je l’invite d’un geste de la main à s’asseoir avec moi.

« Ca fait longtemps que tu es là… ? »

Je lui adresse un regard assez timide. C’était rapide comme question pour seulement quelques minutes d’entrevue. Mais depuis mon arrivée, je bouille. J'en peux plus, je veux comprendre et surtout... Me souvenir. Puis bon, j’ai pas fait grand chose depuis que j'suis là, j’ai besoin de croiser de la vie, de discuter avec des gens qui me motiverais à sortir de ce trou. J’sais pas trop si j’ai bien choisis du coup. Le mec est là à jouer du piano, solo. Mais bon… il m’a quand même plaqué au sol et était prêt à m’éclater le nez…. Bon contre-poids je trouve. Ne pas se fier aux apparences on a dit 703 !


       
codage by Wiise

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


WHO AM I, AGAIN ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H03-14
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Do you wanna play with me ? [with H05-703]   Sam 24 Juin - 22:42



Do you wanna play with me ?

H05-703 & H03-14


Cette fois avait été moins une. Un peu plus et Quatorze aurait réellement fait une connerie dans cette Ruche. Du moins une connerie qui impliquait quelqu’un d’autre. Car pour se mettre tout seul dans des situations délicates voir dangereuses,  ça, il était doué. Il ne faisait que ça depuis son arrivée à vrai dire. Quelque fois même, il se disait que c’était lui qui portait la poisse. Il était un nid à attaques de la part de la Ruche. Il n’en ratait pas une, même s’il se doutait que les autres résidents aussi devaient subir…

Mais alors s’il avait cogné ce mec, il aurait définitivement franchi le cap du je trouve les embrouilles sans les chercher à je cherche les embrouilles tout court. Et ce, même si ce gars avait l’air d’un nouveau et qu’il devait par conséquent avoir moins de relations dans cet endroit que d’autres. Ce dernier lui confirma d’ailleurs qu’il était effectivement arrivé il y a peu et qu’il ne connaissait que peu de gens, qu’il n’avait pas beaucoup d’amis. Ses réponses le firent sourire en coin. Pas étonnant s’il prenait contact avec tout le monde de cette manière. Quant à draguer du monde, là encore il valait mieux être prudent. Les rumeurs disaient qu’il ne valait mieux pas se risquer à tourner autour de certains résidents aux risques de s’attirer les foudres de leurs prétendants… Il se demanda d’ailleurs intérieurement comment il réagirait si quelqu’un venait à tourner autour de Douze… Déjà qu’il avait une dent contre la pauvre Adélaïde qu’il trouvait trop proche de son blond. Enfin « son », tout était relatif et malheureusement bien fictif actuellement…

La réflexion du nouveau sur la drague le fit donc rire. Il n’avait pas vu grand monde draguer d’autres résidents, mais il se disait intérieurement que cela devait être marrant à observer. Et étrangement, il se trouvait une sorte de côté commère à vouloir tout voir et tout savoir. Déjà qu’il s’amusait à lire le Journal de abeilles ! Soit il était officiellement devenu un amateur de ragot et dramas en tout genre, soit il était réellement désespéré d’ennui… Il ne savait pas trop.

« Fais gaffe à qui tu dragues quand même. Parait que certains sont chaperonnés et que d’autres sont chasse gardée. »

Il ne mentionna pas qu’il serait tenté de refaire le portrait de quiconque s’approcherait trop de Douze et préféra continuer d’écouter ce que le newbies avait à dire. Il le regarda se lever et fixa un instant la main qu’il lui tendait. Il n’avait pas franchement eu l’habitude d’avoir le droit à des présentations en bon et due forme… Il fallait un début à tout après tout ! Il lui sera donc la main, ricanant légèrement avant de lui répondre.

« Enchanté également. H03-14. Mais tu peux juste m’appeler 14. Et tu sais, nouveau ou pas… On est tous un peu perturbé ici. »

Il fit une pause avant de finalement reprendre en ricanant de plus belle. Ce gars avait ce côté décontractant qui donnait envie à Quatorze de déconner.

« L’enfermement ça rend un peu taré, tu devrais donc te fondre dans la masse sans problème ! Et que je sache on est plusieurs à pas savoir venir causer de manière normale. J’en fais partie, dans le fond on s’y fait. »

Il regarda le garçon retourner s’assoir avant de comprendre qu’il l’invite à le rejoindre. Il jette un dernier coup d’œil au piano avant de s’étirer légèrement, son t-shirt laissant apercevoir le bas de son ventre, qu’il s’empresse de venir replacer correctement. Il repense à la chanson qu’il était en train de jouer. Un morceau qu’il a dans la tête depuis plusieurs jours. Il se souvient du titre, mais pas des paroles qui l’accompagnent.

« Oh, je crois que la mélodie de base s’appelle Wherever I go. Je ne me souviens pas des paroles, mais j’ai le sentiment que c’est un truc un peu niais, peut-être une chanson d’amour. »

Il haussa les épaules avant de finalement s’assoir non loin du garçon. Sa question paraissait maintenant plus timide. Comme s’il n’osait pas vraiment parler franchement ou s’il hésitait sur la marche à suivre pour continuer la conversation. Le brun ne savait pas trop, mais ne s’en embarrassa pas plus que ça. Il n’était pas du genre vraiment timide avec les gens, il était même plutôt cash, sauf cas exceptionnel. Il répondit donc le plus simplement du monde en ramenant un de ses genoux contre son torse, affalé dans un siège.

« Je suis là depuis à peu près un mois et demi. C’est pas si vieux comparé à d’autres. Du moins c’est ce qu’il se raconte. On essaye un peu tous comme on peut de savoir ce qu’on fou là et pourquoi on a tous le ciboulot encore plus embrouillé qu’après une soirée plus qu’arrosé. Fin… On cherche quoi. Le tout c’est de pas disparaître avant de pouvoir trouver un moyen de quitter cette prison. »

Il avait eu un moment de blanc, regardant dans le vide. Il avait entendu plusieurs fois des cris et des pleures après la disparition de certains résidents. Les amitiés et les amours n’étaient pas franchement très très répandus dans la Ruche. Faire confiance était déjà compliqué, mais quand en plus ceux à qui ont la donnait disparaissaient… C’était un coup dur. Il ne préférait même pas imaginer comment il réagirait si Trois et Douze venaient un jour à ne plus être là. Il serait surement le mec le plus paumé du coin.

« Enfin bon, faut positiver. On finira par trouver, même si on y laissera peut être notre santé mentale, ou physique. On ne peut pas rester enfermé dans cet endroit éternellement. »
Codage par Libella sur Graphiorum

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

The pianist man, i know him.
I don't remember my past. Just that I suffered a lot. I was tortured. He destroyed me ... But then I met him. I don't remember everything, but I know. I know I need him. I know he can help me. He can fix me
 
© sweet peach

Revenir en haut Aller en bas

avatar
H05-703
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Do you wanna play with me ? [with H05-703]   Lun 21 Aoû - 22:09

       
Le corps et l'esprit égarés

H03-14 & H05-703

       


Le gars se calme finalement. Heureusement pour moi, j’pense que je serais sûrement le nez en sang s’il avait vraiment donné son coup. L’enfermement rend un peu taré ? Un peu ? Franchement… C’était vraiment peu de le dire surtout !

Je m’éclaircie la gorge doucement et passe une main dans mes cheveux. Une chanson d’amour alors ? Elle ne me dit rien. C’est dommage. Ca m’aurait bien plu de m’accrocher à un souvenir, même microscopique. Mais bon, tant pis. J’observe mon interlocuteur. Finalement il a la tchatche. Ca me fait plaisir, j’ai pensé pendant un instant que j’allais m’ennuyer comme un rat mort. J’suis pas la meilleure compagnie, certes, mais au moins je distrait.

« Le tout c’est de pas disparaître avant de pouvoir trouver un moyen de quitter cette prison. » 

La fin de cette phrase. Je me dresse comme un chien de chasse. Disparaître ? C’est la première fois que j’entend ça par ici. Bon, il faut dire que j’ai pas causé à grand monde mais… Cette conversation allait finir par devenir intéressante alors ! Il se passe donc bien des choses louches ici. Je me dresse sur mon fauteuil, pour m’asseoir sur le dossier, pieds sur les accoudoirs. Quoi ? C’est mal poli ? J’m’en fiche. Je pose mes coudes sur mes genoux, pour me concentrer en ayant un appui.

« Disparaître ? Tu veux dire quoi par là ? Cet endroit me fiche la trouille. J’sais même pas pourquoi j’suis là !»

Je soupire assez anxieux et déçu de ne pas avoir avancer dans mon enquête.

« Je suppose que tu n’es pas resté les bras croisés à attendre qu’on te montre la sortie… Tu as découvert quelque chose ? »

Comme si le gars allait tout me balancer. Ca fait un mois qu’il est là, il a du s’acharner à chercher un moyen de s’tirer de c’trou et moi, j’espère comme un abruti qu’il me donne ses trouvailles. Tu m’diras… Qui ne tente rien n’a rien. Je n’ai rien de mon côté à vrai dire et ce ne sont pas mes conversations avec l’autre blond qui me font avancer. Au contraire, il m’emmêle les pinceaux. Peut-être que j’arriverais à me dégotter des indices avec ce jeune homme, il a l’air d’être assez futé.

Il doit déjà me trouver idiot ou agressif, je présume que je devrais y aller mollo pour être franc. J'examine son visage, pour y chercher quelque chose qui m'interpelle, quelque chose que j'aurais déjà vu. Un grain de beauté, une cicatrice, un tatouage, un tic nerveux, tout, tout ce qui pourrait m'aider. Mais rien ne me vient. Je détourne le regard, déçu mais toujours aussi curieux.

« Désolé, on s’connaît pas et je te bombarde de questions. Je suis un peu nerveux depuis que je suis arrivé...»

Je passe une main dans ma nuque, un peu gêné finalement. Je l’ai surpris en arrivant et maintenant je le noie de questions. Mais parler à quelqu’un, qui semble s’y connaître, me rassure et je ne peux pas m’empêcher de vouloir en savoir plus.

« Ecoute, je ne me souviens de rien. Ca me frustre. Je suppose que t’es passé par là. T’as réussi à te souvenir de quelque chose depuis le temps ? On s’y fait ? J’en peux plus, ça me trotte dans la tête… »

Je me frotte les yeux pour réfléchir, puis souris. 14. C’est son nom apparemment. Ca sonne plutôt cool, pas comme 703. Je secoue la tête. Si ce gars est resté plus d’un mois ici, et qu’il n’est toujours pas sorti, j’pense que j’en ai pour un moment. Ce qui est réellement dérangeant c’est de se dire qu’on à tout oublié et qu’on ne sait pas pourquoi. Pourquoi nous sommes là, pourquoi nous avons tout oublié, pourquoi est-ce qu’on ne peut pas sortir, pourquoi ? Juste pourquoi. J’ai le regard plutôt vide soudainement, perdu dans mes pensées.

De nouvelles questions surgissent. Je l'ai surpris tout à l'heure, on est d'accord. Mais sa réaction était réellement disproportionnée si on l'étudie bien. Peut-être qu'il a morfler ici pour en arriver à être prêt à me faire un ravalement de façade aussi rapidement pour une pauvre blague. Je plante mon regard dans le sien. Soit c'est son caractère, soit c'est son passé, soit c'est cet endroit. Peut-être que quelque chose l'effraie ici ? J'ai le torse gonflé à force de contenir ma respiration. J'ai envie de vider mon sac de questions. Mais je ne le ferais pas. Je suis trop maladroit. Je dois rester patient. Je soupire, le sourire aux lèvres. Je suis vraiment bête, parfois. Un gosse.

« Tu veux bien jouer à nouveau ? J’ai peut être l’air et l’attitude d’un abruti mais je sais apprécier une belle mélodie… »

Je lui souris sincèrement en reprenant place correctement dans mon siège, prêt à l’écouter. Finalement, ne plus en parler et savourer ce moment paisible ne me ferait pas de mal. 14 est sympa, je dois me tenir. Je vis mal la solitude, il faut vraiment que je me fasse des amis.


       
codage by Wiise

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


WHO AM I, AGAIN ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Do you wanna play with me ? [with H05-703]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Play Doh, t'es plus malin avec tes mains :D
» Google Play bannit Ad Blocker et AdBlock Plus
» [Resolu]Bouton play qui ne se transforme pas en bouton stop.
» Play with Paris.
» Offre triple play fibre à 19,90€ par mois!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LA RUCHE :: Niveaux 2 à 5 :: Salle commune-
Sauter vers: