Partagez | 
 

 A pumpkin made of orange juice || H06-403

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
H02-001
H02-001
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: A pumpkin made of orange juice || H06-403   Lun 28 Aoû - 19:24

« Papa? » Ah le réveil matinal. Le réveil matinal après un joli quatre heures de sommeil plutôt devrais-je dire. Parce que sans même avoir à regarder l'heure je sais l'heure qu'il est. Je sais qu'Alice est plus réglée qu'une horloge et qu'à sept heures bien précises du matin elle saute en bas de son lit. Elle vient se poster juste à côté de moi si je ne suis pas debout et elle me fixe. Elle m'observe avec les grands yeux de sa mère comme si elle me jugeait à sa place quelques secondes avant d'expulser ce mot de sa toute petite voix. Sa voix qui exprime tant de choses à la fois. Un joyeux mélange de 'je ne veux pas te réveiller, mais je meurs de faim alors bouge-toi'. On croirait s'y habituer avec le temps, mais non. Je sens tout de même mon corps qui proteste parce qu'il ne veut pas quitter la chaleur si confortable du lit et cette présence que je sens près de moi. « J'arrive ma puce. » Je grogne comme un grizzly, mais ça la fait rigoler. Je la sens poser sa petite main sur ma tête pour y donner quelques petits coups avant de poser un petit bisou sur mon bras et détaler en courant dans le salon. Probablement pour ouvrir la télévision et regarder un épisode des Teen Titans. Elle est sans doute un peu jeune pour ça, mais il fallait bien qu'elle tienne de moi quelque part. Parce que sur le reste... Observer Adélaïde et ça c'est la même. Juste plus petit... et plus adorable.

Je m'étire un peu en roulant pour observer le visage si paisible de l'homme couché près de moi. Frottant mes yeux à l'agonie au passage. Je pourrais passer des heures à l'observer comme ça, mais ça risque de me coûter une oreille. Il y a plus de force qu'il n'y paraît dans les mains d'une enfant. Encore plus lorsque son ventre grogne comme Hulk. Je me contente donc de poser un trop bref baiser sur son front en souriant avant de me lever pour enfiler un tee-shirt et un pantalon de pyjamas. Ceci fait, je sors de la chambre en fermant délicatement la porte derrière moi avant de me diriger vers la trop petite cuisine. « Céréales et jus d'oranges ça te va. » Je la vois hocher frénétiquement la tête. Enroulée dans sa grosse couverture de Batman à fixer l'écran. Elle aurait pu avoir demandé des poneys, mais elle ne l'a jamais fait. Au grand damne de sa mère probablement. Sa mère qu'elle doit voir prochainement d'ailleurs. Le bonheur. Je ne peux pas lui en vouloir de m'en vouloir. Je sais que je semble être le parfait connard cruel qui prive une enfant de sa mère et vice versa, mais je ne pouvait pas supporter ça. Alice n'avait pas à subir la dépendance de sa mère. Surtout pas à ce stade. J'ai voulu avoir un gamin et même si je suis la définition même de l'attitude immature je reste un minimum responsable. Heureusement. J'aurais probablement dû l'être plus tôt. Responsable. L'expression apprendre de ses erreurs n'existe tout de même pas sans raisons.

Je soupire en lançant la machine à café tout en remplissant deux bols de céréales beaucoup trop sucrées. Parce que tout le monde sait qu'un enfant ce n'est pas déjà suffisamment hyperactif. Il faut en plus lui enfoncer une quantité impressionnante de sucre dans le corps pour améliorer les choses. Sans oublier les verres de jus d'oranges. Je ne peux pas vivre sans mon verre de jus d'oranges. Ceci préparé je me dirige vers le salon et dépose le tout sur la petite table. En deux étapes pour ne pas faire de dégât. « Tu me fais une petite place. » « Nah. » « Non? Certaine? » Elle secoue la tête en souriant. Forcément. « Hum... on dirait bien que je vais devoir m'asseoir sur toi dans ce cas... à moins que... la main monstrueuse ne vienne à ma rescousse! » « Nahhhhhhhhhhh!!!!!!!!! » Elle hurle, mais ses yeux sont brillants de 'oui pitié'. Classique. J'attrape mon poignet de ma seconde main et mine d'essayer de la contrôler et la tenir à distance alors que mes doigts se placent en position de chatouilles. Se rapprochant toujours un peu plus d'elle qui tente si désespérément de se cacher sous la couverture. « Je ne pourrai pas la contrôler plus longtemps. FUUUUUIIIIIIIISSSSSSSSSSS! » Évidemment c'est trop tard et la chatouille diabolique attaque sa petite hanche hurlante et couinante de bonheur et de terreur à la fois. Ouais... Je crois qu'on va réveiller la belle aux bois dormants...

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


One day after the other


BADGES:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H06-403
H06-403
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: A pumpkin made of orange juice || H06-403   Ven 1 Sep - 3:24

Je sais mentir. Je n’apprécie pas vraiment ça, mais ça ne me pose pas de problème non plus. Si ça me sert, alors je le fais. Sinon, non. C’est aussi simple que ça. Et ce matin, je mens. Impunément. C’est un peu plus difficile avec lui. Avec elle. Avec eux. Parce que mentir à ceux que je considère comme ma seule et unique famille, ça ne m’enchante pas vraiment. Quand j’entends Alice venir réveiller son père de sa petite voix, j’ai envie de sourire et de me lever pour m’occuper d’elle. Quand j’entends l’homme de ma vie grogner, j’ai envie de rire avec elle. Et quand je le sens se tourner vers moi et m’embrasser sur le front, j’ai envie d’ouvrir les yeux pour plonger mon regard dans le sien. J’ai envie de le rattraper alors qu’il se lève pour le forcer à rester encore un peu et échanger un baiser plus passionné et lui dire que je l’aime. Mais je me dois de mentir, pour les protéger, alors je ne fais rien de tout ça et je me contente de feindre le sommeil le temps qu’ils se rendent tous les deux dans le salon…. Est-ce que j’ai dit ‘l’homme de ma vie’ ? Certainement, pourquoi m’en cacher de toute façon, je l’aime, c’est évident…

J’attends encore un peu, immobile dans le noir, des fois qu’il aurait oublié quelque chose et décide de revenir à l’improviste ce qui serait bien trop risqué pour lui comme pour moi. Et elle. Une fois que je suis certain qu’ils sont tous les deux occupés, je me lève d’un bond, attrapant mon ordinateur portable et l’allumant aussi sec. Quelques pianotement sur clavier plus tard et me voilà devant une interface plus ou moins compréhensible pour quelqu’un qui sait se servir d’un ordinateur avec Internet. Avec quelques modifications en plus, dira-t-on. J’ouvre une nouvelle session Internet et après manipulation, une phrase apparaît furtivement avant de disparaître, me laissant juste le temps de la lire. Welcome, Queenie. What’s the quest line today ? Je sourie légèrement et murmure, m'adressant à mon ordinateur comme si c'était parfaitement normal : "Hey Tech... Juste un rapide check-up." On peut commencer, parfait. Mes sourcils se froncent légèrement et ma tête penche instinctivement comme à chaque fois que je suis concentré. Mes doigts volent sur le clavier sans que j’y prête attention et mes yeux traquent les informations qui s’enchaînent à l’écran. Ca n’a l’air de rien, comme ça, j’ai tout simplement l’air du premier geek venu, mais si quelqu’un venait à tomber sur cet écran maintenant, il verrait bien vite que la plupart de ce qui s’y trouve est illégal. Au hasard, l’interface administrateur d’une grosse banque de New York… Ou les informations classées secret défense sur un politicien véreux en lien avec la mafia chinoise.. Ou encore, pire que tout, l’auto search que j’ai mis sur une certaine Adélaïde qui n’est nulle autre que la mère d’Alice. Je pense que c’est le contenu le plus dangereux pour moi à ce moment, s’il venait à tomber dessus. Mais je n’ai pas l’intention de laisser ça arriver, bien au contraire. C’est d’ailleurs pour ça que je me cache à chaque fois que je veux faire un check up vite fait et que je m’absente de la maison pour faire des actions plus longues. Il ne sait pas ce que je fais réellement dans la vie et je compte bien garder ça comme ça.

Je termine ma ronde virtuelle et prends bien soin de tout refermer correctement sans laisser de trace. Et juste à ce moment là, j’entends des cris mêlés de rires provenant du salon et je sourie pour moi-même en imaginant la scène que je ne vais pas tarder à découvrir. Je me lève et enfile un t-shirt puis me dirige vers la porte. Au passage, j’attrape un pistolet Nerf qui traîne sur la commode. Pourquoi est-ce qu’un tel jouet se trouve dans notre chambre ? Va savoir, je pense que c’est un peu notre signature. Après tout, lui et moi sommes de grands enfants la plupart du temps, alors pourquoi pas… Furtivement, j’entre dans le salon et mon sourire s’élargit : sur le canapé se trouvent le père et sa fille, tous les deux en train de rire bien que l’un d’entre eux ne subisse pas les chatouilles de l’autre. Mon regard se pose d’abord sur Alice. C’est vraiment une enfant adorable. Toujours souriante, pleine d’énergie, qui aime les dessins animés presque autant que moi et puis surtout… Je crois qu’elle m’aime bien. C’est bête, comme remarque, je ne me suis jamais vraiment imaginé avec des enfants, et ça m’était un peu égal qu’il en ait, mais maintenant que je la vois pratiquement tous les jours et que je peux passer du temps avec elle, je me rends vraiment compte à quel point ça compte. De l’ancien vie de son père, elle est la seule à ne pas me juger ni à me blâmer pour quoi que ce soit. J’ai beau vouloir être indifférent à ce que peuvent penser Adélaïde et ses proches, je ne peux pas nier que ça me touche parfois… Et puis après, il y a son père… Pas besoin de test de paternité pour celui-là : quand je le vois s’amusant avec sa fille, je ne peux que voir en lui l’enfant qu’elle est actuellement. Ils ont le même caractère (ou peut-être est-il plus maladroit ?) Et bien évidemment, chaque jour qui passe, je l’aime un peu plus. Chaque jour, je me demande comment j’ai pu passer de… De ma période difficile, dira-t-on… à ça. Je dois être l’homme le plus chanceux de la terre.

Je me sors de mes rêveries matinales quand Alice lâche un cri plus aigu que les autres. Un sourire joueur passe sur mes lèvres et je vise avec mon pistolet en plastique la tête de l’adversaire. “Arrière, hideuse créature !” Je tire et touche, en même temps ce n’était pas bien compliqué. Alice me regarde, l’air choqué et amusé à la fois, et se dégage de son père avant de courir vers moi. Je note qu’elle a gardé sa couverture autour d’elle, ce qui lui donne un air de super-héros la cape au vent. Je m’accroupis et elle me saute sur le dos avant que je me redresse, passant de sniper d’élite à fidèle destrier en quelques secondes. “Le mooooooonstre !” Mes tympans en ont pris un coup, mais c’est pour la bonne cause, et je fuis la direction qu’elle me montre de son petit doigt, galopant loin de son père toujours près du canapé, faisant un tour dans la cuisine et revenant finalement dans le salon, Alice toujours cramponnée à moi et morte de rire. Je la bascule pour la prendre dans mes bras, lui fais un bisou sur la joue et la repose par terre. “Bonjour, princesse Alice” Je fais une petite révérence et la regarde courir en rigolant vers sa couverture Batman qui a du tomber dans notre folle épopée...

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Unreal
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H02-001
H02-001
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: A pumpkin made of orange juice || H06-403   Sam 2 Sep - 16:29

« Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhh!!!!!!!!!!!! » Elle hurle de sa petite voix aigüe et paniquée alors que je me fais sans doute un peu trop de plaisir à la chatouiller pour me venger de ce petit refus de me laisser un peu de place. Toute raison est une bonne raison pour la chatouiller. Malheureusement pour elle. Elle ne se souvient probablement pas de ses jeunes années où elle commençait à peine à parler et marcher. Ces moments qu'on se dit qu'on oubliera jamais de notre vie parce qu'ils sont les plus importants. Les premiers pas. Les premiers mots. La première fois qu'elle a dit papa ou ce petit sourire carnassier qui s'étirait sur ses lèvres dès qu'elle avait une bêtise en tête. La première fois d'une longue lignée où elle a demandé à se faire chatouiller. Là j'ai su qu'elle était foutue. Là où certains disent qu'un enfant ne devrait pas avoir une once de liberté j'ai toujours pensé qu'un peu de bordel dans la maison ce n'est pas grave. Pas quand on construit des souvenirs. Le souvenir va rester et le bordel lui il suffit de le ranger. Pas plus compliqué. C'est peut-être ce que j'espère atteindre les matins comme celui-ci. Pas ceux où on est pressés et on doit vite manger et s'habiller avant de partir. Les matins où on prend le temps de s'amuser et passer du temps ensemble parce qu'il me semble que ce temps-là en vient trop vite à s'envoler. Parce que je doit bosser de soir la majorité du temps voir même une partie de la nuit. C'est ça la vie que j'ai choisi lorsque je suis parti de chez moi. Servir des verres à des ivrognes qu'on empêche de faire entrer dans le bar avant 11h. Écouter les gens me parler de leurs vies comme si j'étais un bon ami voir même leur psy. Ivres ils ne se rendent pas compte qu'en fait je suis nul pour donner des conseils. Un plus. Des soirées où je ne peux pas la mettre au lit et où je devais trouver quelqu'un pour garder un œil sur elle jusqu'à ce que lui arrive. Parfois je me demande vraiment ce que je ferais sans lui. Cet homme parfait dont je vois la silhouette se dessiner un peu plus loin. Avec qui ça a de suite collé autant pour moi que pour Alice qui ne pourrait plus s'en passer. On comprend vite pourquoi.

« Arrière, hideuse créature ! » Je grogne le plus monstrueusement que j'arrive à le faire. C'est-à-dire de façon pas du tout convaincante. Ma monstrueuse main se tortillant alors que ma petite Batgirl se lance en direction de son sauveur. « Arrrggggggggg... » On croirait un pirate plus qu'autre chose, mais avez-vous déjà entendu une main grogner vous? Moi non plus. « Le mooooooonstre ! » Je souris en les observant s'élancer en direction de la cuisine. Alice aux anges et rayonnante de bonheur. C'est donc pour ça qu'elle n'a jamais demandé de poneys. Elle a mieux en fait... et je vais retenir le reste de ma pensée concernant le fait de monter sur lui et l'agréable de la chose... Je les regarde plutôt revenir en prenant mon verre de jus pour en prendre une grande gorgée. « Bonjour, princesse Alice. » C'est beaucoup trop adorable pour mon petit cœur. Il faut dire que j'aurais eu bien du mal à imaginer ça. Tout de ça. J'ai bien rencontré quelques personnes durant mon année en solitaire avec Alice, mais il y a des éléments qui rendent la situation compliqué. Surtout que je ne cherchais pas réellement. Après sept années avec la même personne on se dit qu'une pause ne fera pas de tord. Que ça laisse du temps pour se placer et surtout que ça laisse du temps à Alice pour comprendre qu'elle sera seule avec papa à la maison désormais. Pas nécessairement facile, mais on y est arrivé. Pour le reste... Je ne dressais pas vraiment le portrait de rêve. Avoir une gamine sur les bras ce n'est pas vendeur pour une bonne partie de la population. Encore moins si jeune et pas suffisamment indépendante. Ajoutons à ça mes horaires de boulot tout sauf habituels et le fait que mon ex risque de me traîner en cours à tout moment pour ravoir la petite... ses amis qui m'en veulent à mort... Le rêve.

Pourtant il est là. Il est là depuis une année. Il me supporte bien. Même si être un grand enfant comme moi aide assurément. Il est adorable avec Alice et je ne crains pas même de le laisser garder un œil sur elle quand je dois aller bosser tardivement. Il est là quand je rentre. Si on m'avait dit que je trouverais l'homme de ma vie dans une période si creuse de mon existence je ne l'aurais assurément pas cru. J'observe Alice qui retourne vers le canapé en gambadant. Couverture à la main qu'elle balance sans douceur sur son trône avant d'attraper son bol de céréales pour paisiblement le manger en souriant. J'en profite pour m'approcher de son fidèle poney improvisé et glisser ma main dans sa nuque pour mieux l'embrasser. Tout sourire forcément contre ses lèvres que je m'approprie passionnément. « Bon matin Pumpkin. Désolé de t'avoir réveillé. La main qui a encore frappé. » Ma bouche se pose plus brièvement contre la sienne alors que je glisse ma main dans la sienne pour le tirer dans la cuisine. « Café? » Dis-je en remarquant qu'elle a débordée... encore. « Merde... »

À tous les coups ça arrive. Jauger à la perfection une quantité d'alcool pour un cocktail pas de soucis, mais ne me demander pas de mettre une tasse d'eau dans une machine à café parce qu'assurément je vais en mettre deux. « Ma mère est passée au bar hier, encore. Elle dit que si on veut une soirée de libre ça lui fera grand plaisir de garder un œil sur Alice... et m'implore encore une fois d'accepter de te conduire entre ses griffes le temps d'un repas. » Je lui jète un bref coup d'oeil en continuant de nettoyer mon dégât. Ah ma mère qui essaie probablement encore de se faire pardonner la tête qu'elle a fait lorsque j'ai osé lui dire que j'ai lassé Adélaïde... pour prendre Alice et en avoir la garde exclusive... et poursuivre ma vie avec un homme... Je l'aime bien ma mère. Elle reste ma mère, mais j'ai vu dans son regard la désapprobation d'une mère qui fixe son gamin comme s'il avait cinq ans et venait de faire la plus grosse erreur de sa vie. Similaire à celui qu'elle m'a lancé la première fois qu'elle a posé le pied dans mon minuscule apparement quand j'ai quitté le nid familial. Chose que j'ai évidemment grossièrement expliqué à l'homme près de moi dans le cas où elle se pointerait ici sans prévenir. Ce qui n'est miraculeusement pas encore arrivé. « Pour le repas on repassera, mais pour la soirée... Ça te dit? Un film. Une bonne bouffe. Une bonne nuit sans réveil trop tôt. »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


One day after the other


BADGES:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H06-403
H06-403
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: A pumpkin made of orange juice || H06-403   Sam 2 Sep - 20:24

Je suis trop occupé à regarder Alice se jeter sur le canapé et continuer à manger ses céréales, sa couette fièrement retrouvée, pour ne serait-ce que voir Adam se rapprocher de moi. Aussi, lorsqu'il passe sa main derrière ma nuque, je sursaute un peu avant de m'abandonner à un baiser passionné. Instinctivement, mes mains trouvent le chemin de ses hanches et mon corps se colle au sien tandis qu'il continue de m'électriser avec son baiser. Heureusement qu'Alice n'est pas spécialement discrète en mangeant, sinon j'aurais possiblement pu oublier sa présence et m'enflammer plus que de raison... Je grogne légèrement quand il brise finalement le contact mais ma grimace de caprice laisse immédiatement place à un grand sourire quand je vois le sien. Son visage rayonne et je ne peux m'empêcher de penser que j'ai à mes côtés le plus bel homme de cette terre. Ce n'est certainement pas vrai si on demande au reste du monde, mais c'est vrai pour moi, et c'est tout ce qui compte. Qui pourrait me contredire de toute façon ? Je suis sûr qu'Alice trouve que son papa est le plus beau aussi ! "C'est pas grave, il fallait que je me lève de toute façon et puis, tu pourras toujours tenter de te faire pardonner plus tard... La main aussi, si elle y tient." Il désarme ma taquinerie d'un autre baiser et je me laisse guider tandis qu'il nous amène à la cuisine, profitant de la chaleur de sa main dans la mienne.

Je remarque avant lui qu'il a une fois de plus laissé le café déborder et ne retiens pas un rire amusé devant son juron lorsqu'il s'en aperçoit. J'ai bien dit qu'il était maladroit, mais ça fait beaucoup de son charme... "Merci pour le café, mais je crois que je vais m'en tenir au jus d'orange, mon chéri, tu m'en veux pas ?" C'est dit sur le ton de la taquinerie, bien entendu. Je me sers un verre en le regardant nettoyer les dégâts avant de m'asseoir sur un des meubles de la cuisine, derrière lui. Sous cet angle, et malgré le pantalon de pyjama, je dois dire qu'il a un très beau postérieur. Une vue idéale pour prendre mon petit-déjeuné. Bon, ce serait mieux sans l'intervention par procuration de la belle-mère... Je me tends un peu quand il la mentionne mais j'essaie quand même de le cacher : je déteste sa mère. Et je crois qu'il le sait. C'est vrai que je ne fais pas beaucoup d'effort pour m'en cacher, mais à ma décharge, il ne me l'a vraiment pas présentée comme étant la femme la plus merveilleuse de la Terre. De toutes les personnes qui ont été témoins de la relation d'Adam avec Adélaïde, elle est sûrement celle qui a été la plus dure avec lui. Et comme une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule, elle est aussi la seule qu'il ne peut décemment pas virer de sa vie comme ça. Avec les autres, c'est différent, ils peuvent nous détester tant qu'ils le veulent, j'ai pas d'obligation de les côtoyer mais elle... Elle fait partie du package : si je veux être avec lui, je dois la supporter, et je fais vraiment beaucoup d'efforts...

Bien sûr, en règle générale, je ne supporte pas les gens. Mais ça par contre, il l'ignore. Je fais de mon mieux pour me montrer sociable et lui cacher que je n'aime pas vraiment la compagnie des autres êtres humains en général. C'est plutôt facile, je sais mentir, mais ça je l'ai déjà dit. Et puis, on n'a jamais vraiment parlé de mon passé, alors s'il me demande, je peux toujours rester vague et le renvoyer sur les réseaux sociaux où j'ai une tripotée d'amis qui sont prêts à se porter garants pour moi. Des amis que je ne connais qu'à travers un écran et que je ne verrais sûrement jamais en vrai, mais des amis quand même, c'est déjà pas mal. Je pense à ma réponse quant au plan qu'il me propose pour ce soir : la soirée en amoureux, que demander de mieux ? Mais je ne sais pas vraiment si j'ai la foi d'affronter ma belle-mère ne serait-ce que quelques secondes le temps de lui confier Alice. Et je ne suis pas certaine de vouloir que ma fille passe une soirée chez Cruella. J'ai dit ma fille ? Peu importe. Je m'apprête à décliner son offre quand le téléphone sonne. Je ne précipite pas pour répondre, on a pas un répondeur pour rien et puis ça ne se fait pas d'appeler les gens à cette heure-ci.

"Yo, Queenie, t'es là ? Décroche, c'est Codex, faut qu'on parle de ton contrat su-" "Oui, Jayden, je suis là, qu'est-ce qui t'arrive ?" Je n'ai jamais parcouru la distance de la cuisine au téléphone aussi rapidement. La difficulté, ça a été de faire assez vite pour ne pas que Jayden dise des choses qu'il serait difficile d'expliquer sans pour autant paraître louche et éveiller les soupçons d'Adam. Je fais semblant d'écouter ce que mon interlocuteur a à me dire en marchant dans l'appartement, avant d'être suffisamment loin pour ne pas être entendu. "Non mais t'es complètement con ou quoi ? Qu'est-ce qui te prends d'appeler sur mon fixe ? Si t'as une urgence, t'es comme tout le reste, tu me contactes avec le réseau, c'est pas pour rien qu'on a notre propre domaine, merde !" Je reviens l'air de rien vers le socle du téléphone, en écoutant Jayden râler parce que je lui ai mal parlé tout en s'excusant de son erreur de débutant. Il est pas méchant, comme type, juste très con et pas franchement fin, il fera pas long feu, mais ça c'est pas mon problème. J'estime que la conversation tourne en rond, d'autant qu'il m'a déjà expliqué pourquoi il appelait, alors je décide d'y couper court. "Pas de problème, Jayden, je m'en occupe dès que possible, merci. Je t'envoie un mail quand c'est fait, surveille la toile pour moi." Et je raccroche sans attendre. Je jette un coup d'oeil à Alice, qui ne semble pas intéressée le moins du monde par ma conversation, je ne pense pas qu'elle ait ne serait-ce que remarqué que je parlais tant elle est absorbé par Teen Titans. Tant mieux, ça fait une de moins à qui mentir.

Je me redirige vers la cuisine en réfléchissant à une diversion. Parce que si je ne veux pas avoir à expliquer à mon petit-ami pourquoi un homme qui se fait appeler Codex alors que je l'appelle Jayden appelle sur notre fixe pour parler à Queenie, alors que ce n'est pas mon nom, il va y avoir du boulot... Avec un peu de chance, il n'a pas vraiment écouté ce que j'ai dit et tout ira bien, mais j'ai quand même besoin d'un plan, et j'en ai un juste sous la main.

Je me glisse derrière lui, passant mes bras autour de son bassin et l'embrassant dans le cou. "Désolé, le boulot." Je l'embrasse une nouvelle fois et enclenche la diversion. "Je ne serais pas contre l'idée de passer une soirée en amoureux rien qu'avec toi, et puis ce sera l'occasion pour Alice de passer du temps avec sa grand-mère... Et pour moi l'occasion de voir belle-maman." Je me détache de lui et viens lui faire face. "Si tu es d'accord, évidemment... On ne peut pas éviter la rencontre indéfiniment, tu sais. Et puis après avoir triomphé du monstre main, je pense pouvoir survivre à ses griffes acérées !" Je prends sa main dans la mienne et me penche un peu plus vers lui, prenant une voix plus grave. "Sincèrement, Adam, je suis prêt à la voir, si ça peut aider..." Non, c'est un mensonge mais... Je mens très bien, vous vous souvenez ?

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Unreal
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H02-001
H02-001
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: A pumpkin made of orange juice || H06-403   Dim 3 Sep - 23:04

Un bon film. Une bonne bouffe. Une bonne nuit. C'est presque le rêve avec le rythme de vie qu'on doit tenir, mais surtout avec la présence d'Alice. Qu'on se comprenne bien. J'adore Alice. Je l'aime sans doute plus que toute chose en ce monde et ce sera toujours le cas. Qu'elle fasse des bêtises ou non au cours de son existence que j'espère bien longue et joyeuse ça ne m'empêchera pas de l'aimer. De vouloir veiller sur elle. De grogner quand elle va commencer à vouloir ramener des mecs à la maison. Des filles même qui sait. J'ai sans doute un peu trop hâte de me la jouer papa de film qui observe le prétendant avec ce regard menaçant que je n'ai pas du tout. Ça se travaille assurément dans le miroir. Ce regard qui exprime comme je vais lui faire sa fête s'il ose faire du mal à ma princesse. Essayer en tout cas. Si elle a le malheur de tomber sur un joueur de football américain... ça va me rappeler de drôles de souvenirs et me rappeler le fait que je ne suis pas construit comme un ours en terme de muscles. Ça se travaille aussi. L'art de devenir un minimum menaçant 101. Ça ou je vais m'inspirer du Joker pour lui sortir des petites phrases intéressantes avant de lui jouer de mauvais tours... Dis-je alors qu'elle n'a que cinq ans. Ils grandissent si vite. Ils commencent aussi à comprendre bien des choses si vite. Notamment la source de bruits qu'on doit retenir un minimum si je ne veux pas devoir expliquer certaines choses à une gamine de cinq ans. Alors la possibilité d'avoir une soirée sans elle pour faire ce qu'on veut sans devoir songer à elle. À l'image qu'on doit dégager ou les mots qu'on ne doit pas prononcer. C'est un peu le bonheur. Ne serait-ce qu'une fois à l'occasion. Simplement pour pouvoir pousser plus loin des baisers comme celui que je lui ai donné avant de le conduire à la cuisine pour admirer mon fiasco. Parce que ce n'est pas l'envie qui manque. C'est le timing qui est mauvais. Peut-être est-ce partiellement la raison pour laquelle j'ai jugé ce moment parfait pour parler de ma mère. Rien de pire pour tuer l'envie même si c'est pour la bonne cause. Enfin, si ça lui dit.

J'attends donc patiemment sa réponse lorsque le téléphone décide de sonner. Parce que tout est définitivement une question de timing dans la vie. Ayant les mains quelque peu occupées à terminer de nettoyer mon dégât je lui jète un bref coup d'oeil en supposant qu'il ira peut-être répondre, mais non. Il laisse plutôt le répondeur prendre le relais et... « Yo, Queenie, t'es là ? Décroche, c'est Codex, faut qu'on parle de ton contrat su- » « Oui, Jayden, je suis là, qu'est-ce qui t'arrive ? » se précipite finalement sur le combiné à une vitesse plus qu'impressionnante. Queenie? Je fronce les sourcils en le voyant s'éloigner plus loin pour poursuivre l'appel qui lui est visiblement destiné. On croirait voir Alice qui prépare un sale coup. Je lui jète d'ailleurs un coup d'oeil en terminant de nettoyer le café au sol. Un ange cette enfant quand elle a tout le nécessaire. Ça ou il y a définitivement quelque chose dans la télévision qui n'existe que pour hypnotiser les gamins. « Pas de problème, Jayden, je m'en occupe dès que possible, merci. Je t'envoie un mail quand c'est fait, surveille la toile pour moi. » J'en suis à déposer les linges souillés de caféine sur le comptoir lorsque je l'entends revenir près de moi. Lorsque je le sens surtout se glisser dans mon dos et poser des baisers assassins dans mon cou. Quelques heures de sommeil combinées à une absence de café dans mon organisme et le contact de sa personne si agréablement positionné contre moi... C'est un combo assassin qui me fait fermer les yeux une fraction de seconde et soupirer. J'en dormirais presque debout. « Désolé, le boulot. » Le boulot? Ils ont de drôles de façon de se parler entre collègues de boulot c'est une évidence. Dit celui qui s'amuse à nommer les clients réguliers de petits surnoms avec ses collègues. Sans doute me trouverait-il tout aussi bizarre si je parlais avec un collègue en hurlant que ça ne m'étonne pas que casse-noisettes soit encore à l'hôpital pendant une semaine. Longue histoire.

« Je ne serais pas contre l'idée de passer une soirée en amoureux rien qu'avec toi, et puis ce sera l'occasion pour Alice de passer du temps avec sa grand-mère... Et pour moi l'occasion de voir belle-maman. » Je sens comme il a envie à la façon dont il a de prononcer les mots belle-maman. Je me retourne pour lui faire face et l'observer en souriant brièvement. « Si tu es d'accord, évidemment... On ne peut pas éviter la rencontre indéfiniment, tu sais. Et puis après avoir triomphé du monstre main, je pense pouvoir survivre à ses griffes acérées ! » Mes dents s'enfoncent doucement dans ma joue alors que mes doigts s'enlacent aux siens lorsque je le sens prendre ma main. « Sincèrement, Adam, je suis prêt à la voir, si ça peut aider... » « Ça n'aidera pas. » Je ne dis pas ça sur le ton de la défaite. Je l'affirme parce que je le sais. « Elle n'est pas méchante ou cruelle ou quoi que ce soit d'autre. Elle a juste le régime militaire un peu trop ancrée en elle et malheureusement ça implique que me voir avec un homme, aussi merveilleux soit-il, ça la fait grincer des dents. Encore une chance que tu n'aies pas vu mon père. » Je souris en tirant sa main pour l'approcher de moi. « Il y a aussi le fait que tu es coincé avec le gamin de la famille qui n'a pas su faire la part des choses et s'enfoncer le balai militaire dans le derrière pour le bien de la cause. Ça n'aide assurément pas la cause. Bref. On ne va pas gâcher toute notre journée à parler de ma mère et si tu me dis que ça te convient je peux aisément aller porter Alice seul. Je ne devrais pas me perdre en chemin. Ce n'est pas parce que c'est ma mère et la grande-mère de la petite... et que tu es si parfait que je n'ai pas envie de te laisser filer... que je dois t'imposer ça. Un jour peut-être si elle se décoince un peu. » Encore une chance que je ne sois pas enfant unique. Même si je sais que la mort de Malik n'a pas aidé en bout de ligne. Je ne doute pas même qu'Aidrian et Lina goûte tout autant que moi. Même si pour le coup je reste celui qui enchaîne les bévues et les maladresse. On ne pouvait pas tous être parfaits.

Je jète un bref coup d'oeil à Alice que je vois accomplir un parfait coup du ninja. C'est-à-dire profiter du fait qu'on papote pour déposer son bol de céréales vide et prendre celui que je m'étais préparé pour le bouffer sans délicatesse. Histoire d'en faire baver un peu plus à sa grand-mère à avoir autant de sucre dans l'organisme. Voyant que son focus du moment est imperturbable durant encore une bonne quinzaine de minutes le temps que son épisode se termine j'en profite pour approcher Zach près de moi. Glissant mes mains dans son dos en l'embrassant probablement un peu trop langoureusement. Le timing. « J'apprécie l'effort, mais ne te tracasse pas avec ça d'accord? » D'autant plus que ma mère est d'un adorable avec Alice que j'en suis presque jaloux. « Pense plutôt au film qu'on va pouvoir apprécier en mangeant ce que tu veux pour le repas et profitant un peu du reste de la soirée. Je sais que ce n'est pas toujours facile avec Alice tout près. Tout ça. Tu es un ange de patience et de compréhension. J'espère que tu le sais. »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


One day after the other


BADGES:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H06-403
H06-403
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: A pumpkin made of orange juice || H06-403   Lun 4 Sep - 20:24

"Ca n'aidera pas." La réponse que j'attendais. Comme toutes les personnes à qui j'accorde ma confiance, Adam a fait l'objet de recherches intensives, et je connais plus ou moins tout ce qu'il y a à savoir d'intéressant sur son passé. Toutes les informations pratiques dont j'ai besoin pour décider qu'il n'a rien d'un fou furieux et le laisser entrer dans ma vie. Mais sa relation avec sa famille et ses parents en particulier, il m'en a parlé lui même. Et de ce que j'ai compris, ce n'est absolument pas la joie, et en ce moment même, ça m'arrange grandement. Déjà parce que la diversion 'Rencontre avec la maman' a totalement éclipsé l'appel foireux de Jayden, mais surtout je ne prenais de toute façon pas beaucoup de risques puisqu'il refuse de me la présenter depuis le début. Et encore une fois, tant mieux ! Rien que l'idée de devoir rencontrer un autre être humain tout en faisant des pieds et des mains pour lui plaire et m'intéresser à sa vie parce qu'elle fait partie intégrante de la vie de l'homme que j'aime alors que je sais d'avance que c'est quelqu'un avec qui je n'ai rien en commun et avec qui je ne m'entendrais de toute façon jamais... Ca me fout des frissons, quelle horreur. Mais je savais qu'il refuserait et j'en ai profité. C'est moche, de manipuler celui que j'aime, mais promis, je ne le fais pas souvent et c'est toujours pour une bonne raison ! Là, en l'occurrence, éviter les questions douteuses et couvrir mes arrières.

Je le laisse m'attirer vers lui et profite de sa proximité pour oublier ma culpabilité de manipulateur. J'essaie de garder tout mon sérieux quand il parle, parce que même si ce n'est pas quelque chose que je connais, j'ai tout à fait conscience que la famille c'est quelque chose d'important pour lui. Et en particulier la petite fille enroulée dans sa couette Batman devant un épisode des Teen Titans qu'il chérit précieusement et pour qui il a du traverser une belle galère avec sa sale mère junkie et irresponsable. Et ça vient de la bouche de quelqu'un qui n'a même pas de vrai métier et qui traîne dans des combines louches depuis la fin de l'adolescence, c'est dire. Même si je ne porte pas Adélaïde dans mon coeur pour des raisons totalement fondées et que je n'évoquerai pas parce que je ne veux pas m'énerver, en étant purement objectif elle fait quand même partie de sa vie et de celle d'Alice (et par extension, de la mienne, malheureusement) et toutes les deux comptent énormément pour lui. Donc, quand il en vient à parler de sa famille et qu'il arrête une décision comme celle d'ignorer la demande de sa mère, j'écoute toujours sans rien dire, en me contentant de rester sérieux et d'être là pour lui. Même si, dans ce cas précis, c'est assez dur de rester sérieux devant des phrases telles que : "s'enfoncer le balai militaire dans le derrière pour le bien de la cause." Connaissant les... pratiques d'Adam, le gamin en moi à du mal à se retenir, mais je peux toujours me raccrocher aux compliments qu'il me fait si j'ai du mal.

Parce que je ne crois pas qu'on m'ait déjà dit pareilles choses, et que je sais que malgré la situation, il pense ce qu'il dit et que ce n'est pas juste un artifice pour appuyer son discours. C'est sûrement une des choses qui me plaît le plus chez lui : il n'a pas peur de me montrer ce qu'il ressent. Il n'a pas peur de s'ouvrir. Je ne suis pas capable de ça, pas spontanément, en tout cas, mais lui... Peut-être que c'est pour ça que je suis resté ? Que j'ai arrêté de changer de vie tous les mois et de bouger ? Parce qu'il y a quelque chose en lui qui m'attire. Qui m'apaise. Il a cette part de sérieux, cachée au milieu de son caractère clownesque et maladroit, cette maturité dont il fait preuve et que je n'arrive pas à comprendre. Qui aurait cru que je finirais avec un homme qui est aussi un père et que je me retrouverais là, à discuter d'un potentiel rendez-vous avec ma belle-mère ? Pas moi, et je suis bien content de m'être trompé. Jamais je n'échangerai ma vie, pour rien au monde !

Surtout quand il m'embrasse comme ça. Je lui rend son baiser fougueux et je sens la tension monter d'un cran. Pas que la tension d'ailleurs, le problème des pantalons de pyjama c'est qu'ils sont extrêmement souples et donc très révélateurs. Mais en ce moment, j'ai plus l'esprit d'un adolescent effarouché que d'un adulte responsable, alors je me laisse aller et passe mes mains dans ses cheveux, agrippant sans trop tirer tout en me collant à lui. Si jamais Alice décide de venir faire un tour dans la cuisine à ce moment, ça va être difficile de lui expliquer pour une grosse lampe torche se cache dans nos boxers respectifs, mais ce ne sera pas à moi de m'en charger. L'avantage de ne pas être son père, c'est que je peux être là pour les bons moments et me défiler lors de ceux un peu plus embarrassants. Mais elle n'a pas l'air décidée à quitter son poste devant la télé, alors je continue de l'embrasser en passant une jambe entre les siennes et je tente même un petit truc : lui mordiller la lèvre inférieure avec les dents avant de terminer le baiser. Je pense que je ne lui ai jamais fait ce coup là, et j'aime bien !

"Bon, c'est toi qui décide, c'est ta mère, pas la mienne." Je lâche un long soupire, plus parce que j'avais très envie de continuer cette étreinte que parce que je suis déçu de ne pas voir belle-maman, mais ça donne un peu de poids à ma prestation du petit-ami parfait. "Je me contenterai de passer ma soirée rien qu'avec toi, alors, quelle déception énorme..." Je l'embrasse une nouvelle fois, juste un baiser cette fois, en souriant. "Mais je vais prendre sur moi, comme tu le dis si bien, je suis un ange... On verra combien de temps il me faudra ce soir pour me changer en démon." Je lui pince les fesses malicieusement et m'éloigne en lui jetant un regard coquin. "J'ai tout de même envie de tester ta théorie sur les objets phalliques dans le derrière des gens, je pense que tu loupes vraiment quelque chose là dessus, je suis du côté de tes parents sur ce coup !" J'ai chuchoté pour la dernière partie, je ne suis pas inconscient non plus, mais je dois bien avouer que c'est assez excitant de dire des obscénités avec le risque de se faire prendre, même si c'est par Alice et qu'il y a de très fortes chances pour que 'phallique' ne fasse pas partie de son vocabulaire...

Je la rejoins d'ailleurs sur le canapé et pique la cuillère qui reste dans le bol vide pour lui piquer quelques céréales. Elle râle un peu et je l'embrasse sur le front avant de rigoler et de reporter mon attention sur l'écran. Pourquoi nier que je suis sûrement plus fan de l'émission qu'elle ? Ca, Adam le sait, de toute façon... "Dis moi, ma chérie, ça te plairait de voir mamie aujourd'hui ?" Je tourne la tête vers lui et lui adresse un clin d'oeil entendu : il a promit une soirée tranquille, je compte bien mettre tout en oeuvre pour l'avoir, maintenant.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Unreal
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H02-001
H02-001
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: A pumpkin made of orange juice || H06-403   Jeu 7 Sep - 22:20

Ah cet homme. Là où je me contente d'un baiser langoureux contre ses lèvres que je me plais tant à m'approprier. Un baiser porteur de promesses pour notre soirée. Il arrive à conduire l'intimité du moment juste un peu plus loin. Juste assez pour que l'un comme l'autre nous soyons en mesure de sentir comme l'envie est là. Je l'ai dit que la fatigue et sa présence c'est un combo assassin? Je le redis. Quand je suis fatigué la barrière entre le papa et l'amant est mince. Très mince. Si mince que je m'emporte même si Alice est tout près. C'est tout juste si je ne gémis pas contre sa bouche en sentant ses dents s'enfoncer dans ma lèvre. Surtout que je ne crois pas avoir été la victime de ça auparavant. Une victime qui ne va pas se plaindre de la chose, mais bon sang. Cette idée d'essayer de nouvelles choses là. Maintenant. À la seconde où je le sens se presser contre ma cuise pour en faire de même contre la sienne et j'essaie de me rappeler un peu trop désespérément que ce n'est pas le moment de craquer. Le conduire à la chambre ou parler de ma mère? Le traîner de force dans la douche ou parler de ma mère? La table qui me fait de l'œil ou le blabla tue l'amour? Le choix devrait être clair et pourtant il ne l'est pas parce qu'avec lui je me sens comme un adolescent coincé dans un placard à faire des bêtises. J'ai envie de l'aimer et de le lui montrer tout autant que j'arrive à me contenter d'une brève étreinte ou des doigts enlacés devant la télé. Ça m'avait manqué l'adrénaline de l'amour. Sans ça peut-être que j'aurais été plus grognon parfois. Moins patient avec Alice. Comme toute personne normalement constituée se trouvant dans ma situation, mais ce n'est pas le cas. Comment est-ce que je pourrais être de mauvaise humeur alors que cette gueule d'ange me fixe à tous les matins? Je ne le peux tout simplement pas. Ma vie est actuellement parfaite dans son imperfection et ça me convient parfaitement. Ce qui ne m'empêchera pas de faire tout le nécessaire pour que cette soirée soit LA soirée. Elle pourrait être davantage LA soirée, mais pas encore. Pas que je doute, mais... il me manque quelque chose...

« Bon, c'est toi qui décide, c'est ta mère, pas la mienne. » Ce serait difficile d'être la sienne puisque je ne l'ai jamais rencontré. À vrai dire il est relativement secret sur sa vie, sa famille et ses relations. Même avec moi, mais sans doute que je ne m'en rends pas réellement compte parce que je suis tellement noyé dans les histoires de clients qu'une pause ne me fait pas de tord. Même si je devrais sans doute me pencher un peu plus sur la chose. Surtout à lui parler sans arrête de ma famille. Ma mère. Mon jumeau. Ma sœur. L'amie de ma sœur dans les jambes de qui j'ai coincé l'un des clients que je dois faire dormir sur le canapé à l'occasion. Pas que ça me plaise réellement, mais ça fait parti de l'entente. Entente qui inclus qu'Alice ne dorme pas à l'appartement ce soir-là ou bien coincée entre ses deux papas. Comme elle le dit elle-même. « Je me contenterai de passer ma soirée rien qu'avec toi, alors, quelle déception énorme... » Je lui rends son sourire en roulant des yeux. Gardant sa main dans la mienne encore un moment parce qu'une part de moi n'a pas envie de le laisser filer. L'autre me hurle d'aller prendre une douche froide avant de devoir expliquer la sexualité à une gamine de cinq ans. Il y a des discussions qu'elle va préférer avoir avec sa mère je n'en doute pas. Et le plus tard sera le mieux. Le regard menaçant doit être au point. « Mais je vais prendre sur moi, comme tu le dis si bien, je suis un ange... On verra combien de temps il me faudra ce soir pour me changer en démon. » Un ange... rien de moins... Comme s'il avait besoin d'une soirée en tête à tête pour se changer en démon. Nous savons tous les deux que si le timing est bon... « J'ai tout de même envie de tester ta théorie sur les objets phalliques dans le derrière des gens, je pense que tu loupes vraiment quelque chose là dessus, je suis du côté de tes parents sur ce coup ! » J'étouffe un rire parce que soyons honnête... qui ne rirait pas à un commentaire comme celui-là? « Et tu as intérêt à refaire ce truc avec tes dents... »

Je me frotte distraitement la fesse en l'observant s'éloigner pour rejoindre Alice sur le canapé. Croisant les bras un instant en inspirant. Espérant surtout arriver à faire descendre la pression. « Dis moi, ma chérie, ça te plairait de voir mamie aujourd'hui ? » Elle hoche la tête sans réellement hésiter toujours sans détacher son regard de la télévision. Le contraire m'aurait étonné. Je suis certain que ma mère lui file du gâteau en douce. Je me retourne pour ajuster correctement la machine à café cette fois. Me déplaçant dans leur direction ensuite pour poser un baiser contre le front de ma princesse avant de jeter un regard à Zach. « Après l'épisode tu iras préparer ton sac alors d'accord. Zach va t'aider pendant que je vais aller prendre ma douche. D'accord? » « Est-ce que je peux prendre ton sac papa? » J'hausse les sourcils en me grattant la nuque. Qu'est-ce qui peut bien expliquer qu'une enfant veuille prendre mon sac à dos presque aussi grand qu'elle plutôt que le sien? Malheureusement rose. « Pourquoi? » « Stewart il a pas assez de place dans mon sac. » Ah oui Stewart. Cette peluche hérisson qui ne la quitte jamais et qui a une taille démesurée. Vous savez les jeux dans les parcs d'attractions où on peut gagner une peluche en jouant d'adresse? J'ai perdu beaucoup trop de monnaie dans les jeux où je n'ai absolument aucune adresse pour lui gagner ce hérisson. Tout l'or du monde ne vaudra jamais la lumière brillant au fond du regard d'une gamine heureuse de dire que son papa l'a gagné. Surtout une gamine pas en âge de comprendre que c'est un exploit en soit pour ma personne. « D'accord... Je vais le poser sur ton lit. » Je lui ébouriffe les cheveux en lançant un sourire à mon homme. « Je reviens. Douche. Et je vais appeler ma mère au passage. »

Je me dirige en direction de la chambre en attrapant le combiné au passage. Composant le numéro de ma mère que je sais parfaitement éveillée à cette heure. L'armée. Coinçant le combiné entre ma joue et mon épaule je farfouille pour trouver mon sac à dos que je vais placer sur le lit d'Alice. « Maman? Oui... Oui tout le monde va bien... Oui il va bien... Non je ne t'appelle pas pour le repas. Oui... Si je te l'apporte au courant de la journée ça te va? Bien... Non maman... Je te l'ai dit hier... Juste... Laisse-moi le temps d'accord... Je sais, mais ne t'en fait pas tu le sauras à ce moment-là d'accord. Parfait. Il a quoi? Ah je vois. Elle va être folle de joie. Non. Tu lui diras tout à l'heure. D'accord. Oui moi aussi. » Une bonne chose de faite. Ceci fait je dépose donc le combiné à sa place et va m'enfermer dans la salle de bain pour prendre une bonne douche chaude. Surtout chasser l'odeur de café... et abuser un peu de l'eau froide.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


One day after the other


BADGES:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
A pumpkin made of orange juice || H06-403
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Police !
» je ne peux pas m'identifier sur orange [Résolu]
» Podcast et Juice
» Impossible d'explorer le site orange.fr
» [Résolu] Outlook Express & Orange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: IL ÉTAIT UNE FOIS :: Flashback-
Sauter vers: