Partagez | 
 

 Living like there's no tomorrow [722&000]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Living like there's no tomorrow [722&000]   Lun 2 Oct - 10:59


F09-722 & H08-000

Living like there's no tomorrow


Las Vegas. La ville de tous les plaisirs, la ville de lumière et la ville de grandeur. Tout semblait être démesuré ici. Rien que le trajet entre l'aéroport et l'hôtel lui en avait fait voir de toutes les couleurs. Elle s'était amusée à tout observer attentivement depuis la fenêtre arrière du taxi qui la transportait. Quelque chose lui plaisait bien dans cette ambiance de folie et de bonne humeur. Les gens semblaient même tous très sympathiques, elle n'aurait donc pas de mal à se sentir comme chez elle. Certes, ça ne ressemblait en rien à la Nouvelle-Orléans, mais ils étaient tout de même reconnus pour savoir s'amuser. Une fois passé le choc du hall d'entrer de son hôtel, parce qu'il fallait vraiment le voir pour y croire tellement c'était beau et lumineux, la jeune femme s'approcha du comptoir de la réception. La réservation était faite sous un faux nom pour le groupe, question de ne pas attirer les regards. La dame lui indiqua qu'elle était la première arrivée et que sa chambre était déjà prête à l’accueillir si elle le désirait. Ravie par le bon service, elle récupéra donc la petite carte électronique qui servait de clé pour la chambre. Sans plus attendre, elle s'empara de sa petite valise à roulette, cherchant à repérer un ascenseur. Il semblait y avoir pas mal de monde ce soir, sans doute parce qu'ils sortaient tous faire la fête ou s'amuser dans les casinos. Elle contourna d'ailleurs un groupe de jeune femme en vêtement de luxes qui riaient aux éclats, sans doute déjà pompettes après une ou deux bouteilles de champagne. La rouquine se faufila plus rapidement lorsqu'elle vit au loin les portes de l’ascenseur s'ouvrir, ne voulant pas rater sa chance d'y monter. D'un pas agile, elle sauta dedans, pile lorsque les portes se refermèrent sur sa valise. Oups. « Ah merde... » D'un bon coup de bras, elle tira dessus pour la récupérer, sous le regard de la seule autre personne présente dans l’habitacle. Lâchant un soupire de soulagement, elle s'appuya contre le mur du fond, un petit sourire gêné au coin des lèvres.

Romy jeta ensuite un premier regard en direction de l'inconnu à bord avec elle. Oh, mais il était drôlement mignon celui-là. Et voilà qu'elle le dévisageait sans rien dire? On se réveille la rouquine! « Désolé pour ça... » Elle étira ensuite le bras pour appuyer sur le bouton de son étage, c'est-à-dire le 17ieme étage. Elle arrêta cependant son geste lorsqu'elle compris qu'il avait déjà enfoncé ce bouton-là. « Ah tiens, j'allais justement sur cet étage... » La jeune femme afficha un large sourire, trouvant la situation tout de même amusante. L’ascenseur montait tout doucement et elle se demandait bien qui pouvait être ce charmant jeune homme. Était-il seul lui aussi? En vacances ou bien pour le travail? Préférant ne pas laisser un silence s'installer, elle enchaîna donc. « C'est ma première fois à Las Vegas... la ville est vraiment incroyable » Oui bon, parler comme une touriste, ce n'était peut-être pas une si bonne idée non plus. D'ailleurs, elle avait l'air de rien du tout avec sa petite robe noire un peu froissée dans le bas et ses long cheveux flamboyants mal coiffés. Clairement pas aussi classe que les autres occupants de cet hôtel. « Et hum, qu'est-ce qui t'amène ici dit moi... » Voilà qui sonnait plus détendu et plus naturel comme approche. Elle apprendrait sûrement quelque chose de cet inconnu, sachant qu'elle pourrait même le croiser à nouveau s'ils étaient sur le même étage, qui sait. Le reste de la troupe arrivait seulement demain soir, sans doute très tard, donc d'ici là, elle était toute seule. Elle pourrait se débrouiller, là n'était pas le problème, mais c'était tout de même plus ennuyeux sans compagnie. L’ascenseur freina sur le 10ième étage, laissant entrer un vieil homme dans une tenu de cow-boy. Pourquoi pas? Surprise, elle lui céda sa place, se rapprochant ainsi d'avantage de son bel inconnu. L'autre occupant récupéra son téléphone portable, occupé à y envoyer quelques messages. Il semblait se diriger beaucoup plus haut qu'eux, à en juger par le choix de bouton qu'il venait de faire. Qu'importe, elle pourrait vivre avec le fait de partager l’ascenseur, ce qui était normal après tout. « Au fait, moi c'est Romy... » La jeune femme haussa les épaules, justifiant cette présentation soudaine par le fait qu'ils avaient tout de même pris le temps de discuter ensemble. C'était juste par politesse, non? Bref, une fois sur le 17ieme étage, elle passa la première les portes de l’ascenseur, suivit de sa nouvelle connaissance. Par réflexe, elle jeta un coup d'oeil sur sa carte électronique. 1722, le numéro de la porte. Bien, elle le mémorisa donc avant de ranger à nouveau la carte pour ne pas la perdre.  


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   Mer 25 Oct - 9:45




 Living like there's no tomorrow
722 & 000




Las Vegas. Ville lumière. Qui ne dort jamais. Là où il est possible d'être riche et ruiné en une seule nuit. Une ville pleine de débauche qu'aurait dû éviter le jeune homme qui se trouvait actuellement dans sa chambre d'hôtel. La lanière de son sac encore sur les épaules. Le regard partant de droite à gauche. Surpris de sa propre présence dans une telle ville qu'il a l'habitude de fuir comme la peste. Tant de dire se baladent sur les bouches lorsqu'il est question de cette ville du Nevada. Si bien qu'il était difficile de prêcher le vrai du faux. Qu'il soit question de la prostitution qui soit légale, qu'il soit question des histoires de mafia ou encore des combats illégaux orchestré dans des caves. Le jeune homme a sans aucun doute entendu les pires dires de cet endroit. Si bien qu'il regrettait de plus en plus de tomber sur une folle qui l'agresse et saute sur son pantalon. Secouant la tête brusquement pour se sortir une telle absurdité de la tête, il attrapa la bague pendu autour de cou entre ses doigts et la fit tournoyer. Tic qu'il avait tendance à faire et refaire tant de fois qu'il était incapable de compter. Il avait arrêté de chercher à le faire cesser. Arrêter d'accorder de l'importance aux coups d'œils que sa mère avait tendance à lui jeter. Sachant parfaitement que sa décision était incompréhensible pour elle. - Surtout à son âge. Au final, il préférait la laisser dans ces questions. Il avait tellement de fois répété les réponses qu'il pouvait les écrire et attendre qu'elle les pose. Il ne la comprenait pas. Elle et tous les autres pour leur fixation sur un tel sujet. Comme s'il était question d'un événement banal que l'on pouvait se permettre de partager avec n'importe qui. Malgré l'interrogatoire qu'il avait fait passer à son meilleur ami. Toujours l'incompréhension. Et il n'était même pas envisageable qu'il essaye. Il s'était juré de le faire avec la femme de sa vie. Celle avec qui il était bien décidé à rester jusqu'à ce que la mort les sépare. N'était-ce pas une belle promesse ? Un beau cadeau ? Celui d'un corps dit pur ? Surtout durant une telle génération ? Un petit sourire lui vint tandis qu'il laissa ses iris se lever en direction du ciel. Comme s'il pouvait voir l'esprit du seigneur de ses prunelles de mortel. Oui. Il avait fait le bon choix. Et il allait se prouver à lui-même qu'il pouvait rester accroché à cette promesse faite même dans cette ville pleine de danger. Il n'en serait que plus fier de lui-même. 

Ayant laissé les quelques affaires dans sa chambre d'hôtel. Les mains enfoncées dans les poches de son veston. Le brun s'était baladé dans l'hôtel. Ayant bien remarqué les quelques magasins de luxe qui s'y trouvait. Si bien qu'il se retenait à tout moment d'écarquiller les yeux en ayant le malheur de laisser son regard s'attarder sur les prix. Tout cela semblait tellement fou qu'il doutait fortement d'être bel et bien éveillé. C'était tout un autre monde, bien loin de la vie de famille, du petit mécanicien qui joignait les deux bouts tant bien que mal à chaque fin de mois. Il ne pouvait même pas se permettre une petite folie qui s'élevait à deux milliers de dollars. Dommage. Cette paire de chaussures semblait intéressante. Tout était démesuré, tellement qu'il n'avait pas le courage de se rendre à l'extérieur et se rendre compte des différences. Une crise cardiaque pouvait à tout moment lui tomber dessus. Et tout cela malgré le fait qu'il ne pouvait s'empêcher d'être émerveillé. Un monde si différent. Et pourtant, la ville n'était pas si loin de son lieu d'habitation. Enfin, ce n'était même pas un continent différent, pas un pays différent. Mais... l'atmosphère était bien loin d'être similaire. Voulant calmer son cœur battant ainsi que ses mains fébriles d'excitation. Il préféra regagner sa chambre d'hôtel. N'ayant d'autres choix que de passer par l'ascenseur. Il laissa sa tête se jeter en arrière, les lèvres légèrement entrouvertes. Comme s'il venait d'effectuer un marathon. Cabine qu'il dû partager en quelques secondes avec une jeune femme qui semblait être encore plus essoufflée que lui et c'était peu dire. Elle avait littéralement sauté dans l'ascenseur comme un petit lutin. Qu'il ne pu s'empêcher de regarder d'un air surpris après ses excuses. « Ce n'est rien. » Il se décala de sorte à lui laisser de la place pour s'appuyer contre une surface plate. Souriant poliment à sa remarque. 


« Oui... » Il pencha la tête d'un côté, encore surpris de ce qu'il avait pu voir lors de son arrivé ici et de sa balade. « C'est un autre monde. » C'était une évidence si flagrante qu'il avait du mal à le croire. Surpris par son audace. Il leva la tête pour la regarder un long moment. En silence. La question était bien posée. Même lui n'était pas certain de ce qui l'avait amené ici. « Heu... heu... » Ses joues ne perdirent pas de temps pour se colorer de rouge alors qu'il penchait la tête d'un côté et laisser sa main caresser l'arrière de sa tête. Preuve de sa gêne. « Heu... je... La curiosité ? » Il avait dit cette réponse comme une question. Peu certain de la réponse. «  et... » Il s'interrompit en voyant le nouveau venu intégrer la cabine. Devenant encore plus rouge pivoine en voyant cette jeune femme s'approcher encore plus de lui. « Et vous ? » Ses mains revinrent une nouvelle fois dans les poches de son veston pour s'empêcher de les triturer. Quittant la cabine, il effectua les quelques pas en direction de sa propre chambre qui semblait se trouver juste en face de la rousse. Une main sur la poignée de sa porte et l'autre encore dans la poche de son veston, il se présenta à son tour. « Jesus. » Elle semblait très sympathique.
Fiche codée par Koschtiel
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   Jeu 23 Nov - 10:10


F09-722 & H08-000

Living like there's no tomorrow


Rosie aimait bien faire de nouvelles rencontres, surtout lorsqu'elle voyageait pour le travail et qu'elle se sentait un peu seule. Homme ou femme, peu importe, elle tentait toujours de faire a conversation à quelqu'un pour voir ce qu'elle pouvait apprendre sur la région, les choses à voir ou à visiter et pourquoi pas un bel endroit pour manger un bon repas. Rien d’indiscret dans ses questions. Petite, la rouquine était d'un genre plus timide et réservé, mais en grandissant elle avait travaillé sur ce point pour l'améliorer. Encore aujourd'hui, ce n'était pas du tout le genre de fille à prendre toute la place et à parler fort, mais plutôt la fille attentive aux autres, curieuse et social. C'est donc tout naturellement qu'elle avait pris la peine d'aborder cet inconnu dans l'ascenseur qu'ils partageaient pour monter sur le même niveau. Sa première question semblait le prendre au dépourvu. Elle l'observa quelques instants, ne voyant pas en quoi elle pouvait le mettre aussi inconfortable. Romy nota ses pauvres joues se teinter de rouge. Sur le coup, elle regretta un peu d'avoir laissé sa curiosité prendre le dessus. Cet homme avait l'air fort sympathique, mais peut-être n'aimait-il pas trop que l'on entre dans sa bulle. Poliment, elle guetta sa réponse, affichant un petit sourire en coin. La curiosité alors? Donc il était curieux! Intéressant. Elle ne s'attendait pas à une réponse aussi mystérieuse que cela. Après quelques secondes, il lui renvoya doucement la question. Elle? Oui, que faisait-elle ici dans cette ville de folie? La rouquine haussa les épaules avant de lui faire un clin d’œil amusé. " C'est un secret " Une fois que le troisième occupant quitta enfin la cabine, la jeune femme reprit ses distances jusqu’à pouvoir sortir en compagnie de son inconnu. Il ne la suivait pas volontairement, le pauvre était en fait son voisin de chambre. Juste en face d'elle, précisément. Un autre détail amusant, le hasard faisait bien les choses. Après s'être gentiment présenté pour faire connaissance de la bonne manière, la rouquine mémorisa son prénom. Jesus. En voilà un prénom peu commun. " Enchanté Jesus " Sur ce, elle le libéra de sa présence.

Sans plus s'attarder, la jeune femme entra dans sa chambre d’hôtel pour y déposer ses affaires. Elle n'était pas mécontente de se débarrasser enfin de sa valise. Elle fit ensuite rapidement le tour pour observer les lieux, puis pris la direction de la salle de bain pour prendre une bonne douche chaude. Rien de mieux après tout le transport qu'elle venait de faire. Romy enfila une jolie robe couleur émeraude et s'attaqua ensuite à placer correctement sa longue chevelure de feu. Ça lui prenait toujours un certain temps, mais elle y était habituée. Elle songeait à ce Jesus qui résidait juste en face de sa chambre, se demandant ce qu'il pouvait bien faire ce soir. Était-il occupé à quelque chose? Peut-être pourrait-elle lui proposer de l’accompagner. Qui sait ce dont il avait envie. Elle n'avait pas vraiment rien à perdre. Tout de même hésitante, elle se glissa hors de son carré d’hôtel pour frapper doucement à la porte de Jesus. Toc, toc, toc. Elle patienta, peu pressée après tout. Une fois qu'il se décida à lui ouvrir, elle afficha son sourire le plus adorable possible. " Hey, désolé de te dérager, mais je me demandais si tu avais quelque chose de prévu ce soir? Je me suis dis qu'on pourrait peut-être sortir et visiter un peu..." Elle planta son regard brillant dans le sien, d'une bonne humeur des plus contagieuse. " Et on pourrait discuter un peu plus aussi, apprendre à se connaître..." Bref, la balle était dans son camp, comme le dicton disait. Honnêtement, ses intentions étaient bonnes et purement platonique aussi. Certes, Jesus était mignon, mais elle ne lui proposait pas vraiment une date à proprement parler. Juste une invitation amicale.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   Lun 1 Jan - 16:50





 Living like there's no tomorrow
722 & 000





Il pencha la tête d'un côté. Sa curiosité pointant le bout de son nez. Elle était loin d'être comme tout le monde, lui faisant penser à un lutin, constamment sur le qui-vive, mais dans le bon sens. Si bien qu'il serait loin d'être surpris de la voir sautiller, de plus, il fallait avouer que sa chevelure flamboyante ne faisait qu'accentuer l'image de la rouquine de feu qu'il avait d'elle. Bien différente de lui. Elle semblait n'avoir aucune gêne de lui parler. Lui un inconnu. D'engager la conversation sur des sujets divers qu'elle pourrait engager avec un veille ami. Il baissa la tête tout en se mordant la lèvre inférieure. N'arrivant jamais réellement à comprendre ce type de personne, même s'il avait un meilleur ami dans ce style. Rien qu'en y pensant, il se retenait de rouler des yeux. Étonnant qu'ils s'entendent si bien, sans doute le fait que de nombreuses années s'étaient écoulés, faisant en sorte qu'ils se rapprochent. Sans oublier les épreuves. Aujourd'hui, il pouvait confirmer, qu'il était comme un frère. Un frère sacrément loufoque. Ou était-ce parce qu'il était trop... Coincé ? Oui, peut-être, était-ce pour cela. C'était même la raison principale pour laquelle il était venu ici. Dans cette ville. Il voulait prouver à sa fiancée qu'il était capable de lâcher prise, qu'il était capable de s'amuser sans penser aux conséquences, qu'il pouvait être un peu... Gamin ? Plus qu'à espérer que c'était un de ses traits de caractère qu'il n'avait pas encore découvert. Perdu dans ses pensées, sur son existence propre. Dans cet ascenseur, face à une personne qui était exactement comme il aurait voulu être, s'il n'avait pas grandi avec cette impression de devoir rester sur le droit chemin. 

Pourtant, sa réponse était loin d'offrir une quelconque indication sur sa présence en ces lieux. Même s'il devait avouer que la sienne était loin d'être très explicative. « Un secret ? » Était-elle policière ? Sous couverture ? Ou une grande star qui cherchait à passer des vacances en toute discrétion ? Tant d'idée qui lui venaient en tête. Mais son visage était loin de lui donner la puce à l'oreille. Et il ne pouvait pas nier qu'il n'était pas très friand de musique populaire ou autre. La seule fois où il avait eu le malheur d'aller en boîte de nuit, ses joues étaient tellement rouges qu'il pensait ne jamais redevenir normal. Quel malheur d'avoir pour meilleur ami un débridé qui ne semblait pas du tout connaître ce que c'était que la gêne. « De même. » Dit-il dans un sourire sincère. Oui. Il était plutôt enchanté d'avoir rencontré un être qui semblant dégager la joie de vivre, même si ce n'était juste pour quelques maigres minutes. Et dès qu'il ferma la porte derrière, s'appuyant contre celle-ci, ses iris sillonnèrent la pièce. Se demandant ce qu'il pourrait bien faire. Télévision ? Non. Il n'avait pas très envie de perdre son temps ainsi alors qu'il pourrait faire exactement la même chose chez lui. Un livre ? Son attention fut cette fois portée sur le roman qui attendait sagement sur son oreiller que le propriétaire tourne les pages et se laisse emporter dans un monde fantastique. Non plus. Il devait sortir. Devait oser faire face à ce monde... Étranger. 


Soupirant sans pouvoir s'en empêcher, il s'empressa d'attraper sa paire de lunettes de vue, voulant se débarrasser de ses lentilles qui avaient tendance à être inconfortable après plusieurs heures. C'est donc armé d'une paire de lunette rectangulaire qu'il ouvrit la porte. Faisant de nouveau face au lutin. Lutin qui ne semblait pas pouvoir vivre sans ce sourire éclatant. Surpris malgré lui, il resta un instant bouche-bée. Le connaître ? Est-ce qu'il avait l'air assez vivant pour qu'on souhaite une telle chose ? Il avait parfaitement conscience de ne pas être la personne la plus sociale du monde, un problème mineur ? Majeur ? Enfin, tout cela ne changeait pas la situation. Qu'il ne s'attendait pas une telle envie. Convaincu un peu plus tôt qu'elle n'était que poli. « Heu... T'es sûre de vouloir... Avec moi ? » Étrange de le dire, il ne pouvait pas le nier, mais la question lui avait échappé. « ..Je ne suis pas très... Enfin...»  Il se tut, peu certain du terme à employé. 
Fiche codée par Koschtiel
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   Sam 6 Jan - 12:06


F09-722 & H08-000

Living like there's no tomorrow


Être seule dans une ville inconnue ne lui faisait pas réellement peur, surtout en sachant que la troupe qu'elle accompagnait commencerait à arriver dès ce soir et demain au courant de la journée. Son rôle était plutôt simple, c'est-à-dire participer aux répétitions avec les autres choristes et jouer quelques notes au piano pour s'assurer que tout serait bien en place pour le spectacle ensuite. Elle était partie de loin, mais bien heureuse d'avoir obtenu ce contrat qui lui permettait de voyager un peu partout au pays. C'était amusant de découvrir de nouvelles villes, faire des rencontres et profiter de sa vingtaine. Un jour, une fois un peu plus vieille, elle savait qu'elle serait tentée de se poser définitivement. Ce ne serait pas un bon temps pour voyager. Elle voulait se construire une famille, trouver une maison et bref, vivre sa vie comme tout le monde. Ce n'était pas les projets qui manquaient. Bref, pour ce soir, elle avait envie de sortir accompagné. L'heureux élu se trouvant être ce charmant inconnu de l’ascenseur qui logeait en face de sa chambre. Jesus, du prénom. Difficile d'oublier. Il avait un agréable visage doux et une timidité très attachante. Quelque chose lui soufflait qu'elle s'entendrait à merveille avec lui. La rouquine détestait les garçons trop confiants ou encore les dragueurs à la grande gueule. Bien que pétillante, elle avait toujours eu une préférence sur le mystère et le charme naturel de quelqu'un. Si jamais elle s'était trompée à son sujet, elle n'aurait qu'à rentrer plus tôt, tout simplement.

Lorsque la porte s'ouvrit, Romy l'attendait avec un grand sourire, jolie et élégante dans sa robe de sortie. Elle remarqua qu'il avait enfilé des lunettes, ce qui lui donnait un air franchement adorable. Sans gêne, elle lui présenta son offre, souhaitant bien sûr qu'il accepte de l’accompagner. N'étant pas du genre à forcer les gens, elle le laissa doucement y réfléchir, notant une certaine surprise dans son regard. « Heu... T'es sûre de vouloir... Avec moi ? » La rousse éclata de rire, ne pouvant pas s'en empêcher. " Oui, avec toi " Elle aimait bien sa réaction, ce qui prouvait qu'elle ne s'était pas trompée à son sujet. « ..Je ne suis pas très... Enfin...» Ah, c'est donc cela qu'il voulait vouloir. Elle hocha la tête en retour, capable de comprendre où il voulait en venir. " Bavard ? " Un nouveau sourire se glissa sur ses lèvres. Chose certaine, il n'était pas très loquasse, elle avait remarqué. Aucun problème, ce n'était pas du tout embêtant, pas pour elle en tout cas. " Accompagne-moi, s'il te plaît et puis je promets de ne pas t'embêter..." Il ne devait pas s'imaginer qu'elle lui causerait des problèmes ou quoi que ce soit de ce genre-là. Au contraire, elle pouvait être très tranquille elle aussi. Usant de son charme contagieux, elle le sentit finalement céder. " Bien! Ne restons pas à l’hôtel et allons plutôt faire un tour dehors " Gentiment, elle lui laissa le temps de sortir de sa chambre, avant de prendre la direction de l'ascenseur. Elle appuya sur le bouton, avant d'attendre patiemment que les portes s'ouvrent. Une fois dans la cabine, elle s'adossa contre le fond, lui jetant un petit coup d’œil. " Je suis ici pour le boulot..." Elle étira un petit sourire franc, avant de poursuivre. "...comment dire, je chante pour un spectacle et hum, je sais aussi jouer de la musique..." Elle haussa rapidement les épaules, comme s'il s'agissait là d'un emploi très normal ou voir même ennuyeux. Peut-être que ça ne l'intéressait pas non plus, elle n'en était pas certaine, faute de le connaître. D'un côté, elle jouait cartes sur table dans l'espoir qu'il accepterait de s'ouvrir un peu plus à elle en échange. Et puis, elle savait très bien qu'il y avait des gens qui n'appréciait pas trop ce type d'emploi du domaine de l'artistique. Parfois on lui demandait si c'était quelque chose de sérieux ou qu'un simple passe-temps. Bref. Quittant l’ascenseur une fois arrivé au premier, elle prit le temps de repérer la porte de l'entrée. Ah, juste ici. " À ton tour, qu'est-ce que je peux apprendre à ton sujet ? " Elle lui lança cette question d'un air taquin, avant de descendre quelques marches en direction de la sortie.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   Sam 6 Jan - 15:56

[size=13][/size]



 Living like there's no tomorrow
722 & 000







Il était gêné. Ne s'attendant pas du tout qu'un tel rayon de soleil souhaite avoir un quelconque contact avec lui. Il savait qu'il avait tendance à ne pas être très démonstratif, ayant toujours peur d'en faire trop. Qu'il pouvait même rester silencieux trop longtemps, au point de mettre mal à l'aise la personne avec qui il se trouvait, et cela, c'était vraiment la dernière chose qu'il souhaitait. Il n'avait malheureusement pas vraiment les mêmes passes temps que la plupart des jeunes de son âge, préférant rester travailler sur une quelconque voiture ou passer au bar de son meilleur ami plutôt que de sortir en boîte de nuit et draguer toutes les filles qui passaient devant lui. De toute façon, il doutait fortement que sa fiancée apprécie ce petit fait. Fiancé... Ouais, lui. Jésus était fiancé. Il n'arrivait toujours pas à y croire, certain que toutes les filles n'accepteraient pas d'attendre le mariage, ne voulaient pas quelque chose de sérieux. Qu'elles se devaient de s'amuser avant de réellement se poser et autre. Pourtant, lui, il était loin d'être ainsi. Sans doute sa famille étant responsable. Il voulait offrir une bonne vie, une bonne famille, un mode de vie presque parfait à ses enfants plus tard, de plus, il devait trouver un moyen pour s'en sortir financièrement. Certes, il pouvait demander de l'aide à son meilleur ami et il le faisait régulièrement, mais cela le mettait de plus en plus mal à l'aise. Avoir l'air de dépendre de quelqu’un n'était franchement pas agréable. Pourtant, il avait cru qu'en ouvrant son garage tout irait pour le mieux. De plus... Tant d'argent avait été mis de côté pour le mariage et il se refusait de le toucher, parce qu'il voulait la voir sourire. Il voulait la voir vivre son jour parfait. Quitte à vivre endetté pendant quelques temps, quitte à ne rien lui dire, ne pas l'inquiéter. Jamais. Et puis... il était désormais ici. Pour la rendre plus heureuse, il voulait la surprendre, toujours son bonheur qui passe en premier.


  Et aujourd'hui, il se trouvait face à une personne qui incarnait exactement le personnage qu'il souhaitait un jour être. Cette personne pimpante, qui dégage que la joie de vivre, qui ne peut s'empêcher de sourire. Petite pointe de jalousie. Il l'enviait. Elle et son bonheur qu'elle ne semblait pas pouvoir cacher. Et pourtant, elle confirma, semblant ne pas s'être trompé de porte. « Heu... » Il pencha la tête d'un côté tandis que ses joues devenaient un peu plus rosé. « Oui... On peut dire ça comme ça. » Si, il pouvait être bavard, la preuve lorsqu'il était en présence de son meilleur ami, il pouvait devenir une vraie pipelette. Même s'il restait toujours gêné lorsque les sujets étaient un peu plus intimes. Pudeur oblige. «  Pour... Pourquoi pas. » Il haussa les épaules, il n'avait de toute façon pas grand chose à faire. Et entre visiter la ville avec une jeune femme pimpante et rester enfermer dans sa chambre tout en laissant le temps passer, son choix était vite fait. « Je vais juste... Deux petites secondes. » Il effectua un petit sourire, laissa la porte grande ouverte, mais alla chercher une paire de chaussures qu'il enfila puis quitta les lieux, refermant derrière lui. Les mains dans les poches de son jean, il marcha au côté de la rousse. « Oh... Tu es policière alors ? » Il parla plus vite que la musique, si bien qu'il grimaça en se rendant compte de sa bêtise. «  Visiblement pas. » Il ne pu s'empêcher de sourire légèrement tout en baissant la tête. « Oh... Je vois. » Il hocha la tête. « Je t'avoue que je ne connais pas grand chose dans tout cela.... Tu fais des concerts dans des bars ? » Le minimum qu'il connaissait. Il n'était pas rare de voir des artistes de passage faire des concerts dans des bars, cela, il le savait. Au moins, ils avaient une passion. La sienne étant la mécanique, il pouvait comprendre cette envie de vivre de sa passion, c'était même mieux que de se forcer à continuer dans un boulot qui ne convenait pas. « Heu... Je... j'ai un garage et je suis mécanicien. » Il pencha la tête, un peu mal à l'aise de parler de lui-même. Peu certain que tout cela l'intéresse réellement. Une vie banale en soi, est-ce que cela pouvait attirer l'attention ? «  Et je suis fiancé... Depuis peu. » Il offrir un large sourire, particulièrement heureux de ce petit fait. Il avait l'envie de le crier sur les toits tellement il était heureux.
Fiche codée par Koschtiel
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   Mar 9 Jan - 19:29


F09-722 & H08-000

Living like there's no tomorrow


Elle, en policière? Il avait vraiment de drôles d'idées en arrière de la tête celui là! Vrai qu'elle se l'était jouée mystérieuse, mais ce n'était pas non plus un scénario de film de ce genre là. Sous couverture, en mission ou elle ne savait quoi d'autre. Au lieu de ça, elle lui avoua tout simplement qu'elle était ici pour un concert. La vérité moins amusant que son imagination mais bref. « Je t'avoue que je ne connais pas grand chose dans tout cela.... Tu fais des concerts dans des bars ? » La rouquine lui fit un clin d'oeil, pas le moindre du monde offensé par le fait qu'il n'y connaissait pas grand chose dans le domaine. Loin de là! " Oh non non, c'est de la musique plus classique..." Comme le piano. Et c'était rarement joué dans des bars. Peut-être qu'un jour elle pourrait relever ce défi. Chanter à la guitare par exemple. Elle n'était pas très douée sur cet instrument, mais elle pourrait l'apprendre. La base de la musique était généralement semblable. " Je pourrais tenter un jour, je te le ferais savoir si tu veux... " C'était dit un peu en l'air comme ça, mais bon. Une fois au halle d'entré, elle lui retourna plutôt la question, afin d'en savoir plus à son sujet. Il n'était pas facile à déchiffrer et elle était certaine qu'il saurait la surprendre. Intriguée, la jeune femme guetta sa réponse.  « Heu... Je... j'ai un garage et je suis mécanicien. » Alors là! Surprise oui. Un mécanicien. Immédiatement, elle eut une image dans sa tête. Lui avec son uniforme de travail, des tâches de saleté ici et là, les cheveux en bataille... intéressant. Elle n'aurait pas du tout cru que ce domaine était le sien. Peut-être à cause de sa timidité. En même temps, les voitures ne parlaient pas. Il était donc parfaitement tranquille sur ce point-là. En tout cas, il devait être habille de ses mains. " T'es chanceux de savoir te débrouiller avec les voitures, pour moi c'est vraiment que du chinois tout ça..." Elle rigola avant de prendre la direction de la porte extérieur avec lui. " Autre chose? " Allait-il poursuivre et lui filer d'autres secrets?

« … Et je suis fiancé... Depuis peu. » La jeune femme s'arrêta littéralement, observant son visage heureux. " Félicitation! C'est vraiment une bonne nouvelle ça! Es-tu ici pour célébrer? " Ce qui pourrait être une possibilité à vrai dire. Joyeuse à son tour, elle le gratifia d'un large sourire. Désormais, elle était bien curieuse d'en apprendre plus sur le sujet. Allait-il se marier ici? Quel était ses projets? " Wow... qui est donc l'élu de ton coeur?" Question importe tout de même! Ça ne la regardait pas non plus, mais s'il souhaitait en parler, elle était tout ouïe. Une fois dehors, en plein centre ville, la rouquine leva les yeux sur les grands immeubles illuminés. Particulièrement des hôtels et des casinos en fait. C'était coloré et à la fois drôlement spectaculaire comme ambiance. C'était le soir et pourtant, les rues semblaient déborder de monde. Impressionnée sur le coup, elle cessa de parler. Pour ne pas perdre Jésus de vue, elle glissa son bras sous le sien, lui jetant un petit sourire aimable. " Si tu permets..." Elle ne voulait pas le faire mourir de malaise, mais elle était plus confortable comme cela pour se balader. Après tout, elle avait parlé de sortir un peu et rien que déambuler sur l'avenue principale offrait un joli spectacle gratuit. C'était énorme et à vrai dire, elle se sentait plutôt petite au milieu de tout ça. Une ville de folie et de grandeur, c'était amusant pour des vacances, mais pas de son goût pour y vivre à l'année. " Une petite balade? " Elle s'adressa à lui, voulant confirmer qu'il était bien d'accord et qu'il ne changeait pas d'avis

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   Ven 12 Jan - 0:28

[size=13][/size]


 Living like there's no tomorrow
722 & 000




Oui, visiblement il avait beaucoup d'imagination. Sans doute que les lumières de la ville lui montait à la tête et lui permettait de croire en des idées qui n'étaient pas réelles. Lorsque le mystère entourait, on imaginait toujours le pire. Le plus grave. Le plus extraordinaire. Pourquoi ? Sans doute parce que la banalité n'était pas nécessaire à cacher. Il ne pu s'empêcher de sourire légèrement en y repensant. Il est vrai qu'il avait sauté une possibilité qui n'avait pas lieu d'être. Elle aurait cherché n'importe quelle excuse si cela était vrai. Le mieux pour cacher un énorme secret était de prétendre être présent pour une raison normale, banale. Sans originalité. Sans que les regards curieux viennent se perdre sur votre personne. Attentif. Il écoutait chaque réponse qu'elle lui offrait. Ne cachant désormais plus vraiment son travail, ou plutôt sa passion qu'elle pouvait exercer. « Oh... comme du violon ? » L'un des plus beaux instruments qu'il connaissait au monde. Mais il n'avait jamais tenté d'en jouer. C'était bien trop tard. Sa mère ne pouvant payer des cours de violon pendant sa jeunesse et après.... l'importance de s'en sortir dans la vie était bien plus forte que de jouer un quelconque instrument. Sans doute un peu dommage. Il devrait essayer dès qu'il en aurait l'occasion, quitte à juste caresser l'archet du bout des doigts ou encore le violon fait de bois si propre, si ruisselant. Telle une merveille qui ne pouvait être détruit. Bien trop précieux. « Avec plaisir. » Un fin sourire prit place sur son visage suite à sa réponse. Il n'allait pas nier qu'il apprécierait l'idée de revoir la jeune femme, pétillante. Polie. Elle était bien loin d'être désagréable. De plus, si elle était le genre, capable de venir dans cette ville, c'est qu'elle était encore plus libérée socialement que lui. Toujours être en contact de ceux que l'on souhaite d'être. C'était exactement ce qu'il pensait. « Tu es d'où ? » Le soleil le frappa en plein visage, si bien que ses paupières se fermèrent brusquement. Cherchant à se protéger tant bien que mal. Une main surélevé. Il sembla donner l'air d'un homme hélant un taxi. « Je travaille dans le domaine depuis longtemps et je peux dire que c'est... une passion.... » Comme toi. Derniers mots qu'il ne prononça pas, mais qui semblait planer dans l'air.


 Il rit. Son bonheur s'exprimant. Pour une rare fois. Qu'il soit question de ce large sourire ou encore de ses yeux qui pétillaient. Il était heureux. Heureux de pouvoir dire qu'il avait trouvé la femme de sa vie. Qu'il allait pouvoir avoir la possibilité de vivre avec elle. De l'avoir dans son livret de famille. De se réveiller à ses côtés, en tant qu'époux. «  On peut dire ça. » Cependant, malgré lui,il se sentit un peu gêné ensuite. Peu habitué à sourire autant. À dégager de lumière. Source de bonheur Si bien qu'il rougit d'un coup en s'en rendant compte. Sentant le regard de quelques personnes qui passèrent à leur côté, sans doute surpris de voir une telle joie sans raison apparente. Baissant la tête. Il tenta de camoufler le fait que son cœur battait la chamade. Rien qu'en pensant à cette femme. Sa fiancé. « Marianna. » Avouât-il du bout des lèvres, tout en ayant toujours le regardé en direction du sol. Pas très à l'aise de dévoiler tout cela. Si facilement. Elle arrivait à le mettre assez à l'aise pour parler de sa vie, il ne s'y attendait pas. Et se fût pire. Juste quelques secondes après. Marchant à l'extérieur sur ce couloir alors qu'elle s'accrochait à lui. Son visage devint encore plus rouge. Son regard cherchant à s'égarer n'importe où tant que ce n'était pas sur la rouquine juste à côté de lui. La catastrophe ne tarda pas. Ne regardant pas vraiment où il marchait, il trébucha, à deux doigts de tomber par terre, sa nouvelle compagnie pressée contre lui et qu'il emporta dans sa chute. Jésus se retrouva dos contre un bâtiment avec fracas. Grimace de douleur. Son qui l'exprime qui s'échappe de ses lèvres. Paupières qui se ferment si vite alors qu'il sent un poids s'appuyé contre lui, sans surprise. S'y attendant. Avec force, il avait du l'attirer, emporté dans son élan. « Je suis désolé. » Murmurât-il tout en ouvrant les yeux alors qu'il essayait de sourire pour détendre l'atmosphère, sachant parfaitement que c'était de a faute. Il en faisait beaucoup trop pour des gestes anodins. « Heu... il... il paraît qu'il y a de très beaux aquarium... au Mandalay bay... vous... ça t'intéresse ? »
Fiche codée par Koschtiel
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   Jeu 18 Jan - 10:27


F09-722 & H08-000

Living like there's no tomorrow


« Tu es d'où ? »  Elle afficha un petit sourire pensif face à la question. Elle risquerait de le surprendre un peu avec sa réponse. « Je me déplace souvent, mais en ce moment j'ai mon appartement à la Nouvelle-Orléans... » Ville de musique, quoi d'autre? Elle s'y plaisait bien depuis qu'elle s'y était installée pour vivre indépendamment de sa famille et débuter sa carrière en musique. Ce qui ne l'empêchait pas de voyager aussi. Son logement quant à lui, un peu à son image, était coloré, vivant et lumineux. Un endroit où elle se plaisait être, sans parler du vieux piano qu'on lui avait offert en cadeau. Elle aurait pu se contenter que de ça, sans d'autres meubles et être quand même heureuse! Chanter et jouer, composer même, telle une artiste dans ses débuts. « Je travaille dans le domaine depuis longtemps et je peux dire que c'est... une passion.... »  La rousse hocha la tête, parfaitement en mesure de comprendre. Une passion. Comme elle, ce qui la fit sourire doucement. Peu de gens pouvaient le figurer, mais vivre d'une passion, c'était le meilleur moyen de rester heureux longtemps. Du moins, c'est ce qu'elle croyait. Que le domaine soit payant ou non, l'argent n'était pas la priorité. Bref, elle fût ensuite bien prise par surprise lorsqu'il afficha un premier sourire, sans parler de son rire. Visiblement, son mariage prochain le rendait très heureux. Et très adorable aussi. Cette fille était bien chanceuse et devait beaucoup compter pour lui aussi. Elle l'imaginait déjà dans son costume de marié, vêtu de noir et blanc avec un air super classe. Certes, il dégageait une certaine forme de timidité, mais elle n'avait pas eu tord en sentant qu'il se cachait quelqu'un de bien derrière tout ça. Quelqu'un de vrai, de bon et de droit. « Marianna. »  Ah le pauvre, il avait les joues qui se teintait légèrement de rose. « Jolie prénom... » Elle lui fit un clin d’œil avant regarder un peu où elle mettait les pieds. « Oh et je vous souhaite beaucoup de bonheur à tout les deux » Étant donné qu'elle n'assisterait pas au mariage en question, elle se permettait de lui faire ses vœux tout de suite, pourquoi pas. C'était la base!

Bon après, vrai que ça lui faisait un peu envie cette histoire avec Marianna et lui. Le mariage. Est-ce qu'elle y avait vraiment songé avant? Oui, enfin un peu. Ça lui plairait vraiment de pouvoir vivre ce moment, une fois dans sa vie. Être amoureuse par dessus la tête au point d'avoir des papillons dans le ventre à chaque baiser. Les histoires très romantiques, un peu à la manière des films, lui donnait constamment le goût de se trouver un prince charmant. Elle avait déjà eu quelques fréquentations, mais elle n'avait pas trouver son prince disons. Sûrement un jour, elle le sentait. Il y en avait forcément un qui l’attendait. Si elle était aussi optimiste, c'est qu'elle croyait vraiment en l'amour. C'était là un des plus beaux sentiments qui soit. « Je crois que cette histoire va me faire rêvasser un moment... » Parce qu'elle était déjà perdu dans ses pensées, sans même s'en rendre compte. Agrippée très délicatement à son bras, la rouquine fût rapidement entraînée contre lui, lorsque le pauvre trébucha. Pas le temps de se retenir contre rien, elle lui rebondit dessus, prise par surprise. « Oh...est-ce que ça va?? » Parce qu'elle n'avait rien non, étant donné que c'était lui qui venait de se prendre le coup. Il s'excusa finalement, ce à quoi elle répondit ensuite. « Ce n'est rien » Qu'un accident, on s'entend. Malgré tout, incertaine, elle le fixa encore un peu, de près, question de vérifier s'il ne s'était pas blessé. « Heu... il... il paraît qu'il y a de très beaux aquarium... au Mandalay bay... vous... ça t'intéresse ? » Romy éclata de rire, avant de se dégager de lui pour éviter de le mettre encore plus mal à l'aise. Il était vraiment plein de surprises! « Oui, c'est là qu'on va alors! » Ça l'intéressait en effet. D'un geste de grande sœur, elle lui épousseta une épaule d'un air taquin, avant de le laisser tranquille quelques secondes pour se reprendre. Il avait besoin d'un peu air aussi si elle ne voulait pas le perdre définitivement. « On prend un taxi si tu veux » Ce qui était toujours moins dangereux que de marcher à son bras! Non pas qu'elle ne le pensait pas capable, mais après ce qui venait de se passer... Elle haussa les épaules, guettant sa réaction. Tant qu'il n'était pas offensé! « Je ne voudrais pas être responsable si un futur marié se casse quelque chose juste avant le grand jour... » Un petit sourire sincère au coin des lèvres, la rousse l'observa dans l'espoir qu'il n'était pas trop embêté, vue la couleur à nouveau rosé de ses joues. De même, elle se savait parfois victime de la même réaction. Rougir. C'était attachant, rien d'autre!

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   Dim 21 Jan - 20:57




 Living like there's no tomorrow
722 & 000





« Oh. » Il hocha la tête activement, tout en essayant de chercher dans sa mémoire où se situait le lieu. N'était pas un très grand voyageur, il ne pouvait même pas citer un seul monument se trouvant. Contrairement à la jeune femme. Son travail devait lui permettre de connaître beaucoup de lieu, il pourrait en être presque envieux, presque jaloux. Mais c'est plus l'envie de sourire qui lui vint. Il faut dire que ça correspond bien à l'image qu'il se fait d'elle, si volcanique, comme ne pouvant rester sur place trop longtemps. Elle devait faire face au monde, elle devait découvrir. Il ne pu s'empêcher de rougir en pensant autant, juste sur une jeune femme qu'il avait croisé quelques minutes plus tôt. Mais est-ce qu'il pouvait réellement faire comme si de rien n'était ? Alors qu'elle était si différente de lui, si vivante. Si contraire. En voilà une première rencontre plutôt bonne qu'il faisait. Il en était plutôt heureux. Une bonne nouvelle qui lui permet d'être fier de lui. Parce qu'il aurait pu rester enfermé dans sa chambre d'hôtel. Honteux de répondre qu'il n'avait rien fait, rien vu lorsque sa fiancée le lui demanderait. Incapable de lui mentir. Pas à elle. Sans doute à personne d'ailleurs. « Je n'y suis jamais allé. » Avoua-t-il du bout des lèvres. Il en était même un peu déçu pour le coup. Difficile de lancer sur un sujet dont il ne connaissait pas grand chose. Et il n'était pas certain que la jeune femme accepte l'idée de parler encore et encore sans que lui soit dans la capacité de placer des mots ou dire quoi que ce soit de réellement utile. Oui... l'impression de passer pour un imbécile n'était pas très appréciable. « Oui. » Les joues toujours rougies. Un événement qui arrivait très souvent lorsqu'il mentionnait sa fiancée. Mais que pouvait-il faire ? Il avait surtout un peu peur de ce qui se passerait après le mariage. Pas vraiment de leur vie commune. Mais la chambre à coucher. Oui, il savait que Marianna elle, avait déjà eu des aventures, elle n'était pas totalement ignorante sur le sujet, et même si elle avait voulu attendre pour son plaisir et la promesse qu'il s'était faite à lui-même. Est-ce qu'il allait réellement être... à la hauteur ? Comment pouvait-on l'être ? Tant de questions qui lui passait par la tête. Ce sujet était désormais tellement banal chez tout le monde aujourd'hui qu'il ne savait pas vraiment... S'il devait avoir honte ou non de ses questions réponses qu'il se faisait à lui-même.... Il essayerait d'en parler à Adam. « Merci. » 


« Et toi... Tu as quelqu'un dans ta vie ? Autre que... la musique ? » Demanda-t-il curieux tout en continuant leur chemin. Relançant la conversation, même s'il désirait réellement connaître la réponse. L'homme de sa vie devait être très chanceux et surtout courageux, elle semblait tellement énergique qu'il ne savait pas si lui-même arriverait un jour à suivre constamment une personne pareille. Il eut un petit rire en l'entendant. Il est clair qu'il était heureux d'avoir rencontré celle qui lui faut aussi vite... Enfin vite. Il avait tout de même 29 ans déjà... Ce n'était plus très très jeune. Mais tout cela ne devait être que des détails, il n'allait tout de même pas se mettre à penser à une quelconque horloge du temps. « Oui... Ça va. J'ai un corps plus solide que ça. » Dit-il dans une envie de blaguer, baissant malgré lui la tête pour vérifier que ses vêtements n'étaient pas froissés ou même déchirés face à l'impact. Non. Rien de grave visiblement. Il allait devoir arrêter d'être aussi maladroit. Surtout avec aux bras une jeune femme. C'était loin d'être très... Galant ? « Heu... Je ne pense pas que ça soit très loin... » Au fond, il voulait surtout éviter de trop dépenser, certes, il partait en voyage, mais ce n'était pas pour finir complètement ruiner. Il allait se reprendre et marcher normalement. À son âge ! Il devait tout de même savoir marcher convenablement. « Je ne pense pas que Marianna serait très contente de me voir revenir avec un plâtre comme cadeau de voyage. » Il grimaça. Non, il était clair que ce n'était pas une bonne idée. Il ne doutait pas une seule seconde de sa colère à venir dans ce cas de figure. Elle n'était pas du genre à cacher ses émotions, mais plus à les exprimer. Pour donner plus de conviction à ses dires, il plaça de nouveau son bras comme un peu plus tôt, lui offrant en même temps un doux sourire. Il devait vraiment arrêter de réagir aussi... Étrangement, lorsqu'il était question de contact physique. 
Fiche codée par Koschtiel
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   Mer 24 Jan - 11:16


F09-722 & H08-000

Living like there's no tomorrow


« Et toi... Tu as quelqu'un dans ta vie ? Autre que... la musique ? » En voilà une grande question! Le sourire aux lèvres, elle réfléchit quelques secondes avant de trouver une réponse convenable. En vérité, elle avait bien eu quelques petits amis par le passé, mais depuis, c'était plutôt calme à ce niveau. Vrai qu'elle avait choisi de se consacrer à sa passion et de suivre son cœur à ce niveau, foncer, découvrir de nouvelles choses, explorer et ensuite prendre le temps de se poser. Elle voulait juste vivre sa vie librement au fond. « Pour le moment, je suis célibataire... donc on peut effectivement dire qu'il n'y a que la musique dans ma vie » La rousse lui fit un clin d'oeil amusé, pas du tout embêtée par sa question. C'était vrai après tout. Elle était en pleine période où elle profitait de son boulot. Quelques voyages ici et là, des concerts pour divertir le public et beaucoup de répétition pour rester à la hauteur. Ce n'était pas toujours si facile que cela. Il fallait sans cesse prouver que l'on ne perdait pas la main et mettre plusieurs heures à se perfectionner. Par chance, elle n'y voyait pas d’inconvénient. Elle aimait trop ce qu'elle faisait pour s'en plaindre. « Je comptais me poser ensuite, sans doute. » Oui voilà, elle prendrait une pause après une ou deux années à vivre ainsi. Et puis elle avait justement la chance de faire de belles rencontres. Définitivement pas à plaindre! La jeune femme savait aussi qu'elle s'éloignait un peu de sa famille, par la même occasion, mais elle leur écrivait souvent ou bien prenait le temps de téléphoner. C'était plus compliqué qu'avant, sauf que ses parents n'avaient pas rechigné à l'idée qu'elle vole de ses propres ailes dans le domaine qui la passionnait. Ils étaient plutôt fières d'elle en vérité. Sans doute qu'ils cassaient les oreilles des voisins avec tout ça, elle ne serait pas surprise de l'apprendre. C'était chouette d'avoir l’appui de sa famille. Le seul problème étant sa petite sœur et son petit frère. Ses deux-là n'étaient pas trop enthousiasme, comme si elle leur faisait constamment de l'ombre avec ses performances. Elle comprenait bien leur réticence, sauf qu'elle aurait au moins aimé entendre leur encouragement. Un simple bravo, félicitation. Bref. Elle n'était pas fâchée contre eux. En tant que grande sœur, elle savait qu'un jour ou l'autre, ils prendraient eux aussi leur envole et elle serait là pour les féliciter à leur tour. C'était son rôle après tout.

 « Oui... Ça va. J'ai un corps plus solide que ça. » Sa maladresse la fit sourire, sachant qu'elle-même pouvait parfois être gaffeuse à ses heures. C'était tout à fait dans ses cordes. « Heureusement alors » Évidemment, elle lui pardonnait ce léger incident de rien du tout. S'il préférait, ils pouvaient même partager un taxi, mais à ses dires, ils étaient déjà suffisamment proche. Elle releva donc la tête pour observer autour, cherchant à déterminer si elle ne voyait pas déjà leur destination. Ce devait être au coin de la rue, un peu plus bas probablement. « Je ne pense pas que Marianna serait très contente de me voir revenir avec un plâtre comme cadeau de voyage. »  La rouquine rigola doucement, juste à imaginer la situation. Ce ne serait pas très esthétique pour un mariage, en effet. De toute façon, elle ne voulait pas être responsable si jamais il lui arrivait quoi que ce soit en sa compagnie. « Je te surveillerais alors... » Elle le taquinait juste un peu, sachant qu'il serait capable de faire attention à lui comme un grand! Ce n'était plus un enfant après tout. Lorsqu'il replaça son bras comme précédemment, elle s'y accrocha délicatement, bien contente de reprendre sa place. « J'ai bien hâte de voir ce qui se cache dans ce fameux aquarium... » Ils se remirent donc en marche, sans accident cette fois-ci, jusqu'à atteindre un peu plus loin leur destination. Vue de dehors, ça semblait plutôt grand. Il y avait déjà plusieurs touristes qui serpentaient autour, entrant ou sortant du bâtiment. Le regard curieux, elle laissa passer Jesus d'abord, avant de le suivre à l'intérieur. C'était un peu plus tranquille qu'elle ne l'aurait pensé, appréciait bien que ce ne soit pas trop achalandé. La rouquine passa au comptoir en premier, question de se munir de son ticket d'entré, avant d'attendre son ami pour débuter la visite. « Je crois que je n'ai pas mis les pieds dans ce genre d'endroit depuis que je suis toute petite... » Le regard pétillant, elle remit son ticket au commis avant de s'avancer vers les grandes baies vitrés qui abritaient une tonne d'espèce différentes de poissons en tout genre. Le sourire aux lèvres, elle colla rapidement son nez contre la vitre pour fixer de plus près les différents poissons. « C'est vraiment beau, ça donne envie de nager avec eux... » M'enfin, uniquement s'il n'y avait pas de requins! Avec ceux là, elle passait son tour. Elle n'était pas phobique de la chose, mais comme tout le monde, elle se doutait bien de ce qui pouvait lui arriver si elle se faisait mordre par autant de dents dans une seule gueule géante.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   Sam 3 Fév - 0:54




 Living like there's no tomorrow
722 & 000






Un doux sourire prit doucement place sur son visage suite à la réponse. Il ne la voyait pas réellement en couple, plus comme une force libre qui refusait d'être retenu par des chaînes. Il y avait des gens comme ça, qu'on ne pouvait pas imaginer avec une personne, qui avait leur monde, qui leur allait si bien, une image qu'on refusait être changée par la présence d'une quelconque personne. Et il savait que partager sa vie, la première règle était de devoir faire des compromis. Pour son bien-être, mais aussi celui de son partenaire. « Il faut dire que la musique peut plus facilement être mis en bagage qu'un compagnon. » Fit-il remarquer tandis que son sourire terminait par un rire. L'image d'une personne dans une valise était tout de même drôle, il devrait essayer un jour tient, rien que pour voir si c'était vraiment possible. Malgré ses trentaines d'années, ses bonnes habitudes, sa politesse, il ne pouvait pas nier qu'il possédait une grande âme d'enfant, celle du gosse qui aimait essayer des actions loufoques – tout en évitant tout de même de mettre quiconque en danger ou la culpabilité risquait rapidement de pointer le bout de son nez. « Oh... » Il hochait la tête distraitement. C'était une habitude pour tout être humain, celle de se poser et d'avoir une vie comme tout le monde, banale en soi. Plus qu'à espérer que ce petit fait n'allait pas l'ennuyer, qu'elle ne pensait pas sans cesse à ses voyages, qu'elle se verrait avec des années en mois, sillonnant encore les routes, les cheveux au vent et un large sourire éclairant son visage. « Profite bien de tes voyages tout de même. » C'était un conseil, il ne voulait pas qu'elle éprouve du regret... 

  Son rire fit en sorte de secouer son corps, au moins elle abritait à le mettre de plus en plus à l'aise, assez pour qu'il n'ait pas honte de rire, même si ses joues ne pouvaient s'empêcher de rougir. Il devait sans doute s'y faire à force, cette réaction que son corps effectuait dès l'instant où il n'était plus dans sa zone de confort n'allait certainement pas disparaître du jour au lendemain. Il devait... Avoir plus d'aplomb... Peut-être bien. Enfin, tout cela, heureusement qu'il était plus solide, qu'il faisait du sport très souvent, courant tous les matins avant de rentrer prendre son petit déjeuné avec sa fiancée. Un footing faisait toujours du bien au corps, surtout aux jambes. Il n’était peut-être pas un acharné du sport, mais sa musculature n'était pas aussi peu développée que son caractère pacifique le faisait croire. Au moins, son apparence avait tendance à dissuader les inconnus de lui chercher des noises, un physique qui conviendrait si bien à un ténébreux froid. Et pourtant dès qu'il franchissait le seuil de chez lui, les cheveux éparpillés sur son crâne, des lunettes de vue sur son nez et surtout, un petit air constamment perdu sur le visage, il était totalement différent. « Je t'en remercie. » Nouveau sourire, à croire qu'il était totalement sérieux. Et peut-être qu'il l'était justement. Il avait tendance à être trop maladroit et pour son mètre - presque – quatre-vingt-dix, c'était... Embêtant, surtout pour ce qu'il pouvait emmener dans sa chute.

« Hm... C'est ma première fois. » Avouât-il tout en observant les lieux, tout de même curieux. Il avait envie depuis longtemps de voir à quoi ressembler un aquarium vu de l'intérieur, certes la télévision, internet et tous les joies du monde pouvaient l'aider à comprendre l'intérêt et le mécanisme, mais ce n'était pas pareil... Que d'y être réellement. De pouvoir voir de ses prunelles les poissons dans leur milieu de vie naturel... Enfin, même ça... C'était une façon de parler, ils étaient tout de même prisonniers et ça... Ça ne lui plaisait vraiment pas. « J'espère pour vous que vous saviez nager alors... Il paraît que dans certains aquariums, il est possible de le faire. » Il pencha la tête tout en observant avec attention un poisson-clown qui lui fit penser à un dessin-animé d'enfant. « Némo... » Ses lèvres s'étirèrent alors qu'il ne quittait pas des yeux le poisson orangé.  « Dommage que je n'ai pas de maillot de bain. » Il aurait bien voulu essayer pour sa part, n'ayant pas peur des animaux marins, certain que dieu le protégeait si ce n'était pas son heure. Il était tout de même partager, avec sa présence en ces lieux, n'était-il pas en train d'encourager ce commerce d'esclave ? « Est-ce que tu penses qu'ils souffrent ? » Finit-il par demander tous en les observant, un air triste lisible sur le visage.
Fiche codée par Koschtiel
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   Mar 13 Fév - 18:51


F09-722 & H08-000

Living like there's no tomorrow


Cette idée de visiter l'aquarium n'était pas mal du tout. L'endroit y était agréable et étonnamment grand, ce qui était prometteur pour leur début de visite. Elle se souvenait d'avoir fait ce type de sortie en famille, avec son frère et sa sœur, ainsi que ses parents. C'était il y a longtemps déjà, mais en avait gardé un bon souvenir. Ce qui lui plaisait le plus, c'était l'effet zen et relaxant de ses grands bocaux où divers poissons et espèces nageaient silencieusement. Elle trouvait cela apaisant, en quelque sorte. Les gens se contentaient de les observer, le plus souvent en y collant leur nez à la surface de la vitre pour voir de plus près. Ce qui impressionnait le plus, en général, c'était de voir les géants marins comme les requins ou les grandes tortues de mer. Le genre de chose que l'on ne croisait pas tous les jours. Rien à voir avec les poissons rouges! Rosie aimait plutôt les poissons tropicaux, à cause de leur couleur vives. Ils étaient mignons et originaux. Pas de doute que Jésus allait adorer lui aussi. « Hm... C'est ma première fois. » La rouquine étira un sourire enjoué avant de poursuivre. " Tu verras, c'est amusant " Sauf s'il avait la phobie de l'eau ou des poissons, mais bref. Elle ne perdit pas de temps avant de l'entraîner en direction des premières vitres où l'on pouvait observer ses fameux poissons d'eau chaude qui vivaient dans les tropiques. N'ayant jamais fait de plongée sous-marine, la jeune femme fit la réflexion que de les avoir sous le nez lui donnait drôlement envie de plonger avec eux. Elle aimait bien nager oui. " Je sais comment, t'inquiète... et puis j'aurais sûrement la chance de le tester un jour ou l'autre..." Pas besoin que cela soit aujourd'hui absolument. Elle patienterait jusqu'à ce que l’occasion se présente. Jetant un coup d'œil au Némo qu'il venait d’apercevoir, elle étira un large sourire. " Ils sont adorables ses poissons-clowns! " Mais elle hésitait encore sur le pourquoi d'un tel nom. Clown ? Un peu étrange, ils n'avaient pas la tête de clowns non. Pas selon sa vision des choses. Ses yeux suivirent ensuite un poisson bleu tout plat qui nageait au hasard avant de disparaître dans sa maison, une belle anémone de mer rose. Ils se déplaçaient plutôt vite pour de petits poissons. Sans doute un avantage lorsqu'il était question de fuir.

« Est-ce que tu penses qu'ils souffrent ? » Un peu surprise par la question, elle prit le temps d'y réfléchir avant de répondre. En soit, elle comprenait bien où il voulait en venir avec le sujet. Le fait qu'il pouvait être cruel de les arracher à leur milieu d'origine, un peu comme les Zoo. Ce n'était pas bien moralement, mais à savoir si eux ressentaient de la souffrance vis-à-vis de cette situation, c'était difficile à dire. Les poissons ne semblaient pas malheureux ou déprimés non. Ils nageaient ici et là, sans avoir l'air préoccupé de leur vie de captivité. " Je trouve qu'ils ont l'air bien ici, je ne pense pas que personne les maltraite. Ils ne sont pas dans l'océan, mais qui sait... c'est peut-être moins risqué ainsi, loin de tous les prédateurs " À savoir les requins ou autres de ce genre-là qui risquaient de les manger ou de tenter de les chasser. Dans cet aquarium, ils étaient à l'abri. Chacun son habitat et aucun prédateur au mauvais endroit. Dans l'océan, c'était plutôt chacun pour soit. La rouquine haussa donc les épaules, incapable d'interpréter les états d'âme des poissons qu'ils observaient en ce moment. " Hum...et ils ont plus d'espace que dans un petit bocal..." Entre le poisson rouge domestique et ce gigantesque aquarium, il y avait une bien grande différence. Pour le reste, elle était persuadée que les employés leur fournissaient assez de nourriture pour les rendre heureux à ce niveau. Doucement, elle poursuivit donc sa visite en sa compagnie, s'arrêtant devant chaque vitrine pour prendre le temps de tout voir. C'est une fois devant les méduses rose fluo qu'elle s'exclama une fois de plus. " Elles sont trop belles !" Le spectacle était agréable et coloré, exactement ce qui lui plaisait. Elle savait qu'il était peu recommandé de les toucher, mais elle aimait vraiment leur apparence de grosses bulles flottantes. " T'es déjà allé au bord de la mer? " Elle repensait un peu à la plage avec tout ça. Le sable, l'odeur de brise de mer et la baignade. " J'ai pas souvent la chance de m'y rendre, mais ça me plaît bien..." Étant une fille de ville, elle était principalement habituée au bruit, à l'action et aux grands bâtiments. Elle n'y était pas malheureuse, mais à la Nouvelle-Orléans, elle ne manquait pas de prendre le temps de remonter jusqu'à la mer lorsque l'occasion se présentait. C'était même très populaire comme activité. Les jours de vacances, il y avait une foule de monde. " C'est quoi ton endroit préféré, sinon? " Elle décolla son nez de la vitre, là où de grandes tortues nageaient en cercle, pour se tourner vers lui. Son garage? Sa maison? Il devait bien avoir un truc en tête, non?

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   Ven 2 Mar - 9:26




 Living like there's no tomorrow
722 & 000





Petit sourire au coin. Il n'en était pas totalement certain, mais oui. Cela pourrait être amusant. La question était surtout est-ce qu'il ne serait pas inquiet par l'idée d'être face à un requin, ceux qui étaient loin d'être inoffensif. Certes, il avait lu assez de livre pour comprendre que ces derniers n'attaquaient pas bêtement, qu'ils étaient surtout excités par l'odeur du sang qu'ils pouvaient sentir de loin. - Ce qui était d'ailleurs troublant. Il valait donc mieux... ne pas saigner, ne pas démontrer sa peur et surtout, ne pas l'attaquer. Étant la première idée des êtres humains lorsqu'ils se trouvaient en face d'eux. Son sourire au coin devint un peu plus présent alors qu'il ne quittait pas des yeux l'entendue d'eau qui se trouvait face à lui, perdu dans cette idée. Celle d'être entouré de tel prédateur qui pouvait prendre la vie si facilement. Cela devait être fascinant de se trouver face à l'un de ses animaux. Jésus ne pouvait pas prétendre le contraire, pas alors qu'un petit sourire prenait plaisir sur son visage, sa main désormais plaqué sur la vitre, comme s'il voulait toucher les poissons qui se baladaient ici et là. Aucun d'eux ne s'approchaient, à croire qu'il pouvait les attraper, qu'il était un danger pour eux. Sourire qui disparu petit à petit. Pointe de tristesse. Il n'aimait pas cela. Était-ce parce qu'il était un grand ami des animaux ? Les considérant comme étant même – parfois, mieux que les êtres humains qui peuplaient ce monde ? Il ne pouvait pas le nier. Les individus étaient tellement égoïstes, leur propre plaisir passait avant tout, qu'importe ce qu'ils voulaient prétendre. Ses dents se plantèrent dans sa lèvre inférieur. Élan de culpabilité qui le submerge. Qu'avaient-ils fait ? À ce monde. Qu'il devienne ainsi. Un long silence le prit. Laissant l'instant de la rousse passé, comme si ses paroles étaient sacrés. Y pensant. Y réfléchissant. Est-ce qu'elle avait raison ? Il ne pouvait pas nier qu'il y avait une part de vérité. On les protégeaient ici. Ils pouvaient même vivre avec leur congénère. Il fallait juste espérer qu'on les nourrissait assez, qu'ils ne ressentaient pas le manque. D'un monde extérieur. Ses doigts finirent par former un poing, tout contre la vitre. Le regard dans le vague. Ne prononçant pas une parole.

Puis finalement, il s'éloigna de la vitre et laissa ses mains rejoindre les poches de son pantalon. Semblant accepter les dires. De toute façon, que pouvait-il faire ? Casser la vitre ? Les poissons ne tiendraient pas longtemps sans eau ? Faire un scandale ? Ce n'était pas son genre, il était plus dans l'idée de faire partie d'une association pour aider pacifiquement qu'autre chose. Un rire lui échappa face à l'enthousiasme de la jeune femme, elle était véritablement un rayon de soleil, à croire que rester en place sans s'exclamer ne faisait pas partie de ses habitudes. « Oui. » Même s'il évitait d'y aller depuis le jour où il avait eu le malheur de marcher sur quelque chose d'étrange sous l'eau. Certes, il doutait fortement que cela pouvait être un requin ou quoi ce soit de réellement dangereux, mais il fallait avouer qu'à ce jeune âge, il n'avait pas vraiment pu faire la différence, la panique s'était épris de son être et hurler tout en essayant de courir dans l'eau avait été la première action qu'il avait été capable d'entreprendre. Bon... il fallait être indulgent, il avait juste neuf ans à cette époque. « A cause du sentiment de liberté que l'on ressent ? » Finit-il par demander tout en posant son regard sur elle, l'observant du coin de l’œil, dans ce petit sourire mutin qui ne quittait pas son visage. « Heu... » Il fit mine de réfléchir. Quel était l'endroit où il se sentait le mieux ? Chez lui en compagnie de sa fiancée ? Sur son lieu de travail ? Dans le bar de son meilleur ami ? À l'église ? Il n'en savait trop rien, il était assez perdu. « Je pense pas que j'ai un endroit favoris. » Il se sentit mal à l'aise malgré lui, était-ce normal une telle chose ? De ne pas avoir d'endroit où il aimait être plus que d'habitude ?
Fiche codée par Koschtiel
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Living like there's no tomorrow [722&000]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Living like there's no tomorrow [722&000]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Living Well/Aveeno, TERMINÉ
» living well
» Living Well/Tylénol Terminé
» Living Well Neutrogena homme -terminé-
» Living Well/Aveeno, TERMINÉ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Archives :: Rp-
Sauter vers: