Partagez | 
 

 I belive I can fly (H07-157)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: I belive I can fly (H07-157)   Mer 27 Sep - 18:40

Elle était revenue. Peut-être qu’elle était folle enfin de compte. Non, c’était un mensonge, elle était définitivement folle. Et il était fort probable qu’elle l’ais toujours été. Ce qui, maintenant qu’elle y pensait, expliquerait pas mal de chose concernant certaines décisions prises dans le passer. Notamment celle la faisant revenir de son plein gré dans un endroit où elle avait connu une mort atrocement douloureuse et traumatique. Peut-être devrait-elle ajouter le terme masochiste aux adjectifs la décrivant en fin de compte… Maintenant, la question devait être posée : qu’est-ce qu’elle foutait de nouveau au niveau 13 ?! Eh bien c’était simple. 555 avait de nouveau succombé aux conseils plus ou moins douteux de son plus vieil ennemi : l’ennui. Elle était la première à se l’avouer, mais 555 prenait toujours des décisions stupides lorsqu’elle s’ennuyait, c’est d’ailleurs ce qui l’avait amené ici la première fois, et qui la ramenait cette fois encore. Cependant cette fois, 555 avait une théorie concernant cet endroit. Théorie qu’elle comptait bien vérifier. La jeune femme était morte dans l’une de ces pièces, c’était un fait. Et si elle avait bien entendu les autres victimes de cet endroit, ça avait été le cas pour beaucoup d’entre eux. Pourtant elle tout comme eux s’étaient réveillé dans cette même pièce sans aucunes égratignures, c’était un autre fait. Elle pouvait donc en conclure que les abeilles tueuses n’avaient existé que dans son esprit et celui de son compagnon d’infortune. De plus, elle s’était réveillé au sol alors qu’elle était debout en entrant dans la pièce. La jeune femme était donc tombée et avait été laissé au joug des charmants insectes tueurs. 555 avait donc été victime d’une hallucination. Provoqué sous l’effet d’un gaz ou bien sous hypnose, elle ne le savait pas encore, toujours était-il que rien n’avait été vrai. Maintenant était-ce le cas pour toutes les pièces ?

C’était la question qui hantait son esprit dès lors qu’elle s’était remise du choc de sa rencontre avec les abeilles. Ça ainsi que l’utilité d’un tel endroit. Le niveau 13 était facilement l’étage le plus grand de la prison présentement. Il devait bien servir à autre chose que de traumatiser les prisonniers, non ? C’est pour cela que 555 se trouvait actuellement au niveau 13, assise contre un mur, à attendre qu’un autre pauvre fou tout comme elle vienne la rejoindre. Avec un peu de chance, cette fois elle ne rencontrera pas d’insectes …

Résultat pour le sérum:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H07-157
H07-157
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I belive I can fly (H07-157)   Sam 4 Nov - 13:05



« I believe

I can fly »


Des pauvres fous, il y en avait quelques uns dans leur prison. Lui-même, par exemple. Pourtant, depuis son arrivée, il s'était obligé à trouver une solution à leur enfermement, à étudier ce lieu, à vouloir comprendre comment ils étaient tous arrivés en cet endroit. Au fil des expériences passées, il avait appris à quel point la Ruche pouvait être cruelle et sans limite. Ainsi, les gens pouvaient être blessés, être enfermés - davantage qu'ils ne l'étaient tous ici - disparaître, mourir.

Mourir ? Pas vraiment. Si le moment était loin d'être des plus plaisants - pour l'avoir expérimenté lui-même - il n'en demeurait pas moins intriguant. De fait, il en était revenu, quoique différent, mais il n'avait pas réellement succombé. Mieux encore, il fut de retour totalement indemne et en bonne santé physiquement. C'était aussi le cas d'autres résidents, aussi rares étaient-ils à répondre lorsqu'il leur avait demandé comment ils étaient décédés au niveau 13. Néanmoins, il semblait que dans le couloir de l'infini on ne risquait pas réellement sa peau.

Depuis cette conclusion un peu folle, il s'était décidé à expérimenter. Toutes ces portes menaçantes devaient forcément cacher quelque chose d'intéressant parmi les atroces mises à mort fabulées. Quoiqu'il en était, chaque jour, il faisait un petit tour au 13 et patientait quelques minutes dans le coin. Nul n'était assez fou pour l'accompagner, d'autant qu'il prenait la peine d'expliquer le concept de ce lieu aux nouveaux qui comprenaient encore moins sa motivation à retourner en enfer. Et pourtant, il revenait chaque jour après avoir complété son rituel du matin, effectuait quelques allers et retours, et repartait.

Quelle ne fut pas sa surprise ce jour, lorsqu'après avoir parcouru la dernière volée de marches il vit une âme abandonnée contre le mur du couloir de l'infini. Et pas n'importe quelle âme : 555. Quelqu'un que 157 n'avait pas manqué de croiser depuis qu'il était ici, notamment lors de ce fameux jour où ils s'étaient injecté le mystérieux produit qu'Izaak avait trouvé dans l'entrepôt. Elle faisait partie de ces volontaires. Ce n'était pas quelqu'un qui manquait de cran, loin de là. Toutefois, il n'en savait pas beaucoup plus sur elle, si ce n'est ce que tous les autres racontaient entre eux - qu'il ne fallait pas la chercher, que tous ses amants avaient disparus, qu'elle était dangereuse. En somme, quelqu'un à éviter.

Il eut un sourire à cette pensée et s'approcha d'elle discrètement ; il se laissa ensuite glisser contre le mur opposé pour s'asseoir en face d'elle. « Je présume que tu n'es pas là juste pour sortir des « Je vous l'avais bien dit » aux naïfs nouvellement arrivés dans la Ruche. » lui lança-t-il d'un ton plutôt espiègle. Ce pouvait-il qu'elle soit là, tout comme lui, à vouloir passer l'une de ces portes ? Il en était convaincu, dès le départ - quel intérêt, sinon, de rester ici à ne rien faire. Il était intéressé par les motivations de 555 et la regardait d'un air intrigué, un léger sourire caché dans un coin des lèvres pour camoufler la nervosité qui montait en lui - aujourd'hui, il allait mourir encore une fois.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: I belive I can fly (H07-157)   Sam 18 Nov - 19:23

Elle ne savait pas combien de temps exactement est-ce qu’elle attendu, assise toute seule dans ce couloir blanc. Une minute, une heure, plus ? C’était difficile de se repérer ici. D’autant plus qu’il n’y avait pas d’horloge. Ni beaucoup de distractions d’ailleurs. Bref, 555 s’ennuyait. Encore. Ironique quand elle était venu ici exprès pour tromper son précédent ennui. Alors la jeune femme ferma les yeux et réfléchit. Bientôt dix mois qu’elle était ici. Déjà. Et la sortie était toujours aussi invisible que le premier jour. Pourtant ce n’était pas faute d’avoir essayé de la chercher. Pas de porte, pas de fenêtres, même pas un tout petit trou. Cet endroit était totalement hermétique au monde extérieur. Enfin non, ce n’était plus totalement le cas maintenant. Plus après qu’ils aient entendu des gens parler et mourir juste derrière les murs de la cafétéria. Il y avait bien quelque chose derrière tous ces murs bien trop blancs. Peut être que la solution était de casser ces murs tout simplement ? Mais elle n’aurait très certainement pas le temps de le faire. Dès que le premier coup aurait touché leur cher mur, le bras métallique sortirait du plafond pour la ramener dans son nouvel enfer personnel. 555 ne voulait vraiment pas y retourner. Pas si tôt. Elle sentait toujours la brûlure des sangles sur sa peau laissant des marques indélébiles toujours présentes aujourd’hui encore. Et elles n’étaient pas prêtes de partir. Pas avant un long moment. Ça ne la dérangeait pas plus que ça en vérité, 555 avait l’habitude des marques ineffaçable sur son corps. C’était les cauchemars qu’elle redoutait, mais était-ce vraiment quelque chose de nouveau ?

La jeune femme rouvrit les yeux en entendant des pas près d’elle. Un homme était entrain de s’assoir juste en face d’elle. Elle avait déjà croisé ce visage souriant, mais la brune était incapable de se rappeler de son nom. Ou de son chiffre s’il en avait toujours un. « Je présume que tu n'es pas là juste pour sortir des « Je vous l'avais bien dit » aux naïfs nouvellement arrivés dans la Ruche. » 555 sentit un sourire s’étirer sur son visage à sa question. « Pas vraiment, non. » C’était même plutôt l’inverse. Un petit nouveau serait venu ici, elle l’aurait incité à continuer sans aucun scrupule, l’usant pour parvenir à ses fins sans aucun remord. Elle voulait y retourner pour vérifier ses théories, qu’est-ce que c’était pour elle le potentiel traumatisme d’une personne qu’elle ne connaissait pas ? « J’attends quelqu’un pour retourner dans l’une des salles pour tester une théorie. » Théorie on ne peut plus morbide mais qui aurait l’avantage de tromper son ennui pendant quelques temps si elle s’avérait vraie. La jeune femme se redressa contre son mur en regardant l’homme en face d’elle avec un sourire charment et des yeux calculateurs. « Et toi alors ? Curieux de voir ce qu’il y a derrière ses portes ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H07-157
H07-157
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: I belive I can fly (H07-157)   Ven 25 Mai - 10:29



« I believe

I can fly »


Le contraire l'aurait étonné : il suffisait de le lire sur les lèvres souriantes de son interlocutrice. Celle-ci lui expliqua qu'elle attendait quelqu'un pour passer une de ces portes. 555 était une futée et, en cet instant précis, elle mijotait quelque chose. Elle avait une théorie. Ils en avaient tous ici, des théories au gré de l'humeur et de l'état d'esprit. Certains testaient leurs idées et n'obtenaient rien du tout comme résultats ; d'autres disparaissaient. En définitive, leur situation à eux tous n'avançait guère.

Lui aussi avait des théories ; le couloir de l'infini en faisait partie. Il suffisait de voir comme les résidents de la Ruche fuyaient cet endroit pour affirmer que ces illusions mortelles constituaient par conséquent un excellent subterfuge pour camoufler quelque chose, pour cacher une vérité ou protéger une issue. Ce serait un réel atout de mettre la main dessus si cette hypothèse s'avérait exacte. C'était la motivation qui le guidait ici quotidiennement à la recherche d'un partenaire convaincu.

Mais il était curieux : bien que nombre d'hypothèses fusaient par ici, celle de 555 pouvait être intéressante. Cette jeune femme avait l'expérience, non seulement due à son ancienneté mais aussi par sa motivation. Elle était toujours là quand il se passait quelque chose et il ne pensait pas que 555 soit du genre à rester sous sa couette le matin en se maudissant d'être captive de la Ruche. C'était incontestablement une battante. Une battante au minois des plus finauds, comme le témoignait son regard enjôleur à son égard. Eut-elle seulement conscience que lui-même était déjà convaincu par l'intention d'ouvrir l'une de ces portes ?

Elle lui posa la question. Curieux de voir ce qu'il y a derrière ces portes ? Il l'observa sans sourciller, tacite, mais amusé. Pourtant, il n'y avait pas de quoi se réjouir de la situation puisqu'il avait été victime de ce couloir par deux fois, enfin c'est ce qu'il croyait : la première fois, pour sûr il avait vécu l'enfer avec M et ils s'en étaient sortis indemnes. La seconde, il n'était pas certain de pouvoir faire la différence entre le rêve ou la réalité tant cela manquait de sens : il pensait avoir été victime d'une balle perdue dans l'une de ces salles, qui d'après ces souvenirs étaient organisées différemment, et il était a priori accompagné de 494. Qui s'était transformé miraculeusement en 555, justement. Qu'il avait essayé de tuer, soit dit en passant. Quant à lui, il s'était réveillé en caleçon dans son lit avec l'impression de s'être pris une grosse cuite la veille, d'où l'impossibilité de dépêtrer le vrai du faux dans cette vision. Avait-il vraiment été dans ce couloir ou avait-il encore été victime de ses propres cauchemars ? Comme si cela ne suffisait pas que la Ruche se joue d'eux, il fallait aussi que son subconscient le fasse tourner en bourrique.

Peut-être que sa discussion avec 555 permettrait d'y voir plus clair, même s'il était de plus en plus persuadé que sa tentative de meurtre à son égard relevait surtout d'une fabulation de son propre esprit. « Mets-moi au parfum » lui répondit-il enfin d'un ton posé. S'ils se décidaient tout deux à franchir le pas, autant que chacun connaisse les intentions de l'autre.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I belive I can fly (H07-157)   

Revenir en haut Aller en bas
 
I belive I can fly (H07-157)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Archives :: Rp-
Sauter vers: