IMPORTANT de lire cette annonce pour tous les membres.

Partagez | 
 

 don't play with your food [31&090]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F13-31
F13-31
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: don't play with your food [31&090]   Ven 5 Jan - 20:02

don't play with your food

I don't care  


Se lever du pied gauche, c'est le genre de chose qui arrive à n'importe qui. Sauf que dans son cas, cela faisait plusieurs matins de suite que la mauvaise humeur était présente. Elle qui croyait qu'un peu de mémoire lui reviendrait après un ou deux jours, elle venait de se fourvoyer, ce qui causait en majeur partie son humeur sombre. Elle n'aimait pas trop ça vivre avec la tête vide. C'était une condition qu'elle apprivoisait encore, découragée de ne même plus savoir son prénom. Cette première semaine n'avait pas eu sa peau, mais quelque chose lui disait que d'ici dimanche, elle perdrait la carte à un moment ou à un autre. Un gros nuage gris au-dessus de la tête, la brunette quitta son lit, fouillant dans le petit tas de vêtements qu'elle avait posé par terre, dans un coin. Apparemment, elle n'était pas une fille très ordonnée. Ayant visité l’entrepôt avant-hier, elle s'était miraculeusement procurée des habits d'une couleur autre que le blanc. Tout, mais pas ça. Elle se sentait juste ridicule avec du blanc et puis de s’agencer aux murs n'était pas très utile. Une fois habillée donc, elle fit un tour rapide à la salle de bain, sachant qu'il y avait la chambre de son colocataire tout près. Un grand blond aux yeux bleus. Un géant en fait, si on comparait avec sa propre carrure. Elle n'avait pas eu le cœur de l'embêter, préférant la jouer profil bas jusqu'à en savoir plus sur lui. De toute manière, il ne semblait pas bien méchant. Elle l'éviterait jusqu'à se sentir réellement confortable à l'idée de lui adresser la parole. Sa toilette du matin faite, la jeune quitta le logement, claquant la porte derrière d'elle d'un geste énergique. Encore un réflexe qu'elle ne comprenait pas trop. Cette façon de toucher à tout avec trop de... force de caractère. Qu'importe, elle se traîna les pieds jusqu'à l’ascenseur, direction la cafétéria pour prendre le petit déjeuné.

Un air boudeur de collé au visage, elle croisa les bras contre sa poitrine, pénétrant dans la salle en soupirant. Cafétéria moche. Elle leva les yeux au ciel, avant de s'approcher de la trappe où elle pourrait récupérer son repas. Comble du malheur, ce truc stupide ne s'ouvrait que s'ils étaient deux. De quoi agacer le peu de patience qu'elle possédait en elle. Se posant donc près de la trappe, elle guetta l'arrivée du prochain venu qui semblait prendre tout son temps pour s'approcher. On se dépêche un peu merde, pas que ça à faire hein. Sans gêne, elle lui fit les gros yeux, ce qu'il ne tarda pas à remarquer. Rien à foutre qu'il ait pas envie de partager son repas avec elle. Il lâcha un petit soupire discret, qu'elle ne manqua pas de remarquer quand même, avant de récupérer le plateau. Bien, une bonne chose de faite! Vendredi matin, des crêpes aux fruits. Whatever. Elle n'avait jamais trop pris la peine de s'attarder sur le menu. Sans doute avait-elle naturellement la dent sucré. Son inconnu châtain fit le mouvement de se poser à une table et elle l'intercepta le temps de prendre sa portion. Pas question de s’asseoir avec lui. Au lieu de ça, elle posa ses fesses à une table vide, question d'être bien seule. Observant les autres autour, elle appuya lourdement son menton contre la paume de sa main pour se soutenir la tête. Quel ennui. Personne ne semblait être digne d'intérêt. Elle était trop centrée sur son inconfort personnelle. Un sentiment constant de ne pas être en mesure de se fondre dans la masse. Elle ignorait juste pourquoi. Naturellement, elle se sentait à part du reste et elle ne voyait pas trop comment socialiser pour s'occuper intelligemment l'esprit.

Jouant avec sa fourchette en plastique, elle soupira. Cette crêpe aux fruits n'ouvrait pas son appétit du matin. Elle se contenta de boire son jus de fruit puis de jouer avec le reste de son repas. Plutôt flexible cette fourchette. Doucement, elle positionna un morceau de fraise à l'intérieur, posant sa fourchette sur la table en mode catapulte. Un sourire en coin étira ses lèvres. Hum. D'un geste, elle fit catapulter le fruit qui rebondit derrière la tête d'une fille non loin de là. Oups. L'air innocent, elle planta son regard dans le sien, prête à la confronter. Non? Dommage. Elle préférait laisser tomber et manger. La brunette installa donc un raisin, confiante de pouvoir le propulser encore plus loin. Visant le visage d'un gars en pleine conversation, elle plissa les yeux pour mieux viser, puis relâcha le fruit. Bingo. « Mais qu'est-ce que! ... » Il s'indigna, avant de se tourner vers elle. À nouveau, elle fit genre de ne pas en être responsable. « Quoi? T'as un problème ? » Frustrée, sa victime prit la peine de se déplacer plus loin pour avoir la paix. Tant pi pour lui. Toujours ennuyée, elle positionna une grosse mûre dans sa fourchette. Un peu au hasard, elle la fit basculer dans le café d'une dame. Un panier! Ça valait au moins dix points. La blondasse grogna, frottant les éclaboussures autour de sa tasse. Vas-y, cause toujours la princesse. Prochain lancé, un bout de crêpe bien collant. Celui-là n'irait pas très loin, donc elle se tourna vers son voisin. Bizarrement, elle hésita. Hum. Fronçant les sourcils, elle observa son air beaucoup plus âgé que les autres. Certes, il y avait très peu de jeunes qui semblait avoir son âge à elle, mais lui, il était carrément vieux et chez vieux. Un papy quoi. Il allait sans doute crever ici si ça se trouve. Son instinct lui soufflait de ne pas le faire chier. Lorsqu'il lui jeta tout à coup un regard, sans doute après avoir senti qu'elle le fixait, la trouble-fête sursauta, relâchant par accident son morceau de crêpe qui s'écrasa contre le mur derrière le vieux, lui frôlant la tête de peu au passage. Carrément prise sur le fait, elle déposa sa fourchette de plastique, avant de détourner le regard ailleurs, l'air de rien. C'est à cet instant-ci qu'elle remarqua enfin que plusieurs personnes la dévisageaient d'un air mécontent. Arquant un sourcil, elle redressa le dos sans plus attendre, piquée par leur attitude. « QUOI !? » Le ton arrogant claqua dans l'ambiance paisible. Pinçant les lèvres, son regard sombre se fit menaçant. Sur ses gardes, elle serra les poings, attendant de voir si quelqu'un oserait lui répondre. Aucun règlement interdisait le lancer de nourriture à l’intérieur de la cafétéria. Ce n'était pas son problème s'ils n'étaient pas d'accord avec son petit jeu.


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

i'm only human after all



My Squad:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H12-090
H12-090
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: don't play with your food [31&090]   Jeu 11 Jan - 19:56

Don't play with your foodDans le bruit semblable ironiquement à un bourdonnement, je faisais tourner ma fourchette en plastique entre mes doigts, le regard perdu dans le vide. Cette fois-ci, j’étais descendu avec Malik, qui grâce à 909 avait encore sa tête. Après ce qu’il avait fait à 7, j’étais très loin de le porter dans mon cœur. Je ne comprenais qu’à moitié pourquoi notre petit bisounours avait prit sa défense, ou tout du moins m’empêcher de lui rendre la monnaie de sa pièce. D’accord, il manquait une case à notre colocataire, c’était l’évidence même, mais de là à… lui-même avait été surpris de son geste. Ce qui était sûr, et Malik le savait, si jamais je le revoyais s’approcher de 7, il finirait avec le visage en charpie. 909 nous avait quand même laissé tous les deux ce matin… pour briser la glace, j’imagine. Sauf qu’une fois le plateau présenté devant nous, il avait pris sa part, l’avait avaler à grande vitesse, sans même s’asseoir pour repartir aussi sec. Résultat, j’étais tout seul à une table, et en soit, tranquille. Ce fond sonore ne me gênait pas, le silence non plus, il semblait que je m’adaptais à pas mal de situation. La preuve en était, un mois que je m’étais réveillé dans la Ruche et j’avais déjà pris mes repères, un rythme. Malgré les péripéties connues pendant ce mois justement. Entre la neige dans ce même niveau, l’incendie dans l’entrepôt et cette… hallucination dans l’eau au niveau 13…

L’entrepôt, j’avais d’ailleurs sauvé quelques vêtements après ce qui était arrivé, une caisse en réalité, qui ne comportait pas que des vêtements pour homme, malheureusement. J’avais malgré tout gardé le contenu, sait-on jamais. Et même si de ce que j’avais compris, ce n’était pas mes colocataires qui allaient ramené des femmes dans le logement, ils pourraient toujours servir. Je ne m’expliquais pas le côté rassurant qu’avaient pour moi ces vêtements féminins. J’avais comme le sentiment de… de ne pas être seul. Difficile à expliquer. Loin de moi l’idée de vouloir les enfiler, mais les avoir, c’était comme si quelqu’un, une femme, devait être dans mon entourage. Ma main libre attrapa la chaîne qui pendait à mon cou pour remonter l’alliance qui avait au bout au niveau de mes yeux. Cette alliance. Ces initiales… A.K. Les initiales d’une femme, j’en étais sûr. Cette alliance, preuve d’un mariage, peut-être passé, peut-être avorté, peut-être toujours vrai malgré ma présence dans la Ruche, avec une femme. Je ne parvenais pas à l’expliquer là encore, ce mariage ne pouvait qu’être avec une femme. Les hommes… Mon regard s’attardait sur eux, plus particulièrement sur 7, je devais bien l’admettre, mais quelque chose me mettait mal à l’aise, là encore sans que je sache pourquoi. Mais si je ressentais une attirance pour eux, ce qu’il n’y avait pas de mal à ça, non ?

Mes réflexions continuèrent ainsi pendant un petit moment, ma main jouant avec cette alliance, jusqu’à ce que mon regard soit attiré par quelque chose. Quelqu’un. La jeune fille qui était à l’autre bout de la table, toute seule. Je fus surpris de la voir, parce que je ne m’attendais pas vraiment à croiser une abeille de son âge. Elle était sans le moindre doute la plus jeune personne que j’ai pu croiser ici. Son apparence me le faisait songer en tout cas, mais son comportement aussi. Elle avait ce quelque chose de fougueux indissociable de la jeunesse. Peut-être était-ce à cause de ce que je venais de la voir faire : lancer de la nourriture avec sa fourchette en mode catapulte. Ce qui m’avait fait sourire quelques secondes avant que je ne détourne volontairement le regard. Pas question d’être pris à témoin pour quoi que ce soit. De toute façon, elle allait sans doute se faire remettre à sa place et calmer, pas de quoi m’en mêler. Jusqu’à ce que je sente son regard sur moi, un regard un peu trop insistant. J’avais alors de nouveau tourner la tête dans sa direction, pour échapper de peu à un accident de crêpe aux fruits en plein visage. Je n’étais pas certain que son intention première était de me viser, mais le fait est, qu’elle en avait eu l’idée.

Et je n’étais plus le seul à la dévisager, d’autres avaient le regard braquer sur elle, sans doute avait-elle fait son lot de victime avant que je ne la remarque. Amusé, je laissais plané le silence quelques secondes après qu’elle ait fait claqué sa voix devant ces pupilles enragées, me tournant à moitié vers elle. Plus je la regardais, plus je sentais qu’il y avait quelque chose. Contrairement à toutes les autres abeilles avec qui j’avais causé, elle… ne m’était pas inconnu. Et pourtant, je n’avais pas non plus la certitude de la connaître. Comme… une très légère impression de déjà-vu. Ou peut-être juste un sentiment familier… ?

« Ton petit jeu n’a amusé personne. Il ne faut pas t’étonner de recevoir ces regards meurtriers. Je serais peut-être l’un d’eux, et bien plus énervé si j’avais reçu ton bout de crêpe sur le nez. Personne ne t’a appris qu’il ne faut pas jouer avec la nourriture ? »

De ce que je savais, j’étais le plus vieux ici, avec mon camarade poisson du niveau 13, à peine plus jeune que moi. Si l’âge avait réellement de l’importance ici, peut-être que le mien m’accorderait une certaine écoute auprès des autres. Dans les situations extrêmes, on se tournait vers moi en espérant que j’ai la solution, ironique alors que je n’étais pourtant pas un des plus rodés sur comment fonctionne cette Ruche. Est-ce que ça allait avoir le même effet sur cette jeune fille ? Grande question. On pouvait toujours essayait.

« Ou alors, essaye d’être discrète. »

Dans un sens, j’avais envie de l’encourager, mais quelque part, je sentais qu’il était de mon devoir de lui faire entendre raison. Emmerder les gens comme ça, surtout de bon matin, ce n’était pas une excellente idée. Certains sont peu avenant le matin, et il se pourrait bien qu’elle tombe sur plus hargneux qu’elle. Fort heureusement, Malik n’était pas là. Enfin, ça m’aurait donné une raison pour lui donner une bonne leçon. Lâchant mon alliance, je rapprochais mon plateau étant donné que je m’en étais éloigné, restant quand même à une distance raisonnable de la jeune fouteuse de trouble, au cas où la colère lui monterait trop vite au nez. Je terminais tranquillement ma tasse de café, la guettant du coin de l’œil, attendant son prochain mouvement, ou même une réponse à ce que je venais de lui dire.
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

I can be who you want. Let me forget the real me.



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F13-31
F13-31
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: don't play with your food [31&090]   Sam 13 Jan - 10:36

don't play with your food

I don't care  


Affronter cette tonne de regards mécontents ne lui faisait pas peur, loin de là. Elle se savait responsable et elle en assumait aussi les conséquences. Ce qu'elle ne comprenait pas, c'était l'absence de réaction, comme si elle n'était qu'un coup de vent désagréable qui serait assurément passager. Personne pour répliquer à sa manière? Ils avaient tous une fourchette pourtant. Dommage, parce qu'un partenaire de jeu l'aurait immédiatement calmé. Encore une fois, elle passait pour la pas normale, celle qui avait des idées à la con et dont tout le monde préférait fuir. La sale jeune en crise. Les lèvres pincées, elle les maudit intérieurement. Eux et leur petite bulle de tranquillité au milieu d'un environnement contrôlé. Eux, incapable de franchir la ligne et d'agir plus spontanément, plus librement. Ils étaient tous de gentils petits moutons et elle, le loup de la bergerie. Un loup qui n'avait pas sa place ici, visiblement, parce qu'on préfère fermer les yeux sur ce qui est différent. C'est plus facile de se dire qu'un jour ou l'autre, elle finirait aussi par se placer. Par devenir comme eux. La brunette grogna avant de se détendre à nouveau, prête à les ignorer complètement. Plutôt mourir que de devenir un mouton. Son esprit était libre comme l'air et même avec aucun souvenir de son passé, elle savait qu'il serait très difficile de dompter cette partie d'elle. C'était difficile à comprendre en sachant qu'elle s'auto-apprivoisait peu à peu en évaluant ses réactions. La plupart du temps, elle ne comprenait pas du tout son impulsivité et pire encore, elle ne voyait pas encore comment le contrôler parfaitement. Le temps l'aiderait sans doute, il n'existait pas de manuel d'instruction pour sa propre personne, alors...

« Ton petit jeu n’a amusé personne... » La voix grave attira tout de suite son attention, tournant la tête en direction de son voisin âgé. Curieuse, elle l'écouta jusqu'au bout, arquant un sourcil à la mention de ne pas jouer avec la nourriture. Apparemment, lui il avait le droit de parler au nom de tous. Un détail qu'elle ne manqua pas de remarquer. Peut-être que c'était en lien avec l'âge, elle-même ayant hésité à le prendre pour cible. Ou alors à cause de son apparence de vieux...sage ou elle ne savait pas trop quoi. L'air du mec qui a vécu et vu beaucoup de choses. Elle comprenait un peu l'idée, mais étant son parfait opposé, l'envie ne manquait pas de lui rouspéter au nez. La jeune acceptait tout simplement qu'il lui balance ce commentaire, sans en faire tout un plat à côté, mais pour combien de temps encore? Preuve étant qu'elle était quand même capable d'avoir de l'écoute. Du moins, avec lui. Elle savait que ce n'était pas le cas de tout le monde. « Ou alors, essaye d'être discrète. » Surprise, la brunette plissa les yeux, avant de l'observer à nouveau. Son commentaire l'amusa intérieurement, même si elle ne le démontra pas. Pour un vieux, il était plutôt cool. Une conclusion hâtive, mais son petit doigt lui disait qu'il n'était pas si rabougris que cela. On apprend pas à un vieux singe comment faire des grimaces. Reportant son attention sur son plat qu'elle n'avait pas physiquement mangé encore, elle le sentit se rapprocher doucement, geste qui ne l'embêta pas réellement. Elle avait très envie d'en savoir plus sur lui, mais d'un autre côté, elle ne souhaitait pas lui montrer de l'intérêt. Sans doute une forme d'indépendance. Sauf qu'il y avait vraiment un truc qui la piquait lorsqu'elle prenait le temps d'y songer. Qui était-il? Attrapant sa cuillère en plastique, elle continua de réfléchir. Bizarre que son visage lui dise quelque chose, comme un déjà-vu ou une impression qui sort soudainement d'un coin de sa tête vide. Ne sachant pas s'il était important ou non d'y prêter attention, elle soupira avant de revenir à son repas.

Lentement, elle déposa un fruit dans le creux de sa cuillère, la fourchette dorénavant un peu trop molle et étirée. Placée en mode catapulte, elle la fit plier avec son doigt, mais le plastique cassa sous la pression, brisant ainsi définitivement son petit jeu. « Fuck... » Ça ne valait pas grand chose comme ustensile, là en était la preuve. Forcée d'arrêter, la jeune poussa son plateau un peu plus loin en face d'elle, dégoûtée de tout. Peut-être pourrait-elle s'amuser avec le plateau lui-même ou alors s'occuper d'une tout autre manière? Sa tête brune se tourna à nouveau vers son voisin. Finalement, elle acceptait peut-être de lui prêter un peu d'attention. Pourquoi pas. C'était lui qui allait devoir l'endurer et non pas l'inverse. D'un geste du doigt, elle pointa l'alliance qu'il portait autour d'une chaîne. « C'est quoi exactement? » Une bague? Ou bien un bijou précieux. Où il avait trouvé ça lui? Probablement que ça lui appartenait en fait. Un peu comme ce petit bracelet d'amitié autour de son poignet gauche qu'elle n'avait pas eu le cœur de retirer. « Pourquoi tu manges seul? Si tout le monde t'aime bien... » D'un geste du menton, elle désigna les autres occupants de la cafétéria. Vrai qu'il avait plutôt l'air respecté, sans doute était-il même populaire. Ou alors c'était justement le contraire. Il préférait peut-être l'indépendance. Un peu comme elle, parce qu'être seule ne lui causait aucun soucis. « Et t'as quel âge? » Le genre de question totalement indiscrète, mais ça lui venait juste comme ça, sans filtre tout naturellement. Il n'avait pas l'air du type de personne qui s'en offusquerait vraiment. Fallait voir, elle le demandait sur un ton curieux, rien d’arrogant. Encore une fois, sans en avoir l'air, elle n'était pas méchante de nature. Juste jeune et insouciante, des qualités autant que des défauts d'ailleurs. « Tu dois être là depuis longtemps non? » Est-ce que cet endroit fonctionnait ainsi? On y entrait à son âge et on y restait jusqu'à y mourir? Au fond d'elle, la jeune espérait très fort que ce n'était pas le cas. Papy le lui confirmerait sans doute, il semblait savoir deux ou trois choses.  


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

i'm only human after all



My Squad:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H12-090
H12-090
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: don't play with your food [31&090]   Mar 23 Jan - 16:22

Don't play with your foodEn étant plus proche de la jeune fille, à la fois pour la surveiller mais aussi pour voir ce qu’elle allait faire, mon esprit se mettait lentement en route. Depuis un mois, un petit peu plus même, que j’étais arrivé, je n’avais eu face à moi que des visages inconnus, pas l’ombre d’un indice sur ma vie passée, sur qui je pouvais bien être. Et justement… son visage me faisait tiquer. Il y avait un truc. Je ne savais pas quoi, mais il y avait un truc chez elle qui titillait mon esprit. Il fallait mettre le doigt dessus maintenant. Pourtant, il n’y avait pas eu ce petit déclic dès que je l’avais vu qui me faisait dire que l’on se connaissait, qu’elle m’était familière. Peut-être simplement une impression de déjà-vu. Mon regarde se posa à nouveau sur ses mains et sur la cuillère en plastique qu’elle avait préféré à la fourchette, qui admettons avait été pas mal abîmé par ses prouesses. Je m’attendais à ce qui allait suivre, elle n’allait pas s’arrêter en si bon chemin, et peut-être même que je serais sa prochaine cible, je n’en serais pas étonné d’ailleurs. Mais la suite… me fit quand même rire. La cuillère se brisa sous les doigts de la jeune fille, la faisant jurer en même temps. Je ne retins pas mon rire en réalité, bien qu’il fut court. Je haussais un sourcil en la regardant éloigner son plateau et donc les débris de son couvert.

« Il faut croire que tu ne pourras plus jouer. »

En soit, j’étais en parti rassuré, parce que là au moins, j’étais certain qu’elle n’allait pas prendre la nourriture à pleine main pour la lancée. Enfin… je l’espérais plutôt. Mais sitôt cette réflexion faite, elle commença à se faire curieuse sur ma propre personne, et surtout sur mon alliance qui pendait à mon cou. Je la pris de nouveau entre mes doigts, mon regard posé dessus. Qu’est-ce que c’était ? Je ne parvenais pas à savoir pourquoi est-ce que j’avais gardé cet anneau en fait. La solution la plus logique me semblait être celle d’une mort, la mort de ma femme. Sauf que quand je regardais cette alliance, je n’éprouvais aucune tristesse. Aucun désespoir, aucun chagrin. Peut-être seulement un sentiment de solitude, de manque… Est-ce que le deuil aurait été fait depuis quelques années pour n’avoir que ce sentiment ? Tant de questions qui ne m’aidaient pas vraiment pour lui donner une réponse claire. Heureusement pour moi, la jeune fille continua dans ses questions, les enchaînant après quelques secondes de silence seulement, bien que la seconde me fasse rire. Tout le monde m’aime bien ? Elle venait de me l’apprendre dans ce cas, je n’étais pas au courant. Mais ceci dit, j’avais là la réponse déjà bien prête. Réponse qui devrait encore attendre, puisque ça continuait de s’enchaîner, là voilà qui se mettait à me demander quel âge j’avais et à sauter à la conclusion que j’étais là depuis longtemps. Un nouveau rire franchit mes lèvres après tout son flot, amusé par son culot qui se confirmait à mesure qu’elle parlait. Je pris cependant tout mon temps pour boire une gorgée de mon café un peu tiède, et une nouvelle bouchée de crêpe après avoir relâcher mon alliance.

« Je vais essayé de répondre dans l’ordre à des questions. Alors, c’est une alliance que j’avais avec moi à mon réveil, je ne sais pas du tout ce qu’elle représente en dehors d’un mariage qui n’a plus lieu d’être, sinon elle serait à mon doigt. C’est tout ce que je peux affirmer. Et elle est sans doute précieuse, puisque je l’ai gardé. »

Mon regard se posa de nouveau sur elle brièvement, essayant de voir si elle n’avait pas détourné l’attention, si elle ne s’était pas déjà désintéressée de ce que je lui disais. Elle me paraissait si… versatile avec une concentration un peu volatile. Mais c’était propre à son âge on va dire. Après avoir constater qu’elle écoutait toujours, je repris donc la parole, reposant mon regard sur mon plateau, puis sur les environs, sur les autres personnes présentes, dont certaines continuaient de lui lancer des regards noirs.

« Tu m’apprends alors ma popularité, je suis ravi d’apprendre que tout le monde m’aime, même si je doute que ce soit le cas. Manger seul ne me pose pas de problème, tout comme je peux manger avec d’autres personnes. Ensuite, mon âge… comme tout le monde, je ne sais pas exactement combien d’années j’ai au compteur. La cinquantaine au moins, c’est sûr. Et beaucoup de cheveux blancs. »

Les gens se tournaient naturellement vers moi, parce qu’ils avaient besoin d’un repère, de quelqu’un sur qui s’appuyer, comme elle était en train de le faire en pensant que j’étais ici depuis longtemps. Comme beaucoup en fait qui pensait pouvoir obtenir beaucoup de moi, alors que je n’étais pas plus informé qu’eux, mon âge ne signifiait pas que j’étais plus enclin à me souvenir… On pouvait même bien affirmer le contraire. Gardant donc ma dernière réponse pour la fin, je me retournais à nouveau vers elle en croisant les bras sur la table, un très large sourire sur les lèvres.

« Je suis H12-090. Je suis arrivé il y a un mois. Enfin, je me suis réveillé il y a un mois. Alors non, je ne suis pas là depuis longtemps. Désolé de te décevoir. »

Naïve, je n’irais pas jusque là, mais ses conclusions m’amusait. C’était très… ouais, enfantin on va dire. Mais ça me permettait aussi de savoir qu’elle était fraîchement arrivée, qu’elle n’avait pas encore pu constater par elle-même qu’à part la constante des numéros, il n’y avait pas de logique dans nos réveils, dans nos arrivées. Alors, ça s’excusait, en débarquant, on avait tous plus ou moins des théories farfelues qui fondaient comme neige au soleil en ne serait-ce que parlant avec ceux qui étaient là depuis plus longtemps que nous.

« J’imagine que tu n’es pas là depuis bien longtemps. Tu veux bien me dire ton matricule ou je vais devoir te trouver un charmant petit surnom digne de ton comportement de ce matin ? »
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

I can be who you want. Let me forget the real me.



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F13-31
F13-31
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: don't play with your food [31&090]   Mer 31 Jan - 11:19

don't play with your food

I don't care  


Suite à la trahison de sa cuillère en plastique, elle fut bien forcée de s'intéresser à autre chose que de catapulter son repas sur les autres. Certes, il lui restait encore le couteau sous la main, mais soyons un peu sérieux, ce truc-là pouvait à peine couper du beurre, il ne lui serait donc d'aucune utilité. L'envie de simplement crier des bêtises à chaque occupant de la cafétéria qui croiserait son regard était présente, mais fût aussi écarté rapidement. C'est vers le vieux à côté d'elle que la jeune porta plutôt son attention. Elle ne le connaissait pas, mais sa curiosité soudaine envers lui la poussa à lui balancer une série de questions, sans aucun lien et juste comme ça pour savoir. D'abord son alliance, parce qu'elle n'avait pas de bijou elle-même, sans doute à cause de son jeune âge. Aucune marque sur ses doigts ne laissaient à penser qu'elle était du genre à porter des bagues. Au lieu de ça, c'est un bracelet tissé à la main qu'elle avait au poignet. De couleur mauve, bleu, vert avec un peu de noir. Il était sympa, même si elle n'avait aucune idée de ce qu'il voulait dire ou encore qui lui avait tressé. Elle n'avait pas l'impression que c'était elle, n'ayant pas la patience pour ce type d'activité. Rien que de penser au tricot, elle y voyait surtout une occasion de se battre avec les baguettes ou bien de tuer quelqu'un si elle s'en servait comme arme. Papy répondit qu'il s'agissait d'une alliance qu'il avait au cou lors de son réveil. La brunette afficha une moue boudeuse, au souvenir de ce fameux réveil oui. Elle n'avait pas oublié cet épisode, non. Ainsi, donc il devait être divorcé ou alors sa femme était morte. Si elle n'était pas à son doigt, comme il l'avait souligné, c'est que ça n'avait plus lieu d'être. Sans l'interrompe, elle guetta le reste de ses explications, peu intéressée à parler de mariage ou d'ancienne relation de couple avec un mec qui ne s'en souvenait pas anyway et qui lui était encore trop inconnu à son goût.

« Ensuite, mon âge… comme tout le monde, je ne sais pas exactement combien d’années j’ai au compteur. La cinquantaine au moins, c’est sûr. Et beaucoup de cheveux blancs. » Un sourire amusé fendit son visage au même moment. Bordel de merde, c'était vieux cinquante ans! « T'inquiète Papy, t'es plus dans le coup, mais avec un peu de chance tu peux encore passer pour le grand Sage d'la place ou truc dans le genre » De sa part, il s'agissait là d'un compliment si l'on était en mesure de lire entre les lignes. En gros, il était vieux oui, mais peut-être encore utile. Plein de gens aimaient bien les aînés et les considéraient comme de sages personnes pleine de ressources et de conseils. Ce qui n'était malheureusement pas son cas à elle. Les vieux, elle détestait ça. D'abord parce qu'ils étaient pires que des adultes, toujours à dire quoi faire ou quoi ne pas faire aux plus jeunes. C'était super chiant. Et puis un vieux, c'est grincheux, tout le monde sait ça. Ils râlent tous pour un petit rien et ont mal au dos au moindre effort. Ils parlent à coup de « dans mon temps » ou « quand j'avais ton âge » et ça saoule vite tout le monde. Les adultes eux, c'est-à-dire en bas de cinquante ans dans son livre à elle, c'était bien différent. Un adulte, ça croit être encore dans le coup. Ils te parlent comme s'ils comprenaient encore l'univers des jeunes. Ils sont toujours occupés avec leur gueule dans leur café et leur pile de boulot à faire ou des factures à payer. Ils sont jamais là en fait, trop concentré à suivre le mouvement de masse. C'est-à-dire avoir une maison, avec une belle voiture, un chien et faire des bébés. T'es très souvent invisible sous leurs yeux et au moindre écart, tu te fais choper rapidement comme si c'était la fin du monde. En gros, si elle avait à choisir, ce ne serait pas facile, mais le vieux avait au moins appris à écouter et à observer, ce qui lui semblait être un atout.

« Je suis H12-090. Je suis arrivé il y a un mois. Enfin, je me suis réveillé il y a un mois. Alors non, je ne suis pas là depuis longtemps. Désolé de te décevoir. » Ah bha bravo, il brisait sa théorie juste comme ça, l'air de rien. L'air...un peu trop fier à son goût d'ailleurs. Comme elle n'aimait pas avoir tord, elle souffla entre ses lèvres d'un air soudainement désintéressée et détachée de sa réponse. Elle ferait comme si cela lui importait peu, alors qu'intérieurement, elle pouvait rayer cette hypothèse de sa liste. Rien à voir avec l'âge alors. Tant mieux, cela aurait pu être drôlement déprimant en fait. « Je me doutais, mais merci » Le beau mensonge. Heureusement qu'elle savait bien mentir, grâce à son attitude jeune et rebelle de base. C'était compris dans le truc quoi. Lorsqu'il en tira la conclusion qu'elle était là depuis peu, la brunette grimaça et plissa le nez au passage. Et alors hum? Pourquoi il voulait savoir! Et pour ce qui était son matricule, dans ses rêves oui! « Tout le monde sait qu'on ne dit pas ce genre de choses à un inconnu, désolé de te décevoir » Exactement les mots qu'il lui avait balancé précédemment. S'il n'avait pas encore cerné son caractère de merde, il était sur le point de le voir de très près. N'empêche qu'il s'agissait que d'un chiffre, ce qui ne voulait pas dire grand chose sur elle non plus. Elle n'avait juste pas envie de le lui donner si facilement que ça. « Pour le surnom, fait toi plaisir, j'en ai déjà plusieurs » Là dessus, elle ne mentait pas non. D'abord la sauvage. Et ensuite la Furie. Puis Furiosa, de la part de Six. La jeune, la gamine, la peste, la chieuse... la liste était longue. Rien qu'elle n'était pas en mesure d'encaisser, même si elle accordait des points supplémentaires à 021 pour la princesse bouledogue. Haussant nonchalamment les épaules, elle poursuivit. « C'est mon prénom que je voudrais savoir, j'ai déjà compris que vu le peu d'importance qu'on nous accorde ici, le chiffre était la solution facile. Mais le jour où j'aurais en face de moi le responsable de tout ceci, il aura mon chiffre dans la gueule, le nombre de fois y correspondant. » Un large sourire amusé flotta sur ses lèvres, guettant sa réaction. Si elle portait un chiffre en bas de dix, ça ne semblait pas être particulièrement violent comme commentaire, mais si c'était au delà de cent, voir cinq cent... ça semblait abusé. Voir complètement dingue. Encore une fois, c'était que du vent, elle aimait parler ainsi, mais n'avait rien d'une violente ou d'une sadique. Frapper les gens n'étaient pas dans son habitude. Elle ne laisserait personne lui marcher dessus, certes, mais dans le cas contraire, elle se contenterait de les tenir loin grâce à sa vilaine langue bien pendue. Se battre était une perte de temps, donc non merci. « La chose à savoir à mon sujet, c'est que je compte pas pourrir ici sans rien faire et tant mieux si ça dérange ou pose problème aux autres, c'est franchement pas le temps de se ramollir et d'attendre un miracle qui risque pas de se pointer le nez. Et puis je suis capable d'encaisser et d'assumer les conséquences, c'pas cet endroit à la con qui me tiendra par la peur » C'était d'un classique endormant que de diriger et contrôler des gens par l'effet de peur. Le pire, c'était bien que ça fonctionnait dans la majorité des cas. Peur des conséquences, peur de souffrir ou peur de mourir si l'on tentait de s'échapper. Elle ne pouvait pas leur en vouloir, mais ici, elle se sentait loup dans la bergerie et non pas mouton dans le rang. Ce connard de berger risquerait de prendre cher lors d'un face à face avec elle.  


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

i'm only human after all



My Squad:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H12-090
H12-090
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: don't play with your food [31&090]   Ven 9 Mar - 9:53

Don't play with your foodElle avait du caractère. Du chien même. C’était assez drôle de l’entendre répondre, de voir comment elle réagissait à ce que je pouvais lui dire. Même si son point de vue sur les vieux avait quelque chose de piquant, presque douloureux. Ceci dit, elle n’était pas la première à me traiter comme une vieille branche, et ne serait de toute façon pas la dernière. Un mois et j’étais déjà résigné à ce qu’on me voit comme en fin de vie. Il était quand même rassurant de constater qu’elle n’était pas non plus en train de m’enterrer, bien qu’il y ait un long chemin entre le respect de l’ancien et la camaraderie. Surtout après ce qu’elle venait de balancer quand j’avais voulu savoir au moins son matricule. Enfin, c’était surtout une réaction à la justesse de mon jugement sur son arrivée, ce que son orgueil de jeunesse n’avait pas supporté. Réaction typique de son âge certes, mais surtout très humain. Nous étions tous passés par là, par ce genre de réaction que ce soit dans cette Ruche ou avant, elle était intimement convaincu d’avoir raison, quelque part ça pouvait être logique comme théorie, mais je lui avais donné la preuve qu’elle faisait fausse route. L’égo avait de quoi être égratigné. Elle me donnait quand même la possibilité de lui donner un surnom, et ce n’était pas tellement une surprise ici, beaucoup préféraient qu’on leur trouve des surnoms plutôt que  de se fier aux numéros qui nous avait été attribué.

Autre chose assez amusante, ce qu’elle était bavarde. Sans que je lui dise plus de choses, elle libérait sa parole, elle n’avait pas de gêne à parler. Un peu comme mon colocataire 909, mais aussi… un peu comme moi. Je parlais facilement, c’était un fait, mais j’écoutais aussi, et cette jeune demoiselle était très loquace, elle me faisait part de sa soif de connaître son prénom, un désir que nous partagions tous de toute évidence, mais aussi elle commença un petit discours sur sa propre personnalité et la certitude qu’elle avait de tout faire pour sortir d’ici. C’était beau la fougue de la jeunesse. Elle disait ne pas avoir peur et froid aux yeux, ce dont je ne doutais pas dans un sens, mais j’arrivais quand même à entrapercevoir ses actions à venir. Elle n’avait pas peur d’agir non plus, et même si elle avait l’air d’être une assez grande gueule, encore une fois, quelque chose que je partageais avec elle, tout portait à croire qu’elle irait jusqu’au bout de sa pensée. Ou presque. Vu son gabarit, et qui que ce soit derrière cet endroit, j’avais du mal à croire qu’elle le ou les frapperait, à moins que son matricule ne se résume qu’à un petit nombre. Vaguement, je songeais à moi-même le faire, mais quatre-vingt dix coups de poings, ça fait long. Et ça ne semblait pas si attrayant que ça au final, la violence physique ne me semblait pas être quelque chose qui me faisait vibrer, c’était même plutôt quelque chose que je cherchais à éviter. Mise à part le moment où mon colocataire avait attaqué mon partenaire de feu, 7. Là, c’était sorti tout seul, je n’avais pas pu me retenir ni me contrôler. Pour autant, je n’avais pas cherché à plus que l’éloigner et le faire s’arrêter. Une fois qu’il avait été loin du blond, j’avais rejoins ce dernier, ne jetant qu’un vague regard noir à 999.

J’attrapais de nouveau un morceau de mon petit déjeuner, laissant un temps d’arrêt avant de reprendre la parole. J’étais curieux de savoir si elle allait continuer de s’exprimer, ce qu’elle avait autre comme ressentit, mais ça semblait s’arrêter là. Il y avait quelque chose qui me faisait tiquer quand même. Plus je l’observais, plus je l’écoutais, plus j’avais cette sensation familière. Pourtant, je ne m’expliquais pas cette sensation, je n’arrivais à trouver cette intime conviction au fond de moi que je connaissais cette jeune fille. Peut-être l’avais-je seulement vaguement vu quelque part ? Mais cela voulait dire qu’elle aussi aurait ce sentiment, sans doute. En fait… j’éprouvais une sorte d’amusement bienfaisante envers elle. Mais là encore, je n’avais d’explication. Après avoir fini ma bouchée, je repris donc la parole, essuyant mes lèvres avec ma serviette au passage.

« C’est très aimable de ta part de vouloir me rassurer, mais je ne m’en fais pas trop pour ce qui en est des autres. Je fais mon chemin de mon côté, j’essaye de survivre tant bien que mal avec mon grand âge inconnu et si certains veulent bien écouter ce que j’ai à dire… Tant mieux. Ce qui ne veut pas dire que tout ce que je dis à du sens. »

Nul doute qu’elle allait réagir à ce que je venais de dire. C’était une perche que je lui tendais bien trop volontiers mais qui n’était que vérité. Aucune parole d’aucun être humain n’est parole absolue. C’était une conviction que j’avais depuis le début, depuis mon réveil, quoi que j’ai pu voir et connaître avant la Ruche, j’en étais sûr. Il était flatteur qu’on cherche à avoir mon aval ou mes conseils, mais étant donné mon ignorance quasi total sur le lieu où nous étions, ce serait assez stupide. Cependant, je n’allais pas le lui dire, si ça pouvait lui permettre de se rassurer ou d’avoir un point solide, je n’allais pas à nouveau donné un coup à son égo. Tout en attrapant mon café, je poussais ma petite cuillère en plastique vers elle, un fin sourire sur les lèvres.

« Je vois bien que tu t’ennuies, allez prends la mienne. J’ai bien compris que tu voulais emmerder les gens, mais là encore, je ne peux que te conseiller d’être discrète. Et je ne dis pas ça parce que je m’inquiète pour toi, mais parce que je voudrais éviter une émeute dans la cafétéria. En te faisant autant d’ennemis, tu n’as que peu de chances de t’en sortir sauve. Essaye plutôt de les liguer les uns contre les autres. Mais puisque tu t’es déjà fait remarqué, je pense que ça va être difficile, ils s’attendent à ce que ce soit toi. »

L’encourager à faire des conneries. Voilà qui n’était pas tellement digne d’un vieux comme moi, sauf que c’était assez amusant, et puis, je ne désapprouvais pas non plus ce qu’elle faisait. Il n’y avait rien de mal après tout. Si elle cherchait à se battre physiquement avec quelqu’un, si elle voulait torturer quelqu’un mentalement, je serais intervenu dans le sens où on l’attendrait. Là en revanche… c’était enfantin. Chiant pour ceux qui étaient ciblés, c’était certain, mais ce n’était qu’un amusement innocent et puérile. Rien de plus. D’autant plus que là, elle avait ma protection dans un sens. Le fait que je sois à ses côtés, que je la laisse faire, qui oserait intervenir ou lui chercher des noises, même si je n’allais aucunement le faire. Après tout, c’étaient ses choix, pas les miens, elle décidait de faire des conneries, elle devait assumer.

Nonchalamment, je me rappuyais contre le dossier de mon siège, croisant les jambes avec un large sourire et tenant toujours ma tasse dans la main. Qu’est-ce qu’elle allait faire ? Est-ce qu’elle allait cédé à cet appel et encouragement ? J’en étais extrêmement curieux et amusé par avance.

« Par contre… si tu te fais courser, je ne me lance pas à ton secours, sois prévenue. Maintenant, fais ce que tu veux. »
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

I can be who you want. Let me forget the real me.



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F13-31
F13-31
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: don't play with your food [31&090]   Mer 21 Mar - 14:30

don't play with your food

I don't care  


Son grand âge inconnu ? Un large sourire amusé étira ses lèvres, réussissant tant bien que mal à ravaler un fou rire. Tout le monde sait que les vieux sont partiellement fous, donc normal qu'il ne fasse pas toujours de sens. Étant imparfaite à sa façon, elle préférait se tenir en compagnie des gens comme elle, plutôt que de ceux qui prétendait être meilleurs que les autres. Un brin de folie n'avait jamais tué personne après tout. Avoir des défauts, c'était naturel également. Pour la peine, elle se sentit presque attachée à lui, d'une manière qu'elle ne saurait l'exprimer. Il y avait juste quelque chose, comme une énigme dont elle n'arrivait pas à mettre le doigt sur la réponse. Hum, qui sait. Ils avaient peut-être des choses en communs et ça lui donnait l'impression de le connaître. Songeuse, elle arqua un sourcil lorsque papy glissa non subtilement sa cuillère de plastique vers elle. Curieuse et surprise, elle planta son regard dans le sien, voyant qu'il était sérieux dans sa démarche. D'un geste assuré, elle mit rapidement la main dessus, question de s'en emparer. Observant son nouveau jouet, la brunette la fit tourner entre ses doigts. Calmement, elle écouta ses paroles et ses recommandations, incertaine de ce qu'elle choisirait de faire. Disons juste qu'elle réfléchissait à cette question en ce moment même. Vrai qu'elle avait envie de continuer, pour s'amuser et tuer le temps. D'un autre côté, elle n'avait jamais eu l'intention de provoquer une émeute ou de se faire de nombreux ennemis. Elle souhaitait s'occuper l'esprit sur des activités inoffensives à ses yeux. Comme d'emmerder les autres. En choisissant correctement ses victimes, elle ne risquerait pas d'en subir les conséquences, non? « C'est 31... mon chiffre » À savoir son prénom improvisé pour l'instant. Elle haussa les épaules, détachée de cette information qu'elle acceptait finalement de lui donner. Il méritait bien un peu de gentillesse en échange de la cuillère. De toute façon, son esprit était déjà bien loin, occupé à faire son prochain choix. Poursuivre ses plans de catapulte ou bien s'arrêter sagement et poursuivre une discussion normale avec papy à côté? Hum. Dilemme. Sa présence elle-même lui offrait la chance d'être protégée en cas de besoin. Non pas parce qu'il prendrait sa défense, mais plutôt parce qu'on n'oserait pas venir lever la main sur elle sous son nez.

« Par contre… si tu te fais courser, je ne me lance pas à ton secours, sois prévenue. Maintenant, fais ce que tu veux. » C'était quoi ça? Un avertissement ou une leçon de vie? Jetant un coup d’œil dans sa direction, elle ne répondit rien. Oh elle voyait bien son amusement, elle n'était pas dupe. Récupérant un bout de crêpe froide, elle l'installa minutieusement dans le creux de la cuillère de plastique. Que le jeu recommence! Oh diable le savoir vivre. Elle avait commencé, donc autant finir. « La stratégie, ce sera pour une prochaine fois... » Elle visa l'arrière d'une tête blonde, avant de relâcher sa catapulte. La fille en question ne tarda pas à sursauter, avant de pivoter dans sa direction. La brunette éclata de rire, notant son air offusqué au passage. On aurait dit une reine devant le plus miteux de ses esclaves. Totalement dégoûtée. Le rire aux coins des lèvres, elle récupéra un deuxième morceau, s'attaquant cette fois à une autre victime. Sur sa gauche, une grand brune buvait son café. Hop là. D'une précision surprenante, le morceau de crêpe rebondit sur sa joue. La fille cracha sa gorge de café, s'étouffant au passage. L'observant tousser, 31 éclata de rire, peinant à se contenir. C'était trop difficile, surtout devant une situation aussi drôle. Cette fois-ci, la victime ne lui jetant aucun regard agacé. C'est plutôt le mec assis en face qui réagit en se levant de son siège. « Ah fait chier... » Fuck, elle avait un petit ami cette buveuse de café. Ce qui voulait dire qu'elle avait désormais un indésirable sur le dos. « Toi! » Hum? Elle? Puisqu'il la pointait du doigt, elle étira un sourire malicieux. Oui, elle. Très doucement et sur ses gardes, la rebelle déposa sa cuillère sur le côté, avant de se relever de son siège elle aussi. Il n'allait quand même pas... Trop tard! Le mec fonça vers elle et en moins de deux, elle déguerpit comme un lapin. Oups! Fuyant entres les tables, elle grimpa sur celle de derrière, courant à sa surface en évitant d'écraser des doigts ou des plateaux déjeuners. Évidemment, les gens commencèrent à se plaindre de son passage, tâchant de ne pas finir impliqué dans une course-poursuite qui n'avait pas lieu d'être dans la cafétéria. L'autre mec opta plutôt pour courir sur le sol, ce qui était plus discret, mais qui manquait clairement de style. La rebelle avait le sens des acrobaties apparemment. Un fait qui était loin de la surprendre. Le sourire de collé sur les lèvres, elle sentit finalement une poigne s'emparer du bas de son chandail. En quelques secondes à peine, la fouteuse de merde rebondit durement sur le sol. Un écrasement non prévu, mais qui eu l'effet de l'arrêter. Outch. Se sachant non loin de Papy, elle eut dans l'idée de fuir de son côté, mais son poursuivant se pencha au-dessus d'elle, l'agrippant par le collet d'un air furieux. « Toi et ton vieux, vous allez quitter immédiatement! » Son...vieux? Clignant des yeux bêtement, elle l'observa d'un air perdu. What? Est-ce qu'il croyait que c'était son père? « C'était pour rire » Une défense plutôt maigre, mais elle ne le sentait pas particulièrement dangereux non. Il était bêtement agacé, mais rien de plus. Au pire, il tentait de lui faire un peu peur, mais c'est tout. « C'est pas drôle non! » « Ouais bha p'être que t'as un humour de merde aussi... » Il grogna avant de la relâcher soudainement. D'un geste de la main, il lui indiqua la sortie, dans l'espoir qu'elle accepte de déguerpir.

Doucement, elle se remit sur pied, sans faire d'histoires. Elle était consciente d'avoir provoqué quelques dommages collatéraux avec sa poursuite. Valait donc mieux se taire et ne pas en rajouter inutilement. Par réflexe, elle retourna à sa table, s'installant en face de Papy d'un air renfrogné. « Ouais bha j'espère au moins que ça t'as plu... » Un sourire amusé étira ses lèvres, avant de vérifier par-dessus son épaule que l'autre mec avait l'intention de la lâcher. Sans surprise, il continuait de l'observer attentivement. Ça va, elle ne cachait pas une bombe dans ses poches de pantalon! Roulant les yeux d'un air insouciant, elle poursuivit. « Il croit que t'es mon vieux... » Parce qu'elle avait encore ses paroles qui lui raisonnaient dans le fond du crâne de façon dérangeante. Sans gêne, elle le détailla plus attentivement juste au cas où. Sur quoi il se basait au juste? L'apparence? Pas les cheveux gris en tout cas. Vrai qu'il avait les mêmes yeux ou genre un peu le même nez, mais c'est tout. Absolument rien ne prouvait qu'il pouvait être son père. C'était idiot. Il avait tord un point c'est tout. Juste y penser lui donnait le goût de le contredire. Elle n'avait pas de famille, parce qu'elle ne s'en souvenait pas et puis c'était tant mieux. Elle vivait bien ainsi. Tranquille, pas de parents, pas personne pour lui dire quoi faire. Exactement ce qu'elle voulait.  


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

i'm only human after all



My Squad:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H12-090
H12-090
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: don't play with your food [31&090]   Sam 31 Mar - 19:36

Don't play with your foodJe m’attendais vraiment au pire. Et puisqu’elle semblait vouloir reprendre son petit jeu précédent, je me doutais que ça pourrait plutôt mal tourné en vue de la réaction du public un peu plus tôt. M’enfin, je l’avais prévenu, je lui avais donné des conseils, maintenant, je ne pouvais pas faire plus. Les mains de nouveau autour de ma tasse en plastique, je ne la quittais pas des yeux, un sourire amusé sur le coin des lèvres. Je notais quand même qu’elle avait fini par mon donné son matricule, qu’elle avait enfin accepté de partager avec moi l’identité qu’on lui avait donné. Peut-être un signe qu’elle ne me voyait pas comme une potentielle cible à emmerder. Bref, j’étais amusé et intrigué, en plus d’avoir toujours ce petit quelque chose inexplicable quand je la regardais, comme une bienveillance naturelle pour elle.

Sans tellement de surprise, je ris à la nouvelle victime qu’elle venait de faire, mais ce qui me surprit surtout fut la complicité presque naturelle qui en ressortait entre nous. Je l’avais encourager à faire des conneries, je riais de ce qu’elle pouvait faire et elle avait l’air de ne pas trouver ma présence désagréable. Je pourrais peut-être croire que mes conseils avaient quelques effets sur elle, même si de ce qu’elle avait dit, elle laissait le côté stratège pour le moment. Enfin, de ce que je voyais, elle ne visait pas non plus des armoires à glace, uniquement des jeunes femmes, peut-être bien un instinct de survie ou une certaine précaution pour sa propre sécurité. La suite, je ne la vis pas venir. Je ne compris d’ailleurs pas tout de suite ce qui s’était passé et ce qui était en train de se dérouler sous mes yeux et sous ceux des autres qui prenaient leurs petits déjeuners. Une véritable course poursuite, au milieu des tables et sur les tables, entre ma jeune protégé 31 et un type qu’elle n’avait pourtant pas visé. Tout comme je l’avais dit, je ne cherchais pas à bouger et à intervenir, j’étais surtout très surpris. Je les observais tous les deux, comme beaucoup d’autre, et contrairement à moi, eux n’intervenaient pas parce qu’ils l’avaient décidé ainsi, mais parce que… je ne comprenais pas cette mentalité de regarder et d’attendre de voir ce qui se passe au lieu de faire quelque chose. Bon, après, il n’y avait pas de danger mortel, ni même de danger tout court, au pire, 31 allait surtout se prendre un sacré saxon, rien de plus. Cependant, quand je la vis se ramasser par terre, je m’étais levé, brusquement. Je ne m’expliquais pas cette réaction. J’avais comme eu… peur pour elle. Réaction que là encore je ne m’expliquais pas, qui n’avait pas raison de se manifester ainsi. Les regards étaient toujours sur elle et sur son poursuivant, je doutais qu’on ait pu remarquer ma réaction, aussi je me rasseyais assez vite, attendant de voir la suite des évènements.

Au loin, je les voyais parler, ou plutôt je la voyais en train de se faire engueuler, mais surtout je le vis me montrer du doigt, et compris sans mal que j’étais aussi mis en cause. Alors, à moins qu’il ne m’ait vu lui donner la cuillère en plastique, ce dont je doutais fortement, j’allais pouvoir sans peine crier à l’injustice. Mais malgré tout, 31 retourna à notre table, pas aussi fière d’elle que quelques minutes plutôt, s’enquérant quand même de savoir si je m’étais régalé du spectacle qu’elle avait improvisé, ce à quoi je ne pus répondre sans sourire :

« Ce n’était pas trop mal, en effet. J’ai particulièrement aimé la petite chute. Dommage que ce soit fini, j’aurais adoré voir cette petite course se poursuivre un peu plus. »

Et rapidement, elle me fit part de quelque chose qui semblait la perturber, et qui provoqua une certaine pression en moi. Son vieux ? Au départ, j’étais dérouté, je mis quelques secondes avant de comprendre ce que ça voulait dire dans un langage de vieux périmé. Son père. Avec le silence qui suivit, je compris qu’elle aussi était plutôt perturbée par cette information qui n’en était même pas réellement une, plus une affirmation hasardeuse à mon avis. Si elle était ma fille, je l’aurais forcément reconnu dès que je l’avais vu ? Il y avait un lien entre les parents, un fort lien que nul autre ne pouvait surpasser, du moins, c’était ce que je m’imaginais, bien que j’avais du mal à moi-même me dire que c’était un fait, dans le sens où je n’avais pas vraiment cette impression d’avoir eu ce lien avec mes propres parents, et ce même si je ne me souvenais aucunement d’eux. Juste d’une voix de temps en temps en rêve, ou cauchemar, qui me répétait des conseils de sécurité sur le feu. Est-ce que je me sentais père ? En tout logique, et avec mon âge, cette alliance qui pendait à mon cou, je devais bien avoir une famille, des enfants… mais entre la logique et les impressions et sensations que j’avais dans cette amnésie, c’était autre chose. Pourtant, il y avait les réactions que j’avais eu, et surtout quand elle était tombée. Cet instinct protecteur. Cette complicité. C’était étrange. Je ne savais même pas quoi répondre en réalité. C’était possible tout comme ça pouvait être absurde. Grattant légèrement ma barbe, je finis par me racler la gorge et regarder ailleurs, particulièrement mal à l’aise avec cette conversation.

« Ce que la bêtise peut faire dire quand on a peur de lever la main sur une demoiselle et un vieillard de nos jours… Est-ce qu’au moins il avait une raison pour te poursuivre comme ça ou c’était juste pour essayer de passer le mâle alpha de la cafétéria ? »

Je jouais justement sur le côté du vieux pour essayer de ne pas revenir sur le sujet précédent, et j’étais persuadé qu’elle s’en moquerait, parce qu’elle devait commencer à se douter que je n’étais pas sérieux. Malgré moi quand même, je reposais le regard sur elle, tendant mon doigt sur elle, mais surtout pour indiquer son dos, et ce sur quoi elle était assise.

« Sinon, blague à part, tu ne t’es pas fait mal ? Je sais bien qu’on ne peut pas faire grand-chose, mais bon, se briser le coccyx peut être douleur. Il me semble. »

Allez savoir pourquoi, j’en étais persuadé. J’en avais sans doute déjà fait l’expérience. Plusieurs fois. Soit à cause d’activités un peu périlleuse soit à cause d’une vie professionnelle des plus trépidantes. En attendant, ouais, je me faisais du soucis pour elle. Parce que même si elle se donnait des airs de dur, même si son plaisir était visiblement de faire chier les gens en toute occasion, je commençais à bien l’apprécier.
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

I can be who you want. Let me forget the real me.



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F13-31
F13-31
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: don't play with your food [31&090]   Mar 3 Avr - 10:22

don't play with your food

I don't care  


Non mais, les gens de nos jours. Tous tellement trop sérieux. Bizarrement, en la voyant faire, personne n'avait eu dans l'idée d'embarquer dans son jeu et de partir une food fight par exemple ou juste devenir son adversaire. Pourquoi est-ce qu'il fallait que ce soit elle l'emmerdeuse ? Elle n'arrivait pas à croire qu'aucun d'entre eux ait été tenté par l'appel du jeu. Comme quoi, quand on est adulte, on devient blasé rapidement. Pourtant, ils n'allaient pas mourir du fait qu'un seul matin de leur petite vie contrôlée ait été bousculé par sa présence. Dommage qu'elle n'ait pas réussie à partir un mouvement ou un truc dans le genre. Après tout, aucun règlement ici interdisait ce genre de chose. Comme quoi, ça n'avait rien de grave. Bref. La brunette mit définitivement fin à sa carrière de catapultrice de bouffe lorsque son poursuivant la plaqua contre le sol de son air exaspéré. Il était en rogne parce qu'elle avait osé prendre pour cible la jolie fille en face de lui. Du moins, c'est ce qu'elle croyait étant donné qu'elle ne lui avait pas posé directement la question. Au lieu de ça, elle ne rouspéta pas, acceptant gentiment de ne pas mettre de l'huile sur le feu. Intérieurement, son cœur battait encore d'excitation après sa course sur les tables de la cafétéria. Ce petit moment valait bien tout l'or du monde pour elle, parce qu'elle s'était amusée au point d'en oublier tout le reste. Dommage qu'elle n'est pas pu y assister en regardant de loin. Elle aurait rigolé au point d'en avoir mal au ventre. Quoi qu'il en soit, elle se faufila aisément entre les doigts de son poursuivant pour prendre congé de lui et regagner la place qu'elle occupait précédemment, la tête pleine de questions.

C'est par simple réflexe, celui de ne pas avoir de filtre lorsqu'elle parlait la majorité du temps, que la brunette lui partagea le commentaire troublant de ce mec dont elle ne connaissait même pas l'identité. Le fait qu'il ait parlé de papy comme si c'était son vieux à elle. C'était vraiment bizarre. Elle n'arrivait pas trop à comprendre pourquoi est-ce que cette idée lui avait traversé l'esprit. Est-ce qu'il avait vu ou remarqué quelque chose en particulier? Aucune idée. Peut-être que c'était simplement ce qu'il croyait parce qu'il était stupide et que sur le coup de la colère, il avait balancé n'importe quoi sans réfléchir. Hum. Et voilà que le vieux en question se faisait silencieux. Pas très rassurant ça non plus. Il semblait analyser l'information, comme s'il voulait retourner la question dans tous les sens avant d'émettre un commentaire. Pour sa part, elle soupira entre ses lèvres, avant de croiser lentement les bras contre sa poitrine. Elle, avoir un vieux? Et puis encore! C'était parfaitement ridicule. Elle avait l'intime sentiment de ne pas avoir de parents, oui voilà. Elle se déclarait orpheline, point barre. Ce serait beaucoup plus fun et simple à gérer. Pas de frère, pas de sœur, rien du tout. Voilà ce qu'elle voulait. La famille, c'était forcément chiant. Elle n'y voyait rien d'amusant. Que des gens-là pour vous juger sur vos actes, vos choix, vos vies, et même votre façon de penser. Ne fais pas ci, ne fait pas ça, ne va pas là-bas... Bordel de merde. La famille, c'est comme la prison. Ça vous punis en pensant que vous n'allez pas recommencer par la suite. Erreur.

Apparemment, Papy en avait déjà terminé avec la réflexion. Elle arqua un sourcil, avant de hausser les épaules d'un air déconnecté. « J'en sais rien, c'était sans doute pour impressionner sa copine ou bien pour se sentir important en mettant fin aux agissements d'une gam... demoiselle? T'as dit demoiselle? » Elle buta un instant sur ses mots, l'observant comme s'il n'était pas du tout normal. What? Aucun adulte n'avait jamais employé ce mot avec elle. Choquée de ne pas s'être faite traiter de gamine comme elle en avait l'habitude, elle l'observa en silence comme s'il était un spécimen hors norme. Ça alors! Papy était réellement très surprenant. Disons que ça changeait des autres adultes oui. C'était difficile à admettre pour elle, mais il était plutôt cool. Pour un périmé en tout cas. Son petit doigt lui disait qu'elle n'était sans doute pas au bout de ses surprises avec lui. Voilà qui était intéressant. D'ailleurs, parlant de doigt, voilà qu'il osait la pointer sans prévenir, alors qu'elle n'avait même pas bougé d'un seul centimètre. Quelle accusation avait-il en tête ? « Sinon, blague à part, tu ne t’es pas fait mal ? Je sais bien qu’on ne peut pas faire grand-chose, mais bon, se briser le coccyx peut être douleur. Il me semble. » Deux fois plus surprise que la minute précédente, la brunette se renfrogna aussitôt, prête à enterrer très loin la moindre émotion. Elle pinça les lèvres, détournant le regard d'un air parfaitement détaché. Si elle c'était faite mal? Pourquoi cette question? Ou plutôt, mais pourquoi est-ce qu'il voulait savoir ça? Jamais personne, depuis qu'elle s'était réveillée ici, ne lui avait jamais demandé comment elle allait. Si elle avait peur, si elle était triste, si elle avait mal ou juste si elle avait faim, froid ou soif. Ils s'étaient tous fiés sur cette énergie forte et dérangeante qu'elle dégageait et qui laissait à penser qu'elle pétait le feu. Sur son apparence de fille en contrôle qui en avait rien à chier de la situation ou alors sur ses airs de petite emmerdeuse de première qui signifiait clairement qu'elle n'était pas en douleur de rien dans la vie, sinon pourquoi agacer les autres. Elle-même se croyait au-dessus de ça. Hors de question de laisser entrevoir une seule faiblesse, même si elle était humaine et justifiée. Elle avait le genre de caractère à répliquer qu'elle n'avait pas mal même si on lui cassait le bras sous les yeux. De nier absolument tout ce qui pourrait briser sa bulle ou sa coquille dans laquelle elle vivait confortablement. Alors pourquoi est-ce que Papy n'était pas capable de faire comme tous les autres ?

De mauvaise humeur, elle ravala tous les commentaires stupides et désobligeants qu'elle avait en tête. Pour une fois, juste une seule fois, ça n'allait pas la tuer de dire simplement la vérité. C'était un pas extrêmement difficile à faire, mais peut-être est-ce qu'elle devait justement le faire envers la bonne personne. Bien qu'elle ait pas totalement confiance envers lui, son intuition lui soufflait quand même qu'elle ne craignait absolument rien. C'était dans sa tête qu'il y avait un problème. Elle inspira donc profondément, plongeant son regard dans le sien quelques secondes avant de lui répondre d'un ton parfaitement calme. « Je suis tombée, bien sûr que ça fait mal... » Comme s'il s'agissait là d'une évidence même. Toujours un peu sur ses gardes, elle souffla sur une mèche rebelle de ses cheveux qui venait de glisser devant son œil droit. « J'ai rien de cassé j'te jure, toi par contre, je te recommande pas ce genre de chute, des plans pour que tu termines avec une canne à la main » L'image était amusante et suffisante pour tracer le chemin d'un sourire en coin sur son visage. Elle l'imaginait bien avec sa canne de bois, frappant le dos de tous ceux qui le ferait chier d'un regard de trop. Ce serait plutôt badass. Dans une autre vie, elle le voyait bien sur sa chaise berçante, un vieux fusil de chasse à la main pour faire fuir les indésirables de son terrain. Quelque chose lui disait que malgré son vieil âge, valait mieux ne pas lever la main sur lui. Le plus vieux loup, c'est toujours le plus vicieux. Disons juste qu'il a l'expérience nécessaire pour assurer ses arrières. « Tu fais quoi de tes journées sinon? » Parce qu'en vrai, elle se doutait bien qu'il ne faisait pas des activités en lien avec son âge. Genre tricoté ou faire des mots croisés. Sauf qu'il ne devait pas faire à l'inverse ce qu'une jeune comme elle pouvait trouver de bien pour s'occuper. À savoir une tonne de bêtises. Emmerder son colocataire de toute sorte de manière possible, traîner avec sa bande d'amis qui avaient environ son âge ou bien terroriser son rouquin préféré pour s'amuser de ses réactions démesurées. Ce genre de choses. « Est-ce que tu habites seul? » Ce serait le rêve de pouvoir avoir l'espace pour elle seule. Malheureusement, elle en connaissait peu qui avait cette chance. Peut-être que Papy vivait avec d'autres vieux comme lui, qui sait.


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

i'm only human after all



My Squad:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: don't play with your food [31&090]   

Revenir en haut Aller en bas
 
don't play with your food [31&090]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Google Play bannit Ad Blocker et AdBlock Plus
» [Resolu]Bouton play qui ne se transforme pas en bouton stop.
» Offre triple play fibre à 19,90€ par mois!
» Lecteur multimédia WD Element Play
» [résolu]Google play absent sur tablette ItWorks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Archives :: Rp-
Sauter vers: