Partagez | 
 

 EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Intelligence Artificielle
PNJ
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Dim 31 Déc - 14:49

LE SPECTRE DU PASSÉ
event de janvier



MISE EN SITUATION
Rédigée par @F09-108

C’était la dernière salle qu’il te restait à explorer. Tu avais déjà tous fait, même la véranda donnant sur cet univers gelé. Il n’y avait plus que la salle aux casiers. Et dès la seconde où tu y mis les pieds, tu te dis que tu n’aurais pas pu lui trouver un meilleur nom. Des casiers, il y en avait littéralement des centaines. Recouvrant entièrement les murs de cette énorme salle, certains tu ne voyais pas comment quelqu’un pouvait les atteindre. Autrement qu’en escaladant les casiers précédents, en tout cas. Tu recules de quelques pas et tord ton cou dans l’espoir de voir le haut de tous ces casiers. Tu te déboites presque la nuque avant d’y arriver. Tu essaies de trouver celui qui porte ton nom, car c’est comme ça qu’on t’a dit que ça marchait : tu trouvais le casier avec ton numéro, tu mettais ton doigt dans le petit trou dessus, et la porte s’ouvrira automatiquement et te donnera un objet t’appartenant. Ça pouvait être n’importe quoi allant d’une photo à une clé à une chaussette. Certains ont même eu une bague de mariage paraît-il. C’est pour ça que tu redoutais plus ou moins ce que tu allais trouver dans le casier qui t’était attribué. Il y aurait peut-être un détail insignifiant de ton passé, ou aller quelque chose qui allait totalement chambouler ta perception des choses. Et ça te terrifiait tellement que même maintenant tu songeais sérieusement à faire demi-tour et à abandonner cette stupide, stupide idée.

Finalement tu finis par trouver ton casier. F09-108. C’est le nom qui est tiens jusqu’à ce que tu retrouves celui de ta naissance. Tu sais t’en contenter actuellement. Ce ne sera pas forcément toujours le cas, mais tu préfères penser au présent plutôt qu’à un éventuel futur qui peut ou qui peut ne pas arriver. Le casier est à quelques mètres sur ta droite, assez haut pour que tu ais à te dresser sur la pointe de tes pieds pour l’atteindre. Avalant nerveusement tu commences à t’y diriger à petits pas hésitants quand quelque chose attire ton regard. C’est un casier tout à fait banal, mais tu ne sais pas pourquoi, il a quelque chose qui t’intrigue.

Tu arrives devant en quelques pas. Il est tout à fait normal. Un casier banal parmi la centaine que comportait cette salle. Pourtant, quand tu regardas un peu plus attentivement, tu arrivas à voir comme un dessin gravé dans le métal. Un tout petit dessin sur le côté droit du casier. Un petit dessin qui te disait horriblement quelque chose sans que tu ne puisses mettre le doigt dessus. Sur la partie gauche du dessin, il y avait comme un trois. La partie droite était en deux parties : en bas, quelque chose ressemblant à un cercle, en haut, un point avec un arc de cercle en dessous. Tu caresses la gravure du bout des doigts, et soudain ça te revient. « Om̐ » tu murmures en passant ton pouce sur le symbole. Tu connaissais le nom, mais tu ne te rappelais pas de sa signification. Pourtant tu savais que c’était important pour toi. Mais tu avais beau essayer de forcer le souvenir, rien ne te revenait. Comme pour tout le reste.

Tes yeux tombèrent sur le petit trou censé être l’ouverture, et y restèrent pendant un instant. Tu hésitas. Tu hésitas longuement. Avant de te dire que tu n’avais finalement rien à perdre à essayer. Tu introduisis ton doigt dans le petit trou. Aussitôt tu sentis ton doigt te piquer. Mais le casier resta fermé. Tu n’eus pas le temps de montrer ta déception que tu entendis un énorme grincement derrière toi. Tu te retournas brusquement et pus contempler la trappe métallique qui venait de s’ouvrir sur le sol.

Tu restas bouche bée devant. Ne sachant pas comment réagir. Tu retiras lentement ton doigt du casier, sans quitter la trappe des yeux. Comment … ? « Euh … » tu finis par lâcher intelligemment. Qu’est-ce que c’était que ce délire ?

DESCRIPTION
Le niveau 17.5 se situe sous le niveau 17, autrement dit sous le niveau contenant les casiers. Il est accessible grace à une trappe ouverte au sol de ce dernier dévoilant un escalier d'une trentaine de marches s'enfonçant dans une noirceur ponctuée de reflets de diverses couleurs. La salle en elle-même comporte quatre murs couverts d'écrans de télévision présentant des images en boucle.

PRÉCISIONS
Les écrans représentent des bribes de souvenirs ayant été envoyés par les membres ayant participé à la réalisation de l'animation de janvier. Les images sont présentées du point de vu "first person", c'est-à-dire comme si vous regardiez la scène au travers du regard de quelqu'un. Si vous n'avez envoyé aucun souvenir à l'IA, aucun des écrans ne présentera une scène vous évoquant quelque chose de particulier sauf si un membre participant vous en informe du contraire. Si vous n'avez pas déjà envoyé de souvenir, il vous est possible de le faire en envoyant un message à l'IA contenant le dit souvenir. Notamment pour les nouveaux membres. À noter que les images ne doivent pas obligatoirement déclencher un souvenir chez votre personnage. Comme pour tous les éléments du forum, le pouvoir est entre vos mains en ce qui concerne l'évolution de votre personnage et comme toujours n'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions.

VOIR ce sujet POUR TOUS LES DÉTAILS





Revenir en haut Aller en bas

H09-116
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-116
H09-116
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Mar 2 Jan - 18:15

LE SPECTRE DU PASSE

a reflection of us


Il en a entendu parler, de la fameuse salle à la multitude de casiers mais il n’a encore jamais osé s’y aventurer. La curiosité l’a rongé pendant plusieurs jours mais il a eu d’autres chats à fouetter et bien d’autres choses inattendues pour finalement y penser. Cela n’allait pas pour lui déplaire, d’oublier l’existence de ce casier, mais il est rapidement revenu le hanter. C’est donc sans surprise, si aujourd’hui il décide enfin de s’y rendre, au niveau dix-sept, la curiosité le prenant aux tripes et l’envie de s’évader du logement se faisant pressante. Si le fait de croiser Rosie régulièrement n’est en aucun cas une gêne, il ne demeure pas moins qu’il la regarde de temps à autre d’un air un peu plus insistant, comme pour s’assurer qu’il ne faisait rien la mettant mal à l’aise ou lui causant tristesse, maintenant qu’il sait pour ses sentiments à son égard. Sentiments qui le tracassent étant donné qu’il n’est pas en mesure de lui rendre la pareille et est, de toute manière, dorénavant sûr du type de courbe qu’il préfère.

L’ascenseur lui donne l’impression de descendre indéfiniment et de façon bien trop lente à son goût, pourtant son rythme cardiaque ne cesse de s’accélérer à mesure qu’il approche du fameux niveau. Lorsque finalement les portes s’ouvrent, son cœur manque un battement. Veut-il seulement savoir ce qui se trouve à l’intérieur de ce casier ? Trouver un téléphone portable seul dans sa chambre sans explication rationnelle a été suffisamment perturbant pour seulement espérer que ce casier ne lui donne rien de contrariant. Ils s’étendent du sol au plafond et à cet instant, le jeune homme se demande bien comment il espère seulement réussir à trouver le sien. Ce n’est pas toutefois les murs de carrés qui intriguent soudainement le regard du grand brun, mais bel et bien les marches qui s’enfoncent dans le noir à même le sol. Il n’est pas certain que cela ait été mentionné lors des commérages qu’il a pu entendre. En oubliant la principale raison de sa venue, les billes vertes demeurent figées sur le trou noir et il finit par s’avancer prudemment jusqu’aux escaliers. Si l’idée d’éviter la bêtise lui traverse l’esprit, celle-ci s’envole bien vite et son pied se pose sur la première marche. Quoi qu’il puisse arriver dorénavant, le mal est déjà fait, et il descend sans plus réfléchir, simplement sur ses gardes.

Les flashs de couleur ne tardent pas à arriver, images qui défilent en boucle de chaque côté et qui viennent presque lui déchirer la rétine peu habituée à ce genre de choses. Il n’a pas prêter attention à la présence éventuelle de personnes, focalisé et attiré comme un aimant vers cette pièce aux murs d’écrans. D’un pas lent et toujours prudent il reprend son avancée, alors que ses prunelles ont tout le loisir d’observer ces fameuses images qui défilent. Lèvres entrouvertes sans qu’il ne s’en rendre compte, il reste ainsi durant de longues secondes, scrutant les écrans un à un. « Putain mais c’est quoi ce délire. ». Et alors que rien n’a de sens, il se retourne, fixe les autres murs comme il se sentirait assailli par les images. Il ne comprend pas de quoi il s’agit, encore trop de choses lui échappent, mais quelque chose lui dit qu’il y a ici, un élément clé. Il peut le sentir au fond de ses tripes, même si l’amnésie continue de bloquer son esprit.  



AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


 
❝ in the middle of a firestorm ❞ I'm always ready for a war again, go down that road again. It's all the same, You know I'll ride again. Who gon' pray for me ? Take my pain for me ? Save my soul for me ? 'Cause I'm alone, you see. Then I'll spill this blood for you.
Revenir en haut Aller en bas

F09-722
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Mer 3 Jan - 16:08

LE SPECTRE DU PASSE

stranger things


Lorsqu'il était question de se changer les idées, la rouquine prenait toujours la direction de la salle commune pour s'approprier le piano et jouer un peu pour se détendre. Heureusement, celui-ci n'était pas trop occupé en général et cela lui permettait d'être tranquille, seule dans sa bulle. Cette découverte lui faisait le plus grand bien, persuadée que la musique représentait réellement quelque chose d'important dans sa vie. C'était encore un peu flou, mais elle savait au moins qu'elle pouvait en jouer, qu'elle en avait jouer beaucoup, et même qu'il y avait déjà eu la présence d'un public. C'était déjà beaucoup comme information. Bref, c'est par là qu'elle comptait aller, n'ayant pas d'autres plans pour le moment. Elle aimerait que pour une fois, rien de bizarre, d'affolant ou de traumatisant lui arrive. Une fois dans l’ascenseur, elle fut rapidement rejoint par un groupe de personne qui montèrent à bord. Étant petite, elle se faufila dans le coin, près de la porte. Malheureusement pour elle, les individus en question se mirent à se bousculer, pour elle ne savait quelle raison, provoquant un vent de panique chez elle. Préférant ne pas finir piétinée, la rouquine quitta tout de suite l’ascenseur, sans même chercher à savoir sur quel étage elle était. Une fois seule sur le niveau, elle lâcha un long soupire de soulagement en pestant à l'intention des troubles fêtes qui repartaient déjà. Cet endroit avait la fâcheuse tendance à rendre tout le monde dingue. Une mine boudeuse sur le visage, elle se retourna finalement pour observer autour. Ahh. Le niveau 17 oui. Ses yeux bleus détaillèrent attentivement les casiers. Elle savait de quoi il s'agissait. Timidement, elle fit quelques pas dans leur direction, relevant bien haut la tête. Et oui, le sien se trouvait totalement en hauteur, hors de la portée de sa main. Ce qui expliquait qu'elle n'avait jamais fouillé dedans. Pas question de se casser le cou rien que pour l'ouvrir! Le regard plissé, elle fixa son casier quelques instants avant d'entendre un bruit plus... bas?

Rosie relâcha bien vite son attention des casiers, observant le sol sans comprendre. Okay, très bizarre... on pouvait descendre dans le sol? Et depuis quand? Hésitante, elle s'approcha sur la pointe des pieds, dans le silence le plus complet. Ça ne lui disait rien du tout, c'était forcément quelque chose de dangereux. Curieuse, elle se pencha légèrement, cherchant à voir en bas. Hum. " Il y a quelqu’un? " Sa voix mal assurée raisonna un peu plus que prévus. Mais qu'est-ce que... Elle connaissait cette voix. Pourquoi est-ce qu'elle tombait sur son colocataire @H09-116 ? Bien décidé à lui glisser deux mots, elle se donna la peine de descendre les marches non sans soupirer davantage. Il faisait exprès de s'attirer des ennuis, elle le sentait oui! Une fois à sa hauteur, elle se figea soudainement. La rouquine cligna des yeux, attaquée par le flot d'images qu'il y avait partout autour. C'était à la fois très effrayant et très...inattendu. " Mais qu'est-ce que t'as encore fait? " Elle ne serait pas du tout surprise d'apprendre qu'il était responsable de cette découverte étant donné son problème d'observation et de curiosité sans fond. Incertaine, Rosie pinça les lèvres, troublée par tous ses écrans où ils se passaient des choses...dont elle ne comprenait pas du tout la signification. Qu'est-ce que tout cela voulait dire? Inconfortable, elle tira tout doucement sur le bras de son colocataire qui était concentré à déchiffrer les images. " Viens, on s'en va..." Évidemment, il ne bougea pas d'un poil et elle fut vite forcée d'abandonner son idée. Croisant les bras contre sa poitrine, la jeune femme porta un peu plus attention aux images. C'était vraiment bizarre et ça la rendait mal à l'aise. Quelque chose lui disait qu'elle ne devrait pas être ici. Oui voilà, il fallait fuir cette pièce. Elle n'aimait pas ça du tout. Une boule dans son ventre se forma peu à peu, alors qu'elle continuait tout de même à parcourir les écrans du regard. " Qui...sont ses personnes...? " Voilà une question intéressante. C'était qui? On ne le voyait pas vraiment. Ce n'était pas comme dans un film, rien à voir.



AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Mer 3 Jan - 16:41



 

EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé  


 

Sujet commun

- Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam ultrices auctor elementum.
     

Tu as entendu parler de cet endroit, un lieu rempli de casier, avec vos numéros inscrit dessus. Tu t’étais posé des questions, voulait voir s’il y avait le tiens inscrit sur ces fameux casiers. Alors tu avais décidé d’arpenter les couloirs, prendre l’ascenseur pour te rendre dans ce fameux niveau. Tu ne sais pas ce que tu vas y trouver, mais cela n’a aucune importance pour toi, tu voulais juste savoir. C’était pour ça que tu avais pris cette direction. Il y avait tant de choses étrange ici, tant de secret qui n’était pas encore dévoiler, que cela soit sur cette ruche, ou sur vous-même. L’endroit où vous viviez était un mystère pour vous, tout comme votre passée. Peut-être auras-tu un indice sur la vie que tu avais mené avant tout ceci, ou peut être était-ce une mauvaise blague de vos étranges gardiens.

Quoi qu’il en soit, tu arrives à l’ascenseur, car pour l’instant, tu n’es pas du tout au bon étage, tu attends tranquillement, regardé un peu autour de toi. Une pointe d’appréhension se fait ressentir, car tu ne sais pas ce que tu vas découvrir là-bas. Mais en même temps, tu es impatiente de savoir ce qui se cache dans ce casier portant ton matricule. Tu avances dans l’ascenseur, te laisses emporter par celui à l’étage désiré, tu regrettes qu’il n’y ait pas une petite musique cela aussi au moins le don de vous occuper l’esprit en attendant. Et enfin, tu arrives à l’endroit voulu, tu avances dans cette pièce, les murs fait de casier, ou il n’y a personne encore, du moins c’est ce que tu crois. Car tu n’as pas encore vu ses marches qui descendent un peu plus bas. Non, tu regardes ces murs fait de petit carré avec ses plaques de métal comprenant vos matricules à tous, tu en effleures même quelques-unes en murmurant les numéros qui y étaient inscrits. Même le sol était recouvert de ses boites avec un trou. D’ailleurs, tu rentres ton index dans l’un deux, juste pour voir ce que cela provoquerait, même si ce n’était pas le tien. Si ça tombe cela te provoquerai la même chose que ses seringues, tu te retrouverais paralysé pendant quelque temps. Cela pourrait être ennuyeux, surtout si personne ne vient ici-bas. Mais tu le fais quand même, espérant que 958 te chercherai. Mais rien ne se produisait, tu laisses un petit « Bon… Voyons voir avec le mien. »

Tu commences donc à chercher ta plaque, longeant le mur de casier, regardant après ton matricule. Mais soudain, tu la vois enfin, cette trappe avec ses escaliers, tu te dis que peux être, il y avait encore des casiers. Alors tu commences à les descendre marche après marche, , laissant de côtés pour quelques instant ton casier. Jusqu’à être assaillis par des premiers images. Tu fronces les yeux, comme gêner partout ceci, tu avances dans la pièce sans vraiment prêter attention aux deux personnes qui y était déjà. Pourtant, tu les as vues quand tu es arrivé, un noiraude et une rouquine. Tu regardes ses images défiler, toute différente laissant échapper un simple « Qu’est-ce que c’est que tout ça ? » C’était plus une question pour toi que pour les deux premiers arrivant. Tu avances vers un écran, le touche, alors que ton regard passe de l’un à l’autre. Tu retournes vers les deux protagonistes « Vous avez trouvé ça ainsi ? » Après tout peut-être qu’ils avaient fait quelques choses pour que toute ceci apparaisse. Mais à peine après leur avoir poser cette question tu retombes dans la contemplation de ses images qui défile sous vos yeux. Non pas que tu ne les écoutes pas bien au contraire, tu es capable de regarder et examiner tout ceci et de les écouter en même temps.


 
Shacka Hive
Revenir en haut Aller en bas

H09-116
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-116
H09-116
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Sam 6 Jan - 9:52

LE SPECTRE DU PASSE

a reflection of us


Il y a dans cette pièce quelque chose qui ne va pas, quelque chose qui cloche et dérange. Ces images n’ont rien de petits films ou autres distractions. Tout sent le malsain à plein nez et le jeune homme le sait dès lors que ses prunelles émeraudes bifurquent sur chacun des écrans sans en capter toutes les scènes qui défilent en boucle. Même la voix de Rosie qui résonne dans son dos ne parvient à le sortir de sa toute récente léthargie. L’esprit est en pleine réflexion, figé devant les écrans dont les flashs de lumière incessants se font véritables aimants. Mais qu'est-ce que t'as encore fait ? Il papillonne subitement des yeux et reprend une certaine once de contenance quand il comprend enfin qui lui adresse la parole. Néanmoins bien incapable de détacher ses mirettes des murs, c’est presque d’une voix lasse et embêtée qu’il répond « Ce n’est pas moi… », réagissant à peine à son accusation première. Au lieu de reculer, 116 s’avance un peu plus vers le premier mur, observant bien trop longuement les scènes, si bien qu’il ne sent qu’une légère gêne au niveau de son bras quand Rosie le touche pour l’intimer de partir d’ici. Elle est en train d’avoir peur, lui murmure sa voix intérieure, mais tu dois rester, qu’elle lui intime également comme le plus doux des poisons infiltrant les veines. Au creux de sa poitrine, le cœur se met à battre plus fort, respiration s’accélérant davantage à mesure que le visage se rapproche des écrans pour s’imprégner des images. Le premier écran n’offre que de l’eau à perte de vue tandis que le troisième offre une image chaleureuse de décoration festive. « Chaque écran affiche alternativement une scène plutôt positive et une autre négative. Pourquoi ? ». Cela pouvait être un concept intéressant d’œuvre d’art, mais au fond de ses tripes, il sent bien qu’il ne s’agit pas de cela. Et c’est très précisément lorsqu’il daigne enfin poser les yeux sur le deuxième écran qu’il se fige pour la seconde fois. Il observe la peau se consumer sous le fer blanc de masse informe tandis que @F07-849 les rejoint. 116 est toutefois bien trop préoccupé par l’écran devant ses yeux pour prendre la peine de répondre autre chose qu’un « Oui. » à la question posée. Du bout des doigts, il approche sa main des images où la peau brûle encore et encore, et tandis qu’il finit par toucher le fameux écran, il est comme pris lui-même d’une brûlure foudroyante au niveau de son omoplate.

C’est comme avoir pénétré au cœur de l’écran, à la manière d’un bon vieux livre de science-fiction ou de fantasy. C’est comme avoir été aspiré. La réalité n’existe plus autour de lui, inspiration prise comme s’il allait devoir passer un laps de temps trop long sous l’eau.

« Si tu bouges… Pire… Toi…  ». Les mots sont entrecoupés, incapables à déchiffrer nettement pour le moment, yeux rivés sur l’écran qui donne l’impression de partir lui-même en fumée. Il sent ses jambes se mettre à trembler, lèvres entrouvertes à la manière d’un état de choc. Il n’entend plus Rosie ni même 849. Il n’y a plus que la voix rauque et sèche qui résonne dans la pièce tel un écho lointain du passé. Et bientôt, il ne peut plus bouger.

Il a beau s'acharner il ne peut pas bouger, mains fermes et puissantes collées contre lui et entravant chacun de ses mouvements. D'un bruissement de tissu qui se déchire, la fraîcheur du soir vient bientôt se répercuter sur la peau, faisant frissonner cette dernière. Il tente tant bien que mal de comprendre ou de s'échapper car la suite n'a rien de prometteuse, c'en est même tout le contraire et il le sent au fond de ses tripes sans en avoir pourtant la réelle certitude. Il y a toujours cette part d'interrogation et doute qui l'assaille. « Tu ne referas plus jamais ça, suis-je bien assez clair ? ». Il a envie d’opiner du chef mais se retient, car il ne peut décemment pas accéder à cette requête-là, quand bien même le cœur saigne, quand bien même la frayeur s’insinue au fond de ses veines. « Il n’y a pas de place pour une telle abomination dans la famille. ». Il pourrait frapper. Le brun le sait, et c’est bien ce qui le pousse à se taire quand il voudrait plutôt s’insurger et s’agiter avec violence. Oh, il s’agite, mais les mains, fidèles sous-fifres, entravent tout mouvement qui devient impossible. « Si tu bouges, ce sera pire pour toi. ». Les paupières papillonnent sous l'angoisse à présent, réelle et tangible, alors que la silhouette apparaît pour mieux disparaître dans son dos. « Gabriel. ». Le souffle court et la respiration sifflante, il ne parvient à prononcer un seul mot, n'a de toute manière pas pour habitude de se plaindre ou supplier. Si bien que lorsque le fer chauffé à blanc se presse tout contre la peau de son omoplate pour la ronger, il se fait violence pour ne pas hurler.

Les doigts ont glissé de l’écran en même temps que le corps s’est affalé. Les jambes flageolantes sous les images de son esprit ont perdu l’équilibre, le forçant à tomber à genoux puis finalement assis de travers. C’est à peine s’il ne manque pas de se cogner en basculant. Les billes parfaitement ouvertes sont emplies d’effroi, la respiration est haletante tandis qu’il se mord violemment la lèvre et se crispe de tout son long, revivant la scène avec tant de véracité que même la douleur semble bien présente. Il ne sort pas de ses songes, coincé dans ces derniers. Coincé dans cet état de choc d’avoir subi son premier souvenir. Ces images ne sont pas des films fantasques ou inventés. Ce sont des bribes de vie. Et Gabriel ne bouge toujours pas.  


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


 
❝ in the middle of a firestorm ❞ I'm always ready for a war again, go down that road again. It's all the same, You know I'll ride again. Who gon' pray for me ? Take my pain for me ? Save my soul for me ? 'Cause I'm alone, you see. Then I'll spill this blood for you.
Revenir en haut Aller en bas

F09-722
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Sam 6 Jan - 14:54

LE SPECTRE DU PASSE

stranger things


Ce qui la préoccupait le plus, ce n'était pas les écrans bizarres qui diffusaient des images silencieuses, mais plutôt la présence de son colocataire en ce lieu. Était-il responsable de tout ça? Sans doute pas. Elle n'y croyait pas et bien que son ton accusateur avait devancé sa pensée, elle le pensait surtout au mauvais endroit au mauvais moment. Victime une fois de plus de sa curiosité incontrôlable. « Ce n’est pas moi… » Elle soupira, avant de se risquer à observer plus attentivement les écrans, ce qui provoqua rapidement un élan de peur chez elle. Ça la rendait totalement inconfortable, comme s'il s'agissait simplement d'un repaire secret pour psychopathe. Elle n'y voyait là aucun intérêt, sauf que le chat ne semblait pas du tout prêt à partir. Pourquoi diable s'intéressait-il tellement à ce que voulait dire ses images farfelues? Elle ne comprenait pas du tout, c'était évident qu'il ne fallait pas rester ici trop longtemps. Son attention fut cependant détournée par l'arrivée une jeune femme blonde. « Qu’est-ce que c’est que tout ça ? » Déjà sur les nerfs, elle ne trouva pas les mots pour lui répondre. C'était terrifiant, voilà ce que c'était. Troublant et incompréhensible. Toujours inquiète, elle haussa donc les épaules, signe clair qu'elle n'en savait pas plus qu'elle au sujet de cet endroit. Comme 116 venait de lui répondre, cet endroit était tel quel depuis leur récente arrivée. " Je ne pense pas qu'il y ait une explication logique de toute manière et je ne compte pas rester ici plus longtemps que nécessaire..." La mauvaise impression qu'elle ressentait depuis le début ne s'était pas décimée. Une sorte de menace planait dans cette pièce. La blondinette @F07-849 était libre de chercher des réponses si elle le souhaitait, mais Rosie ne voulait surtout pas s'embarquer dans une autre situation impossible. Moins elle regardait les écrans et mieux elle se sentait. Ce pourquoi elle faisait déjà très attention à ne pas se laisser hypnotiser par les images.


Prête à quitter, comme elle venait de le dire, la rouquine se retourna vers son indomptable coloc, question de le prévenir qu'elle renterait seule de son côté. Malheureusement pour elle, à peine elle ouvrit la bouche que celui-ci fût victime d'un malaise. Il s’affala comme si ses jambes n'avaient pas pu le soutenir plus longtemps. Par réflexe de peur, Rosie lâcha un long cri de détresse, avant de perdre le souffle complètement. Traumatisée de le voir soudainement dans un tel état, elle plaqua une main contre sa bouche, terrifiée. Qu'est-ce que lui arrivait!? Pourquoi il était tout pâle comme ça? Figée sur place, elle se fit violence pour forcer ses muscles à répondre à travers la peur qui la paralysait temporairement. Elle fit un pas dans sa direction, le cœur serré et les mots noyés dans ses émotions fortes. Mais qu'est-ce que ses écrans avaient bien pu lui faire? Il allait mal, très mal, c'était parfaitement visible! Les yeux plein d'eau, elle finit par s’accroupir à sa hauteur, lui faisant face. " Mais... qu'est-ce qui passe...pourquoi ça ne va pas ? " Aucune réponse. La rouquine renfila, utilisant toute son énergie à chasser la panique qui l'avait gagné. Elle devait se reprendre, c'était une situation urgente et elle refusait de ne pas lui venir en aide. " Mais répond moi! S'il te plaît..." Il allait bien finir par parler, ce n'était pas possible qu'il reste dans cet état pour toujours? De ses mains tremblantes, elle l’agrippa par les épaules pour le secouer un peu. Bien entendu, elle faisait gaffe à ne pas lui faire mal, souhaitant simplement qu'il remonte à la surface. Qu'avait-il vue exactement? Est-ce qu'il... " un...souvenir? " Non, ce n'était pas possible, pas avec de simples images en boucle et sans aucun son qui ne voulait rien dire du tout. Sauf que si c'était vraiment ça l’explication, il était sous le choc au point d'être carrément léthargique. C'était pas bon du tout! " Reviens ! Allé, mais réveille toi ! " Son ton se faisait insistant. Elle n'allait pas pouvoir supporter plus longtemps de le voir comme ça, presque éteint intérieurement. Elle n'avait aucune idée de ce qu'elle devait faire et bien franchement, elle n'était pas en mesure d'écouter qui que ce soit. Morte de peur, elle inspira profondément, à court d'idée. Il n'avait pas le droit de l’inquiéter, il avait promis de ne pas le faire! Sous l'effet de l'émotion, Rosie lui envoya une gifle au visage. Oh non, merde. Apparemment, elle fût tout aussi surprise que lui sur ce coup-là. Rongée par la culpabilité, elle avala de travers aussitôt. " Dé...solé...je..." Bordel qu'elle était inutile en situation de crise, elle s'en voulait à mort de lui avoir collé cette gifle au visage. Ça n'avait rien d'aidant, loin de là!



AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas

H09-116
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-116
H09-116
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Mar 9 Jan - 8:21

LE SPECTRE DU PASSE

a reflection of us


Le cri fait vibrer sa boîte crânienne mais c’est comme s’il l’entend en un vulgaire écho lointain. Il n’entend pas Rosie mais belle et bien la voix paternelle qu’il ne reconnait pas encore vraiment. Au fond de ses entrailles se réveille l’évidence qu’il nie pour ne pas s’effondrer davantage. Il n’est pas faible. Non. Celui qui se prénomme Gabriel est loin d’être faible mais ce premier souvenir l’ébranle, le premier d’une longue liste qu’il ne soupçonne pas. Quatre mois qu’il est entre ces murs dorénavant et seules ces premières images viennent de faire sens à son esprit. Ses jambes le lâchent, l’empêchent de rester debout sans qu’il ne s’en aperçoive, souffle coupé sous le joug de ces images défilantes. C’est comme une vieille impression, ce souvenir olfactif qui semble lui emplir les narines. Odeur de chaire brûlée qui se répand depuis son dos tandis qu’il n’ose porter la main à cette marque si particulière. Mais... qu'est-ce qui passe...pourquoi ça ne va pas ? Mais répond moi! S'il te plaît… Le brun la voit sans la voir, prunelles vertes fixées dans le vide. Son esprit n’est pas encore revenue de cet ailleurs, elle a beau le secouer rien n’y fait et ce pendant plusieurs secondes supplémentaires. Sa question se meurt au bord des lèvres, question que ses oreilles refusent d’entendre. Il n’est pas là, perdu dans ce souvenir qui refuse de le lâcher et ne cesse de martyriser. Reviens ! Allez, mais réveille-toi ! La gifle part, inattendue mais suffisamment efficace pour tourner son visage et faire rougir sa joue. Aow. Pris de surprise, il sursaute littéralement, dos heurtant le mur d’écrans dans un bruit sec. Il manque d’attraper le col de Rosie avec force, le coup de réflexe menaçant de partir mais en posant les yeux sur elle, cette fois, il la voit. C’est poing prêt à partir et en l’air qu’il constate sa presque erreur et laisse son bras retomber le long de son corps dans l’incompréhension la plus totale avec le souffle court. « Rosie ? ». Comme s’il ne se souvenait pas de sa présence quelques minutes plus tôt, il la toise avec cette surprise et ce choc qui se lit toujours sur ses traits. « Qu’est-ce que… ». Ses doigts viennent se poser sur sa joue rougie. Elle n’y a pas été de main morte. « Aïe. » qu’il lâche en faisant une moue contrariée en levant les yeux vers 849 qui est toujours là. « Je… J’ai… ». Dé...solée...je... Elle s’excuse tandis que son cerveau remet les pendules à l’air, jetant un coup d’œil aux écrans derrière lui qui continuent de diffuser les flashs de lumière et il se souvient, rythme cardiaque commençant à s’apaiser. « Ce ne sont pas n’importe quelles images… C’est… Je me suis souvenu d’un truc. ». Et pas un truc dont il voulait parler alors… « Je me souviens de mon prénom. ».  



AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


 
❝ in the middle of a firestorm ❞ I'm always ready for a war again, go down that road again. It's all the same, You know I'll ride again. Who gon' pray for me ? Take my pain for me ? Save my soul for me ? 'Cause I'm alone, you see. Then I'll spill this blood for you.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Mer 10 Jan - 16:38

Tout le monde n’arrêtait pas de parler de cette nouvelle salle. Une salle qui serait mystérieusement apparue du jour au lendemain sans que personne ne sache trop pourquoi, et dont le seul accès serait une trappe dans le sol métallique. Une salle dont personne ne voulait véritablement parler et que tout ceux qui en revenaient étaient choqués par ce qu’ils avaient vu. Tout ça faisait un peu trop film d’horreur pour 555. Genre. Mauvais film d’horreur. Même si toute cette putain d’histoire n’était depuis le début que d’une ressemblance troublante avec une mauvaise copie d’un film SF, c’était pas une raison pour entrer dans le grabataire en changer de genre. Mais une chose était sûr : ce qui se trouvait là-bas, ne pouvait qu’être choquant et traumatisant. Et c’est exactement pour ça que 555 avait décidée d’y aller.

La jeune femme jeta un regard intrigué à tout ces casiers s’étendant devant ses yeux. C’était la première fois qu’elle mettait les pieds au niveau 17. Peut-être qu’elle aurait dû y faire un tour bien avant mais l’occasion ne s’était malheureusement jamais présentée. Elle y remédierait rapidement. Mis pour l’instant, ce qui l’intéressait bien plus, c’était ce qu’il y avait en dessous. Sous la trappe de métal qu’elle avait repéré immédiatement. Ignorant les casiers pour le moment, 555 se dirigea vers la trappe, et, sans un instant d’hésitation, descendit la trentaine de marches du couloir sombre qui la séparait du nouveau mystère de sa prison.

Rapidement, elle arriva tout en bas. La jeune femme cligna un instant des yeux, ne s’attendant pas à ce qu’elle voyait. La salle était de taille moyenne (toute salle le serait après avoir vu le niveau 17), et elle ne saurait dire de quel couleur étaient les murs à cause de toutes ces télévisions qui les recouvraient. Elles semblaient d’ailleurs chacune tourner en boucle une scène qui leur était propre. Elle se demanda ce qu’elles pouvaient bien représenter quand 555 se rendit compte qu’elle n’était pas seule dans cette pièce. Il y avait @F07-849 qui se tenait un peu plus à l’écart, et, côte à côte, une jeune femme rousse qu’elle reconnu comme étant sa voisine de logement (@F09-722) et un jeune homme qui ne pouvait être que @H09-116 son … Ce qu’il était restait toujours à déterminer mais elle ne pouvait ignorer qu’ils étaient de la même famille, lui et elle.

555 s’approcha directement de lui dès qu’elle le vit pour aller dire un petit coucou. « Vous auriez pas une idée d’à quoi servent toutes ces télés par hasard ? » demanda-t-elle en les interpellant tout les trois. Cependant arrivé à la hauteur de 116, la jeune femme fronça brutalement les sourcils et attrapa rapidement le menton du brun pour examiner la marque rouge qui commençait à se former sur sa joue. « Qu’est-ce qu’il s’est passé, 116 ? » L’ordre de répondre était à peine masqué sous une question posée d’une voix plus froide que la Sibérie. Pour une raison inconnue, le voir avec un début de bleu sur la joue la mettait en colère. Et lui procurait un sentiment de familiarité qu’elle n’aimait pas. Comme si elle avait trop pris l’habitude de le voir couvert de bleus en tout genre. Ouais. Elle était énervée maintenant.
Revenir en haut Aller en bas

F05-093
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F05-093
F05-093
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Ven 12 Jan - 3:42

Le spectre du passé
And i'm scared, and i'm afraid. But they leave me no choice, and i'm still no ready for it.

Les casiers. Ces fameux casiers, dont elle connaissait l’existence depuis au moins… des mois. Du moins, elle le croyait. Elle était toujours perdue avec le temps qui s’écoulait, ici. Il fallait dire que rester dans son coin ne l’avait pas aidé à vraiment prendre conscience de ce qui se  passait dans la Ruche. Mais depuis quelques temps, c’était différent. Elle évoluait. Elle n’était pas certaine que le mot soit adéquat, mais ça avait commencé. Sa progression. D’abord grâce à ses colocataires, et notamment celui qui riait tout le temps. Elle n’aurait su dire pourquoi, mais il avait su la mettre directement à l’aise, malgré ses plaisanteries qui la laissait parfois de marbre. Et ensuite… il y avait eu Dee’. Dee dont elle savait être liée d’une manière ou d’une autre, dont elle se savait éperdument en besoin de sa présence. Et enfin, il y avait eu elle. @F09-003. Celle qui lui faisait justement face et qui lui proposait de se rendre aux casiers, avec elle. Nita ne le disait pas à voix haute, mais elle était persuadée qu’avec une toute autre personne, elle aurait refusé la proposition. Mais pas avec la métisse. Pas alors que leurs peaux basanées semblaient faites pour se refléter, pas alors qu’elle avait littéralement fondu en larmes dans ses bras lors de leur première rencontre. Elle s’était presque mise à nue avec 003, alors à quoi bon résister et cacher ce qui pouvait bien l’attendre aux casiers ?

Amanita fut un bref instant tentée de prendre la main de la jeune femme, aussi bien pour se donner du courage que par simple envie. Mais elle se retint, de justesse, et se contenta d’avaler difficilement sa salive alors qu’elles parvenaient enfin au niveau tant attendu. Les casiers. Et il n’en manquait pas, des casiers. Sous ses yeux ébahis, des dizaines de petites boîtes, empilée les unes sur les autres, lui faisaient face. Nita savait qu’elle n’avait qu’à trouver son numéro, qu’à tendre son doigt pour obtenir ce qui était sien. Mais quelque part, elle n’était pas prête. Ou plutôt, elle n’était pas sûre d’être prête. « Tu… tu es sûre de vouloir ouvrir le tien maintenant ? » Envie de reculer, envie de s’enfuir. Voire de s’enfouir, dans les bras de la jeune femme qui la réconfortait par sa simple présence. Mais elles en avaient déjà discuté, l’ancienne 093 avait déjà admis devoir affronter son passé. Elle avait juste peur. Peur de connaître trop de vérités sur elle-même, peur d’être encore plus pathétique après les révélations. Nita avait encore un long chemin à parcourir avant d’enfin grandir.

Cherchant son casier, la métissée stoppa brutalement ses recherches alors que ses yeux tombèrent sur une drôle de trappe. « Hey. Je ne crois pas que c’était là avant ça. » Elle n’allait pas mentir, Nita, elle était déjà passée par cet endroit. Elle n’avait juste jamais eu le courage d’aller jusqu’au bout de l’épreuve. Echangeant un regard intrigué et effrayé à la fois avec sa compagne, Amanita resta un moment silencieuse. Que dire, que faire ? 003 répondit à ses questions secrètes pour elle, alors qu’elle songeait ouvertement à vérifier ce qui les attendait sous la trappe. D’abord indécise, d’abord terrorisée à l’idée d’affronter un nouveau mal quelconque, Amanita finit par céder et suivit la belle typée jusqu’au niveau inférieur. Et quelle ne fut pas sa surprise, d’abord en découvrant de nombreux gens déjà présents, ensuite en dévisageant les écrans télévisuels qui étaient positionnés juste en face de chacun. Après de longues minutes à demeurer ainsi, bêtement devant les écrans, le regard de la métissée tomba sur @F09-722, @H09-116, @F07-849 et @F01-555. Si elle fut, inconsciemment, contentée de retrouver 849, ses yeux se plissèrent à la vue de la brune qu’elle avait malencontreusement agressée d’une boule de neige il y avait quelques temps de ça. Tâchant pourtant d’ignorer la boule impitoyable qui broyait son ventre, Nita désigna le seul homme présent et murmura : « Que… qu’est-ce qui s’est passé ici ? Qu’est-ce qui ne va p..pas ? » Supplique silencieuse alors qu’elle attendait une réponse, alors qu’elle collait son épaule à 003. Et pourtant, malgré ses interrogations, malgré le visage concerné de chacune des personnes présentes, elle ne put empêcher son regard de se coller aux écrans, comme en quête de quelque chose. Comme en quête d’elle-même.

©️ nightgaunt

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

    Fear allow us to stay alive
    THE LIGHT AND THE SHADOW ARE INSIDE US AND THEY ARE THE ONLY REASON WHY WE CAN STILL FEEL SOMETHING. roller coaster
Revenir en haut Aller en bas

F09-722
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Ven 12 Jan - 14:28

LE SPECTRE DU PASSE

stranger things


Pourquoi est-ce qu'il était dans cet état de choc impossible! La peur venait de la pousser à lui coller une gifle au visage dans l'espoir naïf qu'il revienne à la vie, mais la culpabilité montait déjà en elle à peine le coup donné. Elle regrettait, bien entendu, jamais elle ne lui ferait du mal. Pas à lui, surtout pas à lui parce qu'elle tenait trop à son colocataire pour lui faire volontairement du mal. Certes, les choses étaient un peu différentes entre eux ses temps-ci, mais ça n'était pas du tout la cause de cette gifle. Lorsqu'elle sentit enfin qu'il revenait à lui, elle le fixa longuement, terrifiée qu'il réagisse mal. «Rosie ? » La rouquine cligna des yeux, avant de hocher timidement la tête. Dieu merci! Il était à nouveau normal, ce qui la soulagea grandement. Lâchant un soupire entre ses lèvres, elle l'observa doucement, encore un peu inquiète. « Aïe. » Oui en effet, ça devait être douloureux. La mine coupable, elle s'excusa mollement, ayant encore un peu de mal à se remettre de la frousse qu'il lui avait fait. L'air toujours aussi égaré, il poursuivit soudainement. « Je me souviens de mon prénom. » Quoi!? Stupéfaite, la rouquine l'interrogea du regard, totalement à la ramasse. C'est son prénom qui l'avait mis dans cet état alors? Et comment est-ce qu'il avait fait pour se souvenir? « Je...ne suis pas sur de comprendre... » Un instant il flanche contre le sol et le suivant, il se souvient de son prénom? Ça commençait définitivement à être trop pour elle.

Une nouvelle voix rebondis soudainement à ses oreilles, lui faisant l'effet d'un désagréable écho dans sa tête. Perturbée, la jeune femme pivota vers la nouvelle venu, reconnaissant la silhouette de 555. Elle déglutie intérieurement, le souffle court. À ce rythme là, ce serait elle la prochaine à faire un malaise. Avec un tout petit peu de chance, la jeune femme aux longs cheveux d'encre ne remarquerait pas que... « Qu’est-ce qu’il s’est passé, 116 ? » Rosie sursauta, mal à l'aise. Le ton glacial lui faisait le même effet que cette gifle dont elle était la responsable. Un silence plana, qu'elle fût totalement incapable de briser. De toute façon, la question ne lui était pas adresser. Cet accident risquerait de lui causer de gros ennuis si elle ne partait pas tout de suite d'ici. « Je vais...vous laisser, je... j'ai besoin d'un peu d'air, on étouffe ici... » Le regard vitreux, elle se dirigea vers la sortie, avant d'être forcée de s'arrêter parce que quelqu'un descendait les rejoindre. Deux personnes en fait. Dès que la voie se libéra, la rouquine les contourna en silence, mentalement épuisée pour le reste de sa journée. Elle lâcha un simple petit « pardon... » en frôlant de près les autres filles, puis remonta jusqu'au plancher qui soutenait les cassiers. Une fois seule sur ce niveau, elle s'adossa contre un mur, le temps de retrouver son calme. Les écrans, la crise de son colocataire, le souvenir qu'il avait invoqué et maintenant tous les autres qui venaient voir la chose... Rosie se sentait complètement vidée, fatiguée comme jamais. Fermant les yeux, elle inspira profondément, laissant la peur et la panique quitter lentement son esprit pour se reprendre. C'était une mauvaise idée de venir ici, partir lui semblait donc être la seule chose à faire avant de finir en deux morceaux.



AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas

H09-116
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-116
H09-116
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Sam 13 Jan - 10:00

LE SPECTRE DU PASSE

a reflection of us


Il se sent encore bizarre, comme si toute force s’en était allée de son corps, perdu entre des songes et la réalité cinglante. C’est finalement focalisé sur les billes bleues de Rosie qu’il s’accroche, peau rougissante sous la gifle qui est partie quelques secondes plus tôt mais visiblement nécessaire à le sortir de ce cauchemar. Il n’a pas entendu @F05-093 descendre les marches, ni même n’a eu le temps de voir @F01-555 débouler presque comme une furie en sa direction. Que… qu’est-ce qui s’est passé ici ? Qu’est-ce qui ne va p..pas ? A la question de de 093 il lâche un rapide « Ca va, ça va, juste un petit malaise. ». Mais c’est sans compter sur l’apparition fugace de 555 dans son champ de vision et les doigts de cette dernière qui attrapent son menton pour inspecter sa joue. Trop de monde autour de lui d’un seul coup et trop de flashs dans cette pièce obscure. Il en a mal aux yeux. Qu’est-ce qu’il s’est passé, 116 ? Le ton est donné mais Gabriel ne semble pas avoir envie de répondre tout de suite, jetant un coup d’œil à Rosie qui commence à reculer et balbutier sous la peur. Il voudrait lui dire que ça ira, que ça va mais avant qu’il n’ait le temps de la retenir par le bras elle s’est déjà redressée et file vers la sortie. Merde. Posant ses prunelles vertes dans celles de la jeune femme en face de lui et toujours assis par terre, le brun la fixe un laps de temps de dix secondes tout au plus avant de se dégager de son emprise en attrapant délicatement son poignet. S’il est certain qu’ils sont liés, d’une certaine manière, il ne sait pas encore quel est son véritable titre. « Je suis tombé et je me suis cogné, Rosie a été là pour m’empêcher de me faire plus de mal, c’est tout. ». C’est tout ? Il prend appui sur les deux paumes de ses mains et se relève enfin, surplombant de nouveau la petite assemblée de sa grande taille et vient effleurer sa joue. La rougeur partirait, il avait déjà connu pire. Et étant donné son souvenir, il avait même connu bien pire par le passé. « Je suis tombé parce que des images ont fait ressurgir un souvenir, 555. ». Il se retourne et lui montre l’écran concerné sur le premier mur du bout de l’index. « Je l’ai déjà vu. Je l’ai même vécu. Je pensais qu’il pouvait s’agir d’images balancées là au hasard mais ça n’en est pas… J’en suis pas sûr mais… Ca a été un déclencheur pour moi. ». Il déglutit alors, peu certain qu’il devrait lui révéler son autre découverte. Il hésite après avoir repris ses airs silencieux et observateurs. « Je sais aussi que je m’appelle Gabriel. ». Ca, il le dira à Rosie pour sûr.    


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


 
❝ in the middle of a firestorm ❞ I'm always ready for a war again, go down that road again. It's all the same, You know I'll ride again. Who gon' pray for me ? Take my pain for me ? Save my soul for me ? 'Cause I'm alone, you see. Then I'll spill this blood for you.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Mer 17 Jan - 10:38

« Je vais...vous laisser, je... j'ai besoin d'un peu d'air, on étouffe ici... » Elle n’accorda pas un regard rapide à la rouquine (@F09-722) qui sembla presque fuir à son arrivée, pas plus qu’elle en accorda aux deux jeunes femmes qui venaient d’arriver (@F09-003 et @F05-093). Ses yeux bleus restaient obstinément fixés sur le brun en face d’elle. Elle lui avait posé une question. Et malgré le silence qui semblait s’éterniser autour d’eux, 555 comptait bien avoir sa réponse. Doucement, la jeune femme le vit lever la main pour venir retirer délicatement sa propre main de son menton. « Je suis tombé et je me suis cogné, Rosie a été là pour m’empêcher de me faire plus de mal, c’est tout. » Menteur. Une chute ne laissait pas des marques de doigts imprimées dans la chair. 555 jeta un rapide coup d’œil en direction de la rouquine qui disparaissait dans les escaliers. Peut-être qu’elle allait devoir avoir une petite discussion avec la dénommée « Rosie » après tout …

« Je suis tombé parce que des images ont fait resurgir un souvenir, 555. » La jeune femme se retourna brusquement vers le brun. « Quoi ? Tu t’es rappelé de quelques chose ? » Il se retourna et lui montra un des écrans accrochés au mur. 555 grimaça devant la scène qui y était représentée, sentant sa propre brûlure sur son flanc la piquer. « Je l’ai déjà vu. Je l’ai même vécu. Je pensais qu’il pouvait s’agir d’images balancées là au hasard mais ça n’en est pas… J’en suis pas sûr mais… Ça a été un déclencheur pour moi. » Ses yeux s’écarquillèrent légèrement face à cette information. Ca voulait dire … Ca voulait dire que quelque part dans cette salle, caché parmi la cinquantaine de télévisions, se trouvait peut-être un déclencheur pour elle-même … Et Seigneur, elle voulait savoir ! Même si c’était pour retrouver un énième souvenir où elle souffrait, elle le voulait ce souvenir. Des gens ont dit une fois que des fois il fallait mieux ne pas savoir. Mais ces personnes n’ont jamais été amnésiques elles. Elles n’ont jamais dû à chercher leur identité, n’ont jamais eut à se rendre à un point où même un souvenir de violence vallait mieux que le silence dans sa tête. Alors 555 ouvrit la bouche, et s’apprêta à s’excuser au près de 116 pour pouvoir aller observer de plus près les écrans, quant il la devança.

« Je sais aussi que je m’appelle Gabriel. » « Il s’appelle Gabriel » Ses yeux quittèrent le visage fermé de Padre pour tomber sur l’espèce de petite chose devant elle. Il était tout maigrichon et avait l’air de vouloir l’être encore plus vu comment il semblait vouloir rentrer sa tête dans ses épaules. Il devait pas avoir plus de six ans. Quatre de moins qu’elle alors. Tout son petit corps était prit de sursauts et elle pouvait le voir se mordre la joue alors qu’il pleurait en silence. Elle vit la marque sur sa joue qui commençait à devenir bleue et elle sut pourquoi il faisait pas de bruit. Padre aimait pas qu’on se plaigne. « C’est ton demi-frère. Il restera avec nous à présent. » Continua Padre de sa voix froide habituelle. Elle hocha la tête, n’ayant rien à ajouter et sachant qu’il y avait rien à ajouter. Ce que Padre avait décidé, Padre le réalisait. Elle l’avait compris depuis longtemps. Et elle n’avait pas besoin de lever la tête pour savoir qu’il l’observait, l’analysait, la jugeait. Cherchant une faute dans sa posture comme il le faisait toujours. Mais il n’y en avait pas. Son visage ne laissait rien paraître et elle se contentait de regarder la petite chose qui tremblait toujours en regardant le sol. Finalement, les lourds pas de Padre et des hommes qui le suivaient toujours traversèrent la pièce et sortir. Les laissant tout les deux. Mais elle était pas bête. Elle savait que Tonio était resté derrière la porte. Elle laissa son visage se détendre et regarda nerveusement le petit garçon devant elle. Il pleurait toujours et elle voulait qu’il arrête. Ça la rendait mal à l’aise. « C-ciao … » dit-elle doucement avant de sursauter lorsque le garçon réagit comme si elle venait de le frapper, tremblant maintenant encore plus. Elle avala nerveusement sa salive, ne comprenant pas pourquoi il avait réagi comme ça … Padre avait dit qu’il s’appelait Gabriel, non ? Pas Gabriele. C’était un nom anglais ça, non ? Peut-être qu’il parlait pas italien … ? « Hello … » réessaya-t-elle. La petite chose releva subitement la tête et la fixa de ses grands yeux verts. Elle s’approcha doucement de lui. « Don’t cry or he will come back. » Délicatement, elle lui attrapa sa manche en faisant bien attention à ne pas le toucher. Quand on la touchait elle, ça la faisait souffrir et elle voulait pas le blesser. Elle tira doucement, lui demandant de la suivre. « Come on, we’ll get you a room … » Elle ouvrit la porte et sortit avec son nouveau petit frère, ignorant l’homme habillé en noir qui les avait écoutés.

555 cligna des yeux, le teint un peu plus blanc. Oh. Elle regarda le visage de 116, de Gabriel, et oui. C’était la même petite chose. Avec vingt ans et un mètre et demi de plus. « Je … » commença-t-elle, la voix tremblant légèrement. « Je crois que t’es mon petit frère … »
Revenir en haut Aller en bas

F09-003
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-003
F09-003
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Jeu 18 Jan - 7:34



 

EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé  


 

Sujet commun

- Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam ultrices auctor elementum.
     

Tu ne sais pas très bien pourquoi cette fille t’intéresse, tu ne sais pas pourquoi tu as envie d’être avec elle et de la protéger. Elle est une énigme pour toi. Sa fragilité, cette peur, tu as juste envie de les effacer, de les apaiser. Tu ne sais pas très bien pourquoi tu ressens ce besoin d’être avec elle et de faire attention à cette fille. Dans un certain sens, @F05-093 t’angoissaient, mais ça, tu ne lui diras sûrement pas. Après tout, tu ne la connais pas vraiment, même si tu aimes être en sa présence, même si quand tu vois cette crainte dans ses yeux, tu n’as qu’une envie la prendre dans tes bras. Et c’est cela qui te fait peur, car tu es incapable de comprendre pourquoi tu avais un tel comportement avec elle. Tu te sentais déjà partager entre ton envie de retourner cet endroit, de faire un trou béant dans les murs, et devoir rester avec elle. Pourrais-tu seulement la laisser seule ? Pourrais-tu la regarder et partir sans te retourner ? Tu n’en es pas sûr, car il suffit que tu poses tes yeux sur elle pour que cette volonté qui te semblait inébranlable s’en vole. Tu avais voulu aller dans cet endroit dont on t’avait parlé, tu avais voulu voir cet endroit trouver ce qu’il s’y cache et tu lui en avais parlé.

Tu ne voulais pas le faire sans elle, n’avais aucune envie qu’elle continue à avoir peur, vivre dans ce monde qui la faisait sursauter à chaque fois. Alors tu lui avais demandé de venir avec toi dans cet étage remplis de casier, prête à trouver une pièce de se passer. Qui sait peut-être avais tu été une enfant terrible, une enfant intenable, ou une de ses enfants privilégié. Tu voulais juste savoir, avoir un indice sur celle que tu étais. Elle te demande si tu as es sûr de toi, tu sens qu’elle n’a pas envie d’être là, que si tu n’étais pas là elle aurait déjà pris ses jambes à son cou. Alors tu t’approches d’elle, doucement, posant tes mains sûres ses épaules, essayant de la rassurer, lui disant qu’elle n’était pas obliger d’ouvrir le siens maintenant. « Mais, je veux savoir ce qu’il y a dans les miens. » Il y a dans ton regard cette détermination, elle peut voir que tu ne reculeras pas d’un pas. D’ailleurs, tu commences à chercher ton numéro dans tous les casiers. Tu le cherches passant de numéro en numéro quand tu l’entends s’étonner d’une chose. Alors tu tournes la tête et la vois s’avancer vers une trappe que tu n’avais pas remarquée. Tu la rejoins, tu échanger un regarde, tu lui souris en lui disant « Si ça tombe il y a d’autres casiers là…Ne t’inquiète pas, ca va aller. » Alors tu descends dans cette petite pièce, avancer dans ses escaliers pour découvrir plusieurs personnes déjà présentes. Tu ne te préoccupes pas vraiment d’eux, tu regardes cette pièce qui était totalement différente de celle qui se trouvait au-dessus. Tu ne t’étais jamais préoccupé des autres et tu ne voulais pas le faire, même  @F05-093 avait toute ton attention. Mais là, c’étaient les écrans qui avaient toute ton intention. La seule chose qui te fait prêter attention à tout ce petit montre n’est autres que celle qui t’avais accompagner et qui venait de se coller à toi. Tu poses regard sur elle, eu un léger sourire, il est sûrement différent que ceux que tu poses sur les autres que tu regardes avec indifférence et tu ne t’en rends pas compte. Tu viens même prends sa main délicatement, comme pour qu’elle puisse trouver en toi cette force qui semble avoir besoin, sans même te rendre compte. Tes gestes envers elle, son également différent et naturel. Mais quand tu t’en aperçois, tu détournes le regarde dans la basané, défait un peu cette étreinte que tu avais apposé sur sa main, sans pour autant la lâcher. Tu racles la gorge, portant vraiment maintenant attention à ceux qui était présente. Il y avait ce mec et deux autres filles que tu ne connaissais pas. À dire vrai qui il était n’était pas vraiment important pour toi, d’ailleurs tu ne les écoute pas vraiment. Mais il semblait qu’il y eût quelques choses qui s’était passé. Mais les choses qui se passaient ici, pourtant, il s’y passait des choses intéressante, même si tu ne comprenais pas vraiment ce qu’il se passait le noiraud disait s’appeler Gabriel. Il expliquait ce qui s’était passer, mais toi, tu regardais les écrans écoutant d’une oreille. De toute manière, pourquoi tu te préoccuperais d’eux… Et soudain, la légère étreint que tu avais garde sur la main de @F05-093 se défit, alors que tu avances vers un écran, penchant légèrement la tête sur le côté, ta respiration se faisant de plus en plus profonde. A ce moment même @F05-093 ne semblait plus important, seule ses images maintenant importait.

Tu as cette impression que tu avais déjà sentie cette lenteur, cette avancée vers un destin qui tu ne voulais pas. Tu sens ton cœur se tordre de douleur, l’impression que tes poumons se compresse sous un poid qui était trop lourd, l’impression de devoir trouver un bouffe d’air frais. Tu regardes l’annulaire de ta main gauche, puis elle revient sur cette vidéo se déroulant aux ralentis, d’un homme plus âgé avec des rides au coin de yeux. Tu avales ta salive et soudain les images te revienne.

Tu les vois tous en mouvement autour de toi comme une fourmilière, apportant les dernière retouche, s’extasiant devant toi, te disant à quel point tu étais belle. Le regard dans le vide, tu te vois dans cette glace, dans cette robe blanche qu’on te fait porter. Pour ta famille, c’est une journée festive, pour d’autres cela était une journée emplie de tristesse. Tu n’avais pas ton mot à dire, tu avais un devoir envers cette famille, un devoir que tu allais accomplir aujourd’hui. Ta respiration s’accélère, tu avales ta salive ne savant plus détourner ton regarde de ses images. Tu sens une rage bouillonner en toi, une envie de crier dans toute la pièce pour faire sentir ce mal-être que tu ressens petit à petit. Tu avances dans cette allé, vois ce destin horrible te sourire. Il est pourtant plus vieux que toi au moins 20 ans, et désormais, tu devrais l’appeler mon époux, mon mari. Des choses qui sont censé montré ton amour pour lui, un amour inexistant. Il avait ses rides qui se dessinaient aux coins des yeux. Tu avances vers cette vie d’obéissance, cette vie que tu ne pourrais que subir, tu prononces ses vœux qui n’ont pas de sens. Tu entends presque le bonheur de cette famille qui te condamne à cette prison. Tu n’as à peine que 17 ans, tu sais que maintenant, il a tous les droits sur toi, que personne d’autre n’a son mot à dire sur la manière dont il te traître. Tu vis cet enfer, le suivant de votre chambre, sentant ton cœur se tordre de douleur, les larmes coulant le long de tes joues vivant ce qui aurait du être un moment de bien-être, comme un enfer. Ton cri se fait silencieux ainsi que ta rage, mais ton regard reste figer sur ces images, les larmes coulant de ta joue. Tu sens ton corps meurtri, ton cœur se faire plus douloureux, aucun mot ne sort, tu ne sais lus vraiment pourquoi tu es là. Tu te retournes vers @F05-093, le regard perdu dans le vide, un regard que tu n’as pas d’habitude. Les autres n’ont pas d’importance, ils ont leur affaire, leur souvenir. Toi, tu venais de te souvenir d’un passé que tu aurais aimé ne pas te souvenir. Mais tu comprends peut-être d’où te viens ce sentiment de révolte qui ne cesse de t’habiter. Elle te vient de cette douleur insupportable qui refait surface d’un seul coup.


 
Shacka Hive
Revenir en haut Aller en bas

H09-116
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-116
H09-116
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Sam 20 Jan - 7:21

LE SPECTRE DU PASSE

a reflection of us


Il sent au regard que la brune pose sur sa colocataire qu’elle ne le croit pas. Elle ne remet pas en cause ses propos ouvertement mais le mensonge n’est pas passé, lui-même savait qu’il y avait une chance sur deux pour que ça passe, mais au moins Rosie avait-elle rapidement filée et gérer sa crise de panique à l’abri de tous ces flashs dérangeants. Il irait la voir plus tard. La révélation que Gabriel fait à la jeune femme semble attirer suffisamment son attention pour qu’elle se détourne de la rouquine qui avait filé à l’anglaise. Ne sachant pas alors s’il est encore judicieux ou non de rentrer dans les détails, il indique l’écran concerné du doigt et explique ce qu’il s’est passé. Il en est encore un peu fébrile sur ses jambes le jeune homme mais tient bon car malgré la sensation de brûlure qui lui vrille littéralement l’omoplate, il n’est plus un numéro. Enfin. Mais tandis que le prénom s’échappe de ses lèvres pour que 555 soit au courant de sa trouvaille, c’est comme si un voile venait se former devant les prunelles azur de la jeune femme aux traits bien similaires aux siens. Un voile que lui-même a eu quelques secondes auparavant sans qu’il ne s’en rende compte. Elle se fige dans son geste et s’immobilise, si bien que Gabriel se retrouve dans la situation inverse et ne sait réellement comment agir. Comme pour s’assurer qu’elle ne tombe pas, il ose attraper la manche de son haut, délicatement, sans oser la toucher pour ne pas la traumatiser davantage. C’est comme une vieille impression qui lui vrille les entrailles tandis qu’il pense savoir qu’il faut éviter de la toucher. Lorsqu’enfin elle paraît revenir à elle, son teint est blanc comme un ligne et ses yeux n’ont de cesse de le scruter, ce qui l’oblige à froncer légèrement un sourcil en guise d’interrogation, et ce, même si ses billes vertes envoient un tout autre message d’inquiétude. Il a toujours su avoir ce regard d’animal farouche ou blessé selon les situations. « Ça va ? ». Elle avait vu quelque chose, forcément, mais un même écran ne pouvait déclencher deux souvenirs, si ? Et c’était clairement une voix d’homme qui avait résonné dans sa tête lors du déroulement des images, pas de femme. Je… Il l’écoute en silence, sent bien le trouble qui l’anime, jusqu’à ce qu’elle ne lâche la bombe. Je crois que t’es mon petit frère …

Le myocarde qui s’est mis à battre plus vite manque un battement et les doigts échoués sur la manche de la jeune femme se serrent davantage. Jusqu’à trembler. « Qu.. Quoi ? Comment ? ». L’espace fermé de cette salle devient subitement étouffant mais il se fait violence pour garder son calme et ne pas se mettre à fuir, lui aussi. « Qu’est-ce que tu as vu ? ». Et surtout pourquoi avait-elle eu ce flash maintenant sans avoir regarder aucune image ? Etait-ce judicieux dorénavant de chercher les siennes ? S’ils sont liés d’une manière ou d’une autre, cela veut dire que leurs souvenirs sont… plus ou moins communs. Du moins, qu’ils en ont. Gabriel déglutit face à ce constat et prend une bonne inspiration. « Qu’est-ce que tu as vu ? » qu’il répète d’un murmure.    


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


 
❝ in the middle of a firestorm ❞ I'm always ready for a war again, go down that road again. It's all the same, You know I'll ride again. Who gon' pray for me ? Take my pain for me ? Save my soul for me ? 'Cause I'm alone, you see. Then I'll spill this blood for you.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Mer 24 Jan - 18:37

Elle ne s’attendait pas à ça. Pas que 555 se soit vraiment attendue à cette journée, ni à toutes celles qui se sont déroulées depuis son arrivée ici, mais tout de même. Elle ne s’attendait pas à ça. Elle ne s’attendait pas à retrouver un souvenir en entendant son prénom. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il confirme ses soupesons : qu’elle avait un frère. Un petit frère en vérité. Et elle était si jeune dans ce souvenir. Elle si jeune et lui si petit. Bien plus que l’espèce de grande asperge qu’il était à présent. Il avait l’air si fragile dans sa mémoire. Et elle n’avait pas à réfléchir très longtemps sur le bleu qu’il avait sur la joue. La jeune femme avait suffisamment de souvenirs de son père pour comprendre d’où il venait.  Et elle avait encore du mal à digérer l’information : elle avait un frère. Un petit frère. Seigneur. Elle savait qu’ils étaient apparentés, elle le savait depuis le début, depuis qu’elle avait vue la ressemblance frappante et immanquable qu’il y avait entre eux. Mais entre se douter de quelque chose et en avoir la confirmation, il y avait un fossé. Un fossé duquel on venait de la précipiter sans qu’elle ne s’y attende. Et cette chute n’avait fait qu’ouvrir de nouvelles questions dont elle n’avait pas les réponses : pourquoi l’avait-elle rencontré qu’à ses 10 ans ? Où était-il avant ? Pourquoi Padre l’avait-il ramené ? Et juste, qu’est-ce qu’il s’était passé durant toutes les années qui ont suivies ? Quelle était leur relation ? Est-ce qu’elle devait redouter la même violence de sa part que celle qu’elle avait vue chez les autres membres mâles de sa famille ? 555 n’avait pas les réponses. Pas encore. Et elle espérait les avoir bientôt.

« Qu.. Quoi ? Comment ? » La jeune femme avala difficilement sa salive. Elle se contenta d’acquiescer sèchement, le choque de cette découverte encore bien présent dans son système et dans sa tête. « Qu’est-ce que tu as vu ? » 555 se mordit la lèvre, cherchant ses mots, ne sachant pas trop par où commencer. C’était pourtant simple. Elle-même venait tout juste de révéler l’information la plus importante. Mais étrangement, parler des détails de son souvenir lui semblait bien plus difficile. Et elle dû passer plus de temps qu’elle ne le pensait à réfléchir car son frère, son frère, répéta sa question. « Qu’est-ce que tu as vu ? »

« On était plus jeune. » Commença-t-elle doucement. « Je devais avoir … dix ans et toi peut-être 6 grand max. Tu pleurais, et … » la jeune femme avala sa salive. « Et Padre … Mon père … Ta présenté comme étant mon nouveau frère et qu’à partir de maintenant, tu allais rester avec nous. » Elle ne s’attarda pas sur le bleu. Elle ne voulait pas en parler. Pas si elle n’était pas forcée de le faire. Ça faisait bien trop écho aux propres bleus qu’elle se souvenait avoir eu.
Revenir en haut Aller en bas

F05-093
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F05-093
F05-093
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Jeu 25 Jan - 0:35

Le spectre du passé
And i'm scared, and i'm afraid. But they leave me no choice, and i'm still no ready for it.

Elle ne voulait pas vraiment y aller, 093. Se rendre à cette sous-pièce, traverser cette trappe et ces escaliers. Maintenant qu’elle était sur place, Nita pouvait difficilement faire marche arrière. Enfin, en vérité, elle pourrait toujours prendre la tangente, se montrer, une nouvelle fois, aussi faible qu’elle pensait être. Mais elle se refusait soudainement à le faire, alors même que @F09-722 la frôlait pour quitter les lieux, et que @H09-116 et @F01-555 semblaient en train de régler une histoire personnelle, daignant à peine leur porter de l’attention. Ce qui, au bout du compte, allait très bien à la métisse, qui pouvait ainsi en profiter pour mieux détailler cette pièce quelque peu malaisante dans laquelle elle se trouvait, le tout en restant aux côtés de @F09-003. Elle ne se voyait plus quitter l’effarouchée, alors même que depuis qu’elles s’étaient tombées dessus, 003 avait été la seule capable de la calmer, par ses mots, par ses gestes, parfois même par un simple regard.

Nita sentait pourtant que la métisse qui l’accompagnait avait l’esprit ailleurs. Son visage était tourné vers cette multitude d’écrans qui hérissait les poils d’Amanita, incapable de savoir quoi penser de toute cette pièce qui s’offrait à elle. A son tour, néanmoins, comme victime d’une hypnose de mauvais goût, voici qu’elle se perdait dans ce flot incessant d’images. Ses yeux allant d’un écran à un autre, indécise quant à celui qu’elle devrait regarder en priorité. Il fallait bien dire qu’elle n’était pas très à son aise, à ainsi se sentir être témoin de scènes qui se découvraient parfois si personnelles, si intimes d’une certaine manière. Peut-être était-ce dans sa tête, peut-être qu’elle avait tellement passé de temps à se renfermer, qu’elle voyait ces images comme une violation de vie privée. Elle n’arrivait à se l’expliquer, mais malgré toute sa peur, malgré ses frémissements, elle n’était pas bête Nita. Elle se doutait que ce qui passait sur les télévisions était lié, d’une façon ou d’une autre, à tous ceux qui habitaient la Ruche. Y compris elle. Une sorte de casier, cette fois-ci visuel qui, au lieu de transmettre un objet, transmettait une scène clé du passé. Tout s’emboîtait dans l’esprit effrayé de Nita, qui, plus elle réalisait, plus elle reculait, refusant d’affronter quel que soit le court-métrage qui lui était réservé.

C’est dans cet optique qu’elle se tourna vers 003, la tirant par la manche, prête à lui murmurer ses craintes mûrement réfléchies. Mais elle se suspendit dans son geste, alors que des larmes striaient les joues de la brune silencieuse, qui semblait souffrir un mal qu’Amanita ne lui reconnaissait pas. Elle hoqueta de stupeur, surprise par ses traits déformés, fort peu habituée à voir 003 dans un tel état de détresse. Se dressant face à elle, masquant les écrans pour que sa compagne puisse loger son regard dans le sien, l’ancienne 093 resta quelques minutes muette, avant de poser ses mains à plat sur ses joues. Comme lors de leur première rencontre. « Hey, qu’est-ce qui se passe ? »  Aucune réponse encore, mais les pleurs étaient bien là, bien visibles. Elle les essuyait, son regard balayant l’horizon, les autres, mais elle fut rapidement rassurée de voir qu’on les ignorait toujours autant. Tant mieux, depuis qu’elle fréquentait 003, Nita savait bien que sa partenaire n’apprécierait pas qu’on la dévisage dans un état pareil. Reportant alors toute son intention sur la concernée, elle finit de passer ses doigts délicats sur son visage, osant prendre à nouveau la parole : « Shh, j-j-je suis là. Je suis là. » Elle ne savait pas vraiment quoi dire, sur le moment, la métissée. Mais elle ne pouvait décemment pas laisser @F09-003 dans un tel état. « Viens-là. » fit-elle en l’attirant légèrement plus vers elle. Que pouvait-elle dire et faire d’autre ? Jamais elle n’avait été celle qui devait réconforter les gens. Du moins, pas ici. Mais peut-être qu’avant c’était le cas ? « L-laisse toi aller. » Incertaine, quant à sa justesse des mots, Nita choisissait toutefois de laisser comprendre à 003 qu’elle était prête à la voir ainsi, qu’elle l’accompagnerait, quoi qu’il se passe. Ce n’était pas le moment de céder à la panique face à l’attitude nouvelle que lui montrait 003. « Je suis là, je ne te quitte pas. » J’attendrais jusqu’à ce que tu sois prête à me parler.

©️ nightgaunt

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

    Fear allow us to stay alive
    THE LIGHT AND THE SHADOW ARE INSIDE US AND THEY ARE THE ONLY REASON WHY WE CAN STILL FEEL SOMETHING. roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Ven 26 Jan - 0:21

Le spectre du passé
F02-711
••••

Pourquoi ne s'était-elle jamais rendu aux casiers auparavant? Eleven l'ignorait encore. Elle qui recherchait son passé depuis des mois, il aurait été logique de s'y rendre bien plus tôt, dans l'espoir de collecter un indice sur la personne qu'elle avait un jour été. Mais elle ne l'avait pas fait. Peut-être était-ce parce que c'était de la facilité. Peut-être n'acceptait-elle pas encore cette amnésie qui l'avait touchée, elle qui semblait en bonne santé. Ou bien, peut-être, était-ce de la peur. Peut-être était-elle effrayée de découvrir ce qu'avait un jour été sa vie, de se souvenir ceux qui en avaient fait partie. Peur de regretter des personnes oubliées...

Aujourd'hui, elle avait décidé qu'il était temps d'y faire face. Alors qu'elle s'approchait de la vérité quant à son métier, Eleven savait qu'il était inutile de ralentir sa recherche. Elle devait ouvrir son casier. Elle appréhendait, bien sûr. Et alors qu'elle se rendait au niveau 17, la blonde commençait à regretter de ne pas avoir proposé à 157 de se joindre à elle. Elle se sentait toujours plus forte en sa présence, et plus calme. Peu importe ce qu'elle découvrirait, elle savait qu'il aurait eu les mots pour l'apaiser. Mais elle était seule et elle ne voulait pas faire marche arrière.

Elle était donc parvenue au niveau 17 avec détermination. Mais ses yeux s'étaient alors posés sur une trappe qu'elle n'avait jamais remarqué auparavant. Hésitant d'abord quelques secondes, Eleven décida de s'y aventurer. Elle pourrait toujours découvrir son casier plus tard. Elle découvrit alors une pièce remplie d'écrans. Ecrans qu'un petit groupe regardait avec intention. La blonde ne comprit pas les images qui étaient projetés et décida donc d'observer les abeilles présentes, dans l'espoir de voir un visage familier vers qui se diriger pour des explications. Sa colocataire, @F09-003, et Nita, @F05-093, la jeune femme avec qui elle avait fait une bataille de boule de neige quelques jours plus tôt, étaient présentes. Les deux femmes semblaient proches, au vu de leur proximité physique. Eleven ignorait l'existence de leur amitié mais cela lui faisait plaisir. Connaissant leurs personnalités respectives, les deux devaient étrangement s'accorder pour former un bon équilibre.

- Hey, vous savez ce qu'il se passe? leur demanda-t-elle en les rejoignant.

Ce n'est qu'à ce moment là qu'Eleven lut la tristesse dans le regard de sa colocataire. Elle se demanda aussitôt ce qui était arrivé et si ces écrans en étaient la cause. Si c'était le cas, qu'avaient-ils montré? Avaient-ils fait resurgir des souvenirs douloureux? Ne sachant pas vraiment quoi faire ou dire pour aider, Eleven envoya un regard interrogateur à l'intention de Nita.

Elle décida alors de regarder plus attentivement les écrans, presque craintive de connaître une même réaction. Il ne se passa rien pendant de longues secondes avant que ses yeux ne se posent sur le visage d'un nouveau-né. Eleven se redressa et s'approcha de l'écran, le regard fixé sur le visage endormi et paisible du bébé. Étrangement, son cœur commença à battre plus rapidement et une vague d'émotions s'empara de son corps. Posant une main sur le mur pour se tenir, Eleven prit de longues inspirations alors que la nausée lui venait.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

H09-116
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-116
H09-116
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Dim 28 Jan - 17:33

LE SPECTRE DU PASSE

a reflection of us


Ils vont de chocs en chocs, depuis qu’ils ont eu leur altercation ce jour-là au détour d’un couloir. Quelques jours après ça il l’avait plus ou moins évité, sachant pertinemment qu’elle habitait juste à côté. 555 avait sa petite réputation à laquelle Gabriel n’accordait que peut d’intérêt, elle ne s’était jamais vraiment mal comportée avec lui, c’était même pour ainsi dire l’inverse. C’était lui le rude de l’histoire. Lui et ses regards de travers ou son envie de fuite, ne sachant vraiment comment gérer leur ressemblance évidente une fois mis côtes à côtes. Tandis que la jeune femme fait face à ce qui lui parait être un souvenir, le brun ne sait comment agir hormis rester là et présent au cas où, quand bien même il ne comprenne pas comment elle ait pu avoir une telle chose rien qu’en entendant un prénom. Car ça avait bien un rapport avec cela, elle venait de le lui confirmer en révélant une bombe royale, comme ça, de but en blanc. Ils connaissent dorénavant leur lien, mais Gabriel ne sait pas quoi en penser et veut plus d’informations, au risque de la brusquer, il en a pleinement conscience. On était plus jeunes. Il se passe un temps si long entre sa question et la réponse qu’il n’a pas pu s’empêcher de répéter. A présent, il boit littéralement ses paroles, espérant qu’elles ne réveillent en lui quelque chose d’endormi, même s’il n’est pas certain de vouloir savoir, maintenant qu’il sait d’où provient la cicatrice de son omoplate. Je devais avoir … dix ans et toi peut-être 6 grand max. Tu pleurais, et … Et Padre … Mon père … T’a présenté comme étant mon nouveau frère et qu’à partir de maintenant, tu allais rester avec nous. Il écoute ses mots comme un religieux écouterait un Saint prêchant la parole divine. Pourtant, il a beau se concentrer, se focaliser sur ce qu’elle dit ça ne lui revient pas en mémoire. « On ne se connaissait pas… Avant ça ? ». Il ne comprenait pas, pas dans l’immédiat il lui faudrait un temps de réflexion et les flashs de ces écrans n’aidaient en rien à se concentrer. « Je… Sais pas quoi dire. ». Fait évident. Gabriel ne sait pas quoi dire. « Est-ce que tu penses que ton… Notre… Père aurait pu… Être celui qui m’a… Fait ça ? » qu’il lâche finalement en tirant sur son T-shirt suffisamment pour dégager la vue de son omoplate et le pentagramme brûlé dans la chaire.


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


 
❝ in the middle of a firestorm ❞ I'm always ready for a war again, go down that road again. It's all the same, You know I'll ride again. Who gon' pray for me ? Take my pain for me ? Save my soul for me ? 'Cause I'm alone, you see. Then I'll spill this blood for you.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Dim 4 Fév - 12:47

La jeune femme sentait venir le mal de crâne. Elle le sentait naitre derrière son œil et se répandre entre ses sourcils et dans son frond. Elle avait envie de vomir également. Ses mains tremblaient. Elle entendait son sang battre dans ses oreilles. C’était comme ça depuis qu’elle venait de retrouver ce souvenir particulier. Depuis qu’elle s’était rappelée avoir un frère. Depuis qu’elle avait vu le bleu sur le visage du brun. Depuis qu’elle avait compris. Elle n’était pas la seule. Padre avait fait ça à quelqu’un d’autre. Et elle voulait vomir devant le soulagement qu’elle avait ressenti. Soulagement devant le fait que quelqu’un pouvait peut-être comprendre. Soulagement devant le fait que non, ce n’était pas de sa faute, ce n’était pas elle qui était mauvaise, c’était leur père. Leur père. Quel beau mot pour une personne si affreuse, si foncièrement mauvaise. 555 ne supportait pas la violence sur les enfants. Et ce dégoût ne pouvait venir que de là. Elle ne connaissait encore que très peu de son passé, mais même avec le peu qu’elle avait, ressembler à cet homme lui donnait envie de vomir.

Retenant sa nausée, la jeune femme s’évertua à répondre aux questions de son frère. Frère. Elle ne se faisait pas au mot. Pas plus qu’elle ne se faisait à sa signification, ses souvenirs de leur relation étant toujours aussi vides que le néant. Elle parla pourtant. Racontant ce qu’elle avait vue, et omettant le bleu si grand sur sa si petite joue. « On ne se connaissait pas… Avant ça ? » Elle chuchota « Non … Je n’avais pas l’air de te connaître en tout cas … »

« Je… Sais pas quoi dire. ». Alors ne dit rien, avait-elle envie de lui répondre. Ne me force pas à continuer de parler de ce sujet. Mais elle se contenant de garder le silence, attendant sa prochaine question qui ne saurait surement pas tarder. Et elle ne se trompa pas. « Est-ce que tu penses que ton… Notre… Père aurait pu… Être celui qui m’a… Fait ça ? » Gabriel leva son haut et 555 s’étrangla presque devant ce qu’elle vit. Brûlé dans sa chair, un pentagramme parfait qui ne pouvait qu’avoir été appliqué par un fer rouge. Elle n’eut qu’à voir la brûlure pour avoir la réponse. « Oui. » murmura-t-elle d’une voix étranglée. « Oui il aurait pu … » Et elle se reteint d’attraper son bras, où la langue cicatrice le parcourant la démangeait. « Les bonnes filles ne questionnent pas leur père. »
Revenir en haut Aller en bas

H09-116
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-116
H09-116
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Dim 11 Fév - 8:52

LE SPECTRE DU PASSE

a reflection of us


Trop d’informations, c’est bien trop d’informations en à peine une heure pour qu’il puisse tout assimiler en ce temps record. Il emmagasine lentement, au rythme de son cœur battant la chamade à ses tempes. La brune, elle, celle qui lui ressemble, est ta sœur. Ta grande sœur. Irradié par la nouvelle, il tente tant bien que mal d’y faire face et d’accepter, quand bien même il lui est impossible en ce lieu et place de se concentrer plus qu’il n’en a besoin. Plus qu’il ne le faut dans ce genre de situation. Lui, cette coquille vide jusqu’ici se voit aujourd’hui contraint d’affronter plusieurs affres de son passé. Il devrait se réjouir, c’est là tout ce qu’il a demandé, mais plus il avance et moins Gabriel est certain de vouloir savoir de quoi était fait demain autrefois. Non … Je n’avais pas l’air de te connaître en tout cas … Plusieurs explications sont possibles vis-à-vis du fait qu’avant cette rencontre ils ne se connaissaient pas. Le brun ne les a pas à l’heure actuelle, à dire vrai il n’a strictement rien les concernant, mais un doute le taraude. Doute qui termine bientôt par être exprimé à voix haute, uniquement audible pour elle, et l’expression du visage de 555 ne lui dit rien qui vaille. Le pressentiment qu’il a lui-même au creux de ses entrailles s’agrandit pour ne plus former qu’une boule épaisse d’angoisse et cruelle de vérité. Il n’a pas vu le visage de l’homme dans son souvenir, et bien que les émeraudes fixent à nouveau la chaire être brûlée à vif, il sent au fond de lui que la vérité ne lui plaira pas. Mais il a besoin de savoir si ses doutes sont fondés ou non, ignorant alors toute la souffrance qu’il fait revivre à la jeune femme. Baissant suffisamment le col de son t-shirt pour dévoiler le pentagramme gravé dans sa chaire, la réponse de sa sœur est si instinctive qu’elle lui fait comme un véritable coup de poignard dans sa poitrine. Ses doutes sont donc confirmés et il tressaille en lâchant le tissu, camouflant ainsi la brûlure, lèvres entrouvertes de ne plus savoir quoi dire cette fois-ci.

Gabriel rebascule fesses en arrière en une expression inerte et il croise doucement les bras contre lui. « Je… ». Il a besoin de faire le point, et les flashs ne l’aident en rien. Il va finir épileptique s’il reste ici. « Je… Passerai te voir plus tard, j’ai besoin d’assimiler tout ça… ». Il s’active, subitement, laisse derrière lui les images qui passent en boucle. En deux trois mouvements il se relève déjà sur ses jambes, non sans avoir effleuré la joue de sa sœur juste avant. « Merci… De me l’avoir dit. ». Perturbé et perdu entre deux mondes, Gabriel se dirige droit vers la sortie, en espérant qu’elle ne lui en voudra pas. Il a besoin de sortir d’ici, il étouffe, et même lorsqu’il se retrouve dans la pièce à la multitude de casiers il ne parvient pas à retrouver son calme. Il se laisse choir en haut des marches, un petit moment avant de filer en direction de l’ascenseur et de son logement.


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


 
❝ in the middle of a firestorm ❞ I'm always ready for a war again, go down that road again. It's all the same, You know I'll ride again. Who gon' pray for me ? Take my pain for me ? Save my soul for me ? 'Cause I'm alone, you see. Then I'll spill this blood for you.
Revenir en haut Aller en bas

F09-003
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-003
F09-003
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Mer 14 Fév - 14:27



EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé


Sujet commun

- Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam ultrices auctor elementum.

Tu te souviens de ce jour, de ce dégoût que tu as éprouvé à chaque instant à partir de là, de ce sentiment de révolte, d’injustice, de cette haine pour les hommes que tu avais alors développé. Tu ne te souviens pas du reste de ta vie, mais tu sais que ce jour funeste avait scellé ton destin et ta vision de la vie. Tu te retournes vers F05-093, les larmes coulant sur les joues, retenant encore des sanglots, tu la regardes d’un air absent, comme si ce n’étais pas vraiment elle que tu regardais, toujours plonger dans ce souvenir douloureux, revivant cette atroce torture. Le contact est doux, une douceur que tu as toujours aimé, ou du moins qu’il te semble avoir toujours aimé. Tu plonges ton regard dans le sien, un regard douloureux. Tu n’es pas habitué à ce qu’on te réconforte ou du moins, tu n’as pas l’impression que cela s'est produit beaucoup de fois. Tu as toujours eu ce sentiment que tu étais une personne inébranlable que rien ne pouvait t’atteindre, prêtes à mettre le monde entier à feu et à sang, menant ta révolution. D’ailleurs, ne flanche toujours pas, tu laisse juste ces quelques larmes couler, ces seuls signes d’une détresse profonde que tu ressens en toi. Tu sens que Nita t’attire vers elle et tu ne pauses aucune résistance, tu n’en as pas la force. Elle te murmure de douce paroles, t’invite à laisser sortir ta tristesse.
Tu ne sais pourquoi, de tes bras tu entoures sa tailles, enfuis ton visage dans son coup et te laisse aller sans opposer de résistance. Tu ne sais pas pourquoi avec Nita, tes barrières s’envolaient, cette femme si fragile réussissait là ou nulle autre réussissait. Elle avait d’abord fait ressortir de toi ce côté plus doux, une envie de protéger une personne, de réfréner ta vendetta. Et cette fois-ci, elle laissait apparaître cette fragilité que tu refoules tant, cette vulnérabilité que tu détestes tant. Mais dans ses bras, tu la laisses s’exposer au grand jour, ne te souciant pas des personnes qui t’entourais. Tu ne remarques même pas l’arrivée de ta colocataire. Tu t’approches à la métisse, agrippant ses vêtements, t’y accrochant de toutes tes force, comme-ci tu ne voulais pas la laisser partir.
Mais tu t’écartes, quand tu entends la voix d’Eleven. Tu relèves la tête, essayes les larmes que tu as laissé s’échapper. Tu t’excuses auprès de Nita « Désolée, Nita » En fait, tu ne sais pas vraiment pourquoi tu es désolée, si c’est pour avoir mouillé ses vêtements ou alors pour avoir laissé cette facette de toi se manifester. Après tout, de vous deux, c’était toi qui te montras à chaque fois prête à défoncer tout ce qui se mettait sur ton passage. Mais aujourd’hui, c’était Nita qui devenait le pilier qui te permettait de te soutenir, juste par sa présence et sa douceur. Tu essayes de reprendre contenance, essayes de ne pas parler de ce dont tu t’es souvenue. En fait, tu n’y tiens pas, et tu ne sais pas vraiment comment parler de ce que tu as vu, de ce souvenir. Comment dire que tu as ce sentiment que tu es marié à un homme dont tu n’étais nullement amoureuse. Tu murmures une merci à Nita, posant ta main sur sa joue. Tu regardes où se trouve t’as colocataire et tu la vois face à un video. Alors tu t’approches d’elle, prenant la main de Nita la forçant à venir avec toi. Tu poses ta dernière main libre sur son épaule et l’interpelles « Eleven ? » Cette pièce vous faisait retrouver un bout de votre passé. Un passer que tu n’avais pas envie de te souvenir.


Shacka Hive
Revenir en haut Aller en bas

F05-093
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F05-093
F05-093
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Dim 25 Fév - 18:34

Le spectre du passé
And i'm scared, and i'm afraid. But they leave me no choice, and i'm still no ready for it.

Le regard habituellement craintif d'Amanita affichait désormais une douceur sans nom. Elle ne saisissait pleinement la détresse qui prenait son amie, mais elle faisait de son mieux pour la protéger, si tant ce mot était seulement approprié. Ne comprenant son mal soudain, Nita faisait tout de même en sorte de l'entourer de ses bras, patientant que la métisse vide ses larmes, l'invitant, même, à la rejoindre dans son étreinte délicate. Elle ne la forçait pas à parler, elle-même bien trop coutumière de ces silences qui en disaient tant, sans émettre le moindre son pour autant. Avec le temps, de toute manière, 093 avait appris à connaître, et même, et surtout, à apprécier @F09-003. Elle savait qu'elle était, en apparence, cette femme forte qui ne laissait rien l'abattre, quasiment rien la toucher. Et si aujourd'hui, ce jour faisait exception, alors Nita était prête à accepter cette nouvelle facette d'elle, tout autant qu'à la laisser pleurer sans rien dire, sans jamais se confier, si tel était le choix de la métisse qui reposait contre son corps.

Sa main remontait le long de son dos, la frictionnant avec lenteur et tendresse, tâchant de la tranquilliser par sa simple présence. Son regard capta alors l'arrivée de @F02-711, qui lui envoya un regard aussi interrogateur que sa question prononcée à pleine voix. Nita darda ses yeux indécis sur la blonde, montrant par son visage incertain qu'elle était aussi paumée que la blonde. Contrairement aux autres, contrairement à sa compagne qui commençait seulement à tarir ses larmes et à calmer ses soubresauts dans ses bras, Amanita avait refusé. Refusé de se perdre dans ces écrans qui réflétaient des images bien trop sombres, mais surtout bien trop vivantes. Et la réalité, c'était le pire ennemi de Nita, qui fermait cet esprit rebelle, cet esprit qui tentait d'ignorer ses directives pour la forcer à se souvenir. Elle avait déjà bien trop de rappels de son passé, Amanita, pour qu'en plus ces écrans déclenchent quelque chose de nouveau. Pour qu'ils la terrassent, comme ils venaient de le faire avec 003.

Finalement celle-ci se redressa, et Nita reporta son attention sur elle, un sourire attendri au coin des lèvres. « Tu n'as pas à l'être. » Sa main vint essuyer les dernières traces de larmes sur le visage de la métisse, avant de se reposer sur ses épaules. Elle avait compris que la brune ne comptait sûrement pas parler aujourd'hui, et Nita respectait sa décision. Lorsqu'elle sentit la main de sa compagne se poser sur sa joue, sa main libre vint agripper naturellement le poignet de 003, tandis que ses yeux bienveillant se plongeaient dans les siens. Il n'y avait rien de plus à dire, mais cela allait parfaitement à Nita qui ne désirait qu'être aux côtés de cette inconnue, qui le devenait de moins en moins au fil du temps qui s'écoulait. Hochant la tête à son remerciement chuchoté, l'ancienne 093 se retrouva à suivre 003 alors qu'elles se rapprochaient toutes deux de 711. 711 qui, à son tour, finissait dans un même état que la métissée, perturbée par ce qu'elle avait sans doute vu sur ces écrans. « Eleven, tu vas bien ? » La question fut murmurée. A nouveau, Nita craignait la réaction de la blonde, se demandant si elle allait finir dans un état aussi chagrineux que celui de sa partenaire. « T-tu as... vu quelque chose ? » Interrogation finale, alors que cette fois-ci, les yeux d'Amanita se durcirent pour lancer un regard accusateur à ces télévisions tout droit sorties de l'horreur. Quelle était encore cette fabrication sordide que leur imposait la Ruche ?

©️ nightgaunt

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

    Fear allow us to stay alive
    THE LIGHT AND THE SHADOW ARE INSIDE US AND THEY ARE THE ONLY REASON WHY WE CAN STILL FEEL SOMETHING. roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité



MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Dim 25 Fév - 19:12

Le spectre du passé
F02-711
••••

Elle avait fermé les yeux, espérant que la nausée la quitte. Mais le visage de ce nouveau-né ne cessait de s'imposer à son esprit, déclenchant en elle une douleur si grande que les larmes lui vinrent aux yeux sans qu'elle n'en prenne réellement conscience. Lorsqu'elle rouvrit ces derniers, elle vit sa main droite posée sur son ventre, non pour contenir une douleur mais comme un geste instinctif... Comme si elle devait protéger...

Elle n'entendait que vaguement les voix de sa colocataire et d'Amanita, alors qu'elle se redressait difficilement. Son esprit entier était tourné vers cet écran qui l'effrayait autant qu'il l'attirait. Elle avait peur. Peur de se souvenir. Peur de comprendre la vérité. Mais elle ne pouvait plus reculer. Elle ne pouvait plus reculer car, peut-être, se souvenait-elle déjà. Peut-être avait-elle simplement peur d'accepter cette réalité.

Ses pas la guidèrent jusqu'à l'écran et sa main se posa sur le visage de l'enfant, comme si elle pouvait réellement le toucher. Mais elle ne sentait qu'une surface dure sous ses doigts. Son corps se mit à trembler alors que les larmes parcouraient ses joues sans jamais s'arrêter. Voyait-elle quelque chose? Voilà la question qu'Amanita lui posait. Sa gorge se noua, l'empêchant un instant de prononcer le moindre mot, de lâcher le moindre son. D'une voix faible, elle réussit finalement à dire ces quelques mots :

- C'est mon enfant...

Elle l'avait dit. Et à présent, tout devenait trop réel. Elle se souvenait de cet instant, de ces images. Elle se souvenait d'une voix masculine, familière, probablement celle du père. Elle se souvenait de cet instant magique qu'avait été la naissance de son fils. Son fils... Ses yeux se posèrent sur son tatouage : un lion. Oui, c'est comme ça qu'elle le surnommait. Son petit lion.

- Mon fils... Où est mon fils?! OÙ EST-IL?! se mit-elle soudainement à hurler, regardant le plafond comme si une Intelligence Artificielle lui donnerait sa réponse.

Mais ce ne fut pas le cs. Il n'y avait aucun son à part les voix des autres abeilles présentes. Ce manque de réponse ne fit qu'accentuer sa détresse et sa colère. Elle avait un fils dont on lui avait fait oublié l'existence. Où était-il à présent? Elle était sa mère, elle devait s'en occuper. Elle devait être auprès de lui.

Sans s'en rendre compte, plongée dans sa détresse et sa soudaine folie, Eleven passa une main dans la poche de son pantalon, attrapant un petit objet rond et plutôt lourd. Elle n'avait jamais su quoi faire de cette balle de golf. A présent, pourtant, sa colère l'emporta et elle se vit lancer la balle contre un des écrans noirs, celui-ci se brisant sous l'impact.

- OÙ EST MON FILS?! QU'EST-CE QUE VOUS EN AVEZ FAIT?! hurla-t-elle de nouveau, prête à tout pour le découvrir.


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Intelligence Artificielle
PNJ
PNJ
Voir le profil de l'utilisateur



MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   Dim 25 Fév - 21:42

INFRACTION
intervention IA

Un léger bourdonnement électrique... puis rien. Rien de plus que ce bruit pour accompagner ce geste pourtant interdit au sein de l'établissement. Pas de bras robotique pour venir capturer l'abeille fautive ou toute autre conséquence apparente à ce geste proscrit.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]   

Revenir en haut Aller en bas
 
EVENT DE JANVIER - Le spectre du passé [Sujet commun]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bouygues Telecom, vous offre un iPhone 4 8Go jusqu'au 15 janvier!
» coupon 3 mois BBOX jusqu au 13 Janvier 2013
» Janvier s'achève, en route vers le mois des amoureux ! (bilan)
» Une journée a la ferme[Apple Jack]
» Sujet d'examen de fin de cycle primaire 28.5.2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Archives :: Rp :: Events-
Sauter vers: