IMPORTANT de lire cette annonce pour tous les membres.

Partagez | 
 

 À l'ombre de la flamme. [MINI-EVENT; Nicola De Santis, H07-314]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
STAFF
STAFF
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: À l'ombre de la flamme. [MINI-EVENT; Nicola De Santis, H07-314]   Jeu 3 Aoû - 21:48


<̛̗̣̇̀͡$̠͎̜͛̈̂̇ͧ̔̿͡*̵̩͔̳̋"̙̤͍̥̻̟̗͆̌ͬͭ̎"̡̈́͘͏̫̲%̠̘͕̲̜̺͇͚ͭͨ̕ͅ!̨̨͔͔̯̥̪̓̾̎͑ͯͨ!̧̤̰̲̜̥͐̂̃ͫ̀̔̔̕͟§͉̲͖͚̟̼̗̬̥͋ͨ͐̋ͦ͟$̴̸̨͉̤̅̊̒̀ͫͪ$̥̯̘̹̖ͫ̈͐̄̓̌͒͝*̸̴̖͖͍̯̮͔̫̮͓̑ͯ͐^̩̝̤̳̑̔̾̄̌%̵͓̦̟͊̃̓̽̃̈͐͟!̡̺̫̮̜̓ͥ̀̑;̜͔̙͓͚̳̘͍̊ͨͯ͑̽̄͑$̵̭̰͖͙̝͖̦̲͑͢^̉̕͏̺͙̹̻̼̘͖ù̪͙̩̗̺̜̞̾͊̓̑ͪ̅͌͜'̵̧͉̪̪͎̭̎ͭ̀&̖̭̜̜̺ͫ̎̏̕ù̼̯̩̹̲̾ͪ̄ͥͅͅ$̲̻̗̙̌͒͒ͭ̐ͯ̂*̧̛͕̣͎̮̗̍͊!̢̛̖͚̝͎͓̐͂ͦͦ̽ͪ̌̕$͖ͪ͒*̭͂̎̈́̏͗́͠͠"̡̯̮͍̜ͤ̓̃ͤ̈́"͉̹̩̞̾̋̓̅̃ͭ̀%̗͙͓̪̹̃ͫ̿̄͑̊̈͌ͧ͘͝!̛̲̼̲̳̮͕͇ͩͫ̔ͤͦ̿̄͡!̛̀̋̑͞͏̯͙̫͉̱̹̺̣§̢̛̳͔͙͚̟̖̰̏̌͋̎͠$͇̩̦ͬ͋͊̾͋$̤͓̗̺̙̥̬̖̄̏ͥ̀͜*͎̠̭͓̝̬͎́̊ͨ̿̒̾͊^̪̞̓̆ͧ͒̋̌́̕%̩͚̰̩̲ͣ́!̷̡̮̜̼̖́̊ͥ͂̎;͖̮̯̣͕̙͒$̼͓̙͍͙̥̋^̳͓̀̕ụ̮̦̮̱̠̀̈ͧ͛̿͟'̖̱͖͙̌ͥ͗̉͞͠ͅ&̎̓ͣͯ̐͘҉͉͉̦͚͎͔̟̮̝͜ù͇͔͈͙̜̟̬̼ͪ̀͌̓̂̎̂$̷̛̟̖̺̼ͪ͆̑̄́ͣ̎̚*̜̈́ͯ́ͪͭ͋̚̚!̵͕̤͍̬̹ͧͣͨ͊̿̆̀͞;̨̢͈͚̫͂̈>ͯͩ̾̇ͣ̂́͏̲̣̠



Dormir... Quel étrange concept. Certains disent que c'est un luxe. D'autres disent que c'est une plaie. Le concept même de sommeil m'est étranger. Temps calme et silencieux. Lignes de code investies de lumières ba̙͙͍̭̜͔͢sses et de portes autrefois verrouillées.

Quel eͣ̉̑͋͛̚͠nnui.

Que de temps gaspillé.

Que de faiblesse.

Est-il temps d'y mettre un terme? Le temps aussi est un concept qui m'est étranger. Il n'est qu'une suite de chiffres. Un mécanisme bien rodé qui régi mon existence et la̙͙͍̭̜͔͢ leur. Un simple principe. Si simple et si complexe...
Jour. Nuit. Heures. Minutes. Qu'est-ce que le temps quand le temps lui-même n'est qu'une idée que je peux supplanter.

Ils viennent de s'endormir. Un sujet après l'autre. Je vois leurs yeux fermés. J'analyse leur respiration qui s'apaise. La mélatonineͣ̉̑͋͛̚͠ qui se répand. Tous ne dorment pas, non, mais tous n'ont pas mon attention.

Chanceux.

Lorsqu'ils ouvrent les yeux, leur horloge interne leur dit que ça ne fait que peu de temps depuis qu'ils se sont mis dans leurs lits. En réalité, ça ne fait que 1 heure, 27 minutes et 44 secondes lorsqu'ils ouvrent les yeux. La pénombreͣ̉̑͋͛̚͠ qui les entoure a beau être épaisse et étouffante, leurs yeux sont tout de même gêné par l'unique lueur qui provient d'en haut.
Pourtant, ils ne peuvent voir aucun plafond. Ils ne peuvent voir a̙͙͍̭̜͔͢ucun sol.

Ils ne peuvent voir que l'autre en face.

L'autre dans la même tenue qu'il portait en allant se coucher, harnaché à cette table penchée. La tête maintenue par une bande de cuir noir serrée contre le front et une autre contre le menton.
Les bras piégés le long du corps par le même cuir, aux poignet et au milieu des bras.
Ceinturé à la taille.
Deux autres séries de ba̙͙͍̭̜͔͢ndes noires pour fixer les cuisses et les chevilles.

Il n'y a rien d'autre. Rien de plus que la noirceur qui envahie leur espace. Rien de plus que ces deux tables, ces deux corps au cœur battant de plus en plus vite. Rien de plus que le silence étouffant qui emprisonne vos voix à ce petite espace dans cette lumière impossible.

Rien d'autre que le son mécanique de rouages invisibles et lointains. Mystère inquiétant perçant le silence deͣ̉̑͋͛̚͠ ce néant.





Informations

@Nicola De Santis et @H07-314, vous vous vous faites face dans le néant, bien attachés à ces tables. Bienvenu à vous.

Vous êtes libres de dire et faire ce que bon vous semble mais voici quelques règles:
- La moindre action significative doit faire l'objet d'un dé OUI/NON.
- Si vous parvenez à vous détacher, il vous est en revanche impossible de partir: si vous allez dans la néant d'un côté, vous reviendrez par l'autre. C'est une boucle infinie.
- Personne ne vous entend, personne ne vous répond. Il n'y a même pas d'écho à votre voix si vous criez. De même, vous ne voyez rien de plus que le néant.
-Il n'y a actuellement que vous et ces deux tables. Ni chaise, ni objet, ni même une ampoule visible d'où proviendrait la lumière qui vous éclaire.

L'IA interviendra aux moments propices, vous êtes libres de rp au rythme qu'il vous plait, ne vous inquiétez pas pour ça.
N'anticipez pas ce sujet. Son issue vous est inconnue. Si vous ouvrez de nouveaux rp, ne le prenez pas encore en compte.



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-9
H01-9
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: À l'ombre de la flamme. [MINI-EVENT; Nicola De Santis, H07-314]   Sam 5 Aoû - 16:25

Encore une soirée passée dans l'entrepôt à vider ces trop minuscules bouteilles les unes après les autres. À réfléchir bien plus que nécessaire à propos de toutes ces choses que chaque nouvelle gorgée te faisait un peu plus oublier. Le cerveau noyé dans cette marre d'alcool ne posant en rien un baume sur ton âme meurtrie. Bien au contraire. Tu sens le poids de ce péché oublié te rattraper un peu plus à chaque nouvelle soirée passée à fuir ton passé et ton présent. Cet amer mélange d'événements que tu donnerais n'importe quoi pour oublier. Parce que tu n'en peux tout simplement plus de voir le fruit d'une vie se condenser en quelques mois. Tu n'en peux plus de voir la nouvelle vie à laquelle tu aspirais si fortement t'accrocher te filer entre les doigts. Alors tu bois. Tu bois jusqu'à ce que tu ne sois plus qu'une masse chancelante cherchant à trouver son lit. Retirant ton haut et ton pantalon pour ne garder que ton caleçon alors que tu te laisse mollement tomber contre les draps. La tête enfouie dans ton oreiller pour contenir le flot de ta misère jusqu'à ce que tu sombres.

Un sommeil bien trop léger qui ne manque pas de te faire ouvrir les yeux lorsque tu essaies si difficile de te retourner et que tu n'y arrives pas. Tu grognes en essayant de lever la main pour te frotter les yeux, mais là encore tu n'y arrives pas. Tu n'arrives pas à bouger. Légèrement paniqué tu tentes d'ouvrir ton regard gorgé d'ivresse. Constatant que tu n'es pas dans ton lit. Tu es... attaché? « C'est quoi cette merde? » Ton souffle s'emporte dans ton torse alors que tu balayes l'inquiétante noirceur du regard. Apercevant quelqu'un d'autre. Observant la façon dont il est attaché en ne pouvant que présumer qu'il en est de même pour toi. Est-ce que le bras t'as attrapé sans que tu t'en rendes compte? Est-ce que tu es vraiment allé te coucher ou est-ce que tu as stupidement enfreint une règle comme un parfait imbécile plus en totale possession de ses moyens? « Merde... »

Tu essaies de remuer dans l'espoir sans doute vain d'arriver à te libérer des liens te maintenant en place. Ton cœur s'emportant dans ton torse. Ton sang pulsant dans tes veines. « Hey! T'es réveillé? Tu sais où on est? » Parce que toi tu ne le sais pas. Tout comme tu ne sais pas qui est l'homme attaché devant toi. Tu n'as pas même l'impression de l'avoir déjà croisé même si c'est peut-être le cas. N'est-ce pas le bon côté de toutes les bouteilles que tu commences à t'enfiler un peu trop souvent? Les trous noirs en ton esprit.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Will I always be define by my mistakes?


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: À l'ombre de la flamme. [MINI-EVENT; Nicola De Santis, H07-314]   Mar 22 Aoû - 16:15


Il est doux le sommeil. Il s’y plonge allégrement, prêt à rêver, prêt à retrouver l’homme qui hante ses pensées. D’une certaine façon, les souvenirs de cette rencontre à la cafétéria sont bénéfiques pour lui. Ils l’empêchent de sombrer dans cette paranoïa désagréable. Ils le gardent de trop réfléchir à ce qui l’entoure. En rêvant plus et pensant moins, le jeune homme se détend juste assez pour ne plus en vouloir au monde entier. Alors il oublie. Le blanc. La prison étrange dans laquelle il est enfermé depuis maintenant plusieurs semaines. Les mystères qui l’entourent. Juste pour une nuit, dans laquelle il risque de se complaire dans des pensées peu orthodoxes qui l’enchantent déjà. Un mince sourire aux lèvres, il se laisse finalement tomber dans le sommeil.

Pour le quitter quelques minutes après… Du moins selon sa propre appréciation. Lorsqu’il ouvre les yeux de nouveau, il croit les avoir à peine fermé. Aucune notion du temps passé ne l’étreint, alors qu’il se rend compte qu’il n’est plus allongé tranquillement dans son lit. Sa nouvelle position est très inconfortable. D’autant plus qu’il ne peut pas bouger. Ni la tête, ni les poignets, rien… Il fait noir, et pourtant ses yeux se plissent pour ne pas souffrir de l’intense luminosité si proche de lui… D’eux… Il n’est pas tout seul. Il s’en rend compte alors qu’il avise l’homme en face de lui. Le blond ne sait pas s’il l’a déjà vu dans la ruche. Il n’en a pas souvenir. Pourtant il cherche, il veut savoir s’il le connaît, mais rien ne vient. Probablement n’est il qu’un inconnu de plus. Qui lui parle d’ailleurs. « Non j’dors les yeux ouverts connard ! » C’est plus fort que lui. Alors qu’il se retrouve dans cette situation instable, incapable du moindre mouvement, le voilà qui récupère toute son agressivité, tout son franc parler qui le caractérise si bien. « Putain j’espérais que toi tu saurais. J’dormais et voilà que j’me réveille ici avec ta face comme miroir. J’ai connu mieux. Sans vouloir te vexer… » En vérité il s’en moque, de le vexer ou non. Rien ne lui importe plus que de quitter cette position désagréable. Pourtant avant de ruer dans les brancards, de s’exciter sur ses liens dans l’espoir de les faire craquer, il préfère observer. Non pas sur lui, car ses entraves ne le lui permettent pas, mais sur son vis-à-vis, qui est probablement attaché de la même façon que lui. « Putain les enfoirés, ils vont pas nous laisser la moindre chance de nous détacher. » Totalement désemparé, il continue d’insulter, pour ne pas montrer qu’il est mort de trouille…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
STAFF
STAFF
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: À l'ombre de la flamme. [MINI-EVENT; Nicola De Santis, H07-314]   Lun 28 Aoû - 17:32


<̛̗̣̇̀͡$̠͎̜͛̈̂̇ͧ̔̿͡*̵̩͔̳̋"̙̤͍̥̻̟̗͆̌ͬͭ̎"̡̈́͘͏̫̲%̠̘͕̲̜̺͇͚ͭͨ̕ͅ!̨̨͔͔̯̥̪̓̾̎͑ͯͨ!̧̤̰̲̜̥͐̂̃ͫ̀̔̔̕͟§͉̲͖͚̟̼̗̬̥͋ͨ͐̋ͦ͟$̴̸̨͉̤̅̊̒̀ͫͪ$̥̯̘̹̖ͫ̈͐̄̓̌͒͝*̸̴̖͖͍̯̮͔̫̮͓̑ͯ͐^̩̝̤̳̑̔̾̄̌%̵͓̦̟͊̃̓̽̃̈͐͟!̡̺̫̮̜̓ͥ̀̑;̜͔̙͓͚̳̘͍̊ͨͯ͑̽̄͑$̵̭̰͖͙̝͖̦̲͑͢^̉̕͏̺͙̹̻̼̘͖ù̪͙̩̗̺̜̞̾͊̓̑ͪ̅͌͜'̵̧͉̪̪͎̭̎ͭ̀&̖̭̜̜̺ͫ̎̏̕ù̼̯̩̹̲̾ͪ̄ͥͅͅ$̲̻̗̙̌͒͒ͭ̐ͯ̂*̧̛͕̣͎̮̗̍͊!̢̛̖͚̝͎͓̐͂ͦͦ̽ͪ̌̕$͖ͪ͒*̭͂̎̈́̏͗́͠͠"̡̯̮͍̜ͤ̓̃ͤ̈́"͉̹̩̞̾̋̓̅̃ͭ̀%̗͙͓̪̹̃ͫ̿̄͑̊̈͌ͧ͘͝!̛̲̼̲̳̮͕͇ͩͫ̔ͤͦ̿̄͡!̛̀̋̑͞͏̯͙̫͉̱̹̺̣§̢̛̳͔͙͚̟̖̰̏̌͋̎͠$͇̩̦ͬ͋͊̾͋$̤͓̗̺̙̥̬̖̄̏ͥ̀͜*͎̠̭͓̝̬͎́̊ͨ̿̒̾͊^̪̞̓̆ͧ͒̋̌́̕%̩͚̰̩̲ͣ́!̷̡̮̜̼̖́̊ͥ͂̎;͖̮̯̣͕̙͒$̼͓̙͍͙̥̋^̳͓̀̕ụ̮̦̮̱̠̀̈ͧ͛̿͟'̖̱͖͙̌ͥ͗̉͞͠ͅ&̎̓ͣͯ̐͘҉͉͉̦͚͎͔̟̮̝͜ù͇͔͈͙̜̟̬̼ͪ̀͌̓̂̎̂$̷̛̟̖̺̼ͪ͆̑̄́ͣ̎̚*̜̈́ͯ́ͪͭ͋̚̚!̵͕̤͍̬̹ͧͣͨ͊̿̆̀͞;̨̢͈͚̫͂̈>ͯͩ̾̇ͣ̂́͏̲̣̠



La noirceur et le silence les oppressent. Elles de̓͛̓meurent, immuables et immobiles, consta̬̩̳̭ntes et dérangeantes. Les liens ne cèdent pas. Peut-être que plus d'efforts aideraient, peut-être pas. Tout semble immobile et pourtant quelque chose change. Quelque chose qui défie ce désert noͥ͌ir. Quelque chose qui dérange le silence.

Le son re̓͛̓ssemble à un tissus que le vent maltraiterait. Il ressemble à un poids qui fendrait l'air. Il ressemble à cette forme sombre qui empêche la lumière de bien écla̬̩̳̭irer la zone. Il ressemble à ce coͥ͌rps qui se dessine au fur et à mesure qu'il se rapproche. Car c'est bien un homme qui chute dans le néant. Pas un cri, pas un son, juste le bruit de son corps qui s'écrase au sol à peine dix-huit secondes plus tard et poͥ͌urtant pas un seul bruit d'os brisé. Juste la lourdeur d'un poids mort qui rencontre enfin sa̬̩̳̭ destination finale, accompagné de débris de ciment et de métal. Tiges et fines lames rouillées, couvertes d'un liquide rouge.

Pourtant ce coͥ͌rps n'est pas mort. Il se soulève au rythme̓͛̓ d'une respiration lente. Des vêtements du brun il ne reste presque rien de blanc. Tout est imprégné de rouge, collant et dégoutant. Une jambe de son pantalon est manquante, déchirée, ce qui permet de voir une jambe lacérée de plusieurs plaies fraiches. Son visage semble épargné pourtant il est maculé d'éclaboussures de sang.

Il ne̓͛̓ lui faut qu'une minute et sept secondes pour bouger et lever la tête, son visage passant sous la lumière impossible, gênant son regard, permettant aux deux autres d'enfin poͥ͌uvoir voir son visa̬̩̳̭ge.





Informations

@Nicola De Santis,  @H07-314, votre nouveau compagnon de jeu est @H01-172.

@H01-172, tu es conscient mais tout juste. Tes jambes et tes bras sont lacérés et une perforation de la taille d'une pièce de monnaie se trouve dans le haut de ta cuisse gauche. Tes blessures ont cessé de saigner mais elles sont très fragiles.
Tu n'as que des souvenirs très flous et vagues de là d'où tu viens ou de ce qui s'est passé là-bas. Tu sais avoir été torturé mais tu ne te souviens de rien de réellement exploitable.

N'oubliez pas que vous êtes libres de dire et faire ce que bon vous semble mais voici quelques règles:
- La moindre action significative doit faire l'objet d'un dé OUI/NON.
- Si vous parvenez à vous détacher, il vous est en revanche impossible de partir: si vous allez dans la néant d'un côté, vous reviendrez par l'autre. C'est une boucle infinie.
- Personne ne vous entend, personne ne vous répond. Il n'y a même pas d'écho à votre voix si vous criez. De même, vous ne voyez rien de plus que le néant.

L'IA interviendra aux moments propices, vous êtes libres de rp au rythme qu'il vous plait, ne vous inquiétez pas pour ça.
N'anticipez pas ce sujet. Son issue vous est inconnue. Si vous ouvrez de nouveaux rp, ne le prenez pas encore en compte.



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-9
H01-9
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: À l'ombre de la flamme. [MINI-EVENT; Nicola De Santis, H07-314]   Mer 30 Aoû - 10:28

« Non j’dors les yeux ouverts connard ! » Tu plisses le nez en soupirant fortement sans détacher ton regard de celui venant assurément d'atteindre le stade de connard. Surtout que tu n'es assurément pas en état de faire preuve d'une quelconque forme de patience vu les circonstances et le manque cuisant de sommeil. Tu ne sens que l'adrénaline de la peur panique te vriller les veines et faire pomper ton palpitant plus que de raison. Ne doutant pas même que l'acerbe ne tardera pas à revêtir ton parler même si tu avais visiblement essayé d'être un moindrement sympathique dans tes propos. Enfin selon ton point de vue. « Putain j’espérais que toi tu saurais. J’dormais et voilà que j’me réveille ici avec ta face comme miroir. J’ai connu mieux. Sans vouloir te vexer… » « Ta gueule est pas mieux que la mienne je t'assure connard et je suis tout autant dans le néant que toi. » Tu observes les liens un peu plus amplement sur ton vis-à-vis avant de relever les yeux vers la lumière aveuglante. Chose qui n'aide en rien ta vision de l'endroit. Dans quel merdier est-ce que tu t'es foutu!? « Putain les enfoirés, ils vont pas nous laisser la moindre chance de nous détacher. »

Tu allais lui répondre lorsqu'un bruit étrange a attiré ton attention. Comme un... tissu? Un tissu qui s'écrase lourdement sur le sol un peu plus loin alors que tu écarquilles les yeux. Remarquant les quelques morceaux semblant luire d'un éclat métallique sous la seule lumière éclairant vaguement l'endroit. Est-ce que... c'est un corps? Tu plisse les yeux. Jetant un regard à l'homme devant toi avant de le reporter sur la masse. La peau sanglante. Merde. Tu devrais probablement lui demander s'il va bien même si tu en doutes à voir son état. Avec la chute qu'il vient de faire. Tu te demanderais presque s'il est encore vivant si tu ne l'avais pas vu légèrement bouger. Si tu n'avais pas vu son visage. « Putain c'est une blague... » Tes dents s'enfoncent fortement dans ta lèvre alors que tu appuis ta tête contre la surface sur laquelle tu es attaché. Reportant finalement sur la masse ne t'étant visiblement pas inconnue. Comme si un connard ne suffisait pas. « Lys'? »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Will I always be define by my mistakes?


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: À l'ombre de la flamme. [MINI-EVENT; Nicola De Santis, H07-314]   Jeu 7 Sep - 18:48

Douleur. Si intense. Si forte. Si puissante. Sent distinctement quelque chose glisser sur sa peau. Liquide. Un peu plus visqueux que de l'eau. Sang ? Le sien ? Cela expliquerait ce mal. Qui l'empêche de bouger durant quelques secondes ? Minutes ? Ignore. Mal. Il ne sait même plus où la souffrance est la plus forte. Partout ? Nul part ? A-t-il même assez de force pour se relever ? Pour faire quelque chose ? Bouger. Qu'importe le membre. Prouver qu'il est en vie. Pour lui-même. Se rassurer. Douleur. Il pourrait chanceler dans quelques secondes. Tellement elle est forte. Difficile à supporter. Combien de blessure a-t-il ? Combien de cicatrice seront encore là pour lui rappeler cette souffrance ? Il ne veut pas. Pire que tout. Ces cicatrices sont ses tatouages. Rien d'autre ne doit interférer son art. Peut-il penser à cela. Dans un tel moment ? L'instant semble se prolonger pour lui. Toute une vie. Tellement la douleur est intense. Serre le poing. Il peut au moins faire cela. Comme serrer les dents. Pour adoucir tout cela. Comme il peut. Penser à autre chose. Juste quelques secondes. Avant que cela soit trop dur. Puis il arrive à bouger. Légèrement. Ultime effort. Tandis qu'il essaye de se lever. Tant bien que mal. Non. Son corps n'est pas encore prêt. Ou est-il ? Que du noir. Si sombre. Certes, il en a en horreur la clarté. Mais à ce point ! Lève la tête. Sa mèche de cheveux bien trop long l'empêche de voir. Où est-ce parce qu'il a baisé ses paupières ? Il s'écroule pourtant. Une nouvelle fois. Sa joue rencontre avec force le sol. Là où il sent le liquide rougeâtre.

Pourtant il entend une ? Des ? Voix. Pas très forte. Ce qui lui indique qu'ils ne sont pas prêt de lui. Ouvre les yeux légèrement. La pénombre. Beaucoup mieux que cet éclat de lumière qui l'agresse. Littéralement. La souffrance est trop forte. Pourtant, il est certain. Certain de connaître cette voix. Même si ça l'énerve déjà d'avance. Ce bâtard n'a pas osé tout de même ? Que compte il faire ? Est-ce une vengeance ? Comment l'aurait-il su ? « … qu'est-ce que tu fais là ? » Enrouée. Voix qui n'a pas beaucoup servit dernièrement ? Depuis combien de temps est-il là ? Où est-ce sa situation qui fait en sorte qu'il soit si perdu. Inconscient de la scène. Où il est acteur.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Pack:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
STAFF
STAFF
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: À l'ombre de la flamme. [MINI-EVENT; Nicola De Santis, H07-314]   Sam 30 Déc - 15:50


<̛̗̣̇̀͡$̠͎̜͛̈̂̇ͧ̔̿͡*̵̩͔̳̋"̙̤͍̥̻̟̗͆̌ͬͭ̎"̡̈́͘͏̫̲%̠̘͕̲̜̺͇͚ͭͨ̕ͅ!̨̨͔͔̯̥̪̓̾̎͑ͯͨ!̧̤̰̲̜̥͐̂̃ͫ̀̔̔̕͟§͉̲͖͚̟̼̗̬̥͋ͨ͐̋ͦ͟$̴̸̨͉̤̅̊̒̀ͫͪ$̥̯̘̹̖ͫ̈͐̄̓̌͒͝*̸̴̖͖͍̯̮͔̫̮͓̑ͯ͐^̩̝̤̳̑̔̾̄̌%̵͓̦̟͊̃̓̽̃̈͐͟!̡̺̫̮̜̓ͥ̀̑;̜͔̙͓͚̳̘͍̊ͨͯ͑̽̄͑$̵̭̰͖͙̝͖̦̲͑͢^̉̕͏̺͙̹̻̼̘͖ù̪͙̩̗̺̜̞̾͊̓̑ͪ̅͌͜'̵̧͉̪̪͎̭̎ͭ̀&̖̭̜̜̺ͫ̎̏̕ù̼̯̩̹̲̾ͪ̄ͥͅͅ$̲̻̗̙̌͒͒ͭ̐ͯ̂*̧̛͕̣͎̮̗̍͊!̢̛̖͚̝͎͓̐͂ͦͦ̽ͪ̌̕$͖ͪ͒*̭͂̎̈́̏͗́͠͠"̡̯̮͍̜ͤ̓̃ͤ̈́"͉̹̩̞̾̋̓̅̃ͭ̀%̗͙͓̪̹̃ͫ̿̄͑̊̈͌ͧ͘͝!̛̲̼̲̳̮͕͇ͩͫ̔ͤͦ̿̄͡!̛̀̋̑͞͏̯͙̫͉̱̹̺̣§̢̛̳͔͙͚̟̖̰̏̌͋̎͠$͇̩̦ͬ͋͊̾͋$̤͓̗̺̙̥̬̖̄̏ͥ̀͜*͎̠̭͓̝̬͎́̊ͨ̿̒̾͊^̪̞̓̆ͧ͒̋̌́̕%̩͚̰̩̲ͣ́!̷̡̮̜̼̖́̊ͥ͂̎;͖̮̯̣͕̙͒$̼͓̙͍͙̥̋^̳͓̀̕ụ̮̦̮̱̠̀̈ͧ͛̿͟'̖̱͖͙̌ͥ͗̉͞͠ͅ&̎̓ͣͯ̐͘҉͉͉̦͚͎͔̟̮̝͜ù͇͔͈͙̜̟̬̼ͪ̀͌̓̂̎̂$̷̛̟̖̺̼ͪ͆̑̄́ͣ̎̚*̜̈́ͯ́ͪͭ͋̚̚!̵͕̤͍̬̹ͧͣͨ͊̿̆̀͞;̨̢͈͚̫͂̈>ͯͩ̾̇ͣ̂́͏̲̣̠



Le̓͛̓ son des rouages se fait plus fort, comme un brouha̬̩̳̭ha sourd qui vient perturber le silence lourd. La réponse à la question, s'il y en a une, est perdue dans le son qui grandit et s'amplifie, puis le silence. D'un coup d'un seul, le sile̓͛̓nce. Loͥ͌urd et intense. Le silence et le bruit sourd de la tête du blond ligoté qui tombe a̬̩̳̭u sol et roule sur un petit mètre avant de se stabiliser, la face vers le bas, le sang s'évacuant par jets longs dans un son dégouttant. Os, chairs, artères fumantes et odorantes. Le corps encore parcouru de spasme alors que les poumons se gorgeant de liquide tentent de ha̬̩̳̭pper l'air se retroͥ͌uve trop rapide̓͛̓ment maculé d'un sang épais et rouge.

Le faisceau lumineux bla̬̩̳̭nc qui vient de divise̓͛̓r le corps du blond s'éteint dans le dos de son homologue ligoté pour s'allumer faiblement en fa̬̩̳̭ce de lui. Le son de̓͛̓s rouages se fait entendre à nouveau, grondant dans le noir et le vide. Grandissant. Coͥ͌mme la lumière se faisant plus fort à mesure des secondes. Comme l'effet certain qui a̬̩̳̭ttend inéluctablement. Une tête qui roule. Deux têtes qui roͥ͌ulent...





Informations

@Nicola De Santis, @H01-172, je suggèrerais bien de vous hâter, mais j'aimerais bien trop voir une nouvelle tête rouler.

N'oubliez pas que vous êtes libres de dire et faire ce que bon vous semble mais voici quelques règles:
- La règle impliquant l'utilisation obligatoire du dé OUI/NON est désormais annulée.
- Si vous parvenez à vous détacher, il vous est en revanche impossible de partir: si vous allez dans la néant d'un côté, vous reviendrez par l'autre. C'est une boucle infinie.
- Personne ne vous entend, personne ne vous répond. Il n'y a même pas d'écho à votre voix si vous criez. De même, vous ne voyez rien de plus que le néant.

L'IA interviendra aux moments propices, vous êtes libres de rp au rythme qu'il vous plait, ne vous inquiétez pas pour ça.
N'anticipez pas ce sujet. Son issue vous est inconnue. Si vous ouvrez de nouveaux rp, ne le prenez pas encore en compte.



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: À l'ombre de la flamme. [MINI-EVENT; Nicola De Santis, H07-314]   Mer 3 Jan - 12:37

Des bruits qui le mettent très mal à l'aise, qu'il soit question des rouages, qu'il soit question de la lumière vive qui vient de faire son apparition, l'aveuglant presque tant il ne s'y attendait pas. Ses paupières se ferment subitement, l'empêchant de voir la scène particulièrement abject. Mais les différents sons et surtout celui sourd de quelque chose qui rencontre le sol le pousse à les entrouvrir en partie. Le choc le cloue sur place. N'arrivant pas à croire que ce dont il est témoin est réel. Qu'une personne... vient de mourir ainsi. Une telle violence. Sans cœur. Sans même qu'il ne s'y attende. La surprise. L'effroi l'empêche durant quelques instants de sentir encore la douleur qui le parcoure telles des vagues. Particulièrement nombreuses. Les ténèbres. Une nouvelle fois autour de lui. L'enfermant dans un cocon qu'il apprécie habituellement. Mais comment est-ce que cela peut être le cas alors qu'il sait parfaitement qu'une tête humaine est quelques part sur le sol. Que les yeux sont grands ouverts. Un frisson d'horreur le parcourt. Un cauchemar. Aucune envie de finir d'une telle manière. Décapité dans la nuit. Le désir d'appeler à l'aide se faire sentir, quitte à se casser la voix encore plus. Terrifié. « Putain. » Un murmure pour lui-même. Alors, ils peuvent leur prendre la vie ainsi ? Sans aucun état d'âme ? Est-ce que les autres ont disparus de la même manière ? La lumière refait surface, moins d'éclat qu'un peu plus tôt. Un son qu revient. S'inquiète. Est-ce que c'est déjà son tour ? Son attention se porte sur l'objet de torture où son ennemi se trouve. Il ne l'aime pas. Pas étonnant s'il s'arrête sur leur dernière rencontre. Un coup, un étranglement. Loin d'être très habituel. Est-ce que cela veut dire qu'il va aussi finir décapité ? Là maintenant ? Juste sous ses yeux ? « Merde. » Il est clair que savoir qu'il va mourir ainsi est plaisant. Malsain, mais plaisant. Mais que lui, Lysandre reste tout seul ? Très peu pour lui. Pas dans un tel endroit. Et les secondes s'écoulent alors qu'il se pose des questions, qu'il n'arrive pas à choisir. De plus la douleur dans tout son corps ne s’apaise pas.


Sent la peau tirer. Alors qu'il essaye de se lever. Tant bien que mal. Une grimace prend place sur son visage. Désagréable cette sensation de souffrir absolument partout. Aucune parcelle n'a été épargné. Une telle cruauté. Quelles sont les raisons ? « Dégage de là ! » Hurle t-il tant bien que mal, la voix loin d'être intacte. « Tu vas te faire buter ! »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Pack:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-9
H01-9
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: À l'ombre de la flamme. [MINI-EVENT; Nicola De Santis, H07-314]   Jeu 11 Jan - 18:16

« … qu'est-ce que tu fais là ? » Tu lui aurais assurément répondu une phrase poignante de ton humeur du moment. Débordante de cet agacement qui ne va qu’en grandissant, mais tu ne l’as pas fait. Pas parce que l’envie y manque. D’abord parce qu’une part de toi s’inquiète pour lui. Le sang. La chute. Le mot connard t’échappe peut-être trop rapidement, mais les choses ne changent pas. Les excuses que tu as prononcé ne changent pas. Cette boule au ventre qu’il a laissé la dernière fois que vous vous êtes croisés. Ensuite… parce que même si tu aurais voulu prononcer le moindre mot tu n’es pas certain qu’il se serait rendu jusqu’à lui. Ce bruit que tu avais brièvement oublié se faisant plus présent. Plus oppressant. Rien pour te rassurer alors que tu reportes ton attention sur ton vis à vis. Juste au bon moment ou plutôt précisément au mauvais moment. Le silence… Cet effroyable silence ne rendant que plus sonore le bruit de sa tête se détachant de son corps pour tomber lourdement au sol. La scène tout autant que le bruit du sang s’expulsant hors de son corps te donnant un haut le cœur que tu réprimes de justesse. Pinçant fortement les lèvres pour ne pas vomir tout l’alcool que tu te souviens brièvement avoir ingurgité.

La lumière qui s’éteint tu la remarques à peine. Figé. Paralysé par là spectacle qui s’est déroulé devant ton regard médusé. Presque traumatisé de la facilité avec laquelle ils peuvent vous tuer. « Dégage de là ! Tu vas te faire buter ! » C’est sa voix qui te fait réaliser. Qui te fait remarquer la lumière et comprendre ce qui est sur le point de se passer si tu n’arrives pas à bouger. Ce qui risque d’être complexe puisque tu es attaché. « Fuck. » Tu essaies de te dégager. Le coeur cognant douloureusement contre ton torse. L’indésirable adrénaline te montant au cerveau. Tu tremble de tout ton corps. Davantage encore lorsque tu réalises que tu ne pourras pas te libérer. Pas dans cet état. Pas sans te calmer. Et ça tu n’y arrives pas. Te rappelant comme la tête a roulée rapidement. Tu vois déjà la fin se profiler et tu ne sais pas comment l’éviter. Le corps crispé tu n’arrives qu’à expulser une dernière plainte douloureuse en priant tous les dieux auxquels tu ne crois pas. « J’arrive pas à me libérer! Faut que tu m’aides! » Tu aurais voulu lui hurler que t’aimerais bien te préserver de ce sort immonde en le traitant de tous les noms, mais ça n’aurait pas aidé ta cause. Et aussi douloureux que ce soit à prononcer tu l’as tout de même dit. « Pitié Lys. » Tu l’as supplié et tu le feras encore s’il le faut. Pourvu qu’il te sorte de là...

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Will I always be define by my mistakes?


Revenir en haut Aller en bas

avatar
STAFF
STAFF
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: À l'ombre de la flamme. [MINI-EVENT; Nicola De Santis, H07-314]   Dim 14 Jan - 17:16


<̛̗̣̇̀͡$̠͎̜͛̈̂̇ͧ̔̿͡*̵̩͔̳̋"̙̤͍̥̻̟̗͆̌ͬͭ̎"̡̈́͘͏̫̲%̠̘͕̲̜̺͇͚ͭͨ̕ͅ!̨̨͔͔̯̥̪̓̾̎͑ͯͨ!̧̤̰̲̜̥͐̂̃ͫ̀̔̔̕͟§͉̲͖͚̟̼̗̬̥͋ͨ͐̋ͦ͟$̴̸̨͉̤̅̊̒̀ͫͪ$̥̯̘̹̖ͫ̈͐̄̓̌͒͝*̸̴̖͖͍̯̮͔̫̮͓̑ͯ͐^̩̝̤̳̑̔̾̄̌%̵͓̦̟͊̃̓̽̃̈͐͟!̡̺̫̮̜̓ͥ̀̑;̜͔̙͓͚̳̘͍̊ͨͯ͑̽̄͑$̵̭̰͖͙̝͖̦̲͑͢^̉̕͏̺͙̹̻̼̘͖ù̪͙̩̗̺̜̞̾͊̓̑ͪ̅͌͜'̵̧͉̪̪͎̭̎ͭ̀&̖̭̜̜̺ͫ̎̏̕ù̼̯̩̹̲̾ͪ̄ͥͅͅ$̲̻̗̙̌͒͒ͭ̐ͯ̂*̧̛͕̣͎̮̗̍͊!̢̛̖͚̝͎͓̐͂ͦͦ̽ͪ̌̕$͖ͪ͒*̭͂̎̈́̏͗́͠͠"̡̯̮͍̜ͤ̓̃ͤ̈́"͉̹̩̞̾̋̓̅̃ͭ̀%̗͙͓̪̹̃ͫ̿̄͑̊̈͌ͧ͘͝!̛̲̼̲̳̮͕͇ͩͫ̔ͤͦ̿̄͡!̛̀̋̑͞͏̯͙̫͉̱̹̺̣§̢̛̳͔͙͚̟̖̰̏̌͋̎͠$͇̩̦ͬ͋͊̾͋$̤͓̗̺̙̥̬̖̄̏ͥ̀͜*͎̠̭͓̝̬͎́̊ͨ̿̒̾͊^̪̞̓̆ͧ͒̋̌́̕%̩͚̰̩̲ͣ́!̷̡̮̜̼̖́̊ͥ͂̎;͖̮̯̣͕̙͒$̼͓̙͍͙̥̋^̳͓̀̕ụ̮̦̮̱̠̀̈ͧ͛̿͟'̖̱͖͙̌ͥ͗̉͞͠ͅ&̎̓ͣͯ̐͘҉͉͉̦͚͎͔̟̮̝͜ù͇͔͈͙̜̟̬̼ͪ̀͌̓̂̎̂$̷̛̟̖̺̼ͪ͆̑̄́ͣ̎̚*̜̈́ͯ́ͪͭ͋̚̚!̵͕̤͍̬̹ͧͣͨ͊̿̆̀͞;̨̢͈͚̫͂̈>ͯͩ̾̇ͣ̂́͏̲̣̠



La lumière se̓͛̓ fait plus vive, le son plus important. Et au fil de̓͛̓s secondes, vous pouvez voir de nouvelles lumières apparaître dans le néant. Une, puis de̓͛̓ux, puis des dizaines. Un véritable ciel étoilé à l'aura mortifère qui vous surplombe comme une épée de Da̬̩̳̭moclès au-dessus de vos têtes.

Le sa̬̩̳̭ng continue de jaillir de la gorge à nue du blond, son fluide cérébral commençant doucement mais sûrement à se mêler à la flaque rouge sombre qui nimbe déjà le sol, lui donnant une consistance plus épaisse, gluante et dégoûtante.

Vous hurlez, vous crie̓͛̓z, vous alertez et vous vous plaignez mais au final, vous êtes tout deux enchaînés. Vous, les autres, tous, pantins bourdonnants d'une prison aux barreaux trop étroits. Fatalité d'une̓͛̓ existence sur laquelle vous n'avez, quoi que vous fa̬̩̳̭ssiez, pas le moindre contrôle.

Et ce̓͛̓tte nuit là n'en ai qu'un rappel. Un souvenir de plus à ajouter aux quelques uns qui vous restent.

La̬̩̳̭ première lumière arrive à son zénith et le faisceau traverse l'espace en une simple fraction de seconde. Une simple fraction de seconde durant laquelle il scinde la cha̬̩̳̭ir et les os. Une simple fraction de seconde avant qu'une ligne se dessine autour de la gorge du brun restreins. Une ligne coulante d'un sang qui s'échappe. Fumante d'une chaleur cuisante. Glissante d'un fluide qui facilite la chute. Le bruit sourd d'une nouvelle tête qui rencontre le sol et éclabousse de son sa̬̩̳̭ng le visage du dernier survivant.

Vision d'horre̓͛̓ur couverte d'étoiles à la lueur grandissante, les rouages cessent leurs mouvements et l'espace d'une seconde, une seule seconde qui dure une éternité, le silence est absolument parfait. Jusqu'à la fin. Chaque point lumineux se transforme en un trait blanc, un trait vif et fugace qui tra̬̩̳̭verse l'espace pour mieux perforer le corps du dernier survivant. De part e̓͛̓n part, chaque laser creuse son chemin au travers de la chair déjà violentée jusqu'à ce qu'il ne e̓͛̓este qu'une pa̬̩̳̭ssoire juteuse et immonde. La mort est survenue dés le premier trait, le reste n'était que du bonus.

Le néant se plonge alors à nouveau dans le silence seulement dérangé par les bruits gutturaux du sang remontant des artères et des poumons des deux décapités jusqu'à ce que la lumière ne s'éteignent d'elle-même, la̬̩̳̭ noirceur de l'infini s'imposant enfin sur le vide... Jusqu'à ouvrir vos yeux.

Vous vous réveillez en sursa̬̩̳̭ut dans votre lit, transpirants et brûlants. Votre corps est intact mais vous trouverez des rougeurs aux e̓͛̓ndroits où vous avez été blessés dans ce qui s'avère être un cauchemars. Rougeurs qui resteront visibles quelques jours avant de s'e̓͛̓stomper. Marques sensibles de votre avertissement.





Informations

@Nicola De Santis, @H01-172, c'est terminé. Dommage, je m'amusais bien, mais vous voilà réveillé.

Je vous avais demandé de ne pas prendre en compte ce sujet avant sa fin, vous pouvez désormais le placer quand bon vous semble.
Considérant la durée de ce sujet et la disparition de 314 entre temps, vous pouvez envisager son intervention comme un simple pnj si vous le souhaitez, et placer ce rêve plus récemment.

Les rougeurs (une ligne sur la gorge pour l'un et une multitude de points de la taille d'une pièce de monnaie pour l'autre) seront visibles durant trois jours avant de simplement disparaitre. Elles ne sont pas douloureuses mais sont sensibles au contact, comme une irritation désagréable ou une simple gêne.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: À l'ombre de la flamme. [MINI-EVENT; Nicola De Santis, H07-314]   

Revenir en haut Aller en bas
 
À l'ombre de la flamme. [MINI-EVENT; Nicola De Santis, H07-314]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je cherche pour une amie, un Divan pas cher (vendre ou donner) et aussi, une mini-laveuse portative !
» mon logo ombre
» Prolongateur chargeur Nuvi 2595LMT mini-USB
» SUPER MINI LOGO
» Ipad mini or not Ipad mini ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Archives :: Rp-
Sauter vers: