Partagez | 
 

 [PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-74
H09-74
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: [PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin   Ven 22 Sep - 13:20

... But you're not. And naked.
Ft. Andrew Garwin


La nuit, c'est fait pour dormir. Enfin c'est ce qu'on dit. Il parait. Pas comme si je me souvenais vraiment à quoi la nuit étoilée ressemble et d'ailleurs la simple idée ne me sert pas à grand chose: parce que mon plafond il est blanc, uni, lisse, absolument immaculé. Et tout ce blanc au final, ça ne me gêne pas vraiment. J'ai juste... Ce sont ces murs. Des murs partout. Pas une seule fenêtre. Etre enfermé n'est pas grave en soit, mais ne pas voir au-delà... Deux jours que je suis là et j'ai eu du mal à quitter ma chambre. J'ai rapidement intègre l'idée que c'est mon espace, que j'y suis en sécurité. Que mon lit est mon lit et que si je veux y rester toute la journée, c'est mon bon droit. Sauf que je l'ai un peu trop usé ce droit. Durant la première journée j'ai principalement déambulé, visité... Je me suis perdu du coup. Mais au final ça a servi. Mais une trouvé le 602? Une fois rencontré le lit? J'ai fais l'ermite. J'ai dormi toute la nuit puis une partie de la journée, épuisé par je ne sais pas trop quoi, jusqu'à me réveiller et me retourner encore et encore, plus fatigué, mais sans réellement l'envie de bouger.

Oh j'ai réussi à me lever, mais venu le soir? Impossible de dormir. Et vous me direz, bah oui imbécile, t'as pioncé toute la journée, et je vous répondrais que ça n'a rien à voir. Parce que mon plafond, je ne le fixe pas par insomnie ou manque de fatigue. Je le fixe parce que je commence à réaliser où je suis et ce qui pourrait arriver. Je le fixe parce que j'ai écouté aux portes et observé les gens autour de moi. Je le fixe parce qu'une angoisse monte en moi et elle pourrie ma nuit.

Et puis la sensation qui me prend. L'envie qui me tiraille. Je ne reconnais pas l'effet que ça me fait, je sais juste dans quelle direction me diriger et je me lève, grognon, pour sortir du logement. Quelqu'un debout? Non, et vu l'heure c'est pas vraiment étonnant. Au mieux elles dorment au pire elles sont dans leur chambre... Ou ailleurs? Qu'est-ce que j'en sais, j'suis pas leur père. Je tiens pas un registre de leur déplacement.
Enfin peu importe. Mes pas me mènent jusqu'à l'ascenseur et j'appuie sur l'écran vers l'un des niveaux inférieurs, peu assuré jusqu'à confirmer en voyant que je venais d’atterrir à l'infirmerie. Jusqu'à confirmer encore en voyant une salle vide. Jusqu'à finalement arriver à destination et sentir l'odeur de chlore piquer mes narines.

Dés que j'ai vu la piscine j'ai senti un truc, comme une attraction. Quelque chose de viscéral, mais forcément sur le moment j'avais surtout envie de trouver mon lit, donc patience, mais là... Là je balaye la salle du regard pour ne pas y voir la moindre âme et souri bien malgré moi, pas mécontent. J'étais seul dans ma chambre, oui. Le but est pas de trouver de la compagnie, le but et de virer mes vêtements et de rentrer dans l'eau. Et c'est ce que je fais. Je me libère d'absolument tout, profitant d'être seul, pour enfin m'immerger totalement

Froide. Pas désagréable pour autant.

La sensation est familière et particulièrement relaxant. Je fais quelques mouvements pour habituer mon corps à la température de l'eau et réalise que je sais nager. Je suis entré dedans sans réfléchir, à croire que l'instinct fonctionne encore. Enfin, c'est ce même instinct qui me fait me planter de niveau et me prendre des murs alors de là à lui faire confiance...
Je fais quelques longueurs, sans me presser. Je n'y pense pas vraiment. En fait ça m'empêche de penser et en soit c'est le but, et j'en suis ravi. Je nage, je sens l'eau glisser sur ma peau et c'est parfait. Jusqu'à sentir une présence. Comment? Je dirais encore une fois l'instinct, et j'arrête de nager, battant toujours des jambes et des bras pour me maintenir à la surface de la zone profonde avant de distinguer une silhouette.

Zut.

Mon regard passe sur le tas de vêtement laissé contre l'un des murs, loin de l'eau pour éviter de tout mouiller. Le but était d'avoir de quoi m'habiller, au sec, une fois fini. Quelle bonne idée tiens... Et bien sûr les serviettes sont encore plus loin. Je fais quelques mouvements de plus pour me rapprocher sans venir trop près non plus. - Heeu... Bonsoir? - Je sors une main de l'eau et la passe dans mes cheveux pour les ébouriffer rapidement, en virer l'eau qui s'y est imprégner. - T'as besoin de la salle ou... Je sais pas s'il y a des tours ou une réservation. - Après tout, allez savoir...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-14
H03-14
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin   Jeu 28 Sep - 19:01



When you think your alone...

H09-74 & H03-14


S’endormir était devenu presque impossible pour Andrew. Toutes les nuits, c’était la même chose, le même cinéma. Les insomnies prenaient part de son esprit et son cerveau bouillonnait plus que de raison. Il s’imaginait toujours trente milles scénarios. Des plausibles, des débiles, des catastrophes, des plus joyeux. Tout dépendait de son humeur avant de tenter de tomber dans les bras de Morphée. Mais depuis quelques temps… C’était toujours le même lot quotidien. Des idées noires qui fusaient de toute part.

Andy avait beau essayer de ne pas y penser, c’était plus fort que lui. Déjà, parce qu’on lui avait encore une fois effacé une partie de mémoire. Trois jours. Trois foutus jours dont il ne se souvenait absolument rien alors que bon nombre de résidents avaient tentés de lui ramener des informations pour qu’il se souvienne. Mais rien. On lui avait encore dézingué le cerveau et ça l’avait perturbé. Mais s’il n’y avait eu que ça…

Le cauchemar des disparitions avait encore frappé. Et pas n’importe qui cette fois. Chris. Chris avait disparu, d’un coup d’un seul. Andy ne l’avait trouvé nulle part, malgré l’aide d’Elijah et l’attente, le brun ne l’avait pas vu réapparaitre… Tout comme les nombreux colocataires d’Andy, ce dernier s’était volatilisé. Malédiction. Du moins c’est ce que le jeune Garwin pensait, il portait la poisse. Tous ceux qui étaient près de lui finissaient par disparaître… Sauf que la disparition de son mari l’avait forcément affecté plus que de raison.

D’autant plus qu’il avait aussi eu le droit à un petit cadeau personnel de la Ruche à la même période : une belle et longue cicatrice sur le flan du torse. Rouge, encore fraiche et bien douloureuse. Comme s’il n’était pas déjà assez marqué ! C’était cette accumulation de choses qui l’empêchait de dormir et qui le rendait morose et légèrement paranoïaque. Il ne pouvait d’ailleurs s’empêcher de vérifier plusieurs fois par jour qu’Elijah était encore là. Il ne pouvait pas le perdre, pas lui, il n’était pas franchement sûr de s’en remettre…

Sauf que ce soir-là encore, le sommeil ne venait pas. Il avait pourtant vérifié que le châtain était bien encore parmi eux avant d’aller s’enfermer dans sa chambre. Il avait pris des précautions pour ne pas s’appuyer sur sa cicatrice, mais rien. Agacé, il avait fini par s’assoir comme un con sur son lit, le dos courbé de fatigue mais aussi d’ennui. Il ne supportait plus le silence et l’absence de vie la nuit alors que lui ne trouvait plus la paix. Il avait donc naturellement réfléchi à un endroit où il était susceptible d’entendre un peu de bruit, sans pour autant réveiller tout le monde. La salle de sport lui était venue à l’esprit avec les tapis de course, mais il ne pouvait décemment pas courir à cause de la douleur qu’il ressentait encore contre sa peau… Une seule solution s’était donc rapidement imposée à lui : la piscine.

Certes, l’eau n’était pas toujours conseillée pour une cicatrice. Mais à chaque fois qu’il prenait une douche, cela apaisait un tant soit peu la brulure. L’eau de la piscine pouvait bien faire pareil, en espérant que le chlore n’aggrave pas les choses… Il pourrait vérifier sur place de toute façon. Et puis il n’était pas forcé de rentrer entièrement dans l’eau pour juste entendre un peu le bruit de l’eau que l’on dérange. Il s’était donc dirigé bien vite vers cette pièce, ne s’encombrant pas vraiment de grand-chose. Il avait récupéré un t-shirt propre et plus large pour éviter les frottements mais ne l’avait pas mis pour autant. Autant minimiser les contacts et puis c’était la nuit, il ne croiserait surement personne.

Il arriva sur place une dizaine de minutes plus tard, mains dans les poches d’un vieux jogging bleu marine qu’il avait déniché à l’entrepôt, de quoi être à l’aise pour trainer et surtout : de quoi éviter le blanc. Sauf qu’en arrivant, il ne s’attendait pas à entendre des remous d’eau sans avoir à pénétrer la surface lisse et bleutée… Il n’était pas seul, quelqu’un devait déjà être là. Et merde. Il hésita un instant à rebrousser chemin, mais le temps que son idée de repartir migre vers son cerveau fatigué, il avait déjà bien pénétré la pièce. Son t-shirt en vrac sur son épaule et mains dans les poches, il était donc tombé sur une tête blonde, déjà dans l’eau.

Il avait vu juste, il n’était pas seul. Sauf qu’il ne pouvait plus vraiment s’enfuir sans rien dire… Le gars venait d’arrêter de nager et s’était même rapproché avant de lui adresser la parole. Par pur réflexe, Andy se mit à le détailler. Savoir à qui on avait à faire, règle première de La Ruche. Enfin, règle numéro deux, la première étant purement d’essayer de survivre ici…

Un blond, grand d’après le reflet flou qu’il pouvait voir à travers l’eau et bien battit d’après la largeur et la musculature des épaules qu’il pouvoir hors de l’eau. Ce n’est qu’à force de le regarder que le brun se rendit compte qu’il était très malpoli. Par reflexe, il avait attrapé son bras recouvert de cicatrice dans une tentative foireuse de le cacher un peu, se disant que finalement il aurait mieux fait de mettre son t-shirt. Idiot ! Il aurait dû se douter qu’il n’était pas le seul insomniaque du coin. Il se racla ceci dit la gorge en essayant de garder une constance, ne lâchant pas le regard en face de lui.

« Bonsoir, ou bientôt bonjour, je ne sais pas quelle heure il est. »

Son regard avait glissé sur la peau de l’inconnu quand il avait remarqué le bleu un peu trop profond de ses yeux, le perturbant un instant. Mais ce n’était rien comparé à l’instant où il comprit que le mec en face de lui devait être littéralement nu comme un vers dans la piscine. Il ne voyait pas de reflet blanc ou coloré en plus de la couleur de sa peau. La gêne le prit et son regard se tourna automatiquement vers le plafond, puis sur le côté de la salle, comme pour chercher une échappatoire. Chapeau, super timing, comme d’habitude.

« Hum… Non non, y’a pas de trucs de ce genre, de tours ou de réservations. C’est à qui veut y aller ! Donc, tu peux rester. Fin, tu fais ce que tu veux quoi. »

Voilà qu’il se sentait con, vraiment con, sans de réelle raison en plus. Ce n’était pas la mer à boire après tout. Y’avait pas mort d’homme non plus. Mais il était comme ça, pudique. Lui-même et pour les autres aussi. Encore plus avec des gens qu’il ne connaissait pas. Et ce gars-là, il ne l’avait jamais vu. Il en était sûr et certain… il s’en serait souvenu ! Il était loin d’être petit et passe partout le beau gosse à poil qui faisait trempette !

« En fait, je cherchais juste un endroit avec un peu moins de… silence. Et comme j’aime bien le bruit de l’eau je suis venu ici. Ça m’arrange même que tu sois déjà dans l’eau en fait, comme ça je suis pas obligé de faire trempette en serrant les dents… »

Ce qu’il disait n’avait pas franchement de sens pour quelqu’un qu’il ne connaissait pas mais bon, il était tard, il était fatigué, alors Andrew n’avait pas réfléchi avant de laisser sa bouche dire ce qu’elle avait envie.

« Je t’ai jamais vu toi encore. T’es nouveau ? »
Codage par Libella sur Graphiorum

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Let your memories grow stronger and stronger
'Til they're before your eyes


Allez voir mes Padawans, ils sont top

Mes badges
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-74
H09-74
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin   Dim 1 Oct - 14:07

... But you're not. And naked.
Ft. Andrew Garwin


« Hum… Non non, y’a pas de trucs de ce genre, de tours ou de réservations. C’est à qui veut y aller ! Donc, tu peux rester. Fin, tu fais ce que tu veux quoi. » - Je hausse les épaules. Si ça lui va, moi ça me va. Je suis pas contre un peu de compagnie de toute façon. - « En fait, je cherchais juste un endroit avec un peu moins de… silence. Et comme j’aime bien le bruit de l’eau je suis venu ici. Ça m’arrange même que tu sois déjà dans l’eau en fait, comme ça je suis pas obligé de faire trempette en serrant les dents… » - Je fronce les sourcils en l'écoutant, loin de comprendre de quoi il parle. Ce que je sais c'est qu'il parle trop et que ça ne fait aucun sens pour moi. Pas que ça me dérange en soit...

Mon regard détaille son visage dans la salle mal éclairée et je le laisse descendre sur son torse nu une seconde, sans arrière-pensées, notant qu'il a déplacé son bras sans réellement comprendre pourquoi. - « Je t’ai jamais vu toi encore. T’es nouveau ? » - Mon regard retrouve ses yeux bleus et je souris, un sourire fatigué mais tout de même, avant de répondre. - Ouais. Je me suis réveillé il y a quelques jours.

Je me rapproche légèrement. Le remous de l'eau camoufle le bas de mon corps, soit tout ce qui se trouve en-dessous de la taille, et je lève la tête vers lui. - Je pensais être seul, si ça te gêne tu peux toujours me jeter mon boxer. - Heeu... - Ou un vêtement. - Non. - Ou une serviette, j'irais moi-même. - Et puis dans ma barbe. - .. Oui voilà, une serviette. C'est bien une serviette.

J'attend qu'il me réponde avant de tourner la tête vers l'eau, pensif. - J'aime nager, enfin je crois, donc je peux fournir le fond sonore si tu veux. - Je tourne un sourire amusé vers lui. - Autant que ça serve à quelque chose. - Je croise son regard et perd légèrement mon sourire pour retrouver un air un peu plus sérieux. Pas trop, mais un peu. - Ça fait longtemps que t'es là? Est-ce que... Est-ce que ça va? - Qui aurait pu rater l'air sur son visage de toute façon...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-14
H03-14
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin   Mer 1 Nov - 21:56



When you think your alone...

H09-74 & H03-14


Alors qu’il parlait et disait un peu n’importe quoi, Andrew avait essayé de déchiffrer un minimum ce que pouvait penser le blond dans l’eau. Il était resté silencieux et n’avait fait qu’un haussement d’épaule et un sourire fatigué. Sourire qui lui indiqua quand même que sa présence ne gênait pas autant que ce qu’il aurait pu le penser.

Le blond lui affirma qu’effectivement il était nouveau et qu’il ne s’était réveillé que depuis quelques jours. A cette réponse, Andy ne put s’empêcher d’afficher une mine compatissante. Intérieurement, il était même triste pour lui. Depuis quelques semaines il se demandait si être réveillé et dans La Ruche n’était pas plus un fardeau et une malédiction qu’être endormi et inconscient quelques part… Question qu’il méditait. Un peu trop souvent même. A l’en faire déprimer.

Il se claqua néanmoins mentalement alors qu’il se rendait compte que son interlocuteur avançait un peu dans l’eau qui n’était définitivement plus stagnante et dont le bruit de remous apaisait un peu le brun. Il tentait de ne pas paraître gêné, mais visiblement, c’était raté. Le blond lui parlait de lui envoyer un boxer, puis un vêtement, puis une serviette s’il était gêné. Merde. Déjà il se sentait un peu con de s’être fait griller, mais il se sentit aussi un peu con de comprendre l’enchainement avec retardement. Cependant, le fait qu’il parle dans sa barbe redonna un peu confiance à Andy. Lui aussi n’était peut-être pas toujours des plus à l’aise ? Il aurait peut-être l’occasion de le savoir.

« Je… Une serviette ça évitera de mouiller tes vêtements si tu veux rentrer plus tard à ton logement sans être trempé. »

Il n’avait pas directement répondu à sa question, mais c’était tout comme. Ce n’était pas vraiment de la gêne, juste quelque chose ancré en lui qui se répercuté toujours. Il bougea donc un peu pour aller chercher une serviette et revint bien vite avec, tout en écoutant la suite de la conversation. Ce qu’il dit est gentil, presque touchant et voir son sourire change un peu des visages qu’il croise à longueur de journée. La plupart lui renvoi de la pitié d’ailleurs, quoi que ça s’atténue avec le temps. Et avec le fait qu’il sort de moins en moins aussi. Il ne peut donc que lui renvoyer un sourire qui se veut de remerciements silencieux.

Sauf que son visage change d’expression au moment où son regard croise de nouveau le sien. Andy ne sait pas pourquoi, mais son sourire s’amenuise un peu. Il ne semble pas sûr de lui mais pose quand même quelques questions dont une que le brun entend un peu trop souvent en ce moment, et à laquelle il n’a pas très envie de répondre. Comment ne serait-ce expliquer s’il va bien ou non ? Il ne sait même pas par où commencer…

« Ça va bientôt faire six mois que j’ai débarqué ici. C’est loin d’être de tout repos, même si ça n’en a pas toujours l’air. »

Le jeune Garwin revient à son emplacement initial avec la serviette dans les mains avant de se rapprocher un peu du bord. Il releva doucement son jogging foncé à niveau des genoux avant de venir s’assoir et tremper le bas de ses jambes dans l’eau, non sans grimacer un peu.

« Je ne sais même plus si je vais bien ou pas. J’en ai juste… marre. J’ai enchaîné les pertes amicales ici, les gens disparaissent d’un coup et on ne les revoit jamais. On m’a envoyé en prison pour une connerie de rien du tout. On m’a kidnappé 24H et enlevé la mémoire. On m’a enlevé un être cher, très cher. »

Son regard s’était baissé sur sa main gauche, sur la trace encore visible d’une alliance qu’il n’avait jusqu’à présent jamais quitté. Sauf qu’il s’était fait une raison. Après quelques semaines, il l’avait finalement retirée, car la voir le rendait mal.

« Oh, et dernièrement on m’a laissé une belle et bien moche cicatrice sur le flanc droit. Comme si je n’avais pas assez de cicatrices comme ça. »


Il avait successivement montré la longue et fraiche cicatrice qu’il avait trouvée à son réveil quand Elijah était miraculeusement apparu devant son logement pour l’aider, et son bras gauche martelé de cicatrices blanches et brunes qu’il avait supposé avoir bien avant son réveil. A quoi bon cacher tout ça, il savait que c’était là et c’était loin d’être discret. En plus, il n’avait plus la force de cacher ou camoufler quoi que ce soit.

« J’ai juste… du mal à continuer d’évoluer dans cet endroit. Je ne sais pas si ça va ou pas. Mais je sais que y’a rien qui fait bouger ça en ce moment. Je réfléchis trop, je pense trop, je rumine trop. J’ai plus envie de rien. »

Il avait simplement haussé les épaules. Blasé. Il était réaliste, ce n’était pas une bonne période pour lui, encore moins que lors de ses débuts dans La Ruche où il enchaînait les galères imprévisibles. Dernièrement, il ne trouvait rien qui le divertissait ou qui lui faisait oublier qu’il allait mal. Pas même Elijah qui était là quoi qu’il arrive. Même pour lui, Andrew avait l’impression de devenir un fardeau à traîner.
Codage par Libella sur Graphiorum

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Let your memories grow stronger and stronger
'Til they're before your eyes


Allez voir mes Padawans, ils sont top

Mes badges
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-74
H09-74
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin   Jeu 2 Nov - 11:53

... But you're not. And naked.
Ft. Andrew Garwin


« Je… Une serviette ça évitera de mouiller tes vêtements si tu veux rentrer plus tard à ton logement sans être trempé. » - J'acquiesce. Au moins il est pas gêné, ou pas au point de me demander de remettre ma combinaison-doudoune-capuche-gants et chaussettes intégrées. J'aurais refusé de toute façon. Je barbote donc tranquillement en l'observant aller chercher la dites serviette. - « Ça va bientôt faire six mois que j’ai débarqué ici. C’est loin d’être de tout repos, même si ça n’en a pas toujours l’air. » - Je ne suis pas sûr de savoir comment réagir. Un sourire? Un câlin? Ne pas réagir du tout? Je continue de l'écouter en silence. C'est toujours mieux, parce que je ne me sens pas capable de l'ignorer.

Il libère le bas de ses jambes et s'installe au bord du bassin, les plongeant dans l'eau avant de poursuivre. - « Je ne sais même plus si je vais bien ou pas. J’en ai juste… marre. J’ai enchaîné les pertes amicales ici, les gens disparaissent d’un coup et on ne les revoit jamais. On m’a envoyé en prison pour une connerie de rien du tout. On m’a kidnappé 24H et enlevé la mémoire. On m’a enlevé un être cher, très cher. » - Un air désolé trahis mes pensées et je nage jusqu'à lui, me hissant légèrement pour pouvoir croiser mes bras sur le rebord et y poser mon menton. - « Oh, et dernièrement on m’a laissé une belle et bien moche cicatrice sur le flanc droit. Comme si je n’avais pas assez de cicatrices comme ça. » - Je la vois, la cicatrice. De là où je suis je peux en parcourir chaque centimètre et je peux voir qu'elle est récente. Il ne la cache même plus, à croire qu'il en a réellement marre... Ou que j'inspire confiance. Peut-être ça aussi.

Je laisse courir mon regard, distrait et pensif, pendant qu'il continue à me faire comprendre à quel point il est mal. - « J’ai juste… du mal à continuer d’évoluer dans cet endroit. Je ne sais pas si ça va ou pas. Mais je sais que y’a rien qui fait bouger ça en ce moment. Je réfléchis trop, je pense trop, je rumine trop. J’ai plus envie de rien. » - Je soupire, impuissant. Mon menton toujours enfoncée sur mes bras, je lève mon regard jusqu'au sien. - C'est moche tout ça... - Pas mieux.

Je bouge pour prendre appui et me hisse sur le rebord de la piscine à la seule force de mes bras avant de m'asseoir à côté de lui, me saisissant rapidement de la serviette que je déplie sur le haut de mes cuisses. L'eau coule mais je préfère respecter son confort que me sécher au moins les cheveux. - Je sais pas bien quoi te dire, j'ai même pas encore décidé si c'est vraiment mon corps ou si on me l'a refilé parce que y'en avait en trop. - En trop. Trop grand. Non? Tant pis.
- J'ai vite compris que c'était pas tout rose ici. C'est tout blanc, et ce blanc me fatigue. On m'a pas expliqué mais ça se ressent. Et je suis désolé, pour tout ce qui t'es arrivé. Pas que ça change quoi que ce soit mais bon... - Je pousse une peu son épaule avec la mienne, un sourire revenant doucement sur mes lèvres. - Mais à être là, faut bien continue de toute façon. Non? - Je m'appuie en arrière sur mes bras et lève la tête, pensif, avant de revenir à lui. - Petit exercice: Trouver trois choses positives qui te sont arrivées dans la Ruche. Je suis sûr que c'est possible!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-14
H03-14
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin   Dim 26 Nov - 17:50



When you think your alone...

H09-74 & Andrew Garwin


Ressassait tout ce qui n’allait pas n’était pas franchement ce qu’Andrew devait faire pour aller mieux. Mais on lui avait posé la question. Comment il allait. Alors il avait répondu. Il avait même enchainé sur tout ce qui n’allait pas dans sa vie depuis un moment. Tout était sorti, d’un coup, alors qu’il ne connaissait même pas le grand blond qui barbotait dans l’eau. Peut-être que c’était plus facile justement parce qu’il ne le connaissait pas encore ? Aucune idée. Mais dans un sens, c’était un peu libérateur. Comme si le fait de mettre des mots et de les dire à voix hautes faisait effet d’une psychanalyse.

74 ne semblait pas en avoir marre de l’écouter, ou en tout cas, il ne l’avait pas interrompu pour lui dire de la fermer. C’était toujours ça de prit. Soit il n’osait pas, soit il faisait semblant d’écouter… soit il écoutait juste, sans rien dire. Andrew n’était pas vraiment sûr de vouloir connaître la réponse. Tout ce qu’il avait constaté, c’était que le blond s’était rapproché du bord de la piscine pour l’écouter, puis l’examiner. Du moins c’est ce qu’il imaginait puisqu’il sentait par moment un regard glisser sur sa peau, trainant là où il avait montré ses cicatrices.

En temps normal, Andy aurait dû se sentir gêné, mais ce n’était étrangement pas le cas. 74 n’avait pas une tête de mec qui se moquait ou jugeait à la première occasion. Cela devait jouer, du moins c’est ce qu’il se dit alors que son interlocuteur ouvrait la bouche de nouveau, confirmant ce qu’il savait déjà, que tout ça ne transpirait pas le bonheur à plein nez…

Puis 74 était sorti de l’eau, attrapant rapidement la serviette alors qu’Andy s’était efforcé de ne pas lui jeter un coup d’œil à ce moment-là. La réflexion sur son corps le fait hausser un sourcil, intrigué alors qu’il le détail un peu plus. Il ne comprend pas vraiment pourquoi il ne semble pas très content de se trimballer le corps qu’il a, surtout que maintenant qu’il le regarde un peu mieux, il se sent bien plus petit et reconsidère la case dans laquelle il se foutrait en comparaison, à savoir : celles des crevettes. Parce que ouais, il avait beau ne pas être un des plus petits gabarits du coin, à côté de 74 Andy ressemblait presque à une petite crevette. Ou à un chiot. Il se demanda cependant ce que ça pouvait faire d’être aussi grand. Surement que c’était pratique pour attraper les trucs en hauteur…

« J’aurais bien voulu qu’on m’en refile un comme le tien, pas dégueulasse. Mais je ne sais pas ce que ça fait d’être aussi grand, je suppose que ça a des inconvénients aussi. »

Le blond continua de parler, mentionnant la Ruche et son ambiance quelque peu… spéciale. Le foutu blanc qui énervait tout le monde dès le réveil et qui heureusement devenait un peu moins présents grâce aux habites de couleurs. Peut-être que 74 n’était pas au courant pour ça d’ailleurs, puisque les vêtements posés au sol un peu plus loin étaient tous blancs. Il faudrait qu’il lui dise.

Il lui donna un petit coup d’épaule en compatissant avant de tenter de lui remonter le moral. Andrew ne savait pas si c’était le fait que déballer son sac lui avait fait du bien, mais il se sentait un peu plus léger.

« Je suppose ouais… »

D’autant plus que 74 semblait déterminé à continuer de le faire relativiser et surtout positiver. C’était… peu habituel. Les gens ici étaient plutôt du genre à pointer du doigt tout ce qui était gênant. Râler était devenu une habitude, gueuler après l’intelligence artificielle une vraie religion… Mais positiver, ça c’était assez peu répandu entre ses murs. Si bien qu’Andy l’avait d’abord regardé avec des yeux de merlan fris. Où il allait trouver 3 choses positives lui maintenant…

« Euh… Okay. Donc… Trois choses positives… »

Il regarda un instant ses pieds dans l’eau. Une chose lui venait instantanément en tête puisqu’il n’avait plus que lui ici et que c’était le lien le plus fort qu’il avait, d’aussi loin qu’il s’en souvienne. Il avait son frère avec lui ici, et ce n’était pas rien.
Il aurait aussi pu citer Chris… si ce dernier n’avait pas disparu récemment. Subitement et pour ainsi dire violemment, du moins pour Andrew qui avait mis du temps à s’en remettre. Il n’était même pas sûr de s’en être remit. Il ne portait certes plus son alliance ni les plaques du blond, mais tout de même, ça lui restait en travers de la gorge. Restait deux choses à trouver et ça… c’était déjà plus compliqué.

« J’ai un frère. Un grand frère, ici dans la Ruche. Il s’appelle Elijah. Sans lui je pense que je serais probablement en train de pourrir dans un coin comme un sombre crétin. Ou je serais encore coincé au niveau 13, un truc du genre. »

Il avait eu un rire vrai, réellement persuadé que sans lui, il aurait mal terminé. Il se serait au moins mit dans milles ennuis sans sa surveillance. Au moins !

« Je sais jouer du piano ! J’aime vraiment ça. Par moment, des mélodies entières me reviennent. Ça m’aide à me calmer parfois, à me concentrer aussi. Ce n’est pas grand-chose, mais je suis content que ça me soit revenu. »

Moins content que ce souvenir ait pu être possible par le biais de Chris, le jour de leur rencontre… Il resta d’ailleurs un instant sans plus rien dire, perdu dans ses pensées à se demander comment il pouvait avancer après ça… cherchant en même temps une troisième chose à citer pour ne pas laisser ce blanc durer trop longtemps.

« Et euh… Je sais pas… Je ne suis pas en mauvaise compagnie, là, tout de suite ? »

Il avait rigolé doucement, conscient que ce n’était pas vraiment le type de réponse que 74 voulait qu’il trouve mais en même temps, il ne trouvait pas vraiment de troisième chose et dans le fond, ce n’était pas faux. 74 était de bonne compagnie. Gentil, positif et canon, pour ne rien gâcher.
Codage par Libella sur Graphiorum

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Let your memories grow stronger and stronger
'Til they're before your eyes


Allez voir mes Padawans, ils sont top

Mes badges
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-74
H09-74
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin   Dim 26 Nov - 19:56

... But you're not. And naked.
Ft. Andrew Garwin


J'ai souri à son commentaire sur mon corps sans y répondre pour autant, pour ne pas l'interrompre. Et lui répondre serait revenu à lui dire qu'il n'avait rien à m'envier, surtout que lui contrairement à moi, pouvait passer les murs sans manger le portes. Ou l'inverse. A vrai dire, je sais même plus. Je l'observe, lui, son visage, alors qu'il réfléchit. J'attend une réponse, poussé par une véritable envie de le voir aller mieux. Pourquoi? J'en sais rien. Je suis peut-être un ange descendu du ciel, ou juste un type qui marche au karma. Option B plus probable, j'ai pas d'ailes. - « J’ai un frère. Un grand frère, ici dans la Ruche. Il s’appelle Elijah. Sans lui je pense que je serais probablement en train de pourrir dans un coin comme un sombre crétin. Ou je serais encore coincé au niveau 13, un truc du genre. » - Niveau 13, couloir avec les portes, pièces vides, on sait pas à quoi ça sert mais personne veut y aller alors on se tient à distance des portes. J'ai remarqué son rire cependant, et ça c'est bien.

« Je sais jouer du piano ! J’aime vraiment ça. » - Cool ça. - « Par moment, des mélodies entières me reviennent. Ça m’aide à me calmer parfois, à me concentrer aussi. Ce n’est pas grand-chose, mais je suis content que ça me soit revenu. » - Je sais pas ce que c'est, un piano, mais c'est cool quand même. Le gros truc noir dans la salle commune? Oui, peut-être. Qui sait. Je remarque son silence mais ne le brise pas. Au lieu de ça, je respecte ses pensées et me laisser aller en arrière, ignorant au mieux le sol froid et dur, calant mes mains sous ma tête. - « Et euh… Je sais pas… Je ne suis pas en mauvaise compagnie, là, tout de suite ? » - Un rire me trahis, mes joues auraient même rougis si je n'étais pas déjà rouge de l'effort de mes longueurs. - Ah ça, je peux pas juger, je suis juste le mec bizarre tout nu des profondeurs. Mais si tu le dis, je suppose que ça compte

Et, comme par magie, un sourire est revenu habiter son visage. Je n'ai pas la prétention de penser avoir guérie ses maux, mais au moins je peux me targuer d'avoir ramener son sourire, et ça c'est une bonne chose. Et puis c'est quand même beau à voir. - Trois choses positives, tu vois que t'as réussi à les trouver. - Je baisse le ton dans un sourire d'enfant, presque un chuchotement, comme un secret. - C'est peut-être pas si terrible finalement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-14
H03-14
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin   Mer 29 Nov - 18:01



When you think your alone...

H09-74 & Andrew Garwin


Alors qu’Andy exposait les trois fameuses choses positives qui lui étaient arrivées dans la Ruche, il se surprenait à voir son moral remonter doucement. Ce n’était finalement pas si compliqué que ça, de positiver un peu. Suffisait qu’on lui souffle l’idée et qu’on l’oblige en quelques sortes à y réfléchir. Le brun se fit la réflexion qu’il devrait le faire plus souvent alors que 74 avait rigolé à son dernier exemple. Il ne semblait pas gêné, ni même particulièrement flatté, juste amusé. Comme un grand enfant.

Sa réponse fit d’ailleurs rire Andrew, qui avait ri à son tour. « Le mec bizarre tout nu des profondeurs » : résumé comme ça, c’était plus que cocasse. Mais c’était vrai et ça rendait cette rencontre tout de suite plus… atypique.

« Ça compte, et je le dis. »

Il avait fini par quitter l’eau du regard avant de tourner de nouveau son visage vers le blond, découvrant que ce dernier s’était allongé sur le sol carrelé au bord de la piscine. Sous cet angle, il parait moins grand, mais encore plus imposant. Le plus ancien ne peut s’empêcher de le détailler un instant, avant d’être ramené à la réalité par la voix grave, le faisant sourire avec ses réflexions. Il y était arrivé, oui. Mais pas vraiment tout seul.

« J’ai réussi ouais, ma jauge d’instinct de survie vient de gagner quelques points supplémentaires ! Merci à toi. »

Son sourire ne quitte plus son visage et bien que la fatigue y soit encore présente, Andy est moins morose, moins déprimé. Mais plus curieux aussi. Même s’il est loin d’être le plus futé du coin, il n’a rien perdu de sa manie à observer ce qui s’offre devant lui. Et 74 n’y fait pas exception, si bien qu’il n’a pas manqué de voir une fine mais longue cicatrice qui semble ancienne, sur le sternum du grand blond. Intrigué, sa tête se penche légèrement sur le côté alors qu’il hésite, l’espace d’un instant…

« Je… Je ne veux pas paraître indiscret mais… »

Il se mord la lèvre avant de finalement sauter le pas. Au pire il se prendrait un vent, au mieux il saurait s’il a tort ou raison.
Il pointe de là où il est un doigt timide et distant, montrant très clairement la zone de la cicatrice.

« Tu t’es fait opérer du cœur ? »

Il ne savait pas pourquoi il avait l’intuition que c’était pour le cœur, mais il avait l’intime conviction que c’était ça. Pourtant, il n’était pas médecin, pas à sa connaissance. Il avait été militaire, pas chirurgien.
Codage par Libella sur Graphiorum

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Let your memories grow stronger and stronger
'Til they're before your eyes


Allez voir mes Padawans, ils sont top

Mes badges
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-74
H09-74
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin   Mer 29 Nov - 20:30

... But you're not. And naked.
Ft. Andrew Garwin


« J’ai réussi ouais, ma jauge d’instinct de survie vient de gagner quelques points supplémentaires ! Merci à toi. » - Un sourire satisfait passe sur mes lèvres. C'est tant mieux, et d'une certaine manière ça me fait plaisir. Pas ses remerciement, mais qu'il aille mieux. Allez savoir pourquoi mais j'y tenais et j'y tiens encore, et même si j'ai la sensation que c'est pas uniquement avec lui... C'est lui qui est là à cet instant. Alors c'est lui ma victime.
Je fixe le plafond, pensif sans réellement l'être, juste appréciant le silence et le bruit de l'eau avant que sa voix s'élève à nouveau, hésitante. - « Je… Je ne veux pas paraître indiscret mais… » - Je tourne mes yeux bleus sur lui et vois son doigt se pointer vers mon torse. - « Tu t’es fait opérer du cœur ? »

Par réflexe, ma main remonte sur mon torse et mes doigts glissent sur la longue cicatrice. Elle n'est pas sensible, probablement trop ancienne. Je fini par hausser les épaules. - Je suppose. J'en sais rien. - J'ai remarqué cette cicatrice dés le premier jour, lorsque j'ai réussi à rejoindre mon logement sans me perdre, lorsque j'ai tenté ma chance sous la douche et que j'ai fais face au miroir de la salle de bain. Lorsque j'ai pu observer et prendre conscience de mon corps comme pour la première fois, j'ai remarqué cette ligne rosée. Je me suis instinctivement dit que c'était quelque chose de profond, d'important. Je me suis dis l'impossibilité que ce soit d'un accident. - T'as peut-être raison. - Après tout ça fait du sens même si j'ai aucune preuve ni explication ni souvenir. Un soucis cardiaque durant l'enfance, ça expliquerait l'ancienneté de la marque... - Ça me fait pas mal et je ressens aucun problème, alors je suppose que tout va bien. Enfin si j'arrive à nager tout ça de toute façon... - On pourrait pas remettre en question mon endurance.

Je tourne mon regard sur lui à nouveau, prenant quelques secondes pour scruter son torse à nu et les marques que j'y vois et y décèle. - Tu te souviens d'où tu as eu les tiennes? - Pas que ce soit une quelconque fierté, mais l'aspect du souvenir m'intrigue. M'intéresse même. Après tout je suis amnésique, non? Et si j'ai l'air de bien me porter, tout ça me pèse autant que pour les autres. - Enfin, si tu veux en parler, t'es pas obligé. C'est pas la dictature du nudiste ici.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-14
H03-14
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin   Ven 5 Jan - 13:00



When you think your alone...

H09-74 & Andrew Garwin


La question peut paraître intrusive et mal placée, Andy en a totalement conscience. Mais sa curiosité l’avait emportée. En attente d’une réponse, il était partagé entre le fait de s’en vouloir d’avoir demandé et se rassurer en se disant que 74 semblait être quelqu’un qui ne se prenait pas la tête et ne s’offusquait pas facilement.

Il n’avait d’ailleurs pas froncé les sourcils et son visage ne s’était pas refermé comme une huitre à sa phrase. Non. Il s’était contenté de le regarder et de suivre la direction qu’il lui indiquait du doigt, remontant par reflexe sa main sur la dite cicatrice en travers de son torse. Fine, rosée et apparemment ancienne, ce qui rassurait légèrement Andrew. Le blond ne s’était pas encore fait charcuter alors qu’il était tout juste arrivé, c’était ça de gagné.

Un haussement d’épaule lui fut donner comme première réponse alors que 74 lui apprenait finalement qu’il n’en savait rien, mais qu’il avait surement raison. Andy fut soulager de savoir qu’elle ne lui faisait pas mal, encore un point positif. Vivre avec une cicatrice douloureuse était compliqué au quotidien, surtout dans la Ruche, il en savait quelque chose. Il lui sourit donc.

« C’est au moins ça, tu finiras par t’en souvenir un jour. »

Si le brun était sûr d’une chose, c’est que petit à petit, la mémoire revenait. C’était plus ou moins long selon les individus, mais ça finissait par revenir. Et il souhaitait sincèrement que 74 se souvienne, comme tous les autres résidents. Ce sentiment d’oubli lui était insupportable, et il savait qu’il n’était pas le seul à mal vivre la situation.

Alors qu’il s’attendait à ce que le petit silence qui s’était installé ne perdure, une question le surprit. Le grand blond lui demandait s’il se souvenait comment il avait eu les siennes, de cicatrices. Avant même de ne répondre quoi que ce soit et par pur réflexe de défense, la main droite d’Andy remonta le long de son avant-bras gauche, jusqu’au milieu de son bras. Comme pour les cacher. Il les connaissait bien maintenant, ces cicatrices qui zébraient sa peau depuis longtemps déjà. Elles étaient là bien avant son arrivée dans la Ruche. Mais malgré ça, il ne les aimait toujours pas, les trouvant laides.

Andrew hésita un instant sur la chose à faire : en parler ou se taire. Le nageur le rassura tout de même bien vite en lui affirmant qu’il n’était pas obligé d’en parler s’il ne le souhaitait pas, ce qui était une attention appréciée. Il l’avait même fait rire avec son histoire de dictateur du nudisme. C’était peut-être ça qui l’avait détendu assez pour que les mots ne se délient et ne sortent d’entre ses lèvres.

« Je… Je sais que la cicatrice de balle que j’ai à la cuisse droite date d’avant la Ruche, du temps où j’étais engagé dans l’armée. Irak. Je me suis souvenu de la scène de l’époque, j’avais bien faillit y rester, mais on m’a sorti de là. »

Il avait passé sa main droite sur la dite cicatrice, à travers son pantalon. Elle ne se voyait pas et n’était donc pas vraiment obligé de révéler qu’elle existait, mais c’était celle pour laquelle il l’avait le moins de difficultés à s’expliquer. Commencer par-là était plus simple, enchaîner avec celle sur son flanc également.

« Cette chose-là est apparue un beau matin, alors que je me réveillais dans la Ruche. Je n’ai aucune idée de ce qu’il s’est passé et… Je ne sais pas ce qu’on m’a exactement fait, ni pourquoi. Il parait que je ne suis pas le seul à avoir eu un tel cadeau. Je ne te souhaite pas de tomber entre leurs bras robotiques… »

Il avait grimacé rien qu’en y repensant. Il trouvait encore et toujours injuste de n’avoir eu aucune explication. Comme si cela avait été choisi complètement arbitrairement, ou pire : par pur hasard… Tout ce qu’il savait, c’est qu’il s’en serait très volontiers passé ! Et que cette ligne rouge lui faisait vraiment mal, régulièrement, physiquement. Ce qui n’était pas le cas de celles sur son avant-bras, remontant le long de son bras, jusqu’à son omoplate et la base de sa nuque… Elles, elles faisaient mal, mais pas physiquement. Psychologiquement…

« Les autres sont… Je ne me souviens pas vraiment de tout le contexte. Le pourquoi du comment. C’est… »

Il déglutit un instant, marquant une pause pour chercher ses mots. Le manque d’éléments ne l’aidait pas à s’expliquer correctement, pourtant il avait compris l’essentiel. On les lui avait infligées.

« Tout ce que je me souviens, malheureusement, c’est qu’on m’a torturé. On m’a délibéré charcuté la peau et défiguré une partie du corps. Je ne me souviens que d’une voix, d’un endroit sombre et frais. De l’odeur ignoble de la chaire brûlée et… de la douleur que j’ai ressentie. »

Un frisson l’avait parcouru, l’obligeant à serrer ses bras contre son corps pour faire passer la sensation désagréable qui accompagnait ses mots face à ses souvenirs. Se rappelait avait parfois un amer goût de regret.

« J’aimerais juste savoir pourquoi. Pourquoi moi, pour quelles raisons et dans quel but. Reste à savoir si je m’en souviendrais un jour. »
Codage par Libella sur Graphiorum

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Let your memories grow stronger and stronger
'Til they're before your eyes


Allez voir mes Padawans, ils sont top

Mes badges
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-74
H09-74
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin   Dim 7 Jan - 17:59

... But you're not. And naked.
Ft. Andrew Garwin


Je… Je sais que la cicatrice de balle que j’ai à la cuisse droite date d’avant la Ruche, du temps où j’étais engagé dans l’armée. Irak. Je me suis souvenu de la scène de l’époque, j’avais bien faillit y rester, mais on m’a sorti de là. - Soldat, hein? Je pose un regard sur sa cuisse couverte du pantalon, écoutant ses explications avec attention. Il n'est pas obligé de parler, je ne le force pas mais je suis content qu'il le fasse. J'ai conscience qu'il n'a pas l'air à l'aise avec ça. Ces marques, en parler, surtout avec ce petit mouvement qu'il a eu pour tenter de cacher celles de son bras.
Je le laisse poursuivre, laissant mon regard suivre la ligne rosée de la longue cicatrice sur son flanc, réalisant à quel point cette Ruche est sadique. Je pourrais moi aussi me réveiller avec un truc pareil? Sérieusement?

Les autres sont… Je ne me souviens pas vraiment de tout le contexte. Le pourquoi du comment. C’est… - Je me redresse, prêt à lui rappeler qu'il n'est pas obligé d'en parler, mais il poursuit et je suis du regard les cicatrices, nombreuses, qui marquent son bras et son épaule. Torture, douleurs... Je le vois resserrer ses bras sur son torse dans une position défensive et mes épaules s'affaissent. - J’aimerais juste savoir pourquoi. Pourquoi moi, pour quelles raisons et dans quel but. Reste à savoir si je m’en souviendrais un jour. - Sans même que je réfléchisse, je me rapproche de lui et étend mon bras autour de ses épaules, inconscient de ma peau fraîche malgré que l'eau se soit évaporée depuis toutes ces minutes, ma main frictionnant doucement son bras. - J'espère que tu réussiras à comprendre... Et que ça passera.
La mienne ne me fait rien, mais je peux comprendre que les tiennes te torturent.
- Comment? Aucune idée, mais je peux.

J'inspire, sentant le frisson rouler sur ma peau malgré la chaleur du corps d'Andrew contre le mien. - Bon, je commence à avoir froid moi à rester assis-là. - En nageant ça allait, mais à rester immobile c'est pas la même chose. Sans plus de cérémonie, je relâche Andrew de mon étreinte et me lève, attrapant la serviette avant qu'elle ne tombe au sol sans pour autant la garder sur ce qu'elle cachait jusque-là. De toute façon je lui tourne le dos pour rejoindre mes vêtements, lui offrant un beau spectacle pendant que SON REGARD NE ME QUITTE PAS UNE SEULE SECONDE.

Je laisse tomber la serviette et attrape mon boxer pour l'enfiler avant de saisir le pantalon et de tourner la tête vers Andrew qui s'est levé et remet son haut. - Andrew? Je vois bien que ces cicatrices te gênent. Juste, sache que tu n'as pas à les cacher avec moi. - Je me retourne totalement, le pantalon toujours à la main, et désigne la mienne du doigt. - Moi aussi j'en ai une, bien au milieu et bien voyante. - Un sourire accompagne ma phrase et j'entreprend de finir de m'habiller, en soit enfiler le pantalon et le t-shirt, ne m’embarrassant pas de chaussures que je n'ai de toute façon même pas prises avec moi en venant. Je me presse un peu en remarquant qu'il m'attend, et laisse les serviettes usagées avec les autres avant de le rejoindre.
Je me dirige vers l'ascenseur mais il bifurque vers les escaliers et sans vraiment demander pourquoi, je le suis. C'est lui qui m'explique alors pourquoi il ne prend plus cette cage de métal de malheur, et je commence à comprendre qu'il vaut mieux pour moi suivre cet exemple. Prudence, non?
Il m'abandonne au niveau 10 pour rejoindre son logement et je traverse les derniers niveaux jusqu'au 6 pour rejoindre le mien. Une bonne nuit en perspective maintenant que j'ai pu nager. Et puis comme à l'école, je peux aussi dire que je me suis fais un copain. Et ça c'est cool. Non?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin   

Revenir en haut Aller en bas
 
[PISCINE] When you think you're alone... || Ft. Andrew Garwin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tournage piscine
» rendu piscine ( Blender- style grunge )
» challenge thème : "modélisation et rendu d'une maison atypique" - Testa - sketchup Lumion
» Challenge 2012 Image d'exterieur - ThOleS2 - AutoCad - SketchUp - Artlantis - Photshop
» Oyez ! Oyez ! Braves gens !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace création de miel :: La Ruche-
Sauter vers: