Partagez | 
 

 Don't juge a book by his cover - ft. F05-882

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
H05-999
H05-999
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Don't juge a book by his cover - ft. F05-882   Ven 19 Mai - 18:20

F05-882 & H05-999Don't juge a book by his cover.La piscine. Ce niveau était apparu depuis peu, et contrairement à ce que j’avais pensé, il n’y avait pas autant de monde que cela. Bon déjà il fallait dire que nous n’avions rien pour nous baigné, pas de maillot de bain, il fallait donc prévoir des sous-vêtements de rechange, ou tout simplement se baigner nu. Du moins, c’était ce qui me semblait le plus logique, mais je n’avais pas encore sauté dans le grand bain, ne sachant pas exactement si cela compter comme une infraction à la règle qui nous interdisait d’être nu en dehors des logements. Enfin, jusqu’à présent, il n’y avait pas eu ce genre d’incident, mais c’était encore tout neuf, et vu que l’intelligence artificielle de la Ruche semblait avoir quelques soucis en ce moment, rien ne nous garantissait que ce fût autorisé. Et pour le moment, je n’avais pas envie de visiter la prison, plus tard, si les circonstances le demandaient. Et comme la journée commençait à être plutôt longue, je n’avais ni envie de jouer du saxophone, ni d’aller écouter les abeilles bavasser sur des sujets complètements inintéressants, j’avais décidé de me jeter à l’eau dans tous les sens du terme. Dans la salle de bain, j’avais pris la serviette d’un de mes deux colocataires, laissant la mienne à sa place, histoire qu’elle soit sèche quand j’irais me doucher après la piscine, allant ensuite tranquillement au niveau quatorze, espérant qu’il n’y aurait pas foule après ces quelques jours de découverte, que la plupart serait trop coincé pour se mettre pratiquement à nu devant des inconnus.

De mon côté, je n’éprouvais toujours aucune pudeur vis-à-vis de mon corps, et surtout de mes cicatrices et de mes marques. Au fil des jours, depuis mon réveil dans la Ruche, j’avais appris les formes par cœur, je savais lesquelles étaient où. Les traces de brûlures sur mes cuisses, dans mon dos, les traces de lacérations dans le dos aussi, et toutes les autres. De temps en temps je passais les doigts sur celle au niveau de ma jugulaire, c’était une sorte de réflexe. Elle était récente et vu comment mon corps réagissait, je supposais que ça avait dû me gêner et sans doute être douloureux. C’était un endroit sensible, j’avais sans doute risqué la mort après cette blessure, à un endroit du corps qui ne s’arrête pas de saigner une fois entaillé. Je repensais à ce que la blonde avec qui j’avais passé une nuit… particulière, m’avait dit. « Jouer à un jeu dangereux… Avec ma fascination pour les cicatrices, la douleur et des tas de pensées qui effrayeront les esprits fragiles, je commençais à croire qu’elle avait peut-être raison. Restait à savoir quoi comme jeu dangereux.
Quand j’étais entré dans le niveau, l’odeur de chlore envahit aussitôt mes narines, m’agressant alors que j’avais tout juste fait quelques pas. Je n’appréciais pas vraiment cette odeur, mais dans un sens, elle m’était un peu familière. Il allait falloir cependant que je m’habitude à cette agression olfactive si je voulais rester là, mais si les autres abeilles présentes parvenaient à y faire abstraction, il n’y avait pas de raison que je ne fasse pas de même. Inspirant par la bouche, je marchais le long du couloir en slalomant de temps en temps entre les curieux qui étaient là et lorsque je trouvais l’endroit parfait, je posais ma serviette et commençais à me déshabiller, gardant uniquement mon caleçon pour plonger dans l’eau.

En y réfléchissant après coup, sauter comme ça avait été un peu idiot, j’ignorais si je savais nager, mais là encore j’avais eu raison de faire confiance à mon corps, il avait bougé tout seul et naturellement sous l’eau. Le silence qu’il y avait en dessous était tellement agréable, avec juste le son de mes mouvements, ces bulles autour, ce flou qui me donnait la sensation d’être dans un tout autre univers. C’était aussi bon que lorsque je soufflais dans le sax. Mais mon corps arrivait à ses limites, j’eu besoin de remonter à la surface et de respirer, sans même avoir pût toucher le fond de la piscine. Posant les bras sur le bord, j’eu un faible sourire à ce sentiment de liberté qui était en train de s’emparer de moi mais quand j’ouvris les yeux, je vis une jeune fille, une gamine blonde en fait, qui était penchée sur mes affaires.

« Sache que si l’envie te prend de toucher à ça, tu risques de boire la tasse. »
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Definition of true trust ? Two cannibals giving each other a b**job.
Badges:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Don't juge a book by his cover - ft. F05-882
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Imandix cover : des présentations de DVD en 3D et en 2 clics
» Question sur le road book moto
» Road book papier
» Création Road book avec Basecamp [Résolu]
» DDE MyBook Mirror Edition 1To

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Archives :: Rp-
Sauter vers: