Partagez | 
 

 Sueur et Soutifs (F06-11)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
F01-555
F01-555
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Sueur et Soutifs (F06-11)   Dim 9 Juil - 11:33

Il était environ 14h lorsque 555 retourna dans la salle de sport. Ça faisait plusieurs jours qu’elle n’y avait pas mis les pieds, pas par choix, mais plutôt parce qu’essayer de frapper un sac de frappe dans le noir était ridicule. Alors elle avait patienté dans les ténèbres de sa chambre, préférant largement cette couleur au blanc aveuglant de sa prison auquel elle avait fini par s’habituer bien malgré elle. L’électricité avait fini par revenir finalement, et la vie avait repris un semblant de cours normale. Enfin aussi normale que le permettait cet endroit. Quand l’on se réveillait amnésique dans une prison blanche qui semblait vouloir vous tuer dès la première occasion, une nouvelle définition du mot « normal » semblait nécessaire. Sa nouvelle colocataire avait d’ailleurs disparu. Elle n’aura pas duré plus longtemps que la précédente. L’annonce de sa disparition n’avait fait ni chaud ni froid à 555. Elle ne la connaissait pas, et elle ne pouvait pas dire non plus qu’elle l’appréciait. Elle était juste une autre disparue dans la dizaine de ses connaissances ayant subies le même sort. 555 commençait à avoir l’habitude de voir des gens disparaitre.

La jeune femme sortit de l’ascenseur et arriva directement à l’endroit souhaité. Rien n’avait changé en quelques semaines. Rien, si ce n’est que maintenant les prisonniers s’entrainaient tous en sous-vêtements ? 555 fronça les sourcils et eut un mouvement de recul. Qu’est-ce que c’était encore que cette merde ? Tout le monde avait profité de la panne de courant pour devenir exhibitionniste ? « He ! » Elle s’approche d’un homme à sa droite le faisant sursauter. “Qu’est-ce qui se passe ? Les exhibitionnistes se sont donné rendez-vous ? » Il la regarda avec étonnement. « T’as pas entendu ? La règle de la salle de sport a changé. On doit s’entrainer en sous-vêtements maintenant. » La jeune femme eut comme un blanc. S’entraîner en sous-vêtements ? Leurs geôliers seraient-ils donc des pervers ? Elle ne voyait pas d’autre explication pour l’instauration d’une règle aussi dénué de sens. Quoique si elle en jugeait de par la présence de ce petit attroupement de gens totalement habillé, cette nouvelle règle n’était pas un calvaire pour tout le monde… Particulièrement pour celui semblait lire une bd tout en buvant … une boisson énergétique ? Bordel, où est-ce qu’il avait trouvé ça ?

555 soupira avant de s’approcher d’un sac de frappe libre, et de retirer son haut. Cette nouvelle règle ne la gênait pas plus que ça. Elle n’était pas pudique, et n’avait aucunement honte de son corps, elle en était même fière. Chaque marques qui le recouvraient était un indice de son identité, une preuve de son existence hors de cet enfer blanc. Certaines étaient horribles, particulièrement la marque de brûlure sur son flanc, mais elle s’en fichait : elles faisaient partit d’elle. Qu’ils regardent, ce dit-elle en retirant son pantalon avant de le plier à côté de son haut. Leur jugement ne m’intéresse pas. 555 se mit en position et commença à frapper.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡




Venez voir mes Padawans ! :
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F06-11
F06-11
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Sueur et Soutifs (F06-11)   Sam 15 Juil - 12:11


F01-555 & F06-11

Sueur et soutifs


11 grinça des dents. Elle s’ennuyait comme un rat mort dans le coin, et elle pensait sérieusement que même un rat mort pouvait avoir une vie actuellement plus passionnante que la sienne. Même si c’était relatif, étant donné qu’il était mort. Passons. 11 n’était là que depuis peu. Suffisamment longtemps pour saisir plus ou moins le fonctionnement de cet endroit qui l’avait privé de souvenirs, et de liberté. Encore, les souvenirs, c’était pas ça qui la dérangeait le plus. Une perte de mémoire pouvait facilement être perçue comme une seconde chance, celle de se construire une nouvelle vie. Vu les marques prononcées sur le corps de 11, aussi bien en terme de vieilles cicatrices que de tatouages sans queue ni tête, ça n’aurait pas été de trop pour la demoiselle. Mais privée de liberté, ça, c’était quelque chose qui n’allait pas avec elle. Elle ne saurait se l’expliquer, mais elle a cette appréhension, cette rage de se retrouver enfermée comme si c’était l’injustice la plus extrême qui soit. Une sensation qui lui nouait la gorge, lui brûlait les entrailles, et ce depuis le premier jour. Une impression désagréable de revivre un cauchemar éveillé, sans pour autant en voir le bout. Et encore moins la raison.

La raison, au final, elle avait intérêt à pas la perdre. Vu les zigotos qui traînaient dans le coin, ce serait pas de trop pour la brunette d’avoir un cerveau réactif. Pas qu’elle s’inquiétait pour sa sécurité, étrangement elle ne doutait pas d’elle. Mais dans un endroit pareil, fallait être parée à tout. Pire qu’une prison c’te Ruche, pire qu’une prison. La réflexion traversa l’esprit de 11 dans un automatisme qui la poussa à s’arrêter au milieu de son chemin. Les bras ballants, au milieu du couloir, la demoiselle essayait d’expliquer cette pensée complètement débile. Comment pouvait-elle savoir que c’était pire qu’une prison ? Oh, pas que dans un sens, ce truc n’était pas une prison. Après tout, personne ne pouvait sortir. Mais c’était pas comme si elle était cloitrée dans une pièce avec pour porte des barreaux et pour meubles un double lit et des toilettes. Eh merde. La voilà qui se perdait dans des pensées complètement irrationnelles. Qu’est-ce qu’elle allait s’imaginer là, bordel ? 11 s’agaçait elle-même de son délire, si imprégnée par ce dernier qu’il fallut une exclamation pour la faire sursauter. Sans trop comprendre où elle se trouvait, son ouïe affinée capta une voix féminine familière. Elle tiqua, et claqua sa langue plusieurs fois contre son palais avant qu’une ampoule s’illumine au-dessus de sa tête. Sa coloc ! Mais oui, c’est vrai qu’elle n’était pas seule dans son logement. Elle l’avait jamais vraiment croisé, juste entendu faire sa dure un peu plus tôt dans la journée, sans pour autant prendre la peine d’ouvrir la porte et de se manifester. 11 avait été bien trop occupée à se prélasser sur son lit pour donner le bonjour à sa partenaire. Pas comme si, de toute manière, elle s’intéressait à la personne qui partageait son logement. D’autant plus qu’elle venait de débarquer dans le coin et que cette nana pouvait être n’importe qui.

Soupirant distraitement, 11, lassée, se mit à suivre celle qu’elle pensait être sa coloc’. Sans l’avoir vue, difficile d’en être certaine en ne se fiant qu’au son de sa voix. Elle entra dans la salle de sport, et tiqua une nouvelle fois. Tout le monde était à moitié à poil, c’était quoi le blem ? « Euh les gars, vous nous faites quoi là ? Un défilé de mode sans les vêtements ? Etrange votre truc. » Une voix masculine, apparemment agacée, résonna, la forçant à lui faire tourner la tête pour l’observer quelques secondes. « Mais vous avez toutes loupé un épisode ou quoi ? C’est une règle de la ruche. On s’entraîne en sous-vêtements. » 11 haussa les sourcils. Genre, vraiment ? La Ruche était composée d’une bande de pervers ? Etonnant. Mais pas effrayant pour autant. Se désapant en deux secondes, 11 finit en culotte et soutif tandis qu’elle traçait sa route dans la pièce, tournant sur elle-même, un grand sourire aux lèvres, son regard captant de loin un mec posé avec une BD et une boisson dans les mains. Ah ouais, y avait vraiment de tout dans le coin. « Rincez vous l’œil les gars, profitez-en ! », s’exclama t-elle en terminant son avancée dans la pièce. Elle rit, d’un rire légèrement carnassier tandis qu’elle rejoignait la seule femme de ces lieux au corps zébré de cicatrices en tout genre. Et si c’était pas elle sa coloc, elle pouvait être n’importe qui, 11 ne dirait pas non pour mordre ses jolies fesses. Se postant à ses côtés, elle l’observa quelques instants avant de lui faire face et de se saisir du sac de boxe qu’elle massacrait. « Alors princesse,  t’as envie de foutre une branlée à quelqu’un aujourd’hui ? T’aurais pas envie de compagnie des fois ? » 11 se passa sa langue sur sa lèvre tandis qu’elle plongeait son regard dans les yeux déterminés de son interlocutrice, un sourire ne se départissant pas de son visage.
AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Disaster




Ils sont badass, mes padawans :
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F01-555
F01-555
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Sueur et Soutifs (F06-11)   Jeu 20 Juil - 14:07

Peut-être qu’elle passait trop de temps dans la salle de sport. Mais on ne pouvait pas vraiment dire que cette prison avait beaucoup de distraction à leur fournir, si on oubliait ses tentatives de meurtre à leur égare régulières bien sûr. Oh, 555 aurait très bien pu aller enfin jeter un coup d’œil aux niveaux qu’elle n’avait toujours pas visité, mas là, elle voulait juste oublier. Et la jeune femme n’avait toujours pas trouvé mieux que de frapper pour oublier. Oh, ça ne marchait pas parfaitement, son cerveau ne s’arrêtant jamais vraiment de réfléchir. Mais quand elle percutait le sac de frappe de ses poings, les choses semblaient devenir plus clairs, plus logique. Son amnésie, ses cauchemars, cet enfer blanc et Nicola. Nicola et sa trahison. Trahison dont elle ne comprenait pas le sens, dont elle ne comprenait pas la nature. Il avait couché avec la mauvaise personne, avec quelqu’un qu’elle ne pouvait pas tolérer, quelqu’un dont elle ne se rappelait pas l’existence. Etait-ce vraiment une trahison alors ? Oui. Ce gout acre et amer qui avait remplit sa bouche lorsqu’il avait avoué lui avait semblé bien trop familier pour être autre chose. Nic l’avait trahi. C’est tout ce qu’elle savait, et peut-être que c’était tout ce qu’elle avait besoin de savoir. Pourtant une chose la rendait perplexe : pourquoi était-il toujours envie ? Elle se souvenait de cette envie. Celle de sortir un flingue imaginaire et de tirer jusqu’à ce que le chargeur soit vide. Si ce qu’elle avait ressenti était un écho de ce qu’avait été sa réaction originale, pourquoi Nic, pourquoi est-ce que Nicola était-il toujours envie ? 555 haïssait les traitres, elle le savait à cette envie de meurtre qui la prenait à chaque fois qu’elle pensait à lui. Alors elle aurait dû le supprimer, et le fait qu’elle ne l’avait visiblement pas fait, l’inquiétait au plus haut point …

Cependant, ses réflexions furent interrompues lorsque son sac de frappe se figea brutalement. « Alors princesse, t’as envie de foutre une branlée à quelqu’un aujourd’hui ? T’aurais pas envie de compagnie des fois ? » Légèrement agacé d’avoir été interrompue, 555 leva un sourcil en direction de l’importun, avant qu’un sourire appréciatif n’apparaisse doucement sur son visage à la vue de la femme se trouvant devant elle. La jeune femme c’était très vite rendue compte dès son arrivée que son regard se baladait autant sur les hommes que sur les femmes. Cependant il lui fallut un peu plus de temps avant de se rendre compte que ce n’était pas leur apparence qui l’intéressait, mais plutôt leur personnalité. Du coup, était-elle bi ? Pan ? Au bout d’un moment, 555 décida qu’elle aimait ce qu’elle aimait et en resta là. Or ce qu’elle aimait avait un type. Elle aimait la force, elle aimait la confiance en soi, et la femme devant elle ? Elle avait définitivement l’attitude qui lui plaisait. 555 lui adressa un sourire mi amusé, mi moqueur. « Si tu veux me donner un surnom, essaies plutôt "Votre Altesse" ou bien "Ma Reine", Casanova. Ça m’irait mieux au teint. » D’un coup, son sourire se fit plus taquin. « Et sincèrement non, je n’avais pas envie d’avoir de la compagnie, mais vu que c’est si joliment proposé, je vois difficilement comment je pourrais dire non maintenant. » Et en voilà une découverte intéressante : flirter est amusant.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡




Venez voir mes Padawans ! :
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F06-11
F06-11
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Sueur et Soutifs (F06-11)   Sam 19 Aoû - 21:54


F01-555 & F06-11

Sueur et soutifs


L’idée que la Ruche soit une prison, qu’elle soit en prison, ne cessait de tourner et retourner dans sa tête. Cette sensation d’enfermement était bien trop familière pour 11. Elle se doutait que quelque chose ne tournait pas rond avec cette pensée, qui s’imposait plus comme un état de fait qu’autre chose. Alors quoi ? Parce qu’elle se sentait pousser des ailes face à cet enfermement des plus injustes, elle allait s’inventer un passé qui ne revenait pas à elle ? Ridicule. Très ridicule. Mais si plausible. Il n’y avait qu’à voir la façon qu’elle avait de laisser ses oreilles traîner dans tous les coins et recoins de la Ruche. A l'affût, d’une info, de n’importe quoi, qui pourra servir de pièce de monnaie un jour ou l’autre. Se garantissant de savoirs qui pourraient lui obtenir des prix bien précieux. Elle ne faisait jamais rien, 11. Ne se salissait pas les mains tant que rien ne lui était apporté en échange. Mais elle se protégeait. Ce qui était risible, car elle ne cherchait pas la protection, et son attitude ne l’aidait pas à se faire des amis. Mais il y avait ce côté égoïste et manipulateur qui la faisait réfléchir, bien plus qu’on ne pourrait le croire sous ses airs hautains et indifférents. Cette assurance en elle masquait une réflexion bien plus intense, un désir plus sauvage. Elle comptait bien se tirer d’ici, mais ça n’allait pas se faire en claquant des doigts, et la jeune femme l’avait bien compris.Était-ce pour ça qu’elle avait suivit la voix qu’elle pensait appartenir à sa colocataire ? L’user en tant qu’allié ? Profiter de la vue fort agréable qu’elle lui offrait ? A vrai dire, elle n’y avait pas vraiment réfléchi, se couvrant de l’ennui qui la berçait depuis qu’elle avait mis les pieds dans ce trou pour la rejoindre. Et face à elle, un sourire en coin, elle devait bien admettre que la femme en imposait. Comportement taquin et affirmé, d’où se dégageait une aura de puissance. Le genre de femme qu’on doit pas emmerder, et sous aucun prétexte. Le genre de femme à te claquer des coups bien douloureux quand tu le méritait. Tout simplement une personne que 11 avait bien envie de connaître, parce que similaire à elle. Parce que idéale, d’une certaine manière. Et elle ne pensait pas ça parce qu’elle avait l’occasion de la mater de long en large, désormais. De toute manière, le sac de boxe gâchait sa contemplation.

11 ne put retenir un ricanement admiratif face au ton sans équivoque de la jeune femme. Elle n’y allait pas de mains mortes, et elle interprétait déjà son attitude. Cramée, dès le début. Si la brunette ne se trompait pas sur son compte, alors la colocation avec cette femme allait être des plus prometteuses. Et palpitante. « Je voterai plus pour “Votre Seigneurie” ou “Déesse”. Ouais, ça, ça collerait bien mieux au teint et à l’ego qui se cache derrière. » Elle sourit, d’un sourire moqueur mais pas désagréable pour autant, de bonne humeur. Cette femme n’allait pas l’ennuyer, elle en était certaine. « Casanova hein ? Serais-tu déjà tombée dans les mailles de mon filet ? » 11 ponctua cette remarque d’un clin d’oeil aguicheur, jouant des hanches derrière le sac, frappant dans ce dernier. « Je suis flattée que tu veuilles de ma compagnie à moi. En général, je le fais pas regretter. Sauf à ceux qui cherchent les emmerdes, bien sûr. » La petite brune joue, avec Sa Majesté, avec ses mots, avec ceux qui les matent. Ce qu’elle remarque après un temps d’arrêt, après s’être elle-même rincée l’oeil du corps de sa partenaire. Les cicatrices ajoutaient du charme, une force à la brune, qui dégageait déjà une forte prestance. Une belle tombeuse. Désignant d’un signe de tête le spectacle qui s’offrait derrière elles, 11 ricana : « J’en connais d’autres qui voudraient te faire la cours, Altesse. Rien qu’à voir ceux-là, ils s’entraînent à tirer des révérences. » 11 laisse le temps à la jeune femme de se retourner, sans se cacher. A quoi bon, quand deux jolies femmes se trouvaient dans un coin remplit de mâles, rien ne servait à faire les prudes. C’était pas le genre de la brunette dans tous les cas. « Tu fais souvent tourner les têtes, dis-moi ? Ou peut-être bien que c’est moi qui leur fait trop d’effet, pas trop jalouse ? » La demoiselle hausse les sourcils en un air racoleur, taquine avec son interlocutrice. Elle avait envie de s’amuser avec elle. Flirtant allègrement, avec la jeune femme, le danger, ce qu’elle aimait, ce qu’elle adulait.

AVENGEDINCHAINS


Spoiler:
 

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Disaster




Ils sont badass, mes padawans :
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F01-555
F01-555
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Sueur et Soutifs (F06-11)   Mar 22 Aoû - 12:53

« Je voterai plus pour “Votre Seigneurie” ou “Déesse”. Ouais, ça, ça collerait bien mieux au teint et à l’ego qui se cache derrière. » 555 ricana, amusée. Elle ne savait pas qui était cette femme, mais elle l’appréciait déjà. Cette allure, cette attitude, le tout enroulé dans un physique plus que plaisant aux yeux ? Oh, oui. Elle l’appréciait même énormément. La jeune femme lui adressa un sourire en coin « Toute déesse a un ego il parait. » Et un ego elle en avait un, elle le savait. Elle ne le cachait pas, elle n’en ressentait pas le besoin. La jeune femme était comme ça, elle n’allait pas se changer pour plaire aux autres. « Casanova hein ? Serais-tu déjà tombée dans les mailles de mon filet ? » 555 sourit devant le manège de la brune « Comment ne le pourrais-je pas avec de si jolis yeux ? » Et de si jolies fesses, ajouta-t-elle mentalement en suivant des yeux les mouvements des hanches de la femme devant elle. « Je suis flattée que tu veuilles de ma compagnie à moi. En général, je le fais pas regretter. Sauf à ceux qui cherchent les emmerdes, bien sûr. » La jeune femme lui adressa un sourire qui ne pouvait être décrit que comme carnassier. Un sourire dangereux et plein de promesses. « Je te promets de ne pas trop mordre alors … » Ce qui serait un défi en soi. 555 adorait mordre. Elle aimait poser ses marques sur les gens. Plus elle appréciait son partenaire, et plus elle le recouvrait de traces de dents. Probablement un lien direct avec sa possessivité.

« J’en connais d’autres qui voudraient te faire la cours, Altesse. Rien qu’à voir ceux-là, ils s’entraînent à tirer des révérences. » La jeune femme se retourna, et constata également le spectacle avec un sourire en coin. A elles deux, elles avaient l’attention toute entière de la plupart des prisonniers présents dans la Salle de Sport. Et l’on pouvait dire qu’ils étaient pendus à leurs lèvres. Ou plutôt à leur corps. D’ailleurs, si l’homme sur le banc s’avançait plus, il allait finir parterre. 555 se retourna vers la brune avec un grand sourire en coin. « Ils sont bien dressé, pas vrai ? »

« Tu fais souvent tourner les têtes, dis-moi ? Ou peut-être bien que c’est moi qui leur fait trop d’effet, pas trop jalouse ? » La jeune femme ria face à gentille provocation de la brunette. « Je crois que c’est toi. J’ai plus l’habitude de faire tomber des têtes que de les faire tourner. Et jalouse ? » 555 s’avança jusqu’à ce que son visage vienne se retrouver à quelques centimètres de celui de sa voisine. « Pourquoi le serais-je alors que j’ai l’attention d’une magnifique créature rien que pour moi ? »

Spoiler:
 

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡




Venez voir mes Padawans ! :
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F06-11
F06-11
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Sueur et Soutifs (F06-11)   Mer 6 Sep - 6:48


F01-555 & F06-11

Sueur et soutifs


Jeu d’ego, jeu de charme. Des flatteries en tout genre, des oeillades faites pour ne surtout pas passer inaperçues. Un jeu auquel se prêtait les deux femmes chacune leur tour, ravissant 11 qui se sentait dans son élément. Coutumière avec cette façon de provoquer l’autre, de l’inclure dans sa farce… qui pouvait aussi bien ne pas en être une. A quoi bon se cacher ? La brune qui se trouvait face à elle était d’une beauté à couper le souffle. Ses courbes bien dessinées ne pouvaient échapper à l’oeil aiguisé de la brunette, qui suivait les mouvements de l’autre avec une attention toute particulière. Son sourire éclatant, carnassier, reflet du sien. Un sourire qui promettait monts et marées. Et danger aussi. Jouer avec le feu, voilà comment attirer 11 dans ses propres filets. La nouvellement surnommée Casanova joue avec le sac, le faisant balancer de droite à gauche entre elles deux. Elle bat des cils à la remarque de l’inconnue, qui lui arrache un ricanement. Décidément, l’autre ne faisait pas semblant de se prendre au jeu. Un partenaire idéal, qui ne faisait pas regretter à 11 d’avoir suivi sa voix. Son instinct n’était donc pas si dégueu, la Ruche ne lui avait pas retiré ça. « Mes yeux ne sont que les reflets des tiens, voyons. » Un clin d’oeil appuya sa remarque. Les deux qui craquent faussement, ou justement, pour l’autre ? C’était comme si ça allait de soi, avec leurs caractères effrontés, leurs attitudes supérieures. Le sourire de la brune lui arracha un frisson d’excitation, et elle se passa sa langue sur ses lèvres, en un geste langoureux. « Sauvage hein… je préfère les griffures, mais je suis certaine que tes morsures sont à tomber. On devrait faire un échange de bons procédés. » Griffer, c’est ce qu’elle faisait souvent avec ses partenaires. Une manière de les marquer, de les avoir sous son contrôle. De se lâcher, sans retenue, pendant l’acte. Elle mordillait, à moindre mesure. 11 appréciait tout particulièrement apposer ses marques sur le corps entier de ses partenaires, sans douceur. Elle n’avait que très rarement été marquée à son tour, souvent du genre à guider les ébats. Elle se demandait bien la sensation que cela pouvait procurer, de voir inverser les rôles.

Son regard dévia, s’amusant des hommes pendus à leurs échanges de coups, de mots acérés. A leurs corps, bien trop parfaits pour eux. Les deux jeunes femmes étaient bien roulées, voilà tout ce qu’ils devaient se dire. Et avec la règle imposant de s’entraîner en sous-vêtements, il n’y avait pas de raison qu’ils ne se rincent pas l’oeil. Leur faisant un grand sourire, 11 s’écarta temporairement du sac de boxe pour tirer sa révérence, se moquant de ces prisonniers qui bavaient devant les courbes des deux femmes, jouant avec ses propres paroles. Les saluant avec une prestance entièrement mimée, pour mieux ensuite reporter son attention sur celle qui lui faisait face. Celle qui bénéficiait de tout son intérêt, à vrai dire. « Laisse moi deviner, tu les dresse à coup de cravache ?  » 11 laissa échapper un petit rire en coin, reprenant sa position initiale. Elle darda son regard prononcé sur sa partenaire de jeu, désireuse de prolonger la partie. Sa langue claqua contre son palais, tic familier qu’elle ne contrôlait pas, mais qui avait le don de provoquer divers effets sur ceux qui devaient la supporter. « Peut-être bien que tu devrais m’apprendre à les dresser aussi bien que toi… » Un murmure, à peine masqué par un rictus aux airs sanguinaires. Oh ça oui, la brune en face d’elle devait certainement avoir des choses à lui apprendre, et 11 serait curieuse d’assister à ses cours.

La proximité soudaine de la jeune femme face à elle n’ébranla pas le moins du monde 11, qui sentait le risque se refermer sur elle. Jusqu’où pouvait durer les limites de ce petit jeu entre deux tigresses pareilles ? Elles semblaient sans fin, mais rien n’était moins sûr. Pas quand on jouait autant avec l’huile sur le feu, pas quand on était aussi similaire. 11 rompit la distance entre elles, une main en l’air. Un sourire féroce collé au visage, à deux doigts de prouver toute son attention à l’inconnue. « Sa Majesté est possessive… » La brunette souffla, contentée de par cette remarque. Son corps rompit plus encore la distance entre elle, presque collé à celui transpirant de sa partenaire. Ses yeux glissèrent, parcourant la jeune femme en face d’elle, s’attardant sur ses lèvres, sa gorge, le reste du corps. « Si son Altesse me voue autant d’intérêt, je devrais peut-être lui prouver que mon attention en vaut la peine. » Son index osa s’aventurer sur l’épaule de la jeune femme, avant qu’elle ne se décale brutalement. Ses ongles se plantèrent dans le sac de boxe et elle le désigna, joueuse, provocatrice : « Sauf si tes mains préfèrent tâter du cuir ici présent. » Frontale, 11 ? Elle n’y allait pas par quatre chemins, jouant sur les deux tableaux avec celle qu’elle était persuadée être sa colocataire. Le jeu n’était pas prêt de s’arrêter.

AVENGEDINCHAINS


Spoiler:
 

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Disaster




Ils sont badass, mes padawans :
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F01-555
F01-555
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Sueur et Soutifs (F06-11)   Lun 11 Sep - 14:36

555 s’amusait énormément. Qui eut cru que flirter outrageusement avec une inconnue devant un public tout en étant en sous-vêtements pouvait être à ce point divertissant ? Et voilà que leur discussion tournait en compétition. Oh oui, elle ne s’ennuyait désâment plus en cet instant. « Sauvage hein… je préfère les griffures, mais je suis certaine que tes morsures sont à tomber. On devrait faire un échange de bons procédés. » 555 adressa un sourire plein de dents à sa compagne brune. « Ce serait la moindre des politesses en effet … » L’idée de graver quelques marques dans le cou de la jeune femme à coups de dents ne la dérangeait pas le moins du monde. Et puis cela faisait un moment qu’elle n’avait pas relâcher de tension de manière un peu plus physique …

Les deux jeunes femmes regardèrent le spectacle navrant qu’était les hommes de la Salle de Sport. Si elle avait été plus gentille, 555 leur aurait même donné un seau. « Laisse-moi deviner, tu les dresse à coup de cravache ? » « Le meilleur outil pour dresser un homme. » Instinctivement, la jeune femme savait qu’elle savait se faire écouter et obéir. C’était là, quelque part dans sa tête, attendant juste la bonne situation pour sortir. Et elle avait même un flingue à sa disposition si cela ne suffisait pas. Un faut certes, mais suffisamment ressemblant pour en tromper plus d’une. « Peut-être bien que tu devrais m’apprendre à les dresser aussi bien que toi… » 555 leva un sourcil, l’air amusée. « Mais serrais-tu seulement capable de suivre mes ordres ? » La brune semblait trop lui ressembler, et 555 savait pertinemment qu’elle ne supportait aucun ordre qu’on pouvait lui donner. C’était contre sa nature. C’était elle qui dirigeait et personne d’autre. Alors elle voyait très mal la femme devant elle se comporter autrement que comme elle.

Ce qui ne l’empêcha pas de se rapprocher d’elle et de la provoquer un peu plus, grisée par le jeu. La jeune femme n’avait rien à perdre et tout à gagner dans ce petit jeu improvisé dont elle ne connaissait pas les règles. Mais finalement, la brune recule, ses bras en l’air et un sourire féroce sur les lèvres, et peut-être qu’elle a gagnée. « Sa Majesté est possessive… » Et peut-être que non finalement. Son sourire se fit soudainement plus coupant. « Oh, tu n’as aucune idée, Casanova … » chuchota-t-elle sur le même ton que son interlocutrice. 555 n’était pas possessive. Elle était plus que possessive. Lorsqu’elle décidait que quelque chose lui appartenait, elle ne le laissait jamais partir. Il n’y avait qu’à regarder Nicola. Elle-même ne connaissait plus toute l’histoire, mais elle se concluait ainsi : 555 avait éliminer celui qui menaçait de prendre ce qui lui appartenait. Car rien ne servait à ce qu’elle se mente à elle-même, elle n’avait jamais véritablement laissé tomber Nicola. Elle n’était même pas sûr qu’elle le pouvait vraiment. C’est un doigt glissant sur son épaule qui la ramena à la réalité. « Si son Altesse me voue autant d’intérêt, je devrais peut-être lui prouver que mon attention en vaut la peine. » « Oh ? » Chuchota 555. « Et comment comptes-tu faire ça ? » Son sourire se fit presque démoniaque, aussi charment qu’intéressé. Un sourire plein de promesses. La jeune femme avait quelques idées en tête, et certaines se constituaient de l’inconnue se trouvant sous elle. Une vision pas si désagréable que ça.

Et brutalement, la voilà qui recule. « Sauf si tes mains préfèrent tâter du cuir ici présent. » 555 resta un instant interdit, avant de cligner des yeux et de rire doucement. « Oh, Chérie, ça ne dépend que de toi. » La jeune femme se remit en position avant de frapper de nouveau le sac entre les mains de la brune. « Est-ce que tu préfères un public ou bien un show privé ? »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡




Venez voir mes Padawans ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Sueur et Soutifs (F06-11)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LA RUCHE :: Niveaux 2 à 5 :: Salle de sport-
Sauter vers: