IMPORTANT de lire cette annonce pour tous les membres.

Partagez | 
 

 So soon it could be late. || Ft. H02-001

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-003
H01-003
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: So soon it could be late. || Ft. H02-001   Lun 11 Déc - 12:51

So soon it could be late.
Ft. H02-001


Sommeil profond... Non. Je n'avais jamais dormis si bien dans la Ruche. Ni seul, ni avec Nic, ni avec personne... Enfin si. Si je devais être honnête, avec Andy j'avais toujours extrêmement bien dormi mais à l'époque je ne savais pas pourquoi. Mais pour le reste, j'avais toujours un sommeil léger. Pas spécialement de mal à m'endormir contrairement au début dans la Ruche où j'avais besoin de m'épuiser pour sombrer, mais un rien me réveillait. Et là? C'était le cas.

Le bras sur Nic, le visage enfoui dans sa nuque, le corps profitant de sa chaleur, j'entendais un grattement étrange au niveau de la porte, assez en tout cas pour me tirer de mon sommeil et me faire ouvrir les yeux. Je ne bougeais pas cependant, la position idéale pour protéger Nic de pas mal de chose en servant de bouclier, mais lorsque j'entendais une voix, je parvenais à me détendre. - « Aller fichu papier, tu sais que t'as envie de passer. »

J'abandonnais Nic à nos draps dans le silence et me glissais hors du lit pour me rapprocher de la porte dans ma discrétion naturelle, si bien que lorsque j'ouvrais la porte, mon boxer noir pour seul vêtement, je posais mon regard sur 001 à genoux au sol, un papier plié entre les mains, l'air d'être pris sur le fait de... Quoi au juste? - Qu'est-ce que tu fais? - Chuchotais-je, les cheveux complètement décoiffés, le regard entre endormi et énervé, l'énervement du réveil incongru. Oh il connaissait ce regard, mais je connaissais également le sien et je finissais par soupirer.

Ça faisait longtemps.

Je refermais la porte derrière moi alors qu'il attrapait mon bras pour m'attirer dans le couloir et je le suivais, docile, jusque dans sa chambre. Là encore, je refermais la porte derrière moi et posais mon regard sur Bruce, étalé sur la couette, avant de longer le lit et de me glisser sous les draps sans plus de cérémonie. Il y a des règles aux conversations matinales, et puisque Nic était dans mon lit, il faudrait faire ça dans le sien. Heureusement pour tout le monde que rien dans le règlement ne stipulait ma nudité, parce que vu les précédentes fois, on aurait pu le croire.

Je remontais la couette sur moi, poussant doucement le chat du pied à travers sans vraiment essayer de l'éviter, il avait qu'à bouger, et c'est ce qu'il faisait d'ailleurs, et je levais mon regard sur 001 avant de fermer les yeux pour mieux enfoncer la tête dans l'oreiller. J'aimais bien sa tête mais j'étais pas réveillé depuis assez longtemps pour garder les yeux ouverts. La voix encore enrouée, je soufflais plus que je parlais. - Qu'est-ce qui t'arrive?

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H02-001
H02-001
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: So soon it could be late. || Ft. H02-001   Mar 26 Déc - 22:17

Oui bon ce n'était probablement pas l'idée du siècle d'essayer de glisser un morceau de papier sous sa porte. Surtout pas un morceau de papier visiblement trop épais pour passer sous sa porte. Leur porte. Enfin bref. Le résultat n'était évidemment pas celui escompté au bout du compte. J'espérais simplement glisser cette petite note sous sa porte et retourner me coucher en attendant et tournant un peu en rond le temps d'obtenir le résultat escompté. Je me suis plutôt presque cogné le nez sur son boxer lorsqu'il a ouvert la porte devant mon sourire sans doute un peu niais. Mon regard pourtant plus que déterminer à lui faire comprendre la raison de mon attitude de chaton cherchant à ce qu'on lui file sa nourriture en grattant dans sa porte. J'ai été en mesure d'analyser le phénomène depuis que Bruce est entré dans ma petite vie. Bruce. Le chaton donc la tête ressemble un peu trop à celle du costume toujours dissimulé sous mon oreiller. C'est une expérience non négligeable à appliquer dans la vie de tous les jours pour obtenir des résultats. La preuve. Même si je me suis relevé un peu trop prestement pour lui prendre le bras et l'inviter dans ma chambre. Pour parler. Simplement pour parler, mais simplement le faire loin de son beau aux bois dormant que je ne voulais nécessairement réveiller. Surtout qu'il faisait malheureusement partiellement partie de ma soudaine prise de conscience. Crise de folie voir même ou de panique profonde bien que rien à ce jour n'avait encore été en mesure d'arriver au niveau de la toujours effective disparition de mon jumeau. Je l'ai donc laissé s'installer sur le lit. Attrapant le pauvre chaton pour le prendre dans mes bras avant que ce grognon compulsif n'en vienne à le pousser en bas du lit. Cette pauvre bête. Je me suis plutôt couché près de mon colocataire pour m'éviter de tourner impulsivement en rond alors que je parlerais. Puisqu'on savait tous les deux que c'est moi qui parlerais. Couché sur les couvertures en déposant la minuscule boule de poil sur mon ventre. Visiblement elle aime les gargouillements de mon ventre comme j'apprécie presque l'entendre ronronner. Elle est pas si mal cette compagnie en fait. « Qu'est-ce qui t'arrive? »

Je me gratte systématiquement la nuque avant de poser les mains sur le dit chaton pour m'occuper les doigts. Les fourrant dans son poil que je caresse doucement. Il faut dire que j'ai les mains si énormes à côté de sa minuscule carcasse que j'ai toujours peur de lui faire du mal. « Rien... Enfin non pas rien. On a pas parlé depuis un moment, mais c'est sans doute rien. La vie tu sais. Les trucs qui arrivent comme ça sans qu'on puisse y faire quoi que ce soit et qui me perturbent. Un peu. » Ma langue glisse contre mes lèvres que je pince en soupirant. Mes yeux se posant au plafond alors que je me cale contre mon oreiller sans délaisser le batchat des doigts. Ça lui va si bien. Le batchat. « J'ai eu cette impression soudaine d'exploser. Comme si j'avais réussi à emmagasiner tellement d'informations et d'éléments sans réellement réagir sur le coup et que mon cerveau ne réalisait que maintenant toute l'ampleur de la chose. Tu te souviens quand mon jumeau s'est volatilisé? Je n'ai pas même été capable de réellement le pleurer ou affirmer que ça me brisait le cœur. Parce que je ne me souvenais pas et ne me souviens pas encore vraiment de lui. Du passé et tout ça qui devrait me faire réagir tu vois. Sauf que cette fois ça commence à revenir et bon sang je ne sais pas quoi faire. J'ai envie de hurler. Je ne le ferai pas parce que je ne veux pas réveiller Nic, mais je le ferais. Sous la douche ou la bouche plein d'oranges pour étouffer le son. » Et si je ne prends pas deux secondes pour respirer c'est moi qui va m'écrouler après m'être stupidement étouffé sous le manque d'air. Mort couché dans mon lit. Étouffé par le batchat sur mon ventre. La belle mort.

« Je ne m'attends pas à ce que tu me trouves une solution. Tu le sais. Je dois juste expulser tout ça un bon coup et ensuite ça ira. Enfin je crois. À commencer par la gamine. Tu sais que je commence à en rêver de cette gamine? Je la vois si minuscule et si inoffensive et ça me rend malade de penser qu'elle est quelque part hors d'ici seule et probablement terrorisée. Je ne sais pas. Ses deux parents sont ici sans savoir pourquoi et... enfin ce que j'arrive à me remémorer d'elle c'est qu'elle est si jeune. Ça commence à me rendre fou, mais je ne veux pas faire quelque chose que je vais regretter et être coincé dans cet endroit parce que j'ai agis sur un coup de tête. » Et j'expire... Il faut que j'apprenne à maîtriser mon débit verbal à un certain point, mais juste ça... Bon sang je me sens mieux. « Ne me laisse pas seul à me vider le cerveau. Je vais m'en vouloir de t'avoir sorti de ton confort matinal pour te forcer à m'écouter râler mes misères alors que je sais que ce n'est pas mieux de ton côté. » Oh comme je le sais. Peut-être même plus que lui jusqu'à un certain point et ça... ça ne doit pas m'échapper.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


One day after the other


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-003
H01-003
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: So soon it could be late. || Ft. H02-001   Mar 2 Jan - 16:13

So soon it could be late.
Ft. H02-001


« Rien... Enfin non pas rien. On a pas parlé depuis un moment, mais c'est sans doute rien. La vie tu sais. Les trucs qui arrivent comme ça sans qu'on puisse y faire quoi que ce soit et qui me perturbent. Un peu. » - J'ouvrais un œil, voyais d'abord le Batchat avant de remonter jusqu'au visage pâlot du koala. - « J'ai eu cette impression soudaine d'exploser. » - Alors, ça, c'était pas vraiment "rien", comme il disait. Je le fixais de cet unique œil ouvert alors qu'il expulsait tout ces mots sans prendre la moindre inspiration, l'observation uniquement pour voir s'il allait finir par s'évanouir du manque d'oxygène ou pas. Et finalement non. - Respire, idiot. - Que je souffle en refermant mon œil, pivotant sur le côté pour m'allonger sur la tranche de mon corps, une jambe tendue, celle de dessus repliée et un bras sous l'oreiller pour me tenir la tête. Comme chez moi. C'est au moins la seconde fois que je m'allonge dans ce lit, je fais bien comme je veux.

« Je ne m'attends pas à ce que tu me trouves une solution. Tu le sais. ... » - J'ouvrais à nouveau mon œil quand je sentais le flot de paroles trop nombreuses. - Tu vas finir par mourir étouffé à force de parler et ta gamine ça l'aidera pas, hein. - Avais-je soufflé en réponse. - « Ne me laisse pas seul à me vider le cerveau. Je vais m'en vouloir de t'avoir sorti de ton confort matinal pour te forcer à m'écouter râler mes misères alors que je sais que ce n'est pas mieux de ton côté. » - J'ouvrais l'autre œil un peu surpris par cette phrase, et enchaînais. - J'ai rien à dire, je t'assure. - Ma femme, mon frère, je lui avais déjà évoqué ces sujets. Andrew était une grande nouvelle que je n'avais pas hésité à partager. Quant à Laura, je ne pouvais pas vraiment rester là à scruter cette alliance sans lui expliquer ne serait-ce que les grandes lignes, si?

J'espère qu'elle va bien. Elle est peut-être avec tes parents? Ou avec ceux d'Adé? C'est peut-être pas si moche que ce que tu imagines... - Pour elle, pas pour nous. Nous, on était coincés ici, c'était un fait. - Moi je rêve de ma mère dernièrement. Rien de bien significatif, mais je vois son visage. - Je glissais la main sur le matelas avant de lever le bras pour la reposer sur la petite tête du Batchat et commencer à distraitement gratter l'arrière de ses oreilles. - Je peux pas vraiment te dire que je comprend... Mais ce sont des rêves. Juste des rêves. On en a eu des pires. - Enfin moi en tout cas. Violence, pénombre et sang. J'avais vu bien des choses durant mes nombreuses nuits. Et comme tout un chacun, j'apprenais à vivre avec, mais je pouvais aisément comprendre que ce n'était pas toujours si simple. Le Batchat relevait doucement sa tête au fur et à mesure que je gratter pour m'obliger à gratter plus fort. - Et hurle pas sous la douche, je me sentirais obligé de venir te sauver. Le coup des oranges c'est mieux. Ou un oreiller, je pense que ça le fera. - J'abandonnais les oreilles pour glisser mon doigt le long de son petit cou. - Ou 403, ça t'aideras je pense.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H02-001
H02-001
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: So soon it could be late. || Ft. H02-001   Mer 17 Jan - 22:04

« J'ai rien à dire, je t'assure. » En voilà des paroles pour me conforter dans cette horrible bulle de blabla que je m'applique à crever comme un abcès énorme dont on essaie désespérément de se débarrasser. La belle image je sais, mais c'est ainsi que je visualise le mieux la chose. Une horrible bosse dans ma tête que je dois vider avant que ça n'en vienne à s'infecter. La vider d'un coup sec pour ne pas misérablement me rouler en boule en parlant à mon chat comme s'il était un journal intime où je m'applique à tout noter. J'ai mon colocataire pour ça fort heureusement. Même si oui ça fait un moment que je n'ai pas usé de ses fidèles services parce que j'essaie malgré tout de ne pas sembler envahissant. Pour le bien de tout le monde. Même si je sais que techniquement de ce côté c'est partiellement raté. Je ne changerai pas en un claquement de doigt. Je ne veux pas le faire. Je veux rester heureux et jovial un minimum. Je veux sourire et dire des bêtises pour faire sourire les autres. Je veux rester le morning sunshine du logement parce que ça sonne nettement mieux que le pain in the ass en chef. Tout ça je le veux, mais je suis si près d'avoir envie de me droguer au jus d'orange que je me fais peur. À penser que je epux me droguer aux oranges et à penser que ça règlera tout mes nouvellement acquis soucis de vie. Et après je me demande pourquoi il ne me tardait pas réellement à ce point de récupérer des souvenirs. Voilà pourquoi. Parce que ça engendre un apocalypse sans nom qui me donne même le pressentiment d'étouffer en pensant. Sans même ouvrir la bouche. Ça y est je vais juste arrêter de respirer et pof m'effondrer. C'est ridicule. Tout ça c'est ridicule. Il faut que j'arrête de penser, mais je ne peux pas arrêter de penser. Qu'est-ce que je vais faire!?

« J'espère qu'elle va bien. Elle est peut-être avec tes parents? Ou avec ceux d'Adé? C'est peut-être pas si moche que ce que tu imagines... » Peut-être pas. C'est ce que je me suis dit au début. Ce que j'ai aussi essayer de faire assimiler à Adélaïde. Peut-être que tout va bien et qu'elle se trouve avec une armée de chatons dans le paradis des bonbons. Peut-être. Peut-être aussi qu'elle est enfermé dans un cage sur l'un des niveaux de cette ruche des horreurs à appeler nos noms. Peut-être. Je ne sais pas même quoi imaginer. Rien est sans doute le mieux. Pas de bon ou de mauvais. Juste le néant. « Moi je rêve de ma mère dernièrement. Rien de bien significatif, mais je vois son visage. » Je l'observe presque étonné donné de l'attention à la petite boule de poil. Lui qui ne s'est pourtant pas tâté à aller chercher un peu de compagnie. Quoique avec Nic je me demande s'il en a besoin. Pas qu'il soit comme un animal de compagnie... quoique je ne sais pas ce qu'ils font de leur temps libre. Bref. « Je peux pas vraiment te dire que je comprend... Mais ce sont des rêves. Juste des rêves. On en a eu des pires. » Ouais. Oui. Quoique nom. Je ne me souviens pas avoir rêvé d'autre chose avant ça. Un grand trou noir. Peut-être bien une orange mutante, mais assurément rien qui ne semblait se rattacher à ma vie d'avant. « Et hurle pas sous la douche, je me sentirais obligé de venir te sauver. Le coup des oranges c'est mieux. Ou un oreiller, je pense que ça le fera. » Un oreiller. Tient c'est pas fou ça. « Ou 403, ça t'aideras je pense. » Et... et là je me suis figé bien net.

« 403... » J'ai pincé les lèvres. Relâché la fourrure du petit chaton qui semble de toute façon préférer les doigts de mon colocataire aux miens. On se demande pourquoi. Simplement pour glisser mes mains derrière ma nuque en soupirant fortement. « Tu sais que je ne l'ai pas revu depuis... depuis très longtemps en fait. Je me demande s'il n'a pas simplement disparût comme mon jumeau... Ça pince en dedans tu sais. La petite douleur. Je n'ai pas vraiment envie de tout ça. » Mes mains passent de ma nuque à mon visage que je frotte un peu. « C'est pour ça que je voulais te parler. Je sens que j'ai besoin d'évacuer et je veux le faire avant que ça ne tourne au vinaigre et que je vide le papier de toilette de tous les logements. Je n'ai pas envie de pleurer ou me morfondre sur mon sort. J'ai envie de rester optimiste malgré tout et imaginer que tout ira bien et qu'on va trouver des solutions. Et d'un autre côté ça me fait un mal de chien de savoir ma princesse je ne sais où et je ne sais dans quel état. Ça me fait mal de voir comme Adélaïde semble m'éviter depuis et de réaliser comme je n'ai pas senti de petite... magie quand j'étais avec elle. Comme s'il s'était passé quelque chose... et en sachant qu'on a une gamine ensemble ça ne peut pas être du bon. De la petite magie... Tu sais c'est un peu ce que ça m'a fait avec lui. Avec 403. De la petite magie... Et au final tout ce qu'il me reste pour me tenir compagnie c'est Bruce qui semble t'apprécier bien plus que moi. C'est d'une tristesse... Comment est-ce que je suis supposé rester frais et souriant avec tout ça? C'est ça que je me demande en fait. » Je tourne le regard dans sa direction en pinçant les lèvres. Pensant très fort que je devrais lui dire que si un jour j'atteins le stade de son copain je veux qu'il m'achève à la seconde, mais je me retiens. Il vaut mieux. « Je n'ai pas pleuré encore. Peut-être que je devrais. Tu sais histoire de ne pas accumuler comme une éponge et remplir une piscine à moi seul le jour où ça va sortir. Sauf que ça non plus je n'y arrive pas. C'est dans mon code non écrit du mec qui n'est pas au bord du suicide. »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


One day after the other


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-003
H01-003
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: So soon it could be late. || Ft. H02-001   Jeu 18 Jan - 14:26

So soon it could be late.
Ft. H02-001


403... - Je l'avais vu à son visage. Au moment précis où j'avais dis ce numéro, j'avais vu que quelque chose clochait. Et mon corps s'était figé le temps qu'il parle. Voilà aussi ce qui lui pesait. Et je connaissais parfaitement ce sentiment. Je le connaissais déjà lorsque son jumeau avait disparu, je le connaissais encore aujourd'hui. J'avais perdu quelqu'un avant, je n'étais pas étranger à la boule dans sa gorge nouée, aux yeux qui piquent et à l'envie de hurler sa frustration. La Ruche prend plus qu'elle ne donne, et toujours au moment où on s'y attend le moins. Pour ce que j'en sais, Nic pourrait très bien avoir disparu pendant qu'on parlait là.

Il m'expliquait la frustration de ne pas savoir où était sa fille. Il m'expliquait le manque étrange qu'il avait ressenti avec Adélaïde, ce manque comblé avec 403. Cette magie qu'il avait ressenti avec lui. Est-ce que je ressentais cette même magie avec Nic? Est-ce que je voulais vraiment savoir la réponse à cette question? - Et au final tout ce qu'il me reste pour me tenir compagnie c'est Bruce qui semble t'apprécier bien plus que moi. C'est d'une tristesse... Comment est-ce que je suis supposé rester frais et souriant avec tout ça? - Je jetais un regard au chaton en pleine séance de ronronnements et soupirais face à cette observation sans le moindre fondement. C'était un chat, fidèle à n'importe quel esclave humain le nourrissant. Franchement pas de quoi en faire tant pour ça.

Je n'ai pas pleuré encore. Peut-être que je devrais. Tu sais histoire de ne pas accumuler comme une éponge et remplir une piscine à moi seul le jour où ça va sortir. Sauf que ça non plus je n'y arrive pas. C'est dans mon code non écrit du mec qui n'est pas au bord du suicide. - Je me redressais, laissant le drap glisser au bas de mon torse pour mieux me rapprocher et passer un bras dans son dos, l’entraînant contre moi, mon autre bras fermant ce cercle. - Laura m'a dit un jour que toutes les larmes sont une bonne chose. Que pleurer n'est pas une honte. Et que si tu en ressens le besoin, il n'y a aucune raison pour te retenir. - Un sourire glissait sur mes lèvres, fin, comme lointain, alors que l'image de ce souvenir me revenait. - Ce jour-là j'ai pleuré chaque larme de mon corps, dans le calme. Juste... Je me suis laissé aller. - Dans ses bras à elle. J'avais peu de souvenir de mon propre passé mais je me souvenais de tout la concernant et je savais parfaitement que de nous deux, c'était elle la plus forte. Toujours.

Je posais mes lèvres sur son front sans même y penser. - Et puis tu sais... T'as pas que Bruce le chat ingrat pour te tenir compagnie. Tu m'as moi. Alors je sais que je ronronne pas, mais j'irais nulle part, ça je peux te le promettre. - La vérité? Cette promesse dépendait du bon vouloir et du sadisme de la Ruche. Mais tant que ça ne tenait qu'à moi? Je n'ai jamais compris notre alchimie ni pourquoi son hyperactivité ne m'a jamais réellement ennuyé. Je ne me suis jamais demandé si on se connaissait avant ou si on c'était juste bien trouvé. Mais maintenant que je le tenais au creux de mes bras... - Je peux avoir des centaines de colocataires, il y aura jamais qu'un seul toi, Adam. Alors tu peux pleurer et te laisser aller, c'est certainement pas moi qui t'abandonnerais.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H02-001
H02-001
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: So soon it could be late. || Ft. H02-001   Ven 2 Fév - 22:41

Je ne l'ai pas repoussé lorsqu'il a passé son bras dans mon dos pour me rapprocher de lui. Ce n'est pas comme si on avait pas déjà dépassé ce stade à un certain point. À côté de ce qu'on a pu faire ce n'est rien du tout cette petite accolade sympathique précédant des mots qui oui peut-être me donnent un peu envie de pleurer. « Laura m'a dit un jour que toutes les larmes sont une bonne chose. Que pleurer n'est pas une honte. Et que si tu en ressens le besoin, il n'y a aucune raison pour te retenir. Ce jour-là j'ai pleuré chaque larme de mon corps, dans le calme. Juste... Je me suis laissé aller. » Pas que pour la pile de misères qui s'entassent au coin du bureau de ma vie. Aussi parce que je me sens toujours aussi désolé pour lui et la situation qu'il doit vivre de son côté. La femme. La bague. Les souvenirs qui reviennent en pointillé comme tout le reste. Sans doute est-ce également un peu pour cette raison que je n'ai pas juste envie de craquer. Parce que je sais que je ne suis pas le seul à avoir des oranges pourries dans son panier. On a tous notre lot de moisissure à traiter... et j'abuse un peu des métaphores alimentaires. Ça en est presque dégoûtant. Ça explique totalement mes yeux qui me brûlent un peu. Ma gorge qui pique. Quoi de mieux pour avoir les yeux brûlant de larmes que je ne veux tout de même pas relâcher qu'un peu de moisissure. Ça s'insinue dans le système pour nous pourrir le corps à nous en rendre malade. Jusqu'à un certain point. Jusqu'à ce qu'on trouve le nécessaire pour s'en débarrasser. Merci docteur Eli d'essayer de me faire chialer ma vie. Bon les lèvres sur le front c'est peut-être un peu de trop, mais on va faire avec. « Et puis tu sais... T'as pas que Bruce le chat ingrat pour te tenir compagnie. Tu m'as moi. Alors je sais que je ronronne pas, mais j'irais nulle part, ça je peux te le promettre. » J'affiche une petite moue incertaine en hochant la tête. Validant sans doute à son sens ses paroles. Me disant plutôt qu'il doit bien exister une façon de le faire ronronner... et oui bon je vais en terminer là de mon analyse de son blabla avant de penser à des choses qui vont me forcer à brûler mon cerveau. Juste histoire de me débarrasser des preuves compromettantes. « Je peux avoir des centaines de colocataires, il y aura jamais qu'un seul toi, Adam. Alors tu peux pleurer et te laisser aller, c'est certainement pas moi qui t'abandonnerais. » Un seul moi Adam...

« Quoi? » Je me redresse pour le fixer. Les yeux peut-être un peu rouge oui, mais je peux blâmer la fatigue pour ça. Enfin ce n'est pas le détail important du moment. « Tu as dit Adam? Oh... » Ouais oh. Oh parce qu'en un sens ça me semble logique que quelque part au fond de sa petite tête il connaisse mon nom. Après tout lorsqu'il a trouvé la bague lui ayant rappelé Laura il s'est aussi rappelé m'avoir vu à son mariage avec Adélaïde. Oh tout de même. Parce qu'il me sort ça comme ça complètement de nulle part alors que je ne suis totalement pas prêt pour ça. Un nom. J'ai un nom. Wow. Je devrait être content j'imagine. C'est bien d'avoir un nom. Ça me rend un peu moins double zéro abruti au carré. Oui bon je viens d'inventer cette bêtise, mais tout de même. « Oh... ça explique bien des choses en fait. » Ça explique surtout pourquoi j'avais cette drôle d'impression chaque fois qu'on parlait de tenue d'Adam. Oui on a des discussions étranges à l'occasion. Il faut s'y faire. Comme je vais devoir me faire à ça. C'est fou comme ça aide à supprimer en une fraction de seconde une envie soudaine de pleure. Ça change le mal de place comme on dit. Ça fou un nom sur ma tronche. Ça me donne envie d'aller me planter devant le miroir pour le répéter en boucle et confirmer que j'aime bien le choix de mes parents dont je ne me souviens toujours pas. Adam. C'est... « … soudain. C'est soudain oui. Hum... ok... hum... Je... Tu sais quoi? Je n'ai plus du tout envie de pleurer en fait. Je me sens presque mieux. Ça ou c'est l'adrénaline du moment qui me fait oublier le reste. » Je me gratte la nuque sans le quitter des yeux. « Alors c'est ça que ça fait d'avoir un nom... Je me sens... Je me sens comme un mec qui pourrait être assez con pour l'oublier en fait. Wow. »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


One day after the other


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-003
H01-003
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: So soon it could be late. || Ft. H02-001   Mar 6 Fév - 16:51

So soon it could be late.
Ft. H02-001


Quoi? - Quoi quoi? Attendez, quoi? Mon regard partait dans le vide alors que je fixais le mur en face de moi, sentant son regard sur moi mais l'ignorant. Pourquoi avais-je dis ça? - Tu as dit Adam? Oh... - J'ai dis Adam.. - Je tentais de comprendre d'où ça sortait. Je tentais de percevoir l'image derrière le voile, comme on chercherait à voir au-delà d'une vitre trop sale. - Oh... ça explique bien des choses en fait. - Je n'aurais pas dû être si étonné, après tout il était à mon mariage, j'avais déjà eu ce souvenir. Il était là, avec Adélaïde et leur fille. J'avais vu son visage, je ne l'avais pas rêvé. Mais bizarrement jusqu'à cet instant où je pouvais enfin poser un nom sur ce visage, ça n'avait rien de concret. Ça n'était rien de plus qu'une image. Déni? Regrets? Non, bien sûr que non. Ou peut-être maintenant que je commençais à le replacer dans mon propre passé?

… soudain. C'est soudain oui. Hum... ok... hum... Je... Tu sais quoi? Je n'ai plus du tout envie de pleurer en fait. Je me sens presque mieux. Ça ou c'est l'adrénaline du moment qui me fait oublier le reste. - Ça doit être ça ouais. - Que je disais en tournant la tête vers lui, pour être accroché par son regard déjà fixé sur moi. - Alors c'est ça que ça fait d'avoir un nom... Je me sens... Je me sens comme un mec qui pourrait être assez con pour l'oublier en fait. Wow. - Je m'en suis souvenu une fois, je m'en souviendrais surement plus tard. - Avais-je lâché dans un sourire avant de pousser Adam d'un coup d'épaule. - Bienvenue dans le club de ceux qui peuvent dire merde aux numéros. - C'était de ces moments, bons moments, purs et innocents. De ces moments qu'on avait tous à un moment ou à un autre, lorsqu'un souvenir nous revenait enfin. Un de ces souvenirs fondamentaux qui ne sont ni mauvais ni bons, qui sont juste inespérés. - Ça change ce début de journée ça, hein?

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: So soon it could be late. || Ft. H02-001   

Revenir en haut Aller en bas
 
So soon it could be late. || Ft. H02-001
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — late night thinking (w/phœnix)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Archives :: Rp-
Sauter vers: