Partagez | 
 

 Good Morning [F06-958]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
F07-849
F07-849
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Good Morning [F06-958]   Ven 18 Aoû - 7:34


F07-849 & F06-958 // Good Morning

Des coups de fusil qui retentirent, des ordres s’élevaient dans un chaos indescriptible. Elle pouvait sentir cette peur en fond d’elle, cacher derrière un mur en ruine, attendant que la salve adverse finisse. Elle fermait les yeux pendant un instant, inspirant lentement, puis expirant. Enfin les tires s’arrêtèrent, elle jetait un coup d’œil derrière le mur, un coup d’œil rapide, puis regardait sur la droite, puis la gauche. Un homme l’attirait à lui tirant sur son gilet par balle « A mon signale ! » Pourtant elle n’avait pas encore trouvé par où elle devait aller l’endroit idéal pour se mettre à couvert et tirer. Sur la droite elle serait trop exposée, sur la gauche, il y avait un bâtiment un peu plus loin, il faudrait juste la couvrir. Elle irait donc donc vers la gauche, peut-être que là-bas elle aurait un meilleur angle de tire. Elle ferma encore une fois les yeux inspirant lentement, essayant de calmer son cœur qui lui donnait l’impression de vouloir sortir hors de sa cage thoracique. Puis, elle entendit d’un son supérieur «Montgomery, Go ! » Elle se levait d’un coup alors que le major tirait pour la courir. Elle était partie sur la gauche. Elle courait aussi vite qu’elle pouvait, sentir une première douleur à la jambe, puis une seconde à l’épaule, ainsi qu’une autre légèrement. Elle se laissait tomber sur le sol, criant de douleur, sentant son sang couler, et jurant comme un charretier.

Elle ouvrit brusquement les yeux, inspirants bruyamment, elle avait l’impression que cela venait à peine de se passe là juste à l’instant, elle ressentait encore la douleur, avait encore l’impression parfois que son sang coulait encore. D’ailleurs elle vérifiait que ses blessures ne s’étaient pas ouvert. Puis elle se laissait tomber sur son oreiller, elle soupirait d’exaspération, sa tête tournait sur le côté pour voir les autres lits. Elle trouvait que tout ceci était d’un ennui mortel, rester à ne rien faire, prendre les médicaments qu’on lui donnait. Puis il y avait toujours ce petit moment où on la mettait dans cette chaise roulant, pour lui faire un petit tour. Tout ce dont elle avait envie c’était de faire une course de chaise roulant avec les autres pensionnaires de l’hôpital. Mais il y avait une chose qu’elle appréciait l plus, c’était la visite des médecins, elle pouvait la voir, lui parler. Pour la militaire c’était le meilleur moment de la journée, ce moment petit moment qui avait le don de la faire sourire et oublié qu’elle était coincée dans ce lieu aseptisé. D’ailleurs par moment, si on y faisait bien attention, on pouvait voir la blonde tourner la tête au passage de la belle doctoresse.

D’ailleurs, elle pouvait la voir à cet instant précis, un peu plus loin parlant avec un autre médecin, et le regard de Reagan (849) se poser sur elle. Elle ne faisait même pas attention à son voisin de chambré qui lui demandait si elle finirait les pommes qu’on leur avait servies avec leur plat. Il l’appelait par son nom de famille, ce qui n’était pas inhabituel, c’était même courant à l’armée et elle lui répondit d’un air absent, lui donnant sans vraiment regard les pommes dont il était question.

Et enfin, elle arrivait près d’elle, Reagan la regardait avec un sourire la regardant directement dans les yeux de son médecin. « Salut.» Elle n’osait pas vraiment laisser traîner son regard autre part sur son visage, peut-être par peur qu’une personne puisse voir que la blonde portait un trop grand intérêt envers le médecin. Mais elle savait également que pour ceux qui la connaissaient cela était plus qu’évident. Elle lui disait sur un ton un peu provocateur « Tu me tiens compagnie aujourd’hui ? » Elle espérait qu’elle lui dirait oui, même si la militaire savait pertinemment que sa belle était en service à ce moment précis. Ou bien elle pouvait être surprise et elle restait peut-être après d’aller pour tuer l’ennui.

⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F06-958
F06-958
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Good Morning [F06-958]   Lun 21 Aoû - 14:05



Good morning !
F07-849

« Bon matin Montgomery ! » Tu lui souris, chaleureusement, réellement contente de te retrouver à son chevet, malgré son état. Elle se rétablit vite, c'est ça l'important. Elle est arrivée, il y a quelques jours, dans un état semi-critique, qui t'avait tout d'abord inquiété, mais elle était solide, sans aucun doute. Tu avais passé beaucoup de temps à son chevet, alors qu'elle était toujours endormie, surveillant son état et ses progrès, puis elle s'était réveillée, pratiquement prête à retourner sur le champ de bataille, il était évident qu'elle n'aimait pas la situation dans laquelle elle se retrouvait. Rester dans un lit, toute la journée, à attendre, ne lui faisait pas plaisir, mais à force de discussion tu avais fini par lui faire entendre raison. Tu avais passé de nombreuses heures à ses côtés et tu avais appris à la connaître, ce qui ne t'avait guère déplu ... Au premier coup d'oeil, tu ne pouvais pas le nier, la jolie blonde, malgré son état, t'avait attiré et tu avais cru comprendre, du moins, tu avais espéré, que c'était réciproque.

Tu tires un tabouret près de toi, pour prendre place aux côtés de ta patiente, dont la remarque contribue à élargir ton sourire. « J'aurais bien aimé ... » Mais tu étais en service et tu avais d'autres patients à visiter. « On va se contenter d'un petit moment ensemble, j'ai quelques tests à te faire passer. » Tu rigoles presque en voyant sa mine déconfite. « Je reviendrai plus tard dans la journée, si c'est tranquille. » Tu l'observes d'ailleurs, jetant un coup d'oeil critique sur les cicatrices laissées par les impacts de balle qu'elle a reçue. Elle s'est retrouvée avec des points de suture à deux endroits, point, qui semble bien faire leur travail, mais elle ne retournera pas sur le terrain immédiatement, tu hausses les épaules. « Va encore falloir que tu penses du temps avec nous. Et pas de discussion. » Tu lui lances un regard faussement sévère, la voyant prête à répliquer. Retourné sur le champ de bataille, dans son état, ce serait du suicide ... Enfin, presque. Et tu ne lui dis pas tout ça simplement pour la garder plus longtemps avec toi à l'infirmerie.

« Tu te sens comment ? » Tu déposes tes papiers sur la petite table non loin. Réellement intéressé par la réponse de la demoiselle. Tu t'inquiètes presque plus pour son état mental que physique actuellement. Physiquement, elle est stable, mais tu sais que cette situation l'insupporte. Tu tentes d'ailleurs, du mieux que tu peux, de rendre son séjour un tant soit peu plus agréable. Tu attends sagement sa réponse avant de t'emparer de ton stéthoscope et de repousser légèrement sa chemise pour poser l'instrument contre son coeur. Tu prolonges le contact, plus que nécessaire et elle s'en rend sans doute compte, mais tu fais comme si de rien n'était. « Tes signes vitaux semblent stables ... Même si ton coeur bas un peu vite. » Tu lui souris à nouveau, moqueuse. Tu aimes bien la taquiner, ça te vient naturellement avec elle, même si tu ne la connais pas depuis longtemps ... Tu doutes même de l'avoir déjà croisé avant son séjour ici.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F07-849
F07-849
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Good Morning [F06-958]   Sam 26 Aoû - 15:22


F07-849 &  F06-958 // Good Morning

Tu aimes la voir sourire, cela ne fait aucun doute. Il avait le pouvoir de faire sortir le tien et de te le faire garder. De plus, quand elle est là, tu sentais quelque peu ta respiration se faire plus profonde, sentais ton cœur battre plus rapidement. Quand tu avais ouvert les yeux, elle avait été là, et dès les premières paroles que vous aviez échangé, tu l’avais apprécié, en plus de sa beauté qui était indéniable pour toi, tu aimais son humour, ce côté taquin qu’elle avait. Mais tu es quelque peu déçu et à la fois contente de l’entendre te dire qu’elle aurait bien aimée. Rien que cette phrase te laisse espérer que cette attirance que tu éprouves pour la belle doctoresse est réciproque. Tu la laissais finir de te dire que vous alliez vous contenter de ce petit moment, tu ne caches nullement ta déception, bien au contraire, tu fais une légère moue laissant échapper simplement « Mmmh » de résignation. Tu peux entendre un ricanement de la part de ton voisin de chambre et tu lui lances un regard un peu noir. Puis tu tournes le visage vers elle, lui disant sur un ton taquin « Avec une tasse d’un café? » Cela sonnait comme une invitation à prendre un verre, après tout, tu fais comme tu peux dans un tel endroit. Tu entendre encore un ricanement à tes côtés, tu tournes la tête et sur un ton peu plus sec, tu dis à ton voisin « Vakarian la ferme. » Il voit bien que la jeune demoiselle t’intéresse, et tu sais bien qu’il ne dira rien pour ton penchant envers les femmes, mais tu n’aimais pas le voir, vous observez ainsi entendre des « Pfff » ou ricanement à chaque parole que vous vous échangiez toutes les deux

Mais tu fais avec, tu aimerais pouvoir la voir seule, mais cela n’est pas possible dans ce genre de lieux. Tu rapportes ton attention sur elle qui regarde tes blessures de guerres, tu ne les aimes pas trop, tu les trouves un peu disgracieux, et qu’elle puisse les voir te gêner un peu quelque part, même s’il n’y avait pas de raison après tout, elle était médecin et elle faisait son travail. Tu l’entends te dire qu’il faudrait que tu restes encore quelque temps ici. Tu aurais sans doute râlé au début, soupirant de plus belle, mais l’idée de pouvoir encore la voir te plaît. Tu rigoles même à son air faussement sévère, une expression que tu aimes voir et qui te fais même rire et sourire de plus belle. Tu lui réponds donc sur un ton faussement docile « Bien Madame. » Prête à continu sur ta lancer, lui disant que tu resterais sous condition qu’elle vienne te voir plus souvent et qu’elle t’emmène faire un tour en dehors. Mais tu entends encore Vakarian faire aller sa grande bouche, dévoilant presque ce qui était une évidence entre vous deux « Je ne pense pas que ça la déranger si elle … » Et soudain tu lui lances ton oreiller pour l’empêcher de continuer sa phrase. Après tout, tu es assez grande pour t’occuper de tes affaires de cœur, tu n’as pas besoin d’un crétin qui viens faire ses petites réflexions. Tu lui répètes même sur un ton plus sévère « Je t’ai dit de la fermer.»

Elle te demande comment tu vas, tu te retournes une nouvelle fois vers elle en ayant au passage dis d’une voix inaudible à ton colocataire que s’il continuait, tu le tuerais pendant son sommeil. Tu lui dis comment tu vas, sans trop en dire, tu n’as pas très envie de lui parler des quelques cauchemar que tu fais renvoyant ce qui s’était passer « Ça va, des envie de bouger, un peu mal par moment. Mais dans l’ensemble ça va. Mais je ne dis pas non pour un petit tour dehors. Pour me changer les idées. » tu lui souris espérant qu’elle s’arrêterait là et que l’autre crétin ne dirai rien. Ce n’est pas parce que tu avais honte, non-juste que tu ne voulais pas l’inquiéter. Et quand elle commence à écarter ta chemise et à écouter ton cœur battre, tu le sens vibre avec intensité, tu as cette impression qu’il allait sortir de ta cage thoracique, qu’il n’aurait plus manqué que de sentir son souffle sur ta peau pour t’achever. Tu sentais cette tension en toi, ta respiration qui se faisait encore une fois plus profonde, alors que tes yeux ne la quittaient pas. D’ailleurs, pour qu’il l’aurait fait, tu trouvais que c’était la plus belle femme que tu aies vue et n’avais aucune envie de détourner ton regard. Bien au contraire tu aurais pu l’admirer pendant des heures, pour toi, c’était tout aussi bien. Le contact est un peu plus long que celui des autres médecin, tu ne peux t’empêcher de sourire et tu la laisses faire avec une docilité incroyable. Pendant qu’elle t’occulte, tu en profites pour admirer toutes les subtilités de son visage, en apprécier chaque recoin. Tu passes même légèrement ta langue sur ta lèvre inférieure, puis te la mortD’ailleurs, si vous étiez seule, tu aurais sûrement tenté quelques choses, même si cela était risqué pour toi. Au lieu de ça, tu te contentes d’échanger des phrases au sous-entendu qui ne se voulaient pas subtilité, mais dis de jolies manières. Elle te dit que tout semble bon, en profite pour te taquiner sur les battements de ton cœur. Tu lui rends le sourire qu’elle t’offre, et tu lui réponds sans quitter une seule seconde ses yeux et dans un souffle. « Je crois savoir pourquoi.»

Et ce moment que tu appréciais fut encore réduit à néant par ton voisin. Tu pousses même un « Rha » mais c’est pas vrai.» Rageur quand tu entends le première notes de sa voix qui essayait de forcer les choses « Doc amenées là faire un tour, elle attend que ça.» Tu trouves qu’il a le don pour tout gâcher. Tu aurais d’ailleurs bien envie de lui en coller une, le plaquer contre con lit et lui donner un bon coup de coude dans le ventre. Mais tu te retiens lui disant sur un ton menaçant.« Je te jure que si tu continues, je te fais bouffer ton oreiller.» Puis tu rapportes ton attention sur la doctoresse, soupirant légèrement. Mais quelque part tu ne serais pas contre une balade avec elle. « Désolée Vakarian est un crétin quand il s’y met. Pour ça qu’il n’est que Lieutenant et que c’est moi qui suis Major » tu insistes sur les grade tournant ta tête vers lui pendant qu’il fait un léger « ça va, j’ai compris. » Puis tu te retournes vers elle pour reprendre votre conversation là où elle en était restée et sur un ton taquin tu lui demandais « Je suis curieuse de savoir à quel rythme bats le tiens. »


⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F06-958
F06-958
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Good Morning [F06-958]   Mar 29 Aoû - 13:44



Good morning !
F07-849

Tu vois bien qu'elle est déçue par ta réponse. C'est en quelque sorte rassurant à tes yeux ... Ça te fait plaisir de savoir qu'elle aurait aimé passer du temps avec toi, tout comme cela aurait été ton propre souhait et cela te fait sourire, subtilement. Tu lui décoches néanmoins un petit regard en coin lorsqu'elle mentionne le café. Ohhh, elle ne souhaite pas une simple visite, visiblement. « Madame est exigeante ... Si tel est ton désir, je viendrai avec deux cafés. » Tu rigoles. Tu tournes également la tête vers le voisin de lit de Montgomery qui a de la difficulté à se faire discret. Tu vois bien qu'il la dérange, elle, bien plus que toi et cela a tendance à te faire réagir.« Un pour moi et un pour Vakarian. » Tu rigoles de plus belle devant la mine interrogatrice de la demoiselle. Tu vois bien le regard meurtrier qu'elle lance à son compagnon et tu te retiens bien d'ajouter autre chose, tu en as déjà fait bien assez. Tu décides donc de reporter ton attention sur les blessures de ta patiente.

Elle semble plutôt docile face à ce que tu lui annonces, d'abord, ça te surprend, mais lorsque Vakarian s'exprime à nouveau, tu ne peux t'empêcher de retenir un petit sourire ... Décidément, l'une comme l'autre, vous vous plaisez bien ici. Tu esquisses un petit mouvement pour éviter l'oreiller qu'elle balance à la tête de son collègue et tu portes une main à ta bouche, pour retenir un nouveau rire. Tu te retiens d'ailleurs d'ajouter que la violence dans un hôpital n'est habituellement pas tolérée, parce que tu trouves cette situation plutôt cocasse. Les réactions de la belle te font sourire à coup sûr et décidément, son compagnon de lit sait comment la faire sortir de ses gonds et il s'y prend comme un maître. Toi, entre les deux, à présent, tu te contentes d'observer, préférant ne plus t'en mêler vu l'humeur de la demoiselle. Tu préfères la voir souriante plutôt qu'en colère, c'est pour ça que tu te concentres sur elle.

Tu hoches la tête lorsqu'elle te parle de son état ... C'est pas inhabituel cette envie de bouger dans cet endroit, ils sont tous comme ça les soldats, incapable de rester en place. Ce sont surement certains des patients les plus difficiles, car pour eux, leurs blessures ne sont jamais graves et ils sont toujours prêts à retourner sur le terrain. « Oh comme ça madame aurait envie d'une balade ? Si t'as l'air pas trop mal je t’emmènerai faire un tour en buvant notre café tout à l'heure. » Allez, elle sera bien contente de pouvoir s'éloigner de son charmant collègue un instant et toi non plus, ça ne te déplairait pas, il faut l'avouer. Lorsque tu écartes sa chemise pour écouter son coeur, tu le sens frissonner à ton contact et la réaction de son coeur t'en apprend beaucoup, il faut l'avouer. Tu resteras bien là un moment, à l'observer, cette proximité ne te déplaît pas. D'ailleurs, dans d'autres conditions, tu te serais certainement laissé tenter par autre chose, mais ce n'était ni le moment ni le lieu et tu en étais pleinement consciente.

« Ça n'a rien d'anormal en soit ... Sauf lorsqu'on est couché dans un lit sans rien faire qui demande un effort physique ... Mais je pense aussi savoir pourquoi. » Tu souris. Tu serais vraiment idiote, à présent d'ignorer attirance de la blonde. Tu espérais qu'elle aussi ressente quelque chose à ton approche et maintenant, tu en avais presque la certitude, sinon pourquoi toutes ses remarques à ton intention ? Peut-être aimait-elle simplement jouer, mais tu en doutais fortement. Tu regrettais presque que dans cette salle il n'y ait pas un rideau que tu pourrais tirer entre le lit de ta patiente et celui de son collègue. Tu retiens néanmoins un énième rire lorsque la voix de ce dit collègue se fait entendre à son nouveau. « Ohh ... Je vais surement finir par l'emmener ailleurs, histoire d'éviter qu'elle t'étrangle dans ton sommeil ... Je sens que ça vient. » Tu souris toujours en jetant un coup d'oeil à l'homme couché, alors que Raegan renchérit. Tu grimaces, outch. Tu oublies bien vite le jeune homme lorsque la voix de la demoiselle se fait entendre à nouveau, plus douce. « Oh, vraiment ? » Tu retires le stéthoscope de ton cou pour le passer autour du sien. Au passage, tu effleures doucement sa peau à nouveau et tu restes là, à l'observer, attendant de voir ... Tu sais déjà qu'elle captera les battements de ton coeur qui s'accélère déjà.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F07-849
F07-849
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Good Morning [F06-958]   Lun 4 Sep - 18:30


F07-849 &  F06-958 // Good Morning

Un frisson te parcourt à nouveau le dos, alors que ta peau sens la caresses que la doctoresse apporte en venant mettre son stéthoscope au tour de ton cou. Tu sens qu’encore une fois le rythme de ton cœur s’accélère ainsi que ta respiration. Elle avait un effet sur toi qu’elle ne pouvait imaginer, ou peut être que si, et tu avais l’espoir que toi aussi tu lui provoquais autant d’émois. Tu plonges ton regard dans le siens, tu ne la quittes pas des yeux, d’ailleurs, tu n’as aucune envie de le faire. Tu resterais bien là pendant des heures à la regarder, te noyer dans ce regard. Un sourire se dessiner sur ton visage, alors que tu entends son cœur battre aussi fort que le tiens. Tu sens ton souffle sur tes lèvres alors que tu continuais à plonger dans son regard. Tu sens comme un feu intense se brûler au fond de toi. Alors tu avales ta salive, tu luttes contre cette envie de fondre sur les lèvres de la belle. Tu sens toute l’intensité de cette envie au bout de tes lèvres. Ta raison livre un combat acharné contre ce désir qui montre en toi, cette envie de te pencher et d’apposer tes lippes sur les siennes, pouvoir sentir la douceur de sa peau. À cet instant, tu avais complètement oublié ton colocataire, tu ne le vis même pas quitter la chambre discrètement, ou du moins, tu n’y avais pas fait attention, pas toute de suite. Tu étais dans ce moment où tu essayais de ne pas succomber à cette tentation. Pourtant petit à petit, tu sens que cette convoitise prendre de plus en plus le dessus et que la raison perd sa bataille. Elle est en train de battre en retrait, capituler face à ce désir intense. Mais tu continues à te dire en toi-même que ce n’était pas le lieu pour cela, mais le moment était si propice, le moment parfait. Tu entendais son cœur, entendais que ce que tu ressentais, elle le ressentait également. Si bien que tu commences à te pencher vers elle. Ta main qui était sur le pavillon du stéthoscope, le lâche doucement, effleure sa peau dans une caresse remontant jusqu’à son cou. Tu sens un frisson parcourir tout ton corps. Ton sang pulse dans tes tempes, tu les entends palpiter. Ton visage se rapproche doucement du sien et tu ne la quittes pas des yeux, ou juste un instant pour le glisser sur ses lèvres. Tu y es presque, tu vas pouvoir connaître leur saveur, pouvoir te noyer dans son souffle. Tu commencé à les effleurer, ton corps tremble, pris par tout ce que tu ressentais pour la belle doctoresse, tu es prête à le prendre, tu entends déjà le cri de victoire de ton désir pour elle, tu vas pouvoir exprimer ton envie tu n’es plus qu’à quelques millimètres, tu sens même son souffle sur tes lèvres. Et la porte de ta chambre, qui avait été déserté par ton copain de chambrer, venait de s’ouvrir faisant revenir ta raison à la charge chassant ton désir d’un coup.

Tes lèvres effleurent les siennes, tu prends une grande inspiration, laissant échapper « Je vais les tuer ».Tu la regard, avale ta salive et te mort la lèvre inférieure. Tu entends l’intrus demander après celle que tu désiras, lui disant qu’ils avaient besoin d’elle te l’arrachant soudain. Tu ne peux pas t’empêcher de lancer un léger regard noir à cette personne qui venait d’interrompre ce moment. Tu sentais ton cœur continué à battre la chamade et tu avais cette impression qui ne voulait pas se calmer. « On a besoin de vous docteur en salle 249. » Tu rapportes ton attention sur elle, tu lui souris lui « Une autres vie à sauver. » Malgré tout, on pouvait voir la déception dans ton sourire, celle de ne pas avoir pu aller jusqu’au bout. Mais tu la laisses partir, tu lui rends son stéthoscope, le remettant autour de son coup dans une caresse. « N’oublie pas le café quand tu reviens. » Tu essayes de cacher la frustration que tu ressentais, mais elle était bien là. Et quand elle sortit de ta chambre, tu te laisses tomber sur ton oreiller laissant échapper un soupir. Tu repenses à l’offre que ton amie d’enfance t’as faite quand elle est venue te voir, te disant que c’était une option à envisager.

Tu soupires encore, et tu attends que les heures passent et qu’elle revienne. Tu te sens comme un lion en cage, tu aimerais bouger, même si ce n’est qu’en chaise roulante. Alors en attendant, tu regardes le plafond et tu discutes sur un ton léger avec ton colocataire qui était revenue désormais. Il t’avait demandé si tu avais concrétisé, tu ne lui répondis par un soupir. Il changea de conversation, te parlant de ses examens de l’après-midi, tu lui lances une boutade puis tu décides fermer les yeux juste un instant en attendant qu’elle revienne avec vos cafés et tu ne les ouvres qu’une fois qu’elle est revenue. Tu la regardes, ta tête toujours sur cet oreiller, lui disant doucement « Une amie, m’a proposé de travailler avec elle à la police de chicago » Tu arrêtes quelques secondes puis reprends « Je pense que je vais accepter. » Tout dépendait de ce qu’il y avait entré elles, bien qu’elle n’avait pas de doute.


⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas

avatar
F06-958
F06-958
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Good Morning [F06-958]   Mar 12 Sep - 11:31



Good morning !
F07-849

C'était inévitable, car à l'aide du petit instrument médical, elle entend ton coeur battre à tout rompre et elle allait forcément comprendre l'effet que tu lui faisais, ou du moins, elle s'en douterait fortement et, au fond, tu espérais bien qu'elle s'en rendrait compte, même malgré tout ce que cela impliquait. Tu ne l'as pas quitté des yeux, tout le long de l'opération, elle a fait de même et lorsqu'elle délaisse le stéthoscope pour faire glisser sa main le long de ton bras, tu ne peux pas retenir ce frisson qui parcourt tout ton corps. Tu te mordilles la lèvre, incertaine de l'attitude à adopter. Tu peux sentir son souffle sur ton visage, elle est si près de toi. Tu ne fais rien pour suspendre son geste, mais rien, mais tu ne fais rien non plus pour l'encourager. Tu t'es toi-même convaincu, quelques minutes plus tôt, que c'était une idée à éviter, pour le moment. Tu fermes les yeux, alors que la porte s'ouvre à la volée, ne manquant pas de te faire sursauter., t'éloignant par la même occasion de la soldate.

« On a besoin de vous docteur en salle 249. »Tu soupires. « J'arrive. Prenez les devants. » Tu lances un regard à la blonde, visiblement aussi déçue qu'elle, mais cela ne t'empêche pas de lui sourire pour autant ... Il semblerait que ce ne soit que partie remise. « Comment pourrais-je oublier quelque chose d'aussi important que le café ? » Tu lui fais un clin d'oeil, lui promettant de revenir dès que cela serait possible. Il y a peu de chances que cela puisse arriver durant ton service, mais peu importe l'heure, tu sais qu'elle ne bougera pas de là de toute façon et vous aurez bien plus de temps libre si tu n'es pas en service lors de ta prochaine visite. Tu lui lances un dernier regard avant de sortir de la chambre au pas de course, tu as un peu tardé à répondre à l'appel. Tu serres les dents en te dirigeant vers la chambre demandée.

[...]

La journée a été épuisante, les urgences se sont succédé les unes après les autres, mais tu n'as pas oublié ta promesse. Donc, malgré ta fatigue apparente, tu as été récupéré deux cafés à la cafétéria pour ensuite te diriger vers la chambre de ta charmante patiente. Qui doit ruminer dans son coin pour ton ''retard''. Tu grimaces. Lorsque tu ouvres la porte de sa chambre, tu la vois ouvrir les yeux, la tête posée sur l'oreiller. Décidément, elle attendait toujours autant ta visite et elle n'avait pas cru bon de se reposer. Tu déposes les cafés sur la petite table à côté de son lit. « Comme promis. » Tu lui souris, alors que Reagan prend la parole, sans plus attendre. Ses propos te font froncer les sourcils.« C'est une bonne idée ... Une bonne opportunité. » Tu hoches la tête, peu certaine de ce qu'elle attend de toi suite à l'annonce de cette information. Tu prends une gorgée de ton café, perplexe. « Tu devrais accepter ... » Tu demandes si part cette annonce, elle attend de toi une certaine approbation ou quelque chose dans le genre, mais tu ne lis pas dans ses pensées malheureusement ... « Tu n'es pas certaine de ta décision ? »

Emi Burton

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Revenir en haut Aller en bas

avatar
F07-849
F07-849
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: Good Morning [F06-958]   Mer 13 Sep - 16:40


F07-849 & F06-958 // Good Morning

Son froncement de sourcils ne t'échappe pas et tu souris légèrement. Tu te dis que tu t’emballes trop, parfois, tu es ainsi et tu le sais. C’est sans doute une preuve de plus que pour toi la doctoresse n’est pas n’importe qui. Tu le sais au fond de toi, tu l’as su dès que tu avais posé un premier regarde sur elles. C’est plus qu’une simple intuition, c’est même une quasi-certitude. Mais son froncement de sourcils te montre qu’elle ne comprend pas vraiment où tu veux en venir. Tu te redresses regarde du côté de Vakarian, tu le vois prendre sa bd qui traîne sur la petite tablette et disant qu’il devait la rendre à un de vos camarades. Tu as un léger sourire, car même s’il était parfois un emmerdeur finis, il te laissait des moment seule avec la brune, ou du moins essayais un maximum de vous laisser un peu d’intimité. Tu prends les cafés qu’elle avait apportés, pris une gorger. Il fallait avouer qu’il était quand même meilleur que celui que vous vous prépariez au front. « Merci pour le café. Il est un peu meilleur que celui qu’on fait au front. »

Tu la regardes, sans rien ajouter de plus, comme si tu gravais dans ta mémoire les moindres trait. Tu sens encore ton cœurs battre à une vitesse anormale juste à cause de sa présence près de toi. Tu prends ton temps pour t’expliquer, pour lui faire comprends que même si vous vous connaissiez depuis peu, tu n’avais pas envie de te cacher, pas envie de te demander si tes supérieurs allaient découvrir ce qui se tramait entre elle et toi. Du moins, tu avais eu l’espoir qu’il y avait bien quelques choses entre vous à partir du moment où tu as entendu son cœur battre en ta présence. Et même si cela ne te dérangeait pas qu’on sache ton attirance pour elle, tu n’as malgré tout pas envie d’être renvoyé à la vie civile pour manquement à l’honneur. Par contre, tu ne savais pas très bien comment débuter la conversation, car même si tu étais sûr que ton intuition ne te trompait pas, il y avait toujours un pas d’incertitude qui était présent et que tu n’avais pu totalement balayer d’un coup de revers. Tu inspires réponds à sa dernière question « Pas vraiment… » Tu continues à la regarder dans les yeux te plongeant dans le sien. Tu te mords la lèvre inférieure rajoutant par la suite « Je n’ai pas envie de me cacher, de faire attention à ce qu’on nous… » Tu t’arrêtes un peu ne sachant pas vraiment si tu peux l’inclure, tu passes ta langue sur ta lèvre «…m’observe pas » Tu connais la politique de l’armée sur les relations entre personne du même sexe, surtout dans ton corps armée. Tu sais qu’elle connaît aussi cette règle après tout, elle côtoyait. Tu continues à la regarder, à dire vrai, tu ne sais pas vraiment pourquoi tu lui en parler, ni même ce que tu attends d’elle. Après tout, vous ne vous connaissiez que depuis peu, et déjà, tu étais prête à mettre ce pour quoi tu avais été entraîne. Tu soupires et te laisse tomber sur ton oreiller, tu tournes la tête vers elle. Tu lui demandes alors plongeant plus profondément dans ses yeux, comme si tu essayais d’atteindre son âme. Et comme pour avoir cette confirmation que tu attends tellement tu demandes alors que tu relèves et que tu pencher vers elle, prenant son visage dans une de tes mains « Si j’avais pu aller au bout… » Tu t’es arrêtée à quelques centimètres de ses lèvres, tu la provoques un peu pour voir ce qu’il allait se passer « Tu me l’aurais rendu ? » Tu restes à cette distance, ne faisant rien tu attends sa réponse, même si tu en meurt d’envie de fondre sur ses lippes. Tu veux les goûter, confirmer ton intuition qui jusqu’à présent ne t’avait jamais trahis. Tu attends juste cette confirmation que tu as peut-être une vie avec elle et qu’elle mérite une chance. Tu sens que ton cœur bats de plus en plus vite, tu as cette impression qu’il pouvait s’arrêter à tout moment. Si elle te répondait à la négative, tu ne sais pas ce que tu ferais, le monde s’écroulerait déjà sous tes pieds. Tu attends juste qu’elle te dise de miser sur vous, sur cette histoire qui naissait entre vous. Tu la provoques encore à ce moment précis avec un sourire en coin « Si je t’embrasse maintenant … »


⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
 
Good Morning [F06-958]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» It's raining today !
» good morning !!
» [eden team] the good the bad and the ugly (flo55)
» [résolu] Demande de diagnostic
» [Résolu] bbox est il good ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: IL ÉTAIT UNE FOIS :: Flashback-
Sauter vers: