Partagez | 
 

 [NIVEAU 10] Allô, tu m'entends ? - ft. F13-31

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-909
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: [NIVEAU 10] Allô, tu m'entends ? - ft. F13-31   Jeu 5 Avr - 19:29

Allô, tu m'entends ?C’est quand on perd quand on perd quelque chose qu’on se rend compte que c’était une chose précieuse. J’avais définitivement fini par le comprendre au fil des jours qui avaient suivit cet incident. Et même, une fois toute cette poussière verte complètement évacuée et que je voyais les lèvres de la jeune femme bouger sans qu’aucun son ne me parvienne. Être privé d’un de ses sens après avoir enfin retrouver son identité… C’était ironique. C’était l’humour de cet Enfer Blanc. Mais revenons au début.

Depuis plusieurs mois, et comme mon cher colocataire Malik, j’avais trouvé dans l’entrepôt cette boîte noire qui affichait un nombre en rouge. Intrigué, je l’avais amené avec moi sans trop savoir ce qu’elle contenait, ce qu’elle pouvait cacher, et encore moi ce qu’elle pourrait me faire. Je l’avais tourné et retourné dans tous les sens, j’avais essayé de trouver une façon de l’ouvrir, de localier un petit coin qui servirait de serrure, avec l’aide de mon autre colocataire, 090, que je me refusais de surnommer Papy comme beaucoup et même comme il m’encourageait de le faire, trop irrespectueux à mon sens. Donc, rien ne semblait vouloir ouvrir la boîte. Et depuis le mois dernier, le décompte avait commencé. J’avais mis du temps avant de le voir et de comprendre ce qui se passait en fait. Ce fut plusieurs jours après que je réalisais que de 30, le nombre était tombé à 27. Et le lendemain pour comprendre pourquoi est-ce que ça descendait. J’avais donc continué de guetter, jusqu’à ses derniers jours, l’oubliant un peu. Mais aujourd’hui, j’attendais que le 1 tombe à 0. Assis en tailleurs sur mon lit, mon petit Pierrot posé à côté de moi. Encore que petit… il avait bien grandit depuis tout ce temps, et grâce à 090, j’avais réussi à le dresser correctement. Même s’il montrer avoir un certain caractère et qu’il était extrêmement protecteur envers moi. Son nom m’était finalement venu à le regarder dormir. Tout en blanc, de grand yeux noir… C’était tellement évident que je m’étais trouvé idiot de ne pas l’avoir nommé ainsi plus tôt. Pierrot. Un personnage au visage tout blanc, vêtu de blanc, et peut-être une petite larme noire… Je ne savais pas d’où me venait cette image, mais elle m’était familière. Et parfaite pour lui.

D’une main je tenais la boîte, les yeux rivés dessus, de l’autre je caressais le flanc de mon chien qui grognait de bien-être, et me donner des coups de tête quand je cessais mes papouilles. Le reste du logement était plongé dans le silence, je savais que Malik était dans sa chambre, et 090 était allé faire un tour dans l’espace vert de ce qu’il m’avait dit. C’était calme, j’avais laissé ma porte ouverte, ayant toujours ce besoin de tendre l’oreille, même si depuis quelque mois, et grâce au dernier arrivant du logement, je n’avais plus ce besoin de m’enfermer dans ma chambre même quand il n’était pas là. Pas étonnant alors que je sursaute violemment quand la porte d’entrée s’ouvrit à grand fracas et qu’en peu de temps, un tourbillon de cheveux brun n’apparaisse dans mon champ de vision. F13-31. Elle était venue un jour en disant que c’était ‘Papy’ qui lui avait proposé de passer, elle n’avait pas l’air méchante, j’avais de suite commencer à parler avec elle. Et même si elle me semblait bien plus jeune que moi, je m’étais bien entendu avec elle. Elle adorait mes tatouages, le fait que je fasse souvent le con, pour le plaisir, et peut-être aussi pour faire sourire les gens, mais j’en étais pas totalement convaincu. Alors bien vite, je crois qu’elle était devenue mon amie. Pas tellement de surprise alors à la voir débarquer comme ça dans ma chambre. Même si un peu plus de douceur et de calme n’aurait pas été de refus. Pierrot s’était redressé lui aussi et jappa d’un air mécontent avant de se rallonger, bien qu’il se rapproche un peu plus de moi. Ayant pour ma part faillit lâcher la boîte, je la calais entre mes jambes pour la regarder en secouant la tête.

« Y a pas à dire, tu sais comment soigner tes entrées toi ! Qu’est-ce qui me vaut un tel empressement de si bon matin ? Y a avait du lion à bouffer à la cafétéria ? »

Je n’eus pas le temps de savoir ce qu’elle disait, mon attention fut détournée par la boîte. Le chiffre avait soudainement changé, il y eut comme un déclic. Dans la seconde même, un morceau de la boîte fut projeté, je le pris même en plein visage, mais pas que. Une espèce de poussière sortait de la boîte, une poussière verte, grosse et épaisse. Mon chien se redressa alors sur le lit, le poil hérissé et se mit à aboyer. Je sentais ce truc épais qui entrait par mon nez, par ma bouche, par mes oreilles… Mes oreilles qui ne parvenaient pas à chasser ce bruit horrible qui me vrillait les tympans, comme un bourdonnement… comme des abeilles. Je ne saurais dire combien de temps est-ce que ça avait duré, mais quand enfin le silence se fit dans mes oreilles, je soupirais de soulagement. Jusqu’à ce que je vois que Pierrot continuait d’aboyer. Et que je n’entendais rien.
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F13-31
F13-31
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [NIVEAU 10] Allô, tu m'entends ? - ft. F13-31   Mer 11 Avr - 19:25

Leonardo & F13-13

hear me roar 


Honnêtement, elle ne saurait dire ce qui lui avait pris de passer soudainement par la salle des casiers, alors qu'elle y avait à peine posé les pieds depuis son arrivée. Pourquoi maintenant, c'était-elle sentie curieuse au point d'ouvrir celui qui lui correspondait ? Ça n'avait pas été difficile en plus, le casier en question étant tout en bas, presque contre le sol. D'un geste rapide, elle s'était emparée du contenu, le glissant dans la poche ventrale de son hoodie gris. Ni vue, ni connue, elle était remontée sur son étage. Désormais, c'était le dilemme ultime. Ouvrir ou ne pas ouvrir la chose ? Elle soupira, les fesses posées dans le canapé de son logement, l'objet en question entre ses doigts. Il s'agissait d'une enveloppe rectangulaire de format standard, comme une carte postale par exemple. Le papier était froissé, parce qu'elle avait déjà été ouverte avant. C'était bizarre de posséder un truc qui ne venait pas d'ici. Quelque chose de son passé, dont elle n'avait plus le moindre souvenir. Soupirant entre ses lèvres, elle déposa l'enveloppe contre la table basse. Et si c'était quelque chose qu'elle regretterait d’avoir vue ? Ce ne serait pas mieux ! Après tout, c'était peut-être négatif, on ne sait jamais. L'air boudeur au visage, la brunette croisa les bras contre sa poitrine. Elle allait devoir faire un choix. Est-ce que ça pouvait attendre encore un peu ou si elle l'ouvrait dès maintenant pour en avoir le cœur net et ne plus y repenser ensuite ? Hum. D'un geste de la main, elle récupéra l'enveloppe, avant de la fourrer dans l'un de ses tiroirs, bien caché dans sa chambre. Donc oui, ça allait attendre encore un peu. Ce truc venait de son passé et apparemment, elle ne se sentait pas prête à en découvrir plus sur le sujet. Peut-être se plaisait-elle trop dans le moment présent. Pas de soucis, pas de tracas, juste l'impression de pouvoir être qui elle voulait au fond. Choisir sa propre identité. Ce n'était pas vu comme un cadeau vraiment, mais elle avait appris à se dérouiller avec ça sans se poser de question. Rien à foutre de qui elle était avant. 

Bon, allé, c'était l'heure de se changer les idées et elle savait exactement qui visiter pour cela. Bien au chaud dans son gros hoodie, elle glissa ses mains dans ses poches, quittant le logement d'un pas rapide. Son regard se tourna naturellement vers la porte qui correspondait au logement de Six, qui vivait sur le même niveau. Pour une fois, elle ne s'y arrêta pas. Il était capable de se passer d'elle, non ? Bien qu'il soit un très bon ami, elle était capable d'embêter d'autres que lui. Disons juste qu'il n'avait pas l'exclusivité. Une fois dans l’ascenseur, elle appuya sur le niveau de son choix, avant de s'écraser le dos contre le mur du fond. Tapant légèrement du pied, elle attendit en silence que les portes la libèrent à nouveau avant de se faufiler dans le couloir. Elle bouscula quelqu'un au passage, sans s'excuser, ne voyant pas l'intérêt d'aborder une personne qu'elle ne connaissait pas. Libérant ses mains de la chaleur de ses poches, elle ouvrit la porte du logement où vivait Papy, mais aussi Leo. La brunette était de bonne humeur et dans son élan énergique, elle claqua la dite porte dans son dos avant de foncer vers la chambre du tatoué. « C'moi ! » Son exclamation réveilla apparemment la boule blanche qui lui servait de chien, appréciant tout de même son effort pour lui répondre ou la saluer. Qui sait ce que pouvait raconter un chien. Peut-être même venait-il de l'envoyer balader. Elle hésitait à savoir si elle était le genre de fille appréciée par les animaux. Déjà qu'avec les humains, c'était très compliqué, elle ne se faisait pas de faux espoir pour le monde animal. D'ailleurs, si elle n'en avait pas elle-même, c'était justement parce qu'elle se considérait trop irresponsable pour gérer une autre vie que la sienne et parce qu'elle n'avait pas de manuel d'instruction pour savoir comment faire. Le nuage de Leo était mignon, mais elle le trouvait chiant rien qu'en le fixant trop longtemps. Ça perd du poil et ça veut de l'attention. Pire qu'un petit ami ! Il y avait fort à parier qu'après quelques jours, elle aurait à nouveau l'envie de retrouver sa liberté et de ne plus avoir à s'occuper d'un autre être vivant. Dans tous les cas, elle n'avait rien contre les animaux, elle n'en voulait juste pas un personnellement. « Nah ! Mais faut que je te dise un truc, parce que je reviens de la salle avec tous les casiers là, tu sais, et genre que dans le miens... »

La jeune s'arrêta subitement dans ses explications lorsqu'un bruit de déclic résonna dans la pièce. C'est uniquement à ce moment-là qu'elle remarqua la boîte qu'il tenait entre ses mains. Et cette même boîte propulsa brusquement un morceau pour s'ouvrir sans prévenir. Pas le temps d'exprimer sa surprise, elle toussa un bon coup lorsqu'une épaisse poussière verte envahit l'air ambiant. Grimaçant sur le coup, elle fouetta l'air d'un geste de main, incapable de se débarrasser totalement de cette chose non identifiée. C'était vraiment bizarre, comme si ça s'infiltrait par son nez, sa bouche, et même ses oreilles. Frottant donc son visage avec la manche de son hoodie, elle attendit que les particules s'estompent d'elles-mêmes. Elle avait la forte impression qu'un truc clochait, sans pour autant savoir quoi. « Mais c'était quoi au juste ce truc !? » Le son habituel de sa voix ne lui parvint pas aux oreilles. Surprise, elle cligna des yeux bêtement, persuadée qu'elle venait de parler malgré tout. Agacée par cette espèce de silence dérangeant, elle se frotta l'oreille droite d'abord, pour tenter de comprendre ce qui expliquait cette absence de son. « J’entends rien du tout, qu'est ce que... » Rien à faire, ça ne semblait pas vouloir se rétablir. Perturbée, elle jeta un coup d'œil vers Leo, notant également que le chien semblait aboyer. Pourtant, elle ne captait pas un seul son. C'était sûrement passager, elle ne voyait pas une autre explication logique. C'était cette stupide boîte qui devait avoir causé tout ça. Une sorte de cadeau empoisonnée. « Fuck mais je suis sourde! » Bon, parler n'était plus du tout utile désormais. Sauf qu'elle n'avait jamais eu l'habitude de se taire. C'était agressant en vérité. Comment pourrait-elle communiquer autrement? Les gestes, c'était déjà ça, mais pas aussi satisfaisant que les mots. Heureusement, elle était assez expressive en général pour traduire certain truc. D'ailleurs, elle fronça les sourcils avant de soupirer longuement. Mais reviens stupide son! C'était long, trop long. Et se jouer dans les oreilles ne changeaient rien. Jetant un coup d'oeil en direction du chien, elle arqua un sourcil. Cause toujours le nuage. C'était presque drôle de le voir s'agiter aussi silencieusement.  


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

i'm only human after all



My Squad:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H03-909
H03-909
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [NIVEAU 10] Allô, tu m'entends ? - ft. F13-31   Sam 19 Mai - 18:22

Allô, tu m'entends ?Vivre dans le silence… c’était dérangeant et… extrêmement dérangeant. Le bruit, c’était rassurant, ça pouvait être inquiétant aussi parfois, mais entendre aidait justement à ne pas se laisser surprendre. Et puis… vivre dans le silence, c’était plutôt sinistre. Aussitôt, je pensais à 13, et à sa voix. Je ne pourrais plus l’entendre. Est-ce que… est-ce que c’était définitif ? Est-ce que je passerai le restant de mes jours comme ça ? Mes yeux étaient toujours sur Pierrot, qui continuait d’aboyer, mais toujours aucun son ne me parvenait. Rien, absolument rien. Alors, je relevais les yeux vers 31, qui elle aussi avait l’air d’être affecté. Du moins c’est ce que je supposais en voyant son expression effarée, peut-être bien paniquée, et surtout elle parlait tout en se frottant les oreilles et en me les montrant. Je me disais bien que je n’aurais pas dût prendre cette boîte noire dans l’entrepôt… Je devrais paniqué, ou au moins être inquiet, plus inquiet que ça. J’étais sans doute résigné à ce qu’il se passe des trucs étranges dans cet endroit, mais je n’avais pas envie de me morfondre. J’avais peur  que la situation ne dure, bien entendu, je ne comprenais pas ce qui se passait ni pourquoi est-ce que ça arrivait, sauf que… C’était désagréable de ne rien entendre, mais je ne me morfondais pas non plus. J’allais pour lui parler aussi, pour répondre, du moins essayer de me faire comprendre malgré notre surdité, au même moment, je vis débarquer Malik, qui avait les yeux grands ouverts, et pour la première fois depuis que je le connaissais, je voyais une expression inconnue sur son visage : comme de l’inquiétude. Pas besoin de dessin, lui aussi était victime de cette boîte qu’il avait lui aussi. Maintenant, est-ce que lui aussi n’entendait plus rien ? Grande question.

« Je suis devenu sourd aussi… J’espère que c’est temporaire... »

C’était inutile d’essayer de parler avec 31, elle ne m’entendait pas non plus, j’avais quand même dans l’espoir que mon colocataire se montrerait un peu moins… lui-même, mais son froncement de sourcil me fit bien comprendre que c’était un espoir vain. Je le vis essayer de parler, mais il s’arrêta tout seul, de ce que j’avais compris de lui, se frustrant tout seul. Qu’est-ce qu’il avait au juste ? J’aurais tendance à croire que lui non plus n’entendait rien, c’était la même boîte, il y avait peut-être la même chose dans la sienne ? Quoi qu’il en soit, il déguerpi aussi vite qu’il était arrivé, et comme à chaque fois qu’il était là, Pierrot s’était mit sur la défensive, les oreilles basses. Comme quoi, je n’étais pas le seul à avoir un problème avec lui. Je le pris dans mes bras pour le calmer, si 31 et moi n’entendions rien, ça n’était pas forcément le cas des autres. Mais le plus gros problème, c’était bien de ne pas pouvoir communiquer avec le monde extérieur, il fallait que je trouve un moyen de pouvoir parler et qu’on me réponde surtout. Et puisque ma pote était elle aussi sourde… Toujours avec mon chien dans les bras, je cherchais dans mes affaires pour sortir mon carnet et le crayon qu’il y avait toujours avec. Je m’empressais alors d’écrire rapidement, ne pouvant m’empêcher de le dire à voix haute en même temps.

« On est sourd tous les deux, à cause de cette foutue boîte. Désolé de t’infliger ça… J’espère que c’est temporaire, je suis pas sûr de pouvoir supporter le silence... »

Écrire pour se faire comprendre, espérer que les gens se montreraient patients et feraient de même pour me parler… ça promettait d’être une sacré galère ça encore… Je crois que j’allais encore embêter 090 pour pas mal de chose… Je pouvais aussi me tourner vers mon nounours, je ne doutais pas un seul instant qu’il accepte de m’aider, mais… je n’avais pas envie qu’il me voit comme ça, pas tant que je ne saurais pas si je retrouverais l’ouïe… Je ne voulais pas l’inquiéter, ni lui imposer un boulet incapable de se débrouiller tout seul. C’était ce qui me perturbait le plus en réalité que
d’avoir perdu un de mes sens. Soupirant, je me rasseyais sur mon lit en reposant mon carnet et mon crayon, ne sachant quoi faire à présent. Parce que de toute façon, ressasser les choses ne servirait à rien, se morfondre non plus. Pierrot, sentant bien que quelque chose clochait, posa ses pattes sur mes cuisses, puis sa tête, comme pour essayer de me réconforter. Adorable petite bête que j’avais là. Souriant faiblement, je me penchais pour embrasser sa tête poilue, pour reposer mon attention sur 31, me rappelant tout à coup qu’elle était en train de m’expliquer un truc avant que tout explose. Reprenant mon arsenal de communication primitif, je lui écrivais alors :

« Tu étais en train de dire un truc sur les casiers, t’as trouvé un truc dans le tiens ? »

Je ne savais pas tellement comment elle prenait la chose pour sa part, mais la connaissant un peu, je me doutais que ça devait l’emmerder pas mal, mais que tout comme moi, elle allait vite se faire à l’idée et passer à l’autre chose. Après tout, qu’est-ce qu’on pouvait bien faire d’autre ? Il fallait sans doute se montrer patient. Sans compter, que je n’avais pas vraiment envie de me lancer dans l’examen de cette boîte à présent éclater, craignant, il est vrai, que quelque chose de pire encore nous tombe dessus. Et vu ce qui m’était déjà arrivé entre ses murs, je ne doutais pas une seule seconde que ce soit possible. Ceci dit… la patience et 31… ce n’était pas une addition réaliste. Et plutôt que prendre le temps d’écrire pour que je la comprenne, je la voyais plutôt bien appuyer sur des gestes et essayer de parler avec de grands mouvements. Ce qui ne serait pas forcément plus clair, mais qui pourrait être assez drôle en y pensant. Pour quand même lui éviter un gros moment de solitude, parce que je savais que je ne pourrais pas m’empêcher de rire en la voyant faire le singe, je lui tendais aussi mon cahier et mon crayon. Une autre solution m’apparaissait alors, bien qu’elle demande un certain entraînement : lire sur les lèvres. Je n’étais pas sûr de pouvoir faire ça, et surtout pas avec cette pile électrique qui était en face de moi. Ce serait plutôt un entraînement à faire avec ‘Papy’ ou avec 13.
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


May I help you sir ? You can be Batman, and I will be your Robin or Alfred. Or the Batmobile. Or the Batcave. At your service.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [NIVEAU 10] Allô, tu m'entends ? - ft. F13-31   

Revenir en haut Aller en bas
 
[NIVEAU 10] Allô, tu m'entends ? - ft. F13-31
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» POI Passage à niveau sur Nuvi 205
» Niveau Maximum des héros d'après le contenue d'une variable.
» UN TUTO POUR EFFECTUER UN FORMATAGE DE BAS NIVEAU POUR DISQUE DUR SEAGATE
» Passage à niveau Faller 120171
» scala rider q2 et zumo 660 : je n'entends plus ma passagère !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace création de miel :: La Ruche-
Sauter vers: