Partagez
 

 [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

H12-090
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H12-090
H12-090
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090   [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 EmptyDim 10 Déc - 17:41

Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle...Voilà seulement quelques jours que j’étais là et je me retrouvais déjà au milieu d’une situation complètement hallucinante. Le feu. Comme les autres, j’étais en chemin pour aller prendre mon dîner, ne sachant trop qui je trouverais à la cafétéria, mais en revenant de la véranda pour admirer de mes propres yeux la neige en dehors, mais la certaine agitation qui régnait aux alentours du niveau 16, l’entrepôt, je m’étais arrêté. Bien vite, je compris ce qui se passait, la fumée avait suffit à me faire comprendre la situation. Ce que je ne comprenais pas en revanche, c’était que cette Ruche n’ait pas de détecteur de fumée, ni de système qui prévoyait ce genre d’incident. Mais avant tout : qu’est-ce qui avait déclenché ce feu ?

Loin d’avoir l’âme d’un sauveur ou d’un héro, du moins, ce n’était pas vraiment ce qui me semblait depuis mon réveil, je restais là sans trop savoir quoi faire. Il était hors de question que je tourne les talons et que je fasse comme si de rien n’était. Mais en même temps, je ne me voyais pas me jeter dans les flammes à l’aveugle. Enfin, pour le moment, il y a surtout beaucoup de fumée. De ce que je savais de l’endroit, on pouvait trouver de tout et de n’importe quoi. Et surtout de l’alcool. Une partie de moi avait toujours voulu aller voir pour en sortir ces trésors, sauf que cet intérêt si fort et si soudain pour ce liquide m’avait automatiquement fait freiner. Cette envie d’alcool si profonde et si forte ne me paraissait pas normale, ni pourtant très anormale. La sagesse m’avait poussé à mettre l’exploration du lieu de côté, au moins le temps de comprendre ce qui clochait avec ce besoin. Mais justement. Alcool et feu. L’amnésie n’était pas suffisante pour que j’en oublie que c’était le pire des mélanges. En quelques secondes je me retrouvais en proie à trois problèmes : éteindre le feu, trouver et sortir l’alcool pour éviter tout accident, et enfin, protéger les caisses.

Je n’étais pas le seul à être venu voir ce qui se tramait, sauf qu’il était difficile de savoir qui était vraiment venu pour aider et qui ne faisait que regarder en paniquant. J’espérais qu’il y avait suffisamment de courageux pour qu’on puisse agir vite. Je ne préférais même pas penser à ce qui pourrait se passer si les choses venaient à empirer. Étrangement, j’éprouvais aussi une certaine adrénaline plaisante là-dedans, bien que le danger soit bien réel et présent. Peut-être que j’avais malgré tout une âme de héro, finalement? Dans tous les cas, il fallait s’organiser et vite. Croisant le regard de @H11-7 qui s’était approché, je soupirais intérieurement de soulagement de voir un visage familier et qui m’inspirait un peu de confiance. Je lui fis signe, tout en souhaitant bien évidemment qu’il ne prenne pas ses jambes à son cou.

« J’sais pas toi, mais j’ai pas envie que tout explose ni que tout brûle. Et puisque l’Intelligence Artificielle ne réagit, on va devoir le faire. Tu n’as pas peur du feu au moins ? »

C’était une question que je ne me posais même pas. Bien sûr qu’il était dangereux, mais je n’en avais pas peur pour autant, et heureusement. Garder son sang froid, se concentrer et ne rien faire de stupide. Voilà ce que me disait mon crâne. Sérieusement, d’où ça me venait tout ça ? Je n’avais pourtant pas l’impression d’être familier avec le feu et encore moins de savoir comment le combattre. La fumée commençait à se faire de plus en plus présente, pourtant, les flammes n’étaient pas encore très visibles. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’elles ne prennent plus d’envergure. Je retournais la tête pour regarder 7 mais aussi pour voir qu’une jeune femme (@F09-722) nous avait rejoint. Au moins, nous voilà trois suicidaires, c’était déjà pas mal.

« Il y a plusieurs options qui s’ouvrent à nous. Soit on essaye d’éteindre le feu, soit on essaye de sauver le plus de truc possible, soit on enlève l’alcool de là… Pour ma part, je pencherais plus pour les caisses d’alcool, c’est le danger le plus immédiat… Si on sait où elles se trouvent. Vous en pensez quoi ? »

Pas le temps de se présenter à la jeune femme, pas le temps de faire des courbettes. Je sentais mon cœur qui s’accélérait de plus en plus au fur et à mesure que l’entrepôt se remplissait de fumée et que la panique faisait tout pour se montrer et éclater. J’espérais très sincèrement que les deux autres étaient suffisamment solides pour supporter cette pression, sinon on allait crever là, et pas tout seul. Mais putain, pourquoi y a pas de systèmes anti-incendie ?
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

I can be who you want. Let me forget the real me.

[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Yd235u7b

[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Y8orfpxk[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Yaqkfhm9[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Y952kjtf
Revenir en haut Aller en bas

H11-7
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H11-7
H11-7
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090   [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 EmptyLun 11 Déc - 22:45

Mission O.1
H11-7 & H12-090 & F09-722

Il avait rapidement compris qu’ici, les gens formaient des petits groupes déjà bien soudés et lui, il n’était rien d’autre qu’un étranger. Si ce n’était pour @H12-090 qui lui avait proposé de partager son déjeuner, 7 se demandait si quelqu’un se serait montré assez magnanime pour venir l’aider à bouffer. C’était bizarre d’évoluer sans personne à ses côtés. Il se faisait l’effet d’un paria et il n’aimait pas ça. De toute évidence, il semblait le genre de gars qui appréciait la compagnie et pas seulement celle des jolies filles. Il voulait se sentir entouré, apprécié. Il voulait avoir l’impression d’exister. Etait-ce trop demander ?
Il éternua et accéléra le pas, l’air désabusé. Ce n’était pas lui qui s’était roulé dans la neige comme un demeuré et, pourtant, c’était bien lui qui avait choppé la crève. Il n’y avait donc aucune justice dans cet endroit pour timbrés.
Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent et il s’y engouffra, effleurant la commande frappée du chiffre 16. Le fameux entrepôt. Il n’y avait encore jamais mis les pieds mais à présent il brûlait d’envie d’y attraper un pull, si seulement il en restait. Ce genre de vêtements décontractés ne l’enthousiasmaient pas plus que ça mais il n’était pas en mesure de faire la fine bouche alors qu’il grelottait à chaque repas passé dans cette fichue cafétéria.

L’appareil s’arrêta et il plissa le nez alors qu’une odeur vint faire frémir ses narines. Ça sentait mauvais mais il était incapable de dire de quoi il s’agissait. Encore un coup de sa mémoire foireuse. L’Alzheimer aussi jeune… c’était réellement déprimant. Il se demanda un instant s’il ne valait pas mieux faire demi-tour pour retrouver le confort de sa chambre mais décida qu’il n’était pas un froussard. Poussé par la curiosité et ce soudain attrait du danger qui le poussait à réfréner l’instinct de survie qui criait en lui, il sortit lentement de la machine et regarda autour de lui.
Là, ça craquait de tous les côtés, ça puait, ça chauffait. Des flammes orangées léchaient les murs et les caisses, dévorant tout sur leur passage. Il exprima un mouvement de recul avant de distinguer une imposante silhouette qui lui semblait familière. Il fit quelques pas dans sa direction avec l’intention de lui demander de s’éloigner quand il reconnut @H12-090. A sa vue, il arqua un sourcil avant de se précipiter à ses côtés. Il ouvrit rapidement la bouche pour lui proposer de filer avec lui quand celui-ci le devança.
« J’sais pas toi, mais j’ai pas envie que tout explose ni que tout brûle. Et puisque l’Intelligence Artificielle ne réagit pas, on va devoir le faire. Tu n’as pas peur du feu au moins ? »
Il le dévisagea, incrédule. Ça, ça ne faisait pas partie du plan, pas du tout même. La surprise lisible sur son visage, il lança un nouveau regard aux flammes et toussota légèrement en tentant de blaguer.
« Si j’ai bien compris… Tu veux savoir si l’idée de finir en poulet rôti me tente, c’est ça ? » lâcha-t-il lentement en se forçant à se détendre. « Je ne dirai pas que j’en ai la phobie mais… Papy… C’est du suicide… »

7 se massa la nuque avant d’écarquiller les yeux, avisant les bouteilles pleines d’un liquide qui ne lui semblait pas assez limpide pour être de l’eau. Il les pointa d’ailleurs du doigt alors que les rouages de sa cervelle s’actionnaient à toute vitesse. Vite, une solution, une échappatoire. Quelque chose, n’importe quoi.
« Il n’y a pas d’eau, pas d’extincteur, rien. » marmonna-t-il presque pour lui-même. « On ne peut pas lutter, on ne peut pas l’éteindre. »
Tout ça ne lui semblait pas le moins du monde familier et il avait l’impression que ses neurones surchaufferaient bien avant que ses poils ne viennent à roussir. Un éclat roux le sortit quelques secondes de ses pensées et il regarda presque éberlué une jeune femme se glisser à leurs côtés (@F09-722). Les dés étaient jetés. Comment pouvait-il se défiler alors que ses deux comparses paraissaient aussi déterminés ?
« Il y a plusieurs options qui s’ouvrent à nous. Soit on essaye d’éteindre le feu, soit on essaye de sauver le plus de truc possible, soit on enlève l’alcool de là… Pour ma part, je pencherais plus pour les caisses d’alcool, c’est le danger le plus immédiat… Si on sait où elles se trouvent. Vous en pensez quoi ? »
La barrière de ses lèvres serrées étouffa un soupir désabusé et il se reconcentra, l’air décidé. Très bien, il allait s’en occuper de ce feu de bois démesuré…
« Je pense que l’alcool est en effet le danger le plus important… Je serais d’avis de l’éloigner du reste, de le foutre dans l’ascenseur peut-être ? Après on pourrait voir si on peut utiliser quelques vêtements pour étouffer les flammes ou alors on tente de sauver ce qui reste… »
Il retira rapidement le haut blanc qui recouvrait son torse et les dévisagea, mû par un sentiment d’urgence dont il n’arrivait pas encore à identifier la provenance. Ils n’étaient pas équipés. Ils allaient clairement y rester.
« C’est du coton. Ne laissez surtout pas les flammes y toucher… C’est… très inflammable. »
C’était le mot et soudainement il avait l’impression d’être dans son domaine. Il connaissait cette matière, il savait. Ça aidait beaucoup. Savoir ce qui brûlait mais ignorer comment éteindre tout ce merdier.
« Dépêchons-nous ! » lança-t-il en se hâtant vers les caisses d’alcool encore intactes.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 822510TeamMayo2
Revenir en haut Aller en bas

F09-722
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090   [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 EmptyMar 12 Déc - 13:22


The fire team 

Mission O.1


Une première personne la bouscula, puis une deuxième. Pourquoi tout le monde courait subitement? Les yeux fixés au sol, la rouquine fini par redresser le menton, fatiguée de se faire ballotter par le passage effréné des autres. Bizarre, de la fumée semblait sortir de... Elle s'arrêta, remarquant que le couloir était désormais désert. Quelque chose les avait tous fait fuir. Inquiète, elle regarda à gauche et à droite, incapable de trouver un interlocuteur pour savoir quel était le problème. De la fumée, d'accord c'était étrange, mais il ne devait quand même pas y avoir le feu! Non? " Il y a quelqu'un? " Mis à part le faible écho de sa voix, aucune réponse. D'un pas plus ou moins assuré, la rouquine s'approcha de l'entrepôt. Une certaine chaleur se faisait de plus en plus ressentir, confirmant ainsi ses doutes, jusqu'à finalement l’apercevoir de ses propres yeux. Le feu. Au feu! Il y avait le feu! Se souvenant que tout le monde avait déjà quitté en courant, elle ne prit pas la peine de le hurler sur tous les toits. Son regard s'attarda ensuite sur deux silhouettes toujours présentes malgré l’imminent danger. Hésitant à les rejoindre, Rosie se mordit à lèvre inférieure. Que pouvait-elle faire contre un feu? Rien du tout. Ce genre d'élément était plus fort qu'un humain. Dans ce cas-là, pourquoi la ruche ne réagissait-elle pas pour leur venir en aide? Ce n'était pas normal. Et qui ou quoi avait déclenché ce feu? Est-ce qu'on essayait subtilement de les tuer? Effrayée par la simple vue des flammes, elle fit un pas par derrière. Elle pourrait sans doute fuir sans que personne ne le remarque. Après tout, elle ne connaissait même pas ses deux inconnus. Certes, elle était impressionnée par leur courage et leur désir de venir en aide aux autres habitants de la ruche, mais de son côté, elle n'avait jamais eu ce genre de force. Elle morflait jour après jour, en silence dans son coin et passait son temps à se cacher du moindre danger. Quoi que... dernièrement, pour une raison qu'elle ignorait complètement, la rouquine sortait de sa bulle. Était-elle prête à abandonner ses efforts qui portaient enfin fruit après tout ce temps? Elle changeait et il n'y avait rien de mal à cela. Désormais, elle pouvait même compter des alliés, ce qui lui avait semblé impossible au départ. Peut-être le désir d'aider des autres, qui sait. Quoi qu'il en soit, elle se sentait vraiment mal de reculer maintenant. Avec un peu de volonté, elle pourrait sans doute être utile à quelque chose au lieu de regarder ses deux pauvres hommes de loin.

Tel un renard silencieux, la jeune femme s'approcha jusqu'à être à la hauteur d'un grand blond élancé et d'un deuxième grand, mais plus âgé. D'ailleurs, celui-ci aborda leurs options possibles. Éteindre le feu, mais visiblement ils n'avaient rien sous la main pour le faire ou bien sauver le plus de truc possible et éloigner ce qui servait de combustible sur le moment. Apparemment, l'option sauve qui peut sauvons nos vies n'en était pas une. Dommage. Le grand élancé reprit parole, d'avis d'éloigner l'alcool des flammes. C'était pas con, en effet. Muette par la peur et la sensation de danger qui l’oppressait, la rouquine fronça les sourcils lorsqu'il retira très soudainement son chandail. De quoi lui retirer définitivement tous les mots de sa bouche. « C’est du coton. Ne laissez surtout pas les flammes y toucher… C’est… très inflammable. » Encore trop stupéfaite par son geste pour réagir, elle se contenta de l'observer de ses grands yeux bleus, toussant au passage après avoir respiré une bouffée d'air souillé. Hors de question qu'elle retire quoi que ce soit qui lui servait de vêtement, même au risque de prendre en feu. Non, non et non.

« Dépêchons-nous ! » Un appel qui la secoua enfin lorsqu'il plongea en direction des caisses d'alcool. Pour sa part, elle ne savait pas vraiment qu'est-ce qui était quoi parmi toutes ses choses, mais valait mieux tout éloigner des flammes. Les mains un peu tremblantes, Rosie agrippa une première caisse, la tirant vers l'arrière. Ah merde! C'était chaud... Soufflant entre ses lèvres, elle s'attaqua ensuite à une deuxième. Cette fois-ci, elle sentait bien la lourdeur de la caisse, signe qu'il devait s'agir de bouteilles d'alcool oui. Elle força donc deux fois plus, sans s'en plaindre pour autant, afin réussir à la glisser contre le sol. " En voilà... une..." Et merde, ça devenait vraiment incommodant cette chaleur! Elle toussa à quelques reprises, avant d'observer une fois de plus les flammes. Il y avait vraiment trop de caisses à déplacer, ça ne finirait jamais! Et l'autre dénudé allait vraiment rôtir à force d'être aussi près du feu. Elle était bien tentée de lui dire de faire gaffe, mais bon. " Comment on va... éteindre ensuite? Il grossit! " Là elle avait pas tord. Ce maudit feu prenait de l'ampleur. C'est vers le plus âgé du groupe qu'elle adressa ses quelques mots, dans l'espoir qu'une sagesse lui inspire une solution miracle. Pour sa part, elle sentait pratiquement ses taches de rousseurs fondre sous la chaleur. En peau de lait qu'elle était, toute sa peau entière picotait comme un coup de soleil. Disons juste qu'elle n'était pas bien équipée physiquement. Pour ne pas avoir les mains vides, la jeune femme s'attaqua à une caisse de plus, voyant quelques flammes qui la léchaient de côté. Elle tira d'un coup sec, juste à temps. La caisse était bien noircie, mais sauve. Sa prudence naturelle lui évitait toujours des blessures, mais pour combien de temps encore? Le feu lui, n'avait peur de rien et grandissait minutes après minutes. Rosie transpirait de plus en plus. Impossible de réellement en dire la cause. Chaleur, peur, panique? Un mélange de tout. Les mèches de cheveux près de son front se collaient contre celui-ci. " Dites, ça... pourrait pas...exploser j'espère..." Parce que là, ils n'étaient pas mieux que mort.

AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas

H12-090
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H12-090
H12-090
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090   [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 EmptyJeu 14 Déc - 9:46

Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle...Papy ? Le blond venait réellement de m’appeler Papy ? Bon alors soit, je n’avais encore pas croisé d’autres abeilles aux poils blancs, mais… enfin, ce n’était pas le sujet et le problème le plus immédiat. Le feu. Mais ma préoccupation fut parasitée pendant quelques secondes encore, alors que  7 retirait son haut en disant que c’était hautement inflammable, nous conseillant au passage de ne pas nous approcher des flammes avec. Il était sérieux ?

« Pourquoi enlever qu’à moitié dans ce cas, tu peux m’expliquer ? Ton futal aussi est en coton. »

Le voir se balader à poil dans les flammes ne me plaisait pas plus que ça, mais ce n’était que la logique de son idée. Hors, juste enlever le haut pour montrer ses muscles, j’étais moyennement convaincu. Bon, peu importe. Il s’était jeté dans l’entrepôt après m’avoir dit que c’était du suicide pour ramasser les caisses, bientôt suivi par la jeune femme qui nous avait rejoins. Au moins, je n’avais pas besoin de les convaincre que la situation était grave. Parfait. Prenant une profonde inspiration et relevant mon haut pour couvrir mon nez et ma bouche, je m’élançais moi aussi en direction des caisses, le corps penché vers l’avant. Avec ses caisses, impossibles de savoir ce qu’il y avait dedans sans les ouvrir, ou les soupeser. Sauf qu’avec tout ce qu’il y avait ici, c’était juste impossible de prendre le temps de vérifier. Et laisser là des trucs qui pourrait attiser le feu ne me semblait pas non plus être la meilleure idée qui soit. Du plastique. Ces trucs étaient en plastique, le genre de truc qui fond sous la chaleur. J’étais même étonné de pouvoir soulever un de ces machins sans que la surface me reste sur les doigts. Bordel de bordel. Je lançais un regard vers les deux autres apprentis sauveurs, et ce fut la rouquine qui attira mon attention en s’adressant directement à moi. Comment éteindre le feu ? Pour le moment, je ne m’étais pas vraiment posé la question, plus inquiet pour la possible explosion d’une ampleur inconnue que le reste. Avec une caisse dans les mains que je soulevais et poser devant moi en lui donnant suffisamment d’impulsion pour la faire glisser plus loin, les porter jusqu’à l’entrée me semblait une perte de temps précieux, je la regardais quelques secondes, sentant mes méninges aller dans tous les sens.

« La seule source d’eau… c’est la piscine. Mais avec quoi ramener l’eau ? J’en sais rien. Ça va prendre un temps considérable en plus. »

Mon regard se posa sur la nouvelle caisse que je soulevais, la trouvant bien plus légère que la première. Aucune idée de ce qu’il y avait dedans, mais la question de posa à nouveau : est-ce que c’était bien intelligent de la laisser là ? Mh… pour le moment oui. Je la reposais, quoi qu’un peu plus loin des flammes cette fois pour soupeser les autres. La chaleur devenait de plus en plus insoutenable, je sentais mon dos ruisseler de transpiration, tout comme mon front, mon visage. Est-ce que 7 arrivait à tenir comme ça ? Torse nu, il avait presque plus de risque de se retrouver brûler qu’en ayant garder son haut. Malgré tout, je nourrissais une certaine inquiétude pour lui, je l’avais mêler à cela, sans vraiment lui demander son avis, même si sa présence là m’avait paru évidente qu’il n’allait pas tourner les talons, s’il lui arrivait quelque chose ce serait de ma faute. Chassant cette probable culpabilité, j’attrapais une nouvelle caisse qui tinta joliment, même si elle me semblait bien plus lourde que ce que le bruit laissait entendre. Yes, en voilà une. Au même moment, la rouquine pris la parole, et cette fois, je m’immobilisais sur place. Elle n’avait pas pris conscience de l’ampleur de la chose, apparemment. Me tournant vers l’entrée, je posais la caisse sur le sol et la fit glisser, plus difficilement celle-là vers les autres.

« Rien n’explosera si on arrive à enlever l’alcool de là. »

Sans doute pas la réponse qu’elle attendait et voulait. Tant pis, il fallait être clair et conscient des réalités. Ceci dit, si elle avait envie de tourner les talons, je ne pouvais que la comprendre. Moi-même je ne savais pas ce qui me retenait vraiment de ne pas le faire. Surtout que maintenant que j’avais localisé une caisse chargée de ce qui me troublait le plus, j’aurais aussi bien pus prendre mes jambes à mon cou. Le danger immédiat. L’adrénaline. Et la responsabilité maintenant de deux personnes qui m’avaient suivit. Et de toute façon, si on ne faisait rien, la promesse de continuer de vivre n’était même pas certaine. Bordel, pourquoi cette IA ne se réveillait pas pour se bouger les fesses numériques ? De ce que m’avait dit mes colocataires quand la Ruche avait eut des problèmes, elle avait toujours réagit au quart de tour, alors pourquoi maintenant qu’il y avait un vrai danger immédiat, elle jouait au morpion contre elle-même ?

Pris d’une quinte de toux avec toute cette fumée, je me penchais vers le sol, essayant d’inspirer le plus calmement possible. L’air était plus respirable en bas. Aucune idée de pourquoi j’avais cette nouvelle certitude, qui n’avait rien de véridique d’ailleurs, mais je l’avais. Il aurait fallut que nous restions le plus proche du sol possible, mais avec notre tâche actuelle, c’était impossible. Peut-être que l’intoxication nous tuerait avant les flammes ? Une idée me vint alors. Attrapant la première caisse qui me tombait sous la main, je l’ouvrais pour en sortir des sous-vêtements féminins tout à fait… particuliers et me tournais vers les deux autres.

« Il faut qu’au moins l’un de nous aille chercher de l’eau dans la piscine avec une caisse vide. On peut faire un relais même si vous voulez, mais il faut faire vite. »

Au moins un de nous devait rester pour continuer de chercher l’alcool et de l’éloigner. Sauf que personnellement, je ne voulais pas en laisser un des deux tout seul dans les flammes. Celui, ou celle, qui irait chercher l’eau serait momentanément en sécurité, ce qui était déjà pas mal. Il n’y avait plus qu’à espérer que nous puissions le faire assez vite.
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

I can be who you want. Let me forget the real me.

[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Yd235u7b

[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Y8orfpxk[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Yaqkfhm9[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Y952kjtf
Revenir en haut Aller en bas

H11-7
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H11-7
H11-7
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090   [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 EmptyMer 27 Déc - 12:01

Mission O.1
H11-7 & H12-090 & F09-722

Très bien. Ce n’était peut-être pas l’idée du siècle mais tout ce qu’il savait, c’était que, si le feu effleurait ces fichus vêtements blancs, ils finiraient très vite en torche humaine. C’était plus facile d’arrêter une flamme qui léchait votre peau plutôt que d’essayer de retirer une matière qui se fondait dans votre chaire. De la physique et surtout, de la logique qu’il avait appris Dieu-sait-où.
« Pourquoi enlever qu’à moitié dans ce cas, tu peux m’expliquer ? Ton futal aussi est en coton. » lui demanda @H12-090.
Il se tourna vers lui en se retenant de répliquer par ses habituels sous-entendus. Ce n’était pas le moment et même lui arrivait à comprendre l’urgence de la situation. Il se contenta donc d’ignorer la remarque, préférant tout de même garder son pantalon. L’idée de se balader en caleçon, sous leurs yeux et au milieu du brasier, ne l’enchantait pas le moins du monde et il préférait crever que de se retrouver à poil, sa virilité en flamme. Il y tenait à son semblant de dignité.
7 entreprit de se rapprocher des caisses mais l’épaisse fumée noire ne tarda pas à envahir ses narines puis sa poitrine. Après quelques secondes, il se mit bientôt à cracher ses poumons et il se hâta d’enrouler son chandail autour de sa nuque, couvrant comme il le put son nez et sa bouche. Ainsi, inspirer était un peu plus compliqué mais, au moins, les particules de la fumée étaient légèrement atténuées.
Ses doigts agrippèrent l’une des caisses et il vit, du coin de l’œil, la rouquine faire de même à ses côtés. Il la hissa en laissant échapper un léger grognement sous l’effort que ça lui demandait et il se hâta de la transporter vers l’ascenseur. A l’intérieur de sa précieuse cargaison, un bruit de verres qui s’entrechoquaient parvint à ses oreilles et il en déduit rapidement qu’il avait eu de la chance dans leur malheur. Il avait trouvé l’alcool. L’homme fit alors ouvrir l’ascenseur avant d’y déposer à toute vitesse la caisse. Ici, quand les portes se refermeraient sur elle, elle serait définitivement à l’abri de l’incendie. Les bouteilles devaient sortir de l’entrepôt en priorité, ils verraient pour sauver le reste après.

Quand il eut fini, il se mit à courir dans l’autre sens pour en attraper une seconde près de l’endroit où il avait trouvé la première. Le brasier qui ne cessait d’augmenter lui brûlait la peau à chaque pas mais il serra les dents sans se plaindre. Si les deux autres se donnaient à fond sans broncher alors il se devait de les imiter. De toute façon râler ne servirait à rien.
7 transporta donc la deuxième caisse en écoutant d’une oreille distraite la jeune femme qui s’adressait à leur compère. Eteindre le feu ? Maintenant ? C’était trop tard, ils n’avaient plus le temps. Plus les secondes s’égrenaient et plus le feu grandissait. En admettant qu’ils arrivaient à atteindre la piscine située deux étages plus bas, au quatorzième niveau… Le temps qu’ils y retournent, le feu aurait à nouveau repris du terrain. S’occuper de cet incendie ressemblait de plus en plus à du suicide et il doutait que ce soit une bonne idée de partir à la piscine avant que toutes les caisses d’alcool ne soient mises à l’abri.
« Je ne pense pas qu’on ait… le temps d’essayer, pas avant… d’avoir mis l’alcool dans l’ascenseur en tout cas… » réussit-il à articuler entre deux inspirations, la respiration s’accélérant sensiblement sous l’effort.
Il posa la seconde caisse et se frotta les bras avant de remettre correctement le chandail qui couvrait son visage. Il avait l’horrible impression de se liquéfier. C’était comme si à chaque pas qu’il faisait vers le brasier, sa peau se mettait à fondre comme la cire d’une bougie. Pour autant, il ne pipa mot et entreprit de s’élancer une troisième fois au milieu de cet enfer de flammes.
« Dites, ça… pourrait pas… exploser j’espère… » lâcha d’une petite voix mal assurée leur camarade.
Il la zieuta du coin de l’œil et s’apprêta à lui lancer une vanne presque morbide lorsque « Papy » le devança.
« Rien n’explosera si on arrive à enlever l’alcool de là. »
Le subjonctif presque pesant dans cette phrase était vital. Ce n’était pas une énième blague et 7 était loin d’avoir l’avantage ou toutes les cartes en main. Ils subissaient et jouaient leurs vies à pile ou face. Tout n’était plus question que de statistiques. Arriveraient-ils à déterminer quelles caisses contenaient les bouteilles et, si oui, arriveraient-ils à être assez rapides pour les soustraire à l’incendie ?

Il toussa une énième fois et passa un doigt sur le fin tissu sur sa bouche, à présent couvert de suie. Peut-être bien qu’ils crèveraient avant même que l’entrepôt n’explose. A bien y réfléchir il se dit qu’il préfèrerait être déchiré par l’explosion plutôt que d’étouffer lentement en voyant la Mort et sa faux s’approcher. Une mort rapide était préférable à une lente agonie.
« Il faut qu’au moins l’un de nous aille chercher de l’eau dans la piscine avec une caisse vide. On peut faire un relais même si vous voulez, mais il faut faire vite. »
Il lança un regard à 090 et posa sa troisième caisse en se retenant de pousser un geignement de douleur. Ses muscles le tiraient et sa peau le brûlait. Ce qu’il aimerait faire un petit plongeon, oui… Pourtant il se dit que, celui qui accomplirait cette tâche augmenterait sensiblement ses chances de survie et, ce ne serait pas lui. Il observa la rouquine qui peinait un peu plus loin et lança.
« Elle n’a qu’à y aller, elle. Je pense que je serai plus rapide pour mettre l’alcool en sécurité, elle va se fatiguer plus vite avec ses petits bras. » fit-il l’air de rien. « Elle est jeune en plus et ça se voit qu’elle est terrifiée… elle sera plus utile et plus en sécurité en faisant des allers-retours à la piscine. »
Son visage était sérieux et il ne doutait pas un instant que, si l’un d’entre eux devaient survivre, c’était cette jeune femme qui n’avait pas hésité à se jeter à leurs côtés dans les flammes, avec son air effrayé. 090 et lui semblaient plus âgés et la logique voulaient qu’ils crèvent en premier. Ils pouvaient s'en sortir à deux pour le moment. Tout du moins, il l'espérait.
« Eh, Cheveux de Feu ! Grouille toi de prendre cette caisse vide et va la remplir à la piscine ! » lui cria-t-il en couvrant le bruit des flammes qui s'élevaient.

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 822510TeamMayo2
Revenir en haut Aller en bas

F09-722
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090   [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 EmptyMer 27 Déc - 15:15


The fire team 

Mission O.1


Éloigner les caisses du feu, ça elle pouvait le faire, mais les conditions devenaient de plus en pus difficiles. Ils étaient incommodés d'abord par la chaleur et ensuite par la fumée qui envahissait rapidement la pièce. La lourdeur de certaines caisses ralentissait grandement son travail, mais elle n'abandonnait pas pour autant. Difficile d'expliquer son courage soudain, mis à part se désire d'aider ses deux autres compagnons beaucoup plus forts et beaucoup plus courageux qu'elle. Tant qu'elle ne réfléchissait pas à rien, elle tiendrait bon. Ses vêtements lui collaient à la peau, tout comme ses cheveux alors que des perles de sueurs barbouillaient son front. Ses poumons semblaient tenir le coup, même si elle toussait à répétition. N'étant pas très grande de nature, elle demeurait bien penchée et donc plus près du sol, ce qui l'avantageait un peu. Une image terrifiante traversa cependant son esprit sans prévenir, celle d'une grande explosion les tuant tous. Est-ce que ce scénario était réellement possible? Par inquiétude, elle demanda. Ce à quoi le plus vieux lui répondit que rien n'explosera si l'alcool était retiré à temps. Ce qui n'était pas encore le cas non. Paniquée, elle fut tentée de laisser tomber, voyant qu'ils n'étaient pas assez nombreux pour agir en toute sécurité. Le niveau de risque semblait définitivement trop élevé à son goût. Le feu, les explosions et tout ça. Incapable de poursuivre, elle relâcha lourdement la caisse qu'elle transportait, déjà épuisée par l'effort. Ce n'est pas possible, ils n'étaient pas assez rapide. Combien en restait-il? C'était du suicide! « Il faut qu’au moins l’un de nous aille chercher de l’eau dans la piscine avec une caisse vide. On peut faire un relais même si vous voulez, mais il faut faire vite. » Ah de l'eau! Voilà enfin une solution qui l'interpellait. Mettre de l'eau sur le feu, oui. Il suffit de récupérer une caisse vide, de grosseur acceptable et puis de foncer jusqu'à la piscine. La rouquine ouvrit la bouche pour se proposer, mais elle fut coupée par le blondinet. " Je peux... " Hum. Glissant une main contre son visage pour dégager ses cheveux et retirer une couche de sueur, elle tendit l'oreille à ses paroles.

À l'entendre, elle n'était pas particulièrement utile à l'équation. Que pouvait-elle vraiment répliquer de toute façon? Il avait raison. « Elle est jeune en plus et ça se voit qu’elle est terrifiée… elle sera plus utile et plus en sécurité en faisant des allers-retours à la piscine. » Par réflexe, c'est vers papy qu'elle tourna la tête, cherchant à voir ce qu'il en pensait. Acceptait-il qu'elle se charge du transport de l'eau? Apparemment oui. " Je peux le faire..." Mais bien sûr qu'elle pouvait, c'était mieux que de jouer dans le feu! Elle avait plus confiance en elle dans ce rôle que celui du pompier. Soulagée de quitter le brasier, la rouquine se précipita sur la caisse vide que lui indiquait @H11-7. " C'est bon, j'y vais! " La jeune femme monta ensuite dans ascenseur, direction la piscine. Immédiatement, elle sentit la culpabilité monter en elle lorsqu'elle se retrouva seule. Et si par sa faute ils y laissaient leur peau? Oh non, qu'avait-elle fait? Rosie secoua la tête pour chasser ses pensées. Un peu de sang-froid, elle allait rapporter de l'eau, voilà ce qui serait utile pour le moment. C'était bien la seule chose qu'elle pouvait faire et hors de question de les décevoir. Quittant l’ascenseur en courant, elle fonça vers la piscine sans plus attendre. Vite, vite, plus vite... D'un bond, elle s'agenouilla contre le bord, plongeant la caisse dans l'eau pour la remplir. Une fois bien pleine, elle la tira de toutes ses forces pour la hisser sur le bord. Sans réfléchir deux secondes, la rouquine enfonça sa tête dans la caisse, noyant tout son visage dans le liquide bleu. Le soulagement était indescriptible tellement sa peau était aux anges. Elle retira bien vite sa tête de là, n'ayant pas de temps à perdre. À nouveau sur ses pieds, elle souleva la caisse. " Ah merde! ..." C'était lourd! Comment parviendrait-elle à remonter avec ça? " Allé, réfléchis..." Une solution? Avec ses bras? Elle fit quelques pas malgré tout. Non, c'était trop dur! Stop. Lâchant un immense soupire, une idée illumina tout de même son esprit. D'un geste, elle hissa la caisse contre son épaule. Un peu mieux. Encore quelques pas... Et hop, sur sa tête. Sur sa tête oui. Qui aurait cru qu'elle était dotée d'un aussi bon équilibre? Une découverte plus que pratique pour aujourd'hui tiens. Satisfaite, la rouquine laissa l’ascenseur la transporter jusqu'à l'étage de l’entrepôt. Ses forces la quittait tout de même peu à peu, mais elle tenait bon. Une fois les portes ouvertes, elle les interpella. " Je l'ai ! Par ici ! " Oui bon, elle n'allait pas approcher le feu avec l'eau, par peur de tout échapper juste avant. Délicatement et dans un mouvement bien flexible, la rousse déposa la caisse d'eau contre le sol, non sans être fière du travail accompli. Bien que quelques gouttes s'étaient échappés sur le trajet, il n'en restait pas moins qu'elle avait assuré. " Est-ce que ça va?? " À tour de rôle, elle les observa d'un air inquiet. Tout le monde semblait en un seul morceau, fort heureusement. Pour le moment en tout cas. " S'il le faut, je peux recommencer... on doit continuer " Elle laissa le plus vieux se charger de sa caisse d'eau, persuadée qu'il l'utiliserait à bon escient. Rendu là, c'était à lui de jouer. De son côté, elle avait retrouvé un brin de confiance, désormais plus positive qu'au départ.

AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas

H12-090
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H12-090
H12-090
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090   [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 EmptyMer 3 Jan - 21:17

Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle...Je regardais la jeune femme prendre la caisse à toute vitesse pour s’engouffrer dans l’ascenseur. 7 avait raison, elle serait plus en sécurité à faire les aller-et-retour qu’en restant là au proie des flammes. Quant à être plus utile… à trois, il y avait peu de chance que nous soyons réellement utile. En l’occurrence lui et moi étions juste en train de reculer le problème. Si nous n’éteignions pas le feu, il ne ferait que se propager encore plus jusqu’à embrasser tout le reste. Dans l’optique où nous réussissions à enlever toutes les caisses d’alcool. A deux, il y avait déjà plus de chances en allant prendre de l’eau de tenter d’en répandre sur les flammes, mais il était tout simplement hors de question que je le laisse lui seul face au danger. A trois, ce serait encore mieux… Nous souffrions de l’absence d’autres courageux/suicidaires.

Détournant enfin mon regard, je m’empressais de saisir une autre boîte en me rapprochant encore plus des flammes. Ce foutu plastique allait fondre et provoquer une fumée encore plus épaisse et plus toxique, quoi qu’il y ait à l’intérieur. Fumée qui venait de passer par mes narines et qui me fit tousser en raclant bien le fond de ma gorge.

Rester le plus proche du sol. La fumée monte.

C’était deux ordres qui résonnaient dans ma tête. D’une voix qui ne m’appartenait pas. Une voix qui provoqua chez moi une colère sourde. Mais pourtant, je savais qu’elle avait raison. C’était d’elle qu’était venu mon réflexe de couvrir ma bouche, de rester pencher. Essayant de mettre de côté cette voix qui continuait en boucle de me donner ces ordres, je fis glisser la caisse brûlante vers les autres, vers l’ascenseur. J’étais en train de mourir de chaud, mes vêtements me collaient à la peau à la bouche, je sentais les gouttes des sueurs qui se perdaient dans ma barbe, je commençais à avoir du mal à agripper quoi que ce soit. Pourvu que la jeune femme revienne vite, automatiquement l’eau nous permettrait d’avoir un brin de fraîcheur. Si au moins nous avions de l’eau à perdre pour nous asperger un peu… Je me tournais vers 7 pour voir comment il s’en sortait, il enchaînait les caisses, se rapprocher lui aussi de plus en plus du feu. J’avais peur pour lui, vraiment. Une chance que jusqu’à présent il ne s’est pas brûlé. Moi non plus d’ailleurs.

« Tu vas bien ? Tu tiens le coup ? »

Impossible de ne pas me sentir responsable de lui. Alors certes, nous avions de la chance d’être encore intact, mais avec cette fumée, rien ne m’assurait qu’il était totalement sauf. J’étais prêt à lui dire de s’éloigner un peu, d’aller prendre l’air, ou même de lui ordonner de prendre lui aussi une caisse vide et d’aller à la piscine, ça ne pouvait que lui faire du bien. Sauf qu’il avait l’air des plus déterminé à rester là. Ce qui ne fit qu’augmenter ma culpabilité de l’avoir entraîner là-dedans. Mais justement, il ne fallait pas qu’il me claque entre les mains. Je me retiens cependant, le moment n’était pas choisi pour se plonger dans des conversations musclées. Je soulevais une énième caisse quand la demoiselle nous rejoignit après nous avoir faire signe de sa présence. Enfin. Elle déposa la caisse pleine d’eau pour faire quelques pas dans notre direction, son regard était remplit de fierté, ses cheveux semblant mouillés. Comme je l’enviais de s’être rafraîchit.

« Vas-y recommence. Essaye peut-être de prendre deux caisses avec toi, quand elles seront remplies, appelle nous, on viendra les chercher. »

Il allait sans dire qu’avec les efforts qu’elle mettait en œuvre, je ne pouvais que la trouver courageuse. J’étais même impressionné qu’elle parvienne à garder son calme. Lui serrant doucement et rapidement l’épaule en guise de remerciement et de félicitations, j’allais récupérer la caisse pleine d’eau, grognant un peu sous son poids pour aller le plus rapidement possible en direction des flammes. Aussi près, je sentais la chaleur encore plus mordante sur ma peau, j’avais l’impression de cuire sur place. Ni une ni deux, et tournant la tête pour ne pas me prendre la fumée de retour dans les yeux, je lançais l’eau à l’aveugle. L’effet fut mitigé bien entendu, mais une petite partie des flammes venaient d’être éteinte. Nous manquions vraiment de bras supplémentaires. Ceci dit, en aspergeant ainsi, j’avais pu profiter quelques secondes d’un peu de fraîcheur. Je me reculais presque aussitôt pour rejoindre 7.

« A ce rythme là, on ne va pas y arriver… Il faut trouver un autre truc... »

Rester le plus proche du sol. La fumée monte.

Bordel, je savais ! Pourquoi est-ce que ce n’était pas d’autres informations plus utiles qui me revenaient ? J’étais sûr que je savais autre chose… mais quoi ? Mon regard allait partout autour de nous, jusqu’à ce qu’il se pose sur un coin qui aurait dû me sauter aussi.

Étouffe le feu.

Les couvertures. Étouffer le feu avec les couvertures. Encore plus dangereux que de vouloir éloigner les caisses des flammes. Encore plus dangereux que de s’approcher des flammes pour les éteindre avec de l’eau. Ça, je ne pouvais pas lui dire de le faire. Hors de question qu’il s’y jette. Laissant les caisses, je me précipiter vers ce tas de couverture encore intacte. J’en avais une entre les mains, mais je restais sur place. La peur. Elle était là depuis le début, mais elle se faisait de plus en plus forte maintenant que j’avais cette idée en tête. Comment m’y prendre en plus ? Il fallait déjà trouver la source de cet incendie pour exécuter une telle action. Avalant difficilement ma salive, je m’essuyais le visage avec la couette pour me retourner vers les flammes. Allez, il fallait que j’aille jusqu’au bout. La peur ne m’avait pas paralysé jusqu’à présent, ce n’était pas le moment de se dégonfler. Le palpitant de plus en plus agité, je m’approchais petit à petit, essayant de repérer un point, la couverture ouverte devant moi, un objet concret que je pourrais recouvrir et éteindre.

Étouffe le feu.
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

I can be who you want. Let me forget the real me.

[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Yd235u7b

[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Y8orfpxk[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Yaqkfhm9[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Y952kjtf
Revenir en haut Aller en bas

H11-7
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H11-7
H11-7
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090   [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 EmptyJeu 18 Jan - 13:40

Mission O.1
H11-7 & H12-090 & F09-722

Elle était partie comme une flèche, la caisse sous le bras et Seven s’était contenté de lui adresser un léger sourire, déjà plus rassuré. Il n’avait aucune envie de la mettre en danger, plus qu’il ne l’avait déjà fait. 7 et les femmes, c’était une longue histoire. Il avait récemment découvert qu’il adorait les taquiner mais, il ne pouvait s’empêcher de les protéger. Sûrement des restes d’un caractère légèrement machiste et qui aimait à penser que c’étaient les hommes qui devaient assurer leur sécurité.
Ainsi soulagé, il se concentra sur sa tâche, apportant les caisses dans l’ascenseur malgré la chaleur étouffante qui régnait dans la pièce. Cependant, très vite, la fatigue s’installa dans ses bras et, devant les flammes qui ne semblaient pas vouloir reculer, il dut se résoudre à l’évidence. Sauver l’alcool pourrait marcher un temps mais le reste périrait et peut-être même avec eux. Seven garda donc un œil sur son camarade, prêt à le tirer par la peau des fesses s’il le fallait. Si les choses commençaient à dégénérer, il ne se forcerait pas à rester. Pas question pour lui de finir par crever ici, 7 était décidemment bien trop individualiste pour risquer sa vie pour quelques caisses remplies d’hideuses guenilles.
La voix de 090 l’interpela et il leva les yeux, le visage ruisselant de sueur. S’il allait bien ? Il n’était pas brûlé si c’était ce qu’il voulait entendre mais… Il était littéralement entrain de cuire et il ne savait pas si cette lente agonie était préférable à une mort rapide au cœur de l’incendie.
« J’ai l’impression de me liquéfier… et de commencer à sentir le poulet un peu trop rôti… Mais je survis. » lâcha-t-il, le sarcasme transparaissant dans son sourire. « Et toi alors, toujours pas l’envie de fuir, pas vrai ? »
Il essuya une nouvelle fois son front, à l’aide de son bras, et le regarda, perclus de courbatures. Seven avait la même impression que s’il venait de se faire percuter par un camion. Pas qu’il ait déjà essayé ou se rappelait d’un truc pareil de toute façon. Il avait juste le sentiment que, ses muscles auraient besoin de repos pendant un bon bout de temps.
Il allait ajouter quelque chose, prêt à abandonner quand les portes de l’ascenseur s’ouvrirent à nouveau, @F09-722 faisant son apparition au milieu des caisses pleines de bouteilles. A ses pieds, l’une des étranges boîtes opaques était remplie d’eau et il se retint de courir pour y plonger ses mains rougies et meurtries par la chaleur des déplacements effectués.
« Bordel, tu as réussi… » s’exclama-t-il dans une moue presque soulagée. « Je crois qu’on est encore entiers, c’est déjà pas trop mal. »

Seven observa du coin de l’œil l’homme plus âgé se saisir de la précieuse cargaison qu’il se hâta de verser sur les flammes. Le feu recula d’un bon mètre mais le résultat n’était pas aussi renversant qu’il l’espérait. Pour autant, c’était déjà une victoire et il préférait voir le bon côté des choses plutôt que de se morfondre sur une fin qu’il pouvait presque prédire dans un trop proche avenir.
« Deux caisses ? Ouais ça pourrait sûrement aider mais fais gaffe à toi, va pas te péter le dos à essayer d’en faire trop. » railla-t-il de manière presque protectrice dans un petit sourire. « T’as vraiment géré, reste plus qu’à vérifier que ce n’était pas un coup de chance… »
Il lui fit un clin d’œil avant d’être, à nouveau, secoué d’une violente quinte de toux. Sa gorge irritée lui tira un léger halètement de souffrance et il se hâta de retirer le tissu sur son visage, le passant sur les parois de la boîte encore humide. Le chandail ainsi humidifié, il l’appliqua à nouveau sur son nez, recommençant à respirer un peu plus normalement. A ce rythme, il n’allait pas tenir indéfiniment. Il leur fallait faire vite.
@H12-090 revint se placer à ses côtés et il l’écouta attentivement, se redressant tant bien que mal, les muscles douloureusement tendus. Ne pas y arriver ? C’était le cas de le dire… Le feu avait à peine reculé et, déjà, il regagnait du terrain.
« Ouais… Je ne sais pas vraiment quoi faire… » avoua-t-il en se massant la nuque. « Je ne pense pas qu’il reste de l’alcool mais le reste est déjà à moitié parti en fumée et ça ne va pas s’arranger avec quelques litres d’eau. »
Il lança un coup d’œil au plus âgé, notant son air concentré et suivit son regard, ses yeux tombant sur le tas de couvertures. A cette vue il plissa le nez tentant de comprendre ce qu’il pouvait bien leur trouver avant d’être soudainement frappé par une idée.
« Non… Ne me dis pas que tu… » commença-t-il avant de se tendre en le voyant s’avancer vers le tas. « T’es dingue ! Attends-moi au moins ! »
Il lui emboîta le pas, retenant un mouvement de recul alors qu’une flamme lui lécha la peau, faisant roussir les poils de son bras. Profitant de son instant d’hésitation Papy s’était saisi d’une couverture qu’il tendait à présent en direction du brasier, tentant d’étouffer les flammes qui ne cessaient de s’élever.

« Et merde… » gronda-t-il en secouant la tête, faisant fi de ses réticences pour en attraper une autre, se plaçant à ses côtés. « Si tu veux te suicider autant le faire avec un pote de galère, pas vrai ? Ne me mets pas à l’écart, je coule peut-être de partout mais je ne suis pas en sucre. »
Il le réprimanda, sa main frôlant celle de 090, tous deux formant une chaîne de couvertures. Lentement il inspira, fébrile et pas sûr de lui pour un penny.
« A trois. » murmura-t-il. « Un… Deux… » il déglutit. « Trois. »
Il se pencha soudainement en puisant dans les restes de son courage, posant la couverture sur le brasier. Ça sembla fonctionner un instant avant que la sienne ne s’embrase, brûlant soudainement son poignet droit. Il sentit une brusque et vive douleur remonter le long de son bras, son système nerveux s’affolant subitement alors qu’il poussa un cri de douleur. Reculant précipitamment en lâchant ce qu’il tenait dans les mains, il attrapa son poignet brûlé sans pour autant oser observer les dégâts. L’odeur de la chair brûlée lui donna la nausée et il se précipita vers l’ascenseur, s’y appuyant alors qu’il se mit à rendre le contenu de son estomac. Les cheveux collés au front, il poussa un léger geignement de souffrance, refusant catégoriquement de poser ses yeux sur la plaie. S’il faisait une chose pareille alors il savait qu’il ne pourrait pas oublier ce qu’il venait de se produire. Il ne pourrait pas occulter la douleur car il prendrait pleinement conscience de ce qui venait de se passer. Il lui fallait se concentrer sur autre chose.
La respiration erratique, il réussit à crier, la voix rendue rauque par la douleur qui lui vrillait les tempes, l’adrénaline provoquant de violents tremblements dans ses jambes.
« Sauve le reste des couvertures ! Tous les vêtements que tu peux ! On… Hmpf. »
Nouveau gémissement douloureux.
« On va retenter ! »

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 822510TeamMayo2
Revenir en haut Aller en bas

F09-722
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090   [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 EmptyVen 19 Jan - 20:08


The fire team 

Mission O.1


Toute la fraîcheur qu'elle avait retrouvée, en quittant l'entrepôt en feu pour aller chercher de l'eau dans une caisse, disparût à la seconde où elle réintégra l'étage chaotique. Cela lui avait au moins permis de retrouver de la vigueur, ce qui ne serait sans doute pas inutile pour tenir le coup jusqu'à la fin. De plus, elle avait pris un peu de confiance en voyant qu'elle n'était pas si maladroite que ça finalement et qu'avec de la bonne volonté, elle pouvait certainement accomplir plus de choses qu'elle ne le croyait. Le blond déboula près d'elle, suivit par le plus vieux qui s'empara de la caisse pleine d'eau. Certes, ils étaient encore en vie, mais elle voyait bien qu'ils faiblissaient aussi. La mine inquiète, elle hocha la tête lorsque papy lui recommanda de récupérer deux autres caisses. Sans doute pouvait-elle essayer, mais ce serait plus long que la première fois. De toute manière, hors de question de rester planté là les deux bras croisés. Elle devait agir elle aussi! Ses grands yeux bleus expressifs se plantèrent ensuite dans le regard déterminé de @H11-7 face à son commentaire à la fois préoccupé et humoristique. Un duo qu'elle ne croyait pas possible et qui avait une grande efficacité pour ce qui était de repousser ses craintes. " Le dos peut encore tenir bon et... promis, je vous décevrez pas " D'un geste, elle tira les deux caisses à l'abri de l’ascenseur, prête à repartir pour regagner le niveau de la piscine dès que le blond termina d'humidifier son vêtement. Une idée qui ne lui semblait pas mauvaise du tout tiens. Elle s'en souviendrait. À contre cœur encore une fois, elle les abandonna donc, la mine sombre, mais l'esprit réactif, prête à courir. Une caisse vide dans chaque main, elle attendit quelques secondes avant l'ouverture automatique des portes.

Fonçant à pleine vitesse, la rouquine s'approcha du bord de la piscine, glissant tête première dans l'eau. Le choc de la surprise, lorsqu'elle entra en contacte avec l'eau, la figea avant d'avoir finalement le réflexe de remonter à la surface. Dans le genre plongeon improvisé, elle avait fait fort. Inspirant profondément, elle glissa une main dans son épaisse chevelure qu'elle rabattit vers l'arrière pour se dégager le visage. Rosie récupéra ensuite les deux caisses qu'elle hissa sur le bord en grognant. C'était lourd merde ! Une fois ce travail accompli, elle se hissa elle-même hors de l'eau, sans grâce particulière. Heureusement qu'il n'y avait personne pour admirer la baleine rousse échouée au sol. Se redressant lourdement, elle prit le temps de tordre un peu son chandail, avant de lâcher un long soupire en sentant que tout lui collait à la peau. Et merde, de quoi avait-elle l'air maintenant ? De Rose dans le Titanic ? Probablement. Agrippant le bord des deux caisses avec ses mains, elle les tira de toutes ses forces, utilisant le sol pour les glisser au lieu de les soulever. Étant donné qu'ils étaient bien trempés et qu'elle-même laissait derrière une traînée d'eau, la jeune femme parvient miraculeusement à rejoindre l’ascenseur à nouveau. Elle dégouttait de partout, mais une fois de plus, elle avait réussi sa mission. Ses deux caisses d'eau n'allaient pas éteindre entièrement le feu, mais ce serait très utile malgré tout. Fatiguée, rouquine se prépara mentalement à retourner dans l'enfer enflammé de l'entrepôt, sachant que ce retour à la chaleur brûlante serait déplaisant.

Dès que les portes s'ouvrirent à nouveau, elle sentit la chaleur ardente venir sécher les pores de sa peau humide en moins de deux. S'habituant à nouveau à la fumée, elle tomba directement sur le grand blond, juste à deux pas d'elle. Remarquant tout de suite qu'il ne semblait pas bien aller, elle l'attira près d'elle en glissant doucement sa main sous son coude. " T'es blessé??" Oh seigneur Dieu, son poignet ! Elle déglutit devant cette image, peu habitué à voir ce genre de chose. Elle qui ne se blessait jamais... Figée un peu à la vue de la brûlure, elle chercha rapidement une solution. " Met le dans l'eau d'accord? Je pense que ça aidera un peu... " Ce qui ne semblait pas être trop fou comme idée. Pendant ce temps, elle glissa une première caisse pleine dans la direction du plus vieux @H12-090. Prise de toussotement, elle chercha sa salive pour s'adresser à lui. " J'ai... j'en ai une autre !" Deux même, sauf que son compagnon blessé devrait s'en servir pour lui. N'étant pas en mesure de réellement argumenter la chose dans pareille situation dramatique, Rosie butta contre une couverture, qu'elle attrapa sans réfléchir. C'est ce que papy tentait donc de faire? Étouffer ce feu. Incertaine, elle se protégea le visage pendant un moment à l'aide de son bras. C'était dangereux du feu! Elle ne serait jamais capable de le vaincre. Stressée, elle finit tout de même par s'avancer, prudemment. Allé, un peu de courage! C'était à son tour d'aider à combattre les flammes, ses habits humides la protégeant au moins de la chaleur épouvantable. Terrifiée, elle jeta ensuite la couverture sur le premier coin visible, non sans serrer les dents. Voyant qu'elle était encore en vie, elle observa le résultat presque sans le croire. Elle y arrivait? Ça fonctionnait vraiment ! Cette partie du feu était désormais éteinte oui. Elle recula quand même, par réflexe, s'assurant de ne pas faire fondre ses chaussures. Naturellement, elle se rapprocha aux côtés de papy, jusqu'à être un peu derrière lui. " Ça fonctionne! " Elle tourna ensuite la tête en direction du blondinet, voulant vérifier qu'il tenait le coup malgré tout. " À trois on... devrait y arriver..." L'air pollué étouffa à nouveau ses mots. C'était difficile de faire la conversation au milieu d'un incendie. Et cette fumée lui piquait les yeux. Elle frotta son visage, question de se débarrasser des quelques larmes aux coins de ses yeux. Peu importe ce qu'ils devaient faire, ils devaient le faire VITE. Jouer de la couverture comportait des risques, mais il y avait aussi des résultats. Pour cette question, elle était bien déterminée à poursuivre. En agissant à l'unisson, ils mettraient fin à cet incendie.


AVENGEDINCHAINS

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas

H12-090
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H12-090
H12-090
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090   [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 EmptyMar 23 Jan - 16:45

Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle...En voyant @H11-7 rappliquer à mes côtés alors que je luttais contre mes propres peurs ne fit qu’augmenter la panique qui commençait à poindre en moi. Non, non, non… comme il le disait, c’était du suicide, je n’avais aucune envie qu’il vienne donner sa vie pour ça. Je lui en demandais déjà beaucoup, je ne pouvais pas lui faire ça. D’autant plus que je n’en avais pas envie, je ne voulais pas qu’il donne sa vie. S’il y en avait bien un qui devait crever, c’était moi, et ce n’était absolument pas pour jouer les héros. Je les avais mis tous les deux dans cette situation, ils n’avaient pas à payer pour ça. Mais c’était bien trop tard, il avait déjà prit une couverture lui aussi, il était prêt. Lui voyait ça comme une mise à l’écart, moi j’y voyais surtout sa sécurité. J’avais envie de lui dire combien il avait du courage, en plus d’avoir un sang froid impressionnant. Prenant de profondes inspirations, je le laissais faire le décompte, tentant en même temps de calmer mes peurs. Trois. Je m’élançais alors, couverture en avant, ne sachant trop réellement comment m’y prendre, ni pas quel bout tenir ma couverture. La peur au ventre, j’essayais de tâter, de cacher jusqu’à ce que je me rende compte que du côté de mon camarade, les choses n’allaient pas. Un coup d’œil et je vis que sa protection et arme contre les flammes était en train de s’embrasser, ainsi qu’une petite partie de lui. Lâchant aussitôt ce que j’avais en main dans le but de me précipiter vers lui, mais il s’éloigna en direction de l’ascenseur et je compris bien vite pourquoi.

Sous le choc, je n’osais plus rien faire, ni continuer notre essai, si le rejoindre. Le peu de connaissance que j’avais du feu ne m’aidait pas pour lui venir en aide. Quoi faire en cas de brûlure ? Je n’en savais strictement rien. J’avais beau fouiller ma mémoire, essayer de gratter la moindre petite parcelle, je me retrouvais face au vide et à la peur. C’était de ma faute. Il avait été brûlé par ma faute. Je l’avais entraîné là-dedans. Mais face à sa souffrance, je n’avais pu rester à l’écart plus longtemps. Oubliant le feu, le danger immédiat, j’approchais tout doucement, fronçant les sourcils en comprenant qu’il voulait recommencer. Dans son état ? Hors de question.

« T’es malade ! Si tu crois que je vais te laisser t’approcher des flammes après ça, tu rêves ! Faut qu’on fasse quelque chose pour ton poignet… Tu ne peux pas rester comme ça, ni rester là ! »

Je n’avais pas fini de lui passer un savon, même si là encore j’étais impressionné par ses agissements que la rouquine nous rejoignait de nouveau, elle aussi s’arrêtant sur notre camarade et sa blessure, lui conseillant de la mouiller. Dans l’absolu, c’était ce qui me paraissait le plus logique aussi. Elle était entièrement trempée, laissant bien imaginer ce qu’elle avait fait pour remplir les deux caisses. Attrapant celle qu’elle me désignait et la laissant s’occuper de 7, j’allais pour m’élancer de nouveau avec l’eau, mais… je ne compris pas exactement quelle mouche venait de la piquer. Elle alla elle aussi attraper une couverture pour tenter d’étouffer les flammes. Est-ce que les jeunes de maintenant étaient tous complètement fous et suicidaires ? Je devais quand même reconnaître que tous deux étaient prêt à affronter le danger sans tellement réfléchir à deux fois, et ça… ils avaient gagné mon respect et ma confiance, rien que pour ça. Me secouant, je repris quand même mon plan initiale, à savoir éteindre les flammes avec l’eau, pour ensuite reprendre ma couverture laisser plus loin. Cette fois encore, l’eau aida un peu, bien que la fumée qui se dégagea de l’opération vint m’aveugler partiellement et attaquer ma gorge, mon haut à présent trempé de sueur n’aidant plus vraiment à faire barrage. Le plus rapidement possible, j’enchaînais pour aider la jeune femme, pour constater tout comme elle, que cela fonctionnait bel et bien. C’était une victoire partielle, bien que le feu n’était pas maîtrisé pour autant. En combinant nos efforts, on devrait pouvoir y arriver.

Par peur de voir les flammes reprendre du terrain, je ne retournais pas auprès de 7 pour savoir comment il allait, mais je me mis à crier dans sa direction, ne sachant trop s’il était toujours là, s’il était toujours conscient, ni même s’il avait suffisamment de force pour pouvoir nous rejoindre. S’il avait raison et que tout l’alcool était en sécurité, le plus urgent était d’arrêter le feu. A trois, nous pouvions y arriver. Peut-être bien qu’à deux aussi, mais c’était plus risqué. Alors que ça allait au-delà de ce que je voulais pour lui, de ce que je venais de lui dire, je devais quand même me résoudre à l’évidence.

« 7, est-ce que tu crois que tu peux amener la caisse d’eau jusqu’ici ? Je la souleverais si jamais tu ne peux pas le faire avec ton poignet, mais il faut qu’on continue. Avec encore un peu d’effort, on va réussir à arrêter cet enfer. Tu t’en sens capable ? »

Je l’espérais. C’était notre chance. Tout en parlant, tout en tendant l’oreille en attendant sa réponse, je redoublais d’effort pour étouffer les flammes les plus proches, ignorant complètement les battements de plus en plus vifs de mon palpitant. Manquait plus que je sois cardiaque en plus, et ce serait la totale. Je m’autorisais quand même un moment pour regarder @F09-722 et lui lancer.

« Tu peux être fière de toi, tu fais du bon boulot, jeune fille. »

Ce n’était pas grand-chose, mais il fallait que je lui dise. Est-ce que je ne l’avais pas déjà fait ? Tant pis, ça ne pouvait pas lui faire de mal de l’entendre à nouveau. Elle méritait vraiment des félicitations, tout comme notre camarade blessé. Pourvu qu’il s’en sorte… Pourvu que l’on puisse arrêter le feu….
© 2981 12289 0

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

I can be who you want. Let me forget the real me.

[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Yd235u7b

[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Y8orfpxk[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Yaqkfhm9[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Y952kjtf
Revenir en haut Aller en bas

H11-7
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
H11-7
H11-7
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090   [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 EmptyDim 11 Fév - 12:54

Mission O.1
H11-7 & H12-090 & F09-722

Il avait mal. Mal comme il ne l'avait encore jamais expérimenté entre ces murs où il s'était presque senti en sécurité. Seven n'avait rien contre la Ruche, hormis le fait d'y être emprisonné. Il avait presque l'impression que, en un sens, elle prenait soin d'eux, limitant les actes allant à l'encontre de la morale générale et, surtout, leur fournissant toujours le nécessaire vital voire plus que ça.
Pour autant, il avait soudainement la sensation de s'être royalement planté quelque part. Son poignet le lançait, le brûlait, plaie à vif qui lui soutira quelques gémissements douloureux. La sueur perlait de plus belle à son front alors qu'il tentait d'occulter la douleur, regrettant à cet instant son excès de zèle. Lui qui avait une tendance à ne jamais s'impliquer sérieusement, à ne jamais se mettre en danger plus que nécessaire. Règle qu'il s'était fixé et venait d'outrepasser pour en payer désormais les frais.
Le front collé contre la surface qu'il peinait à trouver froide, il toussota à nouveau avant de redresser la tête, écœuré par sa propre réaction qui s'étalait à ses pieds. De toute évidence, il n'allait pas paraître sous son meilleur jour aux yeux de Papy et Rouquie. Une pensée qui ne l'effleura pas plus de quelques instants avant qu'une tornade de cheveux roux ne vienne s'abattre sur lui, lui attrapant presque tendrement le coude alors qu'il leva le regard sur le plafond, se refusant toujours à regarder.
" Je… On dirait bien ouais… C'est moche… ? " osa-t-il cependant demander, inquiet.
Seven n'osait pas bouger son membre blessé par peur de prendre conscience de la réalité. Il ne fallait pas être médecin pour imaginer le pire dans ce genre de cas. Il s'était brûlé le poignet et, bien que ça puisse être superficiel, des nerfs pouvaient très bien avoir été endommagés. Il espérait d'ailleurs très fort ne rien perdre de sa motricité, un cauchemar qu'il priait très fort pour ne pas voir se réaliser.

Il obéit tout de même à 722 et plongea sa main dans l'eau froide de la caisse, écarquillant sensiblement les yeux à la sensation alors que ses dents se serrèrent. Pourtant, la fraîcheur apaisa finalement la douleur et il reprit sa respiration à un rythme moins erratique, quelque peu soulagé. Du coin de l'œil il observa Papy râler quant à sa proposition de réessayer et il émit un petit sourire, quelque peu heureux de le voir réagir ainsi. C'était presque comme s'il s'inquiétait et 7 trouvait cela touchant, en un sens.
" Ça va aller ! Je me sens déjà un peu mieux grâce à 722… " lui assura-t-il, borné.
Il s'était engagé et il ne comptait pas reculer maintenant. C'était trop tard pour regretter, le mal était fait et autant que son accident soit justifié par un quelconque acte de bravoure. Il allait en venir à bout de cet incendie. C'est cette certitude qui le poussa à se redresser complètement pour observer ses compagnons s'activer.
En apercevant la jeune femme près des flammes, une couverture serrée entre les doigts, il se figea cependant et tenta de l'en dissuader.
" Attends qu'est-ce que… " commença-t-il à s'écrier avant de ravaler ses paroles, surpris par sa réussite.
De toute évidence, elle était bien plus utile que lui et beaucoup plus douée qu'elle ne le laissait penser. Quelque peu fier de son succès qui, de ce fait, était aussi le leur, il se hâta d'obéir quand Papy lui demanda d'apporter la caisse encore pleine. Attrapant cette dernière de sa main encore intacte, il commença à tirer avant de se rendre compte que, une fois pleine, c'était une autre affaire et que l'entreprise s'avérait bien compliquée. Furieux et déterminé, il y ajouta son poignet blessé et réussit cette fois à la faire avancer de quelques centimètres.
" J'arrive ! " cria-t-il à travers la fumée. " Comptez sur moi ! "
La tête lui tourna légèrement en sentant la souffrance irradier dans tout son membre mais il persévéra jusqu'à tirer la caisse aux pieds du plus âgé. Là, essoufflé, il posa ses paumes sur ses genoux, tentant de se calmer.

" Je suis désolé mais je ne crois pas que je pourrai la soulever… " avoua-t-il, contrarié et se sentant aux prises avec la culpabilité.
Il tourna alors la tête vers 722 et lui sourit de toutes ses dents, tentant de paraître rassurant.
" Je vais bien Rouquie, merci pour ton aide… Une vraie guerrière. " la taquina-t-il, reprenant légèrement espoir.
Il laissa alors le soin à Papy de vider la caisse pleine même si l'idée d'amocher son dos l'ennuyait et il attrapa une nouvelle couverture. Face aux flammes, il eut un moment d'hésitation avant de se décider à recommencer, faisant fi de la panique qui l'envahissait. Il ferma les yeux quelques secondes et fit le décompte avant de la jeter sur les flammes en prenant grand soin de se reculer à toute vitesse. Le feu continua de brûler quelques instants avant de finir par être étouffé par celle-ci et il émit un léger claquement de langue, savourant sa victoire sur les flammes.
" Bordel, oui ! " laissa-t-il échapper avec un grand sourire, oubliant même sa plaie. " Allez les gars, on y est presque ! "
Il recommença une seconde fois, enhardi par cette soudaine impression d'être utile. Nouveau succès qui lui arracha un léger rire alors qu'il levait un bras en l'air, le redescendant bien vite dans un petit grognement de souffrance. Il l'aura mérité son plongeon dans la piscine…

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡


[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 822510TeamMayo2
Revenir en haut Aller en bas

F09-722
Alvéole
Particularités:
Inventaire:
Liens:
F09-722
F09-722
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090   [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 EmptySam 17 Fév - 14:00


The fire team 

Mission O.1


Le fait d'être encore en vie et sans aucune blessure en plus de ça, elle le devait uniquement à ses deux hommes courageux qui combattaient les flammes à ses côtés. C'était principalement de là qu'elle tirait son propre courage, parce qu'elle voulait de tout cœur faire comme eux et vaincre cet incendie qui ravageait l'entrepôt. Peu importe de quelle manière elle pouvait aider, la rouquine y mettrait le plus d'efforts possibles. Par chance, la panique, l'angoisse et la peur du début avaient cédé la place à l'adrénaline, ce qui n'était pas étonnant au vu de la situation. Elle sentait qu'elle agissait pour survivre elle-même et pas uniquement pour prêter main forte. L'envie de mourir dans un enfer de flammes n'était pas présente. Et encore moins celui de voir un autre périr sous ses yeux. Au vu de la blessure du grand blond, elle proposa de tremper son poignet dans le second bac d'eau. Elle savait que sa douleur ne pourrait pas disparaître, mais ils n'avaient rien sous la main pour pouvoir le soigner correctement. De plus, elle se sentait mal de ne pas avoir les connaissances nécessaires pour réellement lui donner de meilleurs conseils. À savoir si c'était moche, la jeune femme préféra ne pas répondre à la question. Oui, c'était moche, parce qu'il s'agissait de chaire brûlée et elle-même avait du mal à regarder directement. Ça lui donnerait trop mal au cœur de s'y attarder et disons que dans l'urgence de la situation, il fallait s'occuper de ce feu. Elle l'abandonna donc dans le but de s'emparer d'une couverture et d'imiter papy qui réussissait à étouffer le feu avec. Tout son esprit était concentré à cette tâche, s'assurant au passage de ne jamais exposer sa peau aux flammes. Elle n'arrivait pas à croire qu'elle, Rosie, faisait une chose pareille. N'étant pas friande de danger et de risque, elle devait sembler méconnaissable, comme si quelqu'un d'autre avait pris possession de son corps. Voyant que le feu s'étouffait sous ses tentatives, elle recula quelques instants près de papy pour tousser et lui faire part de sa réussite. Forcément, ils finiraient par vaincre en combinant leurs efforts. Crachant un peu de salive par terre, elle frotta son visage qu'elle sentait noircie par la saleté de l'air. Son souffle reprit, elle était à nouveau prête à continuer.

Le plus vieux appela le blond, question d'utiliser la toute dernière caisse d'eau. Tenant toujours fermement sa couverture entre ses doigts, elle observa le brasier d'un air incertain. Et si quelque chose explosait à la dernière seconde ? « Tu peux être fière de toi, tu fais du bon boulot, jeune fille. » Surprise, elle tourna la tête en direction de papy, un sourire timide sur les lèvres. " Merci beaucoup..." Honnêtement, elle appréciait son encouragement, sentant la fatigue venir. Son commentaire n'était donc pas de trop, au contraire. Voyant que le blond avait réussi à les rejoindre avec le bac d'eau, elle se rapprocha de lui, inquiète de sa condition. Il avait l'air exténué, le pauvre. " Attends, t'es sûr que tu veux continuer ? " Parce que ça lui semblait vraiment fou, sachant qu'il était blessé et eux non. " Je vais bien Rouquie, merci pour ton aide… Une vraie guerrière. " Elle n'eut pas la force de s'obstiner plus longtemps avec lui, acceptant de croire qu'il tiendrait le coup. Papy se chargea du bac d'eau et elle reprit sa position avec la couverture en main, prête à étouffer ce fichu feu de malheur. La fumée lui piquait les yeux, ce qui l'empêchait de bien voir. D'un geste, elle frotta son visage du revers de son bras, avant de s'élancer à nouveau. De concert avec 7, elle se remit au travail, n'oubliant pas de reculer rapidement ensuite, lorsque la chaleur ardente risquait de la blesser pour cause d'exposition prolongée. Il fallait être vif et alerte pour ne pas finir rôti. Rosie usa donc de sa nervosité naturelle pour être rapide et s'éviter des problèmes. Ce qui fonctionnait bien jusqu'à maintenant, tout aussi ravis que le blond. Oui, ils allaient forcément réussir, maintenant que tout les trois s'y acharnait de concert. Elle voyait bien que le feu diminuait sous leurs efforts. Allé, encore un peu. Forcée de chasser sa fatigue, la rouquine poursuivie, petit à petit, étouffant tout ce qu'elle pouvait. Ses vêtements trempés par la piscine avaient désormais complètement séché, tout comme ses cheveux. La chaleur demeurait lourde et incommodante, mais elle ne s'y attarda pas. À ce stade crucial, les trois devaient tenir bon jusqu'à la fin. Une fin qu'eux seuls étaient en mesure d'écrire.

Totalement dans sa bulle, elle redressa finalement la tête lorsque la vision des flammes s'évapora entièrement. Incertaine, elle observa longuement le tas de cendres noirci, incapable de croire à ce qui était un succès de leur part. Ils avaient réussi. Le feu était... mort! Complètement souillée des pieds à la tête, la jeune femme toussa à l'intérieur de son coude pour retrouver un peu sa voix avant de s'exprimer. " C'est... terminé? " Totalement incroyable oui. À trois, ils avaient éteint un immense feu, ça relevait du miracle oui. Vidée de son énergie, Rosie se laissa tomber en position assise, dans le but de donner une pause à ses jambes encore un peu tremblantes. " On y a survécu..." Pas sans blessure pour certain, mais ils étaient vivants oui. Par réflexe, elle frotta ses mains sales contre le bas de son chandail, réalisant ensuite que c'était inutile de vouloir les laver ici. Lâchant un soupire de soulagement, elle balaya l'ensemble de l’entrepôt d'un air découragé. Encore heureux que ce ne soit pas eux les responsables du ménage. Parce que c'était le bordel, un bordel sale et plein de cendre. Tout était crade. Ses yeux bleus passèrent de @H11-7 au papy @H12-090 , avant d'étirer un subtil sourire victorieux. Vrai qu'elle n'était pas juste soulagée d'y voir la fin, mais aussi contente du travail accomplie. Elle en resterait très certainement marquée pour plusieurs jours à venir, mais qui ne le serait pas? " Je crois que je pourrais boire la piscine au complet..." La soif lui arrachait pratiquement le fond de la gorge tant elle était grande. Avec tout ça, elle devait être complètement déshydratée oui, ce qui expliquait peut-être que ses muscles soient aussi endoloris. M'enfin bref, un léger détail, ce n'était pas aussi urgent que le feu disons. Le feu désormais éteint. Maintenant quoi?

AVENGEDINCHAINS


BOUUU:
 

⬡ ⬡ ⬡ ⬡ ⬡

but in the end it doesn't even matter
« Times that I've seen you lose your way. You're not in control and you won't be told. All I can do to keep you safe is hold you close. Hold you close til you can breathe on your own. And I won't let you down»
by Wiise


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Empty
MessageSujet: Re: [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090   [MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[MISSION O.1] Au feu les pompiers, y a l'entrepôt qui brûle... - ft. F09-722, H11-7 & H12-090
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Émission 19-2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HORS JEU :: Archives :: Rp :: Missions-
Sauter vers: