Partagez | 
 

 [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Mar 9 Jan - 15:21




Une énième visite dans ce couloir. Qui n'avait pas de fin. À croire qu'il était en quête de frisson, la peur le prenant à la gorge. Tant d'aventures lui étaient arrivées en ces lieux, dès l'instant où il avait eu le malheur d'ouvrir une des portes. Alors pourquoi est-ce qu'il revenait sans cesse ? Mettre sa vie en danger était un sentiment si grisant qu'il n'arrivait visiblement pas à s'en empêcher. Qu'il arrivait presque à atteindre le vrai monde dans ces endroits. Qu'il soit question de marcher pied nu sur une route. Le vent soufflant sur son visage. C'était perturbant. Tant de fragments de la réalité qu'il arrivait à atteindre. Dans une si petite pièce. Si blanche. Troisième fois qu'il y pointait le bout de son nez. Troisième fois qu'il prenait son temps pour choisir une des portes, comme si en changeant, l'aventure qu'il allait vivre allait être différente. Il était presque tenté de choisir une des portes qu'il avait déjà ouverte pour vérifier cette théorie. Oui. Presque tenté. Puisque son regard ne quittait pas la cinquième porte à gauche de l'ascenseur. Qu'il connaissait. Pour avoir été la dernière qu'il ait ouvert dans ce couloir. Si bien qu'il restât debout. Face à cette porte. Donnant l'impression d'être figée. Peu certain de son choix. Il n'avait pas très envie de croiser une nouvelle horde de zombie. La première fois - qu'il espérait être la dernière – lui avait amplement suffit. Certain de sa logique.
 

lost stars
Graeco sermone ad Tyrii textrini praepositum celerari speciem perurgebant quam autem non indicabant denique etiam idem ad usque discrimen vitae vexatus nihil fateri conpulsus est.

Il se détourna de cette porte. Continuant à arpenter les lieux. Ses mains enfoncées dans les poches de son jean. Ses iris s'attardant sur chacune des portes, peu certain de celle qu'il devait choisir. Certes, la peur était une émotion qu'on ressentait dès l'instant où l'illusion vous emportez dans son monde, mais mourir n'était pas non plus son désir. Complexe. Peut-être devait-il pas tenter le diable. Mourir de peur était-il possible ? N'aurait-il pas rejoint l'autre monde si c'était le cas ? Il avait subi beaucoup trop d'épreuves. En plusieurs mois. Désormais, il était presque évidant qu'il ne pouvait s'enfuir de ces lieux. Qu'il ressentirait plus jamais le soleil frapper contre son visage, ni même entendre le vrombissement d'une moto ou d'une voiture. Désagréable cette sensation d'être enfermé sans pouvoir rien faire d'autre que de suivre telles des moutons. Chaque action qu'il entreprenait, les conséquences lui tombaient dessus si vite qu'il n'avait pas le temps de s'enfuir. Un frisson d'effroi le prix en se souvenant de la dernière épreuve. Et de cette cicatrice qu'il avait désormais sur son corps, large, loin d'être discrète. Il les détestait ! Ces personnes qui osaient lui faire une telle chose. Ses poings se serrèrent. Il avait hâte de pouvoir se venger dès qu'il leur tomberait dessus. 

 Expirant tout en renversant sa tête en arrière. Il cherchait à se calmer. Pas une très bonne idée de s'énerver ainsi. Puis finalement, il s'arrêta à une porte. Parmi tant d'autre. La sixième. Cependant, il savait aussi autre chose. Il était impossible d'être seul entre ses murs. Tournant la tête. Il remarqua très rapidement un jeune homme. D'une corpulence banale, un air perdu sur le visage s'engager en ces lieux. Première visite à cet étage ? Ou juste un réveil très récent ? Qu'importe. Tant qu'il n'était pas un peureux, incapable de se défendre, cela devrait faire l'affaire. Plus qu'à espérer qu'il ne se trompait pas. « Hé toi » L'appela-t-il sans aucune grâce. Il n'avait pas de temps à perdre. « Ramène toi. » Il ne dégageait que de l'arrogance. À croire qu'absolument tout lui était dû. Un trait de caractère qui n'avait pas changé en ces mois écoulés. Comme quoi.
 


Chassez le naturel, il revient au galop. 


⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Pack:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H13-6
H13-6
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Mar 9 Jan - 20:44

H01-172 & H13-6


Un couloir et juste des portes. Plein de portes, trop de portes et comme absolument tout dans ce trou à rat blanc, une symétrie irritante. Tout le monde avait déjà eu cette impression en regardant quelque chose de trop parfait, de trop aligné, de trop identique, l'envie de le briser, l'envie urgente de tout mêler, d'anéantir la perfection. L'inégalité est tellement plus agréable à l’œil, plus rassurante. Sauf que dans le cas de ce couloir muré de portes, il n'était pas vraiment possible d'y mettre le bordel, parce qu'il n'y avait rien à déplacer et parce qu'il y avait certainement quelqu'un quelque part qui n'apprécierait pas l'idée. De toute façon, il n'était pas là pour attirer l'attention sur lui, il la fuyait autant que possible et c'est ce qu'il comptait bien continuer à faire, ne ressentant absolument pas le besoin d'aller sympathiser avec les autres âmes errantes de cette prison. Et il aurait probablement dû simplement passer son chemin en voyant qu'il n'y avait rien d'intéressant à trouver sur ce niveau, rien sauf les portes. Et les portes, vous savez, ça a quelque chose d’intrigant, il y a toujours quelque chose derrière une porte, et peut-être qu'il y avait une sortie. Est-ce que cette possibilité allait lui donner le courage de se risquer à tourner une poignée? Absolument pas. Jamais de la vie! Sauf que voilà, l'idée même qu'il soit peut-être à un battant de retrouver sa liberté l'attirait assez pour qu'il s'avance dans le couloir, juste pour voir, juste au cas. Un réflexe qui le laissait croire qu'il y avait peut-être de la curiosité en lui, il devait être quelqu'un de curieux, voilà oui, il n'avait pas souvenir de sa propre personnalité, mais ça lui semblait évident. Sinon, qui serait assez débile pour s'aventurer ici? Enfin, mis à part ce type qu'il finit par apercevoir devant lui. Ce dernier semblait totalement obnubilé par les portes qui le cernaient, laissant même le rouquin avec l'espoir qu'il pourrait revenir sur ses pas et se faufiler sans être vu. Et comme à chaque fois qu'il avait l'audace de se croire capable d'être invisible, il était forcé d'admettre qu'être roux au milieu d'un décor blanc, c'était aussi pratique qu'être une pellicule sur un chandail noir. Quelle connerie quand même.

Il comprit bien assez vite que sa retraite subtile était un échec quand l'inconnu le klaxonna, sans délicatesse, pour lui dire de se ramener. Genre. Comme s'il allait faire ça. Le rouquin se figea d'abord, comme un lièvre devant un loup, mais après quelques secondes de réflexion pour déterminer quelle option était la moins risquée; celle de mettre ce bougre possiblement susceptible en colère ou celle de s'approcher poliment pour voir ce qu'il voulait...il décida finalement de s'approcher, non pas sans rester sur ses gardes, prêt à lui flanquer une baffe au besoin, à défaut d'avoir autre chose sous la main. Allez savoir pourquoi, mais tout en approchant pour le rejoindre, il ne put s'empêcher de faire la déduction qu'il devait probablement être en train d'observer cette porte parce qu'il avait l'intention de l'ouvrir. Très audacieux de sa part, mais sans façon. S'il voulait prendre le risque de crever, c'était son choix, mais il était hors de question qu'il se laisse entraîner dans cette histoire. Il s'arrêta d'ailleurs à quelques pas de lui, regardant d'abord la porte, pour ensuite ramener son regard noisette sur l'inconnu. « Je vais pas entrer là-dedans...» Si? Peut-être. Il ne savait pas encore, en fait, impossible de dire ce qu'il redoutait le plus, ce gars ou la porte? La porte ou ce gars? Les deux, certainement. Et pourtant, elle est toujours là, cette vilaine curiosité. « Y'a quoi, derrière? » Non parce que franchement, ça ne pouvait pas être si terrible, ce n'est pas comme s'ils allaient se retrouver au milieu du Parc Jurassic. Il y avait quand même 90% de chance que derrière cette porte blanche, il n'y ai rien de plus que d'autres portes blanches. Qu'est-ce qu'il risquait? Et puis, pourquoi pas? Si ce type voulait y aller, il n'avait qu'à le laisser passer en premier, comme ça il ne risquait rien.


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


   - What if I find out who I am and don't like it ? -


Suicide Squad:
 

Team Roussi:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Sam 13 Jan - 11:05



Il voulait aller dans cette pièce et il allait y aller. Quitte à forcer quiconque de le suivre. De toute façon, qu'est-ce que cette personne pouvait lui faire qu'il n'avait pas déjà subi ? Malheureusement pour ce jeune homme. Il était en compagnie du diable en personne. Qui allait lui faire vivre un enfer.... Juste quelques minutes... Heures ? Le temps qu'il revienne dans cet endroit. Qu'il détestait ! Et qui pourtant devait... Peut-être le protéger ? Il en savait rien. Un an qu'il était enfermé entre ces murs et pourtant, il ne savait toujours pas pour quelle raison il était perdu en ces lieux. Pourquoi ? À cause de qui.... À si... il savait qu'un groupe de personne était responsable. Mais les raisons principales. Elles... Elles étaient toujours inconnues au bataillon. L'empêchant donc de pouvoir se rassurer. De se convaincre qu'il n'avait aucune raison de retrouver l'extérieur, le monde d'avant. Celui qu'il arrivait à atteindre et à caresser lorsqu'il se laissait porter dans ses souvenirs. Et s'il devait se retrouver enfermé dans une pièce avec des événements qui allaient se dérouler, au point de lui couper le souffle. La peur étant – sans aucun doute – l'émotion première qui allait s'éprendre de son être. Et bien, qu'il en soit ainsi. Peut-être était-ce une forme de masochisme. Alors, il ne quittait pas des yeux. Ce type à la chevelure folle orangé et à le teint de peau plutôt laiteux. À croire qu'il n'avait pas croisé le soleil depuis longtemps... Blague à part. Mais il ne semblait pas du tout à l'aise. Au point qu'il ne se retourna pas tout de suite. Des secondes s'écoulèrent. Pendant lesquels, l'impatience de Lysandre se fit ressentir. Au point que ses doigts tapotèrent chacun leur tour contre la porte, recommençant, encore et encore le mouvement. Ses lèvres s’entrouvrirent, prêt à prononcer une autre phrase pour obtenir ce qu'il désirait. Mais il n'eut pas besoin. Bon point.

lost stars
Graeco sermone ad Tyrii textrini praepositum celerari speciem perurgebant quam autem non indicabant denique etiam idem ad usque discrimen vitae vexatus nihil fateri conpulsus est.
Il retenait son envie d'offrir un sourire particulièrement mauvais. Parce que le piège se refermait sur cette pauvre abeille qui venait peut-être de se réveiller. Il avait ce regard perdu et il était rare de voir une chevelure rousse dans les parages. Il n'était d'ailleurs pas certain d'en avoir vu depuis le temps qu'il se trouvait là. Mais est-ce qu'il pouvait réellement prendre en compte ses connaissances ? Il était rare qu'il sorte de son appartement. Pourtant, ses iris ne quittaient pas la forme masculine. Il ne serait même pas surpris que deux cornes apparaissent sur son crâne ainsi qu'une queue fourchue. Il se régalait de le voir aussi inquiet, comme s'il pouvait réellement s'échapper. Il s'était approché. C'était déjà trop tard. Et lorsqu'il allait s'en rendre compte, cela serait trop tard. Il ne répondit pas à sa question à voix haute. Se contenant de hausser les épaules, nonchalant. Tandis que sa main se levait, presque lentement pour atteindre la porte. Poignet qu'il abaissa, puis il l'ouvrit. Poussant la porte pour qu'elle s'ouvre assez. Qu'il ait juste la vision de cette pièce. Blanche. Qui ne contenait absolument rien. « L'extérieur. » Voix rauque alors qu'il pose sa main sur le bas du dos et pousse son acolyte du moment à l'intérieur. Il le suivit. Claquant la porte derrière lui, les bras croisés. Attendant qu'il ne savait quoi, agisse. Dos contre la porte, observant avec dédain son vis-à-vis qui allait sans aucun doute exprimer sa colère. Toute personne dans cette situation l'aurait fait. Et pourtant, cela ne le touchait pas vraiment. Ce qu'il voulait lui, était important. Qu'importe si les autres n'étaient pas en accord avec ses choix et les subissaient. Il ne sut pas comment. Encore une fois. Il ne savait jamais. Mais son corps rejoint le sol. Pris par cette hallucination qu'il ne pouvait jamais déterminer. Est-ce que c'était quelque chose qui se dégageait dans l'air ? Toxique. 

Mais lorsqu'il se réveilla. Il fit face à une scène qui le rendit bouche-bée. Plus de pièce blanche. Non. Une large pièce. Un bâtiment d'entreprise ? Pour des vendeurs téléphoniques ? Il reconnaissait des coins bureaux ici et là. Tous séparés par une façade. Bel et bien différent de sa bagarre avec des zombies de la dernière fois. 

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Pack:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H13-6
H13-6
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Dim 14 Jan - 10:48

H01-172 & H13-6


Quand le type ouvrit la porte, son regard intrigué se tourna machinalement vers l'ouverture. L'extérieur qu'il disait? Dubitatif, il observa l'intérieur de la pièce, vide, blanche aussi, quelle surprise. Ça ne ressemblait en rien à l'extérieur. Est-ce qu'il le prenait vraiment pour un con? Il n'allait certainement pas entrer dans cette pièce, surtout pas avec l'autre tête de nœud à ses côtés. Ça sentait l'arnaque à plein nez cette histoire et il était beaucoup trop parano pour se laisser prendre dans une arnaque. Six s’apprêtait d'ailleurs à décliner l'invitation, si l'on pouvait l'appeler ainsi. Sauf qu'il n’eut pas le temps d'articuler son refus que la main de l'inconnu le poussa vers l'ouverture pour l'y faire entrer. Il eut bien envie de se retourner pour lui japper qu'il était un connard, mais le vent de panique qui le submergea quand il entendit la porte claquer derrière lui le priva de toute réaction défensive ou offensive. Il était coincé, il s'était laissé prendre au piège par ce dindon comme le dernier des arrivistes. Bon, c'était vrai qu'il n'était qu'un arriviste en fait, comment pouvait-il savoir de qui il fallait se méfier? Six eut tout juste le temps de profiler l'idée de se retourner pour sortir de ce guet-apens, mais l'intention demeura une pensée, une brève pensée alors qu'il eu l'impression que d'un coup tout disparu autour de lui. Il tomba au sol, ou il cru y tomber, il n'en savait rien, il n'était plus certain de rien. Pas plus qu'il ne pourrait savoir combien de temps s'était écoulé avant qu'il ne se réveille à nouveau. Une seconde, quelques minutes, des heures? Impossible de dire, mais ça n'avait pas d'importance face au choc qu'il eu en reprenant ses sens. What the hell?!

Si sa mâchoire avait pu se décrocher et tomber au sol, elle l'aurait probablement fait, alors que son regard parcourait la pièce qui l'entourait. La place semblait avoir été le théâtre d'une catastrophe s'il en jugeait par les meubles retournés, mais encore là, ça n'avait pas d'importance. Il était sortie. Ce n'était plus blanc, ce c'était plus une cage. Est-ce qu'il était libre? Ça ne pouvait être possible, c'était trop facile. Son cerveau réfléchissait à une telle vitesse qu'il ne parvenait en fait pas à réfléchir à quelque chose en particulier. C'était hallucinant, carrément. Et pourtant, ça ne changeait rien au trou béant qu'était sa mémoire vide de souvenir. Le rouquin pivota aussitôt sur lui même, croisant son acolyte du regard, mais sans s'y attarder, au diable cet enfoiré, il était sortie, il n'allait pas perdre son temps avec...

Son cerveau, son corps et son esprit se figea de concert quand son regard s'arrêta finalement sur la grande façade vitrée du bâtiment. Et non, ce n'était pas la beauté du paysage qui venait de l'éblouir. À l'horizon, à une distance difficile à estimer, il y avait un masse imposante. De l'eau? Une vague? Impossible, pas de cette taille, pas maintenant. Ça ressemblait à un tsunami, est-ce que c'était un tsunami? Pourquoi il se retrouvait dans un tsunami? Qu'est-ce qu'il avait bien pu faire de si terrible pour que l'univers lui en veuille à ce point? D'autant plus qu'il n'avait même pas souvenir de savoir nager ou non. Il allait crever, voilà. Il était mort, c'était les dernières minutes de son existence, et il allait les partager avec...Attendez, un instant. Six pivota d'un bloc vers le type qui l'accompagnait, étirant ses deux bras vers lui pour les plaquer contre son torse en le poussant sèchement en arrière. « Mais qu'est-ce que t'as fait?! » C'était sa faute voilà, il n'avait rien demandé lui! « On va crever à cause de toi! » Notons qu'accuser son partenaire d'infortune est probablement la réaction la plus sensée face à la perspective d'être engloutie par une vague géante. Les priorités d'abord.


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


   - What if I find out who I am and don't like it ? -


Suicide Squad:
 

Team Roussi:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Lun 15 Jan - 20:29



Son sourire ne le quittait pas. Il ne le pouvait plus, pas alors qu'il avait enfin obtenu ce qu'il désirait et qu'il sentait son cœur battre la chamade. Particulièrement fier de son coup. Il ne manquait pas de prendre de grande bouffée d'air, quitte à se remplir les poumons et refuser d'en expirer. Malgré que tout cela ne soit qu'un mirage, qu'une hallucination. Cela semblait tellement réel, tellement vrai qu'il ne pouvait se sentir mal. Qu'il oubliait presque qu'il allait certainement mourir, ou connaître un semblant de celle-ci dans les minutes ? Heures à venir ? Jamais pu réellement déterminer la durée. La toute première fois qu'il s'était perdu en ces lieux, il n'avait pas échappé à la fin. Est-ce qu'on pouvait réellement lui en vouloir ? La situation était loin très confortable. La seconde. Par contre. Était bien meilleur. Une arme et un acolyte qui avait des connaissances sur le sujet leur avaient permis de s'en sortir tant bien que mal. Il avait pu marcher sur cette route qui ne semblait pas avoir de fin. Assez de temps, avant que la fatigue ne s'éprenne de lui, ainsi que le désir de s'endormir. Se réveiller dans une pièce blanche n'avait pas été très plaisant. Frustration s'était épris de son être, l'envie de tout envoyer valser sous la colère. Parce qu'il s'en était sortie, il était certain d'avoir réussie. Qu'il pourrait rejoindre l'extérieur. L'espoir fait vivre. Ils étaient bloqués, comme des souris dans une cage, aucune issues, juste la sensation d'être maudit... jusqu'au bout, même la mort ne voulaient pas d'eux... ou plutôt certains d'entre eux. Mais tout cela ne devait pas avoir d'importance. Pas alors qu'il se trouvait en quelque sorte à l'extérieur, face à rien d’autre qu'une pièce très large. Malgré le mobilier qui était éparpillés ici et là, n'importe comment. Il aurait préféré directement être dehors et non dans un bâtiment, descendre des escaliers ou emprunter un ascenseur n'était franchement pas ce qu'il désirait. Il voulait juste avoir l'impression d'avoir retrouver le vrai dehors. Même durant un maigre moment.  Il était tellement en train de penser à ce qu'il allait retrouver s'il faisait un effort que se retourner ne lui passait pas par la tête, ce qu'il aurait peut-être dû faire avant de laisser son cerveau s'imaginer des scènes qui auraient sans doute pas lieu.

lost stars
Graeco sermone ad Tyrii textrini praepositum celerari speciem perurgebant quam autem non indicabant denique etiam idem ad usque discrimen vitae vexatus nihil fateri conpulsus est.
Mais ce qui le fit sortir de ses pensées était loin d'être fait en douceur, non. C'est sa victime du moment qui semblait particulièrement en colère. Comment pouvait-il se permette une telle chose ? Il devrait plutôt être heureux, même s'il ne savait pas ce qui pouvait l'attendre dans les minutes à venir. Il était bien décidé à garder le secret jusqu'au bout, pour ne pas faire face à la panique. Un pas en arrière sous la force exercé dans ce geste. Deux mains contre son torse, des paroles dites rageusement et une chevelure rousse et une peau laiteuse en premier plan. « Qu'est-ce que j'ai fais ?! » Répéta t-il simplement en le regardant droit dans les yeux, sentant la colère l'envahir sans peine. « C'est quoi ton putain de problème ?! On est dehors ! » Il s'empressa à son tour de le pousser, tous deux rageur, ne pouvant retenir le flot de colère. « Crever ! Mais crever de quoi ?! » Est-ce qu'il savait quelque chose ? Il était pourtant certain que c'était la première fois qu'il venait dans cet endroit. Curieux malgré lui. Il jeta un coup d’œil vers les fenêtres, dont la lumière était décidément éblouissantes pour faire face à une couleur en particulier. Du bleu. Ou gris... très clair. Qu'importe ! C'était horrible ! «  Merde ! » Il hurla le mot tout en regardant ici et là s'il allait trouver une sortie. Qu'importe ! Il n'allait certainement pas resté là ! Bêtement ! Une porte grande ouverte lui faisait de l’œil, comme l'ascenseur, vers lequel il s'empressa de traîner. Mais était-ce réellement une bonne idée ? L'électricité n'allait certainement pas faire bon ménage avec l'eau ? Il ne restait plus que les escaliers. Qu'importe à quel étage il était. Pour sa vie, il allait descendre un nombre d'étage infini. « Putain ! Putain ! Putain ! » Mot qui ne cessait de lui échapper alors qu'il courrait en direction des escaliers, laissant son compagnon d'infortune. Visiblement.

Être un enfoiré, c'était d'un naturel

.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Pack:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H13-6
H13-6
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Mer 17 Jan - 18:58

H01-172 & H13-6


Il n'avait pas le temps de réfléchir et ne le réalisait donc pas vraiment, mais s'il n'avait pas vu cette vague géante foncer sur lui, Six aurait surement prit quelques instants pour apprécier le bien que lui procurait sa présence en ces lieux. Certes il n'était pas atterrit au milieu d'un paradis, mais c'était mieux que la blancheur des murs qu'il voulait tant fuir. Inconsciemment, il se sentait déjà beaucoup mieux, il respirait, il n'était plus enfermé, et sa réaction vive envers son partenaire du moment en était la preuve. Ce changement de décor suffisait à transporter son angoisse et sa terreur en second plan, ou du moins, assez pour qu'il se trouve le courage de confronter quelqu'un ouvertement, ce qu'il n'avait pas osé faire depuis qu'il s'était réveillé dans cette pièce étrange, son caractère et sa personnalité naturelle étant complètement séquestrés dans un recoin de son être, dont il ignorait désormais l'existence puisque privé de ses souvenirs. Malheureusement, il n'avait pas non plus le loisir d'analyser tout ça, pas maintenant. Il devait d'abord se concentrer à sauver sa peau, ou dans le pire des cas, s'assurer que s'il allait crever, l'autre guignol crèverait avec lui aussi, puisque tout ça c'était quand même de sa faute.

De toute évidence, son acolyte n'avait pas encore aperçu la menace qui allait s'abattre sur eux, sa réaction colérique et pleine d’incompréhension le laissant croire. C'était quoi son putain de problème? Son putain de problème c'était lui visiblement, oui! Le rouquin s’apprêtait d'ailleurs à lui expliquer le pourquoi ils allaient crever, mais il n'eut finalement pas à le faire. Le brun finit par tourner son regard vers les fenêtres et constater de lui-même la joyeuseté de la situation. Merde, effectivement. Puis d'ailleurs, sans bonsoir, ni merci, voilà qu'il se cassait, courant pour sa vie. En soit, ce n'était pas une mauvaise idée, c'était probablement la seule chose à faire même, mais soulignons tout de même que ce crétin n'hésitait pas une seule seconde à foutre le camp en le laissant derrière. Si peu pour l'entraide. Il allait s'en souvenir. Pourtant, Six n'avait toujours pas bougé de sa position, occupé à le regarder courir d'une direction à l'autre comme une poule qui débloque. L'ascenseur n'était pas une bonne idée d'accord. Les escaliers donc. Sans réfléchir plus longtemps, le rouquin se décida enfin à s'élancer à sa suite vers les escaliers. Il ne pouvait pas dire qu'il appréciait sa présence jusqu'ici, mais c'était mieux que de rester seul derrière à compter les dernières minutes de sa vie. « Mais attends! On devrait pas monter plus haut au lieu de descendre? » Honnêtement, qu'est-ce qu'il en savait? Il n'avait pas souvenir d'avoir déjà croisé un tsunami auparavant, mais quelque chose lui disait qu'en général, y'avait plus de chance de survie si on se trouvait au-dessus de l'eau, qu'en dessous. Il ne s'attendait pas vraiment à ce qu'il lui accorde la moindre attention, après tout il l'avait jugé assez inutile pour être laissé derrière. Il se devait donc de réfléchir de lui-même à sa propre survie. « Faut un truc qui flotte, qu'est-ce qui flotte...» Qu'il réfléchit pour lui-même, bien qu'à voix haute. Puis, flotter c'était une chose, mais encore fallait-il que ce soit possible de survivre à l'impact d'une telle vague. Plus il essayait de trouver une solution, plus il se voyait uniquement crever de façon horrible. Oh et puis hein, autant crever que de se retrouver coincé avec ce bougre. Non, en fait, non. À choisir, il préférait nettement finir le reste de ses jours enchaîné à cet égoïste que de mourir noyé. Cette perspective était particulièrement horrifiante pour lui, et il en ignorait la raison, comme pour tout le reste. « Tu penses quand même pas que tu vas courir plus vite que cette vague?! » La fuite était le réflexe le plus naturel que pouvait avoir n'importe quel être, mais ça ne voulait pas dire que c'était le plus intelligent pour autant.


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


   - What if I find out who I am and don't like it ? -


Suicide Squad:
 

Team Roussi:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Jeu 18 Jan - 1:47



Il ne voulait pas mourir, c'était pas une bonne idée de rester là. De regarder la mort venir le chercher, il était bien plus combatif que cela ! De plus ! Être à l'extérieur, c'était le pied ! Il voulait au moins en profiter, juste un peu. Même si le monde partait en plein dérive. Alors oui, il descendait comme un dingue les marches des escaliers, parfois, il sautait plusieurs marches, qu'importe s'il se foulait la cheville ! Il devait survivre ! C'était une question de vie et de mort ! Clairement ! Mais il entendait quelques pas derrière lui. Cela, il ne pouvait pas l'ignorer, tout comme la vision très rapide d'une personne lorsqu'il s'engageait sur un nouvel étage, descendant toujours plus bas. Il ne répondit pas, voulant rejoindre l'extérieur, peut-être qu'il était complètement dingue ! Il fallait dire que la peur était en train de le commander, il n'avait pas le temps de réellement réfléchir, pas alors qu'un danger naturel allait lui tomber dessus. Et dès qu'il arriva devant le hall. Malgré lui, rassuré d'y être arrivé, il prit la parole, se retenant vers le jeune homme. « Si on monte, on a plus de chance d'être emporté par la vague et de crever, ça m'étonnerait que l'eau soit calme... et chaude. »Il fit une grimace, clairement, il ne voulait pas se retrouver dans une telle situation... c'était... c'était clairement la merde. « … je pensais à... peut-être une voiture... un bâteau... Quelque chose dans quoi on pourrait se réfugier, si on reste ici, l'eau va occuper les lieux et on va se noyer. » Il mordilla la lèvre inférieure alors qu'il réfléchissait comme un dingue à tout cela. Mince alors ! Tout cela allait réellement le rendre dingue, même fou ! Si ce n'était pas déjà fait. « Non... mais si on reste ici... on va finir noyé, c'est évidant... » Il tourna la tête un peu partout, à la recherche d'une sortie arrière, la vague n'allait certainement pas tardé. Ils avaient encore de la marge, mais c'était loin d'être lent. Crever d'une telle manière ? Hors de question ! « Y'a certainement une voiture dehors et même si les vitres se font éclatés... l'eau va être vidé.... je pense pas qu'on pourra rester à l'intérieur, le temps de l’impact..et après... s'accrocher à quelque chose d'autre. » Parce que la voiture pouvait ensuite couler.. mais il espérait qu'ils avaient une assez grande marge, il devait en avoir une ! C'était.. il devait en tout cas faire quelque chose. « Si tu me suis, j'espère que tu sais nager. » Il jeta un regard froid tout en s'avançant vers une porte arrière.

lost stars
Graeco sermone ad Tyrii textrini praepositum celerari speciem perurgebant quam autem non indicabant denique etiam idem ad usque discrimen vitae vexatus nihil fateri conpulsus est.
Les deux mains posés dessus. Il expirait, s'offrant du courage. Peu certain que tout cela se passe sans tracas. Il lança un regard à sa victime ? Compagnon de galère ? Attendant, qu'il hoche la tête pour confirmer qu'il était prêt ou non. Il valait mieux qu'il le soit. À moins qu'il ait une autre idée ? Et s'il en avait une, autant qu'il la dise toute suite. C'était déjà pas une bonne chance qu'ils se battent alors qu'ils étaient visiblement les deux seuls personnes encore vivantes en ces lieux. Donc, se prendre la tête devait être encore moins envisageable. Il ne pouvait pas nier, ou prétendre qu'il n'avait pas un minimum peur, c'était... tellement fou. Et puis... à force de réfléchir, il était moins certain que l'idée de la voiture soit réellement une bonne idée... risqué malgré tout ? Il jeta un bref coup d’œil vers le plafond. Mais était-ce réellement mieux de monter tout en haut ? Tout en étant peu certain que l'eau monte assez haut ? De plus... est-ce que l'entrepôt pouvait tenir la pression ? Tant d'incertitude qui était en train de lui faire perdre la tête au fils des secondes. Pas le choix, il devait tout de même travaillé avec lui... ils étaient deux... même si cela lui restait en travers de la gorge. « Qu'est-ce que tu en penses ? »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Pack:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H13-6
H13-6
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Sam 20 Jan - 19:50

H01-172 & H13-6


Il n'y avait probablement aucune bonne solution et s'il y en avait vraiment une, ils n'auraient sans doute pas le temps de la trouver, tout simplement parce qu'ils n'avaient pas le temps d'y réfléchir. Impossible de s’asseoir et de peser le pour et le contre des maigres options de survie possible dans le cas d'un tsunami. La vague arrivait et s'il n'était pas trop tard pour sauver leur peau, ça allait bientôt être le cas. Ils devaient donc réfléchir et vite, se décider et foncer, mais dans quel sens, où? En haut, dehors? Le type proposait de trouver une voiture pour qu'ils puissent s'y réfugier et survivre au premier impact de la vague, et ensuite...ensuite improviser seulement les options qui se présenteraient. À premier réflexe, le rouquin pensa aussitôt que c'était totalement absurde. Quelle chance ils auraient de s'en sortir vivant s'ils se retrouvaient coincé dans une voiture sous l'eau, ou pire dans une voiture qui se fracasserait dans tous les sens sous la force du courant? Mais est-ce qu'ils avaient vraiment d'autres options? Rester ici, ça se résumait à finir noyé, sur ça, Six était bien d'accord. Le brun s'élançait déjà vers la porte et il n'était toujours pas convaincu. Est-ce qu'il devait le suivre dans ce plan? Ça impliquait d'accepter de faire confiance à ce gars qui, à la base, était quand même responsable de sa présence dans ce merdier. Avec une froideur égale à celle du regard qu'il capta de la part de son acolyte du moment, il répondit à son commentaire; « Je sais pas si je sais nager, je m'en souviens pas! » C'était frustrant certes, mais c'était la vérité. Il n'avait aucun souvenir qui puisse lui laisser croire qu'il savait nager, ou au contraire, qu'il ne savait pas le faire. De toute façon, s'il ne savait pas, il allait devoir l'apprendre maintenant, il n'avait pas tellement le choix.

Six s'avança finalement pour le rejoindre à la porte de sortie, alors qu'il lui demanda ce qu'il en pensait. Arrêtant son regard dans le sien, il marqua un temps avant de secouer la tête. « On n'a pas le temps de remonter en haut de toute façon. » L'extérieur restait leur seule option et Six avait plus que jamais envie d'y aller. Il prit d'ailleurs les devants pour pousser la porte et sortir, appréciant immédiatement de sentir l'air frais du vent contre sa peau, de pouvoir respirer librement. S'il n'y avait pas eu l'urgence de leur mort imminente, il se serait bien vu rester là, à juste profiter du bien être que ça lui procurait. Impossible cependant. Toujours sous le contrôle de la peur qui le urgeait à s'éloigner, il balaya rapidement les alentours des yeux, relevant la main pour pointer en direction d'un parking quelques mètres plus loin. « Par là, vite! » Sans plus attendre, il s'élança à la course, fonçant vers les voitures. Il ne put malgré tout s'empêcher de jeter un regard par-dessus son épaule, alors que le grondement dévastateur de la vague commençait à se faire de plus en plus assourdissant. Ça allait leur tomber dessus, bientôt, beaucoup trop vite. « Fuck, mais je veux pas crever dans une putain de vague! » C'était trop con. Et pourtant, il avait l'impression que le pire était encore à venir, le pire ce serait d'y être coincé, d'être dans cette voiture et de regarder ce monstre foncer droit sur eux, sans qu'ils puissent rien y faire. L'impuissance. C'était l'un des pires sentiments au monde, et ça ressemblait étrangement à ce qu'il ressentait déjà à l'intérieur de cette prison blanche. Il était dehors, mais il était coincé quand même, la cage avait simplement changé d'aspect. Il n'était pas libre, ce n'était qu'un leurre. Étrangement, son seul réconfort du moment était de penser, qu'au moins, il n'était pas seul. Et ce même si ce mec avec lui n'était pas des plus agréables. à côtoyer, du moins pas pour ce qu'il en avait vu jusqu'à maintenant.


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


   - What if I find out who I am and don't like it ? -


Suicide Squad:
 

Team Roussi:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Dim 21 Jan - 21:33



Un grognement lui échappa. Il était sérieux lui ? Il ne savait même pas s'il savait nager ? C'était vraiment pas le moment de 'ignorer. Pas alors qu'à tout moment ils pouvaient tout deux finir noyer sous un tsunami qui les avalerait.... tout cela avant qu'ils ne se réveillent dans cette piège blanche. Il était heureux d'être dehors, de respirer de l'air frais, d'être réellement à l'extérieur, mais malgré lui, il regrettait aussi l'impression de protection qu'il avait dans cet endroit si étrange. Parce qu'il y avait quelques règles, parce qu'il avait ses habitudes désormais, il savait quoi faire. Comment. Et pourquoi. Et ça... c'était pas quelque chose qu'il pouvait ignorer. Il se mordit la lèvre inférieure. Réfléchissant, quitte à en finir dingue. Parce qu'il voulait rester en vie. Mais quelles étaient les options ? Voilà la question principale qu'il se posait. Finalement, il leva la tête. Ancrant son regard dans celui de l'autre homme. Comme pour se donner du courage à tous les deux en même temps. Ils étaient au finals dans la même galère. Tout cela, même s'il avait beaucoup de mal à faire confiance. Pourtant, l'autre s'approcha, tout deux désormais face à cette porte qui était synonyme de libération. À croire qu'on pouvait entendre une mouche voler. Ils restaient silencieux. Se regardant simplement. Incapable de savoir réellement ce que les miroirs de l'âmes exprimaient envers l'autre. « Non. » Se fût tout ce qu'il dit. Il se voyait en plus très mal remonter autant de marche, ignorant le nombre d'étage qu'il y avait.  Puis la porte fût pousser. Comme un signal de départ.

lost stars
Graeco sermone ad Tyrii textrini praepositum celerari speciem perurgebant quam autem non indicabant denique etiam idem ad usque discrimen vitae vexatus nihil fateri conpulsus est.
Qu'il suivit avec beaucoup de détermination. Courant sans réellement avoir de but, autre que de balader son regard ici et là, cherchant tous les moyens pour s'en sortir, pour rester en vie. Avoir la possibilité de respirer encore cet air frais de dehors. Mais il ne pouvait même pas en profiter. Qu'il soit question de ce temps loin d'être très ensoleillé. Ne pouvait pas regarder les nuages en haut dans le ciel, il ne pouvait même pas se régaler de tout ce qui se passait autour de lui. N'était-ce pas d'une tristesse ? Sa mémoire allait mémoriser les quelques images, certainement prochainement retransmit sur des dessins, certainement même. De forte chance. Mais tout cela ne devait pas l'importer, non, sa vie était en jeu. Et il courrait. A en perdre l'haleine. Suivant tant bien que mal le chemin emprunter par son compagnon de galère, même s'il était peu certain de la direction qu'il prenait. Il n'avait pour l'instant pas mieux, il ne pouvait que faire ainsi, que s'en sortir de cette façon. La confiance. Qu'est-ce qui pouvait lui arriver de pire ? La peur le prenait à la gorge. Du bruit. Particulièrement désagréable qui arrivait à ses oreillers. Assez pour qu'il ait juste l'envie de hurler pour que tout cela s'arrête. Que ça n'ait plus lieu. Pourtant ses jambes n'arrêtaient pas leur course, continuait sur ce chemin.

De quoi le sauver pointait le bout de son nez. Une voiture. En très bon état. Dont il s'approcha avec hâte, priant tous les cieux que les portes soient ouvertes, que le propriétaire ait été assez pressée pour cela. «  Là ! » Le hurlement qu'il exprima, de sorte qu'on puisse l'entendre en travers l'eau qui était loin d'être silencieuse. Il ouvrit la porte, préférant rester à l'arrière. À quoi bon faire autrement ? Alors qu'il était évidant qu'il ne pourrait pas conduire. Il se jeta à l'intérieur, se plaquant contre les fenêtres. Espérant qu'elles supportent assez la pression. Qu'ils ne restent pas très longtemps dans cette sale situation. « Putain mec grouille ! » Hurlât-il une nouvelle fois alors qu'il claquait fortement la portière après son entrée, appuyant sur le bouton de verrouillage pour que les portes ne craquent pas sous la pression. Même s'il en doutait fortement. Installé sur la banquette arrière, il serrait entre ses doigts le dossier du siège en mousse de devant. Cherchant à s'accrocher à quelque chose. Ne doutant pas que l’impact aller arriver à un moment ou un autre et lorsque se fût le coup. Il serra fortement les dents, fermant les paupières le plus possible, ne voulant pas voir le carnage alors que son corps était secoué dans tous les sens. La voiture bien loin de rester en place, elle fût retourné avec une telle violence, au point de lui couper le souffle. Merde. « Aïe. » Sa tête rencontra avec violence la fenêtre, faisant en sorte qu'il ouvre un instant les yeux. Qu'il ait juste la vision de... rien.. et tout en même temps. C'était trop. Beaucoup trop d'élément à prendre en compte pour qu'il arrive à déterminer quoi que ce soit.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Pack:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H13-6
H13-6
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Jeu 25 Jan - 21:22

H01-172 & H13-6


L'être humain était ainsi drôlement fait, même sachant que les chances de survie étaient presque nulles, ils étaient quand même là, à courir pour leur vie, courir pour essayer de déjouer une force bien supérieure à eux. Cette vague allait tout avaler sur son passage, il suffisait de l'entendre gronder derrière eux pour le savoir. Est-ce qu'une voiture allait suffire à les protéger de cette fureur? Le rouquin en doutait, mais là tout de suite, il n'y avait aucune autre solution. La voiture ce serait donc et il ne lui resterait plus qu'à croiser les doigts. Bifurquant vers le véhicule que lui désigna le brun, il espéra bien que les portes n'étaient pas verrouillées, ce serait vraiment la poisse autrement. Appelez ça de la chance dans de la malchance, mais dans un immense soulagement il vit bel et bien le battant s'ouvrir sous la main de l'homme qui s'y glissa rapidement. Six en fit autant, se hâtant à entrer dans l'habitacle alors que ce n'était plus qu'une question de seconde avant l'impact de la vague. Il n'avait aucunement envie de voir cette fatalité foncer droit vers lui, mais il ne put malgré tout s'empêcher de lever les yeux, regardant, à travers la vitre de la voiture, le monstre qui fonçait vers eux. C'était peut-être ça, la dernière image qu'il aurait de sa vie, et ce n'était pas la plus réjouissante, bien qu'elle restait plutôt impressionnante. Et alors que la vague rejoignait la voiture, il ferma finalement les yeux, s'agrippant au siège aussi solidement qu'il le pouvait.

Le choc arriva et les instants qui suivirent auraient été bien impossible à décrire, n'étant qu'une succession de coups et contre-coups alors que la voiture s'arrachait du sol sous la pression de la vague. Était-elle emporté par le courant? Sans doute. Même le temps devenait impossible à calculer, la seule réalité dont il pouvait être réellement conscient dans ce chaos c'était que malgré les douleurs qui semblaient se succéder, il était encore vivant. Pour combien de temps, c'était la question. Et elle devenait d'autant plus délicate quand, sous la force de l'eau et les impacts de la voiture, les vitres finirent par éclater, laissant le liquide glacial et encombré de débris emplir l’habitacle. À partir de ce moment, il n'y avait plus grand chose qui importait dans le compte des priorités, sauf qu'il allait devoir respirer. De l'air, il devait trouver de l'air et pour ça, il fallait s'extirper de la voiture qui passait désormais de protectrice à prison potentiellement mortelle s'ils y restaient coincé. Oubliant la douleur lancinante de son corps qui continuait d'être fracassé dans tous le sens, Six s'accrocha aux sièges, se tirant du mieux qu'il pouvait vers l'ouverture de la vitre éclatée, tentant de voir si son acolyte était toujours là ou s'il était déjà sortie, mais le sombre et la saleté de l'eau ne lui permettait pas d'y voir grand chose. Après quelques secondes, il finit donc par se propulser d'une poussée hors du véhicule, tendant de s'orienter vers la surface malgré le courant qui continuait de rager contre lui. Il devait respirer, la brûlure qu'il sentait dans ses poumons ne lui laissait aucun doute à ce niveau. Il ne sait après combien de temps, il réussit finalement à émerger à la surface, prenant une grande inspiration, battant des bras pour essayer de nager dans le courant déchaîné, avant d'être à nouveau aspiré sous l'eau. Puis, de refaire surface un peu plus loin, tentant de respirer à nouveau. Il devait s'accrocher à quelque chose, mais quoi? En aurait-il simplement la force? Pendant un instant il cru alors apercevoir une autre tête émerger un peu plus loin, à moins que ce n'était qu'un débris, mais il s'accrocha quand même à cet espoir. « Hey! » qu'il tenta de crier, ne sachant même pas s'il pouvait être entendu dans tout ce boucan, alors qu'il luttait toujours pour rester à flot et ne pas finir complètement avalé par le courant. D'autant plus qu'à ce moment précis, il était convaincu d'une chose, la noyade serait vraiment la pire façon de mourir pour lui.


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


   - What if I find out who I am and don't like it ? -


Suicide Squad:
 

Team Roussi:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Lun 5 Fév - 17:48


Carnage. Il en avait le souffle coupé de toute cette agitation, violente, l'impression d'être remixé dans une machine. Non, ce n'était pas une impression, c'était exactement ça, parce que le véhicule montait, descendait, aller à droite,à gaucher, tourner et retourner, son corps ne restait pas sur place, se cognant ici et là, au point qu'il serrait les dents et ses paupières pour ne pas laisser un quelconque son lui échappait et sa peur transparaître dans ses iris. Il ne voulait pas voir ce spectacle, il ne voulait pas faire face à cette merde dans laquelle il s'était fourré. Tout cela, à cause de son désir d'être dehors. Tout cela allait le rendre fou à force, la folie s'éprendrait de son être et cela, pas juste lorsqu'il était plongé dans une ivresse artistique. Il avait mal, des bleues n'allaient pas tarder à faire leur apparition sur sa peau. À croire qu'il avait besoin d'être plus marquée qu'il ne l'était déjà. Cela le rendait dingue ! Il espérait juste que le véhicule allait se stabiliser, déjà ils étaient toujours mieux à l'intérieur qu'à l'extérieur, imaginant sans mal que l'eau avait le pouvoir de les emmener où elle le souhaitait. Et ça, c'était plus dangereux qu'autre chose. Pourtant son soulagement ne dura pas très longtemps, pas alors que les vitres se trouvaient brisés face à la pression et que des morceaux de verres se retrouvaient mélangés à l'eau qui caressait déjà leur peau. Lysandre sentit son corps se scripter alors qu'il essayait de se mettre en boule, n'importe quoi tant qu'il ne terminait pas avec de nouvelle cicatrice ! Pas alors qu'il était dans l'incapacité de les camoufler avec son art. Il détestait cet endroit ! Bien plus à cet instant qu'auparavant. Ce qu'il aurait bien cru comme étant impossible. Que faire ?! Il n'entendait rien du tout, que des bourdonnements. Que faisait son compagnon ? Était-il mort ? Pourquoi ne sentait-il pas leur corps se toucher ? Ni même se frôler, se convaincre qu'il était encore bien là ! Il n'arrivait plus vraiment à penser à quoi que ce soit, pas alors que son envie premier était de se protéger et de respirer ! Parce que l'eau avait désormais prit place dans le véhicule, au point qu'il ne pouvait plus faire confiance qu'à ses poumons. Gonflant les joues, les paupières fortement closes et les lèvres serrés. Il cherchait un moyen de s'en sortir, sans même avoir la possibilité de se fier à sa vision. Juste du toucher, juste son corps qui s'agitait dans tous les sens, refusant de se laisser avoir par la mort.

lost stars
Graeco sermone ad Tyrii textrini praepositum celerari speciem perurgebant quam autem non indicabant denique etiam idem ad usque discrimen vitae vexatus nihil fateri conpulsus est.
Il ne sût même pas comment. Mais il retrouva l'air, si bien qu'il en prit une grande goulée tout en ouvrant grand les yeux. Telle une libération qu'il avait attendu pendant des heures. Mais ce n'était pas terminé non ! C'était bien pire ! Le courant de l'eau était fort. Ses doigts voulaient s'accrocher à quelque chose, qu'importe pour qu'il n'ait pas cette impression d'être emporté au loin, qu'il ait la possibilité de se sauver. Mais rien ! Rien d'autre autour de lui ! Juste de l'eau ! Et putain qu'il détestait cela ! Cette impression qu'il allait réellement crever. Pourtant, il cogna quelqu'un, enfin un corps, sur lequel il s'accrocha. Une chevelure rousse, aplatit sur le visage. Le compagnon d'infortune. Semblant avoir réussie à s'en sortir et surtout était accroché à quelque chose, sa vie en dépendait. Merde ! Les doigts de Lysandre s'accrochèrent au bras tant bien que mal, l'eau faisant en sorte qu'il ne tienne pas prise trop longtemps avant d'attraper la main tendu dans sa direction. Le reste de son corps en arrière, ayant vraiment l'impression qu'il allait se faire emporter à tout moment. « Me lâche pas ! » Il était paniqué, il ne pouvait pas le nier et ses prunelles ne faisaient qu'exprimer la peur, la peur de rejoindre l'autre bout d'une telle manière. Si cruel. Il aurait même préférée finir avec une balle dans la tête, qu'ainsi. Noyé ! Il le suppliait du regard de ne pas le lâcher, la pression de sa propre main était forte, c'était son ancrage à cet instant et il refusait de le lâcher ! Mais c'était tellement glissant, moite ! L'eau n'arrangeait pas la situation, vraiment pas ! Et il sentit que c'était de plus en plus dur, de plus en plus difficile.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Pack:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H13-6
H13-6
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Jeu 8 Fév - 20:32

H01-172 & H13-6


Il n'avait aucune chance d'y survivre, il y croyait de moins en moins, car plus il se débâtait à rester à la surface, plus il s'épuisait, et plus il s'épuisait, plus il avait de chance de finir avalé par le courant. Un enchaînement infernal auquel il n'y pouvait pas grand chose. Survivre à un tsunami, était-ce seulement possible? Il l'ignorait et malheureusement, il ne se considérait pas comme quelqu'un de très chanceux. Tout était contre lui, visiblement. Et pourtant, il n'avait ni le temps d'y songer, ni de s'en plaindre, ni même de calculer la douleur de son corps qui continuait d'être secoué et fracassé contre les débris à la dérive, qui comme lui, étaient emportés par le courant. C'était désespéré, mais malgré tout, il continuait de lutter pour rester à la surface, pour ne pas couler. Il ne contrôlait plus rien, c'était quelque chose de plus fort, de plus instinctif, quelque chose qu'il n'aurait pas pensé posséder vu la façon dont il avait eu du mal à encaisser son réveil dans la ruche. À croire qu'il lui fallait un danger de mort imminente pour le sortir de sa torpeur, pour réveiller son désir de s'acharner et de lutter.

Et il n'y avait pas que lui. Il sentit une main s'accrocher à son bras, tournant la tête pour reconnaître son compagnon de galère, et si au fond de lui, il avait toujours envie de le tenir responsable de cette situation catastrophique, il n'en fit rien. Trouver un coupable était totalement inutile maintenant. Il était difficile de dire s'ils avaient plus de chance de s'en sortir seul ou en s'accrochant l'un à l'autre, mais qu'importe, Six n'avait pas envie de se retrouver seul dans ce merdier, qu'il y survive ou non. Quand il sentit donc que le brun lâchait prise sur son bras, il tendit aussitôt la main pour agripper la sienne. Il ne pouvait pas le perdre, pas maintenant. De toutes ses forces, il s'accrocha à sa main, tentant toujours de lutter contre la vague pour qu'ils ne se retrouvent pas séparé. « Me lâche pas ! » La panique était tangible dans la voix du basané, et il pouvait le comprendre. Il était passé un expert dans l'art d'être paniqué dernièrement, et il devait admettre que tout ça n'avait rien de relaxant pour lui non plus. « Je te tiens! » Il n'allait pas lâcher, non. Il devait tenir.  Il tentait d'ailleurs de réfléchir à une solution, autant qu'il était possible de réfléchir dans une situation pareille. Que devaient-ils faire? Rester à la surface était particulièrement difficile et épuisant. Six ne voyait donc qu'une option, s'accrocher à quelque chose qui les aiderait à se maintenir sans totalement s'épuiser. Mais quoi? Désespérément il regarda autour de lui, tentant de repérer quelque chose, n'importe quoi, tant que ça flottait. Et tout ça en luttant également pour ne pas succomber à la panique, qui était presque aussi dangereuse que la vague elle-même. Paniquer ça n'aidait jamais, et en plus, ça bouffait de l'énergie. Puis, ce n'était qu'une question de temps, la vague finirait par s'épuiser aussi, viendrait au bout de sa course folle et l'eau se calmerait. Ils devaient juste rester en vie assez longtemps pour ça. En bâtant l'eau de son bras libre pour lutter contre le courant qui les tirait vers le fond, Six sentit soudainement quelque chose, quelque chose de dur. Impossible de savoir de quoi il s'agissait pour le moment. Un tronc d'arbre qui flottait ou le morceau d'un bâtiment quelconque? Il n'allait pas se questionner bien longtemps, cherchant plutôt à s'y agripper comme il le pouvait, malgré que l'eau rendait tout glissant et donc compliquait énormément la tâche. Sur le point de crier au brun de s'y accrocher aussi, il réalisa en fait qu'il ignorait totalement son nom ou plutôt son numéro, mais qu'importe. « Hey, là, accroches toi à ça, aide moi!» À deux ils auraient certainement plus de force. Et de toute façon, Six gardait ses doigts solidement agrippés à la main du brun, comme si sa vie en dépendait et c'était peut-être le cas d'ailleurs. « Faut juste tenir ok,  on va pas mourir! » Pas certain qu'il y croyait, mais c'était mieux que de se dire qu'ils allaient crever.


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


   - What if I find out who I am and don't like it ? -


Suicide Squad:
 

Team Roussi:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Ven 2 Mar - 10:30



Il serrait les dents, avait l'impression que toutes ses forces passaient dans ce simple geste qui était de s'accrocher, de serrer le plus possible, de ne pas laisser l'eau rendre ses doigts moites et qu'il soit dans l'incapacité de tenir trop longtemps. Les paupières closes, fermés avec force, il sentait son visage constamment en train de mouiller alors que tout lui tomber sur la gueule et qu'il grimaçait d'horreur, ce n'était pas possible. Il n'allait pas crever là comme ça ? Sans même qu'il ne soit capable d'empêcher... de s'enfuir... de réellement respirer l'air de l'extérieur. Il était énervé, frustré d'être tombé sur une telle scène, sur une telle hallucination, si réelle que s'en était horrible et il sentait de plus en plus qu'il allait lâcher la prise, qu'il ne pourrait pas tenir, si bien qu'il ouvrit les yeux, malgré le fait qu'une mèche de cheveux était collé et rendait la tâche très désagréable, il préférait tout de même avoir la possibilité de voir le ciel avant d'être emporté et de crever sous l'eau. Un jour ou l'autre, on trouverait son corps sur le bord d'une plage tient. Manquait plus qu'à espérer qu'on ne le laisse pas dans un cercueil quelconque. Il méritait le meilleur tout de même ! Et c'était d'une tristesse de mourir ainsi, de ne même pas être capable de dire quoi que ce soit, juste à entendre l'autre qui lui disait qu'il ne lâcherait pas, mais la question était-ce que lui, Lysandre arriverait encore à tenir, parce que c'était difficile, tellement difficile qu'il en avait mal au bras, les muscles étaient fortement sollicités depuis cet événement, chaque être de son corps, qu'il soit question de cette course poursuite qu'il avait entreprit, puis ensuite cette fuite dans la voiture. Merde ! Il avait l'impression d'avoir mal absolument partout ! Merde ! Il allait mourir avec des putains de bleu sur le corps ?! C'était nullement prévu ça ! Oui, ce n'était peut-être pas important pour le commun des mortels, mais pour lui... il désirait tout de même être un corps particulièrement parfait lors de sa mort ! Qu'on ait le désir de l'observer longtemps. Un peu trop narcissique sans doute, mais cela n'était pas important pour l'instant, ses yeux s'ouvrirent en grand lorsqu'il entendit l'autre énumérer un objet ou quelque chose sur quoi il pouvait s'accrocher et il observa la planche qui se déplaçait longuement, mais qui allait sans aucun doute disparaître s'il ne l'arrêtait pas, s'il ne s'y accrochait pas. Et c'est ce qu'il fit, il s'élança tant bien que mal, un bras autour, tenant malgré lui par la main le jeune homme pour qu'il le rejoigne et s'y accroche à son tour. Merde. Ils avaient eu de la chance. Il avait vraiment cru qu'il n'allait pas tenir longtemps.

lost stars
Graeco sermone ad Tyrii textrini praepositum celerari speciem perurgebant quam autem non indicabant denique etiam idem ad usque discrimen vitae vexatus nihil fateri conpulsus est.
Grimaçant. Il se mit à tousser brusquement, serrant tout de même le bout de la blanche qu'il ne désirait pas lâcher. Pas avant que tout cet eau disparaisse. « Putain... j'ai vraiment cru que j'allais y passer. » Dit-il finalement d'une voix rauque à cause de cette toux, enfin calmé. « C'est bon, t'es accroché ? » Finit-il par demander avant de lâcher prise sur sa main pour s'aider de celle-ci et grimper sur l'espèce de planche, il préférait y être totalement, plutôt que de faire confiance à ses bras. Tant bien que mal, il laissa une jambe s'y agripper, s'accrochant comme l'aurait fait un koala. Sa tête pressée contre la matière qui n'était pas très agréable. Soupirant de soulagement en sentant ses muscles se reposer un peu, il laissa son oreille contre, fermant les yeux un instant, profitant de ce petit moment de repos pour calmer son cœur ayant battu la chamade. Il savait désormais ce que c'était lorsqu'on pensait qu'on allait mourir.... la panique était la première émotion qui vous prenait à la gorge. Merde. Plus qu'à espérer que plus jamais cela ne se reproduise. « Plus qu'à attendre que tout ce bordel se calme. » Dit-il d'une voix endormie, sentant tout de même la planche bouger, continuer à circuler sur l'eau malgré le fait que deux poids supplémentaires l'occupaient.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Pack:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H13-6
H13-6
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Lun 5 Mar - 13:06

H01-172 & H13-6


L'épuisement dû à sa lutte contre le courant de l'eau commençait à se faire sentir. Six sentait bien que ses muscles s'engourdissaient et que se maintenir à flot était de plus en plus ardu. La fatigue, oui, mais sans doute aussi la froideur de l'eau, additionné aux blessures qu'il se doutait avoir, vu tout ce que son corps avait heurté dans la débâcle de la vague. Ce fut donc un soulagement quand il réussit à s'accrocher à une planche à la dérive, avec l'aide du basané. Peut-être allait-il survivre finalement, même si au fond de lui, il en doutait encore fortement. Après tout, ils semblaient être les deux seules âmes vivantes dans le secteur et s'il était blessé, après avoir baigné dans cette eau sale, il allait probablement crever d'une infection, et ça c'était s'il survivait à la noyade. Est-ce que ce cauchemar allait avoir une fin? Six se demandait encore comme il était atterrit là alors qu'il se trouvait dans la ruche juste avant. Évidemment, il avait toujours la forte envie d'interroger son compagnon d'infortune, tout en l'accusant d'être responsable de tout ça, mais ce n'était toujours pas un moment propice pour régler des comptes, même s'ils pouvaient maintenant s'accrocher à quelque chose. Puis, il ne devait surtout pas risquer de le fâcher, il ne le connaissait pas vraiment après tout. Rien ne lui disait que le type n'allait pas le balancer à la flotte pour le laisser crever s'il commençait à l'accuser pour ce drame. Il valait mieux qu'il se taise oui, et qu'il conserve ses forces pour tenter de rester en vie. La bonne nouvelle, c'était que sa peur semblait s'épuiser en même temps que son corps, comme si son cerveau se résignait à la situation, décidant lui aussi de préserver son énergie à quelque chose de plus vitale que la panique.

Six hocha donc la tête quand le brun lui demanda s'il était accroché, soufflant d'un ton épuisé en guise de réponse; « Oui, je me tiens...» Pour combien de temps? C'était un mystère, mais il s'accrochait, il n'allait pas lâcher prise, pas tant qu'il en serait capable. Le brun se hissa alors sur leur radeau de fortune et Six s'y souleva à son tour, prenant soin de ne pas tout débalancer et risquer de les faire chavirer à nouveau à l'eau. Désormais un peu plus en mesure de prendre conscience de ce qui l'entourait, il avisa l'eau qui continuait sa course autour d'eux, entrainant tout ce qu'elle croisait sur son passage. C'était terrible à voir, mais Six avait quand même l'impression que c'était un peu moins pire qu'il y a quelques minutes. « On dirait que ça se calme un peu...» Ou c'était une fausse impression. Secoué d'un frisson le rouquin baissa finalement les yeux vers ses mains écorchées par les débris et le froid de l'eau. Il osait à peine continuer son inspection sur le reste de son corps, effrayé de découvrir une blessure plus importante qu'il ne sentirait pas encore en raison de l'adrénaline de la situation. Non, il valait mieux qu'il ne regarde pas. «Est-ce que c'est réel?» Qu'il demanda alors, se rappelant toujours que son dernier souvenir, avant tout ça, était celui d'avoir été poussé dans une pièce blanche et vide par son acolyte. Se penchant légèrement, il essaya alors d'agripper un autre débris qui passait à proximité d'eux, espérant trouver quelque chose qui puisse être utilisé comme pagaie. Faudrait pouvoir grimper sur quelque chose de plus haut...on va crever quand même si on reste comme ça...» qu'il marmonna d'un ton épuisé et mécontent.


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


   - What if I find out who I am and don't like it ? -


Suicide Squad:
 

Team Roussi:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Mer 21 Mar - 12:16



La respiration haletante. Le cœur battant la chamade. Les bouffées de chaleur qui ne cessaient pas. Les paupières closes, il essayait. Essayer vraiment de se reposer. Tant bien que mal, accroché à cette planche qui était désormais sa raison de survie. Le soulagement n'avait pas encore pris part de son corps, ni de son esprit Comment le pourrait-il alors qu'il était peu certain que tout cela continu ainsi ? Qu'il était désormais certain de rester en vie... enfin de ne pas connaître une énième mort éphémère. Les yeux toujours fermés, il prit la parole d'une voix rauque. « Même si on crève, ça sera pas pour de vrai. » Première information qu'il offrait. Certain que l'autre en savait rien. Il avait été trop terrorisé depuis qu'ils étaient ici pour le savoir. Sans aucun doute un petit nouveau. Dommage pour lui. Il était tombé sur le pire résident de cette ruche. Capable de l'utiliser pour une envie égoïste. Lysandre ne se sentait même pas désolé, certain d'avoir servit à sa cause en même temps. Au moins, il allait arrêter d'être aussi peureux et prendrait rapidement ses marques. Voilà ! C'était sa bonne action de l'année tient. Exactement ! « Une mort pareille est toujours plus appréciable qu'un bras mécanique qui t'égorge dans ton sommeil. » Nouvelle remarque qu'il laissait échapper. Même s'il n'était pas certain que c'était ainsi que les autres disparaissaient. Enfin, il en savait absolument rien ! Était-ce ainsi que son amant avait disparu ? Dans la nuit ? Sans même qu'il ne le comprenne ? Il l'aurait sans doute su. Il se serait sans doute réveiller. Enfin, ils dormaient tous les soirs ensemble. Non. Il avait peut-être laissé ses pulsions meurtrières prendre le dessus et était tombé sur plus fort que lui. Ses yeux s'ouvrirent. Laissant ses iris se perdirent sur le paysage alors que cette pensée prenait place dans son cerveau. Ouais... c'était sans aucun doute à cause de cela. Une mèche de cheveux l'empêchait de totalement ouvrir ses paupières, mais il ne cherchait même pas à la dégager. Trop fatigué. Les muscles avaient beaucoup trop servit en si peu de temps.

lost stars
Graeco sermone ad Tyrii textrini praepositum celerari speciem perurgebant quam autem non indicabant denique etiam idem ad usque discrimen vitae vexatus nihil fateri conpulsus est.
« Ça dépend. » Se fût la seule réponse qu'il offrit. Réel. Qu'est-ce qui était réel exactement ? Les émotions qu'ils ressentaient ? L'air qu'ils respiraient ? Ou encore le paysage dont ils étaient témoins ?à ses yeux, c'était le cas pour ce dernier point. Le reste... il ne voulait pas y penser. Il estimait même que le fait de ne pas vraiment mourir était une bonne chose. Il avait assez frôlé la mort du bout des doigts. Ou pas... il aimait tellement la sensation du danger qu'à croire que ça lui suffisait pas de recommencer et encore les mêmes événements. Un grognement qui lui échappe. Il n'avait franchement aucune envie de partir de cette planche. Aucune envie de forcer encore sur ses muscles. Malgré le fait qu'il était évidant que c'était la meilleure action à faire. Peut-être monter sur un bâtiment, sur une maison ou encore sur une cabane tient. Levant légèrement sa tête, l s'appuya à l'aide de ses mains sur la planche, regardant les alentours. Cherchant un détail qui pourrait lui indiquer où ils se trouvaient. Il avait tellement voyagé et il avait capté qu'il arrivait facilement à parler les différentes langues. Comme quoi, malgré le fait de ne pas être doué lorsqu'il était question des mathématiques, les langues restaient son domaine. « … Angleterre. » Dit-il dans un petit sourire au coin en remarquant une cabine téléphonique. Si caractéristique des terres britanniques. Comme quoi... malgré le fait que c'était un mirage, il y avait des petits points réels auxquels il pouvait se raccrocher. Serrant les dents, il chercha tant bien que mal à se hisser sur cette planche et s'y asseoir. « … ouais... plus qu'à décider sur quoi. » Il valait mieux quelque chose qui restait en place. Il n'allait pas supporter longtemps d'être trimbaler ainsi. «  ! » Montra t-il du doigt un bâtiment en pierre qui n'était pas en bon état, mais qui tenait bon. Se mordant la lèvre inférieure, il fixait du regard le bâtiment, cherchant un quelconque moyen pour monter dessus. « Merde... va falloir qu'on soit rapide. » Il frotta ses mains l'une contre l'autre. « Tu me tiens pour que je tombe pas, j'attrape l'échelle, je monte et t'aide ensuite. » Décidé. Il se tient à la planche pour se lever, les dents serrés sous la concentration, il se mit debout, les mains de part et d'autre pour se stabiliser alors que le bâtiment approchait de plus en plus. « Maintenant ! » Il hurla, conseillant à son compagnon de galère de le lâcher alors qu'il sautait en direction de l'échelle, serrant les doigts sur la matière en fer. Très désagréable sous les doigts. Serrant les dents, il se hissa et s'y accrocha. Le visage tournée vers le roux, il tendit son autre main. « Grouille mec ! »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Pack:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H13-6
H13-6
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Lun 9 Avr - 10:52

H01-172 & H13-6


« Même si on crève, ça sera pas pour de vrai. » Voilà une information qui remettait beaucoup de chose en perspective. Ce n'était pas réel, rien de tout ça ne l'était. Il n'y avait pas vraiment de tsunami, il n'était sans doute pas réellement à l'extérieur. Était-il seulement lui-même réel? Il aurait du se douter que tout ça était trop incohérent et invraisemblable pour être vrai, mais tout était allé tellement vite qu'il n'avait pas eu le temps de se poser les bonnes questions, ni même d'y réfléchir. Sauf que maintenant qu'il était hors de l'eau, et partiellement hors de danger, son cerveau s'autorisait à nouveau à tenter d'analyser la situation. « Une mort pareille est toujours plus appréciable qu'un bras mécanique qui t'égorge dans ton sommeil. » Les paroles du brun sonnèrent comme un bourdonnement dans les oreilles de Six qui se ressassait encore la révélation que tout ça n'était qu'un traumatisme inutile et que d'y vivre ou crever ne changerait rien à la situation. Ce détail le piquait directement dans sa mauvaise foi alors qu'il fixait le dos de son acolyte avec la poignante envie de lui agripper les cheveux et lui enfoncer la tête sous l'eau, juste question de lui faire payer cette mauvaise farce. Et de toute façon, s'il ne mourait pas réellement, ça n'allait pas faire de lui un meurtrier. Et même si c'était théoriquement le cas, il l'aurait bien mérité. Ce type l'avait entraîné dans ce merdier sans la moindre considération, il ne lui en devait aucune en retour, non? Sa colère resta néanmoins refoulée dans ses entrailles, alors que malgré sa forte envie de vengeance, il ne parvint pas à s'exécuter. Il n'était pas certain d'être en mesure de se battre contre ce type et il n'avait pas spécialement envie de mourir, réellement ou non.  

« … Angleterre. » Connaître leur position géographique n'allait certainement pas les aider. Six ne reconnaissait rien à ce paysage et il s'en fichait bien. Il voulait simplement sortir de l'eau et sortir d'ici. Il suggéra donc de grimper sur quelque chose, quelque chose de fixe, de solide, qui allait leur permettre de rester sur leur pieds, s'ils étaient encore en mesure de le faire. Dans cette idée, le basané finit donc par désigner un bâtiment en pierre. Six observa aussitôt dans la direction indiquée. Oui, ça pouvait le faire, c'était mieux que cette planche précaire. « Tu me tiens pour que je tombe pas, j'attrape l'échelle, je monte et t'aide ensuite. » Au détail près que le voir tomber était précisément ce que Six souhaiterait en ce moment, mais il garda l'information pour lui. « D'accord. » Qu'il se contenta plutôt de répondre, avec un flagrant manque d’enthousiasme. Il attendit donc le signal de son acolyte et s'exécuta sagement à l'aider pour grimper sur le bâtiment, s'empressant ensuite d'attraper la main qu'il lui tendit pour, à son tour, quitter la planche et s'y hisser. Même si son corps était toujours douloureux, la sensation de solidité qu'offrait ce bâtiment lui redonna un semblant d'énergie alors qu'ils grimpèrent dans l'échelle pour atteindre le toit. Une fois sur ce dernier, le rouquin souffla un coup, soulagé, ou en tout cas, dans une certaine mesure. Une part de lui avait juste envie de s'allonger et profiter de l'idée d’avoir survécu à un tsunami, mais il ne pouvait pas ignorer cette colère qu'il ressentait toujours. Vivant ou non, cet enculé s'était bien joué de lui! Mauvais, il fusilla donc le brun du regard. « Est-ce que tu vas au moins t'excuser?! » D'un geste rapide, il désigna l'eau autour d'eux. « C'est ta faute tout ça, j'ai jamais demandé à venir dans ce bordel! Ça t'a pas effleuré que j'avais peut-être pas envie de vivre ça?! » L'égoïste bâtard. « Si j'avais su avant que c'était pas réel, je t'aurais jamais aidé! »


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


   - What if I find out who I am and don't like it ? -


Suicide Squad:
 

Team Roussi:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-172
H01-172
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   Dim 15 Avr - 2:13



Il relâchait sa prise sur la main après que son congénère se soit accroché à l'échelle. Rassuré de pouvoir monter un peu plus et surtout échapper à l'eau. Mais surtout...Surtout avoir cette impression de respirer. Que la vie n'allait pas vous être retirez sans même qu'il ne puisse faire quoi que ce soit d'autre. Et lorsqu'il s'agrippa au bord du toit du bâtiment et qu'il s'y hissa. Le bonheur sembla le frapper dès l'instant où son dos rencontra la surface dur de la pierre. Ses paupières closes. Une main sur son ventre. Le visage levé en direction du ciel. Longue bouffée d'air. Sans qu'elle ne soit précipité, sans qu'elle ne soit entrecoupé. Qu'est-ce que cela faisait du bien. Sourire. Paresseux. Parce que la sensation d'être dans un monde réel était encore là. Si forte. Le collant à la peau. Il pouvait si bien sentir le vent sur son corps, il pouvait même entendre le son que faisait l'eau lorsqu'il rencontrait une surface qu'il avait du mal à balayer. Un semblant de bonheur. Même quelques secondes. Même quelques minutes. Qu'est-ce que c'était bon.

lost stars
Graeco sermone ad Tyrii textrini praepositum celerari speciem perurgebant quam autem non indicabant denique etiam idem ad usque discrimen vitae vexatus nihil fateri conpulsus est.
Pourtant ce semblant de bonheur fût entrecoupé par les mots de son compagnon. Compagnon qui était visiblement loin d'être heureux de leur situation actuelle. Lysandre garda un moment le silence, le laissant terminer, le laissant même analyser les mots qu'il venait de prononcer. Refusant visiblement de sortir de cette sensation si exquise. La liberté. Même si c'était un mensonge. « Pourquoi je m'excuserais alors que grâce à moi t'es dehors. » Pas exactement. Mais cela n'était qu'un détail. Oui, il était de mauvaise foi et oui il ne comptait pas adresser une parole qui pourrait faire penser à des excuses. Estimant n'être en aucun cas dans le faux. Il était vrai, il lui avait offert en quelque sorte un cadeau. Si beau. La liberté. « Ah parce que c'est moi qui décide ce qui nous tombe dessus ? » Il haussa un de ses sourcils d'un air moqueur tout en le regardant, son visage tournée dans sa direction. « Je ne savais pas que j'avais ce pouvoir. » Il se foutait de lui. D'une manière tellement méchante, d'une façon tellement lui. Prenant un malin plaisir à se jouer de ses sens. De ses peurs. Désormais qu'il n'était plus en danger. Qu'il pouvait profiter sans mal finir, il n'y avait plus de danger. « Pas de chance pour toi, tu le savais pas. » Et il sourit. D'un air narquois. Fier de son coup. Fier qu'il soit aussi naïf, doté de ces qualités qui lui était tellement utile. Garder, le plus possible les informations qui pouvait réellement être intéressant et les balancer au bon moment. Se régaler de l'air stupéfait de l'autre. Qu'est-ce que c'était satisfaisant. Il sourit un peu plus. Rien qu'en y pensant. Se sentant sans aucun doute encore mieux parce qu'il avait la sensation éphémère de ne plus être dans la ruche. Enfermé entre ces murs diaboliques. « Et puis qui sait... peut-être qu'on peut réellement mourir... quand est-ce que s'arrête le mensonge et commence la vérité ici ? » Même les sensations sur la peau n'étaient que de la connerie. C'était d'une tristesse. D'aimer jouer avec les sens d'un être humain d'une telle façon. Rien que d'y penser. Il serrait les dents. Relever de nouveau les yeux sur ce ciel orageux. Une main désormais dans ses cheveux, les envoyant en arrière. Qu'aucunes mèches ne viennent troubler sa vue. « Et tu serais connu comme étant un assassin entre les murs... j'imagine sans mal qu'on voudrait te descendre avant que tu fasses une autre victime... » Il disait cela comme si c'était banal, comme s'il n'était pas en train de lui énoncer des possibilités qui mettait sa vie en danger. Sadique jusqu'au bout.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Pack:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6   

Revenir en haut Aller en bas
 
[COULOIR DE L'INFINI] L'océan Atlantique se rebelle ft 6
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Slideshow horizontal infini
» Cheque cadeau ticket infini 50€
» Temps de chargement infini - Problème de datacenter OVH
» La page adfly boucle à l'infini et m'empêche de me connecter
» Comment enlever un javascript infini ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace création de miel :: La Ruche-
Sauter vers: