Partagez | 
 

 Can you... give me a hand ? - ft. H09-13

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-909
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Can you... give me a hand ? - ft. H09-13   Ven 22 Sep - 19:38

Can you...
give me a hand ?
Encore un réveil dans cet endroit. Encore une journée qui commençait, bien qu’aucune ne se ressemble vraiment depuis un moment. Chaque jour apportait son lot de nouveauté, et de mon côté, j’errais toujours de la même façon, sans de réel but précis, si ce n’est apporter un peu de soleil à droite ou à gauche, autant que je le pouvais. Mes yeux posés sur le plafond de ma chambre, j’éprouvais comme tous les matins cette agréable sensation d’être en sécurité et de tranquillité, d’avoir passer une nuit sans encombre et surtout, de ne pas avoir de mauvaise surprise. Même si depuis que Caïn était mort, 999 semblait se désintéressé complètement de l’idée de me faire chier, trouvant sans doute d’autre personne plus facilement terrifiable. Ils ne m’avaient jamais vraiment terrorisé tous les deux, ils avaient ajouté à ma peur quand j’étais en pleine panique ces derniers mois, mais je n’avais jamais réellement eut peur de ce qu’ils pourraient me faire. Je ne m’étais jamais sentis en sécurité pour autant avec eux. Je sentais qu’ils étaient capable de choses terribles, mais jusque là, ils n’avaient rien fait sur moi. Tant mieux. Je restais relativement indemne, par une chance que je ne comprenais pas forcément, mais que je remerciais, et continuais de fuir mon colocataire autant que possible. Vu le silence qui régnait dans le logement, il avait dû lever le camp, que ce soit pour le petit déjeuner ou autre. Le sentiment de sécurité augmenta légèrement pendant quelque seconde avant de s’évanouir. Sécurité. Ici. Depuis que certains s’étaient réveillés avec une énorme cicatrice sur le corps, il était certain que personne n’était en sécurité nulle part. Tentant de chasser toutes ces pensées, je finis par me lever, restant quand même devant ma porte après l’avoir déverrouillée quelques secondes avant d’affronter ce monde blanc.

Cette fois encore, j’avais opté pour la salle de sport. Ça me permettait de ne pas penser, de me vider l’esprit, et de me dépenser suffisamment pour que le soir venu, je ne tourne pas dans mon lit pour trouver le sommeil. Faire de l’exercice. Me dépenser. C’était tout ce que j’arrivais à faire de toute façon. Je n’étais pas doué pour le dessin ou la peinture, je n’étais pas un musicien non plus, pas non plus un jardinier… Difficile de me trouver une activité dans laquelle j’étais doué. Si ce n’est pour être ridicule et faire en sorte de faire le con pour faire rire les autres. Aptitude qui n’était pas forcément utile tous les jours. Enfin, probablement si, mais chercher toute la journée des gens à faire sourire, ce n’était pas passionnant. Et je passerai assez vite pour un taré. Quand l’occasion s’offrait à moi, je ne la laissais pas passer, mais provoquer les choses n’avait rien de spontané justement, et ça n’amusait personne. Bref, la salle de sport. Comme à chaque fois, j’étais allé à mon endroit bien précis, proche de la sortie, pour déposer tous mes petits trésors. Pour une fois, j’avais laissé le cahier à dessins de 605 dans ma chambre, bien caché. Caché autant que possible entre le lit et le matelas. Le deuil se faisait étape par étape. Peu importe où je me situais, j’essayais de garder son souvenir sans pour autant m’y accrocher. Le garder seulement pour ne pas oublier, pour ne pas l’oublier, mais continuer d’avancer. Puisque maintenant j’arrivais à ne pas l’avoir sur moi, c’était bon signe. Mon verrou, la flasque de vodka, plus aussi pleine, le plan et le martinet. Ça, c’était encore l’interrogation pourquoi est-ce que je le gardais, mais bon. C’était le mien, et hors de question que 999 me le prenne. Le tout enveloppé dans mon haut et dans mon pantalon.

Maintenant que j’étais prêt, qu’est-ce que j’allais bien pouvoir travaillé ? A cette heure-ci, je reconnaissais pratiquement les mêmes personnes que je croissais quand je venais, bien qu’il y ait toujours moins de femmes que d’hommes présents. Là encore des habitués à cette règle légèrement voyeuriste sur le bord, ou des nouveaux tout simplement à l’aise avec leurs corps. J’allais jusqu’aux tapis roulant, dans l’idée de courir un peu, mais mon regard se posa sur un spectacle qui me fit tout arrêter immédiatement. Jusqu’à présent, je n’avais jamais réellement défini quel type d’homme m’attirer, outre le fait que les hommes me plaisaient, et que c’était une évidence. Là, je pouvais dire que je commençais à bien situer. Sous mes yeux, un homme parfaitement sculpté, grand, très grand, sa peau recouverte d’une pellicule de sueur, et évidemment avec pour seul vêtement son caleçon… courait sur un des tapis. Une grande chaleur m’envahit alors tout à coup, sans que je puisse rien contrôlé, mon cœur et mon souffle prenant un rythme loin d’être régulier, et j’étais pourtant immobile. Mon corps commençait à prendre une… certaine direction que je reconnaissais assez bien, mais qui ne devait justement pas se révéler. Et pourtant, impossible de détourner les yeux, ni même de faire un mouvement pour au moins tourner le dos. Non. Cet homme, en plus de dégager une sensualité hors du commun, avait accroché mon regard, et il m’était difficile de m’y arracher. Il fallait pourtant bien que je bouge, que je fasse quelque chose, et surtout, que je me calme ! Déglutissant difficilement, je réussis à retirer mes pieds qui me semblaient collés au sol pour grimper, non sans manquer de tomber, sur le tapis juste… ahem en face, autant que faire se peut, mais aussi parce que ceux à côté étaient pris, hein ! Sauf que je n’avais d’autre choix que de croiser son regard.

« Salut. »

Ma voix était bien plus rauque qu’en temps normal. Bordel. Du calme. Il fallait que je pense à autre chose. Et que j’arrête de le regarder !
©️ 2981 12289 0

Sérum de vérité:
 

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-13
H09-13
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Can you... give me a hand ? - ft. H09-13   Dim 1 Oct - 15:52

Je devais trouver mon sanctuaire. C'est l'une des premières choses à laquelle j'ai pensé lorsque je me suis finalement décidé à m'engouffrer un peu plus profondément dans l'inconnu de cet endroit. Il me faut un endroit pour arriver à me déconnecter. Un endroit où je pourrai me concentrer sur quelque chose d'autre. N'importe quoi. Pas parce que je vis dans le déni de l'endroit. Disons que ce serait un peu difficile compte tenu des circonstances. Plutôt parce que je sais que j'ai besoin de ça. J'ai besoin de quelque chose pour faire craquer la pression qui va à un moment ou un autre s'accumuler dans un coin de ma tête et je refuse de devenir cinglé. Je vais au moins me laisser le temps de m'accoutumer un peu à tout ça avant de songer le devenir tout de même. Ça reste un choc en soit. Un éveil un peu brutal sans qu'on ne puisse y faire quoi que ce soit. Un jour il y a quelque chose et le lendemain il n'y a plus rien. C'est tout ce que je peux supposer. J'essaie de ne pas trop y penser, mais ce n'est pas comme si j'avais vraiment le choix. C'est dans la nature humaine de chercher et se questionner. Tout comme je l'ai fait avec cette chaîne me pendant au cou qui me semble vide. J'ai cherché, mais je n'ai pas trouvé. Même si... une idée plane bien dans mon esprit. Une chaine de ce genre n'est pas de celles à porter un bijou quelconque. Plutôt quelque chose qui me fait froncer les sourcils à y penser. La chaine, la forme physique, les cicatrices d'origines inconnues... Rien pour me rassurer dans la possibilité que je commence à envisager. Surtout pas en voyant dans quel endroit je suis coincé. Prisonnier.

J'ai passé les premières heures suivant mon arriver à explorer un peu les environs. Silencieusement. Sans réellement faire de remous. Je me baladais les mains dans les poches à observer les niveaux et les pièces. Notant des détails sur la seule chose que je possède vraiment en plus de la chaine à mon cou. Le plan de cette prison. Simplement pour arriver à me repérer un peu dans cet endroit où j'ai l'impression de tourner en rond. Tant de blanc. Trop de blanc. Des gens qui semblent paniqués et d'autres qui déambulent dans les couloirs comme si tout ça était normal. Des gens qui parlent et mangent. Qui s'occupent comme ils le peuvent avec ce qui est à disposition jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien ensuite. Juste la limite qui a été établie par je ne sais quoi. De tout ça il y a tout de même bien une chose qui a retenue toute mon attention. La salle de sport. Pas parce que je me sens du genre à être de ceux qui matent sans la moindre gêne une personne sous prétexte qu'elle est trop peu vêtue. Plutôt parce que dès que mon regard s'est posé sur l'équipement je me suis senti... à ma place. Comme si je passais beaucoup de temps dans des endroits de ce genre avant de tout oublier. Je suis resté sur le pas du niveau quelques minutes sans bouger. Observant seulement à m'en donner une tête de pervers je n'en doute pas même si c'est l'équipement que je m'appliquais réellement à détailler si minutieusement du regard. Les tapis roulant plus que tout le reste. Le voilà donc mon sanctuaire.

J'ai senti un sourire s'étirer sur les traits de mon visage. Le premier depuis mon arrivé. Trop subtile et léger alors que je retire mes vêtements pour ne garder que mon caleçon. Stupide règle qui ne semble tout de même pas réellement m'importuner. Mes pas me portent plutôt en direction des tapis où je prends place. Mes doigts glissant à la surface de la console de contrôle. Mes yeux brillants d'une drôle d'euphorie lorsque je l'active. D'abord pour marcher et m'accoutumer au mouvement, mais rapidement à la course. Un bon rythme soutenu qui ne tarde pas à imprégner une fine couche de sueur à la surface de ma peau. Me faire rougir les joues sous l'effort. Me procurer cette sensation d'infini bien-être à ne penser à rien d'autre. Juste fixer un point devant moi sans arrêter de courir durant un laps de temps que je ne prends pas même la peine de calculer. À ce point je m'en moque. Je veux juste continuer de courir. Même si la vision du mur trop blanc devant moi ne tarde pas à être voilée par un visage. « Salut. » Je souris avant de lui répondre de ma voix légèrement essoufflée. « Hey. » Le détaillant curieusement en remarquant les divers tatouages qui ornent sa peau sans perdre mon rythme pour autant. Ça en est presque perturbant à quel point j'ai une facilité démesurée à courir en ce moment. « Tout va bien? » Je remarque son regard qui se fait presque insistant et je ne souris qu'un peu plus. « Tu as de jolis tatouages. » Qu'est-ce que j'essaie de faire exactement? Entretenir une conversation avec un parfait inconnu pour ne pas être un mur de silence courant devant lui visiblement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-909
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Can you... give me a hand ? - ft. H09-13   Mar 3 Oct - 9:36

Can you...
give me a hand ?
Maintenant que j’étais sur le tapis, ce serait pas mal que je me mette à courir. Enfin, que je commence par l’allumer et choisir un rythme. Si mes yeux et mon cerveau déniaient seulement pour les uns se décrochaient de l’homme en face de moi, pour l’autre de se mettre tout simplement en marche. Au lieu de ça, je restais planté sur le tapis comme un crétin, osant à peine faire le moindre mouvement. Parce que plus je le regardais, plus je sentais mon excitation monter. Déglutissant difficilement, je parvins quand même à m’arracher à cette magnifique vision, maladroitement, et tapotais sur l’écran du tapis pour choisir mécaniquement une vitesse. Mais je perdis assez vite cette concentration déjà très peu solide quand le beau gosse devant moi répondit à ma salutation, avec un sourire qui me faisait légèrement, et c’est un euphémisme, chavirer. Souriant à mon tour, je sentais que mes joues prenaient une certaine couleur et fixais très brièvement mon regard sur le tapis, pour le reposer sur lui alors que je commençais à marcher le temps de m’adapter au rythme et de commencer ma course. Ce n’était pas quelque chose que je faisais très souvent, je venais en général une fois par semaine dans la salle de sport, restant… un durée indéterminée, jusqu’à ce que je sois épuisé souvent. Le reste du temps, j’allais à la piscine pour me dépenser ou… je ne faisais vraisemblablement rien d’autre. Le plus clair de mon temps, je le passais à la piscine à faire des longueurs. Mais si l’homme en face de moi était régulièrement ici… J’allais peut-être venir plus qu’une fois par semaine. Enfin, ça, c’était la théorie. La pratique était surtout de garder le contrôle de la partie basse de mon corps et d’arrêter d’avoir ce genre de pensées pour ne pas justement… l’enthousiasmer. Chose de plus en plus complexe alors qu’il avait repris la parole, et avec l’allure de sa course, je me demandais comment il faisait pour arriver à parler, s’inquiétant d’abord sur mon état, avant de complimenter mes tatouages. Bordel de bordel.

Je baissais à nouveau les yeux, pour me donner l’air d’être concentrer et surtout d’un quelconque pervers ou dérangé qui le fixe sans arrêt, mais surtout aussi pour préserver ce minuscule contrôle encore présent sur mon corps. Ce qui commençait à devenir particulièrement compliqué et difficile. J’avais déjà croisé des hommes très beaux dans cet endroit, mais au point que j’en perde le contrôle, ça ne m’était jamais arrivé. Je m’étais même plutôt flatté d’avoir un contrôle sans faille de moi-même, que je n’étais pas facilement excitable depuis cette règle dans la salle de sport, mais il fallait admettre que je m’étais bien trompé. J’essayais en même temps de contrôler ma respiration, et de paraître le plus naturel et calme possible. S’il remarquait que quelque chose ne tournait pas rond chez moi, il allait d’une part ne pas vouloir poursuivre la conversation, et d’autre part se tenir à distance. En temps normal, ça ne m’affectait pas. Mais là, je devais dire que cette alternative ne me rendait pas particulièrement heureux. Allez, il fallait que je me reprenne, que je me calme, et que je pense à autre chose. Et que je lui réponde aussi au passage. Même si ma voix était toujours aussi rauque.

« Merci… Et… oui, tout… tout va bien, ne t’en fais pas. Désolé de me… planter comme ça devant toi… Je suis H03-909. »

En fait, il aurait mieux valut que je me taise. Alors certes, je lui avais répondu, ce qui convenait de faire, mais je m’enfoncer un peu plus et mes pensées partaient réellement dans tous les sens. Sans compter que mes yeux étaient de nouveaux posés sur lui, sur tous ses muscles luisants de transpiration et également sur ses yeux magnifiquement bleus. Non, non, non, non ! Si je continuais sur ce chemin, j’allais vivre le moment le plus gênant depuis que j’étais ici. Et pourtant, je restais figé sur lui, et les mots passèrent sur mes lèvres sans avoir été analysés par le cerveau.

« Je dois dire que tu as un corps splendide. Pardon de le dire comme ça... »

Mais sérieusement, à quoi je jouais là ? Est-ce que je prenais conscience de ce que je faisais ? J’avais surtout la désagréable impression d’être divisé en deux, une partie qui était le cerveau et qui était comme qui dirait emprisonné par la seconde, qui était tout le reste. Je devais être masochiste pour ne pas avoir simplement tourné les talons et n’être pas partis pour rejoindre mon appartement, direction une bonne douche froide. Mon corps fini d’ailleurs par me trahir. Je l’avais redouté, et c’était bel et bien arrivé. A force d’y penser, à force de mater. Tout en courant, je me retrouvais avec une érection difficilement camouflable. Les caleçons fournis ici avaient beau être larges, ils ne cachaient pas une telle chose. Surtout pas quand on était en mouvement. Si encore j’avais mon pantalon, ce ne serait pas tant un problème, ce ne serait pas visible, et le malaise serait moins profond. Là… Au moins, je parvins enfin à détourner le regard en prenant conscience du problème, bien que mes joues ne m’aident pas à être discret. Bordel de bordel, encore une fois.
©️ 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-13
H09-13
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Can you... give me a hand ? - ft. H09-13   Sam 14 Oct - 15:28

« Merci… Et… oui, tout… tout va bien, ne t’en fais pas. Désolé de me… planter comme ça devant toi… Je suis H03-909. » Je le fixe en retenant un nouveau sourire au coin de mes lèvres. Détaillant les traits de son visage en fronçant les sourcils sous l'amusement de la situation. Je ne le connais pas et aurais bien du mal à déterminer ce qui se passe dans son esprit, mais je ne suis pas aveugle pour autant. Il est difficile de rater le fait qu'il me détaille ainsi du regard alors que je me contente de garder le rythme. Malgré la chaleur se répandant dans mon corps toujours un peu plus en sueur de l'effort. Dans mes jambes et mes cuisses légèrement douloureuses de l'impact. Une douleur qui me semble presque agréable. Qui me fait me sentir vivant. Qui m'empêche de fixer un point de nouveau alors que quelqu'un me fait face. Quelqu'un que je ne laisse visiblement pas indifférent à en juger par ses propos. « Je dois dire que tu as un corps splendide. Pardon de le dire comme ça... » Et à en juger par cette bosse que je ne manque pas de remarquer. Pas parce que mon regard était inévitablement attiré par cette zone de son anatomie. Plutôt parce qu'elle est difficile à rater lorsqu'on prend la peine de baisser le regard ne serait-ce qu'une minute. Ce que j'ai fait pour me permettre de diminuer la vitesse du tapis et adopter un rythme de marche rapide plutôt que de course. Ce qui m'aiderait à parler avec le jeune homme face à moi. Je n'allais tout de même pas le chasser en le traitant de tous les noms que pour ça. Il y avait bien pire dans l'existence qu'une petite érection mal placé. « Je vois ça. » Je l'ai tout de même soulevé. Brièvement. Pas pour le rendre davantage mal à l'aise, mais plutôt pour signifier à ma façon que je n'en fais pas de cas. Je devrais même me sentir honoré de la chose non? À défaut de savoir pourquoi je suis dans un telle forme physique il faut bien qu'ils me servent à quelque chose tout ces muscles.

« Moi c'est H09-13. Je te serrerais bien la main, mais je risque de faire un face à face avec le tapis. » Je décide donc plutôt de poursuivre la discussion avec lui pour lui montrer qu'il n'a pas de quoi s'inquiéter avec tout ceci. On croirait même que j'essaie d'ajouter au malaise avec les mots que je ne tarde pas à ajouter même si ce n'est pas vraiment mon intention. « Tu n'est pas trop mal non plus. En fait je trouve tes tatouages vraiment fascinants. Désolé de le dire comme ça. » Disons que je me sens simplement à l'aise avec la situation. Du moins pour le moment. Ce qui ne m'empêche pas de sourire de nouveau et souffler un bon coup avant de totalement stopper mes pas sur le tapis et en descendre doucement. Sentant plus que jamais comme mes cuisses ont travaillées. Prenant finalement le temps de l'observer un peu plus amplement. S'il se permet pourquoi pas moi? Il n'est effectivement pas mal foutu du tout et de le penser confirme ce que je pensais déjà avoir partiellement deviné. Il semblerait que les courbes féminines ne soient pas les seules que je me plaise à observer. Un détail stupide, mais que j'avais oublié comme tout le reste. Me redécouvrir un détail à la fois n'est assurément pas mon plus grand bonheur dans cet endroit. Il y a quelque chose dans le fait de ne pas savoir qui on est qui... fait frôler la folie légère. Chose à laquelle je ne pensais pas en courant. Heureusement. Si je peux courir et dormir en paix je serai au moins partiellement comblé.

Je m'essuie le front du revers du bras. Ce qui n'est évidemment pas efficace comme je suis trempé de la tête aux pieds. Je cherche donc mon haut du regard pour finalement en user et m'essuyer au moins un peu le visage et les mains. « J'allais utiliser un peu les petites altères dans le coin là-bas. Tu veux venir avec moi? Ça laissera le temps à ta joie de se calmer un peu que les autres ne te dévisagent pas trop. » J'affiche une mise songeuse un moment avant de finalement ajouter à ma phrase. « En fait je ne te laisse pas le choix. Tu me sembles sympa et je ne connais personne ici alors je te kidnappe un peu. On fait plus moche comme kidnappeur. » Je lui fais signe de la tête et commence à me déplacer dans le coin un peu plus éloigné de la salle de sports après avoir pris mes vêtements avec moi et sans réellement attendre sa réponse. Je ne le force à rien après tout, mais je ne lui ai pas non plus donné de raisons de ne pas continuer de parler un peu avec moi non plus. Du moins je le crois. Puis il faut bien que je parle avec quelqu'un à un moment ou un autre si je ne veux pas devenir fou dans cet endroit.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-909
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Can you... give me a hand ? - ft. H09-13   Ven 20 Oct - 14:25

Can you...
give me a hand ?
Jamais, depuis que je m’étais réveillé ici, je n’avais eu honte. Jamais. J’avais eu terriblement peur. J’avais déprimé pendant de longs mois, j’avais ressentis un amour aussi court que fort, mais honte, jamais. Et là… j’avais le sentiment que je n’avais jamais eu aussi honte de toute ma vie. Non pas d’avoir une érection qui ne semblait pas vouloir s’arrêter en si bon chemin. Mais plutôt d’avoir une érection devant l’homme en question que me faisait avoir cette érection et que ce dernier la remarque, et en plaisante, c’était une très grande honte. Aussi, je baissais la tête en sentant mes joues prendre une sacré teinte rouge, ne courant pratiquement pas, marchant vite tout au plus, incapable de toute façon de me concentrer sur une course ou de l’exercice. Arriverait un moment où ce serait encore plus visible et que je ne pourrais de toute façon plus rien faire d’autre qu’attendre. Je me sentais mal. J’aurais aimé me cacher, ou disparaître. Pourquoi est-ce que tout à coup je n’arrivais plus à garder le contrôle de moi-même ? Pourquoi est-ce qu’il fallait que la vue d’un corps pratiquement nu en sueur sur un tapis roulant me fasse cet effet ? Je me sentais comme un gamin qui découvre le corps des autres pour la première fois. Un adolescent. J’étais en fait furieux après moi-même, furieux de me mettre dans cet état et en plus de baliser pour ça.

Quand il se présenta à son tour, en faisant une petite blague, j’avais relevé les yeux avec un léger sourire au coin des lèvres, avant de me mettre à rougir de plus belle à son compliment. Enfin, ses compliments. Non, SON compliment. Pour les tatouages, ce n’était pas directement pour moi, ce n’était pas moi qui me les été fait. Enfin, ça me paraissait logique que je n’avais pas pût me les faire, c’était une personne qui les avait fait. Peut-être plusieurs même. Bordel, je réfléchissais beaucoup trop, je somatisais aussi énormément. Et en le voyant descendre du tapis roulant, je compris que ce n’était de toute façon pas la peine de chercher à rester là non plus. Déjà parce que lui n’était plus en train de courir, parce que vu l’état de mon caleçon, ça allait devenir compliqué de toute façon. Et puis parce que… c’était pas la peine. Soupirant, j’arrêtais donc le tapis et en descendais, essayant de paraître le plus sûr de moi possible alors que j’étais toujours aussi rouge. J’avais toujours envie de me planquer, surtout après avoir observer H09-13 en train de s’essuyer avec son haut blanc, et constatais par la même occasion que son corps était tellement recouvert de sueur qu’il aurait bien besoin de prendre une douche. Et automatiquement, mon cerveau fit des connexions qu’il ne devrait pas, provoquant un excès de joie là où il y en avait déjà un peu trop. Je déglutissais et détournais le regard bien qu’il me parlait de nouveau et me proposait d’aller du côté des altères, pour ‘calmer mes joie’. Là encore, il me fit sourire malgré ma honte monumentale, trouvant d’ailleurs sa proposition sympa de sa part, il voulait m’épargner de me taper encore un peu plus la honte. Sauf que ma tête continuait dans les images et le voir soulever du poids, ce qui le ferait encore plus transpirer… c’était pas cool du tout pour mon excitation. Sauf qu’il était déjà parti pour l’endroit indiqué.

Pendant quelques secondes, je restais planté là, hésitant entre l’envie de fuir et de prendre une bonne douche glacée ou le suivre et de m’attarder un peu avec lui, de faire sa connaissance. Parce que même si son physique était plus qu’attrayant, il avait pas mal d’humour, il était sympa et… il me trouvait plutôt pas mal. Prenant mon courage à demain et essayant de ne pas me faire remarquer, je l’ai suivis, m’asseyant en face de lui, encore une fois, cherchant pas le même occasion une position où mon érection ne serait pas trop voyante et dans laquelle ce ne serait pas douloureux. Ce qui était relativement compliqué. Encore heureux que je n’ai pas transpiré, la honte serait encore plus grande. Ravalant ma salive, je me pinçais les lèvres en enfin reposant mon regard sur lui, essayant de bien rester posé et calme, ne voulant pas être bizarre, agir bizarrement. Il était cool avec moi, il avait l’air de prendre bien la chose, déjà il ne m’avait pas jeté pour ça. C’était une bonne chose. Je devais arrêter de me prendre la tête et souffler un bon coup. Et penser à autre chose pour me calmer.

« En effet, on fait plus moche comme kidnappeur. Et je suis un otage plutôt cool, je me laisse faire. »

Je m’abstins de dire ‘et tenter’, ce serait peut-être un peu trop gros. N’empêche que même comme ça, je ne pouvais m’empêcher de continuer de l’observer, de m’attarder sur ses muscles, sur son corps. Oui, franchement, il était super beau, il était bien foutu. Je ne savais pas si avant de me retrouver ici j’étais véritablement attiré par ce type d’homme, peut-être que les choses avaient changé sinon, puisque bon, il y en avait eut des armoires à glace ici. Mais là… c’était différent. Posant mes coudes sur mes cuisses, je luttais pour garder les yeux sur les siens, me perdre dans d’autre contemplation de son corps ne m’aiderait pas.

« Merci en tout cas, c’est sympa de ta part… de vouloir m’épargner le regard des autres. Et de… de réagir comme tu le fais. Je suis vraiment désolé, c’est la première fois que je perds le contrôle comme ça… ça ne m’était jamais arrivé. »

Il n’était pas nécessaire que je me justifie comme ça, peut-être même qu’il s’en foutait complètement, mais bon, c’était toujours mieux que de rester muet et rouge. Tout ce que j’espérais à présent, c’était que je me calmerai assez vite.

« Tu n’es pas là depuis longtemps, si ? Je me souviendrais sinon t’avoir déjà croisé dans les parages. Par contre… est-ce que tu pourrais… ne pas trop… être sexy. Parce que ma joie risque de ne pas redescendre, tu vois. »
©️ 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-13
H09-13
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Can you... give me a hand ? - ft. H09-13   Lun 6 Nov - 10:26

J'ai posé mes vêtements au sol lorsque je fus arrivé dans ce coin un peu plus éloignée de la salle de sports. Fixant les haltères en m'étirant un peu les bras avant de finalement m'assoir tout en détournant le regard. Simplement pour m'assurer que ma nouvelle connaissance avait décidé de m'accompagner jusqu'ici. Je me sentais presque mal de l'avoir placé dans un tel état sans réellement faire quoi que ce soit. Ne pouvant que présumer le malaise que j'ai deviné en admirant la tête rosée de ses joues. Je n'ai pourtant jamais eu le pressentiment d'être de ceux qui prennent plaisir à rire des autres. De leurs malheurs ou leurs maladresse. Je me sens bien davantage enclin à l'aider en ce moment que pointer du doigt sa réaction à ma présence pour m'assurer que tout le monde le remarque. Très peu pour moi. J'ai donc prétexté le choix de l'endroit en conséquence. Misant sur les haltères dans le coin éloigné plutôt que toute autre chose qui n'aurait en rien amélioré la situation. Bien heureux de le voir prendre place face à moi. « En effet, on fait plus moche comme kidnappeur. Et je suis un otage plutôt cool, je me laisse faire. » J'ai d'ailleurs largement sourit à son commentaire avant de jauger les haltères pour décider lesquels choisir. Difficile de jauger ma force sans me souvenir si j'en ai déjà soulevé auparavant. Je n'en doute pas réellement, mais qui sait. À ne rien savoir tout peut nous surprendre. « Merci en tout cas, c’est sympa de ta part… de vouloir m’épargner le regard des autres. Et de… de réagir comme tu le fais. Je suis vraiment désolé, c’est la première fois que je perds le contrôle comme ça… ça ne m’était jamais arrivé. » Je me redresse et pose une main rassurante sur son épaule en attrapant un poids de taille moyenne au passage. Ne m'attardant pas réellement sur son poids. « Ne t'en fait pas avec ça. J'imagine que ça arrive aux meilleurs d'entre nous et je crois qu'entre mecs on peut se comprendre sur ce point. »

Je reprends place assise face à lui en me préparant à faire un exercice quelconque avec le poids récupéré. Me stoppant finalement en entendant ses mots. « Tu n’es pas là depuis longtemps, si ? Je me souviendrais sinon t’avoir déjà croisé dans les parages. Par contre… est-ce que tu pourrais… ne pas trop… être sexy. Parce que ma joie risque de ne pas redescendre, tu vois. » Peut-être qu'il vaut mieux ne pas soulever ce poids tout compte fait. Si une simple course avait suffit à le mettre dans cet état je ne voulais pas imaginer ce que ça pourrait lui faire. « Je viens d'arriver. Quelques jours au plus. J'admets que je perds un peu la notion du temps à ne pas voir la lumière extérieure. » Je soupire et en vient à poser le poids au sol sans le quitter des yeux. Admirant la coloration de ses joues. Ses yeux. Il n'est définitivement pas désagréable à regard. Ce qui ne m'aide à rien à régler son problème actuel. « Ne pas trop être sexy comme tu le dis risque d'être plutôt difficile ici. Ce serait réellement dommage de terminer notre petite rencontre si rapidement même si ça serait probablement la solution la plus simple. » Mon regard se repose sur le poids que je reprends finalement en main pour me redresser et aller le reposer à sa place. Me levant debout par la suite pour aller attraper mes vêtements et le fixer. Souriant. « Alors je te propose la seconde option la plus simple. On va sortir d'ici et enfiler quelques vêtements. Ça risque de t'aider non? Je suppose que tu pourrais me faire visiter un peu cet endroit. Ne m'en veut pas si je fais mon curieux. C'est pour détourner ton attention de mon sexy naturel. »

Je me dirige rapidement vers les escaliers sans attendre de réponse de sa part. Encore une fois. Prenant visiblement un malin plaisir à le placer devant le fait accompli sans réellement lui laisser le choix de se désister. Je profite de ma légère avance pour enfiler mon tee-shirt blanc, mais surtout trempé. Mon pantalon ne tardant pas à reprendre sa place initiale également alors que je fixe l'intérieur de la salle. Apaisé tout de même par l'énergie que j'ai pu y dépenser et plus que décidé à y revenir aussi souvent que nécessaire. Tout pour ne pas devenir complètement fou dans cet endroit. Même si ça ne semble pas être un sentiment très répandu dans la foule environnante. On croirait presque que les gens n'en font pas de cas. Comme s'ils y étaient accoutumés. Je me demande depuis combien de temps ils sont ici. Question que je devrais d'ailleurs posé à mon nouvel ami? À défaut d'avoir un autre terme pour le désigner. Connaissance? Mateur adorable? Rien de bien méchant. Puis ça ne me fera pas de mal d'avoir au moins une personne à qui parler. Je n'ai pas le sentiment que la solitude me réussira réellement dans cet endroit. Du moins pas tant que je n'en saurai pas un peu plus. Si seulement j'arrivais à me souvenir de mon nom. Au moins ça. Mon âge. Ma provenance. Quelque chose. Tout pour ne pas avoir ce sentiment d'être une vulgaire coquille vide.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-909
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Can you... give me a hand ? - ft. H09-13   Dim 3 Déc - 15:51

Can you...
give me a hand ?
A peine installé qu’il est déjà en train de partir dans tous les sens, toucher les poids, les soulever un peu pour les tester, revenir vers moi… Je le soupçonnais d’être quelque peu hyper actif le garçon. En même temps, vu la carrure, tout chez lui sonnait le sportif, il y avait une certaine logique. Je souris lorsqu’il me confirma qu’il n’était pas là depuis longtemps, quelques jours seulement, et d’être un peu perdu dans le temps. On l’avait tous quand on arrivait, suivant l’heure à laquelle on débarquait, c’était encore pire. Mais je souris encore plus, je ris même à sa réponse et sa répartie, tout comme son souhait que notre rencontre ne se termine pas si vite. Le voilà qui se relevait pour aller poser le poids qu’il avait prit juste avant, mon regard s’égarant quelques secondes sur son postérieur que je devinais dans son caleçon, bien que pas assez. J’y aurais bien posé les deux mains.  Je chassais cette pensée assez vite en croisant à nouveau son regard, clignant plusieurs fois des yeux pour rire d’autant plus à ce qu’il me proposait, là encore sans m’attendre. Il était encore une fois parti sans m’attendre. Lui faire visiter l’endroit ? Pourquoi pas. Je ne savais pas vraiment ce que je pouvais lui faire découvrir et ce qu’il connaissait déjà, mais c’était une option correcte au vue de la situation. Soupirant avec un sourire, je me relevais alors pour le suivre.

Malheureusement pour mes yeux, heureusement pour ma joie, quand je retrouvais H09-13, il était déjà rhabillé, bien que son haut trempé ne le couvre pas tellement plus que lorsqu’il était en sous-vêtement. Ma joie allait continuer d’être mise à l’épreuve donc. Je m’empressais de ramasser mes affaires à mon tour, et encore en train de ranger mes petits trésors dans mes poches, je réalisais qu’en revenant à ses côtés, j’avais mon martinet à la main. Me raclant la gorge, je passais la hanse autour de mon poignet, faisant tourner le tout.

« Je crois que mon yo-yo est cassé, mais je l’aime bien quand même. »

Voilà, petite blague, je pouvais passer à autre chose. Enfin, en le recevant, je n’avais pas été gêné ni honteux, et je ne l’étais toujours pas actuellement, malgré la situation. En fait, je sentais que j’étais habitué à ce genre de truc. Honnêtement, difficile de croire, vu son aspect, que c’était un objet servant à infliger des corrections, donc pas de passé d’enfant battu. C’était plutôt… ironique que j’ai cet objet en main en le rejoignant. D’ailleurs, je me demandais pourquoi je ne l’avais pas rangé en premier… Enfin si, parce que je n’éprouvais aucune honte à l’avoir. Je finis donc par le mettre dans ma poche la moins pleine et tapais dans mes mains.

« Alors, je te propose d’aller à un autre niveau qui pourrait t’intéresser, enfin, je pense. Tu as l’air sportif, et là-bas, tu pourras nager et te dépenser. J’y vais souvent d’ailleurs. C’est la piscine. »

Avec un large sourire, je me dirigeais vers l’ascenseur, pas vraiment emballé par l’idée d’aller jusqu’au niveau 14 par les escaliers. Et cette fois, c’était moi qui prenais de l’avance, lui laissant la chance de me poursuivre. Installé donc dans l’habitacle, je pris tout mon temps pour appuyer sur le bouton, le regardant me rejoindre avec un très large sourire. En fait, même si mon érection était toujours là, toujours honteuse, et qu’elle n’allait probablement pas me quitter de sitôt, j’étais plutôt content de cette rencontre. 13 avait de l’humour, il était sympa sans être condescendant, avec une bonne répartie. En plus d’avoir un physique à tomber. Presque rien à regretter d’être venu jusqu’ici. Appuyé contre la surface de l’ascenseur, les bras croisés sur mon torse, je tournais la tête vers lui, ne pouvant m’empêcher de m’attarder quelque peu sur son torse.

« Pour le reste de la visite, faudra que tu me dises quels sont les niveaux que tu as déjà vu ou pas, ça sera plus simple. Même si ça a tout d’une prison, y a pas mal d’occupation maintenant. Enfin, quand je suis arrivé, il n’y avait pas tout ça. C’est venu petit à petit. Et encore, je ne me plains pas, je ne fais pas partis des premières personnes qui étaient là et qui n’ont eu que des murs blancs sans aucune autre occupation. »

Alors ça, je le reconnaissais sans problème. Malgré ce qui m’était arrivé, et notamment dans le Couloir de l’Infini où je ne voulais plus jamais remettre les pieds, j’avais eu la chance d’avoir l’Aire de Jeux et l’Espace vert pour m’occuper l’esprit. Et puis la piscine était apparu, et tout le reste. Des choses qui me faisait plus pencher du côté « rester dans cet Enfer Blanc » que de vouloir partir à tout prix. L’ascenseur s’arrêta pour s’ouvrir, j’en profitais pour m’élancer aussitôt vers la piscine, comme d’habitude les narines agressées par l’odeur de chlore, et ce sentiment étrange qui m’envahissait quand je venais là. En plus d’être l’endroit où j’avais eu ce nom en tête Medicis. M’arrêtant avant d’être trop prêt du bord, j’allais pour me tourner vers 13 quand je fus totalement asperger par quelqu’un qui venait de faire une bombe. Trempé, je me retournais vers le grand blond, hésitant à rire tellement cette situation était absurde. Mauvaise idée. Très mauvaise idée de venir ici avec mon état.
©️ 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-13
H09-13
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Can you... give me a hand ? - ft. H09-13   Dim 17 Déc - 16:17

Je dois admettre avoir été surpris lorsque je l'ai vu me rejoindre avec un martinet à la main. Ne sachant réellement ce qui m'a surprit le plus entre l'objet en soit ou le commentaire qu'il a passé en lien avec la chose. Pas que je me choque de l'objet, mais ce n'est pas réellement quelque chose que je croyais croiser ici. Comme quoi je n'y connais encore réellement rien à cet environnement visiblement empli de surprises. Ça n'en reste pas moins une source à se poser de réelles questions sur la nature des autres pièces et niveaux que je n'ai pas encore croisés. Peut-être un peu aussi sur les préférences de ma nouvelle connaissance. La curiosité est humaine apparemment. Je ne la pousse néanmoins pas davantage pour ne pas accentuer le malaise de la situation depuis son origine et me contente d'un léger sourire pour ponctuer son commentaire. « Alors, je te propose d’aller à un autre niveau qui pourrait t’intéresser, enfin, je pense. Tu as l’air sportif, et là-bas, tu pourras nager et te dépenser. J’y vais souvent d’ailleurs. C’est la piscine. » Le martinet fût rapidement oublié lorsqu'il mentionna la piscine d'ailleurs. Raison de plus de ne pas s'y attarder et plutôt laisser mon visage exprimer de lui-même cette illumination qui a semblé me combler lorsqu'il a prononcé ce mot. Si simple et pourtant si satisfaisant. Comme si la simple idée de nager faisait vibrer mes muscles d'une envie si palpable que je pourrais presque la toucher. Ce qui est intéressant. Pas tant cet apparent besoin maladif d'embrasser les flots pour m'y laisser flotter que la sensation en elle-même. Une sensation familière qui me rassurerait presque dans le lot de l'inconnu qui forme ma vie depuis quelques jours. Une piscine. Mon sourire est assurément tout aussi large que le sien lorsque je lui emboîte le pas pour rejoindre l'ascenseur où je l'observe appuyer sur le niveau 14. Retenir les niveaux et leur contenu me prendra bien quelques jours d'adaptation... Tout comme la présence des autres. Pas que je me sente réellement associable de nature, mais je ne peux m'empêcher d'apprécier un peu de silence et de solitude à l'occasion. Du moins c'est ce que j'ai remarqué plus que réellement su d’emblée.

J'observe la porte devant moi tout en écoutant 909 me demander les niveaux que j'ai exploré depuis mon arrivé et me parler un peu de sa propre expérience. Mentionnant l'arrivée progressive des éléments ce qui me fait soupirer légèrement. Pas de soulagement, mais plutôt de découragement. Si réellement cet endroit est voué à changer au fil du temps ce ne sera en rien pour m'aider à bien l'assimiler et le connaître. Encore que si je suis ici durant un moment j'aurai le temps. Ce que je n'espère pas vraiment. Plus tôt je serai sorti d'ici et saurai ce qui s'est passé et plus vite je me sentirai à l'aise. J'allais lui répondre lorsque je sens l'odeur de clore me sauter aux narines à l'ouverture de la porte. Avançant de quelques pas légers pour sortir de l'ascenseur alors qu'il se précipite au dehors. Admirant le remous des flots d'un œil brillant. Un nouveau sourire s'étirant sur mes lèvres que je pince pour retenir un rire en voyant mon compagnon du moment se faire asperger. Pas que je me moques de lui, mais j'avais l'impression que la poisse était accroché à sa personne à tout voir se succéder. L'érection. Le martinet. L'érection encore plus visible qu'à la salle de sports maintenant qu'il est trempé et se tourne pour me faire face. « Attend ne bouge pas. » Je scrute le niveau du regard avant de finalement repérer ce que je cherchais. M'éloignant quelques minutes pour aller récupérer deux serviettes avant de revenir près de lui et les lui tendre. « Tu sais en fait il vaut peut-être mieux que je te raccompagne à ta porte pour le moment avant qu'un monstre sorte des murs pour te donner le coup de grâce. »

J'observe son visage en souriant puis glisse mes mains dans mes poches le temps qu'il puisse se sécher et se couvrir un peu. Usant de quelques minutes pour le laisser réfléchir à ma proposition tout en répondant au dernier commentaire qu'il a fait dans l'ascenseur. « Pour répondre à ta question je n'ai vu que le niveau 7, la cafétéria, la salle de sport et la pièce où il y a des canapés et un piano poussiéreux. La piscine aussi maintenant. Pour ce qui est du reste je n'ai pas encore pris le temps d'explorer. Disons que j'avais besoin de me vider un peu l'esprit avant de prendre sur moi et me convaincre d'explorer le reste de cet endroit. » Je marque une pose avant de continuer. « Est-ce que tu sais les premières personnes sont ici depuis combien de temps? » Puis sortant mes mains de mes poches je pointe l'ascenseur en lui offrant un nouveau sourire. « Et que penses-tu de ma proposition? Je m'assure que tu rentres à ton logement en un morceau et on peut se planifier un moment pour poursuivre la visite? Avec un guide si adorable je serais fou de m'en passer. » Puis j'attends. Lorgnant légèrement sur l'eau de la piscine au passage. Cette impression que quelque chose n'est pas adéquat dans tout ce décor me prenant aux tripes tout comme l'odeur de clore se faisant plus que pesante dans l'air ambiant.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Keep calm and carry on


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-909
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Can you... give me a hand ? - ft. H09-13   Jeu 21 Déc - 9:41

Can you...
give me a hand ?
Mon optimisme commençait à prendre un sérieux coup dans l’aile. Si 13 n’était pas là, je pourrais très certainement qualifier cette journée de particulièrement… pourrie. Complètement trempé, sous le regard brillant de mon nouvel ami que je soupçonnais de vouloir rire, je restais encore immobile l’espace de quelques secondes, ou peut-être de minutes. J’aurais pu virer au rouge le plus complet, surtout que pour ainsi dire j’étais nu. Heureusement, il vint très vite à ma rescousse avec deux serviettes qu’il me tendit. C’était un gars bien, vraiment. Ni une ni deux, j’enveloppais ma taille de l’une d’elle, sentant mon pantalon glisser le long de mes hanches sous le poids des objets dans mes poches. Mon journal ! Il était certain que lui aussi avait pris l’eau ! Et pourvu que le verrou fonctionne toujours après ça ! Bon… alors vu comme ça, garder tous mes petits trésors dans mes poches n’était pas la meilleure idée de l’année… J’espérais vraiment que rien ne soit trop abîmé… L’autre serviette alla sur mes épaules, dont je me servais pour me sécher le visage assez rapidement.

Sa mention du monstre me fit légèrement frissonnant au souvenir du T-Rex et des vélociraptors du Couloir de l’Infini. Si seulement il savait… Mais j’appréciais vraiment sa sollicitude et sa bienveillance envers moi alors qu’il n’avait pas de réelle raison de le faire. Soupirant, je regardais autour de nous, un peu déçu que la visite prenne une fin si brutale, mais en même temps, il avait raison. Déjà parce que je n’allais pas faire le tour de la Ruche en étant mouillé et en laissant des traînées d’eau derrière moi, mais aussi parce que c’était particulièrement inconfortable. Sans compter qu’avec la chance que j’avais, il pourrait bel et bien m’arriver une autre tuile. M’enfin, ça me donnerait une raison de plus pour passer à l’entrepôt chercher d’autres vêtements que ces vêtements blancs…

Avant de répondre à sa proposition, j’écoutais quand même la liste des endroits qu’il avait déjà vu, comprenant alors qu’il n’avait pas encore eu l’envie de trop explorer son nouvel environnement. Ce que je pouvais parfaitement comprendre d’ailleurs, chacun à sa façon de s’adapter à tout ça. Et enfin, la question que je m’étais aussi posé en arrivant, qui était pourtant simple, mais tellement floue. Ramenant la serviette qui tombait de mes épaules et remontant mon pantalon une énième fois, je repris la parole.

« Et bien… puisque les chiffres qui nous sont collés après le H, ou le F, correspond aux mois… Les premières personnes sont là depuis neuf mois. Janvier, donc. Je n’en ai pas rencontré beaucoup, mais je sais que certains ont retrouvé leur prénom et leur nom depuis ce temps... »

Pour la deuxième fois, je pensais à 9, mon compagnon du Jurassic. Voilà un moment que je ne l’avais pas vu, j’espérais d’ailleurs qu’il allait bien, tout comme Tasha que je n’avais pas revu depuis à peu près la même époque… Enfin, si je commençais à compter tout ceux que je n’avais plus revu depuis des mois, on n’avait pas fini. Prenant une profonde inspiration alors que 13 me rappelait sa proposition, avec en plus celle de poursuivre cette visite un autre jour. Le tout accompagné par un petit compliment plutôt mignon. Bon, d’accord, il était plus que bienveillant avec moi, et plus qu’un brave gars. Je l’aimais définitivement bien.

« Marché conclu ! Je ne suis pas contre un garde du corps de ton gabarit, au moins je suis sûr d’être en sécurité. Mais si je peux me permettre, ne plaisante pas trop avec les gros monstres, il se peut que tu en vois bel et bien ici, sans que tu t’en rendes compte. Direction le niveau 10 dans ce cas. »

Le chemin inverse pour l’ascenseur fut plus que court, nous n’étions pas réellement aller très loin de toute façon, et je devais reconnaître que j’étais quand même d’une sale humeur après tout ça. Pas après 13, évidemment. Je tapais à nouveau sur les commandes pour mon niveau, tenant de mon autre main mon pantalon avant de me laisser tomber par terre dans la cabine, soupirant de nouveau.

« Je suis vraiment désolé de tout arrêter comme ça, je suis peut-être adorable, mais un piètre guide surtout. Enfin, si tu veux toujours me garder pour ta prochaine visite, je ne dis pas non ! Je m’assurerais d’avoir des vêtements amples et d’éviter les zones humides... »

J’eus un petit rire amusé malgré tout et me relevais en galérant quelque peu quand les portes s’ouvrirent sur le couloir, ayant rendu la surface assez glissante. Mais ce fut bel et bien entier et sans être tomber que je me ramenais devant la porte de mon logement, me tournant vers 13.

« Voilà, j’habite là. Avec un colocataire que je qualifierai de… que je ne qualifierais pas pour rester poli et surtout que s’il m’entend, il va m’en faire baver. Quand est-ce que tu veux reprendre la visite alors ? »
©️ 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-13
H09-13
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Can you... give me a hand ? - ft. H09-13   Lun 8 Jan - 22:19

Neuf mois... Les mots résonnent à mon esprit comme un écho distant que je ne veux pas entendre. Que je ne veux pas assimiler ou avouer. Je crois qu'une part de nous aspire inévitablement à une sortie rapide de cet endroit. Une part de nous espère que tout ceci ne soit qu'un mauvais rêve. Un cauchemar temporaire dont il ne peut qu'être possible de s'en échapper. Si ce n'est en se pinçant en se fermant les yeux et inspirant profondément, mais ça ne semble pas si simple. Neuf mois... Je glisse une main contre mon menton en l'écoutant parler de mois et de noms retrouvés sans réellement saisir l'information. Encore légèrement troublé de cette durée de temps presque démesurée alors que le temps me semble passer si lentement ici. Paniqué je ne le suis toujours pas. Fort heureusement, mais embêté par le propos ça assurément. Pourtant je ne dois pas m'y accrocher et je le sais. Je sais trop bien que les détails comme celui-ci ne serviront en rien mon calme et ma patience. Je ne veux pas être terrorisé ou même laisser transparaître la moindre trace de mon trouble tandis que je replonge les mains dans mes poches et continue de l'écouter. Souriant grandement lorsqu'il mentionna le garde du corps en devenir que je pourrais m'avérer être. Même si plus grand que lui je le suis à peine. Pour ce qui est du reste... Disons que ce n'est pas moi qui me permettrai de juger ce que j'ai sans doute déjà passé bien trop de temps à observer chez lui pour une première rencontre. À croire que je n'ai jamais vu un homme à moitié nu et bien heureux de mon existence. Je lui fais signe de passer devant moi pour se rendre à l'ascenseur. Histoire que je puisse continuer de masquer ce qu'il a dissimulé des serviettes que je suis allé lui chercher. Protecteur l'étant visiblement un peu. Souriant toujours un peu plus lorsque je l'entends si adorablement s'excuser. « Tu n'es pas un piètre guide. »

Les portes du niveau 10 ne tardent pas à s'ouvrir et je suis ses pas en direction de ce que je suppose être son logement. Impressionné de voir la quantité de portes se trouvant dans chacun des couloirs si semblables. Du moins les deux que j'ai pu zieuter depuis mon arrivés. C'est-à-dire le mien et celui-ci. « Il vaut mieux avoir un colocataire à propos duquel on ne dira rien qu'être seul dans cet endroit. Du moins je crois. J'ai deux colocataires en ce moment il me semble et même si je ne vais pas dormir dans leurs lits je crois que ça reste passablement calmant de savoir qu'il y a quelqu'un dans la pièce voisine. Surtout dans un endroit semblant si gigantesque. Ce que tu confirmeras pendant la visite ou non. » Mon épaule se pose sur le mur voisin de sa porte où j'appuie mon épaule sans le quitter du regard. Regrettant presque de le faire tarder dans le couloir vu l'état des choses. « Et donc concernant la visite... le plus tôt sera le mieux j'imagine. Je t'avouerais que j'ai encore un peu de mal à m'accoutumer aux horaires de l'endroit et je ne parlerai pas même de l'orientation. Si l'ascenseur n'était pas si près et que je n'avais pas miraculeusement retenu le niveau de ma chambre je crois que j'aurais pu me perdre. » J'hausse les épaules en réfléchissant. Me demandant quelle serait la meilleure façon de fonctionner dans la situation. Me sentant presque mal de simplement lui imposer la chose alors qu'il ne me doit rien. Aussi adorable soit-il. « Et si je venais te retrouver ici dans quelques jours? Ça me permettra d'essayer de m'accoutumer un peu avant de devoir assimiler autant d'informations. Je ne voudrais pas t'embêter non plus tu sais. »

J'aurais bien pu lui proposer de poursuivre un peu plus tard. Le temps qu'il puisse se sécher et se rembrunir un peu, mais au vu de sa visible malchance du moment il valait sans doute mieux éviter. J'en viens finalement à sortir un main de mon pantalon pour la lui tendre en me redressant pour me décoller du mur. Ne sachant réellement comment le remercier adéquatement autrement qu'ainsi. « Ça m'a fait bien plaisir de te rencontrer... et promis je tâcherai de porter des vêtements amples pour cacher un peu de ce sexy la prochaine fois. » Je souris encore et toujours si largement. « Prend soin de toi d'ici là. »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Keep calm and carry on


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Can you... give me a hand ? - ft. H09-13   

Revenir en haut Aller en bas
 
Can you... give me a hand ? - ft. H09-13
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kyrandia II: The Hand of Fate
» Tasha R. ◆ I don't give a shit, no one else can have you
» (Seinen) Berserk

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Archives :: Rp-
Sauter vers: