Partagez | 
 

 [NIVEAU 10] What if we restart? || H03-909

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-13
H09-13
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: [NIVEAU 10] What if we restart? || H03-909   Jeu 18 Jan - 21:45

Stressé je le suis. Plus que nerveux de la décision que j’ai pris et du geste que je vais réaliser. Totalement incertain de l’issue d’une situation qui me semble perdu d’avance. Parce qu’une part de moi ne semble pas apte à comprendre le tord que j’ai pu faire. Elle ne comprend pas pourquoi il est encore tant en colère contre moi malgré les semaines qui ont passées. Cette même part maladroite de mon être qui aspire simplement à réparer une faute que j’ai déjà tenté d’expliquer. Sans doute est-ce la raison pourquoi je me sens tant bercé d’incertitudes. Je ne sais pas comment expliquer autrement ce qui s’est passé ce soir-là. Pas autrement que je l’ai déjà fait. Alors quoi lui dire? Comment agir pour ne pas simplement me faire claquer la porte au nez? J’ai plus que senti le fruit de sa colère. Trop bien senti au point d’avoir l’impression de la douleur fantomatique à la simple pensée de la chose. Pourtant je crois faire la bonne chose. Poser un geste que j’aurais dû réaliser d’emblée pour ne pas envenimer la situation. Peut-être est-ce la faute que j’ai réalisé. Attendre. Laisser le temps passer et l’amertume s’accumuler sous prétexte d’une crainte que je ne peux pas même confirmer fondée. Moi toujours si calme et les mains pourtant moites en ce moment. Qu’est-ce qu’il m’a fait celui-là pour me mettre dans un tel état? Ma tête qui tente de me dire quelque chose? Chose qu’elle ne s’est d’ailleurs pas réellement efforcée de faire depuis que je suis arrivé ici il y a quelques mois maintenant. Un indice. Une piste. N'importe quoi à me donner pour éclairer ma tête dans le néant de tant de choses. Perdue sans savoir si j'ai déjà faire face à une telle situation. Ça ne m'étonnerait presque pas au vu de ma façon de gérer la chose. Comme une cause perdue que je n'arriverai jamais à rattraper bien que je ne baisse pas les bras pour autant. J'ai simplement trop laissé tarder. Je le sais, mais je ne sais toujours pas davantage ce que je vais lui dire pour essayer de me faire pardonner tout ça. Pour essayer de recommencer à zéro là où j'ai merdé parce que j'ai essayé d'être une bonne personne. De mon point de vue. Même si la méthode n'était pas au point. Je ne voulais pas abuser. Je ne voulais pas me presser. Je voulais juste... passer du temps avec lui avant de voir vers quoi tout ceci pourrait évaluer. Une simple amitié ou un feu ardent en mes tripes que je ne saurais pas éteindre. Ça je ne le peux pas le deviner. Pas sans le connaître davantage. Bien davantage qu'une colère et une boule de neige dans la gueule et les couilles.

Alors je m'avance d'un pas décidé malgré le toujours moites de mes doigts que je plonge finalement dans mes poches. Le regard perdu essayer de m'aider à me repérer sur ces niveaux qui se ressemblent tous. Pourtant il me semble être au bon endroit. Avoir au moins pour ce détail un minimum de mémoire. Surtout parce que le numéro de son logement je me le suis répété en boucle pour ne pas l'oublier. Pour m'y accrocher. Parce que je savais au fond de moi qu'un jour ou l'autre je tenterais de recoller les morceaux. C'est le choix du moment qui laisse à désirer, mais je m'assume amplement stupide sur ce point et mon timing. Lorsque je me stoppe finalement devant la porte je n'ose pas cogné. Parce que je cherche encore les paroles à prononcer. Je cherche encore quoi lui dire pour le calmer. Et faute de trouver je décide de me lancer dans le feu de l'action tête baissée. Je cogne quelques coups à la porte du logement avant de l'ouvrir pour m'y engouffrer. « 909? » Je le demande doucement en refermant la porte derrière-moi. Mes mains toujours dans mes poches. Inspirant et expirant sans même savoir s'il est là. « Laisse-moi parler avant de te fâcher d'accord? Si tu veux que je parte ensuite je le ferai, mais il faut que je te parle. J'aurais dû le faire bien avant je le sais et j'ai... senti comme tu es en colère. »

J'appui mon dos contre la porte avant de continuer. « Je ne suis pas venu aussi rapidement que je l'aurais probablement dû parce que je ne savais pas comment aborder les choses. Tu dégages quelque chose qui me plait. Vraiment. Mais ce soir-là quand j'ai vu comme tu buvais et comme les choses avançaient je crois que j'ai simplement paniqué. J'ai pensé trop vite sans vraiment réfléchir et j'ai appuyé un peu trop sec sur le frein parce que je ne savais pas quoi faire d'autre. Je ne me sens pas super à l'aise avec tout ça et je le sens que je suis maladroit. Je ne voulais pas te blesser ou te faire du mal. J'essayais juste d'exprimer de la mauvaise façon que j'avais peur de merder avec la première personne que j'ai croisé ici avec qui je me suis senti à l'aise un minimum. Pour merder totalement au final en essayant de ne pas merder. C'est dire comme je suis mauvais. » Je soupire et retire une main de ma poche pour la glisser dans mes cheveux. « Dit-moi juste ce que je dois faire pour me faire pardonner... ou si tu ne veux plus me voir. Je ne t'embêterai plus si c'est ce que tu veux. »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Keep calm and carry on


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-909
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [NIVEAU 10] What if we restart? || H03-909   Mar 23 Jan - 16:36

What if we restart ?Furieux, j’avais donc abandonné mon nouveau colocataire à la cafétéria, mon petit chiot sous le bras, j’étais directement retourné dans notre appartement, ne pouvant supporter d’être non loin de 13. En fait, cette colère, je n’arrivais pas à la contrôler. Je ne m’expliquais pas pourquoi j’étais encore autant en colère contre lui. Parce qu’au fond, j’étais surtout triste. Triste qu’on ne se soit pas revu depuis la soirée d’Halloween, triste d’avoir autant de vide en moi, de ne pas réussir à contrôler ce qui se passait. J’avais les mains qui me brûlaient à cause du froid de la neige, je ne m’étais même pas encore interrogé sur le sujet, et à vrai dire, ce n’était pas ce qui me préoccupait le plus. Depuis que j’avais pu avoir mon petit chien, j’avais pu mettre de côté beaucoup de chose, je ne m’occupais que de lui, et n’organisais mes journées que par rapport à lui. Même si je me privais aussi de certaines choses comme le sport ou la nage, bien que ce ne soit pas pour lui, mais pour éviter justement de croiser 13. Il était fatal qu’à un moment donné, nous finissions par tomber nez-à-nez l’un avec l’autre. Ça me faisait peur autant que j’en avais envie. Je le regardais assis devant les portes de l’ascenseur qui m’observais lui aussi avec sa petite bouille adorable, une de ses oreilles, comme toujours, légèrement rabattue. Malgré ma colère, je ne pu m’empêcher de sourire et de me pencher pour faire un bisou à son museau. Il remua la queue, en profita même pour me lécher le visage. Cette petite boule de poil m’apportait énormément de réconfort.

Arrivé sur mon niveau, je sortais directement de l’ascenseur pour aller en direction de mon logement, où sans surprise, je découvrais que Malik était toujours là, affalé sur le plus grand des canapés, un livre entre les mains. Un des livres que j’avais ramené quand j’étais allé dans l’entrepôt une nouvelle fois après avoir ramener tout un tas de choses que je gardais bien dans ma chambre, du moins celles que je ne voulais pas partager. Il ne releva même pas les yeux vers moi, même s’il fit une remarque piquante à son habitude en remarquant que j’étais tout seul. Pauvre 090… je me sentais mal à présent de l’avoir laissé là-bas… J’espérais vraiment qu’il ne m’en voulait pas pour ça… Quand il rentrerait, je ferais tout pour m’excuser. Mais pour le moment, je voulais surtout me changer, en me levant quelques heures plus tôt, j’avais juste enfiler vite fait un jogging, lui aussi trouvé dans l’entrepôt, j’avais pas mal suer dedans en remontant le sapin et les nouvelles caisses, mais pour autant, je ne voulais pas reprendre une douche. En fait, je limitais mes contacts avec Malik, et faire des aller et retour devant lui faisait parti des choses que j’évitais. Surtout qu’il me faisait bien sentir que je n’étais pas le bienvenue, Monsieur ne sortait pratiquement plus du logement. Bref, j’allais dans ma chambre suivit de mon chiot pour mettre un jean slim noir, une chemise noire toute simple, des brettelles, une espèce de casquette plutôt molle et en tweed sur la tête avec des rangers. Mon habillage à peine terminer, j’entendis frapper à la porte du logement, surtout parce que ma chambre était restée ouverte et quelqu’un entrer. Et m’appeler. Sans peine, je reconnu la voix de 13.

Je n’avais même pas pu faire un pas qu’il avait commencé à parler, ce qui m’avait fait m’arrêter aussitôt. Est-ce qu’il m’en voulait pour ce que je venais de lui faire ? En y réfléchissant, il en avait tout les droits, mais je ne comprenais pas surtout c’était pourquoi il s’était mis à parler comme ça, sans même savoir si j’étais là, sans même me chercher. Mais puisqu’il le demandait, je ne dis rien, me mordant quand même la lèvre quand il mentionna subtilement ce qui venait de se passer. Je me sentais aussitôt comme un gamin prit un faute et baissais la tête, même s’il ne pouvait pas me voir. Bon sang et Malik qui était là, sur le canapé ! Il entendait tout lui aussi ! Et voilà 13 maintenant qui déballait tout… le malaise commençait à grandir alors qu’il continuait de parler, que je restais comme plantait dans l’entrée de ma chambre et surtout que mon chiot venait tout juste de sortir pour voir quel était cet inconnu qui débarquait. Ses mots me touchaient, bien entendu, je commençais à comprendre combien lui aussi était affecté par la situation, encore plus aux derniers mots qu’il prononçait. Prenant enfin mon courage à deux mains, je finis par sortir de ma chambre, alors qu’au même moment, Malik venait de se redresser et de passer la tête par dessus l’accoudoir, me regardant avec un sourire amusé et qui ne m’inspirait rien de bon avant de regarder 13 et de lui faire un petit signe de main. Sans rien dire de plus, il disparu de nouveau dans le canapé. Très gêné par cette situation, je me raclais la gorge.

« Viens par ici 13… on pourra discuter plus tranquillement... »

J’appelais par la même occasion mon chiot qui suivit ce géant de son point de vue à l’intérieur de ma chambre et fermais la porte derrière eux. C’était extrêmement embarrassant par rapport à mon colocataire qui n’allait pas se gêner pour se servir de tout ça contre moi, mais tant pis. 13 venait de faire un très grand pas vers moi, je devais maintenant en faire un nouveau vers lui. Passant mes mains sur mon visage en étant appuyé contre cette même porte, j’avançais de quelques pas vers lui, conservant quand même une certaine distance entre nous.

« Déjà… excuse moi pour les boules de neige… je ne sais pas ce qui m’a pris… Mais quelque part, c’est grâce à ça que tu es venu, donc bon… Bref… Je suis content que tu sois venu, que tu sois là. Et non, je ne veux pas ne plus jamais te revoir, au contraire. En fait… je ne sais pas comment te répondre, pour la bonne et simple raison que je ne sais pas ce que tu pourrais concrètement faire… enfin… je ne sais même pas comment reprendre tout ça… Mais je ne veux pas te voir disparaître de ma vie… Je crois que je comprends ce que tu as voulu faire ce soir là, mais j’aimerai aussi que tu comprennes mon point de vue… Je veux dire… il ne s’était encore rien passé… on plaisantait… On a discuté… on a rien fait d’autre. Que tu coupes tout d’un coup comme ça, j’ai vraiment été vexé... »

En parlant, je réalisais que j’avais peut-être bien réagi trop fortement… même si là encore, je trouvais ça justifier sur le moment, et que je ne me voyais pas réagir autrement… Mais lui pouvait se dire que c’était trop. Soupirant, j’allais m’asseoir sur mon lit, posant mes mains sur mon front, essayant de me calmer, de penser correctement.
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-13
H09-13
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [NIVEAU 10] What if we restart? || H03-909   Mer 14 Fév - 18:10

Forcément je ne pus que serrer fortement les lèvres en haussant les épaules lorsque je vis finalement l'homme à qui je venais d'adresser cette tirade presque irréfléchie sortir de sa chambre, mais pas que. Je ne pus non plus rater celui que je supposa être son colocataire ou un ami me saluant du canapé. Voilà un autre geste qui aurait demandé davantage de réflexion. Je me trouve plutôt dans une situation où encore une fois je sens le malaise s'installer tout comme le pressentiment de n'améliorer les choses en rien en le gênant sans doute de mon petit discours précipité. Maladroit commence à me paraître un bien faible terme pour me désigner à force de temps. Du moins en la compagnie de 909 qui arrive à sa façon à liquéfier mes pauvres cellules cérébrales pour en faire une bouillie que je ne sais pas mettre en forme. « Viens par ici 13… on pourra discuter plus tranquillement... » J'acquiesce de la tête en le suivant en direction de sa chambre où j'entre pour m'y engouffrer de quelques pas. Me retournant vers la porte une fois à l'intérieur d'où j'observe la petite boule de poil m'y ayant suivit en souriant légèrement. Presque rassuré de savoir qu'en un sens il n'était pas totalement seul avec le mal que j'ai pu lui faire il y a quelques semaines. Pas comme cette tortue qui ne m'est pas du plus grand des réconforts il faut l'avouer. Mon frère ou Rosie arrivant bien davantage l'un comme l'autre à apaiser un peu les quelques tourments me vrillant l'esprit. J'en viens à glisser mes mains dans mes poches tout en l'observant finalement fermer la porte et s'y appuyer brièvement. Ne bougeant pas lorsqu'il s'en détacha pour s'approcher de moi. Le laissant parler et l'écoutant silencieusement. J'avais parlé et c'était à son tour de pouvoir le faire. Je n'allais tout de même pas lui enlever ça. Je ne pouvais pas lui enlever cet instant où il m'a exprimé son point de vue sur la chose et comment j'ai pu le vexer de mes paroles et agissements. Avec raison sans doute. « Je suis désolé. Vraiment. Je... »

Je me déplace vers le lit à sa suite pour aller m'asseoir à ses côtés. Laissant tout de même une distance entre nous pour ne pas qu'il me sente plus envahissant que j'ai déjà l'impression de l'être. Observant le chien non loin en me frottant le menton. « Je tiens à toi. Comme une bonne connaissance. Peut-être même comme un ami. C'est difficile de le préciser dans mon esprit parce que je me sens comme si je t'avais toujours connu sans avoir le sentiment de réellement te connaître encore et j'aimerais développer ça. Si tu veux bien. Je voudrais qu'on puisse... oublier ce qui a pu se passer entre nous et juste reprendre après ce moment où je t'ai reconduit ici après que tu aies été totalement trempé à la piscine. Que je te laisse une impression plus sympathique qu'amer. » Je tourne finalement les yeux dans sa direction pour l'observer lui, mais surtout sa réaction. Y cherchant quelque chose qui pourrait me signifier si oui ou non je tente d'emprunter le bon chemin avec lui. « Ça serait pratique d'avoir un bouton qui fait perdre la mémoire à nouveau dans ce genre de situation, mais... je crois que ça n'améliorerait pas mes capacités sociales pour autant. Je me sens plus un homme d'action qu'un homme de paroles, mais je suis aussi plus... coincé que je l'imaginais. Enfin je ne sais pas si c'est la bonne façon de l'exprimer. Disons que je me sens insécure et maladroit face à tout ça parce que tout me semble fragile dans cet endroit. Je n'aime pas ça. Ça me rend mal à l'aise de ne rien contrôler. »

J'hausse les épaules en soupirant. « Ce que je fais là par contre je le contrôle. Je contrôle ma part des choses. Je suis venu parce que j'en avais envie. Pas que parce que ça m'a fait un mal de chien cette balle dans les couilles. Tu m'as pas raté. » Un sourire s'étire finalement sur mes lèvres alors que je lève une main pour la tendre dans sa direction. « Désolé je parle beaucoup. J'espère juste trouver les bons mots dans le lot. Alors... qu'est-ce que tu en dis? On recommence à zéro? » Et sans doute oui que j'espère un peu trop qu'il dira oui. Même si après coup je ne me sentirai aps davantage avancé. Je ne saurai pas davantage ce que je vais pouvoir faire ou dire pour tenter de recoller les morceaux. Simplement parler avec lui? Rattraper le temps perdu de potins et anecdotes? Recommencer cette visite de la ruche que nous n'avons jamais vraiment terminé? Qui sait peut-être que de ce côté il pourra m'éclairer...

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Keep calm and carry on


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-909
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [NIVEAU 10] What if we restart? || H03-909   Ven 16 Mar - 11:35

What if we restart ?Je l’avais sentis s’asseoir sur le plus que je ne l’avais vu faire. Je n’osais pas relever les yeux vers lui. Parce que j’avais peur de ce qui pourrait arriver, de ce qui pourrait se dire par la suite. Parce que tout à coup, j’avais peur que certaines choses aient changé, qu’il ne me voit pas de la même façon que ce fameux soir avant que les choses ne dérapent. Peur qui s’avéra juste alors qu’il reprenait la parole, une bonne connaissance, un ami. La logique voudrait alors que ce soit moi qui m’était bel et bien planté depuis le début et qui m’étais fait des idées… Sauf que je gardais encore et toujours en tête ce qu’il m’avait dit ce soir-là, il ne voulait pas que ça se passe comme ça, qu’il me saute juste comme ça… Je comprenais de moins en moins ce qu’il voulait, ce qu’il attendait de moi.  Alors, sa proposition, je ne l’écoutais qu’à moitié, pas vraiment certain de vouloir recommencer de là, sachant que ça ne faisait que nous faire reculer. Mais en même temps, qu’est-ce qu’on avait comme autre alternative ? Oublier… Oublier ce qui était arrivé ? Est-ce qu’il était sérieux dans ce qu’il disait ou il ne se rendait pas compte de l’ironie de la chose ? Je relevais les yeux vers lui, les sourcils haussés, prêt à lui poser la question avant de réagir au reste, mais la suite de ses paroles m’arrachèrent un sourire. Je comprenais de moins en moins ce qu’il attendait de moi et où nous allions mais je retenais quand même une chose : il était adorable.

Et bavard. Enfin, ça, je l’avais déjà compris, mais en l’occurrence, c’était flagrant, et même s’il essayait d’obtenir une réponse de ma part, il ne me laissait pas l’occasion de le faire. Cependant, ce flot continue de paroles me permettait quand même de réaliser qu’il ne voulait vraiment pas que tout s’arrête comme ça, et même si nous n’avions peut-être pas les mêmes envies sur cette relation, il y tenait quand même. Même si son histoire de tout oublier à nouveau ne me plaisait vraiment pas. Les souvenirs que je m’étais fais ici étaient les seuls qui me restaient, je n’avais pas envie de les perdre à nouveau, même si certains ne m’apportaient que de lointains cauchemars. Dans le flot des informations qu’il tentait de me tenter, j’essayais de retenir le maximum, et surtout ce que lui même ressentait sur lui : être un homme d’action. Avec une carrure comme la sienne, ça n’était pas si étonnant. La question d’en savoir plus sur lui m’effleura à nouveau, comme elle l’avait fait de nombreuses fois, mais pas seulement sur son caractère, sur sa vie d’avant. Le sport, l’action… et donc pas forcément très à l’aise avec les mots. Et qui aimait avoir le contrôle.

Je souris, ou plutôt grimaçais, légèrement mal à l’aise quand il mentionna la seconde boule que je lui avais envoyé dans les parties, mais mes yeux se posèrent sur la main qu’il me tendait. Sans tellement réfléchir, je l’attrapais, mais pas pour la serrer comme une poignée de main, je glissais mes doigts entre les siens, peut-être pour essayer de lui faire passer un message, mais surtout parce que j’avais envie. Envie de reprendre le contact physique avec lui. Envie de pouvoir sentir sa main autour de la mienne. D’autant plus qu’enfin il se tut. Attention, j’aimais beaucoup sa voix, et intimement, j’étais certain de pouvoir l’écouter parler autant qu’il le voulait pour quelqu’un qui se sentait maladroit en parlant, mais là, il fallait qu’il se taise. Juste quelques minutes. Non seulement pour me laisser répondre mais aussi pour me laisser réfléchir. Avec tout ce qu’il venait j’en avais bien besoin. Pendant ce silence, mon petit chiot se rappela à nous en posant ses petites pattes avant sur le bord du lit et l’espace qui nous séparait, les yeux toujours rivés sur 13 qu’il ne connaissait pas. Il se rapprocha d’ailleurs même pour le renifler de nouveau, pour grimper tout d’un coup sur lui, continuant de le sentir. Un véritable inspecteur. Sans lâcher la main de mon… « ami » je vins flatter la tête de la petite boule de poil, juste derrière les oreilles, pour le rassurer. Et enfin, je repris la parole, même si je n’étais absolument pas sûr de ce que j’allais dire.

« Il y a surtout une chose qu’il faut que tu comprennes, et à laquelle j’ai besoin d’une réponse claire, c’est vraiment tout ce que je te demande. Tu… me vois comme un ami, c’est ce que tu viens de dire, une bonne connaissance… Mais cette fameuse nuit, tu as reconnu que je te plaisais. Est-ce que c’est toujours le cas ? Parce que sache que tu me plais vraiment. Depuis notre rencontre en fait. Alors… si tu veux revenir en arrière, si c’est là le moyen de repartir sur de meilleures bases, pourquoi pas, mais pas si c’est pour changer complètement de direction. Je veux surtout que ce soit bien clair entre nous. Enfin, si vraiment tu ne me vois que comme un ami, je ne peux pas te forcer à quoi que ce soit. »

Ce n’était vraiment pas ce que j’espérais, je crois même que j’avais peur de l’entendre me répondre, j’avais peur d’entendre qu’au final, ce n’était que pour m’épargner, ou juste sous le coup de la soirée, et de ce que je portais. Ce qui pouvait se comprendre aussi. Et surtout, j’avais peur de ma réaction à sa réponse. Il y avait quelques minutes encore j’avais fait preuve d’une impulsivité particulièrement… douloureuse pour lui, qu’est-ce qui allait m’empêcher de réagir de la même façon si effectivement, il préférait que les choses restent complètement platonique ? Face à cette nouvelle inquiétude, je retirais lentement ma main de la sienne pour récupérer mon animal qui continuait de faire le tour de sa personne avec son flaire, et si j’en jugeais par son expression, il ne savait pas s’il devait se comporter avec lui comme il le faisait avec Malik ou plutôt comme avec 090. Alors pour éviter d’avoir ma réponse, même si au fond de moi je l’attendais, je partais sur un autre sujet de conversation.

« Excuse-le, il est encore un peu fou, je ne l’ai pas encore bien dressé. Déjà parce que je ne sais pas comment on fait et surtout, je n’arrive pas à lui trouver de nom. Rien de ce que je trouve ne colle. »
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-13
H09-13
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [NIVEAU 10] What if we restart? || H03-909   Lun 2 Avr - 15:30

Je lui ai tendu la main comme on tend un crayon pour signer un contrat. Pour essayer de clore une entente que je ne savais pas même avoir bien formulé ou non. Je n'étais pas doué avec les mots et ça c'était une évidence. Pas seulement avec lui. Si tout pouvait me sembler particulièrement clair dans mon esprit ça en était tout autrement dès que les mots commençaient à s'égarer hors de mes lèvres que je ne pouvait empêcher de parler. Empêtré dans ma propre bouche comme on se prend les pieds dans un tapis. Douloureusement incertain de chaque mot prononcé dès que je me taisais pour laisser le silence prendre le dessus sur toute ma bonne volonté. Parce que c'est ce dont j'étais armé. Beaucoup de bonne volonté. Ce qui malheureusement ne suffisait en rien à régler les situations. Régler les soucis que j'avais moi-même engendré sans vraiment m'en rendre compte. Je préférais largement me contenter d'agir tout en gardant la bouche close si on m'en donnait l'opportunité. Montrer ce que je veux réellement plutôt que l'exprimer stupidement ou de la mauvaise façon. Dans cette sphère par contre... Je me sentais tout aussi maladroit en gestes qu'en paroles. Comme si quelque chose en moi coinçait malgré mon ressentiment. Malgré mes envies dévorante et cette maîtrise de moi bien trop exemplaire que je m'efforçais d'appliquer comme on respecte une règle. Je n'y comprenais rien du tout. Comment est-ce que je pouvais être à la fois si certain et si coincé? Si ouvert d'esprit et si fermé sur tout ceci. Comment est-ce que je pouvais venir en paix vers lui en sachant pertinemment ce que je lui avais dit le soir où j'ai merdé et en disant presque totalement l'inverse à l'instant? C'est comme si tout ceci me dépassait. Comme si je craignais quelque chose sur quoi je n'arrivais pas à mettre le doigt tout en ne trouvant pas les mots pour réellement dire ce que je ne crains pas.

Je ne crains pas le contact de ses doigts dans les miens. Glissant pour s'y installer alors que je referme doucement ma main contre la sienne. L'observant d'un regard que je ne sais comment traduire. Incertain? Effrayé? Profondément désolé? Laissant le silence planer entre nous sans ressentir le besoin de le briser. Réfléchissant simplement à cette main aux doigts entrelacés aux miens. Cette chaleur émanant entre nos peaux ainsi jointes dans un message que je ne sais totalement comment interpréter. Attendant les premières paroles qu'il prononcera pour me faire une tête à ce sujet. Des paroles me poussant à frénétiquement me mordre la lèvre. Comme un enfant qui sait avoir fait une bêtise et ne sait pas vraiment quoi faire pour la réparer. Parce que j'ai cette impression que peu importe ce que je vais dire je risque d'empirer les choses. De détruire tout ce que je suis venu ici pour réparer. Parce que ce n'est pas qu'il ne me plait pas. Au contraire. Sa peau me fascine depuis des semaines. Ses tatouages. Ses traits. Cette personnalité à la fois si joviale et imprévisible. Une fois calme et l'autre totalement explosive. J'ai tout de même encore peur de précipiter les choses. Peur d'aller trop vite. Peur de me lancer sur une pente glissante sans avoir toutes les informations. C'est le risque. C'est la vie. Je le sais bien, mais ça me braque d'une façon que je n'arrive pas à contrôler. Justement parce que je n'ai pas de contrôle sur ça. Moi qui ne m'imaginait en rien être un 'control freak' il semble au contraire que ce soit ça qui me rassure. La routine. Le connu. Savoir où je vais et pour faire quoi. Savoir avec qui je suis et à quoi m'attendre. Ce qui n'est pas totalement le cas en ce moment et c'est sans doute ce qui n'améliore en rien les choses. Je le connais oui, mais pas autant que je le voudrais.

J'observe la petite boule de poils du coin de l'oeil pour ne pas me contenter de fixer 909 d'un regard vide alors que je réfléchis. Alors que je cherche désespérément une réponse que je connais déjà au fond de mes tripes. Plutôt une façon d'aborder les choses de la bonne façon. Une façon de... ne pas ressortir d'ici en ayant envie de me frapper la tête contre un mur jusqu'à ce que je ne la sente plus. Jusqu'à ce que je ne sente plus l'aura de la stupidité chronique planer au-dessus de ma tête. « Excuse-le, il est encore un peu fou, je ne l’ai pas encore bien dressé. Déjà parce que je ne sais pas comment on fait et surtout, je n’arrive pas à lui trouver de nom. Rien de ce que je trouve ne colle. » Et à ce moment-là je ne sais pas ce qui m'a pris. Le moment où il me parle tout bêtement de son chien pour combler le nouveau silence et ses doigts se dissociant des miens. Je ne sais pas pourquoi je me suis laissé porter d'une impulsivité ne me ressemblant en rien. J'ai simplement doucement agrippé son visage de mes mains pour l'approcher du mien et poser mes lèvres contre les siennes. Fermant les yeux en emprisonnant sa bouche de la mienne. Mes mains glissant de son visage à sa nuque pour terminer sur ses épaules avant que je ne me recule doucement. Retirant finalement mes mains de ses épaules. « Est-ce que ça répond à ta question? » Définitivement un homme d'action.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Keep calm and carry on


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-909
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [NIVEAU 10] What if we restart? || H03-909   Jeu 5 Avr - 21:44

What if we restart ?J’essayais de ne pas penser, de ne pas trop cogiter, de ne pas surinterpréter ce silence. Quoi de mieux que mon petit animal de compagnie pour cela ? Depuis que je l’avais, il me permettait de garder un certain calme, de ne pas penser au reste. Je me concentrais sur lui et rien d’autre. Le sortir faire ses besoins, le nourrir, essayer de le dresser, jouer avec, le câliner… et éventuellement le nommer aussi. Tout ça prenait du temps, de l’énergie et occupait mon cerveau. Si bien qu’il y avait très peu de place pour que je cogite. Alors… autant continuer de cette façon, même si j’avais à côté de moi celui qui perturbait mon esprit, même si nos mains étaient toujours enlacées. Même si je me sentais angoisser un peu plus face à ce silence, même si je peinais à croiser son regard sans avoir envie de le secouer, j’étais tout simplement content de pouvoir l’avoir avec moi. Un souhait parfaitement égoïste, peut-être qu’il avait surtout hâte de pouvoir retourner manger en ayant l’esprit tranquille, de ne plus craindre de recevoir des boules de neiges dans les couilles.

Au contact brisé de mon propre fait, je ne m’attendais pas à sentir de nouveau sa peau contre la mienne, en fait, je m’attendais presque à une réponse, quelle qu’elle soit sur ma boule de poils que j’avais pris dans mes bras, et qui fatalement se trouver entre nous deux. Pas le moindre du monde je ne m’étais attendu à ce qu’il pose ses mains sur mon visage et sentir la chaleur de son souffle sur mes lèvres. Les informations n’étaient pas encore arrivées  à mi-chemin que je me retrouvais à répondre à son baiser et à me serrer davantage contre lui, frissonnant de sentir sa main se glisser dans ma nuque. Le baiser, le fait qu’il s’accroche ainsi à moi, même si la pression n’était pas trop forte, je sentais l’urgence qu’elle en dégageait. Combien de fois est-ce que j’avais voulu ça ? Depuis ce fameux soir, je regrettais que ça n’ait pas eu lieu, je regrettais de ne pas avoir franchit ce pas là, de ne pas lui avoir fait comprendre à quel point j’étais attaché à lui avant que tout n’arrive. Mais trop court. Ce fut bien trop court à mes yeux, il se reculait déjà, il me lâchait complètement, comme si… ça n’avait été qu’une illusion, encore une. Mais enfin, il se remit à parler. Depuis qu’il était là, depuis qu’il avait commencé à parler tout seul, c’était le moment où je voulais justement qu’il parle. Entendre sa voix, enfin, provoqua des battements irréguliers dans ma poitrine, qu’il se redémarrait après avoir cesser de fonctionner pendant un trop long moment. J’ouvrais les yeux dont je n’avais pas eu conscience d’avoir fermer, le souffle court. Est-ce que ça répondait à ma question ? Il n’avait pas idée de tout ce à quoi ça répondait.

Déposant mon chiot derrière moi sans quitter 13 des yeux, je monter sur ses genoux pour prendre à mon tour son visage entre mes mains, mon regard plongé dans le sien. Peut-être que j’étais déjà fou, peut-être que c’était un état naturel et qui expliquait beaucoup de choses chez moi, mais lui me rendait encore plus dément. Et ça me faisait peur. La dernière fois que j’avais ressentis ça… Je ne voulais pas que ça arrive encore. Je ne voulais pas qu’il disparaisse lui aussi. Je ne voulais pas me sentir encore une fois abandonné. Encore un souhait égoïste. Pourtant, j’avais vraiment envie de le supplier de ne pas faire pareil… qu’il reste pour toujours.

« Alors… je peux me permettre de faire ça, à mon tour... »

C’était trop court moi, j’en voulais plus. Plus longtemps du moins. Je n’oubliais pas tout ce qu’il avait dit ce fameux soir, et quelque part, j’étais d’accord, mais surtout, je n’éprouvais pas tellement le besoin d’aller voir plus loin. Avoir l’accès à ses lèvres, je m’en contentais pour le moment. Parce que c’était une preuve que je pouvais étouffer certaines de mes inquiétudes et… profiter, tout simplement. En me penchant légèrement, je capturais à mon tour mes lèvres entre les siennes, pour un baiser bien plus long. Du moins jusqu’à ce que ma boule de poils blanche ne se rappelle encore une fois à moi, posant ses deux petites pattes sur mes côtes, comme s’il cherchait à me pousser loin de 13. Je ris alors contre ses lèvres avant de me décaler juste un peu et le laisser s’imposer tout seul entre nous, comme un petit roi.

« Bon, je ne sais pas s’il veut qu’on reste à une distance l’un de l’autre ou s’il ne veut pas que tu me touches, mais il est clairement protecteur. Ou jaloux, à voir. »

Profiter seulement. Je le lui avais reprocher de ne pas le faire, et j’oubliais de le faire moi-même. Crétin que j’étais. Mon estomac avait beau se détendre à présent, s’apaiser, ce n’était toujours pas le cas de mon crâne. J’étais terrifié à l’idée de faire quelque chose de travers. Ou plutôt de ne pas réagir de la bonne façon. J’avais peur de trop me réjouir, mais en même temps, comment pouvais-je faire autrement ? De longues semaines à le fuir, à lui en vouloir… alors qu’avec ce que je venais de lui faire, il m’embrassait… Quelque part, mon esprit me disait que cette réaction là ne tournait pas rond non plus… Posant le bord de mes paumes sur mes tempes, j’essayais de chasser toutes ces pensées pour ne me concentrer que sur le plus important, H09-13 qui était là, avec moi, ou plutôt moi qui étais sur ses genoux, et du bonheur qu’il me faisait ressentir. Le reste n’avait pas sa place. Le reste m’embrouillait pour rien.

« Est-ce que tu veux reprendre ce tour alors ? Sans passer par le coin piscine, sauf si tu veux me servir de bouclier ? Mais si tu te retrouves trempé… il y a de forte chance que… ma joie s’exprime de nouveau. »
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H09-13
H09-13
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [NIVEAU 10] What if we restart? || H03-909   Ven 11 Mai - 16:37

Mon cœur pulse contre ma poitrine d'un rythme effréné. Il est à la fois l'indice parfait de mon état d'esprit actuel après avoir posé mes lèvres contre les siennes et ce qui me tiraille si fortement. Le juge de mon action qui se voulait déterminante pour la suite des choses, mais la traduction parfaite de cette panique profonde que je peine à gérer. Comme s'il y avait quelque chose dans cette situation qui éveillait en moi une frasque de mon passé oublié. Quelque chose de suffisamment puissant pour que je n'arrive plus à penser. Pour que je ne sois rien de plus que l'ombre de l'homme que je suis la majorité du temps depuis que je suis ici. Bien loin du calme exemplaire dont j'ai fait preuve. De la délicatesse tout autant que la force avec laquelle j'encaisse chaque chose et essaie de tout gérer. Une faille dans le mur si stricte me dictant ma conduite. Une faiblesse que je ne sais contrôler. Est-ce que je regrette mon geste? Assurément pas. Est-ce que je sais comment poursuivre maintenant qu'il se hisse sur moi en plaçant ses jambes de par et d'autre des miennes? Assurément pas non plus. Je me sens tout aussi démuni qu'un enfant seul dans une foule bondée d'étrangers. Coincé dans une bulle que je ne sais pas comment percer même si je le voudrais. Je ne sais pas quoi dire ou faire pour ne pas merder comme la première fois, mais je ne sais pas non plus comment gérer tout ça. Gérer la crainte que je commence à sentir se matérialiser en quelques fines gouttelettes de sueur glissant dans mon dos. Faisant frissonner mon échine maltraitée de si peu. Le regard fixe dans le sien qui m'observe. Sentant la chaleur de ses mains contre la peau de mes joues. « Alors… je peux me permettre de faire ça, à mon tour... » M'abandonnant à cette étreinte de sa bouche comblant le manque de la mienne. Son souffle chaud s’immisçant en mon être pour s'y creuser une place. Y laisser une marque indélébile que je ne saurais de toute façon pas comment effacer. Je le laissais s'approprier mon être plus longuement sans résister. Sans même chercher à m'en détacher. Parce que malgré la panique j'avais besoin de ça. Besoin de sentir que tout n'était pas perdu malgré ma maladresse.

Du moins jusqu'à ce qu'il commence à rire contre mes lèvres alors que j'haussais un sourcil sans comprendre. Réalisant seulement après coup la raison l'ayant poussé à se décaler légèrement. La petite boule de poil se frayant passage entre nous. « Bon, je ne sais pas s’il veut qu’on reste à une distance l’un de l’autre ou s’il ne veut pas que tu me touches, mais il est clairement protecteur. Ou jaloux, à voir. » J'esquisse un faible sourire sans réellement savoir quoi présumer de l'attitude de la bête malgré le fait que sa présence si près me rassure. Étrangement. « Au moins il y avait quelqu'un pour veiller sur toi. » C'est bien la seule chose que je trouve à dire. J'observe le chien un bref moment. La boule en mon ventre semblant vouloir s'y frayer passage de nouveau dès que le silence s'installe entre nous. Même pour un instant. Une seconde. Craignant assurément de m'empêtrer de nouveau en prononçant le moindre mot pour combler le silence que je craignais tout autant de devenir pesant. Je ne savais pas quoi faire. Quoi dire. Comment agir. Je sentais avoir fait un pas dans la bonne direction. Peut-être, mais pour le reste je retrouvais bien vite ce désagréable sentiment d'insécurité que je n'arrivais pas à apprivoiser. « Est-ce que tu veux reprendre ce tour alors ? Sans passer par le coin piscine, sauf si tu veux me servir de bouclier ? Mais si tu te retrouves trempé… il y a de forte chance que… ma joie s’exprime de nouveau. »

J'esquisse un plus grand sourire tout en observant son visage. Cherchant comment formuler ce que j'ai réellement envie de faire à l'instant sans qu'il ne le prenne mal d'une quelconque façon. Supposant que je ne peux pas faire pire que ce que j'ai déjà fait par le passé. J'avance donc une main pour aller récupérer la sienne. Renouer nos doigts comme c'était le cas il y a à peine quelques instants. Posant mon regard dans le sien avant de me lancer. « Ce que j'aimerais vraiment en ce moment c'est rester ici avec toi. Simplement profiter de ta présence. Me coucher près de toi et espérer que ton chien s'accoutumera à ma présence. T'aider à lui trouver un nom même. » Je serre un peu ses doigts des miens. « Je crois que ça... pourrait aider à chasser un peu le malaise des derniers mois. Qu'est-ce que tu en penses? Je ne veux pas te forcer à rien. Je ne veux pas non plus qu'il y ait un gouffre entre nous, mais je ne sais pas non plus comment... disons m'empêcher de faire une nouvelle bêtise. Alors je me dis que passer un bon moment ensemble nous aidera peut-être à mieux nous cerner l'un l'autre pour qu'on tente de ne pas nous retrouver dans une situation désagréable une nouvelle fois. J'aimerais vraiment que ça se passe bien... »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


Keep calm and carry on


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [NIVEAU 10] What if we restart? || H03-909   

Revenir en haut Aller en bas
 
[NIVEAU 10] What if we restart? || H03-909
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» POI Passage à niveau sur Nuvi 205
» Niveau Maximum des héros d'après le contenue d'une variable.
» UN TUTO POUR EFFECTUER UN FORMATAGE DE BAS NIVEAU POUR DISQUE DUR SEAGATE
» Passage à niveau Faller 120171
» Inertie gérée au niveau des rames ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace création de miel :: La Ruche-
Sauter vers: