Partagez | 
 

 Help, I need somebody (ft. Elijah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: Help, I need somebody (ft. Elijah)   Mar 9 Jan - 15:26


H13-111 & Elijah Williams

Help, I need somebody


Cet endroit avait de quoi rendre ses habitants fous. Habitants ? Prisonniers ? Rats de laboratoire ? Aucune idée. Ce blanc, cette perte de souvenirs et tous ces gens... Rien ne semble sûr, la méfiance est de mise et malgré tout, je me sens bien. C'est loin d'être l'endroit rêvé et je ne sais pas ce qui m'attend, mais quelque part c'est ainsi et je commence déjà à m'y faire. Plutôt que de ne me concentrer que sur le blanc et la folie à mes trousses, je préfère penser aux gens, à ceux qui sont agréables en tout cas, et à ces endroits qui nous offrent tant de possibilités. Je n'ai pas encore eu l'occasion de visiter chaque salles, il y en a beaucoup trop et je n'ai pas eu assez de temps. Pourtant, je n'ai que ça du temps. Mais quand je visite une salle, j'aime y prendre mon temps, découvrir tout ce qu'elle recèle. Il faut que cet endroit soit mien, que je me sente en sécurité et pour ce faire, je dois le connaître entièrement. Je ne me souviens plus de rien, je ne sais plus qui j'étais, mais ça me donne la chance de me construire ma vie. Une nouvelle vie m'attend et plutôt que de laisser les évènements m'emporter, je peux décider de ce que je veux. Je peux même me prénommer comme je veux si je le désire, personne ne saura si c'est vrai ou pas. Personne ne me connait après tout. Du moins, il me semble. J'ai aperçu des regards en coins, certains insistants, dévisageants, mais peut-être est-ce seulement du au fait que je suis un nouveau. Je préfère ne pas penser à autre chose, j'ai peur de ce que je pourrais découvrir.

Les règles. Les règles sont faites pour qu'on y obéisse, elles sont faites pour créer une harmonie entre les gens. Sans elles, ce serait l'anarchie. Elles possèdent un pouvoir sans limite et qui suis-je, moi, pour y désobéir ? Personne. Alors j'obéis, il me semble que c'est la juste chose à faire, c'est mon devoir même. Je trouve plutôt ridicule cette idée d'être deux pour aller manger, surtout quand on ne connait personne, mais j'obéis. Heureusement, quand il s'agit de manger, les gens deviennent soudainement plus sympathiques. Certaines règles semblent absurdes, mais j'y obéis sans poser de question, c'est tout simplement plus fort que moi. Pourtant, cette fois, je ne comprends pas. Pour ne pas changer, je suis perdu. La seule chose qui me fait vraiment du bien, qui me permet de relâcher tout ce que j'ai, c'est le sport. J'y suis déjà allé une fois, très tôt le matin. Seulement, cette fois, c'est différent. Il n'est pas tôt le matin et je sais très bien ce que dit le règlement concernant la salle. J'ai tout imprimé dans mon esprit. La règle exige d'être en sous-vêtement pour faire du sport. Qui a créé ces règles ? On dirait quelque chose sorti de l'esprit d'une bande de vieux pervers voyeurs. Mais les faits sont là, c'est la règle.

J'ai l'impression d'être un compère de cette voix robotique alors que je reste bloqué devant la porte de la salle comme un automate qui aurait eu un bug. Mon esprit ne veut tout simplement pas comprendre l'absurdité de cette règle, même si mon corps m'ordonne d'obéir. J'attire certains regards, je m'en moque. Je ne peux rien faire, mon cerveau et mon corps sont en désaccords et m'empêchent de me mouvoir. Je tourne finalement la tête, comme pour chercher de l'aide et je vois un visage familier. " Excuse-moi ! " Je ne me souviens plus de son nom, s'il me l'a dit, s'il en a un. Je tourne les yeux vers la salle avant de reporter mon attention vers lui. " Je ne comprends pas... Pourquoi faut-il faire du sport en sous-vêtement ? " Ce n'est pas lui qui fait les règles, mais il a l'air d'être ici depuis plus longtemps que moi. Le fait est que je suis tellement déconnecté que même mes questions n'ont pas lieu d'être. " Ce que je veux dire, c'est qu'une règle nous interdit de sortir déshabillé. On ne risque rien ? " Voilà d'où vient le problème dans mon esprit. Plus que l'absurdité, c'est la logique. " Tu veux bien m'accompagner ? Désolé, je ne veux pas te déranger, mais... Je suis un peu perdu là... " Mentalement en tout cas, je l'étais, bien plus que je ne voulais le croire. Plus que son aide, j'avais peut-être besoin de compagnie.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-003
H01-003
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Help, I need somebody (ft. Elijah)   Mar 9 Jan - 17:10

Help, I need somebody.
Ft. H13-111


La piscine? Non. J'y étais déjà allé bien sur, plusieurs fois, et c'est pas 001 qui dirait le contraire, mais ça n'était pas grande passion. Je m'étais établis une routine très vite dans la Ruche, le sport le matin, tous les matins. Quand j'avais réalisé ne pas réussir à dormir la nuit autrement qu'en m'épuisant le jour, ça avait semblé une absolue nécessité que de venir quotidiennement suer là-dedans. Et puis c'était devenue plus une habitude qu'une nécessité, jusqu'à devenir accessoire. J'étais déjà en forme en débarquant, blanc et amnésique, mais après des mois à visiter la salle de sport je sentais véritablement une différence. Et même maintenant que j'avais des séances plus sporadiques, je le sentais encore.

Quoi qu'il en soit ce jour-là j'en avais ressenti le besoin. Pourquoi? Oh peut-être parce que si je n'allais pas me défouler là, je risquer de continuer de marteler le mur de ma chambre avec mes poings? Mes poings enrobées de bandages rougis par quelques tâches de sang? Ça semblait plus productif et moins dangereux de cette façon. Frapper dans un sac, comme avant, n'était pas à l'ordre du jour vu l'état de mes mains mais courir, ça je pouvais faire. Mes jambes allaient très bien.
Alors je prenais la direction de la salle de sport. Je ne m’embarrassais pas d'une tenue bien sophistiqué, sachant pertinemment que je devrais m'en débarrasser une fois sur place, et me contentais d'un t-shirt gris et d'un pantalon de survêtement noir avec une paire de chaussures en toile, que j'abandonnais dans la cage d'escalier dans un coin. Tout nu dans mon boxer noir, je sortais de là et m'avançais vers la salle de sport, pensif comme souvent, avant d'entendre une voix. - Excuse-moi !

Je m'arrêtais, tournais la tête et voyais un visage familier, rencontré seulement quelques jours plus tôt. 111? - Je ne comprends pas... Pourquoi faut-il faire du sport en sous-vêtement ? - Tellement habitué à ne pas vraiment me demander ce genre de choses dans la Ruche, j'avoue que j'étais pris au dépourvu sur ce coup. - Ce que je veux dire, c'est qu'une règle nous interdit de sortir déshabillé. On ne risque rien ? Tu veux bien m'accompagner ? Désolé, je ne veux pas te déranger, mais... Je suis un peu perdu là... - Un sourire passait sur mes lèvres et j’acquiesçais. - Bien sûr, j'y allais de toute façon.

Je jetais un regard vers la porte grande ouverte et les quelques silhouettes à l'intérieur avant de revenir à lui. C'est fou comme il lui ressemblait... - On ne risque rien. Si tu lis bien cette règle, tu remarqueras qu'on ne peux pas sortir déshabillé de son logement. Mais une fois sorti, tu fais ce que tu veux. - Un hochement de tête pour désigner la salle de sport et j’enchaînais. - Et pour ça... J'en sais trop rien. C'est juste comme ça et personne l'a encore annulé. Je suppose que les gens sont contents comme ça? - Je haussais les épaules pour accompagner le geste à la parole. - Personnellement c'est pas le genre de choses qui me dérange mais si ça te met mal à l'aise tu peux toujours revenir le soir, sinon... Bah va falloir tomber tes vêtements. Mais on peut y aller ensemble, c'est pas un soucis. - Et vu comme j'étais presque nu, c'était évidemment pas quelque chose qui me posait un soucis. Après tout j'avais bien fini totalement nu dans l'espace vert, alors ça c'était rien.

En vérité, j'aurais aimé faire mon sport tout seul. Quelques jours plus tôt j'aurais surement répondu non d'emblée, mais il était aussi perdu que moi lors de mon arrivée, ç'aurait été bien hypocrite de lui refuser un peu de compagnie... D'autant que de la compagnie pourrait me faire du bien, je suppose. J'avais plus trop le choix désormais.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Help, I need somebody (ft. Elijah)   Mer 10 Jan - 18:30


H13-111 & Elijah Williams

Help, I need somebody


Est-ce que les habitants enfin... Les... Comment nous appelle-t-on d'ailleurs ? Enfin, est-ce que les résidents sont capables de modifier les règles ? D'y toucher ? Cela me semblerait logique étant donné l'incohérence de cette règle en particulier et surtout de son absurdité. Mais comment y toucher alors ? Et que voulaient-elles dire si on pouvait y toucher ? Est-ce qu'il fallait les suivre alors ? Trop de questions pour une simple petite règle, je pensais sûrement beaucoup trop. Heureusement, quelqu'un était là pour m'aider et pour ôter tous mes doutes de ma tête. Un visage connu qui me semblait, pour le moment, plutôt sympathique et prêt à aider. Cela dit, j'étais un peu décontenancé face à lui. Oh ce n'était pas à cause de son physique avantageux qui, certes, était très agréable à voir. Cela ne faisait que confirmer que visiblement, le corps masculin m'attirait particulièrement. Non, ce qui me décontenançait, c'était de le voir là, face à moi, avec seulement un sous-vêtement, sans aucune gêne. Moi, j'étais gêné. Je ne sais pas comment j'étais auparavant, mais la nudité des autres et l'intimité me mettaient mal à l'aise. Je ne pouvais m'empêcher de détourner les yeux, les joues légèrement rougies tandis qu'il restait face à moi. « Bien sûr, j'y allais de toute façon. » J'étirais alors un sourire rassuré, évitant toujours de croiser son regard ou la moindre parcelle de sa peau. Peu importe que je semble prude, c'était au-delà de mes limites.

« On ne risque rien. Si tu lis bien cette règle, tu remarqueras qu'on ne peux pas sortir déshabillé de son logement. Mais une fois sorti, tu fais ce que tu veux. » Je vois. Alors les règles possédaient des failles et visiblement, certains les avaient déjà trouvées. Jamais je n'aurais pu le faire moi, j'obéis trop aveuglément. Cela dit, c'était bon à savoir. Il ne fallait pas que je franchisse le pas de ma porte sans vêtement. « Et pour ça... J'en sais trop rien. C'est juste comme ça et personne l'a encore annulé. Je suppose que les gens sont contents comme ça? » Annulé ? Alors c'était vrai, nous avions un pouvoir sur cet endroit, nous n'étions pas seulement des prisonniers. Intéressant. Faire les règles ? Je n'aurais jamais imaginé ça, mais ça me provoquait un frisson étrangement agréable. « Personnellement c'est pas le genre de choses qui me dérange mais si ça te met mal à l'aise tu peux toujours revenir le soir, sinon... Bah va falloir tomber tes vêtements. Mais on peut y aller ensemble, c'est pas un soucis. » J'avais remarqué que lui n'était pas gêné. Tomber les vêtements... Il me suffisait de ne pas regarder les autres, n'est-ce pas ? Cette règle était stupide. Le sport nous fait transpirer, il augmente notre chaleur et j'en passe. Le tout en sous-vêtement... Cet endroit à dû en voir de toutes les couleurs à mon avis.

« Je crois que je n'ai pas le choix alors. » Sans attendre, je soulève mon t-shirt et je retire mon pantalon, me retrouvant en boxer face aux autres. En fait, ma propre nudité ne me gêne absolument pas, c'est assez paradoxal. Je garde mes vêtements et entre dans la salle avant d'aller les déposer dans un coin. « Merci, peu de gens sont enclins à aider les nouveaux. » J'observais les machines, mais mon choix était déjà fait. Le sac de frappe m'attirer, j'avais besoin de frapper, d'utiliser mes poings. Je m'avançais donc vers ce dernier, prenant instinctivement une position correcte avant de donner un coup. Là encore, un frisson agréable me parcourut l'échine. Encore. Je frappais. Encore et encore. Ça me faisait du bien, beaucoup de bien et plus je frappais, plus je me déchaînais. J'en oubliais tout le reste, je me contentait de frapper. Mais je finis par me calmer, essoufflé avant de tourner le visage pour trouver mon partenaire. Je m'avançais vers lui, évitant de le regarder encore une fois. « Désolé, j'ai complètement oublié ton nom. Enfin... Ton numéro, qu'est-ce que c'est déjà ? » Lui, je voulais le retenir dans ma mémoire. Il avait su se montrer avenant, je ne pouvais pas l'oublier. Il faudrait bien que je lui rende la pareille à un moment ou un autre. « Cet endroit... Est-ce qu'on finit par s'y sentir réellement bien ? S'y sentir comme chez nous ? » Chez nous n'existait plus, nous n'en avions plus le souvenir. Moi je ne l'avais plus en tout cas. « Et toi, est-ce que tu te souviens ? » C'était sorti tout seul et cette fois, mon regard avait croisé le sien. Mais bien vite, il le quitta. « Pardon, je ne veux pas me montrer indiscret, mais je me demande juste si on a vraiment des souvenirs d'une autre vie, d'un passé. » Pour le moment, ça me paraissait irréel. Tout cet endroit.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-003
H01-003
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Help, I need somebody (ft. Elijah)   Dim 14 Jan - 9:38

Help, I need somebody.
Ft. H13-111


Je crois que je n'ai pas le choix alors. - J'esquissais un sourire face à sa résolution, profitant qu'il soit occupé à se déshabiller pour laisser glisser mon regard sur son corps parfait et finissais par emboîter le pas en direction des tapis de course. Mes mains sont pour Nic, mais comme quelqu'un m'a dit un jour, si j'ai des yeux, c'est bien pour voir. Lui en revanche ne semble pas appliquer ce principe et je ne peux rater son regard fuyant qui me tire un léger sourire au départ. - Merci, peu de gens sont enclins à aider les nouveaux. - On a tous été nouveau dans la Ruche et je me souviens comment je le vivais au début... Si mon temps ici peut aider, je trouve normal de l'utiliser. - Belles paroles mais je voyais la quantité d’égoïstes qui avaient ignoré les nouveaux.. Pas moi.

Je hochais de la tête dans sa direction, comme un "vas-y, je reste là" silencieux alors qu'il se dirigeait vers les sacs de frappe. Je faisais pour ma part quelques pas sur la droite, posant les pieds sur le tapis de course, resserrant les bandages de mes mains en sachant devoir les changer de toute façon. Transpiration et bandages égalent démangeaisons, et je n'étais pas friand de ça. J'activais la machine et me mettais à courir, petite vitesse, sentant mes muscles tendus, mon corps crispé. Pas par la fatigue ou la douleur, mais parce que j'avais du mal à lâcher prise. Des jours à me terrer, à m'être isolé autant des autres que de moi-même. Chaque goutte de transpiration qui roulait sur ma peau évacuait un peu des toxines alcooliques que j'avais accumulé tout ce temps. Et le pire dans tout ça? Je n'avais même pas l'impression que j'étais étranger à cette sensation. Cette peine que seul le breuvage brûlant peut endiguer, au moins temporairement. Je jetais quelques coups d’œil à 111 tout en courant, remarquant la position presque naturelle qu'il prenait face au sac. J'avais appris à frapper, certaines autres abeille m'avait appris et le reste c'était fait tout seul, mais ça semblait inné chez lui, de quoi me faire penser qu'il savait déjà faire ça avant.

Je finissais par me concentrer sur mes jambes. Sur la brûlure de l'effort. Oubliant mon quotidien, mon passé. Je me plongeais tout entier dans cette course, ne sentant pas l'accélération ni la sueur qui faisait briller ma peau, mon visage qui rougissait de chaleur, mes cheveux qui se faisaient collants. Je tenais le rythme, mon endurance n'était plus à prouver mais l’essoufflement me gagnait au bout d'un moment et j'arrêtais le tapis après quelques pas pour me stabiliser, me penchant en avant pour m'appuyer sur le socle, inspirant l'air comme si j'allais étouffer. - Désolé, j'ai complètement oublié ton nom. Enfin... Ton numéro, qu'est-ce que c'est déjà ? - Je levais la tête, mon regard trouvant son visage aussi rougit que le mien par les coups portés dans le sac de sable, temporisant ma réponse pour ne pas rater une respiration. - Cet endroit... Est-ce qu'on finit par s'y sentir réellement bien ? S'y sentir comme chez nous ? - Je me redressais, sentant venir la grande question. - Et toi, est-ce que tu te souviens ? - Son regard croisait le mien avant de fuir à nouveau, ses épaules affaissées en guise de repentance. - Pardon, je ne veux pas me montrer indiscret, mais je me demande juste si on a vraiment des souvenirs d'une autre vie, d'un passé.

Je soupirais, un sourire pincé sur les lèvres - Tu peux me regarder tu sais, je ne vais pas te manger. - Timidité? Anxiété? Angoisse ou simple gêne? Il devrait apprendre que tout ça n'était pas de mise ici. Malgré l'espace que représentait la Ruche, nous étions les uns sur les autres, toujours. J'abandonnais le tapis de course pour poser les pieds par terre et passais une main bandée dans mes cheveux pour dégager mon visage. - Elijah. Et ça répond aussi à ton autre question: oui on se souvient. - Avais-je dis dans sourire rassurant, ou en tout cas c'était le but mais avec l'effort... - On a tous des souvenirs, une mémoire. Ça revient petit à petit, chacun à un rythme différent. J'ai dû attendre six mois pour me souvenir de mon prénom mais d'autres s'en sont souvenus très rapidement. C'est pas vraiment une science exacte. - Je finissais par lever les yeux au ciel, ou du moins au plafond, et soupirais. - C'est chez nous, je le vois plus comme une cage dorée qu'une maison, mais il faut bien faire avec pour le moment. On est pas affamé dehors dans la neige, je suppose qu'en soit c'est pas mal.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Help, I need somebody (ft. Elijah)   Mar 16 Jan - 8:25


H13-111 & Elijah Williams

Help, I need somebody


Étais-je un boxeur ? Avais-je grandis dans la rue qui m'a obligé à me défendre ? Autre chose ? Des questions, toujours et encore des questions. J'en avais assez des questions et ce n'était pourtant que le début. Pourtant, je ne pouvais nier le fait que donner des coups de poings me semblait naturel, que j'avais une prédisposition pour ça. Le bon côté, c'est que me dépenser permettait de ne plus avoir ces questions en tête, paradoxalement. Plus je frappais, moins mon cerveau pensait. Plus je frappais et plus je me sentais apaisé à l'intérieur. Plus je me dépensais et mieux j'allais. J'avais besoin de ça, c'en était presque vital dans cet endroit de toute évidence. La violence était vitale, aussi idiot que ça puisse paraître. Si moi j'avais choisi les poings, mon partenaire du jour avait choisi les jambes et après cet effort, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller vers lui. Cela faisait un moment maintenant qu'il était dans la Ruche. Il a vécu son évolution, il a vu des gens venir et d'autres disparaître. Il en sait plus que la plupart et c'est ce qui le rend précieux dans cet endroit, c'est ce qui le rend supérieur en un sens. Pour un nouveau comme moi en tout cas, il est une nécessité, tout simplement.

Il aurait pu me rejeter, depuis le début. Il aurait pu ne pas s'encombrer d'un poids, mais il a pris la décision d'accepter. Je dois bien avouer qu'il y avait quelque chose de mystérieux dans son regard, comme si on ne pouvait pas vraiment dire ce qu'il pensait, mais je savais maintenant qu'il y avait aussi de la bonté. Une réelle bonté. Est-ce que ça signifiait que je pouvais lui faire confiance ? « Tu peux me regarder tu sais, je ne vais pas te manger. » Je n'y pouvais rien, la nudité des autres me gênaient, c'était plus fort que moi. Pourtant, je pris sur moi pour lever les yeux vers lui, m'efforçant de ne pas détourner les yeux. C'était un bel homme, là n'était pas le souci et je ne me serais pas gêné pour le regarder s'il n'y avait pas ce quelque chose en moi qui me gênait. Mais il avait raison, je ne pouvais pas me comporter de façon aussi prude, pas dans ce genre d'endroit. « Elijah. Et ça répond aussi à ton autre question: oui on se souvient. » Elijah... Je l'enviais de se souvenir, je l'enviais d'avoir un nom et pas seulement un numéro, mais ses mots me réchauffèrent aussi le cœur. Tout ça était réelle, nous avions une vie avant. J'étais quelqu'un. Quel énorme soulagement. J'aurais presque pu en sourire bêtement, mais mon visage semblait ne pas vouloir me laisser exprimer quoi que ce soit. « On a tous des souvenirs, une mémoire. Ça revient petit à petit, chacun à un rythme différent. J'ai dû attendre six mois pour me souvenir de mon prénom mais d'autres s'en sont souvenus très rapidement. C'est pas vraiment une science exacte. » La patience est une vertu. Je ne sais plus d'où ça me vient, mais c'était vrai ici, je saurais m'en souvenir. « C'est chez nous, je le vois plus comme une cage dorée qu'une maison, mais il faut bien faire avec pour le moment. On est pas affamé dehors dans la neige, je suppose qu'en soit c'est pas mal. »

Chez nous ? Une cage ? Il n'avait pas tort, nous étions enfermés dans une cage qu'il fallait considérer comme son chez soi. C'était sans doute plus facile pour accepter notre sort. En fait, ça ne me dérangeait pas de voir les choses de cette façon. J'étais là de toute façon, autant m'y faire. « Peut-être qu'il ne vaut mieux pas se souvenir alors. » Si on allait dans ce sens, c'était logique en tout cas. Je détournais le regard, observant les murs blancs. Au lieu d'une cage dorée, c'était une cage blanche. « Se souvenir, ça revient à se rappeler qu'ici, ce n'est pas chez nous. Se souvenir, ça revient à se rappeler tous ceux qu'on a aimé et perdu. Peut-être que se souvenir, c'est finalement le plus douloureux. » Ce qui est paradoxal quand on sait que c'est tout ce dont les gens rêvent ici. Une véritable torture, un chef d'oeuvre pour ceux qui ont construit cet endroit. Ou une simple chance pour nous permettre de repartir à zéro. Je reportais mon attention sur Elijah, le fixant un moment. « Dis-moi... Pourquoi moi ? Qu'est-ce qui a fait que tu sois venu me voir après mon arrivée alors que tu n'as jamais adressé la parole à d'autres ? » Enfin, j'imaginais qu'il ne l'avait jamais fait en tout cas, il y avait bien trop de monde pour avoir envie de le faire. Alors qu'est-ce qui l'avait attiré ? En quoi j'étais différent d'un autre ? Je me disais que peut-être, on s'était connus. Peut-être qu'il aurait une pièce de mon puzzle. « Ne me dis pas que c'est à cause de mon physique ravageur, j'étais encore habillé en ce moment. » De l'humour, c'était nouveau ça. Maladroit, mais nouveau. Est-ce que je commençais à me sentir un peu plus à l'aise ici ? Grâce à lui, à ses conseils, un peu.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H01-003
H01-003
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Help, I need somebody (ft. Elijah)   Mar 16 Jan - 14:07

Help, I need somebody.
Ft. H13-111


Peut-être qu'il ne vaut mieux pas se souvenir alors. - Je fronçais les sourcils, intrigué et perplexe. Certains avaient déjà eu ce raisonnement.. Moi-même je l'avais déjà eu quelques mois plus tôt, lorsque j'avais découvert mon nom, écrit vert sur noir à l'écran de la tablette. Ce moment où j'avais regretté de m'être seulement levé ce soir-là. Le seul souvenir que j'aurais voulu perdre à nouveau car ce qu'il représentait... Était aussi aberrant que dérangeant. Mais d'un autre côté... Je portais ma main à la clé qui pendait à mon cou, d'un geste si naturel qu'il paraissait insignifiant, et croisais le regard de 111 à nouveau. Au moins il me regardait maintenant.

Dis-moi... Pourquoi moi ? Qu'est-ce qui a fait que tu sois venu me voir après mon arrivée alors que tu n'as jamais adressé la parole à d'autres ? - Je fronçais les sourcils, presque surpris. - Ne me dis pas que c'est à cause de mon physique ravageur, j'étais encore habillé en ce moment. - Un sourire passait sur mes lèvres. - Même habillé, tu attires le regard. Désolé. - Quitte à jouer ce jeu, autant bien le faire. - Mais non, t'es pas le seul. Je considère juste que... J'étais aussi perdu que vous quand je suis arrivé. Ce serait égoïste de vous ignorer alors que j'aurais apprécié avoir quelqu'un pour m'aider. Je sais à quel point on peut se sentir seul et perdu durant les premiers moments ici alors si je peux aider à ce que ça se passe bien, je le fais. Ça me parait normal. - Je haussais les épaules. - Et toi mon pauvre, tu paraissais vraiment largué. Alors entre ça et tes abdos que j'ai totalement deviné à travers les vêtements, j'ai pas pu résister. - Faudrait pas que la conversation tourne trop sérieux.

Je le gratifiais d'un sourire amusé et allais m'installer sur un banc de musculation, coinçant mes pieds dans les rondins de mousse avant de commencer à faire travailler mes abdos, plaçant quelques mots entre chaque mouvement. - Et ce que tu disais tout à l'heure... Je suis pas trop d'accord. J'ai eu pensé pareil, toi, moi, d'autres, mais je pense que ce souvenir nous permet aussi d'apprendre. Compétences, savoir-faire... Vas savoir si quelqu'un sait pas quelque chose d'utile à notre... Situation. - J'étais bien placé pour cette catégorie là d'ailleurs, heureusement pour ma sécurité, personne ne savait rien et c'était très bien comme ça. Quoi qu'en soit, je savais rien non plus, alors ça allait... Pour l'instant. - De toute façon, je préfère me souvenir et être Moi, même si je dois prendre conscience de l'enfermement, plutôt qu'être une page blanche qui déambule sans but ni raison.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Help, I need somebody (ft. Elijah)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Help, I need somebody (ft. Elijah)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Série TV - The Vampire Diaries
» (H01-003/Elijah Williams) - Chronologie de Trois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Archives :: Rp-
Sauter vers: