Partagez | 
 

 I'm coming home | Lysandre & Izaak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
H03-112
H03-112
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Ven 4 Aoû - 19:34



I'm coming home

Lysandre & Izaak
Izaak crû qu’il allait s’effondrer mais non, il réussit de justesse à se rattraper à l’une des poignets de portes qui était présente. Heureusement, la porte ne s’ouvrit pas, probablement parce qu’elle avait été verrouiller mais en tout cas, ça le fit éclater de rire un instant alors qu’il se positionnait contre le mur, le dos plaquer contre ce dernier alors qu’il essayait de reprendre ses esprits. Il était éclaté. Il avait encore une bouteille dans sa chambre mais il avait fait le stock d’alcool lorsqu’il était allé dans l’entrepôt. Il y avait de l’alcool à volonté et il n’allait certainement pas se retenir. D’ailleurs, Izaak était tellement bien sevrer à force de ne pas boire depuis des dizaines et des dizaines de semaines qu’il n’avait pas fallut qu’il en prenne énormément pour commencer à se sentir tourner et à peine deux petites bouteilles avaler ainsi que le reste qu’il avait, il était déjà totalement ailleurs. Et lorsque tout lui échapper et qu’il n’avait plus aucun contrôle sur sa vie et sur ses pensées, il n’allait voir qu’une seule personne. C’était pour ça qu’il était dans ce couloir, c’était le sien n’est-ce pas ? Son t-shirt noir qui contraster avec son pantalon blanc comme la neige. Il avait craquer pour ce vêtement lorsqu’il avait vu les vêtements dans l’entrepôt et puis il était un peu en deuil pour porter du noir. Quoi que c’était un deuil très agréable qui lui donner envie de rire autant que de pleurer, comme tourner une page d’un mauvais chapitre qui avait gâché une bonne partit de l’histoire. Et ce chapitre, il voulait le brûler avec de l’alcool et ne plus jamais y penser de toute sa vie. Il n’avait d’ailleurs pas revu Lysandre depuis qu’il lui avait dit qu’il allait tué Caïn, depuis qu’ils avaient fait une séance de peinture plus qu’agréable.

Izaak avait horreur de tout ce temps qui était aussi espacer entre chaque putain de rencontre, il voulait vivre avec lui et se réveiller à sa droite tous les putains de jours qu’il vivait mais Lysandre aimait trop sa solitude pour accepter ça et c’était horriblement frustrant. Il en avait marre de se réveiller seul et ce ne serait pas le cas ce soir, il allait le rejoindre et il n’allait certainement pas lui laisser le choix pour une fois. Il passa une main dans sa tignasse qui continuer de poussée, il pourrait les couper mais il savait que ça lui donner un petit air de connard sexy et que Lysandre les aimait ses cheveux alors il se lécha les lèvres avant de regarder le numéro sur les portes. 913, sa chambre c’était la 913 alors il s’approcha de cette derrière, il voulait garder contenance et avoir l’air sobre mais putain il n’arrivait même plus à voir droit, ça devait crever les yeux qu’il était explosé. Alors il cogna son poing sur la porte un moment avant de finalement se reculer vers le mur arrière pour s’y adosser et attendre que la porte ne s’ouvre. Lys était la seule personne qui pourrait effacer le restant d’image sombre qu’il voyait repasser en boucle dans son esprit. Au début, il avait essayé d’y faire abstraction mais si les cauchemars sur ce qu’il avait vécu cesser doucement, c’était pour voir le crâne de Caïn cogner le sol encore et encore. Oh, il était fier d’avoir accomplis cette acte mais que ça lui revienne dans ses cauchemars toutes les nuits lui donner envie de vomir. Il avait l’impression de presque culpabiliser, mais c’était impossible, il n’était pas comme ça, il n’avait jamais culpabiliser pour des meurtres qu’il faisait. Ou alors c’était de l’inquiétude, parce que Nic était toujours en vie et qu’il pouvait toujours se venger. Peut-être. Il n’en savait rien.

Quoi qu’il en soit, lorsqu’il vu la porte s’ouvrir, il se lécha doucement les lèvres avant de pencher la tête sur le côté, il le voyait un peu flou mais il était toujours aussi beau et parfaitement parfait. Il voulait fondre sur ses lèvres, ravager son entre et le faire gémir son prénom. L’effet Lysandre ça. Il tendu la main vers lui avec un petit sourire amusé sur les lèvres avant de finalement se décoller du mur pour s’approcher de lui et venir le coller contre lui même alors que son visage était à quelques centimètres du sien. « Je t’ai manqué ? » Demande t-il doucement, il devait sentir l’alcool mais il s’en foutait, il voulait juste être contre lui et entendre le son de sa voix, rien que de sentir son odeur faisait voler des petits papillons dans son estomac.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


BEND THE KNEE
You can't do epic thing with basic people.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Dim 6 Aoû - 12:00



Plongé dans des songes délicieux. Qu'il ne veut pas quitter. Allongé sur le ventre. Le visage plongé dans l'oreiller qu'il sert contre lui. La couverture couvrant que la moitié de son corps à cause des turbulences dont il est coupable. Rare sont les moments durant lesquels il se sent seul dans son appartement. Depuis quelques jours, semaine ? Il se retrouve en compagnie de quelques colocataires féminines. Leur sexe n'étant pas le problème, mais plutôt leur présence. Apprécie ne pas être obligé de partager ce qu'il considère comme étant son espace vital. Ne manque pas d'être désagréable, le plus possible pour qu'elle ait le désir de s'en aller. La première a disparu, comme quoi. Sa technique fonctionne plutôt bien. Mais la seconde est tenace. Embêtant. De plus, il doit avouer que ses pensées ont tendance à être attirés par autre chose. Une personne en particulier. Qu'il ne cesse de chercher à coup de regard appuyé lorsqu'il est dans une pièce. Fixe la porte comme si la forte musculature accompagné de ce visage innocent allait apparaître dans la pièce. N'aime pas ce qu'il ressent. Ça l'énerve. Ne veut pas être dépendant. De quiconque ! Idée détestable. Risque de se faire avoir. De se retrouver dans une situation qui lui échappe... même si cela est déjà le cas. Stupide. Il sait qu'il n'y avait aucun recourt possible, qu'il fait désormais partie des disparus de cet endroit. Déteste désormais le fait qu'il n'y ait pas de liste. Chaque jour. Chaque semaine. Qui pourrait l'aider à accepter un peu plus. Parce qu'il pourrait aussi être dans une quelconque pièce. En train de se faire torturer. Et cette image est encore plus terrifiante. N'aime pas savoir qu'il est en train de souffrir. Sauf quand c'est lui le responsable. Égoïste. Il le sait. Mais il n'a jamais prétendu être une bonne personne. Ses yeux s'ouvrent subitement alors qu'il regarde le mur. Et qu'il serre un peu plus l'oreiller tout en pensant à cette possibilité. Il aurait dû essayer de le retenir plus fort, il aurait même dû lui mentir, prétendre qu'il l'aimait pour le retenir, il ne se serait pas jeté dans cette folie. Il aurait dû essayer mieux ! Culpabilité. Parce qu'il n'est pas assez fort, il n'est qu'un enfant dans ce monde de violence. Une gêne qui pourrait être neutralisée en quelques secondes. Insultant mais véridique. Et c'est le fait de le savoir qui l'énerve. S'il est réellement prisonnier, il ne peut même pas aller l'aider, ne peut rien faire. Ne veux pas avoir mal. Finir avec des cicatrices sur son dos n'est vraiment pas une bonne idée. Un frisson le prend rien qu'en y pensant avant qu'il ne soupire et niche plus fort son visage dans l'oreiller.

Appartment 913
It's our paradise and it's our war zone
Il doit arrêter d'y penser. Il ne doit pas laisser cela le bouleverser, lui faire oublier son objectif, celui de sortir de cet endroit. Serre les dents. Tout en repoussant les couvertures alors qu'il quitte les lieux. A besoin de laisser de s'exprimer. À l'aide de ces crayons, de tout cela. Pourtant, les coups contre la porte d'entrée le surprend. Si bien qu'il s'en approche. Inquiet de ce qu'il pourrait découvrir tout de même. Et si c'était Nicola ? Quelle folie pourrait le prendre ? Lui qui a basculé dans un monde dans lequel Lys' refuse de se retrouver mêler. Le cœur battant la chamade. Les yeux grands ouverts. Espérant que cela ne soit pas la mort qui l'attend dès qu'il ouvrira la porte. S'approche finalement de celle-ci et l'ouvre au vol, si vite pour ne pas laisser le temps à l'autre de faire quoi que ce soit. Le choc le prend à la gorge dès qu'il vit qui c'était. Cette forme. Les iris verdâtres. Cet air qui se veut adorable. Alors qu'une telle rage habite ce corps. Si bien qu'il était incapable de bouger. Son fantôme ? Qui venait le hanter, Venait lui dire de ne pas le laisser, de ne pas l'oublier, qu'il n'en avait pas le droit. Mais c'est plutôt son corps venant contre lui qu'il sent. Ainsi que l'odeur de l'alcool qui lui fait froncer le nez. Loin d'être agréable. Pourquoi cet imbécile est allée se saouler ? Depuis quand a t-il besoin de boire pour le voir ? A-t-il fait quelque chose dont il se sent coupable ? Les iris du basané se balade sur le corps, les mains, à la recherche d'une preuve de quoi que ce soit. Mais il ne trouve rien. Rien du tout. Il n'y a pas allé ? Est-ce pour cela qu'il est mal. Il n'a pas eu le courage ? Qu'importe. Rien à faire s'il n'a pas pu. Tant qu'il est ici. Avec lui. Qu'il ne l'a pas laissé seul. Je t'ai manqué. Bien sûr qu'il lui avait manqué, ce connard l'avait tellement manqué qu'il avait passé des heures dans la salle de sport pour s'entraîner, sachant pourtant parfaitement qu'il ne pourrait rien faire s'il avait déjà rejoint le monde de l'au-delà. Mais il ne lui dirait pas. N'offre pas des armes qu'on peut se servir contre lui. « Ouais... l'alcool m'a beaucoup manqué, t'aurais dû me garder une bouteille. » Dit-il finalement tout en le regardant droit dans les yeux avec un air parfaitement sérieux. Puis finalement, il le sent, c'est trop dur, il ne peut pas faire comme si de rien n'était, comme s'il ne s'était pas inquiété. Craquer. Juste un peu. Juste un instant. Il pourrait reprendre son attitude après. Et le désir est si grand qu'il tend le bras pour l'entourer autour du cou et l'approcher encore plus de lui, son visage caché dans son cou alors qu'il le serre contre lui avec force. S'assure ainsi qu'il n'ait pas un putain de mirage, qu'il n'ait pas mort. Qu'il ait bien là. Pourtant, une frustration le prend. Le fait de ne pas pouvoir respirer son odeur pour se rassurer à cause de la boisson. Mais ce n'est pas grave. Pas grave. Il est contre lui. Présent. En vie. « Ce n'est pas grave... Pas grave que tu n'ais pas pu. »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H03-112
H03-112
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Lun 7 Aoû - 18:24



I'm coming home

Lysandre & Izaak
Izaak sent toute la frustration et la colère de ses derniers jours s’envoler alors que lui peut parfaitement sentir l’odeur de son petit ami contre lui. Il sent son corps contre le sien, ses cheveux qui frôle son visage et ses mains sur son corps. Il le serre avec tellement de force qu’il a l’impression d’être vraiment important pour lui, que quoi qu’il fasse, Lysandre n’allait pas l’abandonner une nouvelle fois, parce qu’il était plus vieux et qu’il avait finit par accepté les sentiments qu’il avait peut-être pour lui. Peut-être. Ses mains se glissèrent dans son dos et il s’accrocha à son t-shirt fortement, se demandant pourquoi il avait attendu aussi longtemps pour venir le voir. Il ne voulait pas l’effrayer, il ne voulait pas qu’il le regarder avec un air déçu. Mais maintenant qu’il était là, il se sentait plus à sa place qu’il ne l’avait jamais été de toute sa vie. Il posa un baiser sur le creux de son cou rapidement alors qu’il n’a qu’une seule envie, s’allonger et le garder contre lui indéfiniment, jusqu’à ce que la mort les sépare. Cela dit il se fige lorsqu’il l’entend, quoi ? Pourquoi est-ce qu’il pense qu’il ne l’a pas fait ? Il n’a pas la tête d’un gars qui à réussit à accomplir son putain de projet ? Izaak rigole, il recule sa tête de son cou avant de mettre ses mains sur le visage de son petit ami, posant son front contre le sien tendrement avant de frotter doucement son nez au sien, tendrement alors que ce qu’il s’apprêtait à dire n’avait rien de tendre. « Tu me sous-estimes, Lysandre. » Bien sûr qu’il le sous-estimé, parce qu’il avait peur qu’il ne meurt, et le fait qu’il soit en vie prouvait qu’il ne l’avait pas fait. Où allait-il cherché une telle chose hein ? Il était fort, et la première fois il avait été kidnappé par surprise, sinon l’autre fils de pute n’aurait jamais, jamais pu l’attraper. Il était loin d’être faible. Il était même extrêmement bon dans ce qu’il faisait en temps normal. Il recula son visage du sien avant de finalement secouer la tête d’un air amusé, son regard se faisant plus fatigué, plus sombre alors qu’il se remémorait pour la énième fois le sang qui avait giclé sur son torse à force qu’il ne le frappe, encore et encore. « Je l’ai tabassé si fort que je suis sûr que Nicola ne l’a pas reconnu derrière. » Il espérait d’ailleurs que ce petit enculé avait pleuré la mort de son petit ami comme il le fallait, qu’il était même encore en train de pleurer à l’heure d’aujourd’hui. Il devrait s’estimer heureux qu’il n’ait pas décider de le torturer de l’exacte même façon que ce que Caïn lui avait fait.

Izaak remet ses mains contre son dos et l’attire de nouveau contre lui en fermant les yeux. Peut-être que Lysandre va être choqué de son acte et va vouloir se séparer de lui, pour l’abandonner dans sa noirceur mais il a besoin de lui et si vraiment il doit se retrouver seul pour affronter ses souvenirs, alors il veut le serrer une dernière fois contre lui pour se souvenir à jamais de la sensation que c’était que d’être dans les bras de son aimé. « Ne me rejette pas pour l’avoir fais, s’il te plait .. » Peut-être qu’en temps normal il ne lui aurait pas dit ça, peut-être que le filtre entre son cerveau et sa bouche était bien plus fin qu’auparavant. Il a tellement peur que Lysandre soit effrayé de fréquenter quelqu’un comme lui alors que jamais il ne pourrait lui faire du mal. Il pouvait tuer pour lui mais jamais il ne pourrait lever un petit doigt sur lui. Izaak avait une façon étrange de voir l’amour, si il n’avait aucune difficulté pour tuer quelqu’un de sang froid, quelqu’un d’inconnu, il était incapable de lever la main sur un proche, surtout quelqu’un qu’il pouvait aimer et actuellement il n’était pas sûr d’avoir un jour aimé quelqu’un aussi fort qu’actuellement. Son visage s’approche du sien de nouveau et il l’embrasse, parce qu’il a besoin de sentir ses lèvres contre les siennes, parce qu’il pouvait l’embrasser, il avait gagné, et Caïn avait perdu. Il était en vie, et ce n’était plus le cas de Caïn. Sa bouche ne reste pas longtemps contre la sienne alors qu’il le regarde, un air peiné sur le visage, il est terrifié à l’idée qu’il décide de l’abandonner. « J’ai gagné, je t’avais dis que je gagnerais. J’étais plus fort que lui, ne m’en veut pas pour ça je t’en supplie ... » Ses yeux s’embuaient de larmes alors qu’il le regardait d’un air paniqué. C’était décisif, est-ce que l’amour allait prendre le dessus sur la peur ?

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


BEND THE KNEE
You can't do epic thing with basic people.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Mar 8 Aoû - 5:38



Combien de temps s'était-il écoulé ? Durant lesquels, il avait espéré. Un retour. Qui n'avait pas eu lieu. Combien de temps avait-il passé à se persuader qu'il ne reviendrait pas. Les espoirs. Les craintes. Les souvenirs submergeant son cerveau. Lui rappelant qu'il avait existé. Qu'il n'était pas le fruit de son imagination. Qu'il n'était pas devenu tellement dingue qu'il avait rêvé qu'une telle personne existe. Puis l'aimer. Pas une aussi douce. Aussi gentille. Envers lui. Malgré son incapacité à ne pas lui faire du mal. Qui semblait prêt à tout lui pardonner. Sans se venger. Des semaines. Les dents serrées. Sa prise autour du cou qui devint plus forte. Merde ! Il était réellement là. Izaak n'était pas partie, il ne l'avait pas abandonné. Laisser tout seul. Il n'avait pas été jusqu'au bout de sa folie meurtrière. Il n'avait pas pu. Était-ce pour lui ? S'était-il rendu compte à quel point il était important. Même sans les mots. Rassuré. Il aurait pu pleurer tant le soulagement était intense. Qu'il ne cessait de frotter la pointe de son nez contre lui, essayer de sentir son odeur. Même pas la force. Ne pouvant se fier que des formes qu'il sentait contre son torse, que du bout de peau qu'il arrivait à toucher. Ses paupières se fermant. Sentant les bras autour de sa taille. Son t-shirt se soulever légèrement à cause de la pression engendrée. Il n'était pas le seul. À avoir besoin de l'autre. Rien qu'avec la force avec laquelle il le serrait contre lui. Comme voulant le garder. Qu'ils n'y aient aucune parcelle de peau qui échappe à leur étreinte. Se convaincre. Il cherche naturellement à le rassurer. Parce que ce n'est pas grave. Pas grave s'il n'a pas eu le courage. S'il n'a pas pu le faire. Lysandre ne lui en veut pas. Égoïste. Tant qu'il reste avec lui. Il s'en fou. Le reste n'est pas important. Sa propre gueule avant tout. Ses désirs. Et l'un d'eux, qu'il reste. Avec lui.

Appartment 913
It's our paradise and it's our war zone
Pourtant, un rire se fait entendre. Comme si ces mots étaient absurdes. Si bien qu'il le regarde. Incompréhension. Est-il devenu fou ? La folie s'est éprise de lui ? Visage emprisonné. Prunelles plongées dans les siennes. Toujours incapable de ne pas se toucher. Le manque. Même leur peau la ressentit. Ses yeux se plissent. Comment ça, il le sous-estime ? Il voulait attaquer un dingue assez fou pour torturer quelqu'un d'une telle façon. Une personne qui était capable de violer une autre et ne rien ressentir. Pas une once de culpabilité. Pourtant, une question pointe le bout de son nez. Et si ça avait été lui la cible. Est-ce qu'Isaak aurait été capable de faire la même chose ? « Tu l'aurais fait ? » Sa voix est faible. N'arrive pas à essayer de faire comme si c'était parfaitement normal. Comme si quiconque pouvait pointer le bout de son nez pour apprendre. Pour en savoir plus. Un secret. « Est-ce que tu lui aurais fait la même chose que lui si ça avait été moi à la place de Nicola ? » Pourquoi pose t-il cette question ? Il ne le veut pas. Il ne veut pas le savoir. Mieux, qu'il ignore totalement la réponse. Alors pourquoi a-t-il encore ouvert sa gueule ? La curiosité. Évaluer le degré de la menace. « T'as rien du tout. » Fit-il remarquer tout en effectuant un pas en arrière pour le regarder de bas en haut. Un regard lourd de sens. Il se serait attendu à bien plus de dégât. Surtout, si l'homme en question était en compagnie de Nicola. Doute que celui-ci aurait laissé quelqu'un attaquer son compagnon sans rien faire. Même lui n'aurait pas rien fait ! Rester les bras ballants alors qu'Izaak se ferait massacrer ? Et puis quoi encore ? Il allait devoir constamment se promener avec son arme. Qu'il ait quelque chose en plus que ses poings. « … Il était seul alors. » Croise les bras sur son torse alors qu'il entre dans une intense réflexion. Est certain qu'un tel crime ne restera pas impuni. « Personne ne t'a vu ? » S'immisce. Dois tout prendre en compte. Pour se rassurer. « Et puis merde... Rentre. » Il attrape son bras pour le tirer un peu plus dans l'appartement puis ferme la porte, s'y appuyant. Pourtant, ses iris se posent sur la porte d'une des chambres. Celle où se trouve sa colocataire. Gêne. Personne d'extérieur ne doit savoir ! « On va dans ma chambre. » Demie-tour. Tandis qu'il y pense. La première fois qu'il le laisse entrer dans sa chambre. Les murs parsemés de dessins. Nombreux. Qui représente l'extérieur. Pourtant, une pile de feuilles éparpillées se trouve sur la commode. Une forme humaine. Un dos. Couvert d'un tatouage. Qu'il n'a pas pu s'empêcher de dessiner. Rien que d'y penser, il se sent gêné. Parce qu'il ne veut pas qu'il sache. Sache qu'il pense assez à lui pour le dessiner. Ses doigts retournent la pile tant bien que mal. Essayant de faire comme si de rien n'était. 

De nouveau plongé dans une étreinte. Sent les doigts contre son dos. Le souffle coupé. Face à cette phrase. Cette demande. Il ne se rend pas compte n'est-ce pas ? Lysandre arrive si bien à cacher ses émotions qu'Izaak ignore totalement la réalité. Tant mieux. « Imbécile. » Se fût tout ce qu'il était capable de dire alors qu'il nichait son visage dans la chevelure plus claire que la sienne. « … Si je t'en veux... Va prendre ta douche, t'as vidé combien de bouteilles ? Ça empeste ! » Dit-il dans une grimace tout en éloignant tant bien que mal son nez. Enfin, l'odeur de l'alcool n'était pas aussi insupportable que ça, c'était surtout son envie de le sentir lui qui primait. « Allez ! » Insista t-il tout en lui donnant une tape sur le fessier, l'encourageant à prendre la direction de la salle de bain.


⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H03-112
H03-112
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Mer 9 Aoû - 18:42



I'm coming home

Lysandre & Izaak
Izaak s’arrêta un instant de respirer en entendant sa question ? Est-ce qu’il l’aurait fait pour Lysandre ? Est-ce qu’il aurait été jusqu’à violé quelqu’un pour le protéger ? Non, non ça dépasser clairement ce qu’il pouvait faire à quelqu’un. Autant il pouvait torturé jusqu’à la mort, faire très mal, marqué le dos de quelqu’un de la même manière qu’il avait été marqué. Mais il ne pouvait pas violer quelqu’un, c’était trop. C’était pas forcément pour ce que ça ferait à l’autre personne, mais plutôt parce qu’il trouvait l’action sale, et il ne voulait pas donner de son corps pour ça. Il fronça les sourcils un instant, se souvenant qu’une fois, une seule fois, il avait faillit se prostituer pour un contrat mais un contrat très important. Il s’était mit quasiment nu, et il s’était laissé toucher, juste un instant avant qu’il ne le tue. Et ce jour là, il s’était acharné sur lui et avait finit couvert de sang de la tête au pied. Parce qu’il avait horreur du plus profond de son âme d’être forcé à quelque chose, il faisait ce qu’il voulait, sexuellement parlant ou même n’importe quand, personne ne dicter sa conduite, sauf peut-être son père mais il ne savait pas toute les méthodes qu’il pouvait utilisé pour mettre à bien un contrat. Alors il le fixa un moment avant de secouer la tête de gauche à droite. « Non. Je suis prêt à ... tout, mais pas de viol. C’est contre tout ce que je crois, ce que je suis. Le viol n’est pas une solution adapté. Il ne m’a pas fait parlé, il m’a fait pleuré lorsqu’il m’a fait ça. Je peux tout faire pour toi Lys ... Je peux assassiner n’importe qui pour toi et torturer autant que tu veux quelqu’un, mais je ne violerais jamais personne pour toi. Jamais. » Même sous contrainte, il préférait le vivre que le faire. Il ne voulait en aucun cas faire ce genre de chose, il l’avait vécu, et il ne souhaitait ça à personne. Sauf peut-être à ce fils de pute de Caïn mais il était mort maintenant et de toute façon il ne l’aurait pas fait. Il se frotte doucement les yeux avant de le voir reculer pour le regarder. Oui il a rien, il a prit une douche entre temps et les bleues qu’il avait ont déjà disparu. « Normal, il a pas vraiment eut le temps de riposter, j’ai éclaté sa tête dans le sol directement. » Dit-il doucement avant de froncer de nouveau le regard, où va t-il chercher ses déductions ? Lysandre le pense vraiment incapable de gérer deux personnes à la fois ? Mais il ne dit rien cela dit et se laisse embarqué dans sa chambre.

Tiens donc, les portes sont fermés, d’autre colocataire maintenant ? Il rentre dans sa chambre avant de s’asseoir sur son lit, le voyant vaguement essayé de cacher ses dessins avant de se tourner vers lui. Izaak ne tarde pas l’attirer de nouveau contre lui et vient mettre ses mains dans son dos pour le plaquer contre son torse alors qu’il se laisse tomber en arrière avant de rouler pour être au dessus de son visage. Il devrait sûrement prendre une douche tous de suite mais il ne veut pas. Il ne veut pas laisser son petit ami un seul instant maintenant qu’il est là. Il approche ses lèvres des siennes pour l’embrasser juste chastement sur les lèvres alors que sa main se pose sur sa joue et qu’il commence de douce caresse sur sa peau tendrement, faisant un petit sourire en coin. « Je sais que je te l’ai déjà dis et que tu n’apprécies peut-être pas l’entendre mais .. Je t’aime, et maintenant que c’est fait, je te promet de ne plus risquer ma vie aussi bêtement. Maintenant je veux juste rester avec toi, et juste toi. » Dit-il doucement avant de se pencher de nouveau vers lui pour l’embrasser doucement. L’alcool parlait mais en même temps il était plus que lucide dans ses paroles parce qu’il aimait Lysandre à s’en crever le coeur. Et ceux depuis plus de six ans maintenant. Même lorsqu’il l’a jeté comme une chaussette, lorsqu’il l’a abandonné sur ce trottoir, qu’il a rencontré d’autre personne entre temps, malgré tout, il ne l’a jamais oublié et il ne pourra jamais. Il frotta doucement son nez au sien avant de finalement mettre son nez au creux de son cou, sentant sa douche odeur alors que sa main faisait de légère caresse sur son bras. « Dis .. on a jamais discuter de ça sérieusement mais .. t’es mon petit copain, non ? On est pas juste ... en train de flirter hein ? C’est sérieux entre nous ? » Il espérait juste ne pas se faire lâcher une seconde fois, la première fois lui avait assez fait de mal comme ça. Et dire que son père lui avait implicitement demander si il voulait le faire abattre, heureusement qu’il n’avait pas laissé sa colère prendre le dessus, ça aurait pu être catastrophique.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


BEND THE KNEE
You can't do epic thing with basic people.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Ven 11 Aoû - 8:11



Son corps de nouveau pressé contre lui. À croire qu'il a le besoin de se rassurer de nouveau. De ce contact. Prouve qu'il est bien en vie. En sa compagnie. Lysandre le laisse faire, profiter de la proximité. Parce qu'au fond, il ressent le même besoin, malgré le fait qu'il essaye de prétendre le contraire. Sent distinctement son cœur battre, une chaleur s'éprendre de son organisme. Qui pourrait rendre ses joues roses. Tant de douceur et de tendresse auxquels il n'est pas habitué. Et puis merde ! Ce type lui a manqué ! Cette façon de le regarder, de le dévorer. De le cajoler. Ses mains se posent sur ses joues alors qu'il capture ses lèvres des siennes. Les embrasses. Ne veux pas être délicat. Rien à faire ! Juste sentir sa langue s'enrouler autour de la sienne, l'entendre grogner face à la fougue du geste. Ses mains tirent sur la chevelure, force son visage à rester près du sien. Maltraite ses lèvres des siennes. Si intensément qu'il semble manquer de souffle l'action terminée. Reprends son souffle. Son nez frottant encore contre le sien, le regard hagard. Putain ! Alchimie toujours présente. Si puissante qu'il la sent autour d'eux. Électrique. Pourquoi ? Pourquoi faut-il qu'on lui complique les choses ? Ne peut-il pas profiter d'une présence humaine sans trop se mouiller ? Être dépendant de quelqu'un. Dans un tel endroit est une torture. Plus facile d'être seul dans son coin. Se servir des gens. Et tel un imbécile, il ne comprend toujours pas la leçon. Être épris par un type qui pourrait le casser en deux si l'envie le lui prenait. Complètement inconscient ! Il ouvre doucement ses paupières. Écoutant la nouvelle confidence. Est-il déçu ? Où est-ce du soulagement ? A-t-il tellement perdu l'esprit qu'il aurait désiré qu'on soit capable d'une telle chose pour lui ? Préfère ne pas y penser. Si bien qu'il laisse ses prunelles se baladent sur le t-shirt noir... Noir ? « Où t'as trouvé ces fringues ? » Vêtement qu'il touche du bout des doigts, comme pour se convaincre que la couleur est réelle. Injustice. Il a passé tellement de temps à essayer de transformer ses vêtements. Ses iris se perdirent dans les siennes. Pourquoi avait-il le sentiment d'entendre du réjouissement dans sa voix ? Comme s'il ressassait ce souvenir dans sa tête, qu'il le répétait pour accepter que l'acte avait bien eu lieu qu'il... Izaak aimait cela. La violence. Un frisson parcouru son corps. 

Appartment 913
It's our paradise and it's our war zone
« Donc, tu reconnais que c'était stupide. » Sans pouvoir se retenir, un sourire mutin prend place sur ses lèvres. Est-ce parce qu'il est rassuré. De savoir qu'il restera désormais avec lui ? Ses sourcils se haussent subitement. Éloigne son visage du sien pour le regarder. Est-ce qu'il était sérieux ? Stupéfait. Le basané resta silencieux un instant, l'observant tout en s'attendant à tout moment que le plus jeune éclate de rire et prétende que tout cela n'était qu'une vaste blague. « … T'es sérieux là ? » Littéralement sur le cul. « Ça fait plus d'un mois que je ne t'ai pas vu, je ne sais pas où t'étais, je ne sais pas avec qui, ce que tu faisais, j'étais là à m'inquiéter comme un dingue, certain que je trouverais ton cadavre au détour d'un couloir et... tu débarques comme ça, comme si de rien n'était... Et tu me demandes quoi ? » Sa bouche s'ouvre légèrement. Sans qu'il ne prononce un mot. « Si on sort ensemble.. » Pourquoi ressent-il une colère le prendre. Parce que ce type lui a manqué ! Qu'il s'est permis de se rendre indépendant dans sa vie ! Et pourtant, il s'est lancé ! Dans une vendetta complètement stupide ! Risquer sa vie ! Le laisser seul ! Il croyait quoi ? Qu'il aurait fait comme si de rien n'était ? Ses yeux se plissent alors qu'il se lève. S'échappe de son emprise. « T'es complètement bourré. » Valait mieux mettre cela sur l'alcool. Prétendre ensuite au réveil que cela n'avait jamais eu lieu. Qu'il n'avait pas osé vouloir mettre son emprise sur sa personne. « .. Et puis, je vois pas pourquoi tu veux foutre des mots sur ce qui se passe. Ça regarde que nous. » La lâcheté, encore peureux. Rien que le mot sérieux le faisait frissonner.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H03-112
H03-112
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Lun 14 Aoû - 17:19



I'm coming home

Lysandre & Izaak
Izaak se perd une nouvelle fois dans son regard alors qu’il le voit baisser les yeux sur son t-shirt. Ça le surprend tellement que ça qu’il soit noir ? Ce n’était pas comme ci ce vêtement avait quelque chose de spécial mais lorsqu’il l’avait vu, il avait tout de suite voulut le porté, le mettre sur son dos et se balader avec. Quelque chose de noir .. La première chose auquel il avait pensé en le voyant avait été “le sang ne se voit pas sur du noir” et il s’était lui même étonner d’y penser dès la première seconde. Izaak était un tueur née, il avait ça dans le sang et il avait prit gout à cette ... activité. C’était plus qu’un boulot, c’était plus une passion. Traquer les gens, les voir avoir peur, les voir crier et pleurer pour leur vie avant de mourir. Il avait déjà épargnée une femme comme ça. Il s’était rendu à son domicile dans le but de terminer son travail mais elle l’attendait, avec une mallette pleine de billet. Il avait rompu un contrat ce soir là pour en reprendre un bien plus intéressant. Le brun secoua la tête, se rendant compte qu’il était encore une fois en train de se perdre dans des pensées sombre qui le faisait lentement couler la tête la première. « Dans l’entrepôt. Avec l’alcool. » Dit-il simplement avant d’haussait les épaules et de mettre ses mains sur ses hanches alors que son visage venait se glissait dans le creux de son cou. Il était fatigué et il voulait dormir contre lui, voulait s’endormir avec son odeur autour de lui. Un petit sourire amusé se glissa sur ses lèvres en entendant le sourire dans sa voix alors qu’il pince doucement sa hanche. « C’est tout ce que tu retiens ? » Demande t-il avant qu’il ne le voit reculer son visage du sien et que ses yeux se retrouve de nouveau plonger dans les siens.

Et un frisson le parcouru, surtout en voyant son visage plus du tout amusé après ce qu’il a demandé. Il veut juste savoir, si ils ont effectivement une relation ou si Lysandre à des risques de l’abandonner à n’importe quel moment. Et il le voit se lever et s’échapper de son emprise sans qu’il ne puisse rien faire alors qu’il encaisse les paroles du basané. Izaak n’aime pas ce qu’il entend, il a juste envie de l’insulter et de s’éloigner, parce que son coeur commence à lui faire étrangement mal. Il ne vaux donc vraiment rien à ses yeux, Lys joue avec lui, il s’amuse de ses sentiments, exactement comme la première fois et il veut le haïr pour ça, mais il n’y arrive pas, parce qu’il était foutrement amoureux de lui. « Je suis lucide je te ferais signaler. » Dit-il avant de le fixer de son regard noir. Ce mec l’énerve du plus profond de son âme, en dehors de la ruche, avec ses souvenirs, il n’aurait jamais fait l’erreur de l’approcher de nouveau. Il aurait fait demi-tour et il l’aurait maudit dans son coin. Mais maintenant il s’était de nouveau éprit, comme un faible adolescent. « Ce n’est pas ça, ce n’est pas une question de foutre quoi que ce soit officiel ou je ne sais quelle connerie ! Tu ne comprends pas ! Je ne veux pas que les gens sachent que ... tu es important. Ce serait un truc à ce que Nicola se venge sur toi si il l’apprenait. » Dit-il en passant une main sur son visage, évitant de le regarder alors que ses coudes viennent se poser sur ses jambes et qu’il passe une main dans ses cheveux, un regard un peu perdu, sa voix est aussi perdu, il parle plus pour lui même que pour que Lysandre l’entende. « J’veux juste pas te partager, c’est tout. » Dit-il doucement avant de lever le regard vers lui. Il ne veut pas être froid envers lui, mais il se sent vexé par ce qu’il lui dit. « T’es à moi, tout comme je suis à toi. Et si tu veux ne pas me donner l’exclusivité, alors je ne te la donnerais pas non plus. Voilà pourquoi je veux savoir. Au cas où je ne sois pas surpris si je vois des marques que je ne t’aurais pas fait. » Il était acide dans ses paroles, mais il voulait l’énervé autant qu’il ne l’avait énervé.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


BEND THE KNEE
You can't do epic thing with basic people.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Mar 15 Aoû - 19:47



« Hm... Je vois. » Il devrait y faire un tour, un jour ou l'autre. Mais est-ce pour réellement se saouler jusqu'à perdre la tête ? Une idée qui peut être tentante, mais dans un endroit pareil, il doute fortement que ce soit une bonne idée. Semble se perdre dans ses pensées. Tout en gardant le tissu étroitement entre ses doigts. Se mord la lèvre inférieure. Alors qu'il y pense. À ce que ce gosse a fait. Est-ce des actions qui ont lieu souvent dans la ruche ? C'est certainement cela qui le fait plus flippé. Qu'un jour, il ne soit qu'un dommage collatéral. Et que son corps serait déposé quelques part avant que tout le monde oublie même son existence. Comme s'il n'avait jamais été là. Son sourire prend place sur son visage lorsqu'il sent le visage se nicher dans son cou. Un contact qui le fait frémir. Au point qu'il balade un peu plus ses doigts dans la chevelure et qu'il resserre sa prise tout en fermant ses yeux. Posant son front contre le crâne, reprenant ses caresses. Désormais, sur la nuque. Doucement. Prenant son temps. Encore surpris de ses propres réactions. D'être si doux avec une personne. Sans attendre quoi que ce soit en retour. Sans sentir que dans quelques secondes, une tempête quelconque va tout envoyer valser – au point qu'il en ait le souffle coupé. Les muscles tendus, le souffle court, l'air électrique. Il imaginait tout cela. La scène se dessinait. Parfaitement. Dans sa tête. Comme s'il pouvait le prévoir. Et il s'y préparait. Sans cesse. À ce jour où tout s'enflammerait. Qu'il n'ait pas cette sensation de ne rien gérer. Éviter le plus de dégât. Physique. Psychologique. Pour lui-même. « Parce qu'il y a autre chose à dire dessus ? » Il haussa un de ses sourcils. De cet air moqueur. Il préférait ne pas prendre l'action perpétrée au sérieux. Sans doute pour se protéger. De ce monde qui l'effrayait tout en rendant sa curiosité encore plus grande. Il flippait. Surtout pour sa vie. Pour les membres de son corps. Et aussi pour son mental. Tuer ne semblait pas être leur but premier. Si cruel. Rien qu'en y pensant. Il avala sa salive tout en fuyant le regard de son amant. Cacher les images toujours plus effrayantes qui passaient dans sa tête. 

Appartment 913
It's our paradise and it's our war zone
« Tu n'es pas lucide, t'es complètement torché. » Lui fit-il remarquer tout en s'appuyant dos contre le mur. Bras croisés sur son torse. Le regardant droit dans les yeux. Sans sourciller. À croire qu'il ne faisait pas face à un tueur à gages.... C'était tellement étrange. Pour lui, il était... Juste Izaak. Personnage complexe. Emprunt d'une douceur qui ne collait pas avec ses pulsions destructrices. Une gentillesse qui avait tendance à faire lever les yeux au ciel, Lysandre. Visiblement, c'était lui l'homme sans cœur entre eux deux. Un petit sourire prit naissance sur ses lèvres en y pensant. Comme quoi. Il ne changeait pas à son contact. Toujours positive. Il garda le silence. Sentant une sensation étrange à l'évocation de son ex-petit-ami. Fuyant une nouvelle fois le regard. Il baissa la tête. Il était certain que Nicola ne lui ferait absolument rien... Certain ? Il était assez fou pour lever la main sur lui alors qu'il lui disait l'aimer. Combien de fois s'il était question de vengeance pour la mort de l'homme auquel il semblait tenir aujourd'hui ? Un nouveau frisson parcourt son échine ; encore la peur. Le désir de débarquer dans l'appartement du brun pour le lui demander. Mais il n'oserait pas. Cela serait se jeter dans la gueule du loup stupidement. Il ne saurait pas. Comment pourrait-il même se douter qu'une telle situation puisse être réelle ? Même lui n'arrivait toujours pas à s'en convaincre. Garder la porte ouverte. Avoir la possibilité de s'échapper dès que tout tournerait au vinaigre. Ne pas tendre le bâton pour se faire battre. « Alors c'est quoi ?! » Il le fixa de ses iris sombres. Et un frisson le parcourt une nouvelle fois. Parce cet élan de possessivité. Au point qu'une chaleur le surprend. Qu'il resserre un peu plus ses bras contre son torse. Camoufler les réactions de son corps. « Tu veux le nombre de mes amants et maîtresses aussi ? » Sourire au coin. Qui se veut mauvais. S'il veut jouer au connard, il va lui montrer l'exemple.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H03-112
H03-112
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Dim 20 Aoû - 13:29



I'm coming home

Lysandre & Izaak
Izaak soupire parce que Lysandre ne prend rien au sérieux. Il le prend pour un abruti, il lui ouvre son coeur et lui dévoile ses sentiments et se sale petit con s’amuse à les piétiner. Certes, il ne le rejette pas pleinement mais il ne dissimule pas d’amour quelconque lorsqu’il le voit faire ça. Izaak veut se convaincre que tout ça n’est pas à sens unique, que le basané à peut-être aussi des sentiments pour lui mais à chaque fois qu’il fait un pas vers lui, Lysandre fuit, il fait cinq pas en arrière. C’est comique. Il a envie de le pousser et de le secouer pour lui faire comprendre la force de ce qu’il ressent, mais il n’est pas idiot, il sait qu’il a été battu par le passé. Il est bien trop réticent, il a déjà vécu des horreurs avec l’homme qu’il aimait et le pire dans tout ça c’est qu’il ne se rend même pas compte qu’il le blâme pour quelque chose qu’Izaak ne fait pas. Il ne l’a jamais toucher. Sauf peut-être plaqué contre un mur, le renverser sur un lit. Mais il ne considère pas ça comme de la violence. Il est juste trop passionné pour montrer son amour, c’est tout. Et Lysandre le blâme pour ça ! Alors il ne dit rien, se contente de se taire parce qu’il a raison, il n’y a rien à dire à ce sujet. Un rire amusé sort de ses lèvres, il a attendu un moment, le temps que les choses s’apaise dans son esprit, que sa santé mental revienne à la normal, pour ne pas lui paraître dangereux mais ça ne change rien, cet abruti s’en fiche.

Sa mâchoire se serra, parce qu’il en a marre d’être prit pour un gamin qui ne sait pas ce qu’il fait, ce qu’il dit alors que putain, il sait exactement ce qu’il fait. A vrai dire, il n’a jamais été aussi sûr de ce qu’il fait de sa vie, mais ça, Lys s’en fou. En fait, il ne sait pas vraiment ce dont ce soucis le jeune homme en face de lui. Il ne doit pas y avoir grand chose qui le maintient éveiller la nuit. Lysandre est un homme qui se fiche un peu de tout, qui vit au jour le jour. Izaak secoua la tête d’un air déçu avant qu’il le regarde dans les yeux. Il l’aime putain, de tout son être, mais son caractère l’énerve à un point qu’il n’arrive même pas à l’expliquer. Alors il hausse les épaules et se lève. Il ne veut pas rester dans la même pièce que lui, parce qu’il n’ait pas venu se disputer avec lui mais apparemment Lys préfère qu’ils s’engueulent plutôt que d’avoué la putain de vérité une fois dans sa vie. « C’est bon, j’ai bien compris que tout ça, tu t’en foutais alors je te facilite la tache. Je suis apparemment pas lucide donc je vais me barrer, comme ça je te poserais plus de question que tu préfères éviter à tout prix. » En temps normal, il ne l’aurait pas cuisiner sur ses sentiments mais l’alcool l’avait débridé. Mais pas de problème cela dit parce que Lysandre savait exactement comment le faire se renfermer comme une huitre. Izaak sait qu’il ne devrait pas mais il s’approche de lui, et met ses mains de chaque côté de son visage. Il est un tout petit plus que lui mais ça n’est qu’un détail dont lui même se fou royalement. Ses yeux fixe les siens un instant, il essaie pourtant de comprendre ce qui le retient de dire ce qu’il a sur le coeur, ne serait qu’une putain de fois, juste lui dire ce qu’il ressent vraiment pour lui, ça le tue de ne pas savoir si il n’est qu’un jouet. « Tout ce que je veux savoir c’est si j’ai de l’importance pour toi, ou si un jour ou l’autre tu vas me juste me dire que je n’étais qu’une distraction. Pourquoi tu ne t’ouvres pas à moi ? Ne serait-ce qu’une fois ? En plus je suis bourré donc techniquement, y a des possibilités que je ne m’en souvienne pas demain, donc c’est ta chance. Juste une fois. Dis moi la vérité, juste une fois Lysandre. S’il te plait. » Son visage s’approche du sien et son front se colle contre le sien, sa main se pose sur sa joue qu’il caresse doucement, il veut juste savoir putain, ce n’est pas la mort ?  

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


BEND THE KNEE
You can't do epic thing with basic people.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Mar 5 Sep - 9:59



Des iris rivés sur la forme humaine installée sur son lit. Dos contre le mur. Instaure une certaine distance. Se gave de son image. Prouve ainsi qu'il ait bien là. Bien en vie. En chair et en os. Malgré que ce serait bien plus plaisant de s'en convaincre à l'aide de ses doigts, parcourant la peau. Si étrange. De sentir la chaleur qui le parcourt. Le soulagement. L'envie de sourire bêtement. Trop mièvre à son goût. Parce qu'il n'ait pas ainsi d'habitude. Et ses doigts se tendent derrière son dos en le voyant se lever. À l’affût des gestes qu'il va effectuer. Un excès de colère face à son attitude ? Ne devrait-il pas y être habitué avec le temps ? Même avant. Si le plus jeune dit vrai. Il la toujours connu comme ça. La peur qui l'empêche de faire ce qu'il désire. Comme de se précipiter sur lui et se rouler sur le lit tout en l'embrassant à en perdre haleine. Il imagine sans mal la sensation qu'il ressentirait, comme l'odeur qu'il l'entourerait.... Mouais. S'il s'était pas roulé dans l'alcool. Ce petit point aurait pu être réalisé. « Et tu vas aller où ? » Il plisse les yeux. Méfiant. Il ne veut pas qu'il s'en aille. Compte t-il jouer à ce jeu ? Celui d'apparaître et disparaître quand ça le chante ? Comme s'il était une maîtresse qu'il peut voir lorsqu'il ne doit pas attirer l'attention ? L'idée qu'il y ait quelqu'un d'autre fait son chemin dans sa tête. Sens ses ongles se planter dans la peau de sa main. Heureusement qu'il les cache derrière son dos. Évite de démontrer la frustration qui le submerge. Impossible. Izaak n'est pas comme lui. Il est... gentil. Croit au prince charmant. Il n'oserait pas. « Qu'est-ce qui t'arrives ? » Ce n'est pas la première fois qu'il cherche à savoir ce qu'il ressent. Pourquoi maintenant ? Ce qui se passe ne lui convient pas ? Tant de question qu'il se pose, mais auxquels il doute vouloir connaître la vérité. Ne sait pas comment il risquerait de réagir. Ce type a tendance à le rendre fou. Encore plus instable qu'il ne l'est habituellement. Est-ce le fait d'être passé non loin de la mort qui lui donne tant envie de mettre des mots ?

Appartment 913
It's our paradise and it's our war zone
Heureusement pour le brun. La distance est moindre en quelques secondes. Baisse légèrement la tête pour ancrer son regard dans le sien. Malgré la faible lumière. Arriver à distinguer les traits de son visage. Qu'il désire effleurer. Doucement. Parce qu'il lui a manqué. Terriblement. Ses bras autour de son corps, ses taquineries, ses joues rosés, sa voix légèrement rauque qui le fait frissonner. Mais surtout ce regard. Comme s'il n'avait pas peur de ce qu'il ressentait envers lui. Qu'il laissait son âme à nu. Sous un regard inquisiteur. Le sien. Comme s'il lui faisait confiance. Et ses sourcils se haussent. Ne s'attendant pas à cela. Comme une supplication. Pourquoi a-t-il tant de besoin de l'entendre dire des mots pareils ? Quel est l'intérêt ? Lysandre ne comprend pas. Ce besoin d'entendre cela.... ou si. Si il le comprend parfaitement. Il l'a déjà dis. Ces quelques mots. Même s'il n'a jamais été le genre d'homme à faire des déclarations enflammés. « Justement... puisque tu es bourré, il y a des chances que tu me reposes une nouvelle fois la question sans l'être... » Encore un peu et il abhorrait un sourire narquois. Particulièrement fier de lui. Pour avoir réussie à se soustraite de ce qu'il considère comme une situation inconfortable. « Je n'ai rien à dire bébé... alors ne me force pas. » Murmure tout contre les lèvres. Qu'il ne tarde pas à presser contre les siennes tout en pressant son corps contre le sien à l'aide des mains posés sur les hanches. Un baiser dans lequel il préfère exprimer sa passion, quitte à manquer de souffle. Paupières qui se ferment emporté par les sensations. Ses doigts ne tardent pas à s'accrocher au t-shirt qu'il souhaite retirer de sa peau. « Puisque Monsieur rechigne tant à prendre sa douche, je vais l'accompagner. » Un souhait égoïste. Veut sentir son odeur l'entourer lorsqu'il le prendra dans ses bras et s'enfoncera dans ses songes. Frustrant de sentir l'alcool agresser son odorat. « On commence par ça... » Il ne peut s'empêcher de rire doucement. Tout contre son oreille. Qu'il attaque à coup de morsure tout en tirant sur les bouts de vêtement qu'il arrive à atteindre. Sentir le châtain gesticuler le rend hilare. Ne se préoccupe même pas du sommeil de sa colocatrice. Rien à faire ! Tant qu'il arrive à entendre son rire et voir ses iris briller. « Tutututu... j'ai pas encore fini... manque encore ça ! » Son sourire ne le quitte pas alors qu'il tire sur le boxer et le relâche brusquement, le faisant claquer contre la peau. Claquement qui est bien loin d'être discret. Nouveau rire.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H03-112
H03-112
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Mer 6 Sep - 18:24



I'm coming home

Lysandre & Izaak
Dans un sens, c’est douloureux de savoir que Lysandre ne lui dira jamais l’ampleur de ses sentiments. Il préfère garder le silence et Izaak dans un sens respecte ça, mais il a horreur de rester dans le flou. Il a besoin de savoir si il est si important, si il est aimé. Sauf qu’avec Lysandre il ne le sait pas et il doit juste se contentait de ça. Parce qu’il le pousse souvent à lui dire mais jamais il ne cède, et à un moment il n’allait pas lui dire de la plus gentille des manières et à ce moment là il s’en voudrait probablement de l’avoir poussé à la confession comme ça. Sa tête se posa sur l’épaule de son bien aimé alors qu’il gardait les yeux fermer un instant en restant contre lui, le temps d’assimiler ce qu’il lui dit et qu’il comprenne finalement que ça ne sert à rien d’être aussi têtu. Il devait se contenter de ce qu’il avait et arrêter de réclamer plus comme un enfant pourris gâter. Il passa finalement ses mains dans son dos pour le serrer contre lui, humant son odeur bien caractéristique. C’est affligeant de voir qu’il est accro à chaque partie de son amant, sa présence, son caractère, son odeur, ses yeux, sa façon de le serrer contre lui lorsqu’ils dormaient ensemble, assez rarement cela dit. Alors maintenant qu’il était contre lui, il pouvait s’en contentait, pour l’instant. De toute façon ce n’était pas comme ci il pouvait prétendre à plus que ce qu’il avait actuellement. Lys finirait par faire un pas dans sa direction lorsqu’il se sentirait prêt pour ça. « D’accord, je ne te force pas. Je veux pas que tu me dises quoi que ce soit sans le pensée .. » Dit-il doucement avant de soupirer doucement, dépité que Lysandre ne l’aime jamais de le même façon que lui l’aimait. Peut-être qu’il l’aimait déjà aussi fort que lui même ne l’aimait, c’était possible, mais pour une raison ou une autre il préférait ne rien dire, peut-être par peur de souffrir. Ne pas le dire rendait-il la chose moins présente ? Non, il l’avait aimé avec une telle force au début qu’il n’avait tout simplement pas pu songer à la possibilité de ne pas lui dire, parce que ça le bouffer et ça n’empêcher pas que si il l’avait perdu à ce moment là, ça aurait été douloureux.

Il resta un petit instant comme ça avant de finalement reculer son visage de son cou, remarquant qu’il somnolait contre lui. Sa bouche contre la sienne quelques secondes, il hausse un sourcil lorsqu’il veut lui retirer son t-shirt et il fait un petit sourire en coin avant de lever les bras pour qu’il lui retire et qu’il le jette ailleurs dans la pièce. C’est psychologique, mais depuis qu’il s’était vengé, il ne ressentait plus de douleur dans son dos, parfois un petit sentiment de brûlure mais rien de grave, rien qui ne l’inquiète. C’était assez rassurant finalement de savoir qu’il avait réglé le plus grand problème de sa vie, il s’était vengé et c’était tout ce dont il avait besoin pour aller mieux. Un léger rire sortit de ses lèvres en le sentant mordillait son oreille alors qu’il penchait la tête sur le côté, sentant sa bouche le chatouiller alors qu’il avait ses mains sur ses hanches pour se tenir à lui. Ils se dirigeaient lentement vers la salle de bain et ils faisaient pas mal de bruit mais c’était le dernier de ses soucis actuellement. Un petit gémissement sortit de sa bouche en le sentant claquer son caleçon sur ses hanches et il sourit d’un air amusé. Lys le prenait pour un enfant, c’était amusant. « Sale gosse, et c’est moi le plus jeune de nous deux ? Tu es le plus enfantin. » Dit-il en secouant la tête, amusé avant de finalement l’attirer avec lui dans la salle de bain et de refermer la porte pour se déshabiller entièrement et en toute discrétion. Izaak tourna la tête vers son petit ami avant de le regarder, encore habillé et de s’approcher de lui, en tenu d’Adam, mettant ses mains sur son t-shirt pour lui retirer complètement. « Viens te laver avec moi sinon je rentre pas dans cette douche. » Comme ça, il n’aurait pas le choix de se coller contre lui et de se lever avec lui. Oui, Izaak adorait prendre des douches avec lui, c’était toujours délicieusement agréable.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


BEND THE KNEE
You can't do epic thing with basic people.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Jeu 7 Sep - 18:17



Combien de fois cette scène a été joué ? Avec des questions qui ne changeaient pas. Ou juste si peu. Toujours sur le même sujet. Aël ne comprenait pas. Ce besoin d'entendre ces mots. Alors qu'ils se connaissaient depuis peu. Oui, il considérait que 7 mois, c'était peu. Ou était-il juste hypocrite ? Trouvez des excuses pour échapper à cette relation. Garder la fenêtre ouverte. Il n'arrivait toujours pas à savoir où est-ce qu'ils avaient pu se rencontrer. D'où ils se connaissaient. Certes, il semblait être un homme qui aimait vivre dangereusement, mais... n'était-ce pas l'extrême d'être en contact avec un assassin notoire. Qu'importe de quelle façon on le prenait. Ce type qui se pressait contre lui. - à la recherche de chaleur. - était un tueur. Malgré le visage. Les bons sentiments. Et il avait rajouté à la liste une victime de plus. Lysandre était certain qu'il n'avait pas vraiment peur. Ses pensées étaient étranges. Parce qu'au fond. Il en avait rien à faire si une victime de plus se rajoutait sur la liste de son amant. Il continuerait à lui ouvrir la porte. Tant que la victime ne portait pas son nom. Qu'il ne finirait pas avec les doigts de l'homme autour de son cou. Suffoquant. Mourant doucement. Cruellement. Il était fou. Complètement insensé de continuer à l'accueillir dans ses bras. De chercher à respirer son odeur. Caresser le grain de peau. Sentir les frissons sous la pulpe de ses doigts. Mais n'était-ce pas qui il était ? Un être fou. Lui aussi était finalement un tordu. Il avait besoin de ce danger. Grisant. Aux risques de s'ennuyer. Aux risques d'avoir l'impression de finir dans une routine qui lui donnerait l'envie de se tirer une balle dans la tête. Une maison avec un jardin. N'était pas pour lui. Rien que d'y penser. Il posa son pouce sur le menton du châtain. Faisant en sorte qu'il lève la tête dans sa direction. Le regardant dans le silence. Juste ainsi. Parce qu'ils étaient aussi que deux hommes. Deux humains. Un baiser déposé sur ses lèvres. Chastement. « T'es vraiment d'un sentimental... » Petit sourire mutin. Un contracte qui l'étonne toujours. « En tout cas... Félicitation... Tu as réussi. » Il est malgré tout fier qu'il ait pu aller au bout de sa quête. Qu'il soit revenu en vie. Avec le moins de marque possible.... Enfin... Il ne manquerait pas de vérifier cela dans quelques minutes. Même s'il semblait être de marbre. Il s'inquiétait pour le plus jeune. Il prenait soin de lui. Secrètement. Sans qu'il ne se rende compte. 

Appartment 913
It's our paradise and it's our war zone
Et il s'amuse. Le sourire goguenard. Tout en tirant sous les vêtements et en le suivant. Dans cette pièce dans laquelle ils sont déjà allés. Quelques mois plus tôt. Là où il avait cru que tout allait s'arrêter. Où il ne semblait pas avoir de retour en arrière. Pourtant. Aujourd'hui, ils se retrouvaient pressés l'un contre l'autre. Ses mains où étaient ornés quelques tatouages tirant sur les bouts de tissus. Se permettant de le dévorer du regard. Dès qu'un bout de peau était dévoilé. Non. Il ne pouvait pas prétendre le contraire. L'attraction était là. L'empêchant de détourner le regard. Lui donnant l'envie de tendre la main pour effleurer. « Oh, mais je n'ai jamais nié que j'étais un grand enfant monsieur 'Zac. » Le large sourire qu'il a sur le visage exprime son amusement. Sous la lumière tamisée de la salle de bain. À cause de l'heure qui doit être très tardive. Jusqu'à quelle heure vont-ils dormir ? Plantant ses dents sans la lèvre inférieure. Les bras croisés sur sa poitrine. Dos contre cette porte fermée. Il se régalait de la vue. Du corps de son amant qui se dévoilait juste sous ses iris. Lui permettant de se rincer l'œil. Et il se faisait plaisir. Tellement qu'il ne manqua pas de passer sa langue sur ses lèvres d'un air gourmand. Cela faisait un moment qu'ils n'avaient pas couché ensemble. De plus, avoir son regard qui s'attardait de plus en plus sur le fessier de son amant donnait des idées au Syrien. Essayant de ne pas se trahir, il leva d'un coup les yeux pour les poser sur le visage. Tout en faisant mine de rien. « Ce n'est pas bien de faire du chantage» Malgré lui. Il sourit. Tout en accédant à la requête. Retirant un par un ses vêtements tout en effectuant un pas en arrière à chaque fois. En direction de l'intérieur de la cabine. Ne manquant pas de ricaner face à sa réaction. L'empêchant toujours de l'atteindre. « Tu n'es pas assez rapide... Tu t'es ramolli. » Il le provoque. Délibérément. Avant de rentrer à l'intérieur de la cabine. S'appuyant dos contre le verre. Ne le quittant pas des yeux. « Comme c'est dommage... » Il fit la moue, jouant le jeu. 

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H03-112
H03-112
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Mer 13 Sep - 18:23



I'm coming home

Lysandre & Izaak
Izaak sentit un léger sentiment étrange flotter au creux de son estomac après l’avoir entendu. Personne ne le félicitait réellement pour ce qu’il faisait. Il n’avait même jamais de remerciement. Il faisait simplement son boulot en général, là c’était sa vengeance qu’il accomplissait et il ne pouvait s’empêcher de faire un léger sourire en coin. Si il ne savait pas qu’il était déjà fou amoureux de lui, il s’en serait rendu compte maintenant, alors qu’il le voyait sourire et qu’il lui disait félicitation sans une once de reproche dans la voix, parce que Lys ne lui reproche pas d’avoir tuer un homme. Il l’accepte entièrement, avec ses qualités et ses défauts. Personne ne ferait jamais ça pour lui, sauf Lysandre. Sa main se posa sur sa joue et il répondu à son chaste baiser, posant son front contre le sien tendrement avant de finalement l’entendre rire, et de rire avec lui alors qu’il se retrouve bien rapidement dans la salle de bain, près de lui et totalement nu. Hors de question qu’il rentre sous l’eau sans le corps plus que délicieux de son petit ami. Il le regarde donc un instant, se fichant totalement d’être nu devant lui parce qu’il était loin d’être pudique et puis il l’avait déjà vu nu, il connaissait déjà son corps donc il n’avait pas de raison de le cacher, et Lysandre se rincer bien l’oeil de toute façon donc il n’allait pas lui retirer ça. D’ailleurs lorsqu’il s’approcha pour lui retirer ses vêtements, le basané l’esquiva, se déshabillant lui même pour l’emmerder principalement alors qu’il rigolait et qu’il le taquinait sur sa lenteur. Certes. Mais il avait pas mal d’alcool dans le sang. Et puis il n’avait pas besoin d’être rapide parce qu’il finirait de toute façon par se coller contre son corps, sous l’eau brûlante. Rien que d’y penser il avait déjà chaud, dans tout les sens du terme. « C’est facile quand j’ai des grammes dans le sang. Tu ne dirais pas ça si j’étais sobre. » Dit-il avec un petit sourire en coin avant de s’avancer vers lui et de coller son corps contre le sien en venant l’embrasser rapidement sur les lèvres.

Il enclencha l’eau sur leur corps, frissonnant brusquement lorsqu’elle ressortit froide. Pas glacer mais ce n’était pas loin et il serra rapidement les dents en attendant qu’elle se réchauffe totalement sur leur deux corps, le laissant se détendre lentement par la suite alors qu’il glissait ses bras autour de sa taille, se collant un peu plus contre lui avec un petit sourire en coin. Il ne se lavait pas souvent avec lui, déjà qu’ils ne se voyaient pas énormément donc des douches étaient encore plus rare. Et ne parlons pas du sexe qui était très peu présent non plus. Ça arrivait quand même, mais vraiment très peu. Heureusement qu’Izaak n’était pas totalement porté sur ça, il était un peu plus sentimental, il préférait les câlins. Il nicha son visage au creux de son cou en le serrant contre lui, il aurait bien aimé qu’ils s’amusent un peu ce soir mais actuellement il était dans un tel état qu’il risquait surtout de lui vomir dessus et ce n’était clairement pas glamour. En fait, dans ce genre d’état, Izaak était un peu comme un gros nounours en manque d’amour. Il recula le visage de son cou, il était fatigué mais il voulait profiter de lui tant qu’il était encore réveillé, parce que lorsque chaqu’un irait faire ce qu’il souhaite dans la ruche le lendemain, il ne le reverrait pas avant plusieurs jours, parce qu’il ne voulait jamais le déranger dans sa chambre et Lysandre ne venait pas le voir donc forcément c’était assez restreint comme visite. Il posa un baiser sur sa mâchoire avant de finalement attraper le shampoing pas loin d’eau et d’en mettre sur sa main avant de se les frotter ensemble pour commencer à se laver les cheveux, restant proche de lui. « Tu as une nouvelle colocataire ? A un moment ta voix à baisser de volume donc tu ne voulais pas la réveiller ? Ou le réveiller. Homme ou femme ? » Histoire de savoir si il allait devoir mettre les pendules à l’heure et se méfiait de la personne qui allait partagé le logement de son petit ami.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


BEND THE KNEE
You can't do epic thing with basic people.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: I'm coming home | Lysandre & Izaak   Sam 16 Sep - 10:05



Il le félicitait surtout d'être revenu à lui en vie. Rassuré. De ne pas être abandonné. Une nouvelle fois. Il tendit la main. Laissant ses doigts caresser doucement la peau de la poitrine, là où les quelques gouttes d'eau étaient en train de couler. Rendant la peau un peu plus clair qu'elle ne l'était réellement. Se sentant malgré lui, un peu mal à l'aise de devoir prendre sa douche en sa compagnie. Pas parce qu'il était pudique, pas parce qu'il ne le désirait pas. Non. Il avait juste son secret. Ou plutôt l'un d'eux. Qu'il avait... Beaucoup de mal à camoufler en l'absence de vêtement. Il attendait à tout moment la vague de question. Si bien que ses muscles fussent criptés. Parce qu'il aurait du mal. Beaucoup de mal. À mentir sur un sujet aussi évidant. Le châtain avait cette habilité à se lancer dans les sujets dans lesquels il était loin d'être confiant. À le gêné. Lui, le type qui semblait n'avoir peur ou honte de rien. Était-ce pour cela qu'il appréciait être en sa compagnie ? Parce qu'il était différent ? Parce qu'il osait dire des mots. Et laissait le brun les entendre. Les comprendre. Pas de jeu. Pas de manipulation. Pas de mensonge. Ses doigts glissèrent jusqu'à atteindre l'arrière de son cou, montant et descendant contre la peau de la nuque tout en gardant le silence. Plongé dans ses pensées, comme l'était son regard dans le sien. Perdre cet imbécile. Qui se lancer dans des désirs vengeurs. Lysandre ne pouvait s'empêcher d'être rassuré que tout cela soit terminé. Même s'il n'arrivait pas à s'empêcher d'imaginer des mains pleins de sang. Les mains qui le gardaient pressée contre le corps de son amant. À l'heure actuelle. Les yeux bien ouverts. Il regardait l'autre côté de la douche. Le cœur battant la chamade alors que son imagination lui offrait des images affolantes. Il avait vraiment fait ça ? Tuer quelqu'un. Dans cet endroit. N'allait-il pas être puni ? Comment pouvait-on prendre la vie d'une personne sans recevoir un quelconque châtiment. Se mordant la lèvre inférieure. Son bras vint entourer le cou alors qu'il posait son menton dans la chevelure brune. Putain. Il sentait déjà d'avance les ennuis arriver. Doutant fortement que les choses se passent bien, comme si le monde était beau. Cela ne pouvait pas être aussi simple. Parano ? Peut-être. Sa lèvre inférieure mordillée. Preuve de son stress. Il se retenait de relancer la discussion sur son sujet. Il devait d'abord reposer sa tête, assimiler l'idée d'une telle action. Il ne pouvait pas réfléchir là maintenant ! Patienter. C'était dans l'attente qu'il aurait les réponses. Le regard perdu. Les cheveux aplatis sur son crâne. Une chevelure vraiment dense, qu'il pourrait sans doute s'amuser à attacher s'il en avait envie. Lysandre Aël était épris d'une émotion forte pour quelqu'un d'autre que lui-même. Et cela lui foutait la trouille. Littéralement.

Appartment 913
It's our paradise and it's our war zone
Encore perturbé par cette réalité qui lui explosait en pleine gueule. Il détourna le regard. Mal à l'aise dès l'instant où ils se décolèrent l'un de l'autre. « … Ouais... » Il haussa les épaules tout en passant une de ses mains à l'arrière de son crâne. Levant – innocemment – les yeux en direction du plafond. « Je crois que c'est une meuf... Je saurais même pas te dire si elle est brune, blonde, rousses et n'importe quoi, j'en sais rien. » Il en avait surtout rien à faire. Vivement qu'elle quitte les lieux. « Ça commence à me saouler ce ballet de personnes qui débarquent et disparaissent de chez moi. » Oui, parce qu'il considérait tout l'appartement comme son chez-soi ! Et non, il ne désirait pas le partager. - surtout avec des personnes qu'il ne connaissait ni d'Adam, ni d’Ève. Retirant les mains du châtain de ses propres cheveux, il se mit à frotter, tout en tirant légèrement sur les mèches. « Faudrait peut-être que je condamne la porte pour ne pas avoir encore d'autres personnes qui se rajoute comme si c'était un logement de SDF. » Roulant des yeux tout en grimaçant. « Penche la tête. » Il fit glisser ses doigts contre la chevelure non loin de l'oreille. « Peut-être que si je choisis ceux qui vont déménager, personne ne se ramènera. » Fronçant les sourcils tout en pensant à cette idée qui germait dans son esprit. Oui... Cela réglerait ses problèmes. « Tu devrais t'installer... » Fronçant de nouveau les sourcils. « Penche de l'autre côté. » Il attrapa le gel de douche. Mettant une nouvelle noisette dans ses mains puis repris le nettoyage capillaire. « Elle finira par s'en aller. » Il ne doutait pas une seule seconde qu'elle se sentirait très mal à l'aise si étant en présence d'un couple. - même s'il n'en était pas vraiment un. - Tenir la chandelle était rarement plaisant. 

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
 
I'm coming home | Lysandre & Izaak
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AcronisTrue Image Home 2010 Netbook Edition : est-ce que ça vaut le coup ?
» Partenariat: "GFX Home"
» calagan57: sketchup pour projet de réalisation d'une salle home cinema
» LG : un nouveau mode pour du Home Cinéma au casque
» (RESOLU) Infecté par Delta home

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LA RUCHE :: Niveaux 6 à 10 :: Niveau 9-
Sauter vers: