IMPORTANT de lire cette annonce pour tous les membres.

Partagez | 
 

 Erreur sur la personne - ft. H13-021

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H05-999
H05-999
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Erreur sur la personne - ft. H13-021   Mar 23 Jan - 16:25

Erreur sur la personneH13-021 & H05-999Petit à petit, je commençais à ressortir de mon logement, il était d’ailleurs préférable que je n’y reste plus aussi longtemps que ce que j’avais pu le faire les semaines précédentes. Lentement, j’essaye de me décrocher des deux points de repères qui n’étaient pourtant pas aussi rassurants que je le voudrais, bien au contraire. Et pourtant, passer du temps avec eux m’apportait énormément de bien-être, même si je ne pouvais vraiment être complètement détendu. Complètement moi-même. Surtout que j’avais peiné pour leur expliquer pourquoi est-ce que j’avais le visage massacré et leur dire qui m’avait fait ça. En fait, je ne leur avais pas vraiment dit qui exactement. Une rencontre. Je n’étais même pas capable de leur dire que c’était une mauvaise rencontre, parce que c’était faux. Ce n’était pas une mauvaise rencontre, c’était tout le contraire. Je n’arrivais pas à leur mentir, c’était ironique d’ailleurs, alors que je n’avais aucun remord à le faire avec n’importe qui d’autre. Mentir à ma jumelle, et à celui que je soupçonnais être mon frère, ce n’était pas possible. Il y avait trop de choses dont je me sentais coupable envers eux pour rajouter ça en plus. Je n’arrivais pas à trouver le lien exact avec les diverses choses, mais les cris que j’entendais de ma sœur, l’explosion que je revoyais sans cesse, et les larmes que Batman avait eu en me découvrant… j’étais responsable de tout ça. C’était une certitude et toutes ces choses… cette explosion… je l’avais provoqué. J’en étais encore plus sûr. Et cette rencontre… même si j’en étais ressorti amoché, même si mon visage en portait encore les marques, j’en étais heureux. J’avais trouvé quelqu’un d’autre comme moi. En arrivant, j’avais pu rencontré Caïn, qui était un prédateur lui aussi, mais qui était bien plus dangereux que tout ce que je pouvais être. Je me méfiais de lui. Là… Ce blond, on était plus proches. Je le sentais au plus profond de moi. J’en étais sûr. Malgré ce qui était arrivé, malgré les coups portés. En fait, c’était surtout grâce à ces coups que j’avais vu ce petit quelque chose.

Ce jour-là, j’étais sorti très vite de mon logement avant que le Papy ne se réveille et que je ne croise le bisounours pour aller directement dans l’aire de jeu avec mon saxophone. J’avais besoin de jouer, j’avais besoin d’être dans un coin tranquille pour pouvoir extérioriser pas mal de choses. La musique m’aidait toujours, et ce depuis que j’avais découvert que j’avais ce talent là. Même si ces derniers temps, je ne trouvais plus le cœur à toucher à mon instrument. Encore une fois, cette rencontre avait aidé beaucoup de choses. J’avais peut-être bien monopoliser l’aire de jeu pendant toute la matinée, ayant sauté le petit-déjeuner, juste pour m’aérer complètement l’esprit. Se servir de ce qu’il y avait dedans pour l’expulser dans le cuivre, en faire quelque chose de beau. Ça pourrait presque être poétique si ce qu’il y avait dans mon crâne n’était pas aussi monstrueux. Même moi, j’en avais conscience. Est-ce que je me sentais coupable de tout ça justement ? Non. Enfin, ça dépendait de quoi. Est-ce que je me sentais coupable d’avoir fracassé le visage de l’autre blond qui avait débarqué dans l’appartement avant que mon colocataire ne débarque ? Non. Mais pour les flashs… c’était une autre histoire.

Voilà que je me retrouvais dans la cafétéria à onze heures, mon estomac grondant bien trop pour que je continue de l’ignorer. Mon saxophone sur le dos, je me trimballais dans la pièce, surtout dans la zone de la trappe, à la recherche de quelqu’un qui avec qui partageait mon plateau comme l’avait décidé cette stupide règle. J’attendis pendant plusieurs minutes avant qu’enfin une fille ne se présente et que je mette les choses au clair, je gardais le plateau et j’allais manger dans mon coin, et elle prenait sa portion pour aller bouffer dans son coin à elle. C’était toujours ce que je faisais quand je devais partager mon plateau avec des inconnus, et c’était bien plus simple, au moins, je pouvais être tranquille. J’allais donc me poser sur une table, déposant mon saxophone devant moi, faisant bien exprès pour ne pas avoir de voisin. Manger tout seul, ça n’était pas un problème pour moi, bien au contraire, d’autant plus qu’être seul me permettait d’observer les lieux, les gens. Le dos vers le mur, au fond de la pièce autant que possible, je m’offrais le meilleur panorama et de là, je pouvais m’attarder sur n’importe qui.

Combien de temps est-ce que j’étais là, j’avais terminé mon riz cantonais depuis un moment, mais le plateau mis de côté, les bras croisés sur la table, j’étais légèrement penché en avant, mon regard papillonnant sur chacune des abeilles qui entraient petit à petit. Je reconnaissais bien des visages ici et là de celles et ceux que j’avais déjà pu croiser, mis aucun réellement familier et agréable. En même, il n’y en avait que peu qui avait grâce à mes yeux. Et finalement, je le reconnus. Lui. Le blond. Ce blond qui m’avait fait passé un excellent moment. Il était là. Il venait tout juste d’entrer. Un large sourire fendit mon visage alors que petit à petit, ses traits devenaient clairs, que je le voyais de mieux en mieux. J’avais une furieuse envie de le rejoindre, ou même de lui faire signe. Mais je restais là, attendant de voir comment il allait réagir. Est-ce qu’il allait me voir ? Est-ce que j’allais croiser à nouveau son sourire ? J’étais curieux de voir comment il allait agir cette fois-ci.
© Crimson Day

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Definition of true trust ? Two cannibals giving each other a b**job.


Badges:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H13-021
H13-021
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Erreur sur la personne - ft. H13-021   Dim 28 Jan - 12:07

H05-999 & H13-021

Hell. You're such a fool.


Les joies de la colocation féminine. Deux pour le prix d’une. Trois chambres, et il avait fallu qu’on le mette avec des pisseuses comme on dit dans le jargon. Le jargon de quoi ? Ca il n’est plus très sûr, n’en sait même pour ainsi dire rien mais… Soit. Il est là, à laisser traîner quelques affaires à même le sol, provoquant probablement fureur et indignation, même s’il ne peut s’empêcher de loucher sur leurs courbes agréables. Quel dommage de toujours tomber au bon moment dans le logement, c’est-à-dire quand elles sont habillées. Un soupir s’évapore de ses lèvres humidifiées plus tôt alors qu’il roule des yeux, doigts pinçant négligemment l’arête de son nez avec tout autant d’indignation et air blasé. Impossible de dormir plus, hyperactivité lancée au beau milieu de ce lit dans lequel il est assis. Même s’il n’est pas debout aux aurores – si tant est qu’il y en ait un ici, Blackjack de son surnom gentiment donné par il ne sait même plus qui, entreprend de s’échapper des draps en sous-vêtements. Lorsque ses doigts se posent sur la poignée de la porte de la salle de bain et que cette dernière refuse de s’ouvrir, le blond comprend rapidement que la majorité féminine l’emporte en cette matinée et rebrousse chemin en direction de sa chambre où il enfilera ses vêtements le temps du déjeuner. Finalement, sans le vouloir il a fait la grasse matinée. Gourmette au poignet qu’il triture doucement comme un tic perpétuel, il se dirige d’un air encore endormi jusqu’à l’ascenseur où il appuie sur le bouton comme une brute épaisse pendant de longues secondes. « On est dimanche, j’ai pas envie de m’énerver alors grouille-toi. » qu’il lâche subtilement à l’ascenseur en observant ses camarades à sa droite et à sa gauche, cheveux en bataille qu’il remet en ordre d’un geste de main. Puis, il offre savamment un sourire en coin qui se veut agréable aux autres abeilles qui, elles, n’ont pas l’air de trop l’apprécier. Il ne comprend vraiment pas pourquoi. « Il est extrêmement lent ce matin vous trouvez pas ? ». « T’as qu’à prendre l’escalier. ». Ah. Les escaliers… Du niveau six jusqu’à… Il ne sait plus où. Quelle charmante idée. Le ding typique retentit enfin et la jeune femme rentre en premier, rapidement suivie de vint et un et de l’autre acrobate des escaliers. Lui faisant face après avoir pris place, la paume du blond vient s’abattre contre le plexus solaire du brun. « Comme c’est aimable à toi de t’être proposé pour les escaliers. Tu les aimes tant je ne voudrais pas t’en priver. ». Sans ménagement, il le repousse, portes de l’ascenseur se refermant aussitôt. Il devrait donc patienter quelques minutes de plus. Satisfait, le blond adresse un nouveau sourire à tous ceux présents. Ce Dimanche serait probablement une bonne journée finalement.

Avoir un plateau s’avère non compliqué pour lui, suffit de se montrer courtois et faussement poli. Un jeu d’attitude qu’il n’use que dans ces cas-là, sauf dès lors qu’il veut s’amuser de quelqu’un. Blackjack sait qu’il a une présomption à être un parfait connard, sans doute est-ce de famille étant donné l’altercation qu’il a eu avec celui qui lui ressemble trait pour trait la dernière fois et dont il ignore encore tout. A moins d’une bidouille génétique, ils sont définitivement des frères jumeaux, aucun doute possible à avoir là-dessus, même si cela perturbe plus que de raison. Il y a quelque chose de bizarre, comme si c’était évident qu’ils s’entendent bien autant qu’ils se disputent. Une magnétisation qui les pousse constamment à se revoir et à parler sans réfléchir. Du moins du côté de vingt-et-un, probablement plus que du côté de 002. Repas en main, il file s’asseoir en bout de table, n’importe laquelle, loin d’être asocial même s’il se contente d’écouter les conversations plus que d’y participer. Il savoure son repas, prend son temps et voit ainsi plusieurs abeilles passer et bavasser à cette même table, toutefois, il a bien senti qu’on le fixait sur la droite, plus loin, bien plus loin. Pour une raison toute ignorée et non comprise.

Peu désireux de rendre les regards, il préfère prendre le parti de ne rien faire, inspecter son assiette partagée avec une autre pisseuse et attendre de voir si l’homme à la peau mat allait bien daigner partir à un moment ou à un autre. Après plusieurs minutes supplémentaires à attendre, il s’avère qu’il l’observe toujours en chien de faïence et à l’instant où les billes bleues devenues plus ou moins rageuses se posent sur le jeune homme, il fronce les sourcils de le voir sourire béatement. Ok, ce mec a un problème. Les yeux glissent alors sur le saxophone posé devant @H05-999 et il penche la tête sur le côté. Définitivement un problème. Bien. Showtime. Ni de une ni de deux, le blond se lève sans débarrasser son plateau et s’approche mains dans les poches de son pantalon trop blanc de l’observateur. « J’ignorais que les saxophones pouvaient parler. Vous avez une conversation intéressante ? ». Moquerie éhontée prononcée à voix haute et sourire narquois qui apparaît aux lèvres, car vingt-et-un ignore. Il ignore que 999 le prend pour son frère.          


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

where's the person
that I know
I no longer feel things I know I should

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H05-999
H05-999
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: Erreur sur la personne - ft. H13-021   Ven 2 Fév - 10:26

Erreur sur la personneH13-021 & H05-999Nous ne nous étions croisés qu’une seule fois il y a quelques semaines, j’avais seulement eu son numéro, et je n’étais pas certain de savoir s’il avait envie de me revoir, son regard sur le moment était le témoin de notre moment si bon partagé, mais rien de plus. Je savais que personnellement, je lui devais beaucoup, en quelque sorte. Mon regard était toujours sur lui, peut-être trop insistant. Il allait de toute façon finir par se retourner, il le sentait forcément. Lui et moi étions semblables, je le savais. Il allait réagir. Mes doigts étaient sur le cuivre de mon instrument, sa présence m’inspirait. Peut-être qu’il me laisserait lui jouer un morceau un de ces jours ? Le bien-être que sa seule présence procurait chez moi était addictif, en plus d’avoir un physique sur lequel je ne pouvais pas m’empêcher de m’attarder. Je dirais presque qu’il me rendait tout chose. J’en trouverais ça presque niais si ce que nous partagions tous les deux n’était pas uniquement centré sur la souffrance.

Enfin il daigne réagir à mes regards, le nouveau jeu pouvait alors commencer. Avec lui, je ne savais justement pas à quoi m’attendre, et c’était peut-être ce qu’il y avait de plus excitant. Ne pas savoir comment il allait réagir, ne pas savoir ce qu’il allait dire. Cette inconnue dans les règles me plaisait, il en était conscient, c’était une certitude. Aussi imprévisible que moi, agissant seulement selon son humeur, ses envies. Aussi, à sa moquerie, je haussais un sourcil, tapotant mon instrument un peu comme on pourrait le faire pour un chien. Ce qui n’était pas totalement faux en y réfléchissant, mon saxophone était mon plus fidèle compagnon, je le chérissais plus qu’une bête et lui au moins se tenait tranquille.

« Nos conversations sont toujours extrêmement intéressantes. Bien plus que celles que je peux avoir avec la plupart de ce qui est doué de parole dans cette Ruche. Et puisque le hasard ne me met pas sur ta route aussi souvent que je le voudrais, je suis bien obligé de me rabattre sur un compagnon aussi… intéressant. »

Il n’y avait pas cette familiarité qui se dégageait de lui la dernière fois, mais j’imaginais qu’avec le délais entre le moment où il m’avait repéré et maintenant, nous étions entrer dans ce fameux nouveau jeu. Je déplorais quand même que nous ne puissions pas retrouver cette… proximité. Ce que je n’allais pas manqué de retrouver de toute façon. Je le voulais et je l’aurais. Sans doute testait-il mes réactions. Très lentement, j’attrapais mon instrument, après avoir repousser encore plus loin mon plateau pour le poser à côté de lui, l’invitant ainsi à s’asseoir avec moi. Mon sourire ne me quittait plus, je ne pouvais pas le chasser, pas alors que j’avais là l’occasion de pouvoir passer un autre excellent moment ensemble. Croisant les bras sur la table, je me penchais légèrement en avant détournant enfin mes yeux de lui pour les poser sur le reste de la pièce.

« Aujourd’hui je n’ai pas de cadeau pour toi, pas de traînées de sang, pas d’inconnus agonissant dans le sang. Même si comme tu peux le voir, mes blessures ne sont pas encore toute à fait cicatrisées. »

En effet, même si je n’avais plus le pansement sur le nez, on pouvait encore voir la plaie dessus faite par mon colocataire, et tous les bleus et fêlures sur mes lèvres qui étaient de son du. Je lui montrais aussi mes mains qui portaient toujours les traces de mes propres tortures. Elles en revanche étaient en bonne voie, les fermer, plier les doigts n’était plus handicapant. La douleur était toujours là, et c’était bien ce qui était encore plus… plaisant quand je jouais. Cette fois, il était vrai, je n’avais pas de quoi faire briller son regard, mais je ne doutais pas une seule seconde que nous pourrions remédier à cela s’il le voulait. En me tortillant un peu, j’attrapais mon couteau en plastique et l’essuyais avec une serviette en papier, jouant avec une fois que je le trouvais suffisamment propre. Avec sa réaction la dernière fois pour les légères traces de sang sur son chandail blanc, j’étais certain qu’il ne daignerait pas y toucher s’il n’était pas impeccable. Je le posais entre nous deux et replongeais mon regard dans ce si beau bleu.

« On ne peut pas dire que c’est extrêmement tranchant, mais avec de la persévérance, on peut réussir tout un tas de choses. Et en le brisant au bon endroit. »

Mon sourire se fit un peu plus… énigmatique alors. Cette fois, j’étais bien tenté non pas de nous en prendre l’un à l’autre, mais ensemble à la même proie. J’étais même curieux de voir comment il passait à l’attaque. J’avais envie de le voir faire. La chose pourrait tout à fait me faire jubiler et frémir, mais je ne serais qu’observateur face à ce prédateur en chasse.
© Crimson Day

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Definition of true trust ? Two cannibals giving each other a b**job.


Badges:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Erreur sur la personne - ft. H13-021   

Revenir en haut Aller en bas
 
Erreur sur la personne - ft. H13-021
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Erreur java affichage didacticiel fourni avec E-Anim
» corbeille enlevée de mon bureau par erreur ??
» erreur materiel 353280 help!!!!
» Message d'erreur pas de vitesse
» [résolu]Message d'erreur ... Besoin d'aide !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LA RUCHE :: Niveaux 2 à 5 :: Cafétéria-
Sauter vers: