Partagez
 

 and the haters gonne hate (ft. 234)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
Invité



and the haters gonne hate (ft. 234) Empty
MessageSujet: and the haters gonne hate (ft. 234)   and the haters gonne hate (ft. 234) EmptyDim 15 Jan - 11:53

Si le décor ne change pas au sein de la ruche, le menu, lui, est différent chaque jour. Et comment vous dire que cela apaise considérablement mon petit coeur. Aujourd'hui, tiramisu au petit déjeuner, du pur bonheur. Il n'en faut guère plus pour me mettre de bonne humeur. Contrairement à la moitié des gens qui tirent une tête d'enterrement dès le réveil, se rendant compte qu'ils sont toujours prisonniers ici. Faire la gueule ne va pas régler le problème. Bien au contraire, un état d'esprit négatif n'apporte que des pensées négatives. En résumé : pas de solution. Je préfère voir le bon côté des choses, à savoir que dans deux heures, c'est de nouveau l'heure de manger. Gourmandise quand tu nous tiens. Depuis que j'ai atterri entre ces murs mon existence se résume plus ou moins à la bouffe, je dois bien l'admettre. Heureusement que ma morphologie me le permet, sinon je serai déjà en obésité morbide. Parce qu'entre manger et dormir, je peux vous dire que je ne me retrouve jamais dans la salle de sport. Mon corps n'est physiquement pas constitué pour des activités aussi intenses. C'est au-dessus de ses forces. Il est bien trop fatigué après avoir avalé autant de nourriture. Il préfère se reposer sur un des canapés et s'en remettre à son passe temps favori, le commérage. En d'autres termes : la récolte et l'échange d'informations. Je m'y atèle régulièrement afin de me tenir à jour des récents événements qui se déroulent dans les parages.

C'est pourquoi, le ventre plein, je m'en vais retrouver ma papaya. Je ne me souviens jamais des numéros des autres alors je préfère leur donner des surnoms. C'est beaucoup plus simple de s'en remémorer. Ils ont tous des significations particulières. Quand ils correspondent à des noms d'aliments c'est que j'apprécie fortement la personne en question. Un système de classement comme un autre pour s'y retrouver. J'ai tout récemment rencontré ma nouvelle informatrice, mais dans la ruche les jours représentent des semaines voire des mois de confinement. Ainsi, il faut tuer le temps au risque de devenir fou. Avoir des habitudes est particulièrement utile pour rester sain d'esprit. Raison pour laquelle je ne manque pas nos petits rendez-vous platoniques dans le salon des potins. Je repère rapidement mon amie au milieu des autres abeilles. Elle est installée sur un fauteuil, en train d'observer les alentours de ses yeux de biche. Une vraie poupée de porcelaine. Je m'approche d'un pas assuré et prends une voix grave pour faire mon entrée. « Wesh mademoiselle. » Règle d'or : toujours se faire remarquer, ça évite d'avoir à se répéter. « Tu es en avance ma parole » que j'ajoute avant de m'asseoir à côté d'elle, ou plutôt de l'écraser afin de me faire une place. Je ne vais quand même pas m'exiler sur le canapé adjacent alors qu'on rentre facilement à deux sur ce petit bout de sofa. « Je me suis fracassée le ventre avec ce tiramisu, il me faut du repos. Raconte-moi les derniers ragots papaya. »   
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité



and the haters gonne hate (ft. 234) Empty
MessageSujet: Re: and the haters gonne hate (ft. 234)   and the haters gonne hate (ft. 234) EmptyLun 16 Jan - 6:57

and the haters gonna hate
L’appétit lui manque. Cruellement. Elle peine à avaler quoi que ce soit depuis sont arrivée entre les murs blancs immaculés de la ruche. Cette nausée persistante lui gâche la vie et elle finit par toujours ressentir cette sensation de faim désagréable aux horaires où elle ne peut pas manger. Ça la contrarie mais elle ne fait trop rien pour changer la chose. Parce qu’elle n’a aucune bonne raison de le faire, tout simplement. Et qu’elle n’est a pas envie. C’est pourquoi, la plupart du temps, elle s’attarde sous la douche. Autant qu’elle peut. Elle passe de longues minutes sous l’eau chaude, la tête vide et claire de pensées. C’est le seul moment de la journée où elle ne cogite pas. Où elle ne pense rien. Rien du tout. Elle se contente de laisser l’eau ruisseler contre sa peau diaphane, baignée par une douce chaleur. Jusqu’à que 812 se pointe et tambourine à la porte pour la faire sortir. C’est bien son genre tiens. La colocation à parfois du bon mais lui, il abuse. Il fait ça à chaque fois et bien qu’elle apprécie l’autre occupant de l’appartement, ce genre de comportement l’énerve au plus haut point. Mais elle n’est pas d’humeur à se battre. Même métaphoriquement parlant.

Alors elle finit par sortir, habillée de toute ce blanc, comme d’habitude. Et quitte la chambre en direction de la cafétéria. Comme d’habitude. Elle en a marre de ces habitudes qu’on ne peut pas changer. De manger toujours aux même horaires. De faire toujours la même chose, dans le même ordre. De voir toujours les mêmes têtes. Tous les jours. Elle n’est pas arrivée depuis longtemps mais son séjour ici lui semble déjà avoir duré une éternité. Sa seule réjouissance désormais quotidienne est celle de retrouver 07. Pas sa version masculine. Bien qu’elle ne rechigne jamais à une conversation avec Charmant. Mais la jeune femme qu’elle a rencontré tout récemment. Cette fille est terriblement drôle et ça lui fait un bien fou de la côtoyer. Elle a l’impression de retrouver un peu de normalité à son contact, même si toute notion de normalité est impossible à établir dans leur environnement. Surtout quand sa mémoire a été réinitialisée. Effacée. Ou jamais peuplée.

Elle quitte la cafétéria après un petit-déjeuner frugal. Bien que la nourriture soit de plutôt bonne qualité dans la ruche, elle ne parvient toujours pas à en apprécier la saveur. Elle a pourtant essayé de terminer son tiramisu du dimanche mais rien n’y fait. Elle en a laissé la moitié et son thé lui a laissé un goût amer en bouche. Alors, la brune a préféré quitter la cantine et de se diriger vers la salle commune. L’endroit même où le rendez-vous est établi. Elle s’installe sur un canapé, ne prend pas la peine de faire mine de lire quoi que ce soit. Elle préfère observer. Et surtout réfléchir. Penser à ce qu’elle va bien pouvoir lui raconter. Elle n’a pas à attendre longtemps avant de voir arriver son amie. Assurée, bondissante. Elle l’interpelle d’une manière dont elle seule à le secret. « - Salut, Banana », lâche-t-elle en souriant alors que l’autre s’installe lourdement à ses côtés. « - Je suis toujours en avance, c’est une autre de mes nombreuses qualités » Elle l’assure en se penchant pour attraper un livre à la couverture noire posé sur la petite table en face d’elles. Le journal de la ruche est une source inépuisable pour elle et elle se délecte de le lire chaque jour avec sa Banana. En plus de toute le reste. « - J’ai pas fini le mien, si tu t’étais pointée plus tôt, t’aurais pu en avoir encore plus. Tant pis » Un haussement d’épaule esquissé en déchiffrant les lignes inscrites sur les pages qu’elle observe. « - Au programme nous avons… une amourette sans avenir et des gens qui parlent aux murs. Je suis pas riche en ragots aujourd’hui Banana » Elle referme le livre et le repose à sa place. Déçue, elle soupire et s’enfonce un peu plus dans le canapé, espérant réellement que sa complice ait plus de matière à s’amuser.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité



and the haters gonne hate (ft. 234) Empty
MessageSujet: Re: and the haters gonne hate (ft. 234)   and the haters gonne hate (ft. 234) EmptyLun 16 Jan - 8:16

Alerte à tous les fruits du monde : Papaya en danger. Sérieusement, il y a de quoi s'inquiéter parce que son moral semble au plus bas et le sourire qu'elle m'adresse ne dit pas le contraire. Il ne dégage pas autant de chaleur que d'habitude. Une intervention de toute urgence est nécessaire pour ne pas dire requise. Il me revient la lourde responsable de trouver un moyen de remédier à ce blues. Autant dire que je prends ma mission très à coeur. « J'ai connu des accueils plus chaleureux », dis-je pour la taquiner un peu mais je l'entends à sa voix, elle n'est vraiment pas en forme aujourd'hui. J'ai l'impression que ma poupée de porcelaine est tracassée et j'ignore pourquoi. Cela m'attriste profondément, je ne veux pas qu'elle soit malheureuse. Déjà que se retrouver ici sans le moindre souvenir lui pèse beaucoup, il ne faut pas que d'autres problèmes viennent la perturber davantage. « Tu en as beaucoup trop, arrête d'être aussi parfaite, tu vas finir par me foutre des complexes. » Si je dois commencer à citer tous les points qui la rendent incroyable, je vais devoir sauter le repas de 11 heures et c'est hors de question. Déjà que j'ai failli louper le petit déjeuner ce matin, je ne m'en remets toujours pas. Parce que le sommeil est aussi sacré à mes yeux que la bouffe, vous imaginez le dilemme pour trouver un terrain d'entente. « J'ai dormi longtemps ce matin, pas ma faute. » Pour l'instant, je me garde de lui dire que j'ai trouvé une deuxième source d'alimentation. Je veux d'abord connaître l'origine de son mal-être. Bien qu'il me tarde de lui apprendre l'existence de Cupcake.

« Une amourette sans avenir ? C'est tout ? Tu vas me lâcher cette bombe et basta ? » Evidemment, je souhaite savoir de qui elle parle. Ma curiosité est aussi gourmande que mon estomac, cela va sans dire. Et puis c'est contre la loi du commérage de ne divulguer que la moitié du ragot. Il faut au minimum citer une personne. Je suis certaine que c'est inscrit comme ça, mot pour mot dans l'ouvrage des règles de potins pour les langues de vipère. Bien que je trouve le titre quelque peu offensent, on se contente juste de partager des informations dans la joie et la bonne humeur. Ce n'est pas notre faute s'il s'avère que la vie des autres abeilles soient aussi ridicules et drôles à la fois par moment. « Est-ce que cela aurait un rapport avec ta petite moue du jour ? » Il faut bien que je demande après tout, je ne suis pas au courant du moindre faits et gestes de ma papaya. Il y a beaucoup de nombreux fruits dans le saladier, on ne sait jamais sur qui elle tombe. Comme par exemple un fruit exotique préférant tâter d'autres pépins. Si c'est le cas, je vais devoir me mêler de cette histoire. « Allez crache le morceau. » Moi, impatiente ? Jamais de la vie. Vous devez confondre avec un autre numéro. Le 07 est l'abeille la plus raisonnable de la ruche. Pour son double masculin, je ne peux pas le certifier, on vient juste de se rencontrer. Il serait déplacé de prétendre le connaître d'ores et déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité



and the haters gonne hate (ft. 234) Empty
MessageSujet: Re: and the haters gonne hate (ft. 234)   and the haters gonne hate (ft. 234) EmptySam 21 Jan - 12:40

and the haters gonna hate
La remarque de sa complice la fait tiquer. Elle hausse un sourcil en lui jetant un regard de côté. Il est vrai qu’elle a connu des jours meilleurs, ça elle ne peut pas le nier. Mais la raison de cette baisse morale reste encore inconnue. Même pour elle. Il faut croire qu’il y a des jours comme ça où il fait bon rester au lit. La motivation semble avoir quitté son système et pourtant, elle a tout de même tenu à faire l’effort de se lever pour retrouver sa Banana. Et elle espère bien que leur entrevue du jour pourra lui remonter le moral. À vrai dire, elle n’en doute pas. Elle sait que leur discussion saura la rendre un peu joyeuse et lui redonner le sourire qu’elle porte habituellement sur son visage pâlot. Il ne lui reste qu’à attendre que la magie, sa magie, opère. Et l’impatience gronde. Elle fait mine que rien ne cloche, cependant, ne voulant pas alarmer son amie. Mais évidemment, elle ne peut rien lui cacher. « - Ne m’en veux pas mais j’ai passé une nuit affreuse. Je serais bien restée au lit toute la journée mais je me suis dit que je ne pouvais définitivement te laisser tomber » Elle ne ment pas vraiment. Il est vrai qu’en ce moment, son sommeil est bien trop agité pour son propre bien. Des cauchemars viennent la hanter, des images qu’elle ne parvient pas à oublier. « - Et j’avais très envie de te voir, je dois bien l’avouer », ajoute-t-elle en plissant le nez. Une grimace taquine qu’elle lui lance sans la regarder. Bien consciente qu’elle n’a pas besoin de ça pour se faire comprendre.

« - Je suis contente de savoir que toute cette situation ne parvient pas à perturber tes nuits. Sans parler de ton appétit » Un petit rire cristallin échappe à ses lèvres alors qu’elle analyse les pages du journal des abeilles avant de le reposer. Rien de très intéressant aujourd’hui malheureusement. Rien de tellement nouveau depuis la dernière fois qu’elles se sont vues. Ça l’amuse de voir toute la considération que peut lui porter sa Banana. Et ça lui réchauffe le cœur aussi. Ça ne fait que quelques minutes qu’elles se sont retrouvées mais déjà, elle peut sentir son aura positive l’envelopper et la rendre de meilleure humeur. « - Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Ça ne concerne personne de tellement intéressant, vraiment, on s’en fiche. De toutes façons, comme je te l’ai dit, c’est sans avenir. Si ça se trouve ils ne s’adressent déjà même plus la parole » Elle regrette déjà d’avoir lancé ça. La brune s’en mord la lèvre inférieur en se recroquevillant au fond du canapé qu’elles partagent. « - Mais si tu veux tout savoir, t’as qu’à lire ça. Un vrai nid à potins, je te le conseilles vivement » Elle indique le journal posé sur la table basse d’un signe de tête, agrémente le tout d’un sourire et d’une mine de défi. Elle sait déjà ce que Banana va lui répondre. Qu’elle peut aller se faire voir mais décidément, elle n’en dira pas plus.

« - Ma petite moue ? Mais quelle moue ? J’ai une tête tout à fait normale, je ne vois pas de quoi tu parles » Elle secoue la tête. Évidemment qu’elle voit de quoi elle parle. Et elle savait très bien avant de venir que cette fameuse moue se retrouverait sans doute au milieu de leur conversation. La curiosité de 07 est insatiable. Tout comme semble l’être son estomac. « - T’es vraiment qu’une fouine, j’arrive pas à le croire ! Enfin si, mais bref » Elle se met à rire en adressant à sa complice une tape amicale sur le bras. Impossible de faire défaillir le sourire qu’elle arbore sur son visage, elle a été prise au piège comme une débutante par sa propre amie. Ce n’est peut-être pas si mal, en fin de compte. « - Bon d’accord », souffle-t-elle en se redressant, décidée à finalement lui dire ce qu’elle veut entendre. « - J’ai rencontré ce type, l’autre jour. Et depuis, j’arrive pas à me l’enlever de la tête c’est un véritable enfer ! » Elle se masse les tempes une seconde avant de reprendre en posant ses prunelles sombres sur la silhouette affalée de Banana. « - Non, je te vois venir, c’est pas ce que tu crois. C’est à cause de lui que je dors mal, je t’assure » Elle hoche la tête pour mieux appuyer ses propos. Non, définitivement. Ce n’est pas ce qu’elle croit. Et 234 sait pertinemment ce qu’elle croit. Mais non. Non, ça n’a rien à voir.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité



and the haters gonne hate (ft. 234) Empty
MessageSujet: Re: and the haters gonne hate (ft. 234)   and the haters gonne hate (ft. 234) EmptyLun 6 Fév - 9:58

J'ai bien l'intention de lui remonter le moral, peu importe la façon dont je vais procéder. Non seulement je n'aime pas la voir dans cet état mais en plus, j'ai véritablement besoin d'elle. Je ne suis rien sans ma papaya, ma coéquipière, mon amie, ma lumière naturelle, mon oxygène conditionné, ma source d'alimentation. « Me laisser tomber ? N'y pense même pas ! Sinon je vais devoir me rendre jusqu'à ta chambre pour te faire sortir du lit ! Et tu sais combien il y a de pas pour atteindre le niveau des habitations ? Beaucoup trop ! » Je suis sérieuse, rien que d'en parler, mes muscles sont fatigués. Flemme quand tu nous tiens. Je préfère largement la retrouver ici, dans la salle commune, à proximité de la cafétéria. C'est un endroit très stratégique pour la gestion de mes besoins vitaux. « Je suis imperturbable que veux-tu ? » Du moment que la ruche continue de m'alimenter, je peux vivre dans ces conditions des semaines voire des mois supplémentaires. Je ne m'avance guère plus loin parce que je serai probablement morte d'obésité avant la fin de l'année. Je ne suis pas certaine que mon corps puisse ingurgiter autant de nourriture sans finir par succomber. En attendant de le découvrir, je me contente d'adresser un tendre sourire à ma poupée de porcelaine. J'ai l'impression que notre conversation prend une tournure de plus en plus personnelle concernant ses sentiments. Si bien que ma question, tout à fait innocente, débouche sur un véritable monologue.

Ma coéquipière commence à tourner autour du pot, avant de tenter de noyer le poisson puis de le jeter à la mer pour qu'il soit emporté par le courant. Jusqu'à se rendre compte, d'un seul regard de ma part, qu'il nage toujours le petit ! J'attends patiemment la fin de sa tirade pour obtenir, enfin, la réponse à mon interrogation : papaya s'est entichée d'un autre fruit du saladier. Oh mon dieu, je veux connaître son identité. « Ça fait combien de temps que tu gardes ce secret pour toi petite cachottière ? » Je suis à la fois profondément étonnée et ravie de cette nouvelle, mimant une expression exagérée de surprise avec ma bouche. Mon amie semble avoir trouvé une raison de se raccrocher un peu plus à son existence même si elle ne le conçoit pas encore aujourd'hui. Il faut laisser le temps au temps. Les nuits agitées à cause des doutes seront bien vite remplacées par des exercices physiques à pratiquer à deux, j'en suis certaine ! « Bon quand tu auras fini ta crise de pseudo déni qui ne trompe que toi, tu pourras me dire qui est ce mystérieux jeune homme ? » Je suis tellement curieuse, pour une fois que les potins nous concernent directement, ça change de notre routine monotone. « Je te laisse 30 secondes le temps de prendre une grande inspiration puis tu me déballes tout. » Je commence à compter à voix haute, histoire d'appuyer mes propos. Je vais avoir un nouveau loisir, espionner son prétendant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




and the haters gonne hate (ft. 234) Empty
MessageSujet: Re: and the haters gonne hate (ft. 234)   and the haters gonne hate (ft. 234) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
and the haters gonne hate (ft. 234)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Archives :: Rp-
Sauter vers: