Partagez | 
 

  That's what Friends are for - ft. H05-815 & H02-001

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: That's what Friends are for - ft. H05-815 & H02-001   Mer 24 Mai - 18:04

That's what friends are forCe n’était pas la joie. Dans tous les sens du terme. Bon, dans un sens, ça ne l’avait jamais vraiment été depuis que j’étais ici, mais c’était de pire en pire depuis que j’étais allé en prison. Et surtout depuis cet endroit. Rien que d’y penser j’en tremblais. Je ne comprenais toujours pas ce que c’était, pourquoi est-ce que c’était là. Pour nous torturer. L’Intelligence Artificielle de cet endroit était d’une cruauté et d’un sadisme sans pareil, même si ce n’était qu’une machine, tout ça n’était que de la torture et rien de plus. Les nuits étaient atroces. Même si grâce à ce verrou que j’avais un soir retrouvé sur mon lit et qui me permettait de fermer la porte de ma chambre de l’extérieur, et qui maintenant les monstres de l’extérieur de rentrer, les monstres de l’intérieur étaient déjà là. Avant cela, je n’avais pas vraiment eu peur des grosses bestioles et les cauchemars que je faisais avant n’étaient pas aussi terrifiants que ceux actuels. Je n’avais jamais imaginé que je me retrouverais dans une telle situation. La plupart du temps, j’avais la main posé sur mon bras, pour me rassurer, pour être sûr qu’il était toujours là. Et pourtant, la douleur avait été réelle, le sang aussi… Tout avait été si réel. Le moindre bruit sourd et grave me faisait sursauter, j’avais même peur d’ouvrir des portes, de peur de tomber sur quelque chose de monstrueux encore une fois.

Je n’étais plus qu’une ombre, je me mêlais à la foule sans pour autant me joindre à eux, je ne jouais même plus au billard, la vue des fleurs dans l’espace vert ne me réchauffaient même plus le cœur. J’étais en pleine déprime, je manquais de sommeil et… j’étais affamé. Oui, parce que si ce n’était que mes cauchemars sur un T-Rex et mes deux tarés de colocataires, ça serait trop simple. Depuis le début du mois, beaucoup de repas sautaient à la cafétéria, voire étaient complètement immangeables. Sauf que justement, à force de voir des repas supprimer, j’avais fini par manger les repas immondes, non sans grimacer et avoir des hauts le cœur. Mais il fallait bien que je mange, je ne voulais pas tourner de l’œil à cause de mon estomac vide. Ça n’avait jamais été très bon depuis que j’étais ici, mais là c’était vraiment de pire en pire. Depuis dimanche, il n’y avait pas eu un seul jour où nous avions eu trois repas par jour. Ça devenait difficile à supporter, mais l’envie d’aller dans la serre pour manger quelques fruits ou légumes avait de toute façon disparue depuis qu’on m’avait envoyé en prison pour ça. Ce soir-là, j’étais allé à la cafétéria sans grand espoir de me remplir le ventre, mais au moins de pouvoir manger un tout petit truc juste avant de me coucher. La veille, les trois repas avaient sauté, Erreur Système. Je n’en pouvais plus de voir ces deux mots s’affichés. Le midi nous avions eu droit à du pain. Génial. Enfin, c’était toujours du pain. J’allais donc pour chercher mon plateau en priant pour que quelque chose soit dedans… mais non. Il tomba, vide. Complètement vide. Dépité, je le ramassais et allais m’installais sur la chaise la plus proche, jetant le plateau sur la table.

« Cazzo*… »

Posant les coudes sur la table, j’enfouissais mon visage dans mes mains. C’était de pire en pire. Les autres aussi commençaient à en avoir marre de cette situation, je n’avais pas besoin de leur parler pour le comprendre, j’en entendais certains râler aussi, ils jetaient aussi les plateaux sans prendre la peine de les ranger, quittant en rageant la cafétéria. On sentait la tension qui grimpait de plus en plus. Mais je n’avais ni la force ni le courage de leur remonter le moral. Je n’en avais même pas envie. Tout ce que je voulais, c’était sortir de là. Enfin, non. Être dans un cocon sûr et tranquille. Ne plus être dans la crainte que tout parte en sucette à la moindre occasion.
© 2981 12289 0

*Cazzo : "bordel/merde" c'est le "Fuck" de Toscane.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

May I help you sir ? Don't be afraid, even if I look useless, I'm sure I can help you in many ways. You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.

      (c) crackle bones

Revenir en haut Aller en bas

avatar
H02-001
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: That's what Friends are for - ft. H05-815 & H02-001   Dim 4 Juin - 22:25

Ah la cafétéria et ses mille délices... La cafétéria et ses plats tous plus variés les uns que les autres. Encore davantage à cette période de l'année. C'était visiblement la 'Saint plateaux vide' quelque part sur terre et l'ordinateur de pacotille gérant cet endroit avait cru bon de partager cette super fête avec nous. Trop d'honneurs. Comme tout le monde, je n'étais que joie en posant le pied dans la cafétéria. Attendant avec impatience de recevoir ce super cadeau de qualité. J'ai nommé... un plateau vide. L'expression de colère profonde sur la gueule des gens. Parfois même le désespoir. Quelques larmes de joie et les plateaux volants de tous les côtés ne pouvaient que signifier une chose. La fête est encore d'actualité. Super. Qualité première de cette fête? Le besoin primordiale d'user de sarcasme et de dire exactement le contraire de ce qu'on pense. Aller voir les gens en hurlant que c'est chouette de rien bouffer alors qu'en fait notre estomac s'apprête à nous dévorer vivant de l'intérieur. Trouver du positif en chaque chose même si ça semble être totalement irréaliste. Se dire qu'en fait on pourra perdre quelques kilos comme ça. Voir même faire bosser un peu notre imagination à visualiser la bouffe de notre choix dans le plateau. C'est une fête magique qui demande si peu de préparation qu'elle est parfaite pour un trou à rats comme cet endroit où la couleur semble être une option qu'on a tous oublier de cocher à notre arrivé. Ah la ruche... J'aurais dû me recycler en agent de voyage pour abeilles en quête de vacances. Venez découvrir cet endroit si blanc que vous en aurez mal aux yeux à tous les jours garanti! Au programme? Séance de sport pouvant se transformer en séance de cannibalisme si vous ne courrez pas assez vite. Dégustation de peinture style western. Bain de minuit dans le gouffre sans fin où on ne sait quelles créatures peuvent rôder. Traitement pour la peau à la centre. Chasse à l'aspirateur nocturne pour garder a forme. Et je parle d'expérience. Ça semble si...

Bon d'accord. C'est de la merde ce bordel. Nous sommes tous si près de la crise de folie que ça en devient ridicule. Encore quelques journées comme celle-là et nous seront si faibles que nous allons devoir ramper pour nous déplacer. Voir même trouver une façon de coller tous les aspirateurs ensemble pour se faire un tapis de transport géant. Tient... C'est pas con comme idée en fait. Toujours est-il que cet endroit semble visiblement bien décidé à mettre fin à nos jours maintenant plus que jamais. Si la nourriture était de qualité douteuse par moment, elle restait plus comestible qu'un nuage d'air qui ne comble assurément pas la faim. La chose va bien trop rapidement se faire sentir sur le moral des gens. Jusqu'à ce que nous ne soyons rien de plus qu'un amas d'abeilles ayant oubliées comment bourdonner. Ça donnerait presque froid dans le dos. Imaginer que ce jour est finalement arrivé. Celui où on se demande si tout compte fait on a suffisamment apprécié le peu que cet endroit nous a donné. Celui où on doit faire face à la triste réalité et se dire que merde, on est fichu depuis le début en fait. De là à dire que c'est la conclusion de tous je ne le sais pas, mais assurément ils ont tous la mine de personnes qui n'en peuvent plus en ce moment précis. Et moi, comme le bel imbécile heureux que je suis, ça me donne envie de faire quelque chose. De voir tout le monde déprimé et dépité comme ça. J'en ai envie de monter sur une table et leur envoyer du soleil à la gueule en le crachant de mon bide comme ces gros oursons dont je ne me souviens pas le nom. Si seulement.

Je décide plutôt de commencer au bas de l'échelle. Une personne à la fois à faire sourire un minimum avant de passer à la suivante. Une chaîne de bêtises à faire se propager dans le morne de l'endroit. Oh le mec que j'ai croisé dans la salle commune. Celui-là même qui semblait me dire du regard de sauter à la bouche de mon coloc qu'on arrête de se lancer des petits mots doux comme deux amoureux inavoués. Ah c'était le bon temps où la ruche se contentait de nous envoyer des livres à la gueule pour nous rappeler qu'elle peut être dangereuse. « Hey toi! » Je m'impose comme une fleur en prenant place devant lui tout sourire. À croire que j'aime crever de faim. « Fait pas cette tête voyons. C'est probablement qu'un coup tordu qui va se replacer. Cet endroit aime jouer avec nous. C'est que le temps qu'on ait la peau sur les os que l'ordinateur puisse admirer sa création et après elle nous laissera tranquille. » Faut probablement que je revois mon discours d'encouragement. D'un autre côté, la faim il n'y a pas que le corps que ça affecte. La tête en prend un coup aussi...

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


One day after the other


BADGES:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
That's what Friends are for - ft. H05-815 & H02-001
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Friends Fan Club !
» Friends and Neighbors
» Exenric`... like them ?
» Kuroshitsuji ♛ If I were you, I would have gone far away
» Eden. • Because we are your friends, you'll never be alone again.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LA RUCHE :: Niveaux 2 à 5 :: Cafétéria-
Sauter vers: