Partagez | 
 

 you'd better take another seat - (722)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
H09-116
H09-116
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: you'd better take another seat - (722)   Dim 17 Sep - 10:27

you'd better take another seat
Here I stand and here I fell. I fell for it, I messed everything up. It's taking me down, I need fresh air. A light in the dark, to understand what this meant. ft. F09-722


Les émeraudes s’ouvrent sur le blanc immaculé de la chambre qui vient aveugler une nouvelle fois. Le monde qui l’entoure n’est pas encore entièrement apprivoisé, et le simple fait de se retrouver de nouveau allongé dans ce lit lui arrache un long soupir. Les mèches sombres collent légèrement à son front, mèches qu’il tente de dégager d’un geste lent en grognant pour lui-même, forcé de constater qu’il a un peu mal à la tête. Les idées se remettent en place tout aussi lentement, à mesure qu’il prend le temps de se redresser convenablement. Il n’a pas été couché dans une position des plus confortable, ne semble même pas vraiment se rappeler de ce qu’il s’est passé si ce n’est une vague sensation de couleur rouge qui traverse devant ses yeux. Oui, c’est ça. Les couloirs avaient viré au rouge sang, puis malgré la lutte, son corps avait commencé à s’affaisser, paupières lourdes qui l’ont fait céder. Ses jambes ne l’ont plus tenu et comme la majorité des autres silhouettes vêtues pour la plupart de blanc, il s’est affaissé. Ecroulé à même le sol. C’est donc de mauvaise humeur que 116 se réveille entre ces quatre murs jugés bien trop proches les uns des autres. La colocation est mal vécue, et ce depuis son arrivée. Colocataires à qui il n’a adressé un traître mot, préférant l’observation et la prise de conscience de son environnement à tout le reste, n’osant réellement se mêler à ceux qui partagent sa galère, quand bien même certains semblent en savoir bien plus que lui sur le compte de la Ruche et de ces dédales de couloirs blancs. Lui, il est juste en train de se dire que l’enfermement va le rendre dingue.

Une main passe sur le visage défait du jeune homme et il teste l’appui de ses jambes, ne se sort finalement de sa chute qu’avec une vulgaire bosse à l’arrière de la tête, ce qui ne suffit pas à lui donner une quelconque bonne humeur, bien au contraire. Jetant un coup d’œil vers la porte tout aussi blanche que le reste, 116 se dirige vers cette dernière pour mieux faire un saut dans la salle de bain qu’il est condamné à partager. Dieu sait qu’il n’est pas un maniaque de la propreté mais il ne peut s’empêcher de soupirer lorsqu’il voit certaines choses en désordre. L’eau glisse entre ses doigts, soudain bloquée rapidement pour mieux venir rafraîchir les traits de son visage. Une fois fait, il s’éponge tranquillement et trouve le petit espace qui leur sert de coin salon. C’est toujours plus grand que sa chambre et il préfère de loin se poser là, mais c’est sans compter sur la présence de 722, qui a visiblement eu la même idée. Il n’est même pas certain qu’il s’agisse de son véritable numéro. D’ailleurs, rien que le fait de s’appeler par des numéros est d’un ridicule sans nom. Pourquoi diable n’était-il pas en mesure de se rappeler ne serait-ce que de son prénom ? Pourquoi diable ont-ils tous finis amnésiques ici ? Et surtout… Qu’est-ce que c’est que tout ce bordel depuis qu’il a franchi le seuil des portes de l’ascenseur ?

« Tu prends toute la place. »

Ce sont les premiers mots qu’il adresse à la rouquine depuis son arrivée, et ils sont, pour le coup, dénués de toute douceur. La faute à la mauvaise humeur qui est venue se répandre dans ses veines, et le mal de tête qui vient le saisir sans lui accorder de répit. Ses doigts viennent d’ailleurs effleurer la partie arrière de son crâne en grimaçant tandis qu’il prend place sur le canapé, que 722 se soit poussée vers la gauche ou non. L’ennui n’est qu’un commencement, il ne le sait que trop bien et pourtant il n’est pas là depuis longtemps le brun. Sourcils froncés et traits tirés, il parait irrémédiablement contrarié et peu enclin à parler, mais quelque chose lui dit que sa colocataire ne l’entendra pas de cette oreille. Il le voit à son regard qui coule vers lui au moment où il tourne la tête légèrement pour la regarder du coin de l’œil, tout comme il le voit face à son attitude. « Il y a un problème ? » qu’il ose demander alors qu’il sait pertinemment qu’il ne s’est pas montré des plus agréables avec elle. Avec personne. En y réfléchissant bien.    

Résultat du dé sur l'utilisation du sérum de vérité:
 


⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


BEAUTIFUL HEART
Enough is enough ☽We are problems that want to be solved. We are rockets, pointed up at the stars.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: you'd better take another seat - (722)   Mar 19 Sep - 9:02


F09-722 & H09-116

you'd better take antoher seat


Cet endroit finirait vraiment par la rendre complètement folle. C'est en sursaut qu'elle se réveilla dans son lit, sans souvenir de s'y être couchée. Paniquée, elle repoussa brusquement la couverture qui la recouvrait, cherchant de l'espace pour reprendre son souffle. Bordel de merde. Étourdit, elle s’agrippa au bord de son matelas. Il y avait eu une lumière rouge. Elle en était certaine et puis ensuite... ensuite quoi? Rien. Agressée par l'absence de souvenir, la rouquine glissa une main dans son épaisse chevelure en soupirant. Mis à part se sentir mal, elle ne semblait pas s'être blessée ou quoi que ce soit d'autre. Une fois de plus, la chance semblait de son côté. Façon de parler, car elle croyait toujours que cet endroit finirait bien par la tuer ou lui faire du mal un jour ou l'autre. Découragée, elle enfila des vêtements propres avant de se jeter vers la salle de bain. Hum. Ce miroir suspendu au dessus du lavabo lui faisait toujours cet effet bizarre. Un reflet d'elle-même dont elle ne savait rien. Une rousse, sans nom. Sans souvenir de son passé. Sans foutu identité. Elle détestait ce reflet qui ne voulait rien dire. Et si ce n'était même pas son vrai corps? Valait mieux ne pas y penser. Bref, elle prit le temps de se rafraîchir avant de se glisser au salon. Tout le monde dormait encore apparemment. Et par tout le monde, elle avait le malheur de parler de ses deux colocataires. Un seul au départ et maintenant... un autre qui débarque par surprise. Pas moyen de vivre seule et d'avoir la paix? Non? C'était trop demandé. Elle n'était pas vraiment confortable dans cette situation. Vivre avec deux garçons en plus de ça. De quoi tuer le peu d'intimité qu'elle possédait à la base. D'humeur sombre, la jeune femme étira le bras pour récupérer le livre posé sur la table basse du salon. Elle pourrait bien s'occuper avec ça pour se changer les idées, à défaut d'avoir une télévision pour regarder des films. C'est donc sans grand intérêt qu'elle plongea le nez dans le roman.

Ah tiens, le chat sortait tout à coup de sa boite. Et par chat, elle parlait du colocataire. Ce numéro 116, ce qui ne voulait rien dire. L'angle de vue ne lui permettait pas de le voir, mais elle savait que c'était lui. Dommage qu'il ne soit pas du genre à dormir pendant des heures le matin, ça lui aurait évité de le croiser. Plus elle se tenait loin de lui et mieux elle se sentait. Encore une fois, elle comptait bien l'ignorer, profitant de son bouquin assommant pour faire genre d'être occupée ailleurs. Tant qu'il ne venait pas par ici, tout irait bien. Comble du malheur, elle capta le bruit fureté de ses pas qui se rapprochait dans la pièce commune qu'était le salon. Saleté de chat, qu'il retourne dans sa boîte! L'air toujours aussi détachée de la situation, rouquine ne lui adressa pas un seul regard. Elle sentait sa présence, c'était bien assez. « Tu prends toute la place. » Qu...quoi? Pardon? Il venait de parler là? Pas le temps d'analyser ses mots qu'il faisait le mouvement de se poser lui aussi sur le canapé. Comme s'il avait la peste, elle se jeta sur la gauche, le plus loin possible de lui. Ça va pas les manières!? Furieuse, elle déposa son livre contre ses genoux. Comment pouvait-il réussir à être aussi désagréable! « Il y a un problème ? » Elle le fixa quelques instants, pinçant doucement les lèvres. Il faisait exprès, elle en était certaine désormais! De la provocation gratuite, quel manque de maturité. Elle ne devait surtout pas répondre à cela. Pas question de faire comme lui, voilà. Elle était bien au dessus de ça. Sauf qu'intérieurement, elle pouvait sentir que son caractère se réveillait. Un caractère qu'elle était loin de savoir qu'elle le possédait. En fait, jamais personne ici ne l'avait agacé de la sorte. « Oui, en effet » Tel fût la réponse à sa question. Sur un ton sec, bien entendu. Parce qu'il y avait un problème, donc pourquoi mentir? Elle serait franche et de cette façon là, il arrêterait peut-être de se penser au dessus de tout le monde autour de lui. « Tu crois que je t'ai choisi peut-être? On m'impose ta présence et en plus de ça, tu agis comme un enfant roi » Oh mais elle en avait pas terminé avec lui, il y avait encore bien des choses qui traversaient son esprit en ce moment. « Je ne t'ai rien fait moi, alors force toi un peu parce que je ne comptais pas subir ton humeur exécrable jour après jour. » Eh bien. Dire qu'elle était capable de confronter les gens. Bizarre. Elle arrivait à peine à communiquer avec les autres et voilà qu'elle déballait son sac sur son coloc. Qu'est-ce que ça voulait dire au juste? Que sa personnalité se réveillait soudainement? N'empêche qu'elle s’inquiétait un peu de sa réaction. Elle ne voulait pas se battre non plus avec lui, loin de là. Elle comptait fuir bien avant ça. « Et t'as une sale tête. » Évitant de croiser son regard, elle bouda plutôt en croisant les bras contre sa poitrine. Oh elle le sentait pas du tout ce 116. En plus de ça, on ne pouvait pas dire qu'il faisait ressortir son bon côté.  


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

behind blue eyes
« If I can't find the cure, I'll fix you with my love, No matter what you know. And if you say you're okay, I'm gonna heal you anyway.Promise I'll be the cure »
by Wiise

team:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
H09-116
H09-116
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: you'd better take another seat - (722)   Mer 20 Sep - 5:13

you'd better take another seat
Here I stand and here I fell. I fell for it, I messed everything up. It's taking me down, I need fresh air. A light in the dark, to understand what this meant. ft. F09-722


Le livre qu’elle tient dans les mains l’intrigue un bref instant, et les émeraudes se posent sur la couverture, quitte à pencher la tête sur le côté pour parvenir à en lire l’écriture. Il n’est toutefois pas là pour ça, le chat, s’installant déjà sur le canapé, que la jeune femme se soit poussée ou non. Force est de constater qu’il n’a nul besoin de l’écraser puisqu’elle se décale d’elle-même comme s’il avait la peste ou même le choléra. Les billes vertes ne jettent qu’un rapide coup d’œil à la rouquine qui lui offre un regard des plus dédaigneux et noir, ce qui ne manque pas de le rendre perplexe. La question fuse alors dans l’air sans que le brun ne puisse vraiment l’arrêter, comme si, soudainement, il mourrait d’envie de lui balancer ses quatre vérités dans la figure. Haussant un sourcil, interrogateur, il la fixe en retour, attendant une réponse qui ne vient pas tout de suite, même si l’agacement se fait bien plus présent tout autour d’eux, la tension emplissant bientôt l’air ambiant. Oui, en effet. Tiens donc. Il croise délicatement les bras contre sa poitrine, toujours sagement assis à sa place, à l’autre extrémité du canapé et le visage encore un peu livide à cause du mal de tête qui l’assaille encore un peu. Tu crois que je t'ai choisi peut-être? On m'impose ta présence et en plus de ça, tu agis comme un enfant roi. Les lèvres se pincent et les sourcils terminent de se froncer. C’est une blague n’est-ce pas ? Depuis son arrivée, tout ce qu’il fait c’est essayer de se faire oublier et le plus discret possible, certes, l’on ne peut retirer le fait qu’à l’appartement il a tendance à se montrer fortement asocial et désagréable pour une raison qu’il ignore, mais tout de même, l’on ne peut pas dire qu’il soit aussi insupportable. Je ne t'ai rien fait moi, alors force toi un peu parce que je ne compte pas subir ton humeur exécrable jour après jour. Il entrouvre les lèvres, 116, ce numéro qui le caractérise et le rend malade en même temps, prêt à en découdre. « En quoi est-ce que je te gêne au juste… ». Il cherche un nom à lui donner, car les numéros il ne les retient pas. Non pas qu’il ait une mémoire défaillante, loin de là, mais la rébellion intérieure qui explose délicatement en son sein lui somme de les utiliser le moins possible. « …la rouquine. Tu peux pas dire que je sois constamment sur ton dos à longueur de temps. ». Vérité, il ne peut pas mentir, et il sent d’ailleurs que quelque chose ne va pas à ce sujet… Lui qui réfléchit avant d’agir, ou même de parler. Enfin, en général. Et t'as une sale tête. Le brun plisse le nez d’une contrariété évidente, et s’ils se retrouvent tous deux bras croisés au beau milieu de ce qui s’apparenterait presque à un salon, il tourne la tête juste pour être en mesure de la toiser et répondre sèchement par un. « Tu dis ça parce que t’as pas vu la tienne. ».

Le silence finit par retomber, temporairement, il le sait, car à l’intérieur de lui ça bouillonne, une certaine rage sourde, comme un effet secondaire inconnu du sérum dont il ignore tout et qui semblent pourtant circuler dans leurs veines respectives. Leur attitude est sûrement bien trop similaire à cet instant pour ne pas faire d’étincelle et 116 le sait. En soi, cela ne devrait pas arriver puisqu’il tente tant bien que mal de se faire invisible aux yeux du monde. C’est à croire que toutes les tentatives échouent les unes après les autres et qu’il n’est bon qu’à se faire repérer alors qu’il ne fait, en règle générale, que de les regarder. Il ne veut qu’analyser, c’est tout ce qu’il veut. Comprendre et encore comprendre la présence de ces dédales de couloir, pourquoi ils doivent tellement cohabiter. Pourquoi le blanc est la seule couleur supposément autorisée. Pourquoi ils ne se souviennent de rien. Pourquoi… Pourquoi, et encore pourquoi. Sans doute ne sont-ils tous deux finalement que sous le joug d’une crise de nerfs existentielle qui pointe le bout de son nez et devient harassante. Un long soupir vient s’envoler de ses lèvres avant qu’il ne vienne mordre l’inférieure distraitement. Puis, il décroise les bras subitement et se met assis de profil, jambe pliée sur le fauteuil de sorte à être en mesure de la regarder sans se faire un torticolis, bras posé contre le dossier, non loin de la jeune femme d’ailleurs… Ce n’est tout de même pas sa faute s’il est si grand. Va-t-elle oser lui reprocher ça aussi ? « Tu as toujours eu cette couleur de cheveux ou tu as eu une crise capillaire suite à ton arrivée ici ? ». En se rendant compte de ce qu’il dit, le brun déglutit et se racle la gorge. Merde. Certes, la question lui avait traversé l’esprit mais ce n’était pas ce qu’il avait voulu dire. Penchant la tête sur le côté il passe une main un tantinet nerveuse dans ses propres cheveux sombres et décide alors d’assumer parfaitement ses mots. Il s’agit de la meilleure chose à faire. « Non pas que j’en ai quoi que ce soit à faire mais… Ca m’intrigue. ». Tout comme l’indien qui est leur autre colocataire. « T’es là depuis longtemps d’ailleurs ? Parce qu’en définitive, je ne sais rien de toi. Tout comme tu ne sais rien de moi, et tout comme on ne sait rien de… Nous. En fin de compte. Raison de plus pour trouver tes réflexions déplacées étant donné que je suis tout le temps enfermé dans ma chambre ou en train de traîner dans les couloirs. ». Oui, il tient à le dire.    


⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


BEAUTIFUL HEART
Enough is enough ☽We are problems that want to be solved. We are rockets, pointed up at the stars.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


Qui es-tu petite abeille?
MessageSujet: Re: you'd better take another seat - (722)   Mer 20 Sep - 19:47


F09-722 & H09-116

you'd better take antoher seat


Elle qui faisait en sorte de s'éviter les problèmes depuis qu'elle était là, voilà que les problèmes venaient à elle sans qu'elle n'y échappe. Ce colocataire promettait d'être réellement quelque chose. Et par quelque chose, elle voulait vraiment dire que ce ne serait pas simple du tout de vivre à ses côtés. Du moins, lorsqu'ils seraient les deux dans la même pièce. Comme en ce moment. Un air de tempête flottait au dessus de leur tête. Apparemment, ils ne perdraient pas de temps à contourner le sujet avec des mensonges. Autant être franc, pourquoi pas hum? Ça la rendait folle de ne pas comprendre ce qui se passait exactement, à savoir cette soudaine attitude de lui faire rapidement comprendre qu'elle ne l'appréciait pas. Oui voilà, c'était dit. Elle le traitait insupportable, lui et son humeur de chat mal léché. Pour un inconnu, il semblait drôlement se permettre de prendre toute la place et elle ne le supportait pas très bien. Voyant de suite son air agacé, elle comprit qu'il n'était pas en accord avec ses dires. Oh il pouvait tout nier en bloque si cela lui chantait, parce qu'elle ne s'en excuserait pas. « En quoi est-ce que je te gêne au juste… » Ah non pas ça quand même! Il voulait une liste peut-être? Comment pouvait-il être aussi aveugle? Il était gênant, point. « …la rouquine. Tu peux pas dire que je sois constamment sur ton dos à longueur de temps. ». Rouquine!? Oh c'est pas possible là! « C'est Ro...laisse tomber » Rosie. La rouquine se surnommait Rosie, parce que 722 c'était à chier et rouquine ça ne voulait absolument rien dire, mis à part faire une référence à la couleur de ses cheveux. Elle ne se définissait pas que par cela non. Sauf qu'elle laissait tomber oui, parce qu'il ne s'en intéressait pas de toute façon, trop occupé à contrer ce qu'elle venait de dire. D'ailleurs, elle plissa légèrement le nez, affirmant qu'il avait une sale tête en plus de tout le reste. Un commentaire qui dépassait presque sa pensée. Ce n'était pas très gentil, elle le savait bien. C'était juste plus fort qu'elle. « Tu dis ça parce que t’as pas vu la tienne. »Cette fois-ci, la jeune femme laissa échapper un grognement d'agacement. Une réponse bien puérile oui. Il avait quel âge au juste? Sûrement plus jeune qu'elle, si elle se basait sur sa maturité. Combien de temps allaient-ils s'envoyer en l'air cette petite joute verbale? Parce qu'à ce rythme la, ça risquait de mal finir.

Un lourd silence s'installa soudainement, ce qui apporta un peu de répit à leur dispute. De son côté, elle réfléchissait activement à une façon de lui faire comprendre qu'il se comportait en chat de ruelle désagréable et sans aucune manière. Pas question de replonger dans son livre. À quoi bon. Avec lui tout près, elle perdait toute concentration. Quel était le problème? Leur personnalité opposé? Comme le feu et l'eau, comme chat et chien. Un déséquilibre que ni un ni l'autre ne maîtrisait. Peut-être devait-elle mettre un peu d'eau dans son vin et laisser tomber la hache de guerre, mais cela voulait aussi dire qu'il gagnerait. N'étant pas du genre à abandonner si facilement, la rouquine savait bien qu'elle avait encore l'énergie pour lui tenir tête. Inutile de se mentir. Elle pouvait sentir qu'il n'avait pas dit son dernier mot. D'ailleurs, voilà que monsieur pacha se prend tout le canapé ou presque une fois installé face à elle. C'est pas possible, merde. Il lui bouffait son air et maintenant sa bulle! Cette proximité la poussait encore plus à le détester. Il se croyait chez lui! Bon okay, il était chez lui. Détail. « Tu as toujours eu cette couleur de cheveux ou tu as eu une crise capillaire suite à ton arrivée ici ? » Pardon!? Furieuse, elle serra les points, geste qu'elle n'avait jamais eu jusqu'à présent. « Je ne sais pas! » Parce que, tristement, elle ne savait vraiment rien sur elle. Ce qui représentait un gros manque d'argument en ce moment. Le ton avait levé pour sa part, claquant contre les murs immaculés de la pièce. Question stupide, elle était rousse, donc elle devait être rousse avant aussi, forcément. Pourquoi cette question!? Rosie inspira un coup, cherchant le calme qui ne semblait pas vouloir revenir. Il disait être intrigué, mais ce devait être sarcastique plutôt. Ce stupide chat allait la rendre folle. Pas la ruche non. Lui! « T’es là depuis longtemps d’ailleurs ? Parce qu’en définitive, je ne sais rien de toi. Tout comme tu ne sais rien de moi, et tout comme on ne sait rien de… Nous. En fin de compte. Raison de plus pour trouver tes réflexions déplacées étant donné que je suis tout le temps enfermé dans ma chambre ou en train de traîner dans les couloirs. » Il ne se taisait donc jamais? Pas de bouton off sur lequel elle pouvait appuyer? Malheur. À l'aide de son pied, car hors de question de le toucher avec sa main, elle repoussa ses jambes du canapé pour les faire retomber contre le sol, brisant ainsi son confort. « Il y a trois coussins, lui du milieu ne t'appartient pas » Leçon de cohabitation. Une place pour elle, une pour lui et la zone neutre du milieu. Qui ne savait pas cela. « Et pour répondre à ta question, je suis ici depuis peu de temps...l'autre était déjà là » L'autre. L'indien dont le surnom peu fameux venait d'être choisi. Elle le voyait très rarement, peut-être dormait-il avec sa petite amie s'il en avait une. « Disons que toi par contre, tu ne passes pas inaperçu » Pas comme l'autre. Message subtile mais pas subtile vraiment pour dire qu'il prenait de la place. « C'est vrai que je ne te connais pas, mais je ne te fais pas confiance du tout et rien chez toi en ce moment me donne vraiment envie de te connaître. » Voilà qui était honnête, mais brusque comme commentaire. Sur le moment, elle regrettait un peu. Peut-être, et c'était juste un peut-être, que ce 116 avait un bon fond. Bien caché et loin dans son dedans, mais bref. Elle était capable de reconnaître qu'il n'était pas forcément le diable. Plongeant son regard d’azur dans le sien, elle reprit son sérieux. « Je suis déjà suffisamment terrifiée avec ce qui pourrait m'arriver ici, je n'ai pas envie d'en avoir plus sur le dos. » Elle le pointa ensuite du doigt avant de poursuivre. « Du genre me faire tuer dans mon sommeil par toi,ou je ne sais quoi! » Ne jamais sous estimer la peur. Chez la rouquine, elle prenait toute sorte de forme ses jours-ci. Un colocataire tueur. Pourquoi pas. Qui garantissait que ce type était net? Absolument rien. Au moins elle disait la vérité! C'était ce qu'elle pensait. Quand même gênée de faire ce genre d'aveux plus glorieux, à savoir l'identifier comme une menace potentielle, la rouquine se referma dans sa bulle, le regard fixé désormais sur le mur blanc en face d'elle. Tout était tellement perturbant ici. Comme pourrait-elle y survivre sans péter les plombs? Elle déprimait et tombait apparemment dans la paranoïa.


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

behind blue eyes
« If I can't find the cure, I'll fix you with my love, No matter what you know. And if you say you're okay, I'm gonna heal you anyway.Promise I'll be the cure »
by Wiise

team:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
you'd better take another seat - (722)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SEAT fête les 30 ans de l'Ibiza au Techno Classica 2014
» future Seat Ibiza 5 portes
» Comment installer ZD dans carte sd GPS automobile SEAT
» SEAT ATECA récompensée pour son design
» Evolutions dans le gamme SEAT au 1er mai 2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LA RUCHE :: Niveaux 6 à 10 :: Niveau 9-
Sauter vers: