Partagez | 
 

 [COULOIR DE L'INFINI] Take the gun, and count to three • 24

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H13-333
H13-333
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: [COULOIR DE L'INFINI] Take the gun, and count to three • 24   Lun 9 Avr - 0:48


Take the gun, and count to three
24


« So just pull the trigger »


Sursaut. Brusque. Un réveil loin d'être tranquille. Non. Comment cela pourrait être le cas alors qu'il ne s'était pas réveillé avec une poitrine féminine comme il en avait pris l'habitude depuis quelque temps. Bouche-bée. Il avait été. Lorsqu'il avait dû y faire face. Au point qu'il était certainement resté plus longtemps que nécessaire sous la douche lors des premiers jours. Juste pour être certain. Qu'il n'hallucinait pas. Qu'il n'imaginait pas ce visage qu'il fixait de ses prunelles lorsqu'il était face au miroir. Un air bourru. Brun. Ténébreux. Des dents de devant bien plus prononcé qu'il l'aurait souhaité. Certainement un des rares défauts s'il devait en trouver. Barbe de quelques jours qui lui mangeaient le visage et surtout une paire d'iris. Verdâtre. Un corps athlétique. Une taille valorisante. Qui dépassait le mètre quatre-vingt. Alors, c'était vraiment ça. Son... Vrai corps ? Où était-ce une mauvaise blague de cet endroit ? Malgré le fait que ce mois s'était écoulé, il n'était toujours pas certain. Vérifiant à chaque réveil s'il ne délirait pas. S'il ne rêvait pas. Lorsqu'il gardait toujours cette forme. Féminine. Qu'il sentait un service trois pièces entre les jambes. Qu'il n'avait plus ce corps fin, menue, presque fragile. Non ! C'était tout le contraire. Cette musculature. Dont il ne savait que penser lors des premières heures avaient fini par lui être appréciable. Il comprenait un peu plus son désir de passer quelques minutes à pousser des poids et surtout, faire attention à ce qu'il mangeait. Tout ce qui semblait trop gras, il avait du mal, et cela, depuis toujours. Désormais, il en connaissait la raison... ou plutôt une des raisons.

Cependant, tout cela ne devait pas être important. Non, son attention se devait de rester porter sur l'évolution de cet endroit. De découvrir les raisons pour lesquelles il était ici et surtout s'il pouvait en sortir. Sans finir avec un cœur qui battait plus bien évidemment. Soupirant doucement. Les mains posées sur le lavabo, il baissa la tête. Quittant la vision de lui-même. S'observant avec intensité. Pour être encore certain qu'il n'avait pas changé. Après sa petite sieste. Difficile de faire quoi que ce soit d'autre dans cet endroit. Autre que se nourrir, faire du sport et surtout écouter les quelques dires d'ici et là. Mais depuis quelques semaines. Autre chose attirée son attention. Sans même qu'il ne comprenne la raison. Ce gosse qui avait fait son nid dans son logement, avait rejoint les murs déjà occupé par 2 autres hommes hormis lui. Il était certainement le plus jeune. Cependant, il ressentait une sensation étrange. Comme s'il ne pouvait pas s'empêcher de le suivre des yeux lorsqu'il passait la pièce commune et qu'il était sur le canapé, un crayon entre les doigts, notant juste quelques mots qui pouvaient l'aider à s'accrocher à quelque chose dont il était habitué. Qu'il connaissait. C'était... Comme un point d'ancrage. Et non, il n'aimait pas vraiment l'idée de rester enfermer dans cette pièce qu'il avait trouvé vide et qu'il avait décidé comme étant sa chambre. Il n'avait pas grand chose à y mettre. À part un tournevis en guise d'arme et une tortue qui n'avait toujours pas de nom. Pourquoi avait-il fallu qu'il ait cela lui... Alors qu'il semblait y avoir bien mieux comme animal.

Si bien installé sur le canapé. Une jambe sur l'autre. La couverture de son lit sur ses épaules qui le protégeait un peu du froid désagréable qui était tombé sur les citoyens de la ruche depuis quelques semaines. On faisait avec les moyens du bord. Le crayon entre ses doigts, il entendit donc distinctement la porte qui fût ouverte ainsi que les quelques pas sur le sol. Il leva légèrement la tête. En direction de la chambre, qui était non loin de la sienne. Ayant pris celle du milieu, ni trop loin, ni trop proche de la porte d'entrée. Il reconnut rapidement la silhouette longiligne du gamin du logement. Prétendant faire comme si de rien n'était, il faisait mine d'écrire et quelques fois arrêter son geste, pourtant ses prunelles surveillaient les gestes. Visiblement, il quittait les lieux. Pour aller où ? Pas une très bonne idée de le suivre. Il le savait. Mais il n'arrivait pas à l'expliquer, si bien qu'il se retrouvait déjà debout. Son cahier posé sur la table avec le crayon en son centre alors qu'il quittait à son tour les lieux. Qu'il faisait mine de rien avant de se mettre à courir pour ne pas manquer la fermeture des portes de l'ascenseur. Il ne prit même pas la parole, ne prononça même pas un mot alors que les portes se rouvraient de nouveau et qu'il pénétrait à l'intérieur. Se retrouvant désormais coincé entre ses murs en sa compagnie. Ce type à qui il n'avait même pas adressé un mot et qui pourtant lui laissait une impression étrange.
(c) DΛNDELION

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H14-24
H14-24
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] Take the gun, and count to three • 24   Dim 15 Avr - 15:35

Take the gun,

and count to three.

Cet endroit commençait à m’agacer. Ouais, m’agacer, c’était le mot. Trop de secrets, trop de mystères. Trop de questions, pas assez de réponses. Même si le temps avait passé, rien n’avait changé. Enfin rien… Si ce n’est que j’avais changé de corps et que ce n’était pas négligeable quand même. Sans rire, plusieurs semaines de ça en arrière, j’étais une meuf. Pas moche en plus pour ne rien cacher. Et voilà qu’un beau matin je m’étais transformé dans la nuit. Au réveil ? Je m’étais réveillé dans le corps d’un gars, service trois pièces et pilosité compris. Ouais, ça vous aurait fait un choc à vous aussi je pense, on est d’accord. Ben réflexion faite… Moi pas tant que ça.
Il ne m’avait fallu que quelques jours et plusieurs inspections minutieuses pour me faire à ce nouveau corps. Il n’était pas exceptionnel, certes, mais ça mallait. J’arrivais à boucher avec, à faire un peu tout et n’importe quoi. Pas besoin de shampoing qui dure des heures et fini la corvée de se raser les jambes. Plus que le visage à surveiller, et encore. Une barde de quelques jours ne me tuerait pas.

La simplicité. C’était ça en fait, un retour à la simplicité. Enfin, pour un temps. J’avais beau avoir changé de corps, mon cerveau était resté le même. Toujours aussi actif. Je ne cessais de gesticuler à chaque fois que j’exposais des théories ou que je fouinais quelque part. Ca, décidément, ça devait faire partie de moi. J’aurais pu me fatiguer moi-même, mais étrangement, je pétais toujours une forme inexplicable. Par contre, pour ce qui en était de fatiguer les autres… On aurait pu me décerner une médaille !
Je ne m’en offusquais pas pour autant. Ils n’avaient qu’à faire avec. Ce n’était pas mon problème et je ne changerais pas pour leurs beaux yeux. Jamais. Et puis ce n’était pas en restant les bras croisés que l’on trouverait quelque chose d’exploitable ou de nouveau dans cet endroit. Alors autant que je serve à quelque chose. Et pour servir à quelque chose, j’avais aujourd’hui décidé d’explorer le fameux niveau 13 dont plusieurs personnes -  que j’avais espionnées – avaient parlé. Il fallait apparemment être deux pour y aller, mais je ne savais pas à qui demander de m’accompagner. Pas comme si j’avais eu masse de contacts ici… et hors de question de demander au type que j’avais rencontré dans la salle de cinéma – enfin plutôt la fille qui n’en était pas une, bref, vous avez compris. Plutôt foncer dans un mur qu’avouer qu’il avait raison.

Je sortie donc de ma chambre avec le peu de vêtements que je pouvais me mettre sur le dos, pas franchement impacté par la température pour le moment, contrairement à d’autres. Tant que je restais en mouvements, je pouvais supporter ses foutus -10°.
La salle de bain n’était pas loin alors j’y entrai précipitamment pour me passer un coup dans les cheveux, me laver les dents et boire de l’eau en prévision de mon exploration. Sauf que voilà. Pendant mon petit manège, j’avais encore ressenti ce regard sur moi. Intense, vraiment fixe… et clairement pas discret. Ce n’était pas la première fois. Cela faisait même quelques semaines qu’il avait commencé à se faire ressentir… Je n’avais pas mis très longtemps à comprendre d’où il provenait.
Ma première réaction ? Lever les yeux au ciel en bougonnant. L’un de mes colocataires – initialement une fille puisqu’il s’était attardé plusieurs jours à se scruter dans le miroir et se tâter le corps – prenait la petite habitude de me suivre du regard quand j’étais dans la même pièce que lui. Un grand, brun aux yeux délicieusement verts. Baraqués et une tête de faux grumpy cat constamment collé sur la tronche. Il aurait pu paraitre antipathique si je n’en avais pas grand-chose à faire. Et puis il me fixait souvent, essayant d’être discret – ce qu’il n’arrivait pas vraiment d’ailleurs. Plus il le faisait, et plus je me demandais ce qu’il me voulait. Mais aujourd’hui… Je n’avais pas le temps pour ça. Non, le niveau 13 m’attendait, alors je sortie de la pièce direction l’ascenseur du Palais Colgate ! Foutu blanc à la con.

J’entrais dans la petite cage avant de me laisser appuyer contre l’un des murs, tête contre le métal et yeux fermés en attendant que les portes se referment pour m’amener à ma destination. Sauf que voilà, les portes qui étaient sur le point de se fermer s’était finalement rouverte. Me faisait décoller la tête du mur et ouvrir les yeux, haussant un sourcil intrigué en constatant que l’habitacle comptait maintenant une autre personne. Monsieur Grumpy Cat en personne. Diantre. Ça commençait à devenir louche. Qu’est-ce que ce gars faisait là ? Il m’avait suivi ou quoi ? Qu'est-ce qu'il me voulait ?
Croisant les bras, je ne prononçai pas un mot avant que les portes ne se soient fermées. Hors de question de lui laisser le loisir de s’échapper. Me postant devant le clavier tactile pour éviter qu’il y touche, je le scrutais d’une manière insistante. Mi agacé, mi intrigué. Je ne mis pas longtemps à craquer alors que l’appareil commençait à bouger.

« Bon. C’est quoi ton problème avec moi ? Déjà que tu t’amuses à me suivre du regard dès que j’ai le malheur de respirer le même air que toi, maintenant tu me suis à la trace ? »

Ma tête devait certainement traduire le fait que je voulais qu’on me réponde et que malgré tout, je voulais savoir ce qu’il se passait dans sa tête. Et puis… Peut-être que j’apprendrais quelque chose d’intéressant. Il devait bien avoir une raison pour me fixer comme ça non ?

« Ma tête te revient pas ? Ou alors elle te revient trop ? Je te rappel quelqu’un ou j’ai eu le malheur de déplacer ta brosse à dent sans faire gaffe, monsieur Grumpy Cat ? »

L’ascenseur venait d’arriver à destination puisque la cabine se mit à ralentir avant de s’immobiliser. Les portes s’ouvrirent mais je ne bougeai pas d’un pouce. Les bras toujours croisés contre mon torse, la mine impassible, je le fixais, remontant mes lunettes sur mon nez.

Codage par Libella sur Graphiorum

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H13-333
H13-333
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] Take the gun, and count to three • 24   Dim 15 Avr - 19:09


Take the gun, and count to three
24


« So just pull the trigger »

Aucune discrétion. Sur sa façon de faire. En tout cas pour le fait de le suivre. Il ne savait même pas quelle excuse il pouvait lui lancer au visage s'il lui posait des questions tant il avait simplement agi Un excès d'impulsivité ? Peut-être. Il ne savait pas vraiment quoi penser. Ne savait pas quoi faire. De cette situation. De cette sensation. Si c'était juste l'envie de le protéger jusqu'à ce qu'il connaisse les raisons de cette mauvaise habitude qu'il avait. Celle de le regarder. Première sensation dont il était habitué depuis qu'il s'était réveillé. Il ne voulait pas la laisser disparaître sans comprendre. Et non, il ne s'inquiétait pas vraiment de ce que l'autre allait penser. S'il était un fou, un malade mental qu'il fallait enfermer. Il était vrai qu'il ne s'était pas posé la question, qu'il aurait aussi pu discuter avec lui, le questionner, en apprendre plus. Mais il ne fonctionnait pas de cette façon non plus. Pas très bavard. Ça, il s'en était rendu compte plutôt rapidement, même dans certaines situations. Pas parce qu'il ne savait que dire. Plutôt, parce qu'il n'en voyait pas l'intérêt. Qu'il préférait réfléchir en silence. Comprendre en silence. Ou était-ce juste parce qu'il avait été élevé ainsi. Dans le silence ? Aussi une possibilité. Mais tout cela n'était pas important, il restait buté sur le choix qu'il avait fait. Celui de l'observer, facile puisqu'ils étaient tous deux dans le même logement. Même cela c'était étrange à ses yeux. Mais le suivre. C'était la première fois, première fois qu'il osait une telle action. Et maintenant qu'il était face à lui, les bras croisés sur sa poitrine. Faisant ressortir sa forte musculature. Il ne savait même pas quoi faire. Allait-il réellement le suivre ? Il le savait même pas où il se rendait. Plus qu'à espérer que c'était une pièce commune, si banale où se retrouvait les habitants de cet endroit. Il n'attirerait pas ainsi trop l'attention. Ou était-ce trop tard ? Mélangé. Il ne savait même plus quoi penser, plus quelle était la meilleure option. Et encore moins face à cet être chétif qui se planta devant lui. Les bras croisés. Le menton levé. Se jetant dans la gueule du loup. Comme s'il ne faisait pas quelques centimètres et surtout de masses musculaires de plus que lui. 

Les questions pleuvaient. Claires. Nets. Logique. Premièrement. Il avait remarqué qu'il l'observait. Au moins, il savait que niveau discrétion en observation, il n'était pas très doué. Toujours bon à savoir. Il ne sut pas vraiment que dire. Le débit de paroles ne s'arrêtait pas. Bien au contraire. Il ne semblait vraiment pas content. D'être observé. D'être surveillé ? Et pensait que la raison était négative. Pourquoi cela ? Avait-il l'air méfiant ? Une réponse ! Tout de suite ! C'était ce qu'il désirait. Triple trois en avait conscience. Mais il ne savait que dire. Alors il préférait garder le silence et le fixait droit dans les yeux. Comme si rien n'était gênant, comme si c'était normal. Se voyant très mal lui confiait qu'il avait l'impression de le connaître. Si ce n'était pas le cas, ils étaient bien dans la merde. Mais les questions ne s'arrêtaient pas. Bien au contraire. Il relançait avec plus de véhémence. Sans qu'il ne comprenne cette croyance. Comme s'il devait lui en vouloir de quelque chose. Avait-il réellement fait quelque chose à sa brosse à dents ? Ou quelque chose dont il se reprochait ? Non. C'étaient sans doute des suppositions dans le vent. Cependant, un petit quelque chose le surprit plus que les autres. Grumpy cat ? Qu'est-ce que c'était que ça ? Un chat ? Avait-il l'air d'un chat ? Non. Bien sûr que non. Il avait un air dur. Ça, il en était certain et le savait. Mais il n'y pouvait pas grand chose. Mais un chat.... «  Grumpy Cat ? » Voilà. La question était posée ? Comme les sourcils bien haut sur son front. Prouvant à quel point il était perdu. Comme si ce n'était pas lui qui était en mauvaise posture à la base. « Ça serait difficile de toucher à ma brosse à dents puisqu'elle reste dans ma chambre. » Finit-il par faire remarquer sans même un sourire. Plutôt telle une évidence. Remettant les points sur les i. Qu'il ne lui en voulait pas pour une quelconque obscure raison. Au moins cette situation lui permettait de mieux le voir. Il avait la peau laiteuse ornée de plusieurs grains de beauté. Rien que sur le visage, il était certain d'en avoir compté pas moins de quatre. « Pourquoi penses-tu que je t'en voudrais pour quelque chose ? » 
(c) DΛNDELION

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [COULOIR DE L'INFINI] Take the gun, and count to three • 24   

Revenir en haut Aller en bas
 
[COULOIR DE L'INFINI] Take the gun, and count to three • 24
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Slideshow horizontal infini
» Cheque cadeau ticket infini 50€
» Comment afficher toujours la bonne heure sans boucle infini?
» photos de Mars
» SpaceCat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace création de miel :: La Ruche-
Sauter vers: